L’Américanisation de la société française – Régis Debray. Vidéos.

1919, Traité de Versailles.

Pour la première fois depuis deux siècles , le texte français d’un accord internationale fait plus loi. Le président Wilson exige une version en anglais. Le français cesse d’être la langue de la diplomatie.


1920, fondation à New York, par Duchamp et Man ray, de la société anonyme, un lieu pour exposer de l’art « moderne ». « L’homme le plus intelligent et pour beaucoup le plus gênant de cette première partie du XXe siècle (André Breton sur Duchamp) s’est installé aux États-unis dès 1915. L’urinoir signé R.Mutt, le célèbre ready-made, est exposé à New York en 1917. (derrière un écran).

1925, la Métro Goldwyn Mayer rachète les parts du Crédit commercial de France de la société anonyme de la société Gaumont. Confirmation du transfert de l’usine à rêves de Paris à Hollywood.


1926, Charles Pathé abandonne à Kodak (USA) le monopole de la fabrication du film vierge, qu’il avait arraché à Georges Eastman avant la guerre.

1927, Warner Bros produit le premier film parlant. Le Chanteur de jazz. « Si cela marche, a dit le producteur, le monde entier parlera anglais. (L’image sonore n’arrivera en France qu’en 1930.)


1943, création de l’Amgot (Allied Military Government of Occupied Territories). Confondant libération et occupation, le président Roosevelt signe un projet d’administration de la France libérée donnant au commandement suprême allié toute autorité sur l’ensemble du territoire et prévoyant une monnaie imprimée aux États-Unis et distribuée par l’administration américaine à la population. Plan déjoué au printemps 1944 par de Gaulle ,avec l’appui sur place du général Eisenhower.


1946, signature de l’accord Blum-Byrnes. Vichy avait interdit les films américains. Une fraction de la dette française effacée, en contrepartie de quoi les États-Unis, sous l’égide d’une maxime perspicace, trade follows the film, exigent l’abandon du quota pour les productions américaines et une sévère réduction des exclusivités pour les films français (de sept à quatre semaines). Se créera en réaction un comité de défense du cinéma français (Jean Marais et Simone Signoret), et le centre national du cinéma viendra au secours des films français, leur production ayant chuté de moitié. En Allemagne, après guerre, la diffusion des films américains n’est pas réglementée.


1946, parallèlement au plan Marshall, les États-Unis lancent le programme Fullbright « pour la reconstruction intellectuelle de l’Europe ».

1948, promulgation de la Déclaration universelle des droits de l’homme, « l’homme moral de notre temps ». Votée par l’assemblée générale des Nations unies à Paris, au palais de Chaillot, mais rédigée à Lake Success en 1947, sous l’égide de la grande Eleanore Roosevelt, veuve du président. Elle représente à double titre, par son caractère d’universalité, une considérable avancée sur la déclaration de 1789.

C’est l’individu en tant que tel, qu’il soit apatride, réfugié , migrant ou demandeur d’asile, qui devient sujet des droits imprescriptible et les principes énoncés, quoique dépourvus de caractère obligatoire, s’IMPOSENT A TOUS LES PAYS.

ILS nous disent, Fiers comme Artaban :

« Grâce à nous, vous n’entendez plus le bruit des Bottes » !

En effet ! Plus aucun bruit de bottes !

Les DEBARQUEMENTS des « droits de l’homme » sont le nouveau produit qui remplace le Débarquement Anglo-Américain dit « Bombardement des Alliés » qui a consisté en premier lieu à BOMBARDER les Villes Françaises de Bretagne, de Normandie et du Nord.

Mais c’est vrai, On n’entend plus le bruit des bottes.

La DEMOCRATIE a triomphé.

« Après avoir régenté les deux hémisphères, les Occidentaux sont en passe d’en devenir la risée : des spectres subtils, des fins de race au sens propre du terme, voués à une condition de parias, d’esclaves défaillants et flasques, à laquelle échapperont peut-être les Russes, ces derniers Blancs. »

Emil Cioran, L’Écartèlement.

« Que nous importe le néant de ces esclaves ? Nul ne les sauve ni d’eux-mêmes, ni de l’évidence, tout se dispose à les précipiter dans les ténèbres, ils furent engendrés au hasard des accouplements, puis naquirent à l’égal des briques sortant de leur moule, et les voici formant des rangées parallèles et dont les tas s’élèvent jusqu’aux nues. Sont-ce des hommes ? Non, la masse de perdition ne se compose jamais d’hommes. »

Albert Caraco, Bréviaire du chaos.