Martyrs d’Avrillé : Le 12 janvier 1794 entre 2500 et 3000 Catholiques furent exécutés au nom de la république.

Les fusillades d’Avrillé désignent l’exécution de plusieurs centaines ou milliers d’hommes et de femmes fusillés par les Républicains durant la guerre de Vendée. Elles se déroulent sous la Terreur pendant la Révolution française. Les victimes sont appelées les « martyrs d’Angers ».

Déroulement des exécutions

À la suite de la défaite des Vendéens durant la Virée de Galerne, à la mise en place de la Terreur et au début des colonnes infernales, les Républicains font prisonniers des milliers de Vendéens.

À Angers, dirigés par les représentants en mission Nicolas Hentz et Adrien Francastel, les prisonniers passent en jugement sommaire devant les commissions militaires.

Les exécutions ont lieu dans un champ de la ferme Desvallois à Avrillé. Le lieu sera par la suite rebaptisé « le Champ des Martyrs »2. Au total on relève neuf fusillades, du 12 janvier au 16 avril 17942,3.

Origine géographique des victimes

Selon Pierre-Marie Gaborit et Nicolas Delahaye, l’origine géographique des victimes est la suivante4 :

Bilan humain

Le nombre des victimes n’est pas connu avec précision. Selon un mémoire rédigé en 1816 par l’abbé Gruget, ancien prêtre réfractaire et contemporain des événements, 1 994 personnes au total sont fusillées au Champ des Martyrs1. D’autres auteurs vont jusqu’à 2 300, voire 3 000 morts1. Au début du XXe siècle, les recherches des abbés Uzureau et Houbedine permettent l’identification de 863 victimes1.

En 1995, Pierre-Marie Gaborit et Nicolas Delahaye arrivent à un total d’environ 2 480 morts et indiquent que les exécutions se déroulent ainsi2  :

  • Le 12 janvier : 500 victimes, principalement des hommes, paysans et artisans.
  • Le 15 janvier : 300 victimes, des hommes âgés de 18 à 65 ans.
  • Le 18 janvier : 250 victimes, parmi lesquelles beaucoup de femmes, âgées de 19 à 63 ans.
  • Le 20 janvier : 400 victimes, des hommes âgés de 17 à 65 ans.
  • Le 21 janvier : 150 victimes, hommes et femmes.
  • Le 22 janvier : 80 victimes.
  • Le 1er février : 400 victimes, principalement des femmes, âgées de 18 à 72 ans.
  • Le 10 février : 200 victimes, des hommes et des femmes, âgés de 16 à 71 ans.
  • Le 16 avril : 200 victimes, hommes et femmes.

En 2007, après avoir confronté les listes nominatives des condamnés, les extraditions des prisons et les séries lacunaires, Jacques Hussenet estime qu’un nombre de 1 200 à 1 400 victimes est vraisemblable, mais sans certitude1.

En 2014, l’historien Jean-Clément Martin indique que les neuf fusillades d’Avrillé font chacune entre 200 et 400 morts3.

En 2021, l’historien et professeur Jean-François Couet conclut dans une nouvelle étude que le nombre des victimes des fusillades d’Avrillé se monte à plus de 2 000 personnes5.

En 1984, 84 victimes des fusillades d’Avrillé et 15 personnes guillotinées sur la place du Ralliement à Angers sont béatifiées par l’Église catholique1. Elles sont appelées les « martyrs d’Angers ».

Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusillades_d%27Avrill%C3%A9


Il y a 229 ans aujourd’hui, débutaient les fusillades d’Avrillé, en Anjou. A la suite de la défaite des Vendéens durant la Virée de Galerne, lors de la mise en place de la Terreur et au début des exactions commises par les colonnes infernales, les républicains font prisonniers des milliers de Vendéens.

A Angers, dirigés par les représentants en mission Nicolas Hentz et Adrien Francastel, les prisonniers Catholiques passent en jugement sommaire devant les commissions militaires. Les exécutions ont lieu au parc de la Haie-aux-Bonshommes à Avrillé, en Maine-et-Loire, le lieu sera par la suite rebaptisé « le Champ des Martyrs ».

Les Catholiques ont été assassinés et leurs corps jetés dans les fosses communes devant lesquelles la république les a exécutés AU NOM DE LEUR FOI EN DIEU.

IN MEMORIAM.

C’est cette même république qui, au nom des « Droits de l’Homme », rentre chez vous vous faire LA MORALE sur la Sainte Inquisition Catholique qu’elle hurle « meurtrière et sans coeur ». Sainte Inquisition qui envoya plus les prisonniers FAIRE PENITENCE, SE REPENTIR DE LEURS FAUTES, que dans la mort.

« La Révolution Française a fait plus de morts en un mois au nom de l’athéisme que l’Inquisition au nom de Dieu pendant tout le Moyen Âge et dans toute l’Europe. »

Pierre Chaunu, Historien.


3 Commentaires

Laisser un commentaire