Chère Amélie, Chers vous tous qui avaient pris et prenaient les chemins de traverse. Vidéo.

You Tube regorge de vidéos de personnes qui parlent de « Spiritualité », de « Magie Blanche des anges », de « Chanelling », de « Terre mère Gaïa = Pachamama », de « voix intérieures reçues de dieu », du « Je suis mon propre sauveur », etc, etc…!

Comme par « MAGIE », les propriétaires de ces vidéos n’ont jamais eu à souffrir de Bannissement et n’ont jamais fait l’objet de signalement.

Et pour Cause ! En pensant oeuvrer pour la camp du bien, ils servent le camps de ceux qui nous asservissent.

En invoquant TOUT sauf Jésus-Christ, Seigneur et Sauveur, Dieu tout Puissant Créateur du Ciel et de la Terre, ces gens pensent être eux-mêmes des sauveurs. Ils prennent la parole pour sauver leurs semblables disent-ils.

Dans ce Monde déchristianisé, notre but n’est pas de malmener ces personnes qui pensent oeuvrer pour le Bien, le Beau et le Juste.

Notre But est de leur expliquer que la seule Spiritualité qui soit est LA VERITE REVELEE : JESUS-CHRIST.

Cette vidéo de Sylvain Patrick est à faire écouter à tous ceux qui ont pris les chemins de traverse et qui pensent oeuvrer pour le bien de la société alors qu’ils ne servent que le Prince de ce monde.

SEULE, La VERITE vous rendra LIBRE et la SEULE VERITE qui soit est JESUS-CHRIST.

« Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie. Nul ne vient au Père que par moi ».

Notre Seigneur Jésus-Christ.

12 Commentaires

  • Suis d’accord, «  » »cette vidéo de Sylvain Patrick est à faire écouter (aux AMIS de ) tous ceux qui ont pris les chemins de traverse et qui pensent oeuvrer pour le bien de la société alors qu’ils ne servent que le Prince de ce monde » ». Ceux qui sont aspirants de  »souveraineté perso » ne vont pas écouter Sylvain, sauf peut-être à l’invitation d’un ou d’une amie. Merci de support à un possible échange puis de réelle comprenette! ,

  • Bravo !! Alléluia 🙏
    Monique B.

  • Bonjour,

    La révélation que j’ai obtenue il y a bien des années maintenant, est que si un dieu créateur de toutes choses existe, alors la vérité et la réalité n’est pas l’apanage d’une seule croyance, ni d’une seule spiritualité, mais la Vérité est bel et bien la diversité.

    C’est par cette connaissance et cette reconnaissance, qu’est le seul et unique chemin permettant l’amour par la reconnaissance de l’autre, ce qui nous mènera irrémédiablement tous, directement à la paix confessionnale et spirituel de par notre monde sur Terre.

    Tout au contraire, si chacun continue à cultiver son esprit de clocher pensant avoir seul l’unique Vérité et l’authentique connaissance, quelque chose va toujours à mon humble avis, clocher sur Terre.

  • LIBERTE ! Journée des Amis internationale 2021 (avec Ivo Sasek)
    https://www.kla.tv/index.php?a=showlanguage&lang=fr&id=19693&category=ideologie&date=2021-08-29
    Les personnes souffrantes crient à Dieu – la création souffrante crie aux fils de Dieu. Cette chanson donne une voix à leur désir ardent. [lire la suite]
    https://www.kla.tv/index.php?a=showlanguage&category=kultur&lang=fr
    nous sommes ceux qui disent que ceux qui sont pour la justice sont de Dieu !!!car nous sommes avec Lui qui habite en nous pour dévoiler les oeuvre mauvaises !!

    • Bonjour,

      Dieu habite en vous…? C’est un peu paranoïaque ou schizophrène cette histoire…

      Le bouddhisme non théiste a une position juste diamétralement contraire, soit que tout ce déploie au sein de la base incréée et non née, sans jamais la quitter.

  • Très belle et difficile vidéo. Je perçois de plus, à mon grand désespoir, que la lumière de ce Dieu révélé est si loin et si proche…je souhaiterais tellement un « petit signe » Merci

    >

    • Il faut être baptisé et tenir la foi entière et inchangée depuis Saint Pierre (« Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église » Matthieu 16:18), jusqu’ à Pie XII, ce qui est  »de fide », révélé  »ex-cathédra », garanti 100% révélation du Saint-Esprit.

      Pour le reste, il faut appliquer le principe de non-contradiction.

      « Or, dans cette unique Église du Christ, personne ne se trouve, personne ne demeure, si, par son obéissance, il ne reconnaît et n’accepte l’autorité et le pouvoir de Pierre et de ses légitimes successeurs. » Pie XI, Mortalium Animos, lettre encyclique, 6 janvier 1928

      « Il est absurde de se croire dans l’Église quand on divorce avec la chaire de Pierre sur laquelle repose l’Église comme sur sa base. » Pie IX, Singulari Quidem, lettre encyclique, 17 mars 1856

      « Que le Christ et son Vicaire ne forment ensemble qu’une seule Tête, Notre immortel Prédécesseur, Boniface VIII, l’a officiellement enseigné dans sa Lettre apostolique Unam sanctam et ses successeurs n’ont jamais cessé de le répéter après lui. Ceux-là se trompent donc dangereusement qui croient pouvoir s’attacher au Christ Tête de l’Église sans adhérer fidèlement à son Vicaire sur la terre. »Pie XII, Mystici Corporis Christi, lettre encyclique, 29 juin 1949

      « En conséquence nous déclarons, disons et définissons qu’il est absolument nécessaire au salut, pour toute créature humaine, d’être soumise au pontife romain. » Boniface VIII, Unam Sanctam, bulle pontificale, 18 novembre 1302

      « Le maintien de cette union commune des peuples dans l’obéissance au Pontife Romain est le moyen le plus court et le plus direct de les conserver dans la profession de la vérité catholique. En effet, on ne peut se révolter contre la foi catholique sans rejeter en même temps l’autorité de l’Église romaine. » Pie IX, Nostis et Nobiscum, lettre encyclique, 8 décembre 1849

      « Il en est tout autrement des chrétiens : ils reçoivent de l’Église la règle de leur foi ; ils savent avec certitude qu’en obéissant à son autorité et en se laissant guider par elle, ils seront mis en possession de la vérité. » Léon XIII, Sapientiæ Christianæ, lettre encyclique, 10 janvier 1890

      « À quoi sert en effet de proclamer le dogme catholique de la primauté du Bienheureux Pierre et de ses successeurs, et d’avoir répandu tant de déclarations de foi catholique et d’obéissance au Siège Apostolique, quand les actions en elles-mêmes démentissent ouvertement les paroles ? Et même l’obstination n’est-elle pas d’autant moins excusable que l’on reconnaît davantage l’obligation du devoir d’obéissance ? L’autorité du Siège Apostolique ne s’étend-elle pas au-delà de ce que Nous avons disposé, ou bien suffit-il d’avoir avec elle la communion de foi, sans obligation d’obéissance, pour que soit considérée comme sauve la foi catholique ? […] En fait, Vénérables Frères et Fils bien-aimés, il s’agit de l’obéissance qui doit être donnée ou refusée au Siège Apostolique ; il s’agit de reconnaître son pouvoir suprême, même dans vos Églises, au moins en ce qui concerne la foi, la vérité et la discipline ; celui qui le nie est un hérétique. Ceux qui le reconnaissent, mais refusent fièrement d’y obéir, sont dignes de l’anathème. » Pie IX (1846 – 1878), Quae in Patriarchatu, lettre encyclique, 1er septembre 1876

      « C’est au contraire, le propre des vrais chrétiens, savants ou non, de se laisser gouverner et conduire, en tout ce qui concerne la foi et les mœurs, par la sainte Église de Dieu, par son suprême Pasteur, le Pontife romain, qui est lui-même dirigé par Notre-Seigneur Jésus-Christ. » Pie XI,Casti Connubii, lettre encyclique, 31 décembre 1930

      « Mais, à la réalisation de ce bonheur temporel et éternel, il [Le Christ] a mis, avec une souveraine autorité, la condition que l’on fasse partie de son troupeau, que l’on accepte sa doctrine, que l’on pratique la vertu et qu’on se laisse enseigner et guider par Pierre et ses successeurs. » Saint Pie X, Notre charge apostolique, lettre encyclique, 25 août 1910

      « L’Église, appuyée sur Pierre, quelle que soit la violence, quelle que soit l’habileté que déploient ses ennemis visibles et invisibles, ne pourra jamais succomber ni défaillir en quoi que ce soit. » « Le rôle de Pierre est donc de supporter l’Église et de maintenir en elle la connexion, la solidité d’une cohésion indissoluble. » « Le bienheureux Pierre, prince et chef des apôtres, colonne de la foi… » Léon XIII, Satis Cognitum, lettre encyclique, 29 juin 1896« Là où est Pierre, là est l’Église ; Pierre parle toujours par le pontife Romain, toujours il vit dans ses successeurs ; par eux il juge, et offre la vérité de la foi à ceux qui la cherchent. »Pie IX, Qui Pluribus, lettre apostolique, 9 novembre 1846

      « En effet, grâce à cette assistance, les dogmes très-saints de la religion ont été définis avec plus de précision et exposés avec plus de développements, les erreurs condamnées et arrêtées, la discipline ecclésiastique rétablie et plus solidement raffermie, le clergé excité à l’amour de la science et de la piété, des collèges établis pour préparer les adolescents à la sainte milice, enfin les mœurs du peuple chrétien restaurées par un enseignement plus attentif des fidèles et par un plus fréquent usage des sacrements. »
      Dei Filius, concile Vatican I

      « Mais puisqu’il est certain, pour nous servir des paroles des Pères de Trente, que “ l’Église a été instruite par Jésus-Christ et par ses Apôtres, et que l’Esprit Saint, par une assistance de tous les jours, ne manque jamais de lui enseigner toute vérité” (Conc. Trid. sess. XIII, decr. de Eucharist in prœm). »
      Grégoire XVI, Mirari Vos, lettre encyclique, 15 août 1832

      « Jamais elle [l’Église] n’a subi aucune contagion d’erreur. »
      Pie XI, Ad Salutem Humani, lettre encyclique, 20 avril 1930

      « Pour la foi et la règle des mœurs, Dieu a fait participer l’Église à son divin magistère et lui a accordé le divin privilège de ne point connaître l’erreur. C’est pourquoi elle est la grande, la sûre maîtresse des hommes et porte en elle un inviolable droit à la liberté d’enseigner. »
      Léon XIII, Libertas Præstantissimum, lettre encyclique, 20 juin 1888

      CONTRAIREMENT À CE QU’ENSEIGNE LA FSSPX, LE PAPE ENSEIGNE TOUJOURS LA VÉRITÉ EN MATIÈRE DE FOI ; UN PAPE NE PEUT PAS ÊTRE HÉRÉTIQUE :
      « Là où est Pierre, là est l’Église ; Pierre parle toujours par le pontife Romain, toujours il vit dans ses successeurs ; par eux il juge, et offre la vérité de la foi à ceux qui la cherchent. »
      Pie IX, Qui Pluribus, lettre apostolique, 9 novembre 1846

      « C’est pour cela que par la vertu de Ses prières, Jésus-Christ Notre-Seigneur a obtenu à Pierre que, dans l’exercice de son pouvoir, sa foi ne défaillît jamais. »
      Léon XIII, Satis Cognitum, lettre encyclique, 29 juin 1896

      « à la foi de qui il a promis de ne jamais défaillir. »
      Pie IX, Qui Pluribus, lettre apostolique, 9 novembre 1846

      « Il importe en effet, que celui dont la foi ne saurait défaillir [le pape] guérisse les blessures faites à la foi. »
      Pie IX, Ad Apostolicæ Sedis, lettre encyclique, 22 août 1851

      « On doit croire d’une foi divine et catholique tout ce qui est contenu dans les saintes Écritures et dans la tradition, et tout ce qui est proposé par l’Église comme vérité divinement révélée, soit par un jugement solennel, soit par son magistère ordinaire et universel. »
      Dei Filius, constitution dogmatique, concile du Vatican, 24 avril 1870

      « Car, même s’il s’agissait de cette soumission qui doit se manifester par l’acte de foi divine, elle ne saurait être limitée à ce qui a été défini par les décrets exprès des conciles œcuméniques ou des pontifes romains de ce Siège apostolique, mais elle doit aussi s’étendre à ce que le magistère ordinaire de toute l’Église répandue dans l’univers transmet comme divinement révélé et, par conséquent, qui est retenu d’un consensus universel et constant par les théologiens catholiques, comme appartenant à la foi. »
      Pie IX, Tuas Libenter, lettre à l’Archevêque de Munich, 21 décembre 1863

      « Si, d’ailleurs, ils [les fidèles] ne veulent pas se priver eux-mêmes d’un secours accordé par Dieu avec une si grande bonté, ils doivent pratiquer cette obéissance non seulement à l’égard des définitions plus solennelles de l’Église, mais aussi, proportion gardée, à l’égard des autres constitutions et décrets qui proscrivent ou condamnent certaines opinions comme dangereuses ou mauvaises. »
      Pie XI, Casti Connubii, lettre encyclique, 31 décembre 1930

      « Et l’on ne doit pas penser que ce qui est proposé dans les lettres Encycliques n’exige pas de soi l’assentiment, sous le prétexte que les Papes n’y exerceraient pas le pouvoir suprême de leur magistère. C’est bien, en effet, du magistère ordinaire que relève cet enseignement et pour ce magistère vaut aussi la parole : “ Qui vous écoute, m’écoute…” (Saint Luc, 10, 16.), et le plus souvent ce qui est proposé et imposé dans les Encycliques appartient depuis longtemps d’ailleurs à la doctrine catholique. »
      Pie XII, Humani Generis, lettre encyclique, 12 août 1950

      « En effet, le magistère de l’Église – lequel, suivant le plan divin, a été établi ici-bas pour que les vérités révélées subsistent perpétuellement intactes et qu’elles soient transmises facilement et sûrement à la connaissance des hommes – s’exerce chaque jour par le Pontife Romain et par les évêques en communion avec lui ; mais en outre, toutes les fois qu’il s’impose de résister plus efficacement aux erreurs et aux attaques des hérétiques ou d’imprimer dans l’esprit des fidèles des vérités expliquées avec plus de clarté et de précision, ce magistère comporte le devoir de procéder opportunément à des définitions en formes et termes solennels.
      Certes, cet usage extraordinaire du magistère n’introduit aucune nouveauté à la somme des vérités qui sont contenues, au moins implicitement, dans le dépôt de la Révélation confié par Dieu à l’Église ; mais ou bien il rend manifeste ce qui jusque-là pouvait peut-être paraître obscur à plusieurs, ou bien il prescrit de regarder comme de foi ce que, auparavant, certains mettaient en discussion. »
      Pie XI, Mortalium Animos, lettre encyclique, 6 janvier 1928

      CONTRAIREMENT À CE QU’ENSEIGNE LA FSSPX, LE MODERNISTE EST LE PIRE ENNEMI DE L’EGLISE, IL EST HÉRÉTIQUE, DONC EN DEHORS DE L’EGLISE :
      « Ennemis de l’Église, certes ils [les modernistes] le sont, et à dire qu’elle n’en a pas de pires on ne s’écarte pas du vrai. »
      Saint Pie X, Pascendi Dominici Gregis, lettre encyclique, 8 septembre 1907

      « et cependant leurs déclarations, leur conduite, les opinions qu’ils professent avec une obstination irréductible démontrent qu’ils ont perdu la foi et que, tout en se croyant sur le navire, ils ont fait lamentablement naufrage. »
      Saint Pie X, Relicturus, allocution sur les erreurs modernistes, prononcée au Consistoire du 10 décembre 1907

      « Nous, après avoir imploré de nouveau et avec plus de ferveur les lumières d’en haut, avons, en qualité de Chef suprême de l’Église catholique, prononcé l’infaillible sentence en ces termes […] Nous décrétons et Nous définissons saint le bienheureux André-Hubert Fournet et Nous l’inscrivons au catalogue des saints. »
      Pie XI, Inclita Pictavorum, lettres décrétales, 4 juin 1933

      « Nous avons rendu une sentence infaillible dans les termes suivants […] Nous déclarons et définissons que la bienheureuse Marie-Bernard Soubirous est Sainte et Nous l’inscrivons dans le catalogue des Saints […] Une fois la formule de canonisation solennellement prononcée ex cathedra, […] Nous avons ordonné qu’il en fut dressé acte par les protonotaires apostoliques pour en perpétuer la mémoire. »
      Pie XI, Quidid Immaculae, lettres décrétales, 8 décembre 1933

      « Avant de prononcer la sentence de Notre irréformable magistère […] Nous avons décidé et déclarons que la bienheureuse Louise de Marillac, veuve Le Gras, est sainte et que Nous l’inscrivons au catalogue des saints. »
      Pie XI, Misericordiarum, lettres décrétales, 11 mars 1934

      Il y a une seule église, et non pas deux. Elle est l’unique, vraie assemblée d’hommes réunis par la profession de la vraie foi chrétienne, par la communion dans les mêmes sacrements, sous le régime de pasteurs légitimes, et principalement du vicaire du Christ sur la terre, le pontife romain. De cette définition on peut facilement déduire quels sont les hommes qui appartiennent à l’église, et quels sont ceux qui ne lui appartiennent pas. Il y a, en effet, trois parties dans cette définition : la profession de la vraie foi, la communion dans les sacrements, et la soumission à un pasteur légitime, le pontife romain. La première partie exclut tous les infidèles, tant ceux qui n’ont jamais été dans l’Église, comme les Juifs, les turcs, les païens, que ceux qui l’ont été et en sont sortis, comme les hérétiques et les apostats. La deuxième partie exclut les catéchumènes et les excommuniés, car ils ne sont pas admis à la communion des sacrements. La troisième exclut les schismatiques qui ont la foi et les sacrements, mais qui ne sont pas soumis au pasteur légitime, et qui professent donc la foi et reçoivent les sacrements à l’extérieur de l’église. Tous les autres sont inclus, même les réprouvés, les criminels et les impies.
      La différence existant entre notre opinion et celle de nos adversaires consiste en ceci : tous les autres requièrent des vertus internes pour insérer quelqu’un dans l’église, et c’est pour cela qu’ils font de la vraie église une église invisible. Quant à nous, nous croyons qu’on trouve, dan s l’église, toutes les vertus, la foi, l’espérance, la charité et toutes les autres. Mais, toutefois, pour qu’on dise de quelqu’un qu’il fait partie de la vraie église, dont parlent les Écritures, nous pensons que n’est requise aucune vertu intérieure, mais seulement la profession externe de la foi, la communion dans les sacrements, qui est perçue par les sens. Car, l’église est une assemblée d’hommes aussi visible et palpable que l’assemblée du peuple romain, le royaume de France ou la république de Venise. Il faut noter, à la suite de saint Augustin (collation 3), que l’église est un corps vivant, dans lequel nous nous tenons corps et âme. Dans l’âme, sont les dons internes du Saint Esprit, et les vertus théologales; et dans le corps, la profession externe de la foi, la communion dans les sacrements. De là vient que certains sont de l’âme et du corps de l’église, et donc unis au Christ-tête intérieurement et extérieurement. Et ceux-là sont parfaitement de l’église. Ils sont comme des membres vivants dans le corps, chacun participant plus ou moins à la vie. D’autres n’ont que le commencement de la vie, comme s’ils avaient la sensation sans avoir le mouvement, comme ceux qui ont la foi sans la charité, ce qui peut arriver. D’autres sont du corps et non de l’âme, comme ceux qui n’ont aucune vertu interne, ou qui, mus par la crainte ou l’espérance, professent la vraie foi pendant un certain temps, et qui participent aux sacrements sous la direction des pasteurs. De tels membres ressemblent aux cheveux, ou aux ongles, ou aux humeurs malignes du corps humain.
      Notre définition comprend seulement cette dernière façon d’être dans l’église, car c’est le minimum qu’on peut requérir pour pouvoir de dire de quelqu’un qu’il fait partie de l’église. Il faudra donc prouver, par ordre, que ne font pas partie de l’église les non baptisés, les hérétiques, les apostats, les excommuniés et les schismatiques; et qu’appartiennent à l’église les non prédestinés, les non parfaits, les pécheurs même manifestes, les infidèles occultes, s’ils ont la profession de la vraie foi, la communion dans les sacrements et la soumission aux pasteurs.

      ://docplayer.fr/216733685-Consolations-pour-les-fideles-en-temps-de-persecutions-de-schismes-d-heresies.html

      SI VOUS VOULEZ UN SIGNE, VOUS DEVRIEZ DEMANDER À VOTRE ANGE GARDIEN

      https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://m.youtube.com/watch%3Fv%3Dgljr1Oa6uPA&ved=2ahUKEwi_jbTwm8r0AhXCyIUKHex_DBwQo7QBegQIBRAE&usg=AOvVaw2lHouGh0p4G4FBvCR2pmwF

      Deo gratias

  • Avez-vos reconnu l’acteur qui joue Lucifer ?
    C’est Nick Mancuso qui jouait dans la série stingray (que j’aimais beaucoup adolescent).
    Un inconnu qui rendait service en échange qu’un jour on lui rende.

  •  » Seulement, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ?  »
    fr.m.wikisource.org/wiki/Bible_Crampon_1923/Luc#Bible_Crampon_1923/LucCH18

    • C’ est inévitable. Et par ailleurs, il faudrait déjà que les  »catho-tradis » eux-mêmes tiennent la Foi, dans ce fratras d’ hérésies, cassissiacum, baptême de désir, sauvé après la mort, illégalité des sacres, délires du grand monarque etc, d’ autant plus de pain sur la planche qu’ il n’ y a plus d’ autorité ni légale, ni valide pour trancher…
      Bon courage.

    • Serviteur utile (ou pas),
      Bonjour,

      Dans l’extrait que vous cité, vous faites référence au bannissement tout au bas de l’extrait cité.

      De quoi penser-vous dont il s’agit par bannissement ?

      Je vous ds cela, parce que à mon sens ce que nous vivons avec toutes les mesures liberticides qui nous sont imposées par les diverses dictatures dans lesquelles actuellement nous vivons, est une forme de bannissement, et pour ma part, je trouve réconfortant de voir des gens élever leur vibration spirituelle par différents moyens, plutôt que de s’enfoncer dans la dépression ou la violence.

      À mon sens si un être spirituel supérieur venait nous visiter, quelqu’il soit, il applaudirait des deux mains, ces personnes ne parlant que d’amour fraternelle et d’humanité à l’humanité.

      Je vous souhaite serviteur utile (ou pas), une agréable et harmonieuse semaine et week-end.

  • Qui mourra verra…

Laisser un commentaire