Archives de Catégorie: Planning familial

Unplanned, un film anti-avortement qui cartonne au Box-Office.

TraSuccès américain pour le film anti-avortement Unplanned.

Unplanned.png

Malgré la censure de Twitter qui a suspendu le compte, malgré qu’il ait été classé pour adultes (alors que les jeunes adolescentes peuvent avorter), malgré une sortie dans uniquement 1059 salles américaines, Unplanned, –qui pourrait être traduit par « non planifié », – arrive à la 4e place des ventes du week-end dernier aux États-Unis.

Une victoire pour ce film du distributeur confessionnel Pure Flix. Dirigé par Chuck Konzelman et Cary Solomon, il parle du drame de l’avortement en racontant l’histoire d’Abby Johnson. Directrice à 29 ans d’une clinique de Planned Parenthood, ayant elle-même subi deux avortements, Abby Johnson se retrouve un jour confronter en direct à l’avortement d’une grossesse de 13 semaines avec des ultrasons. Traumatisée et choquée, elle démissionne en quelques jours et s’engage totalement dans la défense de la vie de l’enfant à naître.

« Nous sommes ravis, reconnaissants et touchés », ont déclaré les codirecteurs Cary Solomon et Chuck Konzelman.

« Nous sommes très heureux que le peuple américain ait réagi avec un tel soutien au box-office. Cela nous donne une leçon d’humilité et nous avons hâte de voir ce qui se passera dans les semaines à venir. »

« Le fait de présenter l’histoire d’Abby Johnson au public et de la voir présentée si abondamment, démontre à quel point l’avortement est un sujet important pour l’auditoire », ajoute Michael Scott, PDG de Pure Flix.

« Nous espérons que ceux qui sont des deux côtés du débat verront Unplanned et commenceront à avoir leurs propres discussions. Ce film peut être une étincelle pour amener plus de cœurs et d’esprits à comprendre la valeur de la vie. »

Les grands distributeurs américains, Lifetime, Hallmark Channel, HGTV, parmi d’autres, ont boycotté le film en arguant que le message ne pouvait pas être diffusé en raison de son « sujet sensible ». Twitter a censuré le compte en empêchant les abonnés de le suivre. De nombreuses personnalités américaines ont d’ailleurs protesté auprès de Twitter. L’actrice Patricia Heaton a écrit au PDG de Twitter Jack Dorsey :

« Hey @jack – pourquoi vous ne me laissez pas suivre @UnplannedMovie ? J’ai essayé huit fois de soutenir mon ami @AbbyJohnson et @Twitter ne me laisse pas faire. D’autres ont le même problème. Veuillez corriger cela. Merci. »

L’ambassadeur des États-Unis en Allemagne, Richard Grenell, a partagé une vidéo le montrant suivant le compte du film. Quelques secondes plus tard, son compte a automatiquement arrêté de l’afficher. « Que se passe-t-il @jack ? C’est scandaleux », a-t-il ajouté

Le fils du président Donald Trump, Donald Trump Jr, a partagé la vidéo de M. Grenell avec son propre commentaire :

« Encore un autre exemple des Maîtres des médias sociaux ne laissant pas les gens voir que ce qu’ils veulent qu’ils voient et croient. La censure et les préjugés doivent cesser !!!! »

La sortie de Unplanned en France est prévue prochainement. Pour une fois, un film à soutenir !

Francesca de Villasmundo

7 citations choquantes de Margaret Sanger, la fondatrice du planning familial

Par Becky Yeh de LiveActionNews – traduit par Campagne Québec-Vie

« Il ne faut pas que circule l’idée que l’on veut exterminer la population Nègre. » Margaret Sanger, fondatrice du planning familial, 1939.

En tant que fondatrice de la plus grande chaîne d’avortement des Etats-Unis, l’idéologie de Margaret Sanger pour le planning familial se base sur ce qu’on appelle l’eugénisme, théorie qui consiste en l’élimination de certains peuples.

En tant qu’eugéniste, Sanger a encouragé la stérilisation des personnes possédant peu des caractéristiques recherchées, et a grandement encouragé la reproduction des personnes qui en étaient fortement dotées. Son mépris pour les Noirs, pour les minorités ethniques ainsi que pour les malades et les handicapés a donné naissance à une corporation pour l’avortement qui tire profit du meurtre des plus faibles et des plus vulnérables. Le planning familial est dans son essence même une émanation du désir d’exterminer les personnes jugées « inaptes » à faire partie de l’humanité.

L’idéologie de Sanger a la peau dure. Selon le Guttmacher Institute (ancienne division de recherche du planning familial, évidemment pro-avortement donc) les Afros-américaines sont cinq fois plus susceptibles de recourir à l’avortement que les Blanches. Les cliniques du planning familial sont implantées stratégiquement dans les communautés de minorités ethniques, puisqu’elles visent les Noirs et les groupes minoritaires qui vivent dans la pauvreté. Résultat : l’avortement reste la première cause de mortalité pour la population noire.

Voici une compilation de sept citations choquantes de Margaret Sanger, eugéniste de renommée qui donna naissance à la plus grande entreprise d’avortement à la demande des Etats-Unis.

1) « Il ne faut pas que circule l’idée que l’on veut exterminer la population Nègre. »

1-sanger_margaret.jpg
Margaret Sanger.

Dans une lettre au Docteur Clarence Gambler datée du 19 décembre 1939, Margaret Sanger expose sa vision du « Negro Project », collaboration fraîchement lancée entre l’American Birth Control League (l’ABCL est une organisation fondée par Margaret Sanger en 1921 à New York dans le but de promouvoir le contrôle des naissances) et le bureau de recherche clinique pour le contrôle des naissances de Margaret Sanger. La lettre fait écho aux idéologies eugénistes qui sont encore perceptibles aujourd’hui dans la lignée institutionnelle du planning familial.

D’après mon expérience, il me semble que… bien que les Noirs vouent un grand respect à leurs médecins blancs, ils peuvent plus facilement se rapprocher de leurs propres membres et plus ou moins mettre cartes sur table, c’est-à-dire, finalement, exposer leur ignorance, leurs superstitions et leurs doutes.

Nous devrions engager trois ou quatre ministres de couleur, qui viendraient de préférence du service social et qui auraient du charisme. L’approche en matière d’éducation qui touche le plus le Nègre est l’approche religieuse.

Il ne faut pas que circule l’idée que l’on veut exterminer la population Nègre, et le ministre est l’homme qui peut résoudre le problème si jamais ceux des membres les plus rebelles en venaient à le croire.

2) « J’ai accepté l’invitation à entrer en contact avec la branche féminine du Ku Klux Klan. »

2-margaret-sanger1.jpg

A la suite de son invitation en 1926, Sanger fait un discours lors d’un meeting du Ku Klux Klan à Silver Lake, dans le New Jersey, pour parler de son bonheur à l’issu des nombreuses invitations qu’elle a reçues de la part des groupes suprématistes blancs. On trouve son expérience à la page 366 de son livre, Une Autobiographie :

J’ai accepté l’invitation que m’a faite la branche féminine du Ku Klux Klan à parler… J’ai pu voir les silhouettes pâles de ces personnes paradant avec leurs bannières et leurs croix illuminées… J’ai été escortée jusqu’à la tribune, on me présenta, puis je commençai mon discours… Je crois que finalement, j’avais atteint mon but à travers de simples illustrations. Puis une douzaine d’invitations à parler dans des groupes similaires s’en suivirent.

3) « Ce sont…les mauvaises herbes de l’humanité », « des reproducteurs imprudents », « ils pondent…des êtres humains qui n’auraient jamais dû venir au monde. »

3-margaret-sanger-2.jpg

Dans « Pivot of Civilization », Margaret Sanger écrit ce qu’elle pense des immigrés, des pauvres et de l’erreur idéologique que constitue la philanthropie. Elle déverse son idéologie sur l’hygiène raciale et sociale dans ses écrits sur l’avènement de la race humaine idéale :

Ce sont…les mauvaises herbes de l’humanité, des reproducteurs imprudents, ils pondent…des êtres humains qui n’auraient jamais dû venir au monde.

Les œuvres de bienfaisance elles-mêmes sont le symptôme d’une maladie sociale maligne… Au lieu de diminuer, et d’éliminer, à terme, les stocks (de personnes) qui nuisent le plus au futur de la race et du monde, elles tendent à leur fournir précisément de quoi dominer.

4) « Le contrôle des naissances consiste ni plus ni moins en l’élimination des inadaptés. »

3-Birth-control.jpg
Pilules anti-conceptionnelles. Photo: Beathan.

La formule de « contrôle des naissances » merveilleusement bien choisie par Margaret Sanger implique la volonté sous-jacente de faire cesser la reproduction des indvidus comme « inadaptés ». Dans ses écrits tels que « L’éthique et le contrôle des naissances » et « Le contrôle des naissances et la nouvelle race », la fondatrice du planning familial note que le contrôle des naissances vise principalement à produire « une race plus propre ». Margaret Sanger avait donc en tête de se servir du contrôle des naissances pour empêcher que les individus qu’elle estimait indignes de l’humanité ne naissent :

Le contrôle des naissances est par essence une éthique. Généraliser sa pratique, tout en restant prudent, doit tout d’abord créer un individu plus distingué, et à terme marquer l’avènement d’une race plus propre.

Le contrôle des naissances n’est rien de plus qu’une façon de faciliter le processus d’élimination des inadaptés, et d’empêcher la naissance des individus défectueux et ceux-là qui le deviendront.

5) « Des personnes qui n’auraient jamais dû naître. »

Dans « Le Pivot de la civilisation » et « Un Plan pour la paix », Margaret Sanger décrit la valeur eugénique que représente l’élimination des personnes venant des minorités, des malades et des handicapés grâce à la stérilisation ou à la ségrégation.

Notre échec à séparer les crétins qui ne cessent de se multiplier… montre notre imprudence et notre sentimentalisme extravagant… (Les philanthropes) encouragent les éléments les plus vigoureux et les plus normaux du monde à endosser le fardeau des autres qui se reproduisent à tout va ; ce qui implique du coup le poids mort d’un gaspillage de ressources humaines, et je pense que le lecteur sera d’accord avec moi.

Au lieu d’éliminer progressivement les stocks qui nuisent le plus au futur de la race et du monde, cette philanthropie leur donne un dangereux pouvoir de domination… Nous payons, pire, nous subissons le dictat d’une classe d’individus qui ne cesse de se multiplier, alors qu’elle n’aurait jamais dû voir le jour.

Les principaux objectifs du Congrès de la Population devraient être d’appliquer des mesures fermes et inflexibles en matière de stérilisation et de ségrégation sur cette population particulière, dont la progéniture n’est pas pure, ou dont l’hérédité est telle qu’il se pourrait que certaines caractéristiques inacceptables soient transmises à la progéniture [;] le Congrès devrait également donner à certains groupes dysgéniques de notre population le choix de la ségrégation ou de la stérilisation.

6) « Je pense que le plus grand de tous les péchés est de mettre des enfants au monde. »

Dans une interview de 1957 avec le journaliste Mike Wallace, Margaret Sanger prôna que le plus grand des maux était la volonté de ces familles qui font des enfants. Elle préconisa un système qui exige de chaque famille américaine qu’elle fasse une demande au gouvernement pour avoir un enfant, comme elle le dit à America Weekly en 1934 : il est « devenu nécessaire de mettre en place un système de permission de naissance. »

Je pense que le plus grand des péchés est de mettre des enfants au monde – qui ont des maladies à cause de leurs parents, qui n’auront pas la chance de devenir des êtres humains dignes de ce nom. Des délinquants, des prisonniers, toutes sortes de choses qui sont déjà inscrites à la naissance. Ça pour moi, c’est le plus grand péché que l’on puisse faire.

7) « Mais de mon point de vue, je crois qu’il ne devrait plus y avoir de bébés. »

Dans une interview de 1947 qui apparut via le British Pathé, Margaret Sanger expliquait son désir pour les femmes des pays développés d’arrêter totalement de se reproduire. Quand le journaliste lui demanda si ce ne serait pas un peu surréaliste de demander ça à des femmes qui veulent des enfants mais qui ne pourront plus le faire d’ici une dizaine d’années, Sanger répondit : «Au lieu de se dire que c’est surréaliste, il faut se convaincre que c’est très pratique, très intelligent et humain. »

http://cdn.embedly.com/widgets/media.html?src=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fembed%2F_BG11OHrCDk%3Fwmode%3Dtransparent%26feature%3Doembed&wmode=transparent&url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3D_BG11OHrCDk&image=https%3A%2F%2Fi.ytimg.com%2Fvi%2F_BG11OHrCDk%2Fhqdefault.jpg&key=e1208cbfb854483e8443b1ed081912ee&type=text%2Fhtml&schema=youtube

Alors que les écrits de la fondatrice du planning familial sont imprégnés de ses idéologies radicales, l’empressement du géant de l’avortement à tirer profit des meurtres ciblés des Noirs américains grâce à l’avortement est encore un fait aujourd’hui. Comme l’investigation réalisée incognito par Live Action l’expose, le géant de l’avortement souhaite financer l’anéantissement des populations noires, et ce parce que c’est une activité rentable.

Le docteur Alveda King fait remarquer l’erreur que représente l’idéologie institutionnelle de l’avortement à la demande du planning familial :

Aujourd’hui aux Etats-Unis, c’est le planning familial qui pratique le plus assidument et le plus manifestement le racisme, car le planning familial est une organisation – créée par l’eugéniste qu’était Margaret Sanger – qui est prête à accepter de l’argent en échange du meurtre des bébés noirs.

Une démission qui fait du bruit : Cecile Richards de International Planned Parenthood par Jean-Pierre Dickès

Cecile Richards qui dirige International Planned Parenthood (PP) depuis 12 ans a annoncé qu’elle démissionnait. Sous sa présidence ont été effectués par cet organisme 3,8 millions d‘avortements.

Les spéculations vont bon train sur les raisons de cette décision. L’explication la plus fréquente est la suivante. Le fait qu’elle ait présidé à la vente de morceaux de fœtus va finir par ressortir de l’enquête en cours. Parenthood risque alors de sombrer. En démissionnant elle se présente comme bouc émissaire, se sacrifiant pour « la bonne cause » ou bien pour dégager sa responsabilité.

Par ailleurs le mouvement avait beaucoup investi dans la perspective du succès de Clinton très liée à Richards. Trump ayant été élu, la gestion de Parenthood serait à l’avenir très difficile. Notamment ce mouvement aurait beaucoup emprunté pour aider Clinton sur le plan financier. De plus elle aurait entraîné la trésorerie de Parenthood dans les opérations illégales et risque de tomber sous le coup d’investigations risquant de lui amener de gros ennuis judiciaires. Elle se servait à elle-même un salaire de un million de dollars annuels (équivalent approximatif en euros). De plus les soins prénataux du suivi des grossesses et de dépistage du cancer gynécologiques n’auraient représenté que 2,3 % de l’activité de Parenthood ; alors que le mouvement était largement subventionné pour ces activités périnatales prétendant que les avortements ne représentaient que 3 % de l’activité des centres.

Pour annoncer son départ elle a fait un petit discours mi-figue mi -raisin lors duquel elle s’est vantée de son activité dans le cadre des avortements.

Par ailleurs le nombre des avortements a diminué de manière sensible en Amérique. Les défenseurs de la vie ont monté une opération de prières devant les avortoirs appelée les 40 jours pour la vie. Partie d’une ville du Texas, actuellement174 points de prière se sont joints à cette manifestation. (Lifenews, 17/01/218).

Rappelons que Parenthood avait été fondé par E. Sanger pour limiter la population noire. Profondément raciste, elle-même faisait partie du Klu Klux Klan.

Jean-Pierre Dickès

Est-ce un crime de faire réfléchir sur l’avortement ?

Stéphane Mercier, philosophe, auteur de La Philosophie pour la vie, licencié par l’univesité catholique de Louvain pour avoir dispensé un cours poussant à la réflexion sur l’avortement, est interrogé dans L’Homme Nouveau. Extrait :

MercierLes cadres de l’Université catholique de Louvain ont-ils pris connaissance du cours pour lequel ils vous condamnent ? Que vous ont-ils reproché exactement ?

 

Je ne sais pas s’ils ont lu mon cours, mais, puisque le texte que j’avais mis à disposition des étudiants a été diffusé par les médias, ils pouvaient y avoir accès sans problème. Je n’ai eu aucune indication claire sur ce qui posait problème, puisqu’à chaque question que je posais, on me répondait qu’il ne s’agissait pas de « discuter des détails ». Les cadres m’ont aussi reproché d’avoir fait un cours très polémique devant des étudiants qui n’y étaient pas prêts. Je trouve cela extrêmement désobligeant pour eux et je pense, au contraire, qu’il est tout à fait normal que de jeunes adultes puissent réfléchir à certains sujets de société et notamment l’avortement…. D’autant plus le Planning familial intervient dans les écoles pour diffuser la culture de mort auprès d’enfants qui n’ont que 12 ou 13 ans ! L’Université m’accuse également d’avoir développé un argumentaire trop unilatéral ; pourtant, développer une thèse dans une direction est une manière de travailler tout à fait légitime en philosophie ; et je ne pense pas que l’on m’aurait fait ce reproche si j’avais développé un argumentaire « unilatéral » contre le viol ou le génocide. 

Si l’Université catholique de Louvain s’est rendue coupable d’un véritable scandale en s’opposant publiquement à la doctrine chrétienne sur le respect de la vie humaine, avez-vous au moins reçu le soutien de prêtres et d’évêques ?

J’ai reçu, à titre individuel et privé, le soutien de plusieurs prêtres, mais aussi de Mgr Léonard, archevêque émérite de Malines-Bruxelles, aujourd’hui à la retraite en France. L’évêque de Liège, en revanche, a prétendu à tort que je m’étais mis les étudiants à dos en traitant la question de l’avortement, alors qu’en réalité, ils ne sont qu’une infime minorité à avoir réagi de manière négative. Le cardinal De Kesel, pour sa part, m’a dit en privé que tout ce qui m’arrivait était bien triste, mais il en est resté là. Quant au porte-parole de l’épiscopat belge, il a estimé que ma condamnation de l’avortement était excessive et irrecevable… Peut-être oublie-t-il en quels termes l’Église parle de l’avortement, jusqu’au pape François, qui a qualifié l’avortement de « crime effroyable » ? Les évêques francophones belges ont un titre honorifique au sein de l’Université catholique de Louvain, mais on peut dire qu’ils n’ont rien fait… Ils portent là une lourde responsabilité. […] »