Voiture électrique : un mensonge écologique

Les véhicules électriques, y compris la plupart des modèles de Tesla, sont parmi les moins fiables vendus aux États-Unis, selon le rapport sur les consommateurs américains (CR) pour 2022. Tesla n’arrive qu’en 19e position en termes de fiabilité. Les véhicules hybrides sont généralement bien notés, bien qu’ils soient moins populaires. Les véhicules électriques ne représentent actuellement qu’un peu plus de 1 % des ventes de voitures neuves aux États-Unis. Le président américain Joe Biden souhaite que d’ici 2030, la moitié de toutes les voitures neuves vendues soient des voitures électriques. L’affirmation selon laquelle les véhicules électriques ont des émissions nulles est d’ailleurs un non-sens total. C’est surtout la batterie qui tue l’environnement.

L’organisation américaine à but non lucratif de recherche, de test et de consommateurs demande chaque année à ses membres s’ils ont rencontré des problèmes avec leur véhicule au cours des 12 derniers mois dans 17 domaines, dont le moteur, la transmission, l’électronique du véhicule et d’autres. C’est sur la base de ces données qu’est établi le classement de fiabilité CR des nouvelles voitures de tous les constructeurs automobiles pour chaque modèle vendu aux États-Unis. L’enquête de cette année a recueilli des données auprès des propriétaires de plus de 300.000 véhicules des années-modèles 2000 à 2022 et des modèles du début de l’année 2023. Au total, 24 marques de voitures ont été couvertes. Conclusion : les voitures hybrides et les berlines de taille moyenne ou grande et à essence font partie des véhicules les plus fiables vendus.

Les voitures électriques et les grands camions pick-up sont des véhicules à problèmes. Les propriétaires se plaignent de difficultés au niveau des systèmes de charge, des batteries et des moteurs électriques. Sur les 11 modèles de VE, seuls quatre sont à peu près fiables, selon les données de l’enquête CR. Il s’agit de la Kia EV6, de la Tesla Model 3, de la Nissan Leaf et de la Hyundai Ioniq 5. Les véhicules Tesla ne sont arrivés qu’en 19e position dans le classement général des marques. L’entreprise reste leader sur le marché de la vente de véhicules électriques. Selon l’enquête CR, les propriétaires se plaignent notamment de problèmes de carrosserie, de matériel, de direction et de suspension, de peinture et d’habillage ainsi que de système de climatisation. Le modèle 3 est moyennement fiable, les Tesla S, Y et X sont en dessous de la moyenne selon les données CR.

Le fait que les voitures électriques émettent encore zéro émission est d’ailleurs un énorme mensonge de la secte du climat. La fabrication des véhicules électriques émet plus de gaz à effet de serre que le forage, le raffinage, la fusion et l’assemblage des véhicules à essence, ce qui signifie qu’il peut s’écouler plusieurs années avant qu’une voiture électrique ne roule avant que le climat n’en profite. La fabrication de la batterie, par exemple, génère deux fois plus d’émissions de CO2 que celle d’un moteur à combustion. Lorsqu’elle sort de la chaîne de production, la voiture électrique a donc déjà une plus grande empreinte carbone qu’une voiture à essence.

Ce qui n’est pas clair actuellement : si les batteries des voitures électriques doivent être remplacées et à quelle fréquence. Selon l’industrie des voitures électriques, ce ne sera pas un problème en raison de l’amélioration des technologies. Si ce n’était pas le cas, la nouvelle batterie créerait une deuxième empreinte carbone que le véhicule électrique devrait éliminer au fil du temps – ce qui annulerait à nouveau une partie des avantages promis en termes de CO2. Une grande partie des batteries lithium-ion sont d’ailleurs fabriquées en Chine. La plupart du temps avec de « l’électricité sale » produite à partir de charbon.

La production de matières premières essentielles pour les véhicules électriques, comme le lithium, le cobalt ou le nickel, provoque également des dégâts énormes dans la nature, dans l’eau, chez les animaux sauvages et aussi chez les hommes. Certains avertissent déjà que les origines polluantes de cette industrie verte sont à l’origine d’une crise, compte tenu de la multiplication par six de la demande mondiale de véhicules électriques prévue d’ici 2030. A cela s’ajoute le fait que les voitures électriques fonctionnent à l’électricité. L’origine de cette électricité n’est pas remise en question. L’électricité ne porte pas de sigle et est envoyée – en Europe – à travers les lignes. Il est presque impossible de savoir s’il provient du lignite, du nucléaire, du vent, de l’eau ou du soleil. 

ABBE BOUBEE – SAINT NICOLAS DU CHARDONNET

LES NOUVEAUX LIVRES DE LAURENT GLAUZY SONT SORTIS :

LES SUPER LOGES n° 7

LA RUSSIE CONTRE L’EMPIRE DE BAAL

ET NOUS AVONS RECU LA TEINTURE MERE D’AIGUILLES DE PIN SYLVESTRE (PROVENANCE SOMMETS AUTRICHIEINS – Carinthie)

POUR COMMANDER

https://profidecatholica.com/boutique/embed/#?secret=tryTwY5HKN#?secret=YAVS1zGcTm

https://profidecatholica.com/librairie-2/embed/#?secret=AYWLRfd2Bq#?secret=CzMEobJui2

OU laurentglauzy1@gmail.com

SOUTENEZ-NOUS, ENCOURAGER NOTRE TRAVAIL PAR UN ABONNEMENT DE 5 OU 10 € / MOIS A PRO FIDE CATHOLICA

GRACE A VOUS NOUS AVONS PU RECRUTER UNE PERSONNE SUPPLEMENTAIRE POUR L’ECRITURE D’ARTICLES – MERCI

https://profidecatholica.com/faire-un-don/embed/#?secret=WO1GDuMW1i#?secret=mMjFl8KKeI

3 Commentaires

  • Aux malades qui veulent supprimer le CO2 : le CO2 est l’oxygène des plantes ; et ce sont les plantes qui produisent l’oxygène ; donc , supprimer le CO2 revient à supprimer l’oxygène , donc la vie ; merci de votre attention .

    • Henri Quinte de Tous(se)

      Sans oublier que, le jour, les plantes absorbent le CO2 pour ensuite produire de l’oxygène mais, la nuit, le processus s’inverse et c’est l’oxygène qu’elles absorbent pour rejeter du CO2 !
      Sacrée farce que les mensonges de l’homme ! !

Laisser un commentaire