Les Rouennais préfèrent le Corse Napoléon à la Tunisienne féministe Déglinguée Gisèle Halimi.

Rouen, la dernière victoire de Napoléon ?

Démonter Napoléon, le maire de Rouen en rêvait. Le socialiste Nicolas Mayer-Rossignol, entouré d’une bande d’amateurs du monde associatif, baigne dans l’inclusif, se gargarise d’égalité entre les femmes et les hommes, lutte contre toutes les discriminations. Il veut mettre en avant la place des femmes dans l’Histoire mais, à quelques pas de l’abbatiale Saint-Ouen où s’est joué le dernier acte du procès de Jeanne d’Arc, rêve d’une quelconque Gisèle Halimi. Là où, depuis 1865, l’Empereur à cheval tourne le dos à l’hôtel de ville et porte son regard vers l’ouest, vers la mer et les côtes anglaises, l’édile voulait une statue de femme de notre époque. Autant dire une femme de gauche, portant haut l’étendard d’un monde trop tôt vieilli. Une femme racisée? de préférence, engagée dans ces causes qu’on peut embrasser sans crainte de procès. Une femme dégagée de tous les déterminismes sociaux, familiaux ou religieux. Une femme comme les aime la jeune génération « anti-phobes ».

À l’hôtel de ville, dans les réunions de quartier, sur les ondes de France Bleu, à longueur de colonnes de Paris-Normandie, les adjointes à l’égalité, à la lutte contre je ne sais quoi encore, les féministes de service et les surveillantes de la nouvelle morale criaient déjà victoire. Cette infâme statue devait céder sa place. Au lieu d’un dictateur misogyne, esclavagiste et sanguinaire se dresserait désormais son antithèse, la femme libératrice. Pas Jeanne, oh non ! Cette chrétienne traitée d’hystérique par les beaux esprits, cette martyre sans sépulcre et sans tombeau un peu dédaignée pour ses vertus guerrières, cette pucelle exaltée n’aurait pas les honneurs de la ville.

L’Empereur, cependant, résistait. Attaqué de toutes parts, entouré d’insignifiance, submergé sous le nombre, il ne cédait pas. Insensible aux flots d’ignorance, connaissant son Histoire, dédaigneux des vilenies dont on l’accable, il se croyait oublié des Rouennais. Relégué au fond d’un atelier de restauration, il attendait son heure. Cette statue équestre que les Normands ne voyaient plus, tant ils semblaient la connaître par cœur, leur a soudain manqué. Lorsque son absence a révélé la froideur minérale d’une place vide, quand sa grandeur un peu pompeuse n’a plus attiré les regards au carrefour, les habitants l’ont regrettée. À sa place, ils ne voyaient que les cohortes d’autobus aux fumées nauséabondes et les jeunes à casquettes juchés sur leurs skates. Au lieu de leur gloire nationale, ils contemplaient la médiocrité contemporaine. Pour être centristes, les Rouennais n’en ont pas moins, au fond d’eux, la mémoire de nos grandes heures.

De pétitions en interpellations, de discussions orageuses en débats animés, la municipalité a commis une faute de débutante. Ce référendum que nos gouvernants refusent, la ville l’a accordé. Prudente, elle y a mis des conditions telles que nombre d’habitants ont renoncé à y participer. Et, au milieu de questions insipides, les Rouennais ont été invités à se prononcer sur le retour de l’Empereur, après restauration, place de l’hôtel de ville.

À 68 %, ils ont plébiscité Napoléon.

Mayer-Rossignol, honteux et confus, jura mais un peu tard qu’on ne l’y prendrait plus. Les mauvaises langues disent qu’il a mangé son chapeau. Les autres se réjouissent du triomphe du bon sens. Quant à Gisèle Halimi, elle s’installera ailleurs.

François Teutsch pour Boulevard Voltaire : https://www.bvoltaire.fr/rouen-la-derniere-victoire-de-napoleon/?feed_id=9557&_unique_id=61b87b4d369f4&fbclid=IwAR0KqrQTgqUQNK-HZQdAh9tpzJuVowTIZ5ILtlkGjZL1SMVlA6iEjxYXhmU


Le Paysage Français doit être reconstruit avec des Saint-Catholiques et nos Saints Français et non avec des étrangers anti-France que les loges ont fait entrer pour les lever ensuite en trophée CONTRE la France.

Cette pauvre Gisèle Halimi décédée en 2020 et son féminisme sont déjà dans les poubelles de l’histoire. Mais cela, les descendants des tortionnaires des Vendéens Catholiques qui ont ensuite fait envahir la France par des tribus hostiles afin de Tout Détruire ne l’ont pas encore compris.


2 Commentaires

  • Si les Théologiens, les Historiens savaient qui il était REELLEMENT , ils prononceraient son nom avec VENERATION !

    Dans les années 1700 , les PECHES des hommes en Europe ont attiré la JUSTICE de DIEU !
    IL A ENVOYE la REVOLUTION FRANÇAISE comme CHÂTIMENT pour ces péchés .
    (…)
    La place de la Révolution était si couverte du sang du peuple qu’on avait assassiné que le bétail REFUSA de la traverser .
    NAPOLEON avait été CRÉÉ SPECIALEMENT par DIEU pour DIRIGER des millions d’Européens vers leur MORT qui était une part du CHÂTIMENT .

    Quand il est né le 15 Août 1769 , Letitia Ramolino l’avait consacré à la SAINTE VIERGE en l’honneur de son ASSOMPTION !
    Elle avait mis au monde 13 enfants (..) .Une femme extrêmement capable et énergique.

    Pour l’équiper pour son travail , DIEU avait fait Napoléon CONTRE nature .
    SON esprit SEUL avait la VALEUR d’une nation ENTIERE !

    Il dormait 3 heures par nuit .
    Il ne faisait pas attention à ce qu’il mangeait .
    N’avait pas de temps prévu pour les repas , mangeait en 15 minutes .
    Un soldat NÉ !
    A 25 ans , il avait le visage d’un ANGE !
    Il y a beaucoup de martyrs de sang qui souffrent MOINS en une vie que LUI !
    (…)
    Il se déplaçait , travaillait , pensait comme un éclair
     » il n’y a qu’un SEUL pas de la défaite à la victoire « .  » Là où une chèvre peut passer, un homme peut passer . Si un homme peut passer , une armée peut passer , si une armée peut passer , une bataille peut être gagnée « .
    Ses marques étaient la Perfection et la QUALITÉ !
    (…)
    Les années de NAPOLEON à SAINTE HÉLÈNE furent un ENFER ! Celui qui proceda à son arrestation , Hudson Lowe avait un esprit minable , méchant et de second ordre.
    Mais DIEU donna SON opinion de Napoléon !
    Quand il était sur le navire , sur la Côte Anglaise , il y avait environ 4000 petits bateaux autour du navire . Environ 30 000 personnes étaient venues de part et d’autre de l’Angleterre pour voir l’Enfant Terrible de la Révolution .
    Quand il sortit de sa cabine , à sa vue , TOUTES les 30 000 personnes avaient ÔTÉ LEURS CHAPEAUX , comme obéissant à un signal silencieux , parce qu’ils savaient que se tenaient là un TITAN !

    Goethe a écrit un poème ou DIEU parle au démon au sujet de NAPOLEON :
     » Vous pensez l’avoir pour votre royaume SI vous êtes assez homme pour le battre !  »
    (…)
    Une fois , quelqu’un lui avait demandé pourquoi il y avait tant de PRÊTRES autour de lui , il répondit :
     » Je ne veux pas mourir comme un chien « .
    Aux Athées, il avait montré du doigt les étoiles et leur avait demandé :
     » Et cela , QUI l’a fait ? »

    A sa mort , les Français reclamèrent son corps , mais DIEU fit ce que les Anglais refusèrent . Ce fut seulement 19 ans plus tard , en 1840 , que son corps fut ramené en France (enterré le 15 Décembre , devant une foule d’un million de personnes).
    Le CORPS de NAPOLÉON ARRIVA en France le 30 novembre 1840 .
    Il avait été mis dans 6 cercueils , l’un d’étain, l’autre d’acajou ,deux de plomb , un autre d’ébène et le 6ème de chêne . Son corps n’avait pas été enterré dans un climat humide .
    Cependant le Corps était resté INTACT .

    Quand ils ouvrirent le cercueil , il semblait seulement ENDORMI .
    DIEU voulait MONTRER CELA !
    Sa tombe se trouve sous le DÔME DES INVALIDES à PARIS .
    Allez là-bas le prier et prier pour lui !
    Son fils est enterré au pied de sa statue à cet endroit .
    La tombe est dans le même arrondissement de PARIS que le 140 rue du Bac , où se trouve la MÉDAILLE MIRACULEUSE !
    (…)

  • Faire de Napoléon un quasi saint est aller vite en besogne. Il fut effectivement un ministre de la justice divine au même titre qu’Attila ou Neron. Il fut un fléau de Dieu pour les pays d’Europe à la foi et aux moeurs déplorables. Son activité fondamentale fût de consolider la révolution en France et de la propager dans toute l’Europe. Le passif l’emporte de très loin sur l’actif.
    Il ne faut pas le confondre avec Charlemagne, saint Henri ou saint Louis.
    Faire créer la Saint Napoléon le 15 août sous prétexte de son anniversaire ce jour là est un peu fort de café sinon blasphématoire.
    Son concordat qui lia l’église fût catastrophique, il voulait des évêques à la botte.
    Je souhaite que dans son malheur il ait pu se convertir mais son bilan négatif reste. Il n’y a rien à récupérer chez lui.
    Quand aux « fioretti » citées, je suis septiques.
    A propos de la dite statue, mon choix est simple:ni l’un ni l’autre: deux réputations sur faites.

Laisser un commentaire