Il n’en reste plus qu’un …AstRa Zenneca,  Jansen, Moderna, c’est fini ! Tous déconseillés… LE LOBBYSME DE PFIZER FAIT LA DIFFERENCE.

LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE : https://pgibertie.com/2021/10/21/il-nen-reste-plus-quun-astra-zenneca-jansen-moderna-cest-fini-tous-deconseilles-le-lobbysme-de-pfizer-fait-la-difference/

Article de Patrice Gibertie du 21 Octobre 2021

………………………………

Il n’en reste plus qu’un …AstRa Zenneca,  Jansen, Moderna, c’est fini ! Les rappels comme les premières piquouzes se feront toutes avec le Pfizer …On comprend même pas pourquoi… Ah si le lobbysme… CET ARTICLE UN PEU LONG ENTEND INTERPELER LES POLITIQUES ET LES MEDIAS. Au centre de la crise sanitaire se trouvent les conflits d’intérêt . Après la crise de 2008 le monde de la finance a mis en place une régulation prudentielle. Les entreprises sont contraintes de mettre en place un service conformité, l’AMF veille … Rien n’est parfait mais dans le domaine de la santé nous en sommes très loin et pourtant les crises sanitaires se sont multipliées et chaque fois les conflits d’intérêt ont été pointés.

La décision est gangrénée par les conflits d’intérêt car les instances les plus prestigieuses sont financées à plus de 80% par l’industrie pharmaceutique . La Has, le Conseil Scientifique seraient décapités si les gavés de Big Pharma en étaient exclus. Les plateaux télé seraient vides : ce serait amusant si Martin Blachier devait annoncer à chaque intervention combien il perçoit des labos chaque année.

Ne vous y trompez pas Pfizer est le meilleur … pour son lobbysme . Moderna devrait relancer son lobbysme pour tenter un renouvellement d’ amm avec des piquouzes en 1/2 doses. Pfizer a obtenu le renouvellement….

Les clauses des contrats passés avec Pfizer seraient-elles abusives ?

ATTENTION les images de cet article peuvent choquer les âmes trop sensibles, abonnez vous au blog

Pour commencer  le DR MARTY qui défendait le MOderna en Avril le compare au Pfizer :

Résumons la situation des vaccins: – Astrazeneca: – Janssen: – Moderna: Reste donc plus que Pfizer, dont la technologie est la même que Moderna, mais moins dosé en ARNm.

Mais les trois supprimés étaient ils les plus dangereux? Ben non!

En sachant que seul un effet secondaire sur dix est remonté au système de vigilance qui déclarera ensuite qu’il n’y a aucun rapport avec le vaccin

Le système français fait remonter deux fois moins d’effets que le néerlandais…

Les remontées européennes

Les remontées américaines

Qans le Maine en un mois dix fois plus de décès après vaccin que covid

le Dr Peter McCullough, rapporte que le taux de mortalité par événement indésirable dans l’État du Maine est un sujet de préoccupation considérable. Un nombre excessif de décès, 661 dans les 28 jours suivant la vaccination, suggère un lien possible distinct, bien que, bien sûr, ce ne soit pas une preuve prima facie que les décès sont causés par les vaccins COVID-19. Le taux de mortalité du VAERS est 7 fois supérieur au taux de mortalité mensuel moyen de Covid dans le Maine. 

Alors la force de Pfizer? UN LOBBYSME PLUS PUISSANT?

Rassurez vous Big pharma finance 80% du budget de l’OMS

L’OMS, en tant que plus grande organisation mondiale de santé à but non lucratif, prend des décisions que d’autres suivent généralement, confiante dans le fait que l’OMS est libre d’intérêts commerciaux. À l’origine entièrement financée par les États membres, l’organisation reçoit désormais moins de 20 % de son budget des États membres et le reste de donateurs avec leurs propres intentions de donateurs ainsi que des intérêts financiers et stratégiques spécifiques.La fondation Gates est le deuxième bailleur de fonds de l’OMS après les États-Unis. Gates a pourtant fondé aussi, et financé The Vaccine Alliance (GAVI) et le Fonds mondial. En 2018-19, leur contribution combinée était de 27 % supérieure à celle des États-Unis, ce qui rend l’influence de Gates plus puissante que n’importe quel gouvernement.

Ils veillent sur nous… La FDA est l’agence de sécurité us

« Le comité d’action politique de Pfizer a contribué à lui seul à 228 législateurs » https://statnews.com/feature/prescription-politics/federal-full-data-set/

Rassurez vous en Europe c ‘est pire

L’actuelle directrice, Emer Cooke, a passé sept ans au sein de l’EFPIA, le principal lobby de l’industrie pharmaceutique en Union européenne qui organise des rencontres au Parlement européen avec des représentants de GSK, Roche, Novartis, Pfizer…

Un audit européen de la Cour des comptes de 2012 confirme de graves problèmes de conflits d’intérêt au sein de l’EMA (et de 3 autres agences : l’EASA (sécurité aérienne) l’EFSA (sécurité alimentaire) et l’ECHA (sécurité vis-à-vis des produits chimiques).

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/conflits-dinteret-et-corruption-lagence-europeenne-du-medicament

Quand serons nous débarassés des conflits d’intérets?

PfizerLeak : les contrats Pfizer et leurs clauses surprenantes

Pfizer s’assure que le pays en question paiera pour tout :

« Les frais et dépenses, y compris les honoraires et décaissements des avocats, encourus lors d’une plainte pouvant donner droit à indemnisation, seront remboursés sur une base trimestrielle par l’acheteur. »

Le pays acheteur est presque entièrement responsable et renonce à tout droit d’immunité. Il doit fournir à Pfizer une immunité totale contre toutes les réclamations et toutes les pertes, doit la mettre en œuvre conformément aux exigences légales ou réglementaires, et seul Pfizer peut décider du niveau de protection qu’il juge suffisant. Heureusement pour les Etats la vaccination n’est pas officiellement obligatoire…

https://www.francesoir.fr/societe-sante/pfizerleak-les-contrats-surprenants-vaccins-pfizer

On doit lire Laurent Mucchielli interrogeant le PR BOURDINEAUD

Censuré pour la 3ème fois par Mediapart,

l’entretien avec le professeur de toxicologie J-P Bourdineaud (université de Bordeaux) est republié ici http://mediaplus.site/2021/10/14/67-cha-badabada-la-controverse-entre-la-va-lse-et-le-to-ccin/… et là https://relyons.info/post/vaccins-g%C3%A9n%C3%A9tiques-doutes-et-propagande-entretien-2-avec-jean-paul-bourdineaud

 La tragédie du Mediator de Servier est exemplaire : ce médicament mortifère ne fut interdit qu’en 2009 par L’AFSSAPS – aujourd’hui rebaptisée ANSM – alors que sa toxicité, ainsi que celle de la famille moléculaire à laquelle il appartient, était bien connue depuis la fin des années 1980.

Ceci pose deux problèmes fondamentaux.

« Conflit d’intérêts » est une expression importée des pays anglo-saxons et imposée par ce qui est appelé là-bas une attitude « politiquement correcte ». En langue française, on appelle ça de la corruption. Le plus stupéfiant est que cela soit légal.

Le Vioxx était un médicament anti-inflammatoire censé être un vrai miracle pour les patients souffrant d’arthrose. Autorisé en 1999, il apparaît rapidement qu’il provoque des accidents cardiovasculaires et un article est publié relatant ses dangers en 2001 dans le Journal of The American Medical Association (JAMA) par l’équipe du Dr Eric Topol. La FDA ne bouge pas, et en France L’AFSSAPS reprend même l’argumentaire lénifiant de Merck (toute l’histoire est racontée ici). Merck tente d’acheter le silence du Dr Topol qui refuse. Dans les années qui suivent, d’autres publications mettent en cause le Vioxx et l’associe à une augmentation dramatique des infarctus chez les patients, mais ni l’EMA ni l’AFSSAPS ne demanderont le retrait de l’autorisation de mise sur le marché. C’est finalement Merck qui décide de le retirer du marché malgré la décision de la FDA en faveur du maintien, et au grand dépit du ministre de la santé français. L’AFSSAPS déclarera, après le retrait du Vioxx par Merck, assumer totalement la décision de n’avoir pas retiré du marché ce médicament.

En 2002, la Direction générale de la santé saisit l’Agence française de sécurité sanitaire environnementale (AFSSE) concernant les risques sanitaires de la téléphonie mobile. Un groupe de travail est créé sous la direction de Bernard Veyret (Université de Bordeaux), Denis Zmirou (AFSSE) et René de Sèze (INERIS, Institut national de l’environnement industriel et des risques). Très curieusement, des spécialistes incontestés dans ce domaine sont écartés, et qui avaient publiés des travaux sur les perturbations bioélectromagnétiques (Pierre Aubineau, CNRS ; Pierre Le Ruz, société française de radioprotection ; Roger Santini, Institut National des Sciences Appliquées). Mais la veille de la remise du rapport en avril 2003 – qui dédouanera la téléphonie mobile de tout effet sanitaire dommageable – il est dévoilé que les trois compères étaient en contrat publicitaire avec l’entreprise Orange, et qu’ils avaient publié une plaquette publicitaire dans laquelle ils se montraient rassurants, alors même qu’ils avaient débuté leur mission. Le rapport est même en retrait des recommandations écrites par Denis Zmirou en 2001 au ministère de la santé et imposant une distance supérieure à 100 mètres des crèches, écoles et hôpitaux, pour l’implantation d’antennes. Le même osera proclamer, à propos des financements privés des experts : « Cela n’affecte pas l’intégrité des chercheurs : les contrats garantissent une totale indépendance des études lors de leur conduite et de leur interprétation ».

Comment remédier à cette situation déplorable de nos agences d’expertise sanitaires ? Dans un récent article publié dans Toxicological Research, Christian Vélot, des collègues et moi-même préconisions la création d’une Haute Autorité de l’Expertise composée de parlementaires, de représentants des grands organismes nationaux de recherche, de chercheurs reconnus pour leurs travaux dans le domaine scientifique concerné par la saisine, de juristes qualifiés (en droit du travail, de l’environnement, et de la santé publique), de représentants d’associations, et de représentants des syndicats majeurs. Ces personnalités pourraient être désignées par les commissions parlementaires idoines et le CESE, après réponse à un appel public.  Les élus seraient soumis à une enquête visant à s’assurer qu’ils ne sont pas entravés par des « conflits d’intérêts », puis leur désignation finalement adoubée par le Conseil d’État (voir ici).

Enfin, ce que doit comprendre le public c’est que ces agences, l’ANSM et l’EMA, pour le cas des vaccins biotechnologiques actuels, prennent leur décision sur la seule base des documents adressés par les entreprises demandeuses de l’autorisation de mise sur le marché. Elles ne procèdent à aucune étude scientifique ni évaluation expérimentale indépendante. Les entreprises demanderesses ont donc toutes les cartes en main, et de plus, en situation d’urgence et sous la pression exercée par la gent politique, deux semaines seulement suffirent pour que les entreprises anglaise et étasuniennes soient adoubées. En revanche l’Union Européenne et la France ont clairement écarté Valneva et son vaccin (Valneva est une société de biotechnologie spécialisée dans les vaccins et produit ceux contre l’encéphalite japonaise et le choléra ; ceux contre le chikungunya et la maladie de Lyme sont en phase III d’essais). Des commentateurs politiques se désolent continuellement que la France, pays de Pasteur, ne soit pas plus enthousiaste pour la vaccination anti-covid. Mais les vaccins biotechnologiques ne sont pas pasteuriens ; en revanche c’est bien le cas du vaccin Valneva qui repose sur une méthodologie traditionnelle, mais éprouvée, dans laquelle le virus atténué ou tué est injecté, et dans ce cas la réponse immunitaire concerne toutes les protéines du virus et non pas une seule, et en conséquence la protection est a priori supérieure. Mais au pays de Pasteur, une entreprise française concevant un vaccin pasteurien a été méprisée sans qu’aucune justification ne soit avancée.

A LIRE EGALEMENT Le baron belge , maître du jeu en Europe et ailleurs

Directeur de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, le médecin et microbiologiste belge Peter Piot a été nommé conseiller de la présidente de la Commission européenne pour la recherche sur le Covid-19. Protégé de Bill Gates . Biden et les autres lui obéissent

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/covid-lallemagne-trouve-son-edward-snowd

Au centre de la toile étudiée par Schneeten et Röper se trouve l’époux du Professeur Larson, le baron Peter Piot, originaire de Belgique et nommé directeur de la London School of Hygiene and Tropical Medecine en 2010. Senior Fellow de la Fondation Gates depuis 2009, il se présente comme universitaire désintéressé. En réalité, la London School of Hygiene and Tropical Medicine a en 20 ans reçu par 143 fois des “dons” de Bill Gates pour un montant total d’au moins $US 185 millions, auxquels il faut ajouter les $US 170 millions reçus du Wellcome Trust. Peter Piot est conseiller de la Commission européenne en matière de Covid (Advisory Panel on Covid-19), conseiller personnel en matière de Covid-19 de sa présidente Ursula Von Der Leyen, membre de l’Academie des sciences allemande Leopoldina, membre de CEPI, membre de Conseil de Novartis, membre de l’Académie française de médecine.

 PATRICE GIBERTIE : https://pgibertie.com/2021/10/21/il-nen-reste-plus-quun-astra-zenneca-jansen-moderna-cest-fini-tous-deconseilles-le-lobbysme-de-pfizer-fait-la-difference/


2 Commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s