La (((Liberté))) franc-maçonne rend hommage au Chevalier de la Barre pour sa journée sur sa (((laïcité))). Vidéos.

Encore une Preuve, s’il en fallait une autre, que la franc-maçonnerie est une CONTRE EGLISE.

« Plus l’on rejette Notre Seigneur Jésus-Christ, plus les châtiments tombent sur les nations. »

Abbé Salenave.

Pour connaitre la Réelle histoire du Chevalier de la Barre, il faut lire « Le procès du chevalier de La Barre » de Marc Chassaigne et écouter Marion Sigaut qui SONT ALLES AUX ARCHIVES.

Lire Gratuitement Le procès du chevalier de La Barre : Chassaigne, Marc, 1883- : Free …

La Véritable Histoire du Chevalier de la Barre par Marion Sigaut

Puisque nous parlons des Truelles, en voici une qui sévit dans la sphère « Animée » d’Amérique :

Matt Groening , le créateur des SIMPSONS est un Franc maçon 33 ème degré – Nous comprenons mieux pourquoi il arrive à dévoiler des faits depuis des années dans son dessin animé…..

Il fallait des « MARTYRS » aux Truelles, à la république, et ILS ont pris le Chevalier de la Barre qui blasphéma avec quelques amis l’Eglise Catholique à maintes reprises ainsi que les deux homosexuels Diot et Lenoir qui copulaient en pleine rue devant des enfants, pour montrer quel modèle de (((liberté))) ILS voulaient pour la France.

Voilà donc, chers Amis, quelles sont les réelles (((Valeurs))) de la république maçonnique qui règne depuis 1789 :

  1. Blasphémer toujours plus l’Eglise Catholique et lui attribuer TOUS LES MAUX.
  2. Honorer les déviants qui copulent où que cela soit et en faire une Loi depuis le berceau.

Sauf que les Français ne veulent pas de ces copulations là.


Un commentaire

  • N’oublions pas bien sur ,l’Assemblée Nationale, institution héritière en droite ligne de la sanglante Convention révolutionnaire luciférienne, où a lieu, pour la journée nationale de la laïcité, la reconstitution de la loi de 1905, dite de séparation de l’Eglise et de l’Etat.

    Mercredi 07/12/2022 , à l’occasion de la Journée nationale de la laïcité, les acteurs de la Comédie Française ont reconstitué dans l’hémicycle les débats qui animèrent l’Assemblée il y a 117 ans. Et aboutirent à l’adoption, le 9 décembre 1905 : la séparation des Églises et de l’État et la fin du Concordat instauré un siècle plus tôt.
    Les orateurs de 1905 : Aristide Briand, rapporteur du projet de loi, l’abbé Gayraud, député du Finistère et défenseur de l’Eglise, le comte de Baudry d’Asson, député de Vendée, aristocrate royaliste défendant l’alliance du trône et de l’autel, Jean Jaurès, député du Tarn, chef de file des socialistes et partisan du projet, et Maurice Allard, député du Var, anticlérical virulent et truculent, qui trouve le projet trop conciliant et rêve de déchristianiser la France.

    En Alsace-Moselle, Le Concordat, est appelé Droit local, est toujours en place, dans les départements d’Alsace (Haut-Rhin-Bas-Rhin) et de Moselle. Deux jours fériés supplémentaires sont chômés : la Saint Etienne (26 décembre) et le Vendredi Saint. Droit local hérité de l’empire allemand ou Reichlandes Elsaß-Lothringen, de 1871 à 1918.

    « Désormais la seule religion qui ne supporte pas le blasphème, c’est la laïcité.»*

    « Ce fameux combat de 1905, la séparation violente de l’Église et de l’État, continue, mais feutré. Il avait fallu la force pour sortir les religieux de leurs couvents, les prêtres de leurs paroisses et les évêques de leurs cathédrales, mais aujourd’hui l’Église dite conciliaire, imbue de libéralisme, a déjà presque tout perdu : sa foi plus sentimentale que réelle est vainement entretenue par une liturgie de la parole bien vide des dogmes essentiels à la vie surnaturelle. 

    Saint Pie X s’écriait, effaré, en 1905 : « Qu’il faille séparer l’État de l’Église, c’est une thèse absolument fausse, une très pernicieuse erreur. Basée, en effet, sur ce principe que l’État ne doit reconnaître aucun culte religieux, elle est tout d’abord très gravement injurieuse pour Dieu, car le créateur de l’homme est aussi le fondateur des sociétés humaines et il les conserve dans l’existence…..»

    L’ambitieux projet des Buisson, Briand, Ferry, et de leurs sectateurs, de vouloir terrasser l’Église réussirait-il ? L’État pourrait- il alors étouffer L’Église ? Cette société visible fondée par Notre-Seigneur Jésus-Christ pourrait-elle disparaître ? Non. Nous le savons : elle est divine et elle perdure dans l’espérance de la manifestation grandiose de son Époux, Jésus, Roi des siècles. Quelles que soient les avanies auxquelles elle est soumise, l’Église catholique demeure, invincible, la seule arche du Salut en laquelle sont embarqués les fidèles pour atteindre à la vie éternelle. » *

    * Note : Abbé Benoît de Jorna. FSSPX Supérieur du District de France

Laisser un commentaire