A Nancy, la baguette aux insectes est lancée. Vidéo.

Que voulez-vous faire avec des abrutis pareils ?

Malgré tous les avertissements possibles et inimaginables, un abruti reste et demeure un abruti auquel s’associent des tas d’autres abrutis.

Manger des insectes : attention danger, prévient l’ANSES

Êtes-vous entomophage ? Autrement dit, avez-vous déjà cédé à la mode des insectes comestibles ? Si ce concept nous paraît encore exotique et original en Europe, l’entomophagie est une pratique courante dans de nombreuses parties du monde, qui permet de contribuer à l’alimentation des populations d’Afrique, Asie, Australie et Amérique du Sud. Et donc une solution pour l’Europe, si les autorités sanitaires ne s’y opposent pas.

Manger des insectes : manque d’études

Il faut en effet se montrer prudent avant de manger des insectes, comme le préconise l’ANSES, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail dans un rapport paru en avril 2015. La consommation d’insectes, souligne-t-elle, est en effet potentiellement source de dangers[Source] Rapport ANSES, 9 avril 2015,

  • chimiques : du fait des substances fabriquées et/ou stockées dans le corps de l’insecte
  • physiques : du fait de la présence de parties dures (carapaces…)
  • allergènes, tout comme pour certains crustacés
  • microbiens, certains insectes étant porteurs de parasites, virus, bactéries…

L’ANSES souligne le fait que peu d’études ont été menées sur le sujet, et que le manque de connaissances concernant l’élevage et la consommation d’insectes doit inciter à la plus grande prudence.

Qu’en pensent les spécialistes ? Le leader français de la production d’insectes comestibles répond à nos questions

Comment cela affecte les producteurs ? Micronutris est une société installée dans le Sud de la France qui élève et commercialise des insectes à destination de la consommation humaine. Son responsable clientèle, M. Pigeon, a répondu à nos questions.Insectes comestibles frits

Insectes comestibles © Jeep2499 / Shutterstock.com – Insectes frits

consoGlobe : En France, que dit la loi concernant la production et la commercialisation d’insectes comestibles ?

M. Pigeon : Pour l’instant, il n’y a pas de loi qui autorise explicitement l’élevage et la vente d’insectes, mais un principe de tolérance. Il faut savoir qu’en Belgique, une dizaine d’Insectes sont aujourd’hui autorisés à la vente, quant aux Pays-Bas, une université est dédiée à l’étude de tout ce qui a trait à la valorisation des insectes comestibles.

consoglobe : Il y a donc un vide juridique français ?

M. Pigeon  : Actuellement, aucune législation en France n’autorise l’élevage des insectes et leur commercialisation. « A ce jour, aucun dossier recevable de demande d’autorisation de mise sur le marché n’a été déposé en Europe pour des insectes ou produits à base d’insectes destinés à l’alimentation humaine. Par conséquent, aucun insecte, ni dérivé d’insecte, ne peut être mis sur le marché pour l’alimentation humaine », indique l’avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif à « la valorisation des insectes dans l’alimentation et l’état des lieux des connaissances scientifiques sur les risques sanitaires en lien avec la consommation des insectes», publié le 9 avril 2015.

consoGlobe : l’avis de l’ANSES publié en avril 2015 met en avant des risques potentiels liés au fait de manger des insectes, notamment chimiques, microbiens, et mécaniques. Qu’en pensez-vous ?

M. Pigeon  : Nous sommes régulièrement contrôlés par des commissions d’hygiène et de respect des conditions d’élevage. Nous avons aussi au sein de l’entreprise une responsable qualité qui se tient au courant de la législation en vigueur afin que Micronutris soit continuellement en phase avec les standards de l’Union Européenne.

Les insectes que nous élevons (vers de farine et grillons) sont exclusivement nourris à base de céréales et de légumes biologiques, car l’utilisation de pesticides est totalement incompatible avec notre volonté de leur apporter des conditions de vie les plus saines possibles. Pour ce qui est des dangers microbiologiques, nous répondons à la déclaration de conformité du règlement CE 2073/2005 modifié. De plus, nos deux espèces – que l’on trouve naturellement sauvages en France – font partie de la liste des 2000 insectes jugés comestibles par la FAO et des dix retenus par la Belgique pour être élevés et consommés.

consoGlobe : Micronutris est une jeune entreprise innovante et… qui n’a pas eu peur de se lancer dans un pays qui tire une grande fierté de sa gastronomie séculaire. Comment les Français accueillent-ils ces nouveaux aliments, manger des insectes est-il accepté ?

M. Pigeon  : Nous sommes très positifs quant à l’évolution des mentalités. Déjà, nous constatons que la réticence fait peu à peu place à une curiosité qui pousse désormais souvent nos clients à l’achat, lors des séances de dégustation que nous organisons. Nous espérons que d’ici quelques années, les insectes feront partie du quotidien sur les tables françaises. Ils représentent une nourriture vraiment intéressante, de par leur richesse en protéines, mais aussi en minéraux et en Omégas 3.

consoGlobe : Mais dans un contexte où la nourriture carnée ne manque pas chez nous, le pari n’était-il pas risqué ?

M. Pigeon  : Effectivement, mais nous voulions que le consommateur ait le choix, dans les grandes surfaces, de trouver près des viandes classiques, une nouvelle source d’apports protéiques de haute qualité nutritionnelle. Ce n’est pas encore le cas, pour l’instant.

consoGlobe : Vous défendez de fortes valeurs écologiques…

M. Pigeon  : Oui. D’une part, l’élevage d’insectes nécessite une surface extrêmement réduite comparée à celle nécessaire dans un élevage traditionnel. Nous avons des « tours » à insectes, ce qui permet une très bonne productivité. Si l’on reprend l’exemple des vers de farine, ces animaux ne boivent pas, se développent à l’obscurité et ont besoin d’une très forte densité d’individus… tout ceci concourt à réduire de manière intéressante l’impact écologique de l’élevage.

De manière indirecte, nous espérons aussi inciter le consommateur, s’il intègre les insectes comme source permanente de protéines – et par conséquent, en baissant sa consommation d’autres produits carnés – à acheter de la viande de meilleure qualité, certes un peu plus chère, mais produite plus localement, dans des conditions qui respectent plus l’animal.

Conso Globe : https://www.consoglobe.com/manger-des-insectes-attention-danger-previent-lanses-cg


L’immonde Klaus Schwab veut nous faire manger des insectes :

L’agenda du FEM (Forum Economique Mondial) pour nous faire manger des insectes : https://www.buymeacoffee.com/p/1498768

👉L’UE autorise la commercialisation des larves de scarabée du fumier comme nouvel aliment

👉Les entreprises européennes pourront utiliser cet insecte dans des formulations congelées et lyophilisées ou sous forme de pâte ou de poudre pour fabriquer des produits alimentaires
Les insectes que vous ne savez pas que vous mangez: jusqu’à un kilo par an

👉La Commission européenne a autorisé la commercialisation des larves de scarabée du fumier (Alphitobius diaperinus) en pâtes, congelées, séchées ou en poudre comme nouvel aliment au sein de l’UE.
Il s’agit du quatrième insecte inclus dans cette catégorie après le ver à farine, le homard migrateurs et le cricket domestique.

👉L’autorisation, qui a été annoncée le 5 janvier dernier, est donnée quelques mois après que l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) ait conclu dans une étude que la consommation des larves de cet insecte dans les conditions d’utilisation envisagées et aux niveaux proposés est sûre

La Suissesse Noor Bin Ladin, âgée de 35 ans est la fille du demi-frère d’Oussama Bin Ladin.

Elle envoie un message direct à Klaus Schwab & ses maîtres.

« Mon nom est Noor Bin Ladin. Je suis un être humain – pas un code QR. Je ne veux pas manger les insectes. Je ne veux pas vivre dans le pod. Je ne veux pas être piégée dans une prison numérique, et rien de ce qu’ils peuvent faire ne me fera changer d’avis. »

Noor Bin Ladin

Ceux qui mangeront des insectes ne sont peut-être pas ceux que l’on croit.


8 Commentaires

  • Bonjour,

    Les êtres éclairés non inoculés se détournent déjà de toute alimentation industrielle trafiquée et vont résister surtout et sans hésitation à celle qui incorpore des substances non digestes et dangereuses provenant d’insectes.

    Tant pis pour les autres qui n’ont pas conscience du complot contre notre espèce et qui ne l’auront jamais.

    Fraternelles Cordialités à la communauté résistante.

  • Manger des insectes …?

    Au même moment, où tous les « les bavards universitaires, les spécialistes et les experts en écosystèmes, la meute rouge totalitaire, les écolos gauchos, toute la presse mensongère, les média aux ordres du Système mondialiste de Davos et de l’U.E…» nous annoncent un effondrement général de toutes les espèces animales, –les insectes compris– avant la fin de ce siècle, ça laisse plus que bizarrement perplexe, voir plus sur le pseudo-bien-fondé du dit effondrement !!

    De plus, nos deux espèces : vers de farine et grillons– que l’on trouve naturellement sauvages en France – font partie de la liste des 2000 insectes qui seront comestibles.

    Les insectes sont élevés dans des fermes (vers de farine et grillons) et sont exclusivement nourris à base de céréales et de légumes biologiques, sans utilisation de pesticides ?

    Tien donc, et les humains, eux ont droit à des aliments transformés transgéniques, aux OGM et autres pesticides et fongicides ! Alors que nos petits vers et autres grillons seront bien nourris, aux petits oignon- plutôt aux bons aliments naturel bio, dont nous serons privés !
    Question: les humains biologiques vont-il devenir des esclaves au service des insectes, pour être à leur tour transformés en matière consommable , genre comme dans le film « Soleil Ver t» pauvres unités carbone que nous sommes ? Le devenir post-mortem du corps l’humain encore biologique inhumé, n’est-il pas est d’être mangé par les petits vers….
    Aussi, Le salut de notre âme mystique et de notre futur corps glorieux de lumière divine ressuscité, est dans la foi et l’amour de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
    Le corps inhumé, en effet, est comme le grain de froment tombé en terre et qui se décompose : de là, par la mystérieuse action de la toute-puissance divine, jaillira la vie. L’inhumation est en harmonie avec les dogmes des fins dernières, qu’elle signifie bien : le corps est déposé comme une semence dans le cimetière :
    « Ainsi en est-il pour la résurrection des morts. Semé dans la corruption, le corps ressuscite, incorruptible; semé dans l’ignominie, il ressuscite glorieux; semé dans la faiblesse, il ressuscite plein de force; semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S’il y a un corps animal, il y aussi un corps spirituel. C’est en ce sens qu’il est écrit:  » Le premier homme, Adam, a été fait âme vivante « ; le dernier Adam a été fait esprit vivifiant. »*
    *Saint Paul, Ière Epître aux Corinthiens, 15- 42-43-44-45

    Daniel 12/162: « …En ce temps là, la délivrance viendra pour ton peuple, pour tous ceux qui se trouvent inscrits dans le livre. Beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière du sol se réveilleront, les uns pour une vie éternelle, les autres pour être un objet d’ignominie et d’horreur éternelle ».

  • Dans le reportage à Nancy, la première personne qui intervient est un étudiant de l’ICN Creative business school https://www.icn-artem.com/
    On est donc là dans du placement de produit et l’aboutissement du projet stupide d’un jeune étudiant.
    Cette école a l’air de produire des vendeurs de tout et n’importe quoi.
    Qui la finance ?

    On voit ce qu’est devenu notre alimentation, autrefois c’est notre pays qui la déterminait, nos terres, nos cultures, notre climat, nos traditions, nos paysans et tous ceux qui la transformait, dont le boulanger, maintenant, ce sont les cinglés qui dirigent ce monde et qui parviennent toujours à trouver des petits commerçants, qui eux ne pensent que carrière et pognon avant de penser de manière humaine, pour nous refourguer leurs marchandises malaisantes.

    L’équipe des banaliseurs sera aussi bientôt lâchée dans les médias et sur les réseaux sociaux pour nous faire avaler que cette nourriture est normale et en plus bénéfique pour la santé, ils nous citeront des études pour convoquer le dieu science et fermer son clapet au pauvre pékin ignorant que nous sommes, nous diront qu’on mange des insectes depuis toujours dans la salade du jardin donc que nous faisons preuve d’incohérence et de stupidité si nous refusons ceux là et que des autres peuples en mangent depuis des millénaires et s’en portent très bien, faisant passer celui qui doute encore pour un renfrogné qui ne veut pas s’ouvrir au monde, au progrès, à la nouveauté et changer ses petites habitudes, la honte, en somme. Les derniers récalcitrants seront assommés par l’argument massue : c’est plus économique. Tout n’est plus que plaidoirie commercial dans cette basse époque.

  • immonde

  • Les êtres éclairés non inoculés mangeront de la baguette de pain qui pourra contenir de la farine de grillon sans qu’ils le sachent.

  • Petit Kit de base de survie, pour être en autonomie alimentaire, hors du Système industriel de l’agro-alimentaire mondialisé.
    –Parce que pour les animaux de consommation issus de l’élevage industriel intensif, le cheptel des bovins sont élevés aux OGM, venant des USA-du Canada-de l’Argentine, sont déjà distribués dans la filière des grandes surfaces.
    Cheptel des bovins-porcs-moutons-caprins-lapins. La volaille : poules-poulets-canards-oies-dindes-pintades, bientôt en phase de vaccination à l’Automne 2023..
    –Que les aliments transformés, sont transgéniques: blé-soja-maïs….
    –Poissons élevé en pisciculture : saumon de Norvège vaccinée. Pêche en océan limitée..

    1- Quitter le Système aux mains des lobbys industriels mafieux de l’agro-alimentaire, qui nous empoisonnent.
    2- Se tourner vers les petits producteurs locaux de proximité, près de chez soi : circuits courts.
    3- Préférer les villes moyennes, plutôt que les grands centres urbains, on se rapproche en termes de distance des fermes bio et lieux d’élevage.
    4- Pour éviter les pénuries alimentaires, voir les famines, si cela est possible, avoir un verger, un poulailler : élever des poules, un coq, avoir des oeufs frais et naturels, non trafiqués. On nourrit les poules avec les aliments non consommés, donc recyclés.
    5- Fabriquer sa farine, son pain, il existe des tutoriels sur Internet.
    6- Stocker des semences, des graines, des engrais naturels…
    7- Cuisiner soi-même ses plats, c’est plus économique.
    8- Dans le verger, planter des pommes de terre, des carottes, des haricots, de la salade, des tomates, des choux….. des arbres fruités….
    9- Faire des conserves, avoir un puits avec une eau de source non polluée…..
    10- Pêcher en rivière…
    11- Elever des brebis et des chèvres pour le lait , fabriquer du fromage…..
    Cette liste est non exhaustive……Pensons à jeûner…Nous entrons en Carême le mercredi 22 février 2023. Fin : jeudi 6 avril 2023.

  • D’accord pour ne pas manger grillon,insecte, vers, criquet…
    Mais la sauterelle semble bonne d’après la bible !

    La Bible – Lévitique
    11.22 Voici ceux que vous mangerez: la sauterelle, le solam, le hargol et le hagab, selon leurs espèces.

    Evangile selon Marc (et autres..)
    1.6 Jean avait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins. Il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.

  • Ping : Insectes dans l’alimentaion | Blog etresoi-e

Laisser un commentaire