Les Drahi-Leaks ou La Vérité si je mens. Vidéo.

Ce qui est frappant, c’est de constater combien LES PROTOCOLES DES SAGES DE SION se copient collent avec ce qu’il se passe. Mais comme vous le savez tous, les Protocole sont un Faux devenu le Faux tellement Vrai le plus célèbre du Monde !

Lisez attentivement les Protocoles et essayez de ne pas trouver un copié-collé avec ce qu’il se passe :

 Les Protocoles des sages de Sion – nouvelordremondial.ch


Comment Patrick Drahi s’est enrichi sur le dos de Libération

Opérations immobilières et optimisation fiscale

Depuis le rachat de Libé en 2014, il explique avoir perdu des dizaines de millions d’euros. Faux !

Grâce à des opérations immobilières juteuses et de l’optimisation fiscale, il a largement compensé ses pertes. Tout ça intéresserait la justice…

Un renflouement de Libé relativement profitable pour Patrick Drahi – © Caroline Varon

Auditionné par les sénateurs en février 2022, Patrick Drahi fanfaronne. « J’ai sauvé Libération », assène-t-il. Les près de 75 millions d’euros investis entre 2014 et 2020, l’ont été à perte. Du mécénat ou presque, sans la moindre arrière-pensée, assure l’homme d’affaires :

« Sincèrement, honnêtement, quand j’ai racheté Libération, je ne savais pas ce j’allais en faire. Je savais que j’allais faire plaisir à mes parents… »

Pas seulement… Grâce aux #DrahiLeaks, RefletsStreetPress et Blast sont en mesure de révéler la face cachée du rachat du quotidien : une opération immobilière ultra-rentable. En mai 2022, Patrick Drahi a revendu « le garage », siège emblématique de Libération entre 1987 et 2015, situé au cœur du troisième arrondissement de Paris, pour 78,7 millions d’euros hors taxes. Le montage financier qui entoure le rachat et la cession du journal à un fonds prétendument indépendant aurait aussi permis à l’empire Drahi de réduire ses impôts. Bilan des opérations : le milliardaire n’a pas perdu d’argent. Il se serait en réalité enrichi sur le dos du journal en difficulté financière. Un dossier qui pourrait lui causer quelques tracas, puisqu’il intéresserait la justice.

L’achat du journal

Retour en arrière. À l’été 2014, la presse titre sur le « sauveur de Libération ». Patrick Drahi vient de renflouer les caisses du quotidien au bord de la faillite, d’abord par un prêt de 4 millions d’euros – comme l’avait révélé Mediapart – puis par un apport de 10 millions d’euros. C’est l’homme d’affaire Bruno Ledoux, à l’époque actionnaire et président du conseil de surveillance du journal, qui fait entrer le loup dans la bergerie. Nous avons mis la main sur le contrat établi entre les deux hommes. Comme souvent avec Patrick Drahi, le montage financier est complexe.

Drahi n’a pas prêté les 4 millions d’euros directement à Libération. L’une de ses sociétés (domiciliée au Luxembourg) prête cette somme à Bruno Ledoux Holding Média (filiale d’une société également domiciliée au Luxembourg) qui elle-même la prête au journal. Ça aura son importance plus tard.

Montage financier pour le renflouement de Libération - © Reflets
Montage financier pour le renflouement de Libération – © Reflets

Ledoux et l’un des associés historiques de Drahi, l’homme d’affaire Marc Laufer, avaient placé Libé au sein d’une société baptisée PMP Holding. C’est dans celle-ci que Patrick Drahi injecte 10 millions d’euros. Après quelques mois et un tour de passe-passe comptable, le voilà indirectement propriétaire de 55 % de cette société (1) et donc de Libération.

Plusieurs entreprises impliquées dans le renflouement de Libé - © Reflets
Plusieurs entreprises impliquées dans le renflouement de Libé – © Reflets

L’immeuble est dans le deal

Si l’homme d’affaire renfloue les caisses de Libération, c’est peut-être pour rendre fière sa maman mais pas seulement. Il lorgne sur l’immeuble du journal propriété de Bruno Ledoux. Ce dernier, pour convaincre Drahi d’investir les 14 millions d’euros dans Libé, accepte de refiler l’immeuble. Là encore le montage financier est acrobatique. Les deux hommes créent ensemble la société civile immobilière (SCI) 11 rue Béranger. Ils sont initialement propriétaires à parts égales de cette coquille administrative dans laquelle Bruno Ledoux place l’immeuble de Libé, contre un peu moins de 30 millions selon un proche de ce dernier. Il va ensuite céder ses parts à Patrick Drahi contre l’effacement de la dette de 4 millions d’euros, contractée pour renflouer le journal. Ce qui d’un point de vue comptable reviendrait à valoriser l’immeuble à seulement 8 millions d’euros alors qu’il en vaut au moins 30 selon une estimation de la banque du milliardaire. A la sortie Drahi s’est donc offert et le journal et l’immeuble pour, semble-t-il, 14 millions d’euros. « Il navigue dans l’opacité. L’objectif de tout ça est de compliquer les choses inutilement », commente un avocat d’affaires spécialiste de ce genre de montages. Des magistrats ou Bercy pourraient tiquer…

Dans un mémoire à l’attention de la justice qui, comme l’a raconté Le Monde, s’intéresse de près à l’opération, Patrick Drahi explique qu’il souhaite y installer « un hôtel, des restaurants, des bars ainsi qu’un espace de co-working ». Un projet qui rappelle étrangement celui présenté par Bruno Ledoux aux journalistes de Libération, trois mois plus tôt (début février 2014) : le président du conseil de surveillance avait annoncé son intention de transformer les locaux de la rue Béranger en « espace culturel » multi-fonctions. « Un Flore du XXIe siècle (…) porté par la puissance de la marque » Libération. La rédaction s’était fortement insurgée, titrant en une « Nous sommes un journal, pas un restaurant (…) ». Après cette levée de boucliers, Ledoux avait fait mine de renoncer pour refiler l’idée (et l’immeuble) à Drahi.

Une de Libération en réponse au projet de Bruno Ledoux - Copie d'écran
Une de Libération en réponse au projet de Bruno Ledoux – Copie d’écran

Une opération immobilière rentable

Le patron d’Altice va patiemment acheter – ou dans certains cas troquer – des appartements, places de parking et autres lots au sein du même immeuble, jusqu’à disposer d’un ensemble de près de 6.000 m2. Dans le détail, deux sous-sols, un rez-de-chaussée, neuf étages et une terrasse de plus de 100 m2 avec vue sur Paris et sa banlieue. En mai 2022, l’homme d’affaire cède l’immeuble au fonds d’investissement Mark Paris Urban régénération slp, pour la modique somme de 78.700.000 euros hors taxes. Le nouveau propriétaire prévoit d’y installer, après travaux, des bureaux haut de gamme qui pourront « accueillir jusqu’à 650 collaborateurs et offrir les conditions de travail les plus innovantes et adaptées à notre époque ».

Sur cette opération immobilière Drahi déclare aux impôts une « marge taxable » (en gros un bénéfice) de 33,8 millions d’euros. Une somme qui a atterri dans sa poche : si le quotidien était rattaché à son groupe Altice, le bâtiment, lui, était la propriété de sa holding personnelle. Mais l’affaire ne semblait pas assez juteuse pour le milliardaire. Patrick Drahi s’agace car il a appris par hasard dans une voiture qu’il aurait encaissé 20% de moins que ce qu’il avait initialement prévu. Il exige de ses collaborateurs une explication détaillée car il ne comprend pas comment on peut décider de telles variations sans lui parler préalablement. Un gros problème de process, selon lui, laissant planer la menace d’un recadrage un peu dur.

Pomper Libé

Les bénéfices réalisés par Patrick Drahi sur le dos de Libération ne s’arrêtent pas là. Le 18 décembre 2015, Drahi vire le journal de son immeuble. La rédaction s’installe dans le 9e arrondissement, avant de rejoindre « l’Altice Campus », situé dans le 15e, en octobre 2017. Comme son nom l’indique, le bâtiment appartient au milliardaire propriétaire d’Altice, à qui Libération va donc verser un loyer : 1,89 millions d’euros par an (charges comprises), selon Capital. Au total plus de 9 millions d’euros qui ont atterri dans sa poche.

En décembre 2022, Libé déménage à nouveau. Direction cette fois le 113 avenue de Choisy, dans le 13e. Toujours chez Patrick Drahi, encore propriétaire des murs. La direction n’a pas caché l’information aux salariés du quotidien. Elle leur a expliqué que ce nouveau changement allait permettre de baisser le loyer et donc de diminuer le déficit du journal. En revanche, elle n’a pas précisé qu’il cache une nouvelle opération immobilière effectuée sur le dos de Libération : avant même la signature du contrat d’achat de ces 2.148 m² de l’avenue de Choisy, Denis Olivennes, co-gérant de Libé à l’époque, s’est engagé à les louer. Et c’est sur la base de cet engagement écrit que la BNP Paribas a prêté 6.325.000 euros à la SCI « 113 Avenue de Choisy » de Drahi – une SCI domiciliée… au 11 rue Béranger. Le montant de ce prêt sera intégralement couvert par les loyers versés par Libération : le journal s’engage à louer le bâtiment pour 764.566 euros par an hors charges, pendant 9 ans au moins. Ainsi 6.881.094 euros vont d’ici à la fin 2031 encore sortir des comptes de Libération pour garnir ceux de Patrick Drahi !

Optimisation fiscale

Pourtant, si le quotidien de gauche continue, on le voit, d’enrichir le milliardaire, il ne lui appartient officiellement plus : timing parfait, en septembre 2020, au moment où Olivennes engage Libé dans le projet de déménagement au 113 avenue de Choisy, Altice cède le journal au « Fonds de dotation pour une presse indépendante » (FDPI) – c’est son nom officiel. Une structure « indépendante » dirigée par Arthur Dreyfuss, PDG d’Altice France, Laurent Halimi, le secrétaire général du groupe de Patrick Drahi et Nicolas Chatin, le directeur de la communication d’Altice France. Depuis la création de cette entité « indépendante », la rédaction demande un siège au conseil ; sans succès. Drahi a en revanche accepté d’offrir un siège à l’oligarque tchèque Daniel Kretinsky, en échange des 14 millions de prêts accordés à Libération. Bref, l’indépendance de Libération n’est réelle que sur le papier : dans les faits le titre reste sous le contrôle total de trois personnes dépendantes de Patrick Drahi.

Alors pourquoi créer cette structure statutairement « indépendante » tout en gardant les rênes ? Dans son audition au Sénat du début de l’année, Patrick Drahi donne une ébauche de réponse : « Les trucs qui perdent de l’argent, il vaut mieux les mettre dans ces espèces d’organisations philanthropiques qui attirent les donations » et… qui facilitent l’optimisation fiscale. Capital, magazine économique de référence (jusqu’à son rachat récent par Bolloré), a calculé les bénéfices fiscaux de l’opération pour Altice.

D’un point de vue comptable, en cédant Libération au FDPI, Altice a fait un don de 75 millions d’euros. Une somme qui correspond aux 55 millions prêtés par SFR depuis 2014 (1) pour renflouer les caisses et aux 20 millions donnés par SFR pour « financer l’avenir du journal ». Cette donation lui ouvre droit, explique le mensuel, à une réduction d’impôt de plus de 30 millions d’euros.

Des bénefs !

Selon nos calculs, Patrick Drahi aurait – acquisition comprise – investi depuis 2014 autour de 75 millions d’euros. Ce qui correspond aux dépenses reportées comme charges dans les comptes d’Altice Europe en 2020 (2) ouvrant ainsi la voie à une réduction d’impôts pour le groupe. Rien ne se perd, tout se transforme. Voilà pour les dépenses.

Passons aux entrées : la revente de l’immeuble de la rue Béranger lui a permis d’encaisser un bénéfice de 33,8 millions d’euros ; les loyers (passés et futurs) versés par le journal vont lui rapporter en cumulé plus de 15,8 millions ; auxquels il faut ajouter, si on reste sur la fourchette basse, les 30 millions d’euros de réduction d’impôt. Au total, Drahi et son groupe ont récupéré au moins 79,6 millions d’euros. Même si cette addition n’est pas comptablement valide, notamment parce que certains montants sont entrés dans les caisses du Family Office de Drahi – en particulier les très rentables opérations immobilières – et d’autres dans celles d’Altice, on peut supposer que l’homme d’affaires a fait des bénéfices sur le dos du journal en crise.

La partie n’est pas pour autant terminée. Drahi pourrait bien être rattrapé par la patrouille. Comme l’ont révélé nos confrères du Monde, le « sauvetage » de Libération est au cœur d’une enquête judiciaire pour « fraude fiscale aggravée et abus de bien sociaux ». Selon nos informations, le parquet ne s’intéresse pas uniquement à Bruno Ledoux, il se penche notamment sur les modalités… de rachat de l’immeuble par Patrick Drahi.

Contactés, les journalistes représentants au CSE de Libération n’ont pas souhaité s’exprimer avant d’avoir pris connaissance de l’intégralité du contenu de cet article mais assurent qu’ils étudieront avec « un très grand intérêt » les éléments que nous révélons. Denis Olivennes, Bruno Ledoux et Patrick Drahi, de leur côté, n’ont pas répondu à nos questions.

Making of

Le groupe Altice, propriété de Patrick Drahi, a été victime d’un ransomware. Les pirates ont publié sur Internet des masses de données. Ces révélations mettent en lumière un groupe industriel complexe, basé dans des pays très souples en matière fiscale. Ils donnent incidemment à voir le train de vie faramineux d’une famille aussi discrète que milliardaire. Bien loin de la fin de l’abondance annoncée par Emmanuel Macron.

Cette article est le fruit d’une collaboration, à l’initiative de Reflets.info, avec Blast et StreetPress. Les trois médias ont uni leurs efforts pour étudier le leak publié par le groupe de ransomware HIVE en août 2022.

Vous pouvez nous aider en vous abonnant à Reflets.info ou en participant aux deux cagnottes ouvertes dans le cadre de cette en enquête :

Inscrivez-vous sur cette page pour rester informé de nos enquêtes !


(1) Comme l’explique Capital, « début 2020, la direction de _Libération a décidé de déprécier à zéro le fonds de commerce de la société dans les comptes 2019. Autrement dit, elle a estimé que le journal ne valait plus rien… Cette dépréciation a généré une perte purement comptable (non cash) de 13,5 millions d’euros sur l’année 2019 ».

(2) Dépenses qui sont reportées comme charges dans les comptes d’Altice Europe en 2020, ce qui permet de réduire l’impôt du groupe. « La vente a été clôturée le 3 septembre 2020. Suite à la clôture de la transaction, le Groupe n’exerce plus le contrôle de Libération et l’impact total (donation et moins-value) de la transaction a été comptabilisé dans le poste « Autres charges et produits » du compte de résultat pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2020, pour 74,4 millions d’euros. », écrit Altice en novembre 2020.

DOSSIER : ALTICE AU PAYS DES PIRATES

Le groupe Altice, propriété de Patrick Drahi, a été victime d’un ransomware. les pirates ont publié sur Internet des masses de données. Ces révélations mettent en lumière un groupe industriel complexe, basé dans des pays très souples en matière fiscale. Ils donnent incidemment à voir le train de vie faramineux d’une famille aussi discrète que milliardaire. Bien loin de la fin de l’abondance annoncée.

REFLETS : https://reflets.info/articles/comment-patrick-drahi-s-est-enrichi-sur-le-dos-de-liberation


Pas de frontières pour les Drahi et leurs 30 passeports

Multiples nationalités, des entreprises sur tous les continents, une maison dans chaque port… Décidément, avec la famille Drahi, on voyage beaucoup et les frontières sont un concept ridicule – qui n’existe pas. Les choix géographiques paraissent souvent motivés par la fiscalité du pays choisi.

Patrick Drahi est né au Maroc. Il est citoyen français. Il est aussi résident en Suisse où il paye ses impôts. Ses entreprises sont réparties sur toute la planète, des États-Unis à l’Europe en passant par l’Asie. Il a lui-même cinq nationalités (Maroc, France, Israël, Kitt & Nevis, Portugal). Il peut ainsi se rendre comme il le souhaite, avec un jet privé, dans des résidences situées à Londres, New-York, aux Caraïbes, à Genève, à Zermatt (en Suisse), en Israël… Bref, Patrick Drahi est un véritable citoyen du monde. Un hippie des temps modernes : nous vivons sur une toute petite planète et les frontières sont abolies.

Comme les nomades qui ne se sont jamais sentis concernés par les lignes que des dirigeants politiques ont tracées sur des cartes, Patrick Drahi sait parfaitement que les frontières existent et que les législations changent d’un pays à l’autre. Mais cela ne le concerne pas vraiment. Il choisit, comme dans une pioche de Monoply géant, ce qui l’arrange. Avec semble-t-il la même obsession : où paye-t-on le moins d’impôts et quelles conditions doivent être réunies pour y parvenir ? En cela, il est aidé par deux principaux cabinets de fiscalistes : Atoz et Luther. Le premier lui fournit d’ailleurs un document annuel permettant de « faire son marché » parmi tous les pays de la planète, étudiés et présentés selon leur « offre » fiscale.

Des pays très accueillants

Le Portugal présente des avantages fiscaux ? Pour Patrick Drahi qui y investit avec son ami Armando Pereirra, voilà peut-être une opportunité. Qu’à cela ne tienne, « en faisant des recherches, il s’est découvert des ancêtres portugais qui auraient autrefois vécu entre Lisbonne et Faro, dans le sud du pays », note le magazine Challenges dans un portrait particulièrement laudateur d’Armando Pereira, co-fondateur d’Altice. Voilà donc Patrick Drahi portugais depuis 2016. Peut-être pas pour toujours en revanche, car le rabbin de Porto qui a aidé à sa naturalisation a été très récemment mis en examen dans une enquête qui porte sur des faits « susceptibles de constituer des délits de trafic d’influence, de corruption active, de falsification de documents, de blanchiment d’argent » ou encore de « fraude fiscale », selon les termes du ministère public portugais… Une sombre histoire de naturalisation de personnalités comme le milliardaire russe Roman Abramovitch ou l’homme d’affaires… Patrick Drahi ? 

Plus chaud que le Portugal, les Caraïbes. Patrick Drahi dispose également d’un passeport de Saint-Kitts-et-Nevis. Il y a obtenu des avantages fiscaux conséquents en échange de ses nombreux investissements sur l’île de Nevis : achat d’une énorme propriété (Armando Pereira, encore lui, y est son voisin), allongement de la piste de l’aéroport, achat du matériel pour réaliser les tests covid du pays pendant la pandémie… En échange, le gouvernement lui accorderait une exemption de TVA pour dix ans pour tous les produits importés, ainsi qu’une exemption d’impôt sur le revenu et d’impôts sur les sociétés pour tous les développements entrepris sur Nevis.

Le passeport de St Kitts and Nevis du citoyen Patrick Drahi, la plus exotique de ses nationalités, dans les Caraïbes.
Document Reflets/StreetPress/Blast

Visiblement adepte des attaches multiples, Patrick Drahi aurait toutefois tenté de renoncer à sa nationalité française, mais sans succès toujours selon le magazine Challenges.

Un homme du monde

Dans l’ensemble, comme l’a comptabilisé le média suisse Heidi News, Patrick Drahi, sa femme et ses quatre enfants ont accumulé 27 passeports. Soit plus de 4 par personne. Et encore c’est sans compter le passeport de Nevis acheté pour sa petite fille en janvier 2021, lorsqu’elle avait cinq mois (et alors qu’elle dispose déjà des nationalités suisse, américaine et israélienne)…

Nevis accorde la nationalité en échange d’investissements sur l’île. Il faut également compter avec les frais à régler au juriste qui s’occupe des formalités – un peu plus de 5 000 euros dans le cas de sa petite fille.

Pour ses entreprises, la même règle s’applique : un jour aux Pays-Bas, le lendemain au Luxembourg, les holdings changent de noms et de forme juridique au gré des envies et des conseils des fiscalistes. Le groupe Altice est présent au Luxembourg, en France, aux Pays-Bas, aux États-Unis, au Portugal, en Espagne, en Allemagne, au Canada, en Russie, en Israël, en Corée du Sud, en Grande Bretagne, au Japon, en Colombie, au Brésil, en République Dominicaine, en Australie, en Argentine, au Mexique, à Madagascar, à l’Île Maurice, en Suisse, en Tunisie, au Maroc, en Côte d’Ivoire, au Cameroun, au Sénégal, à Hong Kong, en Italie, au Cap Vert, en Allemagne, au Chili, en Roumanie, à Dubaï, en Belgique, à Singapour.

Une maison dans chaque port

À titre personnel, la famille Drahi investit un peu partout. À Nevis, on l’a vu, mais aussi à New-York où a été acheté un appartement situé au 66ème étage d’un gratte-ciel : plus de 500 mètres carrés acquis pour près de 41 millions de dollars. Mais c’était sans doute trop petit, car l’un des enfants a investi en achetant un autre appartement au 22ème étage du même immeuble. À Genève, c’est sur le très huppé quartier de Cologny que la famille a jeté son dévolu avec cinq numéros dans la même rue, dont une maison de 12 pièces. Patrick Drahi louait d’ailleurs une de ses villas avec piscine et jardin, pour la modique somme de 500 000 francs suisses par an, soit un loyer de 41 666 francs suisses par mois. 

À Zermatt, dans la très chic station de ski où il est domicilié, Patrick Drahi s’investit également beaucoup. Sa société NDZ a fait construire sept chalets de luxe, de 500 à 1250 m² baptisés « 7 Heavens ». S’il s’est installé dans cette commune du canton du Valais, c’est peut-être pour sa vue imprenable sur un des plus hauts sommets d’Europe (le mont Cervin) ou pour les sports d’hiver. Mais c’est aussi probablement parce qu’il peut y bénéficier d’un forfait fiscal avantageux. En Suisse les forfaits fiscaux existent dans plusieurs cantons. Dans le Valais, le taux maximal d’imposition est de 36 %, contre un peu plus de 41 % dans le canton de Vaud (Lausanne) ou 45 % à Genève par exemples. 

Le choix de la résidence principale du milliardaire semble, comme pour le reste, dicté par l’obsession de payer le moins possible. Mais à force d’être partout et nulle part à la fois, Patrick Drahi a fini par se faire remarquer des autorités fiscales genevoises, comme l’avaient révélé nos confrères d’Heidi News : les impôts helvètes se demanderaient s’il vit bien à Zermatt comme il le déclare, ou dans ses autres maisons de Cologny près de Genève ; et s’il vit séparé ou non. L’homme d’affaires a déclaré à l’administration fiscale suisse ne plus vivre avec sa femme et lui verser une pension, explique Heidi News. Mais les Suisses soupçonnent un montage artificiel pour payer moins d’impôts.

David, le fils de son père

Chez les Drahi, les enfants ont eux aussi la bougeotte, grandes études obligent. Mais chacun de leur déplacement et lieu de résidence paraissent là aussi choisis pour payer le moins de taxes possible. C’est le cas pour David Drahi. À 27 ans, il a terminé ses études : il est aujourd’hui à la fois codirecteur général d’Altice Europe, administrateur d’Altice USA et de la filiale Altice au Portugal. 

Après des études à Lausanne, puis Londres et Oxford, David Drahi aurait le projet de s’installer à New York ? Les fiscalistes ont immédiatement planché sur les aspects fiscaux de ce possible déménagement en produisant notamment un document qui analyse les conséquences fiscales d’une installation aux États-Unis. Tout est toujours calculé à l’avance. Un des fiscalistes prévient par exemple : « Quelques nouvelles pour le permis/impôts de David, j’ai le projet quasi final pour les aspects fiscaux […] Une fois qu’il aura obtenu le visa, il pourra s’installer quand il le veut, il n’y pas de délai mais le compteur des 7 ans tourne. Pour des questions fiscales toutefois il faut qu’il s’installe en 2022. » 

Quelques-uns des passeports de Patrick Drahi, qu’il sort de sa manche l’un ou l’autre selon les besoins.
Création Caroline Varon

Pour rejoindre ses entreprises disséminées sur la planète ou ses résidences un peu partout, Patrick Drahi (comme sa famille) dispose de jets. Mais là encore le patron d’Altice ne fait pas les choses simplement : pas question de louer un bête avion à une société quelconque, comme il en existe tant. Il lui faut ses propres avions. Et même le plus gros possible. Il a ainsi acquis un Bombardier Global 7500 qui, selon le fabriquant, est « le plus grand » et possède « le plus long rayon d’action des avions d’affaires au monde ». Et l’achat de l’appareil fait bien entendu visiter du pays : pour opérer cet avion, il y a toutes sortes d’entreprises qui sont sollicitées : Equiom, qui nous embarque vers l’île de Man, Valais Management Services (le family office en Suisse), Manjet Aviation également enregistrée sur l’île de Man et Sparfell Aviation (Suisse)…

Lorsqu’il disposait d’un super yacht, le Quite Essential (comme son nom ne l’indique pas…), Patrick Drahi avait mis en place une infrastructure permettant de ne pas apparaître comme le bénéficiaire final du bateau. Là encore, les entreprises qui permettaient de brouiller les pistes et le bateau sont logées dans des endroits exotiques comme Guernesey, aux îles Caïmans ou à Malte…

Sur l’eau, dans le ciel ou sur la terre, c’est une constante : pas besoin de 80 jours pour faire le tour du monde avec Patrick Drahi. Quelques instants suffisent.

Contactés, Patrick Drahi et David Drahi n’ont pas répondu à nos questions.

Dossier /
DrahiLeaks

Retrouvez tous les articles associés.

BLAST : https://www.blast-info.fr/articles/2022/pas-de-frontieres-pour-les-drahi-et-leurs-30-passeports-NuQ8HHwJQt-1_bwIgE12tQ



2 Commentaires

  • Quiconque nie l’authenticité des Protocoles souffre d’une possible déficience intellectuelle, à moins qu’il n’en défende les principes et participe à cacher une réalité ineffable, insoutenable et non-intégrable par des cerveaux normaux, car tellement monstrueuse.

  • Tout ceci ce que l’on vit, ce que l’on a vécu,et le reste à venir, se retrouve également dans la fameuse lettre du rabbin charmorldu ! Ils ont la vengeance longue les perfides !

Laisser un commentaire