Timing remarquable : un témoin important de l’audience sur la « tempête du Capitole » meurt juste avant d’être interrogé.

Les ennemis de Trump aux Etats-Unis et ailleurs poussent un soupir de soulagement : peu avant son témoignage devant la commission de la Chambre des représentants américaine chargée de faire la lumière sur la prétendue « tempête du Capitole » du 6 janvier dernier, un important témoin à décharge pour le camp Trump est mort en début de semaine, soupçonnant des provocateurs d’extrême gauche d’être à l’origine des émeutes, peut-être infiltrées par des partisans de Biden. En revanche, une renégate de Trump a pu blasphémer et s’en prendre à cœur joie contre l’ex-président…

Les démocrates américains sont confrontés à un désastre en matière de politique intérieure et extérieure. Le retrait honteux d’Afghanistan, la guerre d’Ukraine provoquée par l’élargissement à l’est de l’OTAN, les conséquences de la politique de Corona à l’intérieur, la hausse des prix, l’inflation, l’augmentation du nombre de crimes – tout cela renforce jusqu’à l’hystérie la peur d’un retour de Donald Trump. En conséquence, on fait tout pour contrer cela et on n’hésite pas à transformer les audiences sur la tempête au Capitole du 6 janvier en tribunal anti-Trump. L’explication des faits sur ce qui s’est passé ce jour-là, et pourquoi, est laissée de côté pour des raisons de politique de pouvoir.

Selon le récit diffusé par l’administration Biden et les médias mainstream qui lui sont favorables aux Etats-Unis et en Europe, Trump aurait incité son entourage à pénétrer par la force dans le Capitole et à empêcher la confirmation du résultat des élections par le Sénat. Cette version a toutefois été « sérieusement ébranlée » au cours des dernières semaines – car de plus en plus de témoins prennent désormais la parole, faisant état de « manifestants payés » issus de la gauche, qui se seraient mêlés aux partisans de Trump et auraient contribué de manière décisive à l’escalade brutale.

L’un des témoins à charge les plus importants à cet égard aurait pu être Michael C. Stenger, sergent d’armes (officier supérieur de sécurité) lors de ce mémorable 6 janvier, qui a été contraint de se retirer dès le lendemain de la prise du Capitole – avec son vice-président Paul Irving ainsi que Steven Sund, le chef de la police du bâtiment du Parlement. On leur reprochait surtout de ne pas avoir fait appel à temps à la Garde nationale pour réprimer l’émeute.

Il est possible que cette répression n’ait pas été souhaitée, afin de ne pas empêcher l’affluence au Parlement – de toute façon étonnamment facile et sans entrave – et de produire ainsi des images fiables qui ont ensuite été présentées au monde comme la preuve du prétendu coup d’État antidémocratique de la foule de droite de Trump.

Stenger lui-même avait émis l’hypothèse, lors d’une audition au Sénat, que des « manifestants payés », c’est-à-dire des agents provocateurs, se trouvaient parmi les manifestants. Et c’est Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants, qui aurait empêché l’intervention de la garde nationale. On soupçonnait qu’il pouvait s’agir d’extrémistes de gauche ayant des liens avec le FBI.

Stenger devait présenter mardi de nouvelles preuves à la commission d’enquête de la Chambre des représentants (« January 6th Commitee »). Le fait que la commission, dominée par les démocrates, ait voulu entendre Stenger était en fait inattendu – car on s’attendait plutôt à ce qu’il disculpe Trump. Mais cela n’a pas eu lieu : comme par hasard, Stenger a été retrouvé mort chez lui la veille de son interrogatoire. Selon différents médias américains, Stenger aurait souffert d’un cancer.

Même si sa mort était naturelle et accidentelle, il faut constater qu’elle aurait été très utile aux démocrates. Les observateurs critiques soupçonnent toutefois un autre contexte et soulignent – outre le lien temporel frappant – des incohérences. Ainsi, la police aurait refusé de prendre position sur les circonstances du décès, aucune autopsie n’aurait été ordonnée et le procureur compétent de Virgina se serait empressé de constater que les causes du décès n’avaient « rien d’inhabituel ».

En revanche, celle qui n’a pas été « empêchée » par une mort subite, mais qui a pu longuement distiller son venin devant la commission mardi, est un témoin du front démocrate de Biden : Cassidy Hutchinson, qui avait été l’assistante de son chef d’état-major Mark Meadows pendant la dernière année de la présidence de Trump, mais qui est depuis devenue une renégate et est passée dans le « camp de l’ennemi » – où elle n’a depuis plus laissé passer une seule bonne note à son ex-chef – a raconté aux députés, en toute liberté et en détail, tout ce qui était souhaité pour la poursuite du meurtre de caractère de Trump.

Bien qu’il y ait eu dès le 2 janvier des indices d’une marche vers le Capitole, Trump, selon Hutchinson, a donné le 6 janvier l’ordre de démonter les détecteurs de métaux pour que ses partisans puissent se présenter sans être dérangés à son discours devant le Capitole – et ce, bien que des « hommes armés » en fassent partie. Alors que la ruée était déjà en cours, Trump aurait même demandé à son chauffeur du Secret Service de l’y conduire, ce qu’il aurait refusé. Trump aurait alors tenté de saisir le volant du chauffeur, ce qui aurait donné lieu à une bagarre. De retour à la Maison Blanche, il n’a rien fait pour arrêter la foule.

Ces accusations effarantes, pour lesquelles Cassidy n’a pu fournir aucune preuve, ont été immédiatement rejetées par le Secret Service. Une journaliste du « Washington Post » en a aussitôt profité pour affirmer, sans aucun fondement, qu’il ne fallait pas croire les agents de l’IRS, responsable de la surveillance du président, parce qu’ils étaient « de toute façon des béni-oui-oui ». Les « médias de référence » américains opèrent donc également à ce niveau « gauche ».

Trump lui-même a émis des critiques sévères à l’encontre des déclarations de Cassidy. Celles-ci sont « frauduleuses ». L’ex-président a déclaré textuellement : « Il ne serait pas possible de faire quelque chose d’aussi ridicule » (de prendre le volant de la limousine présidentielle). « Je n’ai pas voulu ou demandé qu’on fasse de la place à des gens armés pour assister à mon discours. Qui le voudrait un jour ? Pas moi ! » Plus loin, Trump a qualifié Cassidy d' »escroc total » et d' »arriviste sociale de troisième ordre », frustrée qu’il ait refusé sa demande de travailler pour son bureau en Floride. Néanmoins, sa déclaration peu crédible a rempli son objectif médiatique.

Et ce d’autant plus que la mort en flux tendu de Michael Stenger a pratiquement empêché une voix importante de la position opposée, qui, contrairement à Cassidy, était réellement sur place, de s’exprimer. Le sentiment public s’en trouve influencé de manière unilatérale – tout à fait dans l’esprit du pathétique tribunal de la casse qu’est le January-6th-Committee. Avec autant d’eau dans le gaz pour les accusateurs de Trump, il n’est pas étonnant que les appels se multiplient pour que Trump soit traduit devant un tribunal en bonne et due forme le 6 janvier 2021 en raison de sa prétendue inconduite (qui ne repose que sur des rapports anecdotiques). Il s’agirait alors du procès-fleuve tant attendu contre l' »homme orange » détesté.

COVID MENSONGE & SACRE COEUR

15 € + 5 € (frais de port)

BONNE QUALITE, PUR COTON

Commande : laurentglauzy1@gmail.com

L’HISTOIRE QUE L’ON VOUS CACHE – LE DECALOGUE DE SATAN – LIBRAIRIE DE LAURENT GLAUZY

LE NOUVEAU LIVRE DE LAURENT GLAUZY VIENT DE SORTIR

CHINE : MODELE ILLUMINATI & EMPIRE DU CANNIBALISME

15 € + 5 € (fco de port)
100 pages

SORT COURANT MAI 2022

peut être réservé à :
paypâl : laurent-blancy@neuf.fr

chèques à l’odre de Laurent Glauzy
(Laurent Glauzy – BP 25 – 91151 Etampes Cedex)

4E DE COUVERTURE :

Ce livre dévoile une réalité qui n’est guère abordée dans les colonnes de la grande presse et encore moins sous la plume des sinologues.
Loin des clichés consensuels évoquant le miracle de l’économie chinoise, le lecteur découvrira, à son plus grand étonnement, d’autres facettes de la Chine.
Plus puissant que jamais, cet Etat totalitaire défie le monde entier.
Mais ce qui est révélé au fil de ces pages est malheureusement bien pire.
L’auteur ne mâche pas ses mots. Il nous conduit au centre d’un empire Illuminati, où le suicide, ’immolation par le feu, la pédérastie et le cannibalisme font partie intégrante de l’histoire et de l’actualité.

LES LIVRES DE LAURENT GLAUZY
https://profidecatholica.com/librairie/

L’EXCELLENTE LIBRAIRIE DE PRO FIDE CATHOLICA

https://profidecatholica.com/librairie-2/librairie-de..


LES VITAMINES :

L’EXCELLENTE VITAMINE C DU DR CRUSSOL (SPECIALISTE DE LA VIT. C EN FRANCE)

VIDEO DE LAURENT GLAUZY – LE GLUTATHION, CE MIRACLE

https://odysee.com/@LaurentGlauzy:3/VE-Project-1-Le-glutathion-ce-miracle:7?r=BQUoGCA2VSPPXw2q8zXWHrSKJZeWoFo2

& TEINTURE MERE DE PIN SYLVESTRE (ALPES AUTRICHIENNES) :
https://profidecatholica.com/vitamine-c/

J’AIDE PRO FIDE CATHOLICA – JE VERSE UN DON DE 5 € / MOIS (PRIX D’UN ABONNEMENT)
https://profidecatholica.com/faire-un-don/
https://profidecatholica.com/2021/12/22/abonnement-po..

LE NOUVEAU LIVRE DE LAURENT GLAUZY « TRUMP & LES ILLUMINATI » EST SORTI

J’AIDE PRO FIDE CATHOLICA
https://profidecatholica.com/faire-un-don/

« CE N’EST PAS UN DON, C’EST UN ABONNEMENT »

Comme pour un hebdomaire, je verse 5 € à PRO FIDE CATHOLICA, prix d’un abonnement.

MERCI POUR NOTRE TRAVAIL

RETROUVER EN DIRECT CHAQUE DIMANCHE A PARTIR DE 22H00 LES CHRONIQUES DE LAURENT GLAUZY SUR LE SITE « LES ALERTEURS ».

LES SUPER LOGES n° 7

LE PROCHAIN LIVRE DE LAURENT GLAUZY SORT EN SEPTEMBRE 2022

Pour soutenir l’effort de publication vous pouvez souscrire à cet ouvrage ou en commander deux exemplaires.

16 + 6 € frais de port

chèque à l’ordre de Laurent Glauzy
Laurent Glauzy – BP 25 – 91151 Etampes Cedex

Un commentaire

  • Quant est-ce que toutes ces crapules à commencer par celles démocrates, seront congédiées au lance flamme, afin de leur permettre de s’habituer à ce qu’elles vont réellement affronter à leur mort ???

Laisser un commentaire