LABORATOIRES SECRETS US EN UKRAINE

Le 23 avril, l’ambassade des États-Unis en Ukraine a reconnu qu’il existe des laboratoires biologiques en Ukraine qui sont sous le contrôle du Pentagone. La déclaration des diplomates fait suite à une lettre ouverte des députés ukrainiens sur les menaces que représentent ces centres de recherche pour les Ukrainiens.Les Américains nient ces menaces et affirment que les travaux scientifiques sont menés à des fins exclusivement pacifiques. Quant aux menaces, elles sont bien entendu qualifiées de « désinformation russe ».

Le 14 avril, les députés ukrainiens de la « Plate-forme de l’opposition – Pour la vie » Viktor Medvedchuk et Renat Kuzmin ont adressé des demandes à quatre dirigeants du pays : le président Zelensky, le premier ministre Shmygal, le chef du SBU Bakanov et le ministre de la santé Stepanov. Dans un appel faisant référence aux médias serbes et bulgares, il est rapporté que les Etats-Unis possèdent plus de 400 laboratoires bactériologiques dans le monde, dont au moins 15 en Ukraine. Ceux-ci sont exclusivement américains et sont financés aux frais du ministère américain de la défense. Les laboratoires sont situés à Odessa, Vinnytsia, Uzhgorod, Lvov (trois), Kiev (trois), Kherson, Ternopol, et près de la Crimée et Lugansk.

Les députés du peuple notent que le fonctionnement des biolaboratoires américains en Ukraine a commencé pendant la présidence de Viktor Yushchenko et le premier mandat de Yuliya Tymoshenko (la dame « à la natte »)- le 29 août 2005.

À cette époque, des accords de coopération ont été signés entre le ministère américain de la défense et le ministère ukrainien de la santé pour la prévention des technologies de prolifération (croissance de tissus corporels par division cellulaire), des agents pathogènes et de l’expertise pouvant être utilisés pour le développement d’armes biologiques.

« En fait, le travail dans les laboratoires est effectué dans le cadre du programme d’expériences biologiques. Le budget est de 2,1 milliards de dollars et est financé par l’Agence de réduction des menaces de la défense américaine. Le Centre scientifique et technique en Ukraine, une organisation internationale financée par les autorités américaines et dont le personnel bénéficie de l’immunité diplomatique, s’est également impliqué dans cette activité. Cette organisation est engagée dans le financement de projets de création d’armes de destruction massive », ont écrit Medvedchuk et Kuzmin. En outre, les députés du peuple soulignent qu’après le lancement des biolaboratoires en Ukraine, des épidémies de maladies infectieuses se sont déclarées.

« Ainsi, à Ternopol en 2009, il y a eu un virus qui a provoqué une pneumonie hémorragique. Ses victimes étaient 450 Ukrainiens. En 2011, il y a eu une épidémie de choléra en Ukraine – 33 personnes sont mortes. Trois ans plus tard, le choléra a été diagnostiqué déjà 800 citoyens, une autre année plus tard plus de 100 cas de choléra ont été enregistrés à Nikolaev. »

Les députés Viktor Medvedchuk et Renat Kuzmin exposent qu’en janvier 2016, 20 soldats sont morts d’un virus de type grippal à Kharkov, et plus de 200 ont été hospitalisés. Deux mois plus tard, 364 décès ont été enregistrés en Ukraine. « La raison en est la grippe porcine de la même souche que celle qui a conduit à la pandémie mondiale en 2009 ».

Ils soulignent en outre qu’en 2017, une épidémie d’hépatite A s’est déclarée à Nikolaev. Au cours de l’été de la même année, des foyers d’infection similaires se sont déclarés à Zaporozhye et à Odessa, et à l’automne – à Kharkov.

« En 2010-2012 [c’est-à-dire déjà sous le régime de M. Ianoukovitch], le gouvernement ukrainien a lancé des contrôles pour vérifier que les laboratoires respectent toutes les mesures de sécurité. En conséquence, un certain nombre de désordres flagrants ont été identifiés, qui pourraient conduire à la fuite de souches d’infections dangereuses. Le fait d’extraire la ventilation face aux locaux d’un jardin d’enfants a même été enregistré », est-il dit dans l’appel de Medvedchuk et Kuzmin.

Les députés écrivent ensuite qu’en 2013, le président Viktor Ianoukovitch a abandonné une telle coopération avec les États-Unis. Mais déjà en 2014, Petro Porochenko l’a poursuivie. « Il est probable que Ianoukovitch a perdu le pouvoir avec la participation active du gouvernement américain, précisément en raison de son refus de coopérer avec le Pentagone », suggèrent les députés de la « Plateforme d’opposition – Pour la vie ».

En conclusion, ils soulignent : « Il est possible que les activités secrètes et opaques de dangereux objets étrangers sur le territoire de l’Ukraine aient pour tâche de tester les actions des virus et des bactéries sur les corps des Ukrainiens ».

Le sujet des laboratoires biologiques américains en Ukraine n’est pas nouveau, et Kuzmin le mène de front depuis plusieurs années.

« Il est connu que la Convention de Genève de 1972 interdit la production d’armes bactériologiques, et c’est pour cette raison que l’armée américaine n’en produit pas aux États-Unis. Pourquoi, parce qu’il y a tant d’excellents sites d’essai dans le monde comme l’Ukraine ou la Géorgie, où n’importe quel virus mortel peut être produit et testé sur la population locale ? Il suffit seulement de créer un laboratoire militaire, de lui donner un nom inoffensif, comme ‘Station épidémiologique sanitaire’, et d’y affecter un superviseur…  » a écrit Renat Kuzmin sur Facebook en 2018.

Il a évoqué ce sujet en lien avec les révélations de l’ancien ministre de la Sécurité d’État de Géorgie Igor Giorgadze. En 2018, il a déclaré que le centre américain Lugar, situé à Tbilissi, a testé sur des citoyens géorgiens le médicament « Sovaldi » fabriqué par la firme américaine « Gilead Sciences ». En conséquence, 73 volontaires auraient été tués.

Le 22 avril, l’ambassade des États-Unis en Ukraine a répondu à l’appel de Kuzmin. La réponse n’était pas adressée personnellement aux députés du peuple, mais à la « désinformation russe » en général.

L’ambassade a confirmé que les programmes biologiques en Ukraine sont supervisés par le ministère américain de la défense, ce qui en soi est déjà remarquable.

Toutefois, selon les diplomates, le Pentagone travaille en Ukraine en collaboration avec le gouvernement de Kiev. L’objectif est « d’assurer le stockage sécurisé des agents pathogènes et des toxines menaçantes dans les institutions publiques », afin que la recherche pacifique et le développement de vaccins puissent être menés.

« Nous travaillons également avec nos partenaires ukrainiens pour développer la capacité de l’Ukraine à détecter les épidémies causées par des agents pathogènes dangereux avant qu’elles ne constituent une menace pour la sécurité ou la stabilité », écrit l’ambassade des États-Unis en Ukraine.

Les diplomates soulignent que leurs efforts conjoints contribuent à garantir que les agents dangereux ne tombent pas entre de mauvaises mains, et ils énumèrent les agences ukrainiennes spécifiques avec lesquelles ils interagissent :

  • Le ministère ukrainien de la santé ;
  • Service national de sécurité alimentaire et de protection des consommateurs de l’Ukraine ;
  • Académie nationale des sciences agraires ;
  • Ministère de la défense de l’Ukraine.

Les Américains nous expliquent que le programme de réduction des menaces biologiques du ministère américain de la défense travaille avec des pays partenaires pour lutter contre la menace d’épidémies (intentionnelles, accidentelles ou naturelles) des maladies infectieuses les plus dangereuses au monde. Parmi ces partenaires, il y a l’Ukraine.

En ce qui concerne ce qui se fait spécifiquement dans les laboratoires, les diplomates écrivent de manière très évasive : Des « partenariats de recherche » et des « mesures de surveillance biologique » sont mis en œuvre. Mais voici quelques descriptions de projets :

  • L’évaluation des risques des virus potentiellement transportés par les oiseaux migrateurs qui survolent l’Ukraine ;
  • Surveiller la prévalence de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo et des hantavirus en Ukraine et le besoin potentiel de diagnostic chez les patients suspectés de leptospirose ;
  • Contrôler la propagation de la peste porcine africaine (PPA) chez les porcs domestiques et les sangliers en Ukraine ; étudier le génome, mener une surveillance biologique de la PPA et une évaluation régionale des risques sur le terrain.

Puis les Américains donnent d’autres faits intéressants. À savoir : qu’ils ont modernisé de nombreux laboratoires du ministère de la Santé de l’Ukraine et du Service d’État pour la sécurité alimentaire et la protection des consommateurs. Et juste en 2019, ils ont commencé à construire deux laboratoires à Kiev et à Odessa.

Un autre volet de la coopération américano-ukrainienne est la lettre de mentorat scientifique. C’est-à-dire que des représentants des États-Unis apprennent à leurs collègues ukrainiens à préparer des publications afin de recevoir d’autres subventions.

En 2016, selon l’ambassade des États-Unis, l’Ukraine a rejoint le groupe américain « surveillance des maladies dans l’Est ». En plus de notre pays, le groupe de la région européenne comprend l’Azerbaïdjan, la Géorgie et le Kazakhstan.

L’ambassade a également rappelé que le Centre pour la science et la technologie en Ukraine (STCU), mentionné par M. Kouzmine dans sa demande, est une organisation intergouvernementale qui a été créée dès 1993. Elle regroupe aujourd’hui, outre l’Ukraine et les Etats-Unis, l’Azerbaïdjan, l’Union européenne, la Géorgie, la Moldavie et l’Ouzbékistan.

En conclusion, les Américains écrivent que cette coopération américano-ukrainienne est nécessaire pour « la paix et la prospérité mondiales en réduisant les risques associés aux armes chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. »

Il existe peu d’informations sur les laboratoires biologiques américains en Ukraine sur Internet. À une époque, des sites bulgares et serbes ont écrit sur eux – Renat Kuzmin a fait référence à leurs données dans sa demande.

Ainsi, des journalistes bulgares ont publié une carte des laboratoires en Ukraine.

Les journalistes ont également publié des documents d’où il ressort que le Pentagone a financé des laboratoires à Kharkov et Dnepropetrovsk (ancien service sanitaire et épidémiologique régional). L’un d’eux a reçu 1,5 million de dollars, et l’autre – 2 millions de dollars de 2010 à 2012.

Les parties ont également convenu de garder secrètes les informations sur les résultats de leurs activités. Et si elles sont considérées comme secrètes par le Pentagone, elles le deviennent automatiquement en Ukraine.

Inversement, si l’Ukraine a classifié des informations, celles-ci doivent rester accessibles aux Américains.

Dans le même temps, l’accord exige d’impliquer le moins de personnes possible dans ce projet – « minimiser le nombre de personnes qui ont accès aux informations à accès limité ».

Des informations intéressantes sont également disponibles sur le Centre scientifique international, dont l’ambassade a parlé et qui supervise les laboratoires ukrainiens. Selon les documents, ses employés sont protégés par rien de moins que l’immunité diplomatique.

Il semble donc s’agir d’une structure très importante en Ukraine pour les États-Unis.

Toutefois, le fait même que de tels accords existent ne prouve pas encore que des agents pathogènes dangereux sont produits ou testés sur des Ukrainiens dans des laboratoires. Mais pourquoi les Américains ouvrent-ils tant de laboratoires et investissent-ils beaucoup d’argent – tout en enveloppant ce sujet d’un voile de secret ?

Et aussi sous les auspices du département militaire américain.

Le journaliste Yury Tkachev donne son explication.

« Ces laboratoires étudient le comportement des agents pathogènes dangereux dans certaines conditions régionales – en tenant compte des facteurs climatiques, démographiques et autres.

On peut appeler ces études des études à double usage : d’une part, elles sont vraiment importantes pour évaluer les menaces de propagation d’une maladie (la même fièvre de Crimée-Congo) et pour élaborer des recommandations pour la combattre. D’autre part, les résultats de l’étude peuvent être utilisés dans le développement d’armes bactériologiques destinées à être utilisées dans une région particulière », a écrit Yury Tkachev sur son canal Telegram.

LES LIVRES DE LAURENT GLAUZY
https://profidecatholica.com/librairie/

L’EXCELLENTE LIBRAIRIE DE PRO FIDE CATHOLICA

https://profidecatholica.com/librairie-2/librairie-de..

LES VITAMINES :

L’EXCELLENTE VITAMINE C DU DR CRUSSOL (SPECIALISTE DE LA VIT. C EN FRANCE)

& TEINTURE MERE DE PIN SYLVESTRE (ALPES AUTRICHIENNES) :
https://profidecatholica.com/vitamine-c/

J’AIDE PRO FIDE CATHOLICA – JE VERSE UN DON DE 5 € / MOIS (PRIX D’UN ABONNEMENT)
https://profidecatholica.com/faire-un-don/
https://profidecatholica.com/2021/12/22/abonnement-po..

LE PROCHAIN LIVRE DE LAURENT GLAUZY « TRUMP & LES ILLUMINATI » EN PRE-COMMANDE SUR PRO FIDE CATHOLICA https://profidecatholica.com/trump-les-illuminati/

J’AIDE PRO FIDE CATHOLICA
https://profidecatholica.com/faire-un-don/

« CE N’EST PAS UN DON, C’EST UN ABONNEMENT »

Comme pour un hebdomaire, je verse 5 € à PRO FIDE CATHOLICA, prix d’un abonnement.

MERCI POUR NOTRE TRAVAIL

RETROUVER EN DIRECT CHAQUE DIMANCHE A PARTIR DE 22H00 LES CHRONIQUES DE LAURENT GLAUZY SUR LE SITE « LES ALERTEURS ».

2 Commentaires

Laisser un commentaire