Destruction de la Chapelle Saint Joseph du Mans VersuS Paul VI et la démolition du DOGME Catholique Millénaire. Vidéos.

Les paroles de Roselyne Bachelot sur la nécessité de raser les Eglises n’ont pas été prononcées par elle « PAR HASARD ».

Le Mans : la Chapelle Saint-Joseph condamnée

Il y a de tristes coïncidences dans l’histoire. Près de deux ans après la démolition de « notre » Chapelle Saint-Joseph à Lille, c’est autour d’une chapelle éponyme d’être en proie à la promotion immobilière au Mans.

Même si, pour le moment, aucun permis de démolir ne semble être acté, le projet est très abouti, comme on peut le voir sur le visuel du cabinet d’architecte en charge de de la « défiguration » du quartier.

Si nous ne pouvons pas lui jeter la pierre — car il a simplement répondu à un appel d’offre — on peut lui reprocher de ne pas avoir su intégrer l’existant et ainsi conserver l’âme du quartier.

À ce stade, nous ignorons si les sœurs propriétaires des lieux ont émis l’idée de conserver l’édifice ou non dans le projet. Toujours est-il que leur choix a été de sacrifier ce témoin de l’histoire collective.

Nous sommes toujours très en colère contre les élus démolisseurs, mais nous le sommes encore plus lorsque c’est l’institution catholique elle-même qui pratique la politique de la « Tabula Rasa ».
 
Heureusement, l’alerte a cette fois été donnée très tôt, ce qui nous laissera plus de temps pour les recours légaux. En tout cas, comme pour la Chapelle Saint-Joseph à Lille, nous sommes prêts à résister, en espérant que cette fois l’issue sera plus heureuse.
 
En attendant, voici l’article de l’auteur de la pétition qui a été lancée pour dire « non à la démolition de la Chapelle Saint-Joseph au Mans », qui résume parfaitement la situation. Nous vous invitons d’ailleurs à signer cette pétition en fin d’article.
 
Alors comme pour la Chapelle Saint-Joseph à Lille, nous sommes prêts à résister, en espérant que cette fois, l’issue sera plus heureuse.
 
 
Au Mans, il est une chapelle que nul voyageur quittant la gare ne peut manquer. A l’angle de l’avenue du général Leclerc et de la rue Gastelier, la chapelle Saint-Joseph domine le quartier de la gare depuis la moitié du XIXème siècle. A cette époque, l’évêque du Mans et le curé de Notre-Dame de la Couture concèdent un terrain au Sœurs de la Providence de Ruillé-sur-Loir qui y établissent, en 1864, un pensionnat pour jeunes filles.


Tout au long du XXème siècle, l’école connaîtra plusieurs difficultés, notamment du fait de la loi de séparation des Église et de l’État et de la Seconde guerre mondiale. Toutefois, l’école tient bon, de nombreux bâtiments sont construits au gré des années et l’établissement scolaire que nous connaissons aujourd’hui prend son véritable essor dans les années 1970. L’établissement a alors toutes les infrastructures pour prospérer dans l’enseignement catholique : des locaux et une chapelle.

La chapelle est construite sur le terrain donné aux sœurs au XIXème siècle. De style néo-roman, surmontée d’une grande croix celtique, dotée d’un grand portail en bois sculpté, elle fait partie du quotidien de l’ensemble des Manceaux dans la mesure où l’édifice se situe dans l’artère principale conduisant à la gare. La messe publique y est encore dite l’été, en particulier par le chanoine de la cathédrale du Mans, Daniel Sesbouë, jusqu’au milieu des années 2010. Désormais, seuls les élèves et l’administration de l’École-Collège Saint-Joseph savent ce qui est fait des lieux puisque la chapelle n’est plus ouverte au public, l’édifice accusant de sérieuses faiblesses structurelles.

En effet depuis de très nombreuses années, la chapelle subit les affres du temps sans que les tenants du lieu n’aient pris les mesures qui s’imposaient pour la préservation de ce lieu emblématique du quartier de la gare ayant vu passer de très nombreux Manceaux.


Au cœur du problème, logiquement, l’administration scolaire, affectataire des locaux, et les sœurs de Ruillé-sur-Loir, propriétaires des lieux. Par incidence, le diocèse du Mans, qui depuis des dizaines d’années n’a pas cru bon de se pencher sur la préservation du patrimoine dont il a déjà la charge. En témoigne le chantier pharaonique de l’installation de la fameuse croix de Goudji dans le chœur de la cathédrale, une enveloppe à 100 000 euros pour un diocèse qui peine à mobiliser pour le denier. En témoigne encore la destruction de la chapelle du Centre de l’Etoile, l’ancienne maison diocésaine ayant déménagé à la nouvelle et coûteuse Maison Saint-Julien réalisée pour la bagatelle de 9,5 millions d’euros dont on s’est aperçu, après coup, que la nouvelle chapelle était trop petite. L’argument financier n’est clairement pas plausible concernant l’état désastreux de la chapelle Saint- Joseph, celui de l’absence totale de vision l’est.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur la manière dont l’Église gère ses biens, à n’en pas regretter le Concordat de 1802 dans la mesure où l’État se montre souvent plus respectueux des pierres édifiées par des générations de Français que l’Église catholique. Là n’est cependant pas la question.

Il y a quelques années, un projet de réaménagement a été évoqué par les affectataires des lieux afin de remettre aux normes les installations de l’école Saint-Joseph, parmi lesquelles la chapelle. Il a été décidé d’emblée de la vouer à la démolition. Enterré depuis, le projet a resurgi en octobre 2022 avec un article du Maine libre traduisant les intentions concrètes de l’administration scolaire et des sœurs de la Providence de Ruillé-sur-Loire à l’horizon 2023. Ces intentions doivent être concrétisées par le cabinet Delaroux, architecte local, qui a délivré à la presse un dessin 3D de ce que serait le futur de la chapelle Saint-Joseph.


Il s’agit tout bonnement de démolir l’actuelle chapelle pour, d’après le diocèse, rebâtir « un nouveau lieu de culte ouvert sur le quartier et l’établissement qui sera reconstruit en lieu et place de la chapelle vouée à une démolition inéluctable . » Un tel mépris du patrimoine commun des manceaux tant en termes d’urbanisme, de style que de pauvreté de la dimension spirituelle ne peut être qu’inacceptable.

En termes d’urbanisme d’abord, car l’aseptisation et l’uniformisation grandissantes des grands centres urbains nuit profondément à l’attractivité de quartiers entiers qui finissent tous inéluctablement par être délaissés au profit d’un hypercentre toujours plus gentrifié, là où se trouvent les « belles pierres » à forte plus-value immobilière que la majorité des citoyens aiment. En outre, la faible identification des lieux conduira nécessairement à une absence d’appropriation par les citoyens de leur quartier puis sa désertification, renforçant la fracture sociale vécue par les habitants d’un quartier sans centre de gravité ni intérêt patrimonial.

En termes esthétiques ensuite, car un tel projet soulève de fortes interrogations en matière de respect de l’identité propre du quartier au sein duquel se côtoient d’anciennes maisons bourgeoises, des hôtels particuliers du XVIIIème siècle, l’hôtel Concordia et le square Léon Bollée, traduisant des styles s’harmonisant largement dans un bel ensemble immobilier. Le projet présenté par le cabinet DELAROUX, loin de l’objectif de moderniser l’ensemble, le dénature en profondeur car ne s’inscrivant pas en cohérence avec celui-ci, à plus forte raison que l’imagerie 3D nous présente un bâtiment vu et revu ne tirant pas son épingle du jeu de la création contemporaine. Une réfection de la chapelle, qui en a bien besoin car délaissée par les administrations scolaires successives, marquerait le signe d’une volonté de faire coexister durablement dans la cité différentes époques dialoguant entre elles, plutôt que parcelliser et diviser toujours plus le patrimoine manceau.


En termes spirituels enfin, car le projet ne permet pas de marquer pertinemment le rayonnement de la présence catholique au sein du quartier de la gare que la chapelle Saint-Joseph, par son architecture néo-romane du XIXème siècle, opère depuis de si nombreuses années. La destruction de la chapelle, en plus de traduire une aversion pour le patrimoine commun des manceaux, marquerait aussi une hostilité envers le besoin de l’Église d’habiter la société en se faisant reconnaître « au premier coup d’œil » par les citoyens dont la plupart conserve un sens aigu de l’iconographie chrétienne.

Ainsi, une pétition est lancée pour alerter le diocèse et faire connaître au plus grand nombre, particulièrement aux familles qui souhaiteraient scolariser leurs enfants à l’école Saint-Joseph, les projets de l’établissement. Il est demandé de suspendre a minima la destruction de la chapelle pour lui donner une nouvelle jeunesse méritée respectueuse du patrimoine commun des Manceaux tant historique que spirituel.

Le patrimoine commun vaut mieux que la somme de tous les intérêts individuels.

Alban Philippe, manceau.

La Gazette du Patrimoine : http://www.lagazettedupatrimoine.fr/files/c934bf6d7ec9f03a0b4aa8e7913cc47c-372.html

Poï Poï Poï Poï Poï….

SALLE PAUL VI au Vatican :

Ces deux Messieurs ci-dessous expliquent pourquoi les curés conciliaires modernistes dansent dans les Eglises qu’ils profanent en attendant qu’elles soient détruites par la république :

C’est parce-que la messe (((PAUL VI))) N’EST PLUS CELEBREE, CHRISTIAN !

Paul VI était un saint homme, Christian ! Il a juste envoyé des prêtres à l’abattoir en URSS et totalement démoli LE DOGME CATHOLIQUE MILLENAIRE mais c’est tout ! Tu vois, c’est pas beaucoup Christian.

La REVOLUTION AU COEUR DE L’EGLISE CATHOLIQUE est un mythe Christian, ça n’existe pas !

Il était formidable Paul VI Christian et c’est parce-que sa messe n’est plus célébrée que tout va mal !

Ce n’est pas comme si la (((la messe Paul VI))) avait grand ouvert les portes aux abominations actuelles en faisant rentrer le Monde dans l’Eglise, Christian !

Non, Non, pas du tout.

L'antipape excommunié Paul VI, franc-maçon et sataniste. (italien/français) Empty

 L’antipape excommunié Paul VI, franc-maçon et sataniste. (italien/français)

 Note de Janvier 2019 :  Mes chers frères en le Christ-Jésus et la Très Sainte Marie, Dieu vient de découvrir un véritable trésor, une très agréable surprise. Par coïncidence, je cherchais sur Internet des informations sur le révérend P. Luigi Villa, défenseur courageux et infatigable de l’Église, à la demande personnelle de Sa Sainteté le pape Pie XII de l’étude et de l’exposition exhaustives de la franc-maçonnerie ecclésiastique à tous les niveaux. C’est ici que ma recherche m’a conduit à cette découverte impressionnante et très agréable. Apparemment, le P. Villa a eu un petit groupe de fidèles dans son Italie natale et, ce qui est mieux, ce sont de vrais catholiques sédévacantistes comme nous, qui n’ont pas peur d’exposer et de démasquer toute la troupe de démons infiltrés dans l’Église. Alors, DEO GRATIAS! Profitez de la lecture de ce document ESSENTIEL sur la figure vraie et sinistre du plus grand hérétique et ennemi de Notre-Seigneur Jésus-Christ, principale cause de la plupart des maux qui nous affligent aujourd’hui, probablement le plus redoutable précurseur de l’Antéchrist, le misérable et dégoûtant Montini-Paul 6, qui a réellement vu le visage de Satan et s’est activement employé à détruire le Sainte église catholique et a trouvé à sa place une secte pestilente et criminelle hérétique et apostat, [i] »digne » épouse de l’Antéchrist impie, qui est certainement aux portes et dont nous attendons déjà la manifestation avec horreur et horreur, mais aussi avec une confiance absolue et un espoir inébranlable en Dieu tout-puissant, car nous savons que tout cela a déjà été prophétisé et qu’il est pratique pour nous de passer ce test ultime pour être définitivement purgé et purifié de nos péchés, et ainsi pouvoir nous présenter sans défaut devant la Très Sainte Trinité, la Sainte Vierge Marie et tous les anges et les saints devant le trône divin. AMDG !!!

Antipape Paul VI
(Concesio, 26 septembre 1897 – Castel Gandolfo, 6 août 1978).

Il fut le 46ème antipape dans l’histoire de l’Église ; Il a été élu invalide
au conclave de 1963 (21 juin 1963). Appartenant à une famille d’origine juive,
Giovanni Battista Montini a également travaillé comme collaborateur de
l’OSS (services secrets américains) et de la CIA, et du KGB communiste.

Né le 26 septembre 1897 à Concesio (province de Brescia), de Giorgio Montini, avocat et député, et de Judith Alghisi. En 1903, il commença ses études chez les Jésuites, comme étudiant externe, et en 1916, il commença à étudier au séminaire de Brescia, comme étudiant externe. Il n’a pratiquement jamais vécu au séminaire, mais à la maison, et il est allé au séminaire seulement pour passer ses examens, et tout au plus pour suivre quelques leçons. Donc, un anormal « privilégié » qui avait le soutien maçonnique parmi certains membres du clergé, qui l’a favorisé.

Le 29 mai 1920, il fut ordonné prêtre par Mgr Giacinto Gaggia et, peu de temps après, il s’installa à Rome, étudiant le droit civil et canonique à l’Université pontificale grégorienne et les lettres à l’Université d’État. En 1923, il commence ses études diplomatiques à l’Académie ecclésiastique pontificale, devenant également collaborateur de la Secrétairerie d’État du Vatican.

Toujours en 1923, il fut envoyé comme attaché à la Nonciature apostolique de Varsovie, mais n’y resta que cinq mois (juin-octobre 1923).

De retour à Rome, après quelques mois, en 1924, il obtient trois diplômes : en philosophie, en droit canon et en droit civil.

En 1925, il est nommé assistant ecclésiastique national des FUCI, montrant bientôt sa tendance moderniste et communiste. Certains ecclésiastiques s’en aperçurent et, en 1933, il fut contraint de démissionner de ses fonctions.

« En 1933, cependant, un Père jésuite, responsable des Congrégations mariales, « vit dans l’apostolat de Mgr Montini dans les FUCI un empiétement inquiétant sur ses associés. Il s’en est plaint auprès du Card. Francesco Selvaggiani, Vicaire du Pape pour le diocèse de Rome. Le résultat fut une dénonciation contre Montini. Tout s’est déroulé comme un curieux commérage et une controverse, comme si Montini avait été un centralisateur ambitieux et imprudent ».Montini a été forcé de démissionner, ce qui était opérationnel le 12 mars 1933. (Voir Carlo Cremona, « Piccola biografia di Paolo VI », Grafica 7, Bagnolo Mella (BS) 1977, pp. 45-46).

Le 13 décembre 1937, Montini est nommé suppléant de la Secrétairerie d’État, commençant à travailler dans l’ombre du Secrétaire d’Étatle cardinal Eugenio Pacelli, ignorant l’identité réelle de Giovanbattista Montini, franc-maçon apostat, puis excommunié, selon les lois inchangeables de l’Église, qui condamnent à l’excommunication « ipso facto » (automatique), celui qui entre dans la Franc-maçonnerie, comme dans le cas de Giovanni Battista Montini, devenu franc-maçon dans les années 20, comme nous le verrons dans les pages suivantes.

« Pendant les 30 années pendant lesquelles il a travaillé au Saint-Siège, Mgr Montini n’a jamais été apprécié par les responsables de la Curie par leur personnel. Le Card. Nicola Canali, chef de l’administration du Vatican, n’a pas caché sa profonde aversion pour le jeune diplomate.

Même Mgr Ottaviani (plus tard cardinal), qui avait tendance à être apolitique, avait une aversion pour le jeune Montini.

Certains membres de la hiérarchie italienne, ont déploré les sentiments fanatiques antifascistes et pro-communistes de Don Montini, que le jeune diplomate n’a même pas pris la peine de cacher. Certains évêques étaient affligés par ce qu’ils percevaient comme son manque total de patriotisme pour son pays natal ; « en vérité, Montini n’avait jamais fait preuve de scrupules en trahissant sa patrie et son peuple en faveur des Anglais, des Soviétiques et des Américains, pendant la Seconde Guerre mondiale ». (Voir Howen Chadwick, « Britain and The Vatican During the Second Word War », Londres : Cambridge Univeristy Press, 1986, p. 265. Selon l’historien britannique Chadwick, il ne faisait aucun doute que Montini était un outil pour obtenir une copie des détails de l’armistice italien à Londres. Voir aussi : Anthony Rhodes, « Le Vatican au temps des dictateurs »).

« Le ministre italien de la Justice, Roberto Farinacci, a affirmé que Montini était un ami des ennemis de l’Italie. Et il avait de bonnes raisons de le dire. (ibid., p. 82).

« Être dans le même lit qu’un seul était comme être dans le même lit avec tous les trois ; une vérité que Montini commença à apprécier quand il devint Pape Paul VI » 
(Cf. Peter Ebblethwaite, « Jean XXIII – Pope of the Century » New York Continuum, 1984. Ebblethwaite, ancien jésuite, quitta le sacerdoce et se maria. Il a été employé aux Affaires du Vatican pour le National Catholic Reporter pendant plus de 16 ans. Il est décédé à Oxford, en Angleterre, le 18 décembre 1994.)

D’après les archives du ministère italien de l’Intérieur, il semble que l’Assistant ecclésiastique national des FUCI, Mgr Montini, ait été surpris, « avec une personne du même sexe, dans un Vespasien public faisant des actes obscènes contre la morale ».

En 1934, Montini part en vacances en Angleterre et en Écosse, en compagnie de Mgr Mario Rampolla del Tindaro, arrière-petit-fils du Card. Mariano Rampolla, Secrétaire d’État de Léon XIII et dont l’identité secrète fut découverte à sa mort, en 1913, lorsque des documents personnels l’exposèrent à la tête de l’Ordo Templis Orientis (O.T.O.), la puissante organisation dédiée à la corruption des hautes personnalités, qui réunissait toutes les sociétés secrètes sous un même centre de gestion, dominée par les Illuminatis de Bavière.

Robin Bryans a écrit : « Rappelez-vous que Hugh Montgomery était le frère du célèbre artiste Peter Montgomery, qui avait longtemps été un partenaire homosexuel de l’espion de Cambridge Anthony Blunt (qui a ensuite déménagé dans le camp soviétique). (…). Au milieu des années 1930, Hugh Montgomery, au Vatican, devient Chargé d’Affaires auprès de Sir Alec Randall, représentant britannique au Saint-Siège. C’est là que Hugh rencontra un jeune diplomate italien de même niveau, Mgr Battista Montini qui, comme ils l’ont dit, partageait les mêmes tendances sexuelles que Hugh, et les deux hommes avaient une relation amoureuse. (…) Hugh Montgomery et son ami Battista Montini ont fraternisé avec des gens particulièrement excentriques, parmi lesquels le vicomte Evan Tredegar, un aristocrate converti au catholicisme, qui était chambellan privé du pape Benoît XV.

Le vicomte aimait chatouiller ses amis (Montgomery et Montini) avec des histoires sur ses exploits sexuels et occultes, y compris ses expériences directes dans les messes noires avec le sang, l’urine et le sperme humains.

Avec l’élection de Pie XI, Tredegar (…) retourna dans sa maison ancestrale au Pays de Galles, et se maria. Selon le témoignage d’un ami proche, Tredegar tenait une photographie du jeune Montini « joue contre joue avec un beau marin », accroché à sa table près du lit, ainsi que d’autres photographies d’une réelle dignité » (Voir Robin Bryans, « The Dust Has Never Settled », Londres. Honey Ford Press, 1992, p. 60).

Le 16 décembre 1937, Mgr Montini est nommé suppléant à la Secrétairerie d’État, sous la direction du Secrétaire d’État, le cardinal Eugenio Pacelli.

Le 10 février 1939, Pie XI mourut, et le 2 mars 1939, au conclave suivant, le cardinal Eugenio Pacelli, un homme pieux, qui prit le nom de Pie XII, fut élu.

Montini conserva son poste à la Secrétairerie d’Etat aux côtés de Monseigneur Domenico Tardini, tous deux employés par le Cardinal Luigi Maglione.

En 1939, Mgr Montini était en Pologne comme Légat du Pape. A cette époque, Franco Bellegrandi (Serveur de la cape et de l’épée du Pape) écrit :  » Le credo idéologique de Monseigneur Montini l’a conduit, entre autres, à haïr les Allemands et l’Allemagne, à tel point qu’il a pris sa part de responsabilité dans l’ouverture des hostilités, conseillant à la Pologne de tirer contre l’armée allemande.

L’historien Louis Marschalko, dans son livre « Les Conquérants du Monde (Les vrais criminels de guerre) » (= Les conquérants du monde – les vrais criminels de guerre), écrit : « Le 21 avril 1939, Monseigneur Montini, légat pontifical en Pologne à l’époque, dit au comte Jean Szembeck que, si la Pologne décidait de partir en guerre, ce serait une guerre juste et légitime (le comte Jean Szembeck, un des principaux fonctionnaires du ministère polonais des Affaires étrangères, publia son journal en France avec le titre  » Journal 1933-1939 « ). (Franco Bellegrandi, « Nichita Roncalli – Controvita di un Papa », Edizioni Eiles, Rome 1994, p. 82)

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Mgr Montini a organisé le Service de recherche et d’information pour les prisonniers de chaque pays et la Commission de Secours, qui deviendra plus tard la Commission Pontificale Commission d’assistance (POA).

Les origines juives de l’apostat Giovanni Battista Montini

Le fondateur de sa famille était Bartolomeo ou Bartolino De Benedictis, dit Montino. De Benedetti (Benedictis) est un nom typiquement hébreu.

Quand Montini devint antipape, malgré tout son antipontification, il portait sur l’habit papal l’« Ephod » du grand prêtre juif. Ainsi parlait l’abbé Georges de Nantes, en octobre 1970, dans son magazine mensuel « Contre Réforme Catholique » n.37, avec un article intitulé « L’Amulette du Pape » :

Dans « Paris Match » du 29 août, l’article de Robert Serrou, « Le prochain pape serait français ? », est illustré par une grande photographie du pape et du cardinal Villot. Je regarde ces deux visages fermés dans lesquels le Destin de l’Église…. Mais, qu’y a-t-il, sur la poitrine de Paul VI, sous la croix pectorale ? Un joyau étrange que je n’ai jamais vu pour aucun pape ! L’objet doit être en or, carré, orné de douze pierres précieuses disposés en quatre rangées, de trois à trois. Elle est suspendue d’une manière très particulière à un cordon qui tourne en même temps que le cordon auquel est suspendue la Croix du Christ. Pour décrire l’objet, spontanément, j’ai utilisé les mêmes mots qui, au chapitre vingt-huit de l’« Exode », décrivent l’Éphod du Suprême Prêtre juif !

Voici donc, au cœur du pape, attaché à son cou, le « Pectoral du Jugement » que le Grand Prêtre Aaron et ses successeurs devaient porter comme ornement rituel et les douze tribus d’Israël, « pour s’en souvenir sans relâche en présence de Jahveh » (Ex 28,29).

Paul VI porte l’insigne de Caïphe…. Qui sait quand et pourquoi, et de qui l’a-t-il reçu ? Le pape veut-il dire qu’il est l’héritier direct du prêtre vévitique, en tant que pontife d’une église catholique devenue le nouvel et unique Israël de Dieu ? Ou bien prépare-t-il une restauration du judaïsme en tant que religion du monothéisme pur, du Livre le plus sacré, de l’Alliance universelle ?

Qui a donc le droit parmi nous de savoir si le pape, en habillant l’Éphod de Caïphe, entend reprendre l’ancien culte juif dans l’Église sans craindre la fureur d’Israël selon la chair, ou s’il a le projet de ramener les Églises chrétiennes au judaïsme universel et de rétablir le sacerdoce lévitique à Jérusalem ?

La première de ces photographies de l’antipape Montini avec l’Éphod sur la poitrine, date de 1964, quelques mois après son élection invalide. Parfois, il n’y a pas de croix pectorale, alors que dans les visites des lieux saints ou des sanctuaires, l’Éphod ne manque jamais.

En 1939, le sataniste excommunié Giovanni Battista Montini, dans ses activités secrètes d’agent maçonnique au service de la synarchie mondaine luciférienne, exhortant et poussant les hauts fonctionnaires et politiciens polonais à attaquer l’armée allemande et l’Allemagne, pour déclencher la seconde guerre mondiale. L’historien Louis Marschalko, dans son livre « Les vrais criminels de guerre », écrit à la page 276 : « Le 21 avril 1939, Monseigneur Montini, légat pontifical de Pologne à l’époque, dit au comte Szembeck que selon le point de vue officiel du Vatican, si la Pologne décide la guerre, ce serait une guerre juste et légitime. (Le comte Jean Szembeck, l’un des hauts fonctionnaires du ministère polonais des Affaires étrangères, a publié son journal en France sous le titre « Journal 1933-1939″) ».

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Montini a été un outil puissant entre les mains de l’OSS (Office of Strategic Services), mais aussi comme informateur du NKVD, l’agence de renseignement soviétique. Cette activité double-jeu et intrinsèquement perverse, indigne d’un ecclésiastique, se déroulait évidemment dans le plus grand secret, tandis que Pie XII ignorait l’ ignoble trahison du franc-maçon et sataniste excommunié (ipso facto) Giovanni Battista Montini.

Le 22 août 1944, le secrétaire d’État du Vatican, le cardinal Luigi Maglione, mourut, et Pie XII ne nomma pas de successeur, mais se limita par prudence à nommer deux « pro-secrétaires d’État » : Mgr Domenico Tardini et l’apostat G.B. Montini. Ce dernier, ayant plus de pouvoir, s’engageait encore plus à trahir le Christ, le Pape, l’Église.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Pie XII confia à Montini la tâche d’aider à préparer l’Italie à une transition politique ordonnée, qui comprenait la restructuration du nouveau gouvernement italien, sur le modèle du Parti démocrate-chrétien.

Montini a été chargé de diriger un réseau souterrain pour faciliter l’évasion des réfugiés politiques, y compris des Juifs, hors d’Italie. A la fin de la guerre, ces « réseaux souterrains » du Vatican ont été utilisés à d’autres fins, comme l’opération  » Trombone », qui a transféré d’éminents scientifiques allemands et autrichiens aux États-Unis, afin qu’ils ne tombent pas entre les mains des Soviétiques. Montini a également coordonné les efforts du Vatican pour aider les prisonniers de guerre et leurs familles par l’intermédiaire de la Croix-Rouge.

Tout au long de la guerre, Giovanni Battista Montini, diplomate de jour et intrigant de nuit, a travaillé en étroite collaboration avec le personnel allié des services de renseignement militaire de l’Office des services stratégiques (OSS) (l’ancêtre de la CIA), ainsi qu’avec les services de renseignement britanniques et soviétiques (voir Linda Hunt,  » Agenda Secret  » : Le gouvernement des États-Unis, les scientifiques nazis et le projet de trombone », 1944-1990. Martin’s Press, 1991), contre les fascistes, les Japonais et les nazis. Montini était responsable de la récupération des renseignements obtenus par les Jésuites au Japon, (* Note de Javier:ce qui explique pourquoi Montini, après avoir usurpé le trône pontifical, « a récompensé » les faveurs du traître jésuitePedro Arrupe, en le nommant Supérieur de l’Ordre pour détruire plus efficacement de l’intérieur pour Notre Sainte Mère l’Église. Tout rentre parfaitement dans le plan diabolique de ces malheureux serviteurs des ténèbres!qui ont été utilisés par les Alliés pour identifier les objectifs stratégiques à bombarder (Voir Martínez, op. Cit., P. 82).

L’Office des services stratégiques (OSS), en échange, s’engage à remplir le trésor du Vatican de dollars, ainsi que les coffres de la mafia sicilienne et de la franc-maçonnerie (que Mussolini avait déclarée illégale, la condamnant à la clandestinité), pour accélérer l’invasion alliée en Sicile. Un ami important de Montini, pendant la guerre, était le célibataire Sir Francis Godlopin D’Arcy Osborne, ambassadeur britannique au Vatican, qui avait reçu cette affectation en 1936.

Lorsque l’Italie est entrée en guerre, un allié de l’Allemagne, Osborne et son personnel masculin et son personnel de secrétariat, majordomes et domestiques, ont cherché refuge au Vatican (voir Owen Chadwick, op. cit., pp. 22-23) : Osborne et Montini sont devenus des amis proches. Mgr Osborne a décrit Monseigneur Montini comme un excellent diplomate, même s’il n’est pas du même calibre que son collaborateur au Secrétariat, Monseigneur Domenico Tardini. Il a dit que Montini était un bourreau de travail. Personnellement, il trouve Montini persuasif, mais indécis (cf. Owen Chadwick, op. cit., pp. 23-24). Toujours protestant, qui s’occupait parfois d’occultisme, Osborne mourut à l’extérieur de l’Église catholique.

Négociations secrètes avec les communistes.

Aux Alliés qui ont conseillé à Staline d’adopter une politique plus conforme vers le Vatican, le dictateur répondit : « Combien de divisions le Pape a-t-il ? ».

Mais au Vatican, il y avait ceux qui avaient secrètement tenté d’établir des relations avec l’Union soviétique, malgré la position anticommuniste officielle des Papes Pie XI et XII.

Mariano Rampolla de Tindaro, un camarade de classe de Montini à l’Académie des Nobles Ecclésiastiques, et son ami bien-aimé et estimé organisateur et protagoniste d’une rencontre très confidentielle avec des hommes de foi communiste, pour toute relation diplomatique entre le Vatican et l’Union soviétique. La réunion a eu lieu en août 1938, avec les exposants du Parti communiste italien, Donini e Sereni, dans la Chartreuse suisse de la Valsainte dans les montagnes, loin des frontières italiennes.

Mgr Rampolla a demandé aux interlocuteurs si le Parti était disposé à de sonder le terrain à Moscou, en vue d’éventuels contacts entre le Saint-Siège et l gouvernement soviétique, pour la normalisation des relations diplomatiques. Le rapport rédigé par Donini, et envoyé aux dirigeants du Parti communiste, non pas a été prise en compte et n’a pas atteint le responsable Palmiro Togliatti ; peut-être – pensa Donini – parce qu’il était considéré comme suspect. (Charles
Cremona, « Piccola biografia di Paolo VI », Grafica 7, Bagnolo Mella (BS) 1977, pp. 54-55.)

Au cours de l’été 1944, alors que la guerre touchait à sa fin, l’apostat Montini a entamé des négociations de haut niveau avec les communistes italiens, afin d’identifier que le Parti communiste jouerait dans l’après-guerre. Le son objectif était de former une alliance entre le Parti Démocrates-chrétiens, socialistes et communistes (voir Martìnez, op. cit. p. 81 à 82). Comme l’a rapporté Martìnez, le 10 juillet 1944, il y avait une rencontre entre Monseigneur Montini, qui agissait à l’insu de Pie XII, et Palmiro Togliatti, leader incontesté du Parti communiste italien, qui venait de rentrer à Rome, après 18 ans d’exil en Union soviétique (Cf. Martìnez, op. cit. p. 81 et 82). Ce fut le premier contact entre le Vatican et un dirigeant du communisme. Un plan a été élaboré pour jeter les bases d’un accord entre le Parti démocrate-chrétien, les socialistes et les communistes, qui donnerait aux trois partis un contrôle total dans tout gouvernement d’après-guerre en Italie. Le plan définit également les conditions d’une collaboration future entre l’Église catholique et l’Union soviétique (Cf. Martìnez, op. cit., pp. 81-82. Voir le document JR 1022 publié par l’OSS, Washington, D.C. Office. Voir Piers Compton, « The Broken Cross », pp. 51-52).

L’autre tentative d’établissement de relations entre le Vatican et le gouvernement soviétique eut lieu en 1945, à la veille de la Conférence de Yalta, à l’initiative de Mgr Montini : une rencontre entre Montini et le communiste Eugenio Reale, alors sous-secrétaire d’État au ministère des Affaires étrangères. Le même rapport royal sur le sujet de la conversation : s’il était possible un entretien entre Sa Sainteté et le chef du Parti communiste (Togliatti). « Nous avons rompu – conclut le rapport de Reale – étant entendu que si Togliatti avait accepté l’idée d’une visite au Pape, je serais retourné voir Mgr Montini pour en fixer la date et les modalités ». Il semble que ce contact ne se soit pas développé (Cf. Carlo Cremona, « Piccola biografia di Paolo VI », Grafica 7, Bagnolo Mella (BS) 1977, p. 55).

Le méprisable cardinal mason Rampolla félicita les « relations secrètes » entre l’apôtre Montini et les communistes.

Le communiste Giovanni Battista Montini, est partiellement découvert.  

(da « Chiesa viva » *« Chiesa viva » est la revue fondée par le Père Luigi Villa – n.441 ; pagg. 21-22) :

« A l’insu des contacts secrets entre Monseigneur Montini et les dirigeants du communisme italien, Pie XII, pour leurs années au service du Saint-Siège, tenta de récompenser Monseigneur Montini et Monseigneur Tardini avec le cardinalat, dans un Consistoire secret de 1952, mais tous deux, respectueusement, refusèrent l’honneur (le dernier Consistoire du Pontificat de Pie XII, eut lieu le 12 janvier 1953). Cela signifie que Montini n’était pas un membre du Collège des Cardinaux, et ne pouvait donc pas être considéré comme un candidat pour la papauté en 1958, dans le conclave qui a élu invalide Roncalli. Mais l’estime de Pie XII pour Mgr Montini s’est effondrée d’un seul coup, lorsque le Souverain Pontife a lu les preuves irréfutables de sa trahison de sa politique anticommuniste.

Cette trahison fait maintenant partie de l’histoire !

C’était en 1954, alors que Pie XII était déjà malade et affaibli par la vieillesse. Le colonel Arnauld, général de brigade du Deuxième Bureau, (les services de renseignement français), après avoir démissionné du Deuxième Bureau, se rend à Rome, appelé par Pie XII, qui lui propose de devenir son agent personnel. Le colonel accepta, prêta serment au Souverain Pontife et commença sa nouvelle mission.

Au cours de son voyage en Orient, il entre en contact avec l’évêque luthérien d’Uppsala, Brilioth, Primat de Suède, qui avait une grande estime pour Pie XII. Au cours d’une de ses réunions (vers l’été 1954), l’archevêque d’Uppsala le dit soudainement au colonel :

« Les autorités suédoises savent très bien que le Vatican a des relations avec les Soviétiques » !

Au retour de sa mission, le colonel interrogea Pie XII qui, très étonné, demanda au colonel de dire à Brilioth que le Vatican n’avait aucune relation avec les Soviétiques.

Mais à son retour en Suède, le colonel Arnauld reçut de l’archevêque d’Uppsala une enveloppe scellée, adressée à Pie XII, le priant de ne la remettre entre ses mains que, sans la faire connaître à quiconque au Vatican.

Il lui dit seulement : « Cette enveloppe contient les « TESTS » des relations que le Vatican entretient avec les Soviétiques ».

Arrivé à Rome, le colonel remit ses travaux à Pie XII, qui les lut en sa présence, tous blanchis sur son visage.

En bref : le dernier texte officiel, signé par le secrétaire d’État pro-secrétaire d’État, Mgr.
Montini est daté du 23 septembre 1954 (Cf. CRC, 97, octobre 1975, p.12).

Le 1er novembre 1954, Pie XII retire Monseigneur Montini de la Secrétairerie d’État.

D’après d’autres informations, on sait qu’en cet automne tragique de 1954, Pie XII avait également découvert que son pro-secrétaire d’État, Mgr Montini, « lui avait caché tous les dépêches concernant le schisme des évêques chinois », dont le cas s’aggravait.

Le 1er novembre 1954, Montini est nommé archevêque de Milan. La consécration a eu lieu à Rome, le 12 décembre 1954, par le Card. Eugéne Tisserant.

Mais pourquoi livrer le plus grand diocèse du monde à un traître du Pape ?

La vraie raison pour laquelle je l’ai rencontrée lors de ma « rencontre » personnelle avec le Général G. Leconte, des « Services Secrets » français. Le général m’a d’abord parlé de beaucoup de choses concernant l’infiltration maçonnique de l’Église aujourd’hui, puis, soudain, il m’a posé cette question : « Croyez-vous que Paul VI est aussi un maçon ? »... et sans attendre ma réponse, il me passa un livre de Carlo Falconi, « Vue et entendu au Concile », publié avant que Montini ne devienne Pape ; et il me montra un « passage » dans le livre, à la page 69, dans lequel il est dit qu’un grand « 33 » de la Franc-Maçonnerie, m’assure que Montini aussi « serait inscrit dans une Loge maçonnique » ( » era stato iscritto alla massoneria « ).

Enfin, il m’a raconté l’histoire de la destitution de Mgr Montini de la Secrétairerie d’État par Pie XII, parce qu’il a vraiment travaillé pour la Russie, à l’insu du Pape et, donc, l’a trahi ! Il n’en reste pas moins que Montini, toujours en vie, n’a plus jamais franchi les portes du Vatican ! Card. Eugène Tisserantdisposait d’archives, continuellement mises à jour, qui contenaient les « Lettres » de Mgr Montini qui indiquaient au K.G.B. soviétique les noms des prêtres et des évêques, que Pie XII envoyait clandestinement en Union soviétique parmi les catholiques opprimés et persécutés. Toutes les personnes envoyées ont été inexplicablement et systématiquement capturées, tuées ou envoyées dans des camps soviétiques.

A ma dernière question : « Mais alors, pourquoi Pie XII l’a-t-il envoyé à Milan, le prestigieux siège et bureau du cardinal, après l’avoir « trahi »
 ? Le général me répondit en souriant :

« Non ! Ce n’est pas Pie XII qui l’a envoyé à Milan ! Nous avons ici un autre « dossier », qui porte l’inscription : « Cardinal Pizzardo », dans lequel il y a des documents qui parlent différemment ! D’ailleurs, vous avez dû remarquer, vous aussi, que Pie XII ne l’a jamais élevé au rang de cardinal, même si Milan était traditionnellement un siège de cardinal, de sorte que Montini se trouva écarté de la Curie romaine et définitivement éloigné de ce même Pape sur qui il avait exercé une influence considérable ; et il fut exclu du futur conclave, parce que Pie XII était déterminé à ne plus lui laisser entrer au Collège Sacré ! Même sa consécration à l’archevêque, après sa nomination, fut presque ignorée par Pie XII.

A la fin de l’entretien, le Général m’a envoyé voir le Colonel Arnauld, qui m’a confirmé que Montini entretenait des relations sombres et clandestines, de sa propre initiative, avec la Russie et certaines autres puissances orientales, pour lesquelles Pie XII l’a  » expulsé  » de la Secrétairerie d’État. Puis, il m’a dit que Pie XII devait céder que Montini soit envoyé à Milan, mais qu’il ne l’avait pas fait cardinal, qu’il ne l’acceptait plus en audience (même si Pie XII avait encore quatre ans !), et qu’il avait dit clairement, à plusieurs reprises, aux cardinaux, qu’il ne voudrait pas que vous deveniez son successeur !

Comme vous pouvez le constater, il ne s’agit pas ici de « révélations d’État », car dans les « Archives françaises » il y a encore tout ce que j’ai entendu, en personne, sur le « cas » Montini ! (Cf. Villa Luigi, « Paolo VI Beato ? », Editrice Civiltà, Brescia 1998, pp. 205-210).

Sur les « relations obscures, clandestines et de propre initiative » de Mgr Montini, cependant, il y a aussi la source des archives du Card. Tisserant. Il s’agissait d’une archive continuellement mise à jour, contenant des « documents » [/i]d’une valeur historique et d’une délicatesse explosive, parmi lesquels le « credo » marxiste de l’ancien Monseigneur Battista Montini qui, en 1945, était devenu ami avec Palmiro Togliatti, secrétaire du Parti communiste italien, qui revenait de l’Union soviétique. (…) Par l’intermédiaire des cercles protestataires de l’Université d’Uppsala et des liens avec l’orthodoxie russe, Mgr Montini a fait savoir au Kremlin que « … toute l’Église et tout le Vatican n’approuvent pas, pour l’avenir, les discours du Pape Pacelli « .

Dans les archives du Card. Tisserant, il y avait aussi les « rapports secrets » qui furent remis à Pie XII par le colonel Arnaud. (…) Le dossier ad hoc se compose surtout de « Lettres » de Montini qui indiquaient au K.G.B. – la police secrète soviétique – des noms et des mouvements sacerdotaux – surtout des « Jésuites » – qui exerçaient clandestinement leur ministère sacerdotal parmi les peuples opprimés et persécutés des pays communistes.

Pie XII ne pouvait expliquer la cause du terrible drame de la disparition systématique des prêtres envoyés clandestinement en Russie, sinon avec l’existence d’un « espion » caché au Vatican. Puis, il a inculpé des policiers secrets, déguisés en monseigneur, qui ont découvert, en photographiant des « documents secrets »,le jésuite Alighiero Tondi, un membre du cercle de Montini, voire son conseiller spécial.

Interrogé, il a été identifié comme un agent du K.G.B., mandaté par Moscou, et que du Vatican lui a transmis en tête, en URSS, les « documents » qu’il avait photographiés dans les archives du Vatican.

De l’enquête minutieuse, il s’est avéré que c’est lui qui a transmis à ses supérieurs soviétiques aussi la liste des évêques et des prêtres clandestins envoyés par Pie XII, qui, à cause de cette délation, ont été arrêtés, tués ou tués dans les camps soviétiques !

C’est un fait d’une extrême gravité, peut-être unique ! Bien sûr, agissant comme un meurtrier ! Pie XII, après ces « révélations », s’effondra et fut contraint de se coucher pendant plusieurs jours.

Cependant, il a immédiatement ordonné l’expulsion immédiate de Montini du bureau qu’il avait assimilé à celui de « secrétaire d’État ». (Cf. Villa Luigi, « Paul VI – procès d’un Pape », Editrice Civiltà, Brescia 1999, pp. 239-241).

De plus, Pie XII, « en octobre 1954, a pris connaissance du rapport secret de cet archevêque de Riga, emprisonné par les Soviétiques, qui affirmait qu’« il y avait eu en son nom [de Pie XII] des contacts avec les persécuteurs par une haute personnalité du Secrétariat d’État » (cf. Courrier de Rome, juin 1975 n.145). Pour la trahison de Montini, écrit Mgr Roche (secrétaire du cardinal Tisserant), « l’amertume [de Pie XII] était si vive que sa santé en fut affectée, et il se résigna à gouverner seul les affaires étrangères du Vatican. »

Le bulletin de la Contre-réforme Catholique (n° 97, p. 15), parle aussi de la question : « L’enquête a révélé dans le cercle de Mgr Montini un traître, le jésuite Alighiero Tondi, qui, au cours d’une confrontation dramatique avec le Card. N., a reconnu qu’il avait donné aux Soviétiques les noms des prêtres envoyés clandestinement en URSS, et que [suite à la délation] ils avaient tous été arrêtés et tués. On sait que Tondi, marié [d’abord civilement et ensuite] religieusement [avec le militant communiste Zandi, après diverses vicissitudes et la mort de sa femme] trouvera « du travail » à Rome en 1965, avec la faveur de Montini, devenu Paul VI ».

L’accord de Rome-Moscou conclu par l’antipape Roncalli ( » Accord de Metz « , dont nous avons déjà parlé dans le livre sur l’antipape Jean XXIII), et confirmé plus tard par Montini, peut-il être défini uniquement comme une erreur diplomatique ou politique ? Certainement pas. Il suffit de réfléchir sur le prix religieux de l’accord, et sur ce que Rome a obtenu – la présence insignifiante de quelques observateurs orthodoxes, supervisés par le KGB, accordant en échange : le silence de l’Église sur  » cette doctrine néfaste du soi-disant communisme, contraire au droit naturel même, qui, une fois admis, conduirait à la subversion radicale des droits, des choses, des biens de tous et de la société humaine elle-même « .Pie IX  (‘Qui pluribus’;’Syllabus’) ; sur la peste destructrice qui, en affectant la moelle de la société humaine, la conduirait à la ruine’ (Léon XIII‘Quod Apostolici muneris’).

Sur ce « danger » qui menace de précipiter « des peuples entiers…. dans une barbarie pire que celle dans laquelle la plus grande partie du monde repose encore à l’apparition du Rédempteur » ; sur ce « fléau satanique » où « l’idée de Dieu n’a pas sa place, il n’y a pas de différence entre esprit et matière, entre âme et corps ; on ne donne pas la survie à l’âme après la mort » et que « l’homme est dépouillé de sa liberté, principe spirituel de sa conduite morale, de toute dignité de la personne humaine et de toute retenue morale contre l’assaut des stimuli aveugles » (Pie XI, ‘Divini Redemptoris’) ; sur « l’iniquité…. qui vise à arracher la foi à ces mêmes personnes à qui elle promet le bien-être matériel » (Pie XII, Enc.‘Menti nostrae’ 1950).

L’engagement pris et maintenu par ces prélats apostats fut le renoncement à la mission de l’Église, une trahison de l’humanité, de Dieu, de l’Église elle-même ; cette page noire de l’histoire de l’Église restera, comme l’écrit Jean Madiran (Présent, Paris), « la honte du Saint-Siège au 20e siècle ».

Montini, Tisserant et Tondi… !!!!!!! Vous êtes des ordures, vendues au diable et aux traîtres du Christ et de Son Église ! Soyez anathème pour les siècles des siècles, misérables chacals !

L’affirmation de « Nostra Aetate » selon laquelle chrétiens et musulmans (ou juifs) adoreraient le même Dieu (Nostra Aetate dit : « les musulmans, qui adorent le Dieu unique, vivant et subsistant… »), a été clairement anathématisée au Concile de Rome en 384. Damase 1er le déclare HERETIQUE :


5 Commentaires

  • Encore un mensonge dénoncé ! Il est sûr et certain que ces anti …. Sont dépourvus d’une âme et d’un esprit divin .

  • Excellent travail, qu’ajouter sinon transmettre ces renseignements à la multitude d’aveugles dans cette France qui a apostasié depuis longtemps…D’où les châtiments inévitables et mérités sur notre pays. Aucun jour ne passe sur cette terre sans que les événement n’aient lieu par la volonté permissive du Créateur Trois fois Saint.Ayez pitié de nous Seigneur et de notre pays!

  • Mais il semble que le plus fameux danseur de France ait abandonné la prêtrise… « Franck Legros vient d’abandonner la prêtrise, après vingt ans de sacerdoce dans le diocèse d’Évreux (Eure). » C’est tout ce que je trouve sur la question.

  • Article de Marianne

    « La justice ordonne le démontage d’une statue de la Vierge Marie sur l’Île de Ré
    Article de Marianne • »
    13 janvier 2023. 153 commentaires

    « La cour administrative d’appel de Bordeaux a ordonné à la commune de La Flotte-en-Ré, sur l’île de Ré, le déplacement hors du domaine public d’une statue de la Vierge située au milieu d’un carrefour, en vertu de la loi de séparation de l’Église et de l’État de 1905, a-t-on appris ce vendredi 13 janvier. Confirmant une première décision du tribunal administratif de Poitiers, en mars dernier, elle a par ailleurs enjoint cette commune de Charente-Maritime de 2 800 habitants de « procéder à son enlèvement dans un délai de six mois », dans un communiqué de presse.Cette statue de la discorde, qui comporte la mention « vœux de guerre », a été réalisée après la Seconde Guerre mondiale pour une famille reconnaissante de voir un père et son fils rentrer vivants du conflit. D’abord exposée dans un jardin privé, elle a ensuite été donnée à la commune qui l’a installée en 1983 à un carrefour. Mais au printemps 2020, la statue est endommagée après avoir été percutée par un automobiliste. La municipalité décide alors de la reconstruire à l’identique, au même emplacement, sur un promontoire.« Caractère religieux »
    Après cette décision, la Libre pensée 17, association de défense de la laïcité, avait saisi la justice pour réclamer ce retrait, en invoquant la loi de 1905 qui interdit l’installation de monuments à caractère religieux sur le domaine public. Une « polémique ridicule », avait balayé le maire Jean-Paul Héraudeau qui soutenait que l’édifice faisait « partie du patrimoine historique » de la commune, s’agissant « plus d’un mémorial que d’une statue religieuse ».
    « Les statues sont précisément une excellente occasion de raconter l’histoire » La cour relève (…) que la commune n’avait pas l’intention d’exprimer une préférence religieuse en l’y installant en 2020 (…) Toutefois, elle constate également que la figure de la Vierge Marie est un personnage important de la religion chrétienne, en particulier catholique, et que la statue présente par elle-même un caractère religieux », pointe la cour administrative de Bordeaux. »

    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/la-justice-ordonne-le-d%C3%A9montage-d-une-statue-de-la-vierge-marie-sur-l-%C3%AEle-de-r%C3%A9/ar-AA16jbuO

    Commentaires, extraits :

    Taliyah .
    « Les églises, les cathédrales, les chapelles aussi sont des « monuments à caractère religieux » sur le domaine public. Va-t-il falloir les raser, à commencer par Notre-Dame ? »

    JOSETTE B

    « Ca deviens du n’importe quoi en France maintenant, c’est à ce demander, si l’on est vraiment encore chez nous ??? Bravo la justice ! »

    JOSETTE B
    « N’oublions pas que nous sommes aussi et avant tout un pays catholique !! Où va t-on !!! La France notre beau pays est dans les mains de mafieux, honte à la justice et à son gouvernement »

    Michel S
    « Calamité! cela n’a aucun sens, à moins que la même décision de justice ne rende ouvrable en même temps les 6 jours fériés du calendrier religieux. il y a ici deux poids et deux mesures insupportables. On veut bien prendre les jours de congés, mais hors de ma vue la représentation du bénéfice de ces jours fériés payés. »

    Frédéric BT.
    « Ben tiens, continuons dans la connerie des extrémistes laïcs : démantelez aussi tous les calvaires (et Dieu sait qu’ils sont nombreux chez moi en Bretagne et partout ailleurs), et érigez à la place des statues des politiques. Ben, comme chez les despotes, quoi…
    N’oubliez pas non plus de détruire tous les sites préhistoriques de Carnac et ailleurs qui de par leur nature païenne ne sont pas laïques.
    Donc non. Il ne faut pas obéir à cette loi dépassée de 1905 qui devrait être abrogée parce que le monde a changé et qu’il est important de conserver notre culture.
    A propos de loi débile : saviez-vous qu’une loi datant de 1800 interdisait aux femmes de porter un pantalon ?
    Elle ne fut abrogée qu’en 1973 !!!
    Donc, pour que la loi de 1905, on a un peu de temps… »

    Patrick D.
    « C’est la que l’on voit que la Justice est nul. Des voleurs et surtout des mineurs récidivistes sont rappelés à l’ordre et laisser en liberté et pour une Statue de la Vierge, ils prennent une décision. Quand va t’on virer tous ces juges gauchistes et bons à rien ?? Il faudra rapidement, avec MACRON, nettoyer le Ministère de la Justice, sinon cela va mal se terminer. PACE E SALUTE »

    Cyril D
    « Enfanter l’Islam par défaut est devenu un projet Laïc? »

    Herve L.B. contre la corruption
    « il faut mettre à bas toutes les subventions que paie nos impôts pour ces associations »

    M D
    « Donc on devrait interdire le port du hijab dans l’espace publique, maintenant .? »

    Michel M
    « Une idée : Privatiser un bout de terrain où est installée cette statue ! »

    Herve Ba
    « Charles martel reviens !!! »

    Fabrice Mi
    « Gauchistes et pigeons ont la même utilité. A savoir souiller les monuments historiques. »

    Gérard Majax
    « La libre pensé est de gauche et pro-islam. »

    Michel Fl
    « Que la cour le veuille ou non, la France a toujours été d’origine chrétienne et catholique majoritairement. »

    Catherine
    « Je suis passé par l’agglomération rochelaise il y a plus de 10 ans, cette statue était déjà présente dans ce carrefour de la Flotte en Ré, Donc la libre pensée 17, se réveille maintenant après prétexte de l’accident et remise en place de la statue sur le domaine public ? »

    Gregory
    « Non mais où va t’on? où en est cette France de nos jours? On marche sur la tête là? Plus rien ne va dans ce pays, bravo à vous nos politiques qui sont totalement à coté de la plaque et qui fusillent notre si belle France!!! Vous êtes pitoyable à adhérer à cette décision de justice!!! ….Réveillez vous ! »

    Didier l
    « La justice ferait mieux de rendre une vraie justice contre les délinquants plutôt que de détruire notre pays honte a vous;…!!! »

    Marcel R
    « Je ne crois en rien, mais une chose me surprend, vous qui attaquez en justice, la présence de cette statue, érigée en hommage, au retour de guerre, sains et sauf, de deux hommes, pourquoi ne vous en prenez vous à tous les jours fériés, dont l’origine est religieuse, je vous souhaite bien du plaisir, vous voyez la suppression de Pâques Pentecôte …..et Noël »

    Simonnet
    « Et après on nous dit que les tribunaux sont débordés. C’est sûr que les priorités, sont de rendre des jugements pour démonter des statues qui appartiennent à notre histoire…. Du grand n’importe quoi comme d’habitude !. »

  • Le :. Jean XXIII est mort le 3.6.63. Faites le compte …

Laisser un commentaire