Les bénéfices du cancer – un affairiste qui prend soin de votre santé

Extrait du livre MEUTRES PAR INJECTION d’Eustace Mullins. Préface de Laurent Glauzy

Dr James Douglas, milliardaire, important propriétaire de mines, entre autres mines métallurgiques. (Il possédait la mine de cuivre la plus riche du monde, la « Cooper Queen Lode ».) Né au Canada, il était le fils du Dr James Douglas, un chirurgien qui est devenu chef de l’asile psychiatrique du Québec. Son fils s’est joint à la Phelps-Dodge Company en 1910, devenant plus tard son président.

Comme il avait découvert de vastes gisements de pechblende sur ses propriétés minières occidentales, il est devenu fasciné par le radium. En collaboration avec le Bureau des mines, un organisme gouvernemental contrôlait pour tout but pratique, il fonda le National Radium Institue. Son médecin personnel était le Dr James Ewing (1866-1943).

Douglas offrit de donner 100 000$ au Memorial Hospital, mais il y avait plusieurs conditions. La première était que l’hôpital se devait d’embaucher le Dr Ewing comme pathologiste en chef; la seconde était que l’hôpital s’engage à ne traiter que le cancer et qu’il utiliserait couramment le radium dans ses traitements contre le cancer. L’hôpital s’y plia.

Avec l’argent de Douglas derrière lui, Ewing est rapidement devenu le directeur de tout l’hôpital. Douglas était convaincu des bienfaits de la radiothérapie qu’il utilisait fréquemment sur sa fille, qui mourait alors d’un cancer, sur sa femme et sur lui-même, exposant sa famille à la radiothérapie pour les maladies les plus banales. En raison de l’importance de Douglas, le « New York Times » a fait beaucoup de publicité pour le nouveau traitement au radium contre le cancer.

Le journaliste avait la une de son article en première page, « Une Séance de Radium Gratuite Pour Tous ».

On prétendait que « pas un centime de radium ne sera à vendre ».

Douglas était très contrarié par cette déclaration, et le 24 octobre 1913, il fit faire une correction dans le « Times ». Il a été cité comme suit : « Toute cette histoire d’humanité et de philanthropie est inversée. Je veux qu’il soit compris que je ferai ce que je veux avec le radium qui m’appartient. »

C’était un rare aperçu de la vraie nature de ce « philanthrope ».

Ses rivaux dans ce domaine, Rockefeller et Carnegie, donnent toujours leur argent sans condition. Avec cette assurance, ils ont pu établir furtivement leur pouvoir secret sur la nation. Douglas avait révélé la vraie nature de nos « philanthropes ».

Les communiqués de presse originaux du Memorial Hospital avaient en fait laissé entendre que les traitements au radium seraient gratuits. Ils croyaient apparemment que le grand philanthrope James Douglas ferait don de son matériel.

Le règlement intérieur du Memorial Hospital a été immédiatement modifier, afin de stipuler que « des frais supplémentaires seraient facturés pour les émanations de radium utilisées pour les traitements des patients. »

En 1924, le département du radium du Memorial Hospital a donné pour 18 000$ de traitement au radium à ses patients, pour lesquels il a demandé 70 000$, sa plus importante source de revenu pour cette année-là. Pendant ce temps, James Douglas, qui s’était vanté de faire ce qu’il voulait avec son radium, continuait à donner des traitements fréquents.

Quelques semaines après l’article paru en 1913 dans le New York Times, il mourut d’anémie plastique. Les autorités médicales croient maintenant qu’il n’était que l’une des nombreuses personnalités associées au développement précoce du radium, dont les plus célèbres sont Marie Curie, épouse de celui qui l’a découvert et sa fille, Irène Joliot-Curie. En 1922, plus d’une centaine de radiologistes étaient morts d’un cancer induit par les rayons X. (C’est Marie Curie qui a découvert le radium, et son mari.)

Le protégé de Douglas, le Dr Ewing, est demeuré à l’hôpital Memorial plusieurs années de plus. Il a développé un certain nombre de maux, le plus ennuyeux étant un « tic douloureux », ce qui rendait embarrassant pour lui de rencontrer ou de parler avec quiconque. Il s’est retiré de l’hôpital, devenant un reclus à Long Island, où il est finalement décédé d’un cancer de la vessie en 1943. Le fils et héritier de Douglas, Lewis Douglas a hérité de l’une des plus grandes fortunes américaines de l’époque. Il a épousé Peggy Zinsser, fille d’un associé J.P. Morgan Co. (A noté, il a, déménagé au Mexique, dans la ville de Cananéa)

DEUX LIVRES A LIRE ABSOLUMENT

Laisser un commentaire