Brésil: interdiction de Telegram

Vendredi, il y a eu un effet de souffle : la Cour suprême brésilienne, qui mène depuis longtemps une petite guerre contre le président Jair Bolsonaro, a ordonné le blocage de Telegram dans tout le pays. Juste au moment où le mainstream jubilait, le retournement de situation a suivi : Le service de messagerie a dû être débloqué dimanche. Entre-temps, un journaliste critique a apparemment été banni du programme.

Telegram est populaire au Brésil où cette plate-forme compte plus de 70 millions d’utilisateurs. Cela signifie que plus d’un Brésilien adulte sur deux utilise l’application. Le prétexte de cette action de blocage sans précédent était que les opérateurs n’avaient pas respecté les ordonnances judiciaires de suppression de la « désinformation ». La Cour suprême affirme en outre que le président Jair Bolsonaro utilise Telegram pour diffuser de fausses nouvelles concernant le coronavirus. L’ordre a été donné par Alexandre de Moraes, ancien ministre de la Justice sous le prédécesseur de Bolsonaro et désormais juge à la Cour suprême.

Sa petite guerre contre le président insoumis n’a pas de fin. L’année dernière déjà, il avait fait ouvrir une procédure pour « diffusion de fausses nouvelles ». Ce n’est pas un hasard : le fait que Bolsonaro ait promis de mettre de l’ordre dans le système judiciaire et politique pourri est une épine dans le pied de ses représentants. Le fait qu’il ait renoncé à des restrictions fédérales de la liberté comme les lockdowns ou l’obligation de porter un masque et qu’il se soit rebellé contre le diktat mondialiste lui est également régulièrement reproché sur le plan politique et juridique.

Cette année, des élections présidentielles sont prévues et le système est donc passé une nouvelle fois à la vitesse supérieure. L’année dernière déjà, le Sénat, la chambre haute du Parlement brésilien, avait recommandé – de manière largement symbolique – d’inculper Bolsonaro. L’argumentation absurde : en « exposant délibérément la population à un risque concret d’infection massive », il s’est rendu coupable de « crimes contre l’humanité ».

Les élites brésiliennes n’apprécient pas du tout le fait qu’il reste extrêmement populaire auprès des Brésiliens de tous sexes, couleurs de peau et classes sociales. Après l’ouverture de la procédure chicanière par le régime judiciaire de de Moraes, des millions de personnes sont descendues dans la rue pour soutenir leur président. Et Telegram est un canal important pour ses partisans : il y compte aujourd’hui plus d’un million d’abonnés. Et contrairement à Facebook, YouTube & Co., il pouvait jusqu’à présent s’adresser à eux sans être censuré.

L’ordonnance de blocage du tribunal de vendredi concernait trois chaînes contestées du journaliste pro-bolsonaro Allan Dos Santos (photo à g.). Celui-ci publie depuis des années des articles et des déclarations critiques à l’égard du système. Il a ainsi un jour accusé un site brésilien de fact-checking d’être, comme nombre de ses collègues, sur la fiche de paie de l’« Open Society Foundations » de George Soros. Dans l’Etat profond brésilien, il flaire un réseau de communistes. Il voit la pandémie Corona comme un projet de transformation mondialiste, concocté par le gouvernement chinois en collaboration avec l’OMS.

C’est pourquoi les élites poursuivent avec une certaine véhémence le codirecteur de l’ancien portail d’information en ligne « Terça Livre » (Mardi de la liberté). Dans leur action contre le journaliste critique, elles ont même fait geler ses comptes bancaires. Entre-temps, Dos Santos a fui aux Etats-Unis, soi-disant pour éviter d’être arrêté pour diffusion de contenus interdits. On lui reproche de diffuser de la « propagande d’extrême droite et chrétienne fondamentaliste », des contenus pro-Bolsonaro, des critiques sur la vaccination et des « théories du complot » sur le Corona.

Après l’action punitive du tribunal, Telegram a finalement décidé de coopérer avec les autorités afin de ne pas perdre d’un seul coup des dizaines de millions d’utilisateurs et un marché important. Les trois canaux en question de Dos Santos ont été bloqués et les autres tentatives de ce dernier de reprendre pied sur la plate-forme ont été supprimées. Ainsi, la tentative de censure complète, que Bolsonaro a qualifiée de « disproportionnée », a au moins échoué. Il était bien conscient que le blocage visait à augmenter ses chances de réélection et à punir le peuple pour la consommation d’informations « erronées ».

La nouvelle ministre allemande de l’Intérieur, Nancy Faeser (SPD), a même récemment évoqué une coupure de Telegram à l’échelle européenne. Dernièrement, le gouvernement allemand a fait pression sur Telegram jusqu’à ce que le directeur de l’entreprise, Pawel Durow, désactive un peu plus de 60 canaux pour les numéros de téléphone allemands. Les think tanks rêvent depuis longtemps de censurer également les médias critiques.

LES LIVRES DE LAURENT GLAUZY
https://profidecatholica.com/librairie/

L’EXCELLENTE LIBRAIRIE DE PRO FIDE CATHOLICA

https://profidecatholica.com/librairie-2/librairie-de..

LES VITAMINES :

L’EXCELLENTE VITAMINE C DU DR CRUSSOL (SPECIALISTE DE LA VIT. C EN FRANCE)

& TEINTURE MERE DE PIN SYLVESTRE (ALPES AUTRICHIENNES) :
https://profidecatholica.com/vitamine-c/

J’AIDE PRO FIDE CATHOLICA – JE VERSE UN DON DE 5 € / MOIS (PRIX D’UN ABONNEMENT)
https://profidecatholica.com/faire-un-don/
https://profidecatholica.com/2021/12/22/abonnement-po..

LE NOUVEAU LIVRE DE LAURENT GLAUZY « TRUMP & LES ILLUMINATI » EST SORTI

J’AIDE PRO FIDE CATHOLICA
https://profidecatholica.com/faire-un-don/

« CE N’EST PAS UN DON, C’EST UN ABONNEMENT »

Comme pour un hebdomaire, je verse 5 € à PRO FIDE CATHOLICA, prix d’un abonnement.

MERCI POUR NOTRE TRAVAIL

RETROUVER EN DIRECT CHAQUE DIMANCHE A PARTIR DE 22H00 LES CHRONIQUES DE LAURENT GLAUZY SUR LE SITE « LES ALERTEURS ».

LE PROCHAIN LIVRE DE LAURENT GLAUZY :

LES ILLUMINATI EN RUSSE (SORTIE LE 10 AVRIL 2022)

Renseignement : laurentglauzy1@gmail.com

Laisser un commentaire