Radio Athéna : Great Reset par Eric Verhaeghe Versus les Protocoles des Sages de Sion. Vidéo.

Eric Verhaeghe est le rédacteur du Site Internet : Le Courrier des Stratèges.

Il part du principe qu’il n’y a pas de complot. Il est clair que d’avoir fait l’ENA ne l’a pas aidé à y voir clair.

Il parle des Protocoles des Sages de Sion mis en évidence et du Complot qui n’existerait pas.

Le problème avec (((ce faux))) si célèbre, est que TOUT ce qu’il contient EST ce qu’il se passe : Tout est là.

Définition LAROUSSE du complot :

Le problème lorsque l’on réfute toute idée de complot est le suivant :

Comment ont fait les dirigeants et gouvernements de TOUS LES PAYS pour appliquer TOUS ET EN MÊME TEMPS le Covid-19 s’il n’y a pas de Plan DONC DE COMPLOT établit au préalable ?

Comment se fait-il, s’il n’y a pas de complot, que depuis fort longtemps Tous les Journalistes parlent d’une SEULE ET UNIQUE VOIX PARTOUT DANS LE MONDE CONTRE LES PEUPLES BLANCS D’EUROPE, DU CANADA et D’AMERIQUE DU NORD ?

A QUI appartient la Presse Française, Canadienne et Américaine ? Aux Chrétiens ? Aux Païens ? Aux Athées ? Aux Musulmans ?

Extrait Résumé du Protocole N°1 :

Bon courage Eric pour nous expliquer que la Citation d’Edmond de Rothschild « Le verrou qui doit sauter c’est la Nation » est une citation Non Complotiste puisque pour vous le complot n’existe pas.

Philippe Ploncard d’Assac lit des Extraits des Protocoles.

Les Protocoles des Sages de Sion par Ben Klassen

Nature’s Eternal Religion de Ben Klassen est paru en 1973 ; 48 ans plus tard il n’a toujours pas été traduit en français !

Chapitre 20 – La religion éternelle de la nature (1973)

BEN KLASSEN – Ce qui suit est un abrégé des 24 Protocoles. En les résumant, beaucoup de choses ont dû être omises.

Les idées exprimées sont implicitement celles des Juifs eux-mêmes, et non les miennes.

Nous devons garder à l’esprit que ces Protocoles ont été écrits il y a au moins 70 ans, et formulés des siècles plus tôt.

Protocole n° 1

Ce protocole est un traité concentré sur l’ABC du pouvoir politique. Il traite de toutes les fantaisies naïves sur la démocratie, sur l’autodétermination, et de bien d’autres illusions que nous avons chéries pendant toutes ces années, et les dépeint comme une simple imposture.

Il soutient que la liberté politique n’est qu’une idée, mais jamais un fait réel. L’idée de liberté peut être utilisée comme un appât pour attirer les masses populaires vers son parti dans le seul but d’écraser un autre parti au pouvoir. On en conclut que, selon la loi de la nature, le droit réside dans la force et dans la puissance. Il est souligné que la puissance aveugle d’une nation ne peut exister un seul jour sans être guidée. Pour s’emparer de cette puissance, la tâche est facilitée si l’adversaire a lui-même été contaminé par l’idée de liberté ou ce qu’on appelle le libéralisme et si, au nom d’une idée, il est prêt à céder une partie de sa puissance. En tout cas, toute l’idée de l’autonomie gouvernementale est un canular et une fraude et a été utilisée comme une illusion pour capturer les foules, qui, lorsqu’elles sont laissées à elles-mêmes, finissent invariablement par faire des ravages.

L’anarchie est une chose que le Juif promeut sans relâche. Alors qu’ils contrôlent complètement les pouvoirs financiers de l’État, ils encouragent les luttes intestines, qu’ils aggravent bientôt en batailles entre classes, au milieu desquelles les États brûlent et leur importance est réduite à un tas de cendres.

Lorsqu’un État s’est épuisé lui-même dans ses propres convulsions, que ses discordes internes amènent au pouvoir des ennemis extérieurs, ou par la guerre civile, il peut alors, dans tous les cas, être considéré comme irrémédiablement perdu et sous l’emprise des Juifs.

Ils rationalisent ensuite en disant qu’il n’y a rien d’immoral à utiliser la ruse, l’astuce, la trahison ou tout autre moyen pour amener un État en leur pouvoir. Ils disent qu’après tout, si un État combat un ennemi extérieur, il utilisera les mêmes moyens de trahison, de ruse, de tromperie ou tout autre dispositif afin de gagner une guerre et de vaincre l’État de cet ennemi. Par conséquent, quelle différence y a-t-il à mener une guerre interne contre cet État si les puissances qui se trouvent sur leur chemin sont leurs ennemis ?

Ils montrent ensuite que le despotisme est le seul type de gouvernement possible, la foule est un homme aveugle, une force aveugle, sans direction possible. Même si un leader émerge de la foule, il n’a pas de programme, il n’a aucune idée des principes d’orientation politique. Il n’est pas possible de guider ces foules à l’aide de conseils et d’arguments raisonnables. Pour toute objection, une contradiction, aussi insensée soit-elle, peut être apportée. Une telle objection insensée peut trouver plus de faveur auprès du peuple que la raison. Les capacités de raisonnement du peuple sont, après tout, purement superficielles. Les masses ne sont guidées que par des passions mesquines, des croyances dérisoires, des coutumes, des traditions et des théories sentimentales. Par conséquent, elles sont la proie de dissensions entre partis, ce qui empêche toute forme d’accord, même sur la base d’un argument parfaitement raisonnable.

La politique n’a rien à voir avec la morale. Tout dirigeant qui est gouverné par la morale est un politicien non qualifié et, par conséquent, il est très vulnérable et instable sur son trône. Toute personne qui souhaite gouverner doit avoir recours à la ruse et à la tromperie. Le résultat justifie les moyens. C’est pourquoi, disent les Juifs, leurs intentions ne sont pas dirigées vers ce qui est bon et ce qui est moral, mais vers ce qui est nécessaire et utile.

Ils soutiennent donc qu’aucun peuple n’est capable de se gouverner lui-même qui pense pouvoir gouverner avec le consentement commun de la majorité et pour le bien de tous. C’est pourquoi ils ont formé leurs propres hommes dès l’enfance pour qu’ils puissent gouverner de manière indépendante, et qu’ils comprennent les mécanismes qui régissent les foules et les nations. “Il est impensable” (disent-ils) que la foule se gouverne elle-même, “car un plan divisé en autant de parties qu’il y a de têtes dans la foule perd toute homogénéité et devient ainsi inintelligible et impossible à exécuter”. Par conséquent, ils soulignent que le seul moyen de gouvernement est l’application du principe de direction. La conclusion est inévitable : une forme de gouvernement satisfaisante pour tout pays est celle qui est concentrée entre les mains d’une personne responsable. Sans un despotisme absolu, il ne peut y avoir d’existence pour la civilisation, qui est menée non pas par les masses, mais par leur chef, quel qu’il soit. La foule est un sauvage et fait preuve de sauvagerie à chaque occasion.

Ils estiment donc qu’ils ont sans aucun doute le droit de diriger non seulement une nation, mais toutes les nations, et qu’ils ne doivent pas s’arrêter à la corruption, à la tromperie et à la trahison lorsqu’elles doivent servir à la réalisation de leurs objectifs. Leur contre-signe est Force et Croyance.

Plutôt que de conquérir des États par la force des armes, ils veulent emprunter la voie de la conquête pacifique et remplacer les horreurs de la guerre par des condamnations à mort, moins violentes et plus satisfaisantes, qu’ils infligent à quiconque s’oppose à leur prise de pouvoir. En fait, ils insistent beaucoup sur la nécessité de maintenir la terreur qui tend à produire une soumission aveugle. Une sévérité juste, mais impitoyable, est le plus grand facteur de la force de l’État, “par la doctrine de la sévérité, nous triompherons et soumettrons tout gouvernement à notre super-gouvernement.”

Ils admettent que déjà très loin dans l’antiquité, eux, les Juifs, ont été les premiers à crier parmi les masses populaires les mots : ” Liberté, Égalité, Fraternité. ” Ils ont utilisé ces mots, ou leur équivalent, d’innombrables fois depuis lors et les ont fait répéter par de stupides perroquets qui, de tous côtés, se sont jetés sur ces appâts et ont emporté avec eux le bien-être du monde, emporté la véritable liberté de l’individu, autrefois si bien protégée contre les pressions de la foule. Ils font remarquer que les Goyim n’ont pas noté la contradiction du sens de ces mots et n’ont pas vu que dans la Nature il n’y a pas d’égalité, il ne peut y avoir de liberté ; que la Nature elle-même a établi l’inégalité des esprits, des caractères et des capacités aussi immuablement qu’elle a établi la subordination de ses lois.

Les Juifs montrent que l’Homme Blanc, qu’ils appellent le Goyim, n’a régné à travers sa noblesse que par dynasties. Dans celles-ci, le père transmettait au fils la connaissance du cours des affaires politiques de telle sorte que nul ne devait la connaître sinon les membres de la dynastie et que nul ne pouvait la trahir aux gouvernés. Au fur et à mesure que le temps passait et que les idées juives de la démocratie pénétraient de plus en plus profondément dans la pensée et le gouvernement du peuple blanc, la véritable position des dynasties dirigeantes devint confuse et leurs compétences politiques se perdirent. Cela a grandement contribué au succès de la cause juive dans la prise de contrôle de ces nations.

C’est pourquoi, en criant les mots “Liberté, Égalité et Fraternité”, ils ont amené dans les rangs des juifs, grâce à leurs propres agents, des légions entières qui portaient leurs bannières avec enthousiasme. Pendant tout ce temps, ces mots étaient des vermisseaux à l’œuvre, creusant le bien-être des Goyim, mettant fin partout à la paix, à la tranquillité, à la solidarité et détruisant tous les fondements des États des Goyim.

Les Juifs montrent que leur triomphe a été rendu beaucoup plus facile par le fait que dans leurs relations avec les hommes qu’ils voulaient avoir, ils ont toujours travaillé sur les cordes les plus sensibles de l’esprit humain, à savoir, sur leur soif d’argent, sur leur stupidité et sur l’insatiabilité des besoins matériels de l’homme. Alors que chacune de ces faiblesses humaines, prise isolément, suffit à paralyser l’initiative, prises ensemble, elles livrent en bloc la volonté des hommes à la disposition de ceux qui ont été payés pour leur traîtrise et leur trahison.

En utilisant la puissance de leur or, leurs forces financières, et en utilisant la ruse, la tromperie et la trahison, ils ont rendu possible de remplacer les représentants du peuple et de mettre à leur place leurs laquais et leurs agents.

Protocole n° 2

Les Juifs, dans ce document, révèlent l’importance considérable de l’instigation et de la conduite de guerres économiques et de guerres militaires entre les États Goyim. Les guerres ont été désignées comme “la moisson juive”. C’est par le biais des guerres que les Juifs récoltent et posent les bases de la prédominance juive. Lorsque les guerres sont terminées, les deux parties sont dévastées et à la merci de la finance juive internationale. Ils disent : “nos droits internationaux vont effacer les droits nationaux”. Tout en anéantissant d’énormes actifs, en mettant à sac de grandes parties des deux camps des nations païennes, lorsque la guerre est terminée, les deux camps se retrouvent en détresse financière et très largement endettés. Ainsi, nous constatons que les juifs récoltent une triple moisson des guerres : premièrement, ils réalisent un énorme profit grâce à la fabrication de munitions et à d’autres moyens financiers de la guerre.
Deuxièmement, ils sont ainsi en mesure d’affaiblir la résistance raciale de la Race Blanche en envoyant au combat la fleur de l’âge des nations blanches des deux camps. Troisièmement, lorsque la guerre est terminée et que les deux camps sont prostrés, les Juifs continuent de piéger les nations en les enchaînant avec d’énormes dettes et en percevant intérêts sur intérêts. Ainsi, les nations blanches (et la Race Blanche) sont encore plus réduites en esclavage et l’étau juif se resserre progressivement.

Les Juifs se vantent ensuite de choisir des administrateurs Goyim pour les fonctions publiques, des personnes qui les défendront et dont ils peuvent compter sur la loyauté en tant que larbins. Naturellement, il s’agit de personnes qui sont prêtes à trahir la Race Blanche et qui connaissent très peu l’art du gouvernement. Derrière ces laquais se trouveront leurs propres conseillers juifs, qui, selon eux, sont des hommes d’étude et de génie, spécialement élevés depuis leur plus tendre enfance pour diriger les affaires du monde entier.

La dernière partie parle du rôle puissant joué par la presse dans les mains des Juifs, “grâce à la presse nous avons acquis le pouvoir d’influencer tout en restant nous-mêmes dans l’ombre ; grâce à la presse nous avons maintenant l’or dans nos mains, bien que nous ayons dû le recueillir dans des océans de sang et de larmes”.

Ils résument en disant que le triomphe du système juif échouera si l’application pratique de celui-ci n’est pas basée sur
sur une récapitulation des leçons du passé à la lumière du présent.

Ainsi, nous voyons le rassemblement des rênes du pouvoir entre les mains des Juifs par leurs procédés perfides. Ceux-ci sont : par l’utilisation des guerres ; en plongeant les nations ravagées dans l’endettement ; par le contrôle des larbins pour les placer dans des positions de pouvoir ; par l’utilisation habile de la presse pour continuer à pointer du doigt nos exigences soi-disant indispensables, pour donner une voix aux plaintes du peuple, pour exprimer et créer le mécontentement. Et enfin, mais surtout, le pouvoir de l’or.

Protocole n° 3

Avec une arrogance démesurée et une confiance suprême, les Juifs nous disent : “que notre but n’est plus qu’à quelques pas. Le vieux et long chemin que nous avons parcouru est maintenant prêt à fermer le cycle du serpent symbolique, par lequel nous symbolisons notre peuple. Lorsque cet anneau sera fermé, les états d’Europe seront enfermés dans sa spirale comme dans un étau puissant.”

Ils révèlent plus loin comment ils vont nous enfermer, nous les Goyim, dans leur puissant étau. Alors que les Goyim pensent avoir des constitutions suffisamment solides pour maintenir le navire de l’État en équilibre, les Juifs ont fait en sorte que nos rois, dirigeants et représentants soient entourés de leurs conseillers qui les “conseillent” dans une démarche insensée et irresponsable l’une après l’autre. En soulevant une foule de questions confuses, ils creusent de plus en plus le fossé entre les gouvernants et le peuple. Avec le pouvoir de la presse entre les mains des Juifs, ils encouragent les abus de pouvoir des dirigeants d’une part. En agitant et en soulevant la foule, d’autre part, ils “mettront la touche finale à la préparation de toutes les institutions pour leur renversement et tout volera en éclats sous les coups de la foule enragée”.

En attendant, en aggravant et en provoquant continuellement des crises financières et économiques, tous les peuples sont enchaînés au lourd labeur de la pauvreté plus fermement qu’ils ne l’ont jamais été par l’esclavage et le servage. “Notre pouvoir est dans la pénurie de nourriture et la faiblesse physique du travailleur, car par tout ce que cela implique, il est rendu esclave de notre volonté.” Ainsi, ils encouragent la haine et l’envie qui pousseront les foules à se retourner contre ceux qui constituent un obstacle aux Juifs et à leur prise de pouvoir et à les éliminer. “Lorsque l’heure sonnera pour le couronnement de notre Souverain Seigneur du monde entier (en d’autres termes, le Dictateur juif), ce sont ces mêmes mains qui balaieront tout ce qui pourrait y faire obstacle”. Alors que ces foules se déchaînent et détruisent, les Juifs se sont assurés qu’elles ne toucheront pas à leurs biens, car le moment de l’attaque ne sera connu que des Juifs, et ils se sont préparés à prendre des mesures pour protéger les leurs.

Ils admettent franchement qu’ils ont conçu la Révolution française et que les secrets de ses préparatifs leur étaient bien connus car “elle était entièrement l’œuvre de nos mains”.

Ils se moquent du mot “liberté”, disant qu’il ne signifie absolument rien mais qu’il est un outil utile pour enflammer les foules et amener des communautés entières d’hommes à se battre contre toute forme de force, contre toute forme d’autorité. Les foules, sous le contrôle des Juifs, tueront alors les derniers visages du leadership goy et acquitteront les criminels, de sorte qu’à la fin, la foule aidera involontairement les Juifs à introniser le “Roi-Désespoir du sang de Sion, que nous préparons pour le monde.”

Protocole n° 4

Ici, les Juifs nous révèlent franchement qu’ils ont organisé les Gentils en Ordres maçonniques qui sont l’un de leurs outils les plus puissants pour contrôler le monde et pour conduire les États Gentils à la destruction en vue de leur prise de contrôle totale du monde par les Juifs. “La maçonnerie sert aveuglément d’écran pour nous et nos objets, mais le plan d’action de notre force, et même son lieu de résidence, reste pour le peuple entier un mystère inconnu.”

Pour faire avancer la conspiration vers sa conclusion ultime, il est nécessaire que les Juifs détruisent toutes les fondations sur lesquelles la société goyim a été construite. En outre, ils feront en sorte que le Goy soit tellement occupé à gagner sa vie qu’il n’aura pas le temps de réfléchir ou de prendre note de ce qui se passe. Pendant que le Goy travaillera, gagnera sa vie et s’occupera d’industrie et de commerce, le Juif s’adonnera à la spéculation. Il en résultera que tout ce qui est produit par la terre, ou par l’industrie, leur échappera, passera dans la spéculation et passera dans les mains des Juifs. Ayant détruit tous les principes moraux parmi les Gentils, c’est-à-dire les Blancs, ayant complètement tourné leur esprit vers l’industrie et le commerce et le fait de gagner leur vie. Ils les amèneront à un stade où “leur seul guide est le gain, c’est-à-dire l’or, qu’ils érigeront en véritable culte, pour les plaisirs matériels qu’il peut procurer, pas même pour gagner des richesses, mais uniquement par haine des privilégiés, les classes inférieures des Goyim suivront notre exemple contre nos rivaux pour le pouvoir, les intellectuels des Goyim,” afin de les détruire.

Encore une fois, la stupidité des Goyim sera utilisée pour détruire les leurs.

Protocole n° 5

Création d’une centralisation intensifiée du gouvernement. Méthodes de prise de pouvoir par la Maçonnerie. Causes de l’impossibilité d’accord entre les Etats. L’état de prédestination” des Juifs. L’or, moteur de la machine des États. Importance de la critique. Les institutions du “spectacle”. Lassitude du maniement des mots. Comment s’emparer de l’opinion publique. L’importance de l’initiative personnelle. Le super-gouvernement.

Protocole n° 6

L’établissement d’énormes monopoles financiers juifs, contenant des réservoirs de richesses colossales, est décrit ici. Ces monopoles seront si puissants que la fortune de n’importe quel Gentil dépendra d’eux à tel point que les fortunes non-juives ne pourront exister en dehors du contrôle et de la manipulation de ces monopoles juifs. Aujourd’hui, nous voyons cela comme un fait établi. Quel que soit le secteur d’activité auquel vous vous intéressez, qu’il s’agisse du pétrole, du sucre, du cinéma, des réseaux de télévision, de l’acier, des chemins de fer, de la construction automobile et de cent autres secteurs d’activité, tous sont aux mains des Juifs. Pendant qu’ils amassent toutes les richesses du pays dans d’énormes monopoles juifs, ils continuent à dire qu’ils doivent, par tous les moyens possibles, développer l’importance de leur super gouvernement en le représentant comme le protecteur et le bienfaiteur de tous ceux qui se soumettent volontairement à eux.

La section suivante traite des moyens de priver les Goyim de leurs terres, et, disent-ils franchement, cela doit être fait, quel qu’en soit le prix. La meilleure façon d’y parvenir est de charger la terre et la propriété de dettes et de les maintenir ainsi dans un état de soumission humble, continue et inconditionnelle.

Une autre façon de priver les Blancs de leur argent et de leurs biens durement gagnés consiste, avant tout, à ce que les Juifs se lancent dans la spéculation et la monopolisent. De cette façon, ils drainent de l’industrie, du travail, du capital et de la terre et transfèrent dans les mains des Juifs tout l’argent du monde. “Alors les Goyim se prosterneront devant nous, ne serait-ce que pour obtenir le droit d’exister”.

Afin d’apporter encore plus de ruine aux Goyim, ils vont promouvoir et encourager par la propagande une demande avide de luxe qui engloutira tous les gains qui pourraient leur rester.

“Nous augmenterons le taux des salaires, ce qui, cependant, n’apportera aucun avantage aux travailleurs, car, en même temps, nous produirons une hausse des prix des produits de premières nécessités, en alléguant qu’elle provient du déclin de l’agriculture.” En plus de cela, ils encourageront et habitueront encore plus les travailleurs à l’anarchie et à l’ivrognerie. En même temps, ils prendront toutes les mesures possibles pour exterminer de la surface de la terre toutes les forces instruites des Goyim.

Tout en faisant tout cela, ils masqueront leur odieuse destruction de la Race Blanche sous un prétendu désir ardent de servir les classes ouvrières et les grands principes de l’économie politique.

Protocole n° 7

Pour soutenir et appliquer tous ces programmes visqueux d’étranglement économique des Goyim, les Juifs prévoient d’intensifier les armements, d’augmenter les forces de police et de semer la discorde et l’hostilité partout dans le monde. Lorsqu’ils y parviendront, il ne restera dans tous les différents pays du monde que les masses du prolétariat, quelques millionnaires dévoués aux intérêts juifs, ainsi que des policiers et des soldats.

En ayant des agents juifs dans les gouvernements de tous les pays du monde ; par des traités économiques ; par des obligations de prêt ; par les ferments et les hostilités qu’ils ont créés ; ils auront, avec leurs intrigues, tellement emmêlé tous les fils des gouvernements du monde qu’aucun d’entre eux ne pourra agir sans que les Juifs manipulent les leviers du pouvoir.

Si un pays ose s’opposer à eux, les Juifs organiseront alors collectivement leurs voisins pour qu’ils se liguent ensemble contre ce pays et le détruisent par une guerre universelle. L’effroi et la réalité de ce pouvoir ont été démontrés lors de la Seconde Guerre mondiale, lorsque l’Allemagne, par son courage et sa force, s’est débarrassée des Juifs, puis immédiatement, par une propagande vicieuse, des intrigues, des moyens financiers et d’autres leviers de pouvoir, les Juifs ont organisé les voisins environnants dans une guerre bestiale d’anéantissement.

Ils peuvent le faire car, comme ils le disent. “Nous devons obliger les gouvernements des Goyim à agir dans le sens favorisé par notre plan largement conçu, qui approche déjà de la consommation désirée, par ce que nous représenterons comme l’opinion publique, secrètement promue par nous par les moyens de cette soi-disant “grande puissance” – la presse, qui, à quelques exceptions près qui peuvent être ignorées, est déjà entièrement entre nos mains.”

Si l’Europe devait échapper à leur contrôle, alors les Juifs sont déterminés à montrer leur force en répondant avec les armes de l’Amérique, de la Chine ou du Japon, pour écraser l’Europe, si nécessaire.

Protocole n° 8

La manipulation des tribunaux est abordée ici. Leur plan est de détruire les tribunaux de l’Homme Blanc et de les dégrader et de les transformer en une jungle juridique. En outre, pour paralyser et harceler les honnêtes citoyens, les Juifs prévoient tout d’abord de doter l’ensemble du système juridique de leur propre race. Si nous regardons autour de nous aujourd’hui, il est difficile d’ignorer à quel point notre système juridique est infesté de Juifs. La majorité des juges sont juifs. Le nombre d’avocats est fortement pondéré par les Juifs.

Mais afin d’aboutir à leurs décisions tordues et perverties et de les justifier auprès du public, ils en font une science fine pour couvrir leurs décisions idiotes avec les principes moraux les plus élevés et les plus exaltés passés sous forme légale. Pour former leur race d’avocats à toutes ces trahisons et ces subterfuges complexes, ils ont des écoles qui préparent leur personnel sélectionné par un cours de formation super-éducatif spécial dans leurs écoles juives spéciales. Grâce à cette formation spéciale, ils seront “mis au courant de tous les dessous de la nature humaine, avec tous les accords sensibles qu’ils auront à jouer”.

Les Juifs se lancent à corps perdu dans l’étude de l’économie, non pas pour clarifier les problèmes, mais pour mieux les embrouiller. Autour de leur gouvernement, c’est-à-dire du gouvernement juif, il y aura toute une constellation de banquiers, d’industriels, de capitalistes et surtout de millionnaires, car, comme ils le disent, tout sera réglé par la question de l’argent. Les Juifs installeront des laquais gentils à la tête des ministères, mais ce seront des gens et des personnes dont le passé et la réputation sont tels qu’ils sont impliqués dans des activités criminelles, des gens qui ont un passé sombre, obscur et caché, et que l’on peut facilement faire chanter. De telles personnes ne représentent jamais les intérêts de leur propre race, mais sont carrément des traîtres à la Race Blanche, et ce, comme le disent les Juifs, “afin de leur faire défendre nos intérêts jusqu’à leur dernier souffle”.

Protocole n° 9

Les Juifs font une étude complète et détaillée du caractère du peuple du pays qu’ils ont l’intention de détruire. Par une application prudente de ce principe, “vous verrez qu’une décennie s’écoulera avant que le caractère le plus obstiné ne change et que nous ajouterons de nouveaux peuples aux rangs de ceux que nous avons déjà soumis.”

Ils confient que les mots d’ordre maçonniques de “Liberté, Égalité, Fraternité” ont été un outil puissant pour la destruction des différentes nations du monde. Alors que ces mots expriment un idéalisme vide de sens et impossible, cela n’a rien à voir. Ils ont été extrêmement utiles et ont fonctionné.

Une brève discussion s’ensuit sur l’utilisation de l’antisémitisme contrôlé artificiellement, qui leur est extrêmement utile pour la gestion “de nos frères inférieurs”. En d’autres termes, l’antisémitisme contrôlé est un outil très utile pour unir et aligner tous les Juifs en coopération avec leur plan directeur mondial.

Pour les Juifs, il n’y a pas de contrôles ou de limites à l’étendue de leurs activités. Leur super-gouvernement n’est limité par aucune loi ou condition. “Au moment opportun, nous, les législateurs, exécuterons le jugement et la sentence, nous tuerons et nous épargnerons, nous, à la tête de toutes nos troupes, sommes montés sur le destrier du chef.”

Ils ont enrôlé dans leur réseau des personnes de toutes opinions, de toutes doctrines, des démagogues, des socialistes, des communistes, des utopistes de toutes sortes. Chacun d’eux s’est vu confier une tâche. Chacun d’eux, pour son propre compte, ronge les derniers vestiges de l’autorité, s’efforce de renverser toutes les formes d’ordre établies. “Par ces actes, tous les États sont sous la torture, mais nous ne leur donnerons pas la paix tant qu’ils ne reconnaîtront pas ouvertement notre super-gouvernement international et avec soumission.”

Si l’on se souvient que ces Protocoles ont été écrits il y a plus de 70 ans, déjà à l’époque les Juifs se vantaient ouvertement d’avoir déjà entre leurs mains l’administration de la loi, la conduite des élections, la presse, la liberté de la personne, mais surtout l’éducation et la formation des jeunes. Ils se vantent en outre d’avoir trompé, utilisé et corrompu la jeunesse des Goyim en l’élevant dans des principes et des théories dont les Juifs savent qu’ils sont faux.

Ils se vantent aussi ouvertement d’avoir, dans les pays occidentaux, un moyen et une manœuvre d’une terreur si effroyable que même les cœurs les plus solides en trembleront. Ils ont des souterrains appelés Métropolitains “ces couloirs souterrains qui, avant le temps, seront enfoncés sous toutes les capitales et d’où ces capitales seront soufflées en l’air avec toutes leurs organisations et leurs archives.”

Protocole n° 10

Pour illustrer à quel point il est facile de tromper les Goyim, les Juifs affirment sans ambages que le peuple est parfaitement satisfait des apparences extérieures de leurs gouvernements et qu’il n’a pas la moindre idée du sens profond des choses ou des actions qui se déroulent dans les coulisses. Pour qu’il en soit ainsi, il est important que toutes les questions ne soient pas abordées directement et ouvertement devant le peuple. En ne nommant pas de principe, les Juifs se laissent libres d’agir comme ils l’entendent. Un scélérat politique, coquin mais intelligent, sera admiré par la foule pour son audace impudente.

La hiérarchie juive a élaboré un plan directeur pour ériger une nouvelle structure fondamentale englobant toutes les nations de la terre (Nations unies). Ils ont l’intention d’amener tous les peuples sous leur dictateur juif despotique en soumettant d’abord les peuples du monde à des souffrances, une confusion et des tourments si terribles qu’ils lèveront les bras en désespoir de cause. Les Juifs leur offriront alors la solution à tous leurs problèmes. Par un coup d’État qu’ils provoqueront alors, ils s’installeront sur le trône du monde.

Certains des outils pour accomplir ceci sont de donner à tout le monde un vote sans distinction de classes ou sans qualifications ; en détruisant parmi les Goyim l’importance de la famille et sa valeur éducative ; en créant de la foule une force puissante aveugle qui ne sera jamais en mesure de se déplacer dans n’importe quelle direction sans la guidance des agents juifs placés à la tête comme chefs de la foule.

Les Juifs connaissent bien le principe du leadership et l’ont utilisé depuis le début de leur histoire pour les amener à l’état de pouvoir actuel. Ils se rendent compte qu’un plan de gouvernement doit venir tout fait d’un seul cerveau et ne doit pas être divisé en parties fractionnées à partir des esprits du plus grand nombre. S’il est permis à un groupe restreint de leur hiérarchie d’avoir connaissance du plan d’action général, ils ne doivent pas en discuter les détails car cela détruirait sa conception astucieuse, l’interdépendance de ses composants et le sens secret de chaque clause.

Ils voient d’un très mauvais œil l’utilité d’une constitution comme moyen de protéger le peuple contre leur conspiration. Ils déclarent ouvertement “une constitution, comme vous le savez bien, n’est rien d’autre qu’une école de discordes, de malentendus, de querelles, de désaccords, d’agitations stériles de partis, de caprices de partis, en un mot, une école de tout ce qui sert à détruire la personnalité de l’activité de l’État.” Les démocraties et les républiques, où tout le monde a le droit de vote jusqu’à la dernière racaille, fournissent au Juif le meilleur élément pour détruire l’État et le peuple dans cet État. Afin de pouvoir manipuler au mieux un tel État, ils s’arrangent pour élire des présidents et d’autres fonctionnaires qui ont dans leur passé une sombre tache non découverte. Ces agents exécuteront alors leurs ordres sans crainte de révélation de la part des Juifs.

Finalement, en créant la discorde, en pillant le peuple aveugle par l’impôt, par les bavures, par l’effondrement de la loi et de l’ordre, par la dissension, la haine, la lutte, l’envie et même par la torture, par la famine, par l’inoculation de maladies, par le besoin, finalement le peuple sera si épuisé et si désespéré qu’il ne verra pas d’autre choix que de se réfugier dans le leadership juif. Le peuple se soumettra et se rendra à la souveraineté juive inconditionnelle.

Protocole n° 11

“Les Goyim (Gentils Blancs) sont un troupeau de moutons et nous sommes leurs loups. Et vous savez ce qui se passe quand les loups s’emparent du troupeau ? “.

Dans ce protocole, ils entrent dans les détails pour détruire les derniers vestiges de notre type de gouvernement et le remplacer par leur ordre mondial juif qui viendra sous la forme d’une révolution de l’État. Comme condition préalable à ce nouvel ordre mondial, de nombreuses combinaisons de concepts que nous acceptons aujourd’hui, tels que la liberté de la presse, le droit d’association, la liberté de conscience, le principe du vote, et bien d’autres encore, doivent disparaître à jamais de la mémoire de l’homme. Les Juifs veulent s’assurer que lorsqu’ils refermeront définitivement les mâchoires sur les Goyim, ces victimes devront reconnaître une fois pour toutes qu’eux, les Juifs, sont si forts, si surabondamment remplis de pouvoir, qu’en aucun cas ils ne tiendront compte d’une quelconque protestation, ni ne prêteront la moindre attention aux opinions ou aux souhaits des Goyim, et ils veulent nous faire comprendre qu’ils sont prêts et capables d’écraser avec une puissance irrésistible toutes les expressions d’une telle protestation à tout moment et en tout lieu. Dans la crainte et le tremblement, le Goyim fermera les yeux sur tout et se contentera d’attendre et de voir comment tout cela va se terminer. Entre-temps, les Juifs maintiendront les Goyim pacifiés en promettant de leur rendre toutes les libertés qu’ils leur ont retirées dès qu’ils auront réprimé “les ennemis de la paix”.

Pourquoi font-ils cela ? Pour obtenir de manière détournée ce que leur tribu dispersée ne pourrait obtenir par des méthodes directes. C’est pourquoi ils ont organisé une armée de loges maçonniques – pour jeter un écran de fumée sur leurs véritables objectifs qui ne sont même pas soupçonnés par “ce bétail goy”.

“Dieu nous a accordé, à nous, son peuple élu, le don de la dispersion, et en cela, qui apparaît aux yeux de tous comme notre faiblesse, est devenue toute notre force, qui nous a maintenant amenés au seuil de la souveraineté sur le monde entier.”

La littérature et le journalisme sont considérés par les Juifs comme les deux forces éducatives les plus importantes et, par conséquent, ils veulent s’assurer que leur gouvernement deviendra le propriétaire unique de la majorité de tous les journaux. Ils considèrent la liberté de la presse, ou la liberté en tant que telle, comme le droit de ne faire que ce que la loi autorise. Puisqu’ils vont créer ou abolir les lois qui leur conviennent, toute liberté sera entre leurs mains.

La propagande et la presse qui la crée sont donc considérées comme la clé du contrôle sur les Goyim. “Nous la sellerons et la briderons d’une bride serrée : nous ferons de même avec toutes les productions de l’imprimerie : quiconque s’occupe d’imprimerie sera tenu d’avoir une taxe de timbre et des dépôts d’argent de garantie. Si quelqu’un attaque les Juifs, si cela est encore possible, nous lui infligerons des amendes sans pitié.” Ils ont l’intention d’enjamber la presse de telle sorte que personne personne ne pourra impunément lever le petit doigt sur la justesse et l’infaillibilité de leur gouvernement.

Ils créeront également leurs propres magazines et journaux qui lanceront de fausses attaques contre l’establishment juif, mais, bien sûr, ils se limiteront à des points si insignifiants qu’ils ne leur causeront aucun problème. Ils s’acharneront sur des centaines d’aspects de chaque point, sans jamais soulever de véritables questions, jusqu’à ce que le public soit si confus qu’il ne sache plus où il en est, ni même ce qu’est une opinion valable. En tout cas, pas une seule annonce ne parviendra au public sans passer par le contrôle des Juifs. Les Goyim regarderont les événements du monde à travers les lunettes colorées “que nous leur mettons sur le nez”. Ils se vantent qu’aujourd’hui encore (et cela a été écrit il y a plus de 70 ans), il n’existe aucun secret d’État auquel les Juifs n’ont pas accès. Aujourd’hui, 70 ans plus tard, nous pouvons imaginer à quel point leur contrôle s’est accru.

Le futur État juif despotique aura trois classes de journaux qu’ils contrôleront. Au premier rang se trouveront les organes à caractère officiel. Ces journaux veilleront toujours sur les intérêts juifs et ils admettent que, par conséquent, leur influence sera relativement faible. Au deuxième rang se trouveront les organes semi-officiels dont le rôle sera d’attirer les Goyim tièdes et indifférents. Au troisième rang, ils créeront leurs propres journaux, mais qui, selon toute apparence, seront en opposition avec leur régime. Cela permettra (a) de piéger leurs vrais opposants pour qu’ils acceptent cette opposition simulée comme la leur. (b) Ils peuvent conduire l’opinion d’opposition dans les canaux mêmes qu’ils désirent alors, et ainsi les neutraliser.

De cette façon, ils mèneront leurs propres combats fictifs qui confondront les Goyim. En même temps, le Goy aura toujours l’illusion qu’il jouit de la liberté de la presse.

Même à l’époque où les Protocoles ont été écrits, les Juifs se vantaient qu’avec la presse française, tous les organes de presse sont liés par le secret professionnel. Aucun journaliste ne s’aventurerait à trahir ce secret, car aucun d’entre eux n’a jamais admis pratiquer la littérature, à moins que son passé ne comporte quelque épisode honteux avec lequel les Juifs pourraient ainsi faire chanter et contrôler ce membre de la presse. Lorsque les Juifs auront finalement accompli leur objectif mondial et qu’ils auront le contrôle total du régime despotique, ils ont l’intention de s’assurer qu’il n’y aura aucune révélation par la presse d’une quelconque malhonnêteté publique. Le nouveau régime doit être considéré comme ayant si parfaitement satisfait tout le monde que même la criminalité semblera avoir disparu.

Protocole n° 12

Ce chapitre est assez long et traite du rôle extrêmement important que jouent les ordres maçonniques et les loges maçonniques créés par les Juifs dans le contrôle de la presse, du gouvernement et des Gentils dans leur ensemble.

L’interprétation maçonnique du mot “liberté”. L’avenir de la presse dans le royaume maçonnique. Le contrôle de la presse. Les agences de correspondance. Qu’est-ce que le progrès tel que le conçoit la maçonnerie ? Pour en savoir plus sur la presse. La solidarité maçonnique dans la presse d’aujourd’hui. L’éveil des revendications “publiques” en province. L’infaillibilité du nouveau régime.

Protocole n° 13

Le besoin de notre pain quotidien sera la plus puissante massue que les Juifs ont l’intention de brandir sur la tête du Goyim pour le maintenir dans le silence comme leur humble serviteur. Ils utiliseront leurs agents gentils de la presse pour discuter des questions que leurs journaux officiels n’ont pas le temps de mentionner. Le régime contrôlé par les Juifs se contentera alors de prendre et d’appliquer les mesures qu’il souhaite, puis de les présenter au public comme un fait accompli. Une fois que ce sera fait, personne n’osera exiger un changement en la matière, et ce d’autant plus que la presse juive présentera alors leurs nouvelles mesures comme une grande amélioration. Immédiatement après, la presse détournera la pensée actuelle vers des questions nouvelles et frivoles.

Alors que le peuple des Goyim devient de plus en plus esclave, les Juifs ont l’intention de le distraire davantage avec des amusements, des jeux, des passe-temps, des passions, des palais du peuple et bien d’autres distractions telles que des compétitions d’art et de sports de toutes sortes. Seule la presse contrôlée par les juifs guidera le peuple vers toutes les formes d’opinion que le peuple considérera alors comme siennes, car eux, les juifs, auront le monopole de leur offrir toute nouvelle direction de pensée.

Les libéraux et les rêveurs utopiques joueront leur rôle en détruisant les restes du gouvernement goy jusqu’à ce que les Juifs prennent le pouvoir. Après cela, ces libéraux ne leur seront d’aucune utilité. En fait, ils peuvent même être dangereux et ils doivent être mis de côté. Bien qu’ils bouleversent toute notre civilisation blanche et mettent la société sens dessus dessous, leurs orateurs expliqueront longuement comment ils nous ont maintenant asservis. “Qui soupçonnera jamais alors que tous ces peuples ont été mis en scène par nous selon un plan politique que personne n’a autant deviné au cours de plusieurs siècles ?”

Protocole n° 14

Lorsque les Juifs auront établi leur royaume despotique, ils ont l’intention de s’assurer qu’aucune autre religion n’existera que la leur, la religion de Moïse, dans laquelle ils se distingueront comme le peuple élu. Toutes les autres formes de croyance seront balayées. Ils tromperont ensuite les Goyim en leur faisant croire qu’il existe dans leur religion un rite mystique sur lequel repose tout le pouvoir éducatif.

Après avoir asservi tous les peuples du monde et leur avoir imposé leur régime tyrannique, ils publieront ensuite, à chaque occasion, des articles et établiront des comparaisons entre leur règne bienveillant et celui des époques passées. Ils vanteront les bienfaits de la tranquillité, bien que cette tranquillité ait été amenée de force par des siècles d’agitation juive. Les époques des gouvernements précédents des Goyim seront dénoncées par les Juifs dans le langage le plus fort.

Tous les changements inutiles de formes de gouvernement par lesquels ils ont fait passer les goyim lorsqu’ils sapaient les structures de leur État, auront tellement lassé les peuples, qu’ils préféreront finalement tout subir sous les Juifs plutôt que de courir le risque d’endurer à nouveau toutes ces agitations et misères. Lorsqu’ils seront au pouvoir, ils souligneront encore une fois toutes les erreurs historiques que leur précédent gouvernement goy a commises pendant tant de siècles par leur manque de compréhension de tout ce qui constitue le vrai bien de l’humanité. En revanche, ils leur expliqueront à quel point les gens ont de la chance aujourd’hui, contrairement à l’ancien ordre des choses, mort et décomposé. Dans les pays connus pour être progressistes et éclairés, les Juifs admettent que c’est eux-mêmes qui ont créé une littérature insensée, sale et abominable. Pourtant, cela sera plus tard présenté comme une charge et un discrédit pour l’ordre ancien.

Personne ne sera jamais autorisé à discuter de la foi juive sous son vrai jour. Personne d’autre que les Juifs ne sera pleinement instruit et ne connaîtra pleinement son contenu. Aucun des “élus” n’osera jamais trahir aucun de ses secrets ni la façon dont il a été utilisé pour asservir le reste de l’humanité.

Protocole n° 15

Coup d’état (révolution) d’un jour sur le monde entier. Exécutions. Futur sort des Goyim – Maçons. Mysticisme de l’autorité. Multiplication des loges maçonniques. Conseil central d’administration des anciens maçons. La “tactique d’Azev”. La maçonnerie comme leader et guide de toutes les sociétés secrètes. Signification des applaudissements publics. Le collectivisme. Les victimes. Exécutions de maçons. Chute du prestige des lois et de l’autorité. Notre position de peuple élu. Brièveté et clarté des lois de notre royaume du futur. Obéissance aux ordres. Mesures contre l’abus d’autorité. Sévérité des peines. Limite d’âge des juges. Libéralisme des juges et des autorités. L’argent du monde entier. Absolutisme de la maçonnerie. Droit d’appel. L’”apparence extérieure” patriarcale du pouvoir du seul et unique droit. Le roi d’Israël. Patriarche du monde entier.

Protocole n° 16

Conscients que les universités sont les institutions clés qui forment et façonnent la pensée du peuple, les Juifs prévoient d’émasculer les universités en les réorientant dans une nouvelle direction, utile aux Juifs. Tous les fonctionnaires et les professeurs auront des programmes détaillés préparés pour eux, à partir desquels ils enseigneront et ne seront pas autorisés à diverger le moins du monde. Ils seront sélectionnés avec soin et seront placés dans une position telle qu’ils seront entièrement dépendants du gouvernement.

Aucun cours significatif dans l’étude des lois de l’État ou des questions politiques ne sera donné, sauf à quelques douzaines de personnes soigneusement choisies pour leurs capacités particulières et provenant des rangs de leurs frères juifs. Pendant la période de transition, alors qu’ils luttent encore pour le despotisme absolu, les Juifs introduiront dans les programmes d’éducation tous ces principes de division qui ont été utilisés si brillamment pour briser l’ordre des gouvernements Goyim. Mais une fois qu’ils seront complètement au pouvoir, ils prévoient de supprimer toute sorte de sujet dérangeant du cours d’éducation. Au lieu de cela, ils feront des jeunes gens des enfants obéissants à l’autorité, aimant celui qui gouverne, lui apportant leur soutien et espérant la paix et la tranquillité.

L’étude des classiques, l’étude de l’histoire ancienne et les leçons de l’expérience passée seront remplacées par des études théoriques de programmes pour l’avenir.”Nous effacerons de la mémoire des hommes tous les faits des siècles précédents qui nous sont indésirables et ne laisserons que ceux qui dépeignent toutes les erreurs du gouvernement des Goyim.” Un accent particulier sera mis sur l’étude de la vie pratique, des obligations du peuple envers l’État, et de l’ordre public. Chaque métier et chaque faction recevront un traitement spécial et différent.

Afin que le roi juif despotique soit plus fermement installé dans le contrôle, il sera nécessaire que toutes ses activités soient relayées à la nation dans son ensemble, dans les écoles, et sur les marchés de telle manière que le peuple ait une compréhension claire de tous ses actes et de ses nombreuses et grandes réalisations bienveillantes.

Il n’y aura pas de liberté d’enseignement. Des groupes spéciaux seront instruits dans la philosophie des nouvelles théories qui n’ont pas été déclarées au reste du monde. Ces théories seront de la nature d’un dogme de foi et seront utilisées comme une étape transitoire pour initier le peuple à sa foi, c’est-à-dire la foi juive. Ils observent que l’expérience de nombreux siècles leur a appris que les gens vivent et sont guidés par des idées et que ces idées ne sont assimilées par les gens que par l’éducation. Tous les âges sont également réceptifs aux idées. Le résultat final recherché par le prétendu système d’enseignement sera de transformer les Goyim en brutes irréfléchies et soumises, attendant que les choses soient présentées devant leurs yeux pour se faire une idée.

Protocole n° 17

Formation spéciale de leurs propres avocats. Futurs avocats payés par l’État. Informations utilisées par les avocats limitées à celles fournies par l’État. Le roi des Juifs sera le véritable pape de l’univers, le patriarche de l’église internationale. Destruction de l’église existante lorsqu’elle a atteint son but. Fonction de la presse contemporaine. Organisation de la police. La police volontaire. Espionnage sur le modèle de l’espionnage de la Cabale. Abus et dégradation de l’autorité des Goyim.

Protocole n° 18

Réalisant que rien ne porte plus atteinte au prestige de l’autorité que le fait qu’elle soit manifestement entourée d’une masse de forces de police secrète pour sa propre protection, ils prévoient de protéger leur despotisme juif par des moyens plus détournés. Ils mettront sur pied leurs propres conspirations au sein du peuple, dirigées par de brillants orateurs qui rassembleront autour d’eux tous ceux qui sympathisent avec leur mouvement d’opposition au régime. De cette façon, ils seront en mesure d’éliminer les membres faibles et hésitants de leurs propres forces de police et aussi de rassembler l’opposition potentielle qui pourrait se développer par des moyens naturels. De cette manière, ils pourront tuer dans l’œuf et éradiquer toute conspiration avant même qu’elle ne commence.

C’est une mesure de faiblesse que de trop nombreuses conspirations soient connues du peuple et obligent les gouvernants à reconnaître leur faiblesse dans la publicité de leurs mesures secrètes de défense. De même, si plusieurs tentatives d’attentat à la vie des dirigeants sont connues, cela aussi affaiblit leur prestige et leur autorité sur ceux qu’ils gouvernent. Les Juifs admettent franchement qu’ils ont été les instigateurs d’un certain nombre d’assassinats et de tentatives d’assassinat de rois et de dirigeants dans le passé. Ils ont ainsi contribué à détruire l’autorité de l’ensemble du gouvernement des Goyim en sapant l’idée d’une autorité absolue et en encourageant l’idée qu’en dessous se cache une vaste opposition.

Lorsque leur roi suprême juif du monde sera au pouvoir, ils prévoient de renforcer sa protection en créant une telle aura de pouvoir et de déité mystique autour de lui que les pauvres Goyim stupides penseront qu’il est à côté d’un Dieu. Les Goyim feront alors tout leur possible pour le protéger et pour informer les autorités de toute opposition qui pourrait se trouver quelque part parmi ses sujets.

Les criminels politiques seront traités avec une extrême cruauté. Ils seront arrêtés au premier soupçon, qu’il soit fondé ou non. Aucune possibilité d’évasion ne sera donnée aux personnes même soupçonnées de crime politique et dans ces domaines, ils ont l’intention d’être complètement impitoyables. Pourquoi, quiconque pense même à des idées politiques est déjà coupable d’un crime, car il ne devrait pas avoir de compréhension de cela en premier lieu, et en second lieu, il ne devrait pas s’occuper de ces questions.

Protocole n° 19

Il ne sera pas permis aux sujets ou, disons, aux victimes du régime juif, de s’occuper d’affaires politiques ayant une signification quelconque. Les Juifs soulignent que, sous un gouvernement puissant et bien organisé, tout individu, ou groupe d’individus, qui tenterait de faire ce qu’ils appellent un “chantage à la sédition”, serait aussi important qu’un chien de salon jappant après un éléphant.

Pour qu’aucun individu n’ait l’idée d’être un héros et de mener le peuple à l’opposition, tous les individus qui font de telles tentatives seront jugés dans la même catégorie que le vol, le meurtre ou tout autre type de crime abominable et répugnant. Cela déshonorera ces personnes héroïques aux yeux du public et elles seront marquées du même mépris que celui qu’elles pourraient avoir pour n’importe quel criminel de bas étage.

En tout cas, tout sera fait pour effacer complètement toute possibilité de sédition ou d’opposition. Dans le passé, pour briser les régimes goyim, ils ont inséré dans les livres d’histoire l’idée de l’héroïsme et du martyre de ceux qui se sont opposés aux gouvernements goyim. Cela sera complètement changé et effacé lorsque leur régime juif aura été établi. Le citoyen moyen n’aura pas plus d’influence ou de contrôle sur les affaires politiques qu’un troupeau de bétail.

Protocole n° 20

“La somme totale de nos actions est réglée par la question des chiffres.” Les juifs entendent par là l’argent et le fait que l’argent contrôle tout. Le protocole n° 20 est long et compliqué et concerne principalement l’argent, la fiscalité et les intérêts.

Il établit le plan de leur politique fiscale lorsque le Roi du Monde régnera en maître. En premier lieu, le roi juif bénéficiera de la fiction juridique selon laquelle tout ce qui se trouve dans son État lui appartient. Ils déclarent entre parenthèses que cela “peut très bien être un fait”. Il aura donc le pouvoir légal de confisquer toutes sortes de sommes sous le prétexte de son choix.

Les Juifs se vantent ouvertement d’avoir produit des crises économiques pour détruire les Goyim par des moyens très simples : le retrait de l’argent de la circulation. Ils admettent qu’ils ont grevé les finances de l’État d’énormes emprunts sur lesquels ils obtiennent d’énormes intérêts et en ont fait les esclaves obligataires de leurs banquiers internationaux. Ils se vantent en outre que la concentration de toute l’industrie entre les mains de leurs capitalistes juifs et hors des mains des petits maîtres a drainé toute la force des peuples, ainsi que la force de l’État.

Les Juifs soulignent avec fierté que l’étalon-or a été la ruine des États qui l’ont adopté, car il n’a pas pu satisfaire les demandes d’argent, d’autant plus qu’ils ont retiré l’or de la circulation. Le lecteur doit se rappeler que ce texte a été écrit avant 1900 et qu’en 1933, les Juifs ont tout d’abord retiré tout l’or du public américain et ont fait de la possession d’or un crime pour un citoyen américain. À l’heure actuelle, ils ont expédié hors du pays pratiquement tout l’or que nous avions à Fort Knox. Le peu qui reste aux États-Unis est maintenant sur-engagé, et sur-obligé. Nous sommes maintenant complètement pillés et dépourvus de tout or.

Ils se félicitent de leur ingéniosité et de leur ruse par rapport aux “cerveaux purement bruts des Goyim”. Ils se vantent que, grâce à leur système bancaire astucieux, les Goyim leur ont emprunté de l’argent avec paiement d’intérêts sans jamais penser que, tout de même, tout l’argent sur lequel ils ont payé des intérêts devait provenir de leurs propres fonds.
Tant que les prêts étaient internes, les Goyim transféraient réellement leur argent des poches des pauvres à celles des très riches. Mais cela a changé lorsqu’il s’est agi d’emprunter auprès de sources étrangères. La richesse de ce pays a alors coulé dans les caisses des Juifs et les Goyim ont réellement payé un tribut aux Juifs en tant que sujets ou esclaves.

Tout cela fait partie de leur plan de maître. “Sans un plan défini, il est impossible de gouverner. Marcher sur une route indéterminée et avec des ressources indéterminées mène à la ruine en chemin les héros et les demi-dieux.” Et ainsi, conformément au plan, le pauvre Goy réalise à peine dans quel état de désastre financier il se trouve maintenant, malgré l’étonnante industrie et productivité de son peuple.

Protocole n° 21

Ayant pris le contrôle absolu de tous les systèmes monétaires des différents États du monde et ayant le monopole de la banque et du crédit, les Juifs se vantent maintenant d’obtenir leur argent deux fois, trois fois et plus encore en le prêtant au gouvernement goy. Ils admettent franchement que la plupart du temps, les gouvernements goys n’ont pas d’affaires et n’ont pas besoin de faire ces prêts. Cependant, par le biais de la corruption des fonctionnaires de l’État et de la négligence des dirigeants goys eux-mêmes, ils les ont attirés dans une position où ils sont maintenant désespérément accablés par une somme écrasante de dettes. Non seulement ils doivent emprunter plus d’argent chaque année, mais ils doivent aussi emprunter de l’argent pour payer les intérêts sur les montagnes de dettes qu’ils ont accumulées sur les stupides Goy.

Mais lorsque les Juifs monteront sur le trône du monde, toutes ces mutations financières qui ne servent pas leurs intérêts seront balayées pour ne pas laisser de trace. Les marchés monétaires seront détruits et ils ne permettront pas que le prestige de leur pouvoir soit ébranlé par une quelconque fluctuation des prix, mais eux, les Juifs, annonceront par la loi les valeurs et les prix.

Ils remplaceront les marchés monétaires par des institutions de crédit gouvernementales grandioses, dont l’objet sera de fixer le prix des valeurs industrielles conformément à ce que le gouvernement déterminera. Ainsi, toutes les entreprises industrielles deviendront complètement dépendantes des Juifs et ils ajouteront avec arrogance : “Vous pouvez imaginer par vous-mêmes quel immense pouvoir nous nous assurerons ainsi.”

Protocole n° 22

Le but ultime auquel les Juifs aspirent est défini et clarifié dans ce protocole.

“Dans nos mains se trouve la plus grande puissance de notre temps – l’or.” Lorsque nous considérons que ces mots ont été écrits il y a au moins 70 ans et que nous regardons aujourd’hui comment ils ont pillé et saccagé les réservoirs d’or des différents peuples du monde actuel, nous commençons à avoir une idée assez juste du succès de leur plan directeur.

Avec arrogance, ils soulignent ensuite que l’accumulation de toutes ces richesses n’est pas la preuve que leur règne est prédestiné par Dieu ? Même si beaucoup de violence sera nécessaire, ils sont néanmoins déterminés à établir leur règne diabolique et diabolique. Une fois cela fait, ils s’efforceront de prouver qu’ils sont les bienfaiteurs qui ont restauré la liberté, l’ordre et la tranquillité dans un monde confus et déchiré par les conflits.

“Notre autorité sera glorieuse parce qu’elle sera toute puissante, qu’elle régira et guidera, et qu’elle ne s’embourbera pas après les chefs et les orateurs qui s’époumonent avec des mots insensés qu’ils appellent grands principes.” Leur autorité, jurent-ils, sera la couronne de l’ordre et aura autour d’elle une aura de Déité qui inspirera à tous les peuples une inclination mystique du genou devant elle et une crainte révérencieuse devant elle. “La force véritable ne transige avec aucun droit, pas même avec celui de Dieu : nul n’ose s’en approcher pour en retrancher ne serait-ce qu’un empan.”

Protocole n° 23

Réduire tous les peuples à un esclavage abject et les plier à leur autorité suprême est le fil conducteur de tous les Protocoles. Un autre moyen est d’inculquer des leçons d’humilité, c’est-à-dire rendre les gens plus humbles et, par conséquent, ils seront plus obéissants. (Vous vous souvenez du Sermon sur la Montagne ?) En réduisant la production d’articles de luxe et en privant le peuple de toute forme de luxe, ils le forceront à devenir plus humble et, par conséquent, plus obéissant. En outre, ils mineront et réduiront les grands fabricants à un peuple de petits maîtres et de petites unités. C’est un retour au Moyen Âge. L’ivrognerie sera également interdite par la loi et sera punie comme un crime.

Alors que les Juifs ont semé la discorde, la révolution et le feu de l’anarchie dans le monde entier, lorsque l’élu de Dieu, c’est-à-dire leur Roi juif, sera sur le trône, alors tous ces agitateurs auront joué leur rôle. Ayant servi leur utilité, ils seront alors liquidés. “Il faudra alors les balayer de son chemin, sur lequel il ne doit rester aucun nœud, aucune écharde”. Tout cela pour amener la ruine, et pour ériger sur ces ruines, enfin, le trône du roi des Juifs.

Protocole n° 24

Le futur roi du monde et roi des Juifs doit voir sa lignée ancestrale confirmée dans les racines dynastiques du roi David. Il sera évidemment sélectionné et parrainé par trois des plus hauts Sages de Sion. Il sera soigneusement sélectionné, non pas en fonction d’un quelconque droit d’héritage, mais en fonction de ses capacités exceptionnelles. Suivra ensuite une formation des plus intensives et rigoureuses (de leur futur Roi) par ces Anciens qui sont à l’intérieur, afin de le familiariser avec tous leurs secrets du programme sioniste juif. Le roi sera alors initié aux mystères les plus secrets de la politique, aux plans du gouvernement et à l’ensemble du programme. Tous ces secrets, néanmoins, seront strictement gardés dans un cercle intérieur très limité.

Le Roi ne sera pas nécessairement suivi d’héritiers directs, mais ses héritiers seront sélectionnés en fonction de leurs capacités. Seuls ceux qui sont inconditionnellement capables de gouverner fermement, même si c’est de manière cruelle et directe, seront autorisés à prendre les rênes du gouvernement des Sages. Si le Roi tombe malade, ou montre une faiblesse de volonté, ou toute autre forme d’incapacité, il doit, par la loi, remettre les rênes du pouvoir à de nouvelles mains capables.

Une fois sur le trône, seuls le Roi et les trois Anciens qui l’ont parrainé sauront quel sera le programme pour l’avenir. “Nul ne saura ce que le Roi veut atteindre par ses dispositions, et par conséquent nul n’osera se tenir sur un chemin inconnu.” Le Roi des Juifs doit être dépourvu de tout sentiment et de toute passion et doit exercer la froide puissance de raisonnement de son esprit supérieur. “Le prophète de l’humanité en la personne du seigneur suprême du monde entier de la sainte semence de David doit sacrifier à son peuple toutes les inclinations personnelles.”

source : https://archive.org/details/NaturesEternalReligion_209/mode/2up

Traduit gratuitement en français avec https://www.deepl.com/Translator


6 Commentaires

  • Beau travail pour l’Histoire, merci.

  • Non, il n’y a jamais eu de complot mais un programme qui se réalise avec toujours plus de succès au vu et au su de tout le monde.

  • Eric Verhaeghe vole au secours des Talmudistes en disant qu’il n’y a pas de complot, mais des rapports de forces. Le plus fort gagne. Vraiment? Il vaudrait mieux dire le plus retors et le plus déterminé à l’hégémonie cosmique. Les goyim (blancs non talmudistes) ne sont pas partisans du Mal, ni de la volonté de puissance. Ils perdent sans combattre en quelque sorte. Donc les Talmudistes gagnent sans combattre non plus. Ils conquièrent et s’imposent grâce à la doctrine démoniaque du Mal (mensonge, déloyauté, duplicité et ruse) et à leur volonté idéologique et génétique. Leur ambition est celle des mégalomaniaques égocentrés. Tout posséder et tout diriger pour leurs propres intérêts communautaires. L’humanité est considérée comme un troupeau de moutons et eux comme des loups. Même H. Kissinger a dit qu’il s’agissait d’une « guerre » des Talmudistes contre les non Talmudistes.

    La doctrine talmudiste est bien résumée par les 24 Protocoles des Sages de Sion décrites dans l’article. Les Talmudistes sont des criminels qui se croient tout permis. Des barbares sans aucune noblesse. En lisant les Protocoles, on est sidéré par tant de méchanceté et d’autosuffisance. Mais il ne faut pas juger les hommes, seulement les doctrines. Le Talmud, la Kabbale et Machiavel sont des traités racistes pour délinquants et criminels mafieux. Peut-on attendre des adeptes autre chose que de comploter pour vaincre sans combattre, Monsieur Verhaeghe?

  •  »’IL NE FAUT PAS JUGER LES HOMMES »?? JE SUIS PARTISAN DE ce qui suit: 28 janvier 2022. Il y a déjà eu ONZE MORTS de ’’grands politiques’’ PRONONCEES ou causées PAR LE JAG US MARINES. Hillary Clinton pour trafic d’enfants et meurtres d’enfants en rituels (pendaison, avril 21), John Podesta, son dir de campagne, à la tête des réseaux de Pizza à rituels criminels sur enfants (Pizzagate), fin mai, Donald Rumsfeld suicidé devant son tribunal le 29 juin 2021, (pour haute trahison suivie de très nombreux meurtres concernant les tours de NY, le Pentagone, les patriots acts, et les guerres au Moyen Orient), William Barr qui a été procureur général sous présidence Bush, puis présidence Trump, pour haute trahison à la nation, notamment mise à disposition de logiciels de fraudes électorales (aout 21), 5, Bill Gates, trafic d’enfants et faiseur de fausse ’pandémie’ (fin septembre), Bill Clinton prison à vie pour trafic d’enfants et nombreux meurtres ’policiers’, trouvé suicidé au cyanure en sa cellule de Gitmo début octobre, Hunter Biden, (Biden fils) haute trahison à la nation par collusion avec des Chinois et abus sexuels sur mineures par drogue, (pendaison confirmée le 16 octobre), COLIN POWEL n’est pas mort le 18 octobre de covid, mais S’EST SUICIDE POUR, (écrit à son épouse),  »NE PAS ETRE ARRETE COMME LES AUTRES », Andrew Cuomo, ancien gouverneur de l’état de NY, pour falsification des nombres de morts de covid, par milliers d’enlèvements en maisons de retraite et hostos, et tués par sédations et frigorifications (pendu jeudi 4 novembre), 10, Chelsea Clinton, pour mêmes motifs que sa mère, (pendue le 6 novembre), Bush arrêté le 11 novembre, procès J1 le 8 décembre, J2 le 10 décembre, J3 le 15 décembre, J4 le 16, puis le 20, pendaison faite mardi 4 janvier 2022. Newson Gavin, maire de San Francisco de janvier 2004 à janvier 2011, puis gvr de Californie, grand criminel aux ordres de Pélosi, au gitmo depuis le 2 novembre, procès J1 le 28 décembre, J2 le 30 décembre, pendaison le lundi 24 janvier. Dick Cheney aux arrêts le 24 décembre, après un échec de son arrestation à son domicile le 11 novembre. Date de sentence et exécution en attente. Anita Dunn, conseillère d’obama et de nombreuses administrations, de 2008 à 2016, puis conseillère de Joe Biden et Fauci jusqu’à sa ’démission’ le 12 aout 21, condamnée le 26 janvier 2022, pendaison prévue le 14 février. CAR SANS LA MISE A MORT DES MONSTRES ACTUELS, ON AURAIT QUOI? Discussions, votes, faux vax, prisons, cimetières, combien de temps encore?

    • Cher Bernard Goepp, à notre niveau, nous ne sommes pas la justice, ni humaine, ni divine. Car dans toutes les accusations que vous formulez, il y a probablement des erreurs et pour juger ,il faut tout d’abord lire le dossier pénal du prévenu. Je vais également sur le site de Real Raw News. Le problème c’est qu’il n’y a pas encore de confirmation des jugements militaires décrits.

      « Jugeons les doctrines avant les hommes » est très important. Car les hommes obéissent à leur éducation, à leur philosophie et à leur religion. Ces domaines sont formateurs du psychisme et influencent grandement nos choix. L’homme n’est ni bon, ni mauvais. Il a simplement le choix. Ce qui détermine ce choix est dans la doctrine d’une religion ou d’une philosophie. S’il s’agit du Talmud et de la Kabbale, bonjour les dégâts! Ce sont des livres qui programment les cerveaux à devenir immonde. La lecture des protocoles est révélatrice de l’origine diabolique des thèses idéologiques concernées.

      Donc, nous devons nous attacher à maintenir vivants la doctrine du Christianisme et le décalogue qui interdisent le Mal. Le Mal ne doit pas figurer dans des articles de lois, des statuts de sociétés ou des Constitutions. La laïcité ouvre la porte au Talmud et à la Kabbale et ferme la porte au Christianisme et au décalogue. C’est la sagesse à l’envers. C’est pourquoi nous marchons sur la tête. L’homme ne peut pas établir sa propre morale ou il doit le faire devant Dieu et l’Ordre naturel.

      Comme exemple, je cite un extrait du livre de Jacques Attali « Une brève histoire de l’avenir » édition de 1981 :

      A l’avenir, il s’agira de trouver un moyen de réduire la population. Nous commencerons par les vieux, car dès qu’il dépasse 60-65 ans l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. Ensuite les faibles, puis les inutiles, car ils ne rapportent rien à la société, car il y en aura de plus en plus et surtout enfin les plus stupides. Une euthanasie ciblant des groupes, l’euthanasie devra être un instrument essentiel de nos sociétés futures dans tous les cas de figures. On ne pourra bien sûr pas exécuter les gens ou faire des camps, nous nous en débarrasseront en leur faisant croire que c’est pour leur bien. La population trop nombreuse et pour la plupart inutile, c’est quelque chose d’économiquement trop coûteux. Sociétalement, il est bien plus préférable que la machine humaine s’arrête brutalement plutôt qu’elle ne se détériore progressivement. On ne pourra pas non plus faire passer des tests d’intelligence à des millions et des millions de gens, vous pensez bien. Nous trouverons quelque chose ou le provoquerons, une pandémie qui cible certaine personnes, une crise économique réelle ou pas, un virus qui touchera les vieux ou les gros, peu importe, les faibles y succomberont, les peureux et les stupides y croiront et demanderont à être traités. Nous auront pris soin d’avoir prévu le traitement, un traitement qui sera la solution. La sélection des idiots se fera ainsi toute seule, ils iront eux-mêmes à l’abattoir.

      Voilà où mène la laïcité et les mauvaises doctrines.

  • et s’il n’y a pas de complots, à quoi servent tous les services secrets, CIA et autres magouilleurs

Laisser un commentaire