« Ne vous laissez surtout pas vacciner contre la grippe » ! par le Professeur Nicole Delépine.

Le 25 septembre, une cinquantaine de professionnels de santé ont saisi la justice par référé devant le tribunal de première instance de Bruxelles.

https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/vaccin-contre-la-grippe-covid-19-227367

Pourquoi ? Une étude réalisée au sein de l’armée américaine fait état d’un risque d’infection au coronavirus majoré de 36% pour les personnes ayant reçu une vaccination contre la grippe saisonnière par rapport aux personnes n’en ayant pas reçue[1].

Cet article confirme une étude randomisée plus ancienne montrant que la vaccination antigrippale augmentait le risque de contracter une autre maladie virale respiratoire. (Benjamin J. Cowling Increased Risk of Non influenza Respiratory Virus Infections With Receipt of Inactivated Influenza Vaccine Clin Infect Dis. 2012 June; 54 (12): 1778-83 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22423139/ )

Ce phénomène d’interférence virale s’est déjà aussi produit en 2009-2010, avec le H1N1 : à cette époque, les personnes qui avaient reçu un vaccin antigrippal saisonnier avaient deux fois plus de risques de contracter le H1N1 que les non vaccinés[2]. Les autorités canadiennes avaient dû modifier leur recommandation de vaccination antigrippale [3].

Alors que les gouvernements occidentaux ayant le plus mal géré la crise du coronavirus, (France, Espagne et Belgique entre autres) consciemment, pour bloquer toute revendication par la peur, ou inconsciemment, du fait de leur incompétence (moins plausible, la confusion organisée relevant probablement d’une stratégie,) la dernière idée en date du ministre est d’imposer la vaccination antigrippale aux soignants et aux aînés soi-disant fragiles alors que la mortalité par grippe a été en 2020 plus basse que jamais (on peut supposer que les décès par grippe ont été classés covid en raison de la volonté de faire peur au peuple mais aussi de toucher les primes covid pour décès déclarés) , cette décision interpelle et inquiète.

Pourtant dès février-mars, il a été signalé que la région du nord de l’Italie qui souffrait du plus grand nombre de victimes du Covid-19 était celle qui venait de subir une grande campagne de vaccination antigrippale. Dès lors, la possibilité d’une interaction facilitatrice vaccination antigrippale-Covid-19 fut soulevée mais une chape de plomb tomba sur cette information gênante.

En septembre 2020, alors que l’épidémie est manifestement terminée dans toute l’Europe, les gouvernements tentent de faire croire à une deuxième vague avec des tests PCR multipliés sans limites (malgré leur caractère non fiable déjà dénoncé cet été). Ceci pour alimenter la peur, tenter de justifier un futur et hypothétique vaccin, et surtout imposer des mesures coercitives, voire un confinement à la demande des multinationales qui n’ont pas fini de tuer l’économie de base (professions libérales, indépendants, petits commerçants) ni la monnaie et prêchent donc pour l’application à la lettre du plan Ferguson et de Davos. Virus ou pas, il faut faire comme s’il était là. La panique instillée et entretenue constitue le meilleur moyen de contrôler les peuples, comme l’expliquait froidement le sinistre Goebbels.

On assiste depuis près d’un an à une surenchère de mesures liberticides affectant une grande partie des peuples européens en termes sanitaires et démocratiques.
En Belgique, comme en France la tragicomédie de la pseudo-seconde vague basée sur des tests falsifiés a conduit au cinéma de l’obligation généralisée des masques inefficaces, dangereux et liberticides avec des conséquences infectieuses possibles mais surtout psychologiques, isolant les gens les uns des autres, perturbant de façon grave les cours de faculté et l’enseignement scolaire jusqu’au nursing des bébés dans les crèches que l’on prive du sourire de leur soignante. La folie en liberté …

Mais comme le gouvernement français l’a envisagé, les autorités belges ont décidé la vaccination de 2,9 millions de Belges contre la grippe. Si on est en queue d’épidémie, on peut craindre d’aggraver les cas résiduels de coronavirus.
« Une vaccination massive contre la grippe menace non seulement les individus vaccinés, en augmentant leur susceptibilité d’infection au coronavirus (ce qui est d’autant plus grave chez les sujets les plus âgés, déjà les plus vulnérables à ce virus et qui ont déjà aussi payé un lourd tribut avec le confinement !), mais aussi, par voie de conséquence tout leur entourage ainsi que les professionnels de santé qu’ils côtoient. » (Agoravox 27 sept)

« De nombreuses publications et méta-analyses scientifiques concluent à son peu d’efficacité et à l’absence de science qui sous-tend celle-ci. M. ANDERSON et al ont publié une étude « The Effect of Influenza Vaccination for the Elderly on Hospitalization and Mortality : An Observational Study With a Regression Discontinuity Design »[4], qui conclut que « La vaccination antigrippale ne diminue ni la mortalité ni le risque d’hospitalisation ».
Et dans le British Medical Journal : « les études financées par l’industrie sont publiées dans les revues les plus prestigieuses et sont plus citées que les autres études. […] les preuves sérieuses en faveur des vaccins antigrippaux sont minces, mais il existe des signes de manipulation généralisée des conclusions »[5] ou encore : « c’est la croyance et non la science qui est derrière la promotion du vaccin antigrippal  »[6].

Une autre étude récente (2018) a indiqué que les vaccinés contre la grippe excrètent plus de 6 fois plus de particules infectieuses du virus grippal que les non vaccinés [7]… »
« Le site de Sciensano rappelant que la grippe touche tout au plus 10 % de la population avec seulement 1 cas de complication grave (hospitalisation) sur  1000 personnes infectées [8], il faut donc aussi mettre en balance ces 0,01 % de la population susceptible d’être gravement affectés par la grippe et les risques qu’une vaccination traditionnellement peu efficace est susceptible de faire encourir à l’entièreté de la population belge en cas de vaccination de près de 3 millions de personnes qui seront ainsi rendues potentiellement bien plus susceptibles au coronavirus, et donc aussi davantage capables de le transmettre à d’autres, qu’ils soient vaccinés ou non. »

De fait les Belges ont donc posé recours contre cette obligation vaccinale contre la grippe.
« Pour toutes ces raisons, les requérants demandent au tribunal sous peine d’astreintes de suspendre la campagne de vaccination contre la grippe, d’évaluer correctement les risques que celle-ci s’accompagne d’une hausse de cas de covid et de mortalité associée et qu’à tout le moins, les patients et les citoyens soient correctement informés de ce risque, en mesure d’impacter autant la santé et la disponibilité des prestataires de soin que le reste de la société, avec un durcissement possible des mesures restreignant les libertés de tous si cette campagne vaccinale massive contribue à faire augmenter substantiellement le taux de contaminations. » Audience en principe fixée le mercredi 30 septembre à Bruxelles, à 9 h 00.

Nicole Delépine

[1] Wolff GG. Influenza vaccination and respiratory virus interference among Department of Défense personnel during the 2017–2018 influenza season. Vaccine 2020 ;38 :350. Accessible en ligne https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7126676/
[2] Skowronski, PLoS Med 2010 ;7(4):e1000258 https://journals.plos.org/plosmedicine/article?id=10.1371/journal.pmed.1000258
[3] Cunningham, A.S., « Rapid response to: Reporting flu vaccine science (BMJ 2018 ;360: k15). Official doubletalk hides serious problems with flu shot safety and effectiveness ». https://www.bmj.com/content/360/bmj.k15.full
[4] Ann Intern Med. 2020 Apr 7 ;172(7):445-452. doi: 10.7326/M19-3075. Epub 2020 Mar 3. Disponible en ligne : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32120383/
[5] Jefferson T et al Vaccines for preventing influenza in healthy adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue  https://www.cochranelibrary.com/cdsr/doi/10.1002/14651858.CD001269.pub4/abstract
[6] Lenzer, J., « Belief not science is behind flu jab promotion, new report says », BMJ 2012 ;345: e7856
[7] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5798362/
[8] https://www.sciensano.be/fr/sujets-sante/influenza/chiffres

Vidéo n°1 (sur le ras-le bol des soignants, la dramatisation de la maladie, l’oubli du système immunitaire, les traitements entravés et l’inquiétude sur le contexte scolaire problématique pour les enfants) :

Vidéo n°2 (sur les chiffres, la gravité réelle de la maladie et la question des tests) :

Vidéo n°3 (sur les masques) :

RIPOSTE LAÏQUE : https://t.co/uAu0dj6wW4?amp=1

3 Commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s