L’ukraine et son armée de criminels

La guerre en Ukraine entre deux pays voisins étroitement apparentés, avec son cortège de souffrances humaines indicibles, ne laisse personne indifférent. Mais, dans une guerre, la vérité est la première à mourir : pour le courant dominant, le conflit est pourtant un combat en noir et blanc. Les Russes y sont toujours des criminels de guerre et les Ukrainiens des victimes innocentes. En réalité, l’affaire est plus complexe, voir econtraire : une enquête locale menée par la journaliste allemande Alina Lipp, qui vit depuis quelques mois à Donetsk, met en lumière des destins bouleversants qui donnent une toute autre image.

Dans une vidéo émouvante qui ne dure que huit minutes, mais qui va droit au cœur, Lipp parle avec des habitants des villages de Starognatevka et Anadol. Ces petits villages ne comptent respectivement que 2100 et 650 habitants et se trouvent dans la région de Volnovacha. Il s’agit de la partie disputée de l’oblast de Donetsk qui n’était pas auparavant sous le contrôle des séparatistes de la République populaire. Pour les habitants de cette région en crise, la situation est désormais très différente de ce que le courant dominant veut bien raconter. Les soldats russes les traitaient avec respect, les tirs venaient plutôt des formations ukrainiennes.

C’est en tout cas ce qu’a vécu une dame âgée qui vit dans une petite maison de son village complètement dévasté. Elle a attendu trois jours et demi dans la cave voisine pendant que le village était réduit en cendres. Ses enfants, qui vivent respectivement à Mariupol et à Granitnoje/Hranitne dans le nord de l’Ukraine, n’ont pas pu lui venir en aide. Elle ne peut toutefois rien dire de négatif sur les soldats russes. Ils n’ont rien fait de terrible, l’un d’entre eux a même parlé à la femme d’origine grecque dans sa langue maternelle : « Ils étaient gentils et polis avec nous. On voit qu’ils font partie de nous. »

Le récit d’une femme qui a perdu son mari est également terrible. Il n’était pourtant ni soldat ni combattant, mais civil. Elle décrit ses derniers instants : « Nous sommes sortis de la maison en courant. Mon mari en premier et moi derrière. Il y avait beaucoup de balles brillantes qui volaient. Il s’est saisi le ventre, s’est tourné vers moi et a dit : « Aljonka, j’ai été touché ! ». Il a immédiatement pressenti qu’il allait mourir, s’est traîné jusqu’en haut des escaliers avec ses blessures à la jambe, au ventre et au cœur, et se s’est couché. Le médecin urgentiste, qui a traversé la grêle de balles, est arrivé trop tard : « Il n’a plus jamais parlé. »

C’est la souffrance de gens simples – et comme l’explique un groupe de villageois devant un magasin, ce ne sont pas les Russes qui ont infligé cette souffrance. Un homme raconte : « Les Ukrainiens ont attaqué le village et tué la population. » Un autre ajoute comment il a vu un char tirer délibérément sur des gens. Il ne peut pas non plus être trompé sur les responsables : « Nous sommes des habitants de la région, nous savons de quelle direction viennent les tirs, dans quel buisson ils se trouvent et où quelque chose va tomber. »

Le récit vivant de l’horreur choque : « Derrière ces maisons, sur la route là-bas, il y avait trois canons dans la rivière qui tiraient. » A la question de savoir s’il s’agissait d’unités de la République populaire de Donetsk, un villageois explique : « Non. Aucun d’entre eux n’a tiré ici. Cela fait huit ans que nous savons qui et quoi. » Un autre a vécu cette terreur dans sa propre chair : « L’armée ukrainienne. Ils ont tiré sur ma maison depuis un poste de contrôle. Ma ferme a été dynamitée. »

Systématiquement, les formations ukrainiennes sont déjà apparues à plusieurs reprises ces dernières années, sait l’un des hommes : « On a commencé à circuler avec une liste. Par exemple, je viens de Donetsk. Ils ont commencé à vérifier et à fouiller. Nous n’avions pas de personnes engagées politiquement contre l’Ukraine OU contre la Russie. Mais ils ont vérifié : Si tu es de Donetsk, tu es [pour eux] un séparatiste ». Les rapports étaient terribles : « Ils nous traitaient comme du bétail, nos Ukrainiens de souche. »

Il se souvient également de la manière dont l’armée ukrainienne a tué plusieurs civils au cours de l’année : « Une femme a été écrasée ici, un homme a été assommé là-bas. Quatre personnes ont été tuées – comme ça. » Un autre homme a connaissance d’un char qui a également écrasé un villageois en 2014 ou 2015. Après la reprise des combats, un monsieur qui habitait à la périphérie du village aurait à nouveau été tué.

Certaines personnes vivant dans cette région ne considèrent toutefois pas les Ukrainiens, mais les Russes comme des libérateurs. C’est le cas d’une dame qui a elle-même dû se réfugier dans une cave : « La Russie nous a sauvés, sinon ils auraient continué à nous bombarder ». Un autre homme abonde dans le sens de la dame : « Merci à la Russie de nous avoir libérés de ce joug ». Leur ressenti le montre : Le conflit connaît de nombreuses réalités de vie, de nombreux destins, de nombreux espoirs brisés. Les deux localités se trouvent à peu près à mi-chemin entre Donetsk et Marioupol. A Starognatevka vivent 89 pour cent d’Ukrainiens, à Anadol en revanche, on ne compte que 17 pour cent d’Ukrainiens pour 80 pour cent de Russes. Les deux localités comptent une petite minorité grecque et, à Anadol, quelques Arméniens et Biélorusses. Leurs origines sont différentes, mais l’horreur que l’armée ukrainienne leur fait subir est la même. Leur souffrance ne compte-t-elle pas pour l’opinion publique mondiale ?

LES LIVRES DE LAURENT GLAUZY
https://profidecatholica.com/librairie/

L’EXCELLENTE LIBRAIRIE DE PRO FIDE CATHOLICA

https://profidecatholica.com/librairie-2/librairie-de..

LES VITAMINES :

L’EXCELLENTE VITAMINE C DU DR CRUSSOL (SPECIALISTE DE LA VIT. C EN FRANCE)

& TEINTURE MERE DE PIN SYLVESTRE (ALPES AUTRICHIENNES) :
https://profidecatholica.com/vitamine-c/

J’AIDE PRO FIDE CATHOLICA – JE VERSE UN DON DE 5 € / MOIS (PRIX D’UN ABONNEMENT)
https://profidecatholica.com/faire-un-don/
https://profidecatholica.com/2021/12/22/abonnement-po..

LE NOUVEAU LIVRE DE LAURENT GLAUZY « TRUMP & LES ILLUMINATI » EST SORTI

J’AIDE PRO FIDE CATHOLICA
https://profidecatholica.com/faire-un-don/

« CE N’EST PAS UN DON, C’EST UN ABONNEMENT »

Comme pour un hebdomaire, je verse 5 € à PRO FIDE CATHOLICA, prix d’un abonnement.

MERCI POUR NOTRE TRAVAIL

RETROUVER EN DIRECT CHAQUE DIMANCHE A PARTIR DE 22H00 LES CHRONIQUES DE LAURENT GLAUZY SUR LE SITE « LES ALERTEURS ».

Un commentaire

Laisser un commentaire