Frère John Hardon (1914-2000) : de la religion Catholique à la religion conciliaire et à nouveau dans la religion Catholique jusqu’à son décès.

Comme beaucoup de clercs, Frère John Hardon, était un fervent Fidèle du Christ qui dénonçait les dérives de la société. Alors que sa Foi était celle de l’Eglise Catholique, il n’a pas résisté aux sirènes de Vatican d’Eux et s’y est engouffré comme l’on trouve la sortie dans un labyrinthe.

C’est lui qui a écrit, après avoir respiré la Fumée de Satan dans Vatican d’Eux :

« La raison pour laquelle nous avons un massacre aussi massif d’innocents est que nous sommes devenus une société de fornication, une société d’adultère, une société de masturbation et une société de contraception. Les gens impudiques sont des gens égoïstes. Ils ne s’arrêteront pas au meurtre si un enfant à naître devenait un fardeau pour leur indulgence et leur plaisir sexuel. »

Fr. John A. Hardon, SJ.

Frère John Hardon a prononcé ses vœux définitifs le 2 février 1953, y compris le vœu spécial des jésuites de fidélité inébranlable au pape.

Frère John, Jésuite, est né le 18 juin 1914 et est décédé le 30 décembre 2000. Il a obtenu son doctorat en théologie sacrée de l’Université grégorienne en 1951 avec une thèse sur Saint Robert Bellarmin : une étude comparative de la doctrine de Bellarmin sur la relation des non-catholiques sincères à l’Église catholique.

Plus tard dans sa vie, il a déclaré: « Je n’aurais pas pu choisir un meilleur sujet en vue de toute une vie d’enseignement de la doctrine catholique. « La même année, il a reçu la médaille papale.

Sa dérive en 1956

Son livre de 1956 « Protestant Churches in America » a été acclamé par la critique même dans les cercles protestants. Tout en enseignant à plein temps à West Baden, Hardon est devenu professeur invité de théologie catholique dans plusieurs séminaires et collèges protestants, notamment la Bethany School of Theology, la Lutheran School of Theology et la Seabury-Western Divinity School.

Dans ce travail, il a vu une opportunité de partager la plénitude de la foi avec ceux baptisés en Christ qui, en raison des circonstances de l’histoire, du temps et du lieu, ou de la culture, n’avaient pas encore reçu une compréhension et une appréciation complètes de la foi chrétienne et de l’Église qui étend la puissance et la présence de Jésus-Christ. Lors de son acceptation d’un poste à l’école Seabury-Western Divinity, l’archevêque anglican de Cantorbéry a envoyé un représentant personnel pour marquer « la première fois dans l’histoire qu’un séminaire anglican / épiscopalien avait nommé un enseignant qui était membre de la société autrefois haïe et redoutée de Jésus. »

Hardon a également été conseiller du Concile Vatican II dans les discussions sur la liturgie. Entre 1962 et 1967, Hardon a enseigné le catholicisme romain et la religion comparée à la Western Michigan University.

La soumission à Vatican 2.

Il a publié son livre « Religions of the World » en 1963.

En 1967, il a repris l’enseignement des scolastiques jésuites dans deux écoles théologiques jésuites de l’Illinois tout en travaillant comme professeur invité à l’Université St. Paul à Ottawa, où il a donné des cours de missiologie aux missionnaires en congé. A cette époque, il a également commencé à travailler pour les Congrégations des Religieux et du Clergé à Rome pour mettre en œuvre le renouveau prévu dans les documents de Vatican II.

C’est Vouloir revenir à la Religion Catholique sous Vatican d’Eux qui l’a poussé vers la porte de sortie :

Poussé par la question d’une femme à St. John’s, Hardon a écrit un article s’opposant à l’ennéagramme de la personnalité, le considérant comme un processus New Age dangereux pour la foi catholique.

Après avoir été convoqué à une consultation avec ses supérieurs jésuites, il fut informé qu’il lui serait interdit d’enseigner dans une institution jésuite, une interdiction qui dura seize ans jusqu’à sa mort.

Il considérait cela comme une persécution pour avoir enseigné la foi, un  » martyre blanc « , et il conseillerait à ses auditeurs qu’ils devraient être prêts à souffrir pour les vraies doctrines du catholicisme.

Hardon a également été repoussé par l’archidiocèse de Detroit, qui a refusé d’utiliser l’un de ses livres dans leurs documents catéchétiques ou de l’inviter à des conférences et des séminaires.

Selon le journal catholique conservateur The Wanderer, un ordre permanent du journal de l’archidiocèse de Detroit, The Michigan Catholic, stipulait que la photo de Hardon ne devait pas être imprimée et que son nom devait figurer dans la police la plus petite possible, en raison de la conviction de Patrick Halfpenny qu’« il est division. »

Lors de la messe de Detroit célébrant le 50e anniversaire de son ordination, pas un seul jésuite ne l’a rejoint.

https://en.wikipedia.org/wiki/John_Hardon

Preuve, s’il en fallait une autre, que toute alliance avec le singe de Dieu se retourne TOUJOURS contre celui qui se détourne du Chemin de la Seule Doctrine de Dieu : la Religion Catholique.

Frère John Hardon s’est laissé séduire par ceux qui l’ont jeté dehors lorsqu’il a dénoncé leurs arnaques.

« Derrière la communion dans la main, je souhaite répéter et planifier autant que possible un affaiblissement, un affaiblissement conscient et délibéré de la foi en la Présence réelle. »

« Le Saint Sacrifice offert sur tant d’autels est un réservoir de force divine contre le démon de la convoitise de tous les hommes. »

« A moins que nous ne retrouvions le zèle et l’esprit des chrétiens du siècle – à moins que nous ne soyons prêts à faire ce qu’ils ont fait et à payer le prix qu’ils ont payé, l’avenir de notre pays, les jours de l’Amérique sont comptés. »

Reposez en Paix Frère John, votre message a été entendu et c’est votre Pays qui nous donne Son Excellence Carlo Maria Vigano qui, comme vous, a cru aux mensonges de « l’évolution » de la religion Conciliaire dictés par les suppôts de Satan. Il est devenu depuis, comme vous, un Grand Défenseur de la Sainte Doctrine Catholique que Nul ne peut changer d’un iota car elle est, comme Notre Sainte Mère Marie, IMMACULEE DEPUIS LE COMMENCEMENT.

Les Catholiques doivent redevenir DES CROISES pour Détruire le Mal où qu’il soit.

Partout et Toujours.


3 Commentaires

  • Oui, sauf que quand vous faites cela en France, quand vous dénoncez le mal, vous êtes bien seule. Et même une partie de catholiques que j’ai croisés (traditionnalistes) m’ont laissé cette impression là : se défendre est mal vu et contester un ordre dangereux n’est pas bon non plus car il faut se soumettre au pouvoir. L’exemple des premiers chrétiens exécutés à Rome est la voie à suivre.
    Si quelqu’un ici peut m’expliquer : comment, avec cet exemple, nos ancêtres ont quand même pu décider à plusieurs reprises de mettre dehors ceux qui venaient envahir notre pays ? Est-il bien ou mal de se défendre et de vouloir protéger ses enfants et son pays pour un catholique ?
    C’est une vraie question, car je n’en sais rien. Ils ont jeté le trouble dans ce qui me paraissait relever du bon sens, mais comme je ne connais pas tout en matière de catholicisme, il se peut aussi que ce soit moi qui n’y comprenne rien.

    • C’est très simple Michela : Nous devons Défendre Uniquement LA VERITE qui est dans la religion Catholique. Vatican 2 est la contre vérité, celle du ralliement au monde de l’Eglise alors que c’est au Monde a devoir rentrer dans l’Eglise suivant les paroles de Notre Seigneur Jésus-Christ : « Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie. » et surtout son message qui doit vibrer dans nos coeur :
      « Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous. »
      Ceci étant la PREUVE par la Parole de Dieu que Nul n’a le droit de faire rentrer l’Eglise dans le monde et que si cela se produisait (comme tel est le cas) ce ne serait plus l’Eglise de Jésus-Christ mais une contre Eglise qui se ferait passer pour ce qu’elle n’est pas.
      Bien à vous Michela.

      • Je sais pour l’infiltration mais ce sont des traditionnalistes que j’ai rencontrés.
        Je vais prendre un cas concret : comment éviter l’école à ses enfants quand on ne veut pas les y mettre à trois ans ni les vacciner sans se mettre hors la loi ?
        Et des exemples comme cela, j’en ai plein. Il y en a qui par exemple refusaient le masque et c’était aussi mal vu par les catholiques. Donc je ne comprends pas. Si on ne peut même plus simplement dire « non ».

Laisser un commentaire