Mgr Viganò: La farce pandémique COVID a servi de ballon d’essai pour le Nouvel Ordre Mondial…


« Il ne peut y avoir de neutralité, car lorsqu’il y a un affrontement entre deux armées, ceux qui choisissent de ne pas se battre font également un choix qui affecte l’issue de la bataille. »

L'image sélectionnée

Mgr Carlo Maria Viganò / LifeSiteActualités


mar. 22 nov. 2022 – 15 h 28 HNE

Note de l’éditeur : ci-dessous, l’adresse de Mgr Carlo Maria Viganò aux médecins pour Covid Ethics International (MD4CE International).

LifeSiteNews ) — Chers et distingués amis,

Permettez-moi tout d’abord de remercier le docteur Stephen Frost pour l’invitation qu’il m’a faite de vous parler. Avec le docteur Frost, je vous remercie également tous : votre engagement à lutter contre la propagande psychopandémique est louable. Je suis bien conscient des difficultés que vous avez dû affronter pour rester cohérent avec vos principes, et j’espère que le préjudice que vous avez subi pourra être adéquatement réparé par ceux qui vous ont discriminé, vous privant de travail, de salaire et d’étiquetage vous en tant que no-vaxxers dangereux.

Je suis heureux de pouvoir m’exprimer et partager avec vous mes réflexions sur la crise mondiale actuelle. Une crise que l’on peut considérer comme ayant commencé avec l’urgence pandémique, mais dont on sait qu’elle est planifiée depuis des décennies avec des objectifs très précis par des personnalités bien connues. S’arrêter à la seule pandémie serait en effet une grave erreur, car cela ne permettrait pas d’envisager les événements dans toute leur cohérence et leur interdépendance, nous empêchant ainsi de les comprendre et surtout d’identifier les intentions criminelles qui les sous-tendent. Vous aussi – chacun avec votre propre expertise dans les domaines médicaux, scientifiques, juridiques ou autres – conviendrez avec moi que le fait de vous limiter à votre propre discipline, qui dans certains cas est extrêmement spécifique, n’explique pas complètement la justification de certains choix qui ont été faite par les gouvernements, organismes internationaux et agences pharmaceutiques. Par exemple, trouver du matériel « ressemblant au graphène » dans le sang de personnes qui ont été inoculées avec des sérums expérimentaux n’a aucun sens pour un virologue, mais cela a du sens pour un expert en nanomatériaux et en nanotechnologie qui comprend à quoi peut servir le graphène. Cela a également du sens pour un expert en brevets médicaux, qui identifie immédiatement le contenu de l’invention et le relie à d’autres brevets similaires. Cela a également du sens pour un expert en technologies de guerre qui connaît les études sur l’homme amélioré (un document du ministère de la Défense britannique l’appelle «homme augmenté» en termes transhumanistes) et est donc capable de reconnaître dans les nanostructures de graphène la technologie qui permet l’augmentation de la performance de guerre du personnel militaire.

Encore une fois : l’appréciation des événements d’un point de vue médical doit tenir compte des implications juridiques de certains choix, comme l’imposition de masques ou, pire encore, la « vaccination » de masse, faite en violation des droits fondamentaux des citoyens. Et je suis sûr que dans le domaine de la gouvernance de la santé émergeront également des manipulations des codes de classification des maladies et des thérapies, qui ont été conçues pour rendre introuvables les effets néfastes des mesures prises contre le COVID-19, du placement des personnes sous respirateur en régime intensif attention aux protocoles d’attente vigilants, sans parler des violations scandaleuses des règlements par la Commission européenne qui – comme vous le savez – n’a pas de délégation du Parlement européen dans le domaine de la santé, et qui n’est pas une institution publique mais plutôt une entreprise privée consortium.

Ces derniers jours, lors du sommet du G-20 à Bali, Klaus Schwab a donné des instructions aux chefs de gouvernement – ​​presque tous issus du programme Young Global Leaders for Tomorrow du Forum économique mondial – sur les prochaines étapes à suivre en vue d’établir un gouvernement mondial. Le président d’une organisation privée très puissante avec d’énormes moyens économiques exerce un pouvoir indu sur les gouvernements mondiaux, obtenant leur obéissance de dirigeants politiques qui n’ont aucun mandat populaire pour soumettre leurs nations aux illusions de pouvoir de l’élite : ce fait est d’une gravité sans précédent. Klaus Schwab a déclaré : « Dans la quatrième révolution industrielle, les gagnants prendront tout, donc si vous êtes un précurseur du Forum économique mondial, vous êtes les gagnants » (ici). Ces déclarations très sérieuses ont deux implications : la première est que « les gagnants prendront tout » et seront « gagnants » – il n’est pas clair à quel titre et avec la permission de qui. La seconde est que ceux qui ne s’adapteront pas à cette « quatrième révolution industrielle » se retrouveront évincés et perdront – ils perdront tout, y compris leur liberté. 

En bref, Klaus Schwab menace les chefs de gouvernement des vingt nations les plus industrialisées du monde de réaliser les points programmatiques de la Grande Réinitialisation dans leurs nations. Cela va bien au-delà de la pandémie : c’est un coup d’État mondial, contre lequel il est essentiel que les peuples se soulèvent et que les organes encore sains des États entament un processus juridique international. La menace est imminente et sérieuse,

À la lumière de ces déclarations – et de celles d’autres personnes non moins délirantes que Yuval Noah Harari ( photo ci dessus ,avec Emmanuel Macron ) , le conseiller de Schwab – nous comprenons comment la farce pandémique a servi de ballon d’essai pour imposer des contrôles, des mesures coercitives, restreindre les libertés individuelles et augmenter le chômage et la pauvreté. Les prochaines étapes devront être réalisées au moyen de crises économiques et énergétiques, qui sont essentielles à la mise en place d’un gouvernement synarchique aux mains de l’élite mondialiste.

Et ici, chers amis, permettez-moi de parler en tant qu’évêque. Car dans cette série d’événements auxquels nous assistons et que nous continuerons d’assister, votre engagement pourrait risquer d’être contrecarré ou limité par le fait de ne pas voir sa nature essentiellement spirituelle. Je sais que deux siècles de pensée des Lumières, de révolutions, de matérialisme athée et de libéralisme anticlérical nous ont habitués à penser la Foi comme une affaire personnelle, ou qu’il n’y a pas de Vérité objective à laquelle nous devons tous nous conformer. Mais c’est le fruit d’un endoctrinement propédeutique, bien antérieur à ce qui se passe aujourd’hui, et il serait insensé de croire que l’idéologie anti-chrétienne qui animait les sectes secrètes et les groupes maçonniques du XVIIIe siècle n’avait rien à voir avec l’idéologie anti-chrétienne qui anime aujourd’hui des gens comme Klaus Schwab, George Soros et Bill Gates. Les principes moteurs sont les mêmes : rébellion contre Dieu, haine de l’Église et de l’humanité, et fureur destructrice dirigée contre la Création et surtout contre l’homme parce qu’il est créé à l’image et à la ressemblance de Dieu.

Si vous partez de cette évidence, vous comprendrez qu’il n’est pas possible de prétendre que ce qui se passe sous nos yeux résulte uniquement de la recherche du profit ou de la volonté de pouvoir. Certes, la partie économique ne peut être ignorée, compte tenu du nombre de personnes qui ont collaboré avec le Forum économique mondial. Et pourtant, au-delà du profit, il y a des buts inavoués qui relèvent d’une vision « théologique » – c’est vrai, c’est inversé, mais toujours théologique – une vision qui voit deux faces opposées : la face du Christ et la face de l’Antéchrist.

Il ne peut y avoir de neutralité, car lorsqu’il y a un affrontement entre deux armées, ceux qui choisissent de ne pas combattre font aussi un choix qui affecte l’issue de la bataille. D’autre part, comment est-il possible de reconnaître dans vos nobles et hautes professions l’ordre admirable que le Créateur a placé dans la nature (des constellations d’étoiles aux particules de l’atome) et ensuite nier que l’homme fait aussi partie de cet ordre ordre, avec son sens moral, ses lois, sa culture et ses découvertes ? Comment l’homme, qui est la créature de Dieu, peut-il prétendre ne pas être soumis à des lois éternelles et parfaites ?

Notre combat n’est pas contre des créatures faites de chair et de sang, mais contre les Principautés et les Puissances, contre les dirigeants de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal qui habitent les lieux célestes (Eph 6:12).

D’un côté, il y a la Cité de Dieu – celle dont parle saint Augustin – et de l’autre, il y a la Cité du diable. On peut dire qu’à cette époque la cité du diable est clairement identifiable dans le mondialisme néo-malthusien, le Nouvel Ordre Mondial, les Nations Unies, le Forum Economique Mondial, l’Union Européenne, la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, et dans toutes ces soi-disant «fondations philanthropiques» qui suivent une idéologie de la mort, de la maladie, de la destruction et de la tyrannie. Et aussi dans ces forces qui ont infiltré les institutions, que nous appelons l’État profond et l’Église profonde.

Par contre, il faut reconnaître que la Cité de Dieu est plus difficile à identifier. Même les autorités religieuses semblent avoir trahi leur rôle d’orientation des fidèles, préférant servir le pouvoir et propager leurs mensonges. Ceux-là mêmes qui devraient protéger et sanctifier les âmes les dispersent et les scandalisent, qualifiant les bons chrétiens de fondamentalistes rigides. Comme vous pouvez le voir, l’attaque est sur plusieurs fronts, et c’est donc une menace mortelle pour l’humanité, frappant à la fois le corps et l’âme.

Et pourtant, précisément à une époque où il est difficile de trouver des repères faisant autorité – aussi bien dans le domaine religieux que temporel – on voit de plus en plus de personnes qui comprennent, ouvrent les yeux et reconnaissent le esprit criminel derrière l’évolution des événements. Il est maintenant clair que tout est lié, sans avoir à écarter ceux qui le disent comme des « théoriciens du complot ». 

Le complot est déjà là : nous ne l’inventons pas, nous le dénonçons simplement, en espérant que les gens se réveilleront de cette narcose suicidaire et exigeront que quelqu’un mette fin au coup d’État mondial. Les opérations d’ingénierie sociale et de manipulation de masse ont démontré hors de tout doute que ce crime était prémédité, et combien il est cohérent avec une vision « spirituelle » du conflit qui se déroule actuellement :

J’espère que ce grand travail que vous entreprenez portera bientôt les fruits attendus, mettant fin à un temps d’épreuve dans lequel nous voyons comment le monde deviendra si nous ne nous tournons pas vers le Christ, si nous continuons à penser que nous pouvons coexister avec le mal, le mensonge et le culte de soi. Après tout, la Cité de Dieu est le modèle de ceux qui vivent dans l’amour, la maîtrise de soi et le mépris de Dieu pour le monde ; la cité du diable est le modèle de ceux qui vivent dans l’amour-propre, se conforment au monde et méprisent Dieu.

Je vous remercie et vous bénis tous.

+ Carlo Maria Viganò, archevêque

Article de Life site News

traduit et illustré par Thear Truth News FRANCE

https://lafemmedanslehautchateau.wordpress.com/

Le 15 decembre 2022

Un commentaire

  • Tout est dit. Cela fait des milliers d’années que les êtres humains mènent la lutte contre le Mal et ceux qui l’exploitent à des fins personnelles. L’Histoire et les mythologies regorgent de situations et d’analyses où le Bien et le Mal se disputent la préséance devant l’opinion. La morale, c’est que le Bien doit toujours gagner. L’amoralisme, c’est de laisser les enjeux trouver des solutions selon les rapports de forces. La différence est que le Bien représente les vertus et un état de grâce pour tous et que le Mal représente les moyens des criminels pour s’imposer et l’enfer pour l’humanité. Le Mal n’est donc pas indispensable, il est dangereux pour l’humanité et doit être combattu et « pulvérisé ».

    Les démons qui nous gouvernent en Occident essaient maintenant de faire admettre les inversions : Le Mal c’est le Bien. Une sorcière qui tue et mange les enfants est une belle personne. Sexualiser les petits enfants pour en faire les jouets des pédomanes, c’est excitant. L’hégémonie d’un clan sur une humanité esclavagisée, c’est super. Devenir des robots crétins sans âme, ni libertés, c’est génial, etc.

    Mgr Vigano tient un discours de bon sens et de sagesse. Ce Chrétien raisonnable semble détonner dans cet Occident devenu kabbaliste, oriental et irrationnel. Le Grand Orient des FM ne s’appelle pas Grand Occident et pour cause! La filiation du Mal remonte aux « descendants de Caïn » dont se réclament les FM lors des initiations, c’est tout dire.

    L’Occident est devenu l’otage des « fils de Caïn maçonniques ». Ils sont en train d’installer le chaos, y compris dans nos esprits. Il faut être vigilants et ne pas céder devant ces criminels.

Laisser un commentaire