Archives mensuelles : novembre 2017

LE MAGNIFIQUE HYMNE DE L’ITALIE DE MUSSOLINI

Giovinezza (« Jeunesse » en italien) est de 1924 à 1943 l’hymne officiel du Parti national fasciste italien et de l’armée italienne ainsi que l’hymne national non officiel de l’Italie, aux côtés de la Marcia Reale d’Ordinaza.
La musique de Giovinezza a été composée en 1909 par le compositeur Giuseppe. Les paroles de l’hymne fasciste Giovinezza sont de Salvator Gotta. On y retrouve le titre usuel et le refrain de la chanson étudiante originale, sans contenu politique particulier, récupérés avec l’air par les fascistes :
Giovinezza, giovinezza,
primavera di bellezza
per la vita, nell’asprezza
il tuo canto squilla e va !

Jeunesse, jeunesse
printemps de beauté
dans la vie âpre
ton chant résonne et s’en va.
Giuseppe Blanc ayant rallié le fascisme a composé par la suite pour ce mouvement la musique d’un certain nombre de chansons.

CE QUE SAVENT PEU DE PERSONNES EST QUE MUSSOLINI FUT FRANC-MACON. IL FIT FERMER LES LOGES SATANISTES QUAND IL DECOUVRIT LEUR PLAN EN 1923. IL N’EN FUT PAS POUR AUTANT CATHOLIQUE, CE QUI EST DOMMAGE.

David Bowie, pédocriminel et fanatique d’Aleister Crowley

Afin de faire suite à l’excellent article du site Ordo Ab Chao je republie un article initialement présent sur mon ancien site supprimé par mon hébergeur de l’époque pour des raisons fallacieuses.

Source : http://elegantgatheringofwhitesnows.com/?p=3655

« David Bowie était un génie de la musique, mais il était aussi impliqué dans l’exploitation sexuelle d’enfants.

Dans les années 70, David Bowie, Iggy Pop, Jimmy Page, Bill Wyman, Mick Jagger et d’autres ont été impliqués dans l’affaire des ‘Baby Groupies’ de Los Angeles. Les ‘Baby Groupies’ étaient des adolescentes de 13/14 ans qui ont été violées par des stars du rock masculines. Les noms de ces jeunes filles se trouvent facilement sur le net, mais je ne vais pas les partager, car toutes les victimes de viols ont droit à l’anonymat.

Les « Baby Groupies » étaient des jeunes filles qui ont été préparées pour l’exploitation sexuelle (ce qu’on appelle communément le « grooming ») et qui ont été ensuite agressées sexuellement et violées. (…)

David Bowie est publiquement répertorié comme l’homme qui a fait perdre sa virginité à une jeune fille de 13 ans.

Nous devons être parfaitement au clair sur le fait que des hommes adultes n’ont pas du sexe avec des filles de 13 ou 14 ans. Ce sont des viols d’enfants. Les enfants ne peuvent pas consentir à avoir du sexe avec des hommes adultes – même des rock stars célèbres. (…)

David Bowie était un musicien incroyable qui a inspiré des générations. Il a aussi participé à une culture dans la quelle les enfants étaient exploités sexuellement et violés. C’est aussi une partie de son héritage tout comme sa musique. »

Traduction d’extraits de l’article du blog My Elegant Gathering of White Snows.

Ne soyons donc pas étonnés que David Bowie était un fanatique du mage noir Aleister Crowley puisque ce dernier était également impliqué dans des sacrifices d’enfants. En effet, le chanteur britannique déclarait dans Quicksand

I’m closer to the Golden Dawn Immersed in Crowley’s uniform I’m not a prophet or a stoneage man Just a mortal with potential of a superman”“Je suis proche de la Golden Dawn Revêtu de la tenue de Crowley Je ne suis pas un prophète ou un homme de l’âge de pierre Juste un mortel au potentiel de superhomme”

– Quicksand
“Eh bien, je suis un immense fan de Crowley. Je l’ai toujours été. J’ai voulu faire un film sur sa vie il y a quelques années mais nous n’avons pas réussi. J’adore Crowley pour son audace à un certain moment de sa vie. Je pense qu’il est très mal compris. C’était un type bien, mais on l’a décrit comme diabolique, ce qu’il n’était pas.”
– Vice News, derrière “Blackstar”: Interview avec Johan Renck, réalisateur des clips de David Bowie
Mais Bowie ne s’arrêtait pas là puisqu’il déclarait aussi qu’il était fortement imprégné par les pratiques occultes de la société secrète de la Golden Dawn.
La Golden Dawn était une société secrète de magie, la gloire suprême du renouveau occulte qui fleurit à la fin du 19ème siècle et enseignait un mélange unique de mysticisme juif (nommé Kabbale, qu’on trouve aussi dans le symbolisme de Bowie), de voyage astral, de magie, de yoga (également pratiqué par Bowie) et des moyens de communiquer avec les anges et les démons. Pour entrer en communion avec ces derniers, il était d’abord nécessaire de vider son esprit, de libérer un espace pour laisser entrer l’inconnu – ce qui présente une forte ressemblance avec la méthode de découpage des textes de Bowie.

Les techniques magiques se sont popularisées grâce aux écrits d’Aleister Crowley qui fut d’abord membre de la Golden Dawn et plus tard de l’O.T.O., qui était (et est toujours) profondément impliquée dans la magie sexuelle. Le public perçoit la Golden Dawn et l’O.T.O. comme des organisations pseudo-maçonniques où l’aspirant passe par les étapes d’une cérémonie d’initiation vêtu de costumes semi-égyptiens – semblables à celui que portait Bowie lors d’une séance de photo avec Brian Ward en 1971.
– Ibid.
Endirectduchaos

CHAPLIN ET POLANSKI : DES VIOLEURS D’ENFANTS ACCLAMÉS PAR HOLLYWOOD

Au fur et à mesure que le rideau se retire et que les prédateurs d’Hollywood s’éparpillent comme des cafards, chaque nouvelle découverte soulève plus de questions. Alors que le scandale de Harvey Weinstein a fait boule de neige dans le pédogate d’Hollywood, les américains découvrent que les enfants sont depuis longtemps la proie de l’élite de Tinseltown. Mais jusqu’où remonte cette folie dépravée ? Selon de nombreux cas horribles du XXe siècle, la réponse à cette question est d’au moins 100 ans.

La tendance d’Hollywood pour des rapports sexuels avec des mineurs remonte à des lustres – s’il était vivant, vous pourriez simplement demander à Charlie Chaplin.

Chaplin, l’homme que George Bernard Shaw appelait « le seul véritable génie que le cinéma ait jamais produit » avait une affinité dépravée pour les enfants. Ce n’est qu’en raison de son statut et de son argent que cette légende hollywoodienne a évité d’être emprisonnée.

La première victime mineure de Chaplin était Mildred Harris. Bien qu’on ne sache pas très bien quand leur relation a commencé, Harris a donné naissance à l’enfant de Chaplin à l’âge précoce de 16 ans. Pour éviter d’être poursuivi pour viol légal, Chaplin épousa Harris – une tendance qu’il allait utiliser le reste de sa vie.

Ne voulant pas être mariée à son violeur, le couple a divorcé quand Harris a finalement eu l’âge légal. C’est alors que Chaplin a placé ses vues sur une victime encore plus jeune, Lita MacMurray – elle avait six ans lorsqu’ils se sont rencontrés pour la première fois.

Quand Lita avait 12 ans, Chaplin a fait en sorte que la pré-pubère Lita dépeigne un ange suspendu à des fils dans une scène sur celluloïd dans son film « The Kid ».

Chaplin ouvertement obsédé par MacMurray, qui a menti à la presse, et dit à tout le monde qu’elle avait 19 ans quand il a amené la préadolescente à des rendez-vous publics. Tout comme Harris, MacMurray a été enceinte de Chaplin à l’âge de 16 ans. Chaplin a réagi en voulant faire avorter MacMurray et l’a retirée du film quand elle a refusé. La famille de Grey a menacé de le dénoncer pour viol. Chaplin épousa la starlette sous la contrainte et en secret en 1924, en disant à ses amis que « le mariage était une meilleure option que la prison ». Cette décision a entraîné une vie de misère pour sa femme qui a donné naissance à deux fils au cours des trois ans de mariage.

Bien que Chaplin ait la jeune fille sous son contrôle, des documents judiciaires révéleront plus tard qu’elle était essentiellement une enfant esclave sexuelle.

Selon un rapport, une copie originale des documents du divorce de 1927 déposés par Grey, est apparue en avril 2015. Dans les documents, elle décrit son traitement « révoltant » et « inhumain ».

Les documents révèlent qu’elle a été forcée de commettre des actes sexuels illégaux en Californie dans les années 1920. Chaplin a exigé qu’elle participe à une partie à trois avec une autre femme. Une fois, il lui a crié : « Tous les gens mariés font ce genre de choses. Tu es ma femme et tu dois faire ce que je veux que tu fasses. »

Au moment du divorce, des détails ont été divulgués à la presse de ses « désirs sexuels pervers », ce qui a laissé Chaplin au bord d’une dépression nerveuse alors que les appels à l’interdiction de ses films se multipliaient.

Au lieu d’être banni, cependant, Chaplin allait être salué comme un héros. En 1972, il a même reçu un Oscar honorifique.

Chaplin n’est pas le seul à avoir sa convoitise pour les jeunes victimes être exposé et quand même être salué comme un héros à Hollywood.Le 10 mars 1977, le réalisateur Roman Polanski, alors âgé de 44 ans, fait une séance de photos avec une jeune fille de 13 ans nommée Samantha Gailey (aujourd’hui Geimer), lui donne de la drogue et de l’alcool, puis la viole.

Polanski a plaidé coupable de rapports sexuels illégaux avec un mineur. Toutefois, en raison de son statut d’élite, il a été autorisé à fuir chez lui en France juste avant d’être condamné. Aujourd’hui encore, Polanski reste un homme libre et un magnat d’Hollywood très respecté. En fait, en 2003, Polanski a reçu un Oscar pour avoir dirigé « The Pianist » aux 75th Academy Awards – le violeur d’enfants déclaré coupable a reçu une standing ovation.

Chaplin et Polanski ne sont que deux gouttes dans le chaudron putride qu’est le monde souterrain dépravé d’Hollywood. Soyez certains qu’ à moins que cette dépravation ne soit mise à nu et stoppée, même Weinstein recevra probablement un prix d’excellence pour l’ensemble de ses réalisations dans quelques années.

IL LIVRE SES PARENTS A DES CANNIBALES par Laurent Glauzy

Cet article montre le bienfait qu’ont opéré les prêtres de l’Eglise catholique et de cette vraie religion des miracles dans la civilisation du monde. Comme le précédent post intitulé SERPENT VENIMEUX ET MAGIE NOIRE : QUAND L’ÉGLISE ÉVANGÉLISAIT, il est tiré de l’ouvrage du Révérend Père Dupeyrat, « 21 ans chez les Papous » sur son expérience de Père missionnaire dans les années 1930 en Papouasie.
Il s’agit d’un dialogue entre le chef d’une tribu papou et le Révérend Père Dupeyrat :
-Tu vois ? me dis le chef. Tu m’as demandé l’autre soir où étaient mon père et ma mère… Ils sont là. Ca c’est mon père (et du bout de son gros orteil, il montrait l’un des crânes). Et ça, c’est ma mère… Ils devenaient trop vieux. Mon père était devenu si faible qu’il ne savait même plus faire vibrer la lance. Il n’avait plus de dents et mangeait comme un petit enfant. Quant à ma mère, sa peau était aussi ridée que celle d’un vieil iguane et aussi noire et pendante que l’aile d’une chauve-souris. Elle ne pouvait plus aller au jardin. Ses yeux étaient pleins de saleté. Alors, j’ai compris que leur temps était venu…
– Oui, et alors ?
– Eh bien, les gens de Ghivéna (village papou) sont mes amis de cœur. Je leur ai donc demandé le service qu’on se rend entre amis en pareil cas. Ils ont envoyé une délégation pour inviter mes deux vieux à un festin chez eux. En route, ils les ont assommés avec des casse-tête, les ont ficelés à une branche et les ont amenés à leur village. Là, ils les ont dépecés, les ont fait cuire dans les pierres et les ont mangés. Puis, ils m’ont rapporté sous les os, bien lavés et bien propres. Et tu vois comme je les garde soigneusement… Je suis un bon fils, moi !
Le R.P. André conte aussi le récit d’un festin de cannibale avec des jambes d’hommes arrivant pour être préparé. Il explique qu’il ne portait jamais de pistolet, car ce n’était pas le message du Christ par Marie. Bien entendu aucun imam, rabbin ou pasteur, et l’ensemble des sectes talmudistes n’ont jamais évangélisé dans de telles conditions. Ce travail est celui de l’Eglise catholique seule.
Dans mon livre UNE ELITE SATANISTE DIRIGE LE MONDE, je traite d’un nouveau phénomène, l’avancée du cannibalisme en Europe.

CONFERENCES DE LAURENT GLAUZY A PERPIGNAN (1 & 2 DECEMBRE) ET A LOURDES (10 DECEMBRE)