Archives de Catégorie: Espagne

La mosquée Ishbilia de Séville demande au roi d’Espagne de s’excuser pour la « Reconquista ».

Contrairement à ce que beaucoup de Chrétiens pensent ou croient, cette Demande se comprend et est Normale lorque l’on se rend compte que l’immigration CHOISIE est Musulmane, N’EST QUE MUSULMANE.

De Plus, les Gouvernements des Pays Européens, Hormis la Hongrie, la Pologne et l’Italie n’ont de cesse de Proclamer l’Islam et les Musulmans.

Vous entendrez Hidalgo MAIRE DE PARIS,et pas qu’elle,  lors du mois de Ramadan rendre Hommage aux Musulmans et le fêter avec eux.

Par constat, les Musulmans comprennent qu’il est temps pour eux de  demander des Faveurs.

Ce qui se faisait avant par la Guerre, s’obtient désormais par simple demande grâce à la religion des sectes franc-maçonnes, la Laïcité.

De fait, les Musulmans réclament partout leurs Droits en sachant que les politiques, Tous corrompus, financent leurs mosquées en laissant tomber en Ruine, Vendre, Voler, Détériorer et Piller les Cathédrales et les Eglises.

Aprés les Juifs Séfarades qui ont fait courber l’échine à l’Espagne, voilà donc les Musulmans qui réclament aussi leurs Droits.

 

Les Seuls Responsables sont Tous les Politiques issus de la Franc-Maçonnerie qui n’a qu’un Rôle Principal : FINIR DE TUER L’EGLISE CATHOLIQUE en imposant l’Islam.

 

 

14h57

Si, voici quelques jours, c’était le président mexicain Andrés Manuel López Obrador qui exigeait par lettre du roi Felipe VI qu’il présente ses excuses pour la conquête [du Mexique] par l’Espagne, c’est maintenant au tour d’une mosquée de Séville de faire la même chose, mais cette fois pour la Reconquête.

La mosquée Ishbilia a publié sur Facebook un message sous le nom de la Communauté islamique et de son président, Yihad Sarasúa […]

« Monsieur, en tant que roi d’Espagne, je crois que le moment historique est arrivé de procéder à une reconnaissance de culpabilité dans les turpitudes, spoliations, expulsions et assassinats commis par ordre des Rois catholiques et de leurs collaborateurs les plus directs […] », explique le document.

Il ajoute en outre que les musulmans furent soumis à une « persécution constante » qui laissa des « millions de morts ». […]

C’est pour cette raison que, depuis la mosquée, ils demandent au roi Felipe VI qu’il s’excuse auprès de leur communauté : « En tant que descendant des rois cités pus haut, quelle occasion formidable vous auriez de montrer votre respect à la communauté et votre rejet des thèses islamophobes en demandant pardon à notre communauté pour tant d’atrocités et en intercédant pour la reconnaissance de la nationalité espagnole pour les descendants de Al Andalus, comme cela s’est fait avec la communauté juive séfarade. »

(Traduction Fdesouche)

La Sexta

 

Ils ont voulu, ils veulent de l’immigration Musulmane, ils l’ont. Désormais il faut jouer Franc Jeu avec les Musulmans.

Le Débat est Ouvert et il hors de question que Tous les Traitres politiques et les sectes franc-maçonnes fassent comme la Danseuse Andalouse : Deux pas En Avant et un en Arrière.

Ils doivent Répondre.

 

Boris Le Lay1

LE VOL ET LE MEURTRE à très grande échelle.

Complément dans «Hitler contre Juda», du Dr Claude Nancy (médecin et éthologue belge), pp. 77-78 :
« Mais revenons quelque peu en arrière. A la suite d’une profonde infiltration maçonnique dans tous les rouages gouvernementaux, les premiers troubles débutèrent en Espagne le 11 mai 1931.
De nombreuses églises furent incendiées et quelques assassinats furent perpétrés dans les grandes villes.
Pour calmer la population le roi Alphonse XIII abdiqua, la république fut proclamée et le pouvoir passa dans les mains d’un juif séfarade nommé Alcala Zamora.
Bien que Juif et franc-maçon, ce dernier assistait tous les dimanches à la messe pour donner le change (note : Comme actuellement le juif Poutine en Russie qui se fait bénir par les popes orthodoxes), mais en sous-main il favorisait partout un début d’infiltration communiste.

Deux ans plus tard le nouveau président de la république, un franc-maçon nommé Largo Caballéro, conclut un pacte avec l’ambassadeur soviétique Rosenberg afin d’activer la venue en Espagne de conseillers soviétiques.
Staline envoya donc rapidement sur place ses meilleurs agitateurs, tous Juifs naturellement, tous déguisés en ressortissants russes.
On retrouva sur place Iliya Ehrenburg, Primakoff, Goreff, Rose Skoblewski, Aralink Tupolyew, Vladimir Bischitzki, Béla Kuhn, J. Artadel, Antonov Ovejenko, Marcel Moïse Rosenberg, Leo Jacobson,Keikin, Grunzberg, Frielander, J. Maratvilles, Stillerman, Samuel Fratkin, Schapiro, Lourie Fusch, Adler, Zibrowski, Merkas et Wall, ces deux derniers s’occupant de la recherche et de l’achat d’armes pour les futurs « républicains espagnols ».

Ces armes transitaient naturellement par la France, qui était dans les mains du gang juif de Léon Blum.
Certains historiens français de gauche prétendent encore, que le 4 juin 1936, lorsque Blum présenta son nouveau ministère au président Lebrun, il n’était composé, outre Blum que de deux ministres juifs et par conséquent ni enjuivé, ni tendancieux.
C’est exact, mais ce qu’ils omettent, c’est la présence de 29 Juifs comme chefs et attachés de cabinets, ainsi qu’une multitude de francs-maçons à tous les postes clefs. » Etc.

SCOOP : LAURENT GLAUZY ET SA PETITE « CONQUETE » DU LECTORAT ESPAGNOL.

Un de mes premiers ouvrages ILLUMINATI : DE L’INDUSTRIE ROCK A WALT DISNEY, LES ARCANES DU SATANISME est traduit en espagnol et devrait sortir dans quatre mois.

Cet ouvrage qui a déjà été traduit en italien, permettra de porter la doctrine catholique et anti-maçonnique dans une terre qui reste celle de regretter Franco, plus jeune général européen, et surtout de Primo Jose Antonio de Rivera (cf. photo)

Si cet ouvrage vous intéresse en langue espagnole, veuillez me communiquer vos coordonnées. Vous serez recontacté au moment de sa parution. Si, aussi, vous connaissez des librairies intéressées en Espagne et en Amérique du Sud, veuillez bien m’en informer.

Il est à rappeler que le traducteur de la version italienne, fondateur du centre San Giorgio, fut perquisitionné à sa sortie.

Par ailleurs, « Les géants et l’Atlantide, révélation de l’archéologie interdite » existe en allemand et en anglais.

La réalité de l’avortement : un terrifiant suicide démographique

Par Jeanne Smits (Reinformation.tv)

Tragique, la réalité de l’avortement en Espagne s’accompagne d’une baisse continue des naissances qui fait du pays l’un de ceux qui se dépeuplent le plus en Europe. Les chiffres révélés par l’office national des statistiques attestent d’un suicide démographique bien réel.

Les données officielles du ministère de la santé parlent de 93.131 avortements volontaires en Espagne en 2016, ce qui représente un taux d’avortements de 10,36 pour 1.000 femmes entre 15 et 44 ans, une proportion en hausse à la suite de l’adoption de la loi Aido qui a institué l’avortement libre jusqu’à 14 semaines de grossesse.

Les chiffres de l’avortement en Espagne : 255 morts par jour

A raison de plus de 255 interventions par jour, le massacre a touché près de 65.000 enfants à naître au cours des 8 premières semaine de grossesse, 22.407 entre la 9e et la 14e semaine, et 5.533 entre la 15e et la 22e semaine. 216 « IVG » ont frappé des tout-petits âgés de 23 semaines ou davantage.

On apprend aussi que près de 800 femmes en étaient en 2016 à leur 6e avortement ou davantage. Et plus de 33.000 femmes avaient subi entre deux et cinq avortements.

Par ailleurs la majorité des avortées de 2016 – 42.520 femmes – n’avaient jamais mené de grossesse à terme.

Le Partido popular (« droite ») affirme mollement son opposition à l’avortement mais son recours devant le Tribunal constitutionnel contre la « loi injuste » qui l’autorise traîne sans réponse depuis huit ans, et une fois au pouvoir il s’est contenté d’une mini-réforme qualifiée de « blague » par les pro-vie en Espagne, puisqu’elle se borne à contester l’anonymat pour l’avortement des mineures de 16 et 17 ans. Par ailleurs le PP a approuvé au Sénat espagnol, l’an dernier, une loi obligeant les services de santé des communautés à assurer l’accès à l’avortement en tant que « prestation et droit assortis de garanties d’équité », qui passent notamment par la gratuité de l’exercice de ce « droit ».

Un suicide démographique qui s’accélère

Pendant ce temps la crise démographique en Espagne atteint les abysses : les dernières statistiques officielles, pour le premier semestre de 2017, affichent une chute des naissances de 6,3 % par rapport à la même période en 2016, le total, 187.703 se situant largement en-dessous du nombre de morts chiffré de janvier à juin 2017 à 219.834, 4,5 % de plus qu’au premier semestre de l’année précédente. Ce qui donne un solde négatif de 32.132 âmes sur cette seule moitié de l’année – près de trois fois plus qu’à pareille époque en 2016.

Si les gens meurent davantage, ils meurent néanmoins plus tard puisque l’allongement de la durée de vie se maintient, le risque de rupture continuant de s’aggraver pour le système public de pensions.