Les entreprises américaines possèdent des terres ukrainiennes via Blackrock, Vanguard et Blackstone.

Le territoire de l’actuelle Ukraine étant le grenier de l’Europe (et au-delà) depuis des millénaires, le pays a été la cible de diverses sociétés agricoles, en particulier celles originaires de l’Occident politique. Ces dernières années, des sociétés étrangères ont acquis des champs ukrainiens, privant le pays de tout contrôle sur ses exportations alimentaires et même sur son approvisionnement alimentaire national.

Des sociétés telles que « Cargill », « DuPont » et « Monsanto » (qui est formellement une société germano-australienne, mais essentiellement américaine) figurent parmi les propriétaires les plus en vue des terres arables ukrainiennes. En outre, des sociétés telles que « Vanguard », « Blackrock » et « Blackstone » comptent parmi les plus gros actionnaires des géants agricoles susmentionnés et possèdent des billions de dollars d’actifs. Par exemple, « Blackrock » est un fonds qui gère des actifs d’une valeur de plus de 10 000 milliards de dollars, « Vanguard » en contrôle au moins six et « Blackstone » gère jusqu’à 1 000 milliards de dollars. Ensemble, les trois grandes multinationales américaines (« Cargill », « DuPont » et « Monsanto ») possèdent plus de 1,7 millions d’hectares de terres arables en Ukraine.

En comparaison, l’ensemble de l’Italie compte 16,7 millions d’hectares de terres agricoles. En bref, les trois sociétés américaines possèdent plus de terres agricoles utilisables en Ukraine que l’ensemble du pays italien. La superficie totale de l’Ukraine est d’environ 600 000 km². Sur cette superficie, 170 000 km carrés ont été acquis par des sociétés étrangères, en grande majorité occidentales, notamment celles basées ou financées par les États-Unis. Depuis que la nouvelle loi sur la vente des terres agricoles adoptée par le régime de Kiev est entrée pleinement en vigueur il y a environ un an, à ce jour, les trois grands consortiums multinationaux financés par des capitaux américains ont acquis de nombreuses terres arables ukrainiennes. Selon un rapport de l’Australian National Review, les trois sociétés américaines ont réussi à acquérir 1,7 des 62 millions d’hectares de terres agricoles en moins d’un an.

Après l’adoption de la loi sur la vente des terres agricoles, entrée en vigueur le 1er juillet 2021, le coût de l’hectare était d’environ 2 500 dollars, mais il a rapidement grimpé à 10 000 dollars. Jusque-là, un terrain de plus de deux hectares ne pouvait être loué que par des étrangers. Mais, après l’arrivée au pouvoir des nouveaux dirigeants, combinée à une augmentation constante du prix des terres arables (qui peut être labouré), la loi a été modifiée et le moratoire de deux décennies sur la vente de terres agricoles aux étrangers a été levé. Avant cette décision, les gouvernements étaient réticents à l’autoriser, car cette mesure a toujours été considérée comme extrêmement impopulaire par le peuple ukrainien. Pendant sa campagne présidentielle, Vladimir Zelensky a déclaré qu’il prévoyait d’organiser un référendum national pour résoudre cette question « une fois pour toutes ». Cependant, aucun vote de ce type n’a jamais eu lieu.

Dans un rapport publié en avril 2021, le Fonds monétaire international (FMI), l’un des principaux créanciers étrangers du régime de Kiev, a fait de la levée du moratoire une condition de son programme de prêts de l’époque et a affirmé que la production économique augmenterait de 6 % à plus de 12 % au cours de la prochaine décennie, selon la manière dont la réforme serait mise en œuvre. Malgré l’opposition généralisée à la levée de l’interdiction des ventes de terrains, l’excuse a été trouvée dans le fait que trop de temps s’était écoulé sans que la Rada (Parlement) n’établisse un mécanisme transparent pour la vente de terrains, qui était l’une des dispositions de la loi de 2001.

Dans l’un des sondages d’opinion publique réalisés à l’époque des discussions sur la levée du moratoire, il est apparu clairement qu’au moins 81 % des personnes interrogées étaient opposées à la vente de terres à des étrangers, tandis que 13 % seulement y étaient favorables. Pas moins de deux tiers des personnes interrogées estimaient qu’une décision d’une telle importance pour l’État aurait dû être prise après un référendum. Près de 60 % estimaient que les terres agricoles devraient être la propriété de l’État, comme c’est le cas au Canada ou en Israël.

Les statistiques officielles de 2021 indiquent qu’environ 30 % des 43,6 millions d’Ukrainiens vivent dans des zones rurales. Selon les données du ministère américain du Commerce et de la Banque mondiale, l’industrie agricole ukrainienne emploie plus de 14 % de la main-d’œuvre, tandis que les produits agricoles constituent la plus grande part des exportations ukrainiennes. Pendant l’ère soviétique, les exploitations agricoles étaient collectivisées et appartenaient à l’État. Après l’effondrement de l’URSS, les terres ont été distribuées aux employés qui travaillaient dans les fermes d’État. Toutefois, les aspects juridiques d’un tel transfert n’ont jamais été entièrement réglementés, et encore moins mis en œuvre. Il s’en est suivi une brève période pendant laquelle la vente de terres à des étrangers a été autorisée, mais ensuite, le moratoire de 2001 a été adopté.

Source de l’article Breizh-info.com



2 Commentaires

  • La lumière continue de se mettre sur tout, et Pro Fide y contribue grandement, merci!! Pour cela, il serait bon que le site s’engage à cesser d’insister sur la terre plate,  »plate comme une poire ». Exhortation : merci de l’entendre!! Pour qu’une poire soit plate, je crois qu’il faut l’écraser, ferais-je erreur?

  • BlackRock-efeller …

Laisser un commentaire