Omicron : le Calme avant le Tsunami ?

Les taux de cas publiés par la UK Health Security Agency (anciennement PHE) suggèrent fortement que plus les anticorps (Ab) innés sont entraînés, plus ils résistent à la concurrence des Ab anti-S (pike) maux fonctionnels générés par une infection asymptomatique/légère (chez les non vaccinés), ou des Abs vaccinaux (chez les vaccinés).

Cela explique pourquoi l’effet des anticorps anti-S immunosuppresseurs et faiblement fonctionnels sur la promotion de la maladie (c’est-à-dire sur la rupture de l’immunité innée) chez les non vaccinés ainsi que l’effet des anticorps anti-S fonctionnels induits par le vaccin sur la prévention de la maladie chez les vaccinés est plus prononcée dans les groupes d’âge plus jeunes, en particulier chez les enfants (voir les histogrammes en annexe). Par conséquent, les vaccins contre le C-19 semblent avoir un effet net chez les enfants. Cependant, l’efficacité présumée positive du vaccin (EV) est largement surestimée en raison du fait que :

  • une pandémie de variants hautement infectieux circulant de manière dominante (vaccination de masse !) fait qu’une partie relativement importante de la population souffre d’une suppression innée des anticorps exercée par des anticorps anti-S mal fonctionnels.
  • les personnes protégées contre une maladie légère ou modérée n’ont pas été incluses dans l’analyse.
  • les enfants sont dotés d’Ac naïfs (c’est-à-dire sans antigène) qui n’ont qu’une faible affinité pour le SRAS-CoV-2 (1). Plus précisément, l’efficacité « apparente » du vaccin (EV) sera la plus élevée chez les enfants et diminuera avec l’âge.

Tant que l’effet des Ac anti-S mal fonctionnels sur la promotion de la maladie chez les non vaccinés (c’est-à-dire en supprimant les Ac innés pertinents) dépasse la résistance des Ac innés à prévenir la maladie chez les vaccinés (c’est-à-dire en contrant la capacité de neutralisation des Ac innés fonctionnels). anti-S Abs), VE reste positif. Cependant, comme on peut le constater à partir des diagrammes à barres en annexe ci-dessous, l’EV devient négative dans les groupes âgés de 30 à 39 ans et plus, malgré une nouvelle réduction accompagnée du taux de cas chez les vaccinés (à partir du groupe d’âge 40-49 ans).

Il ne fait aucun doute que la distribution en forme de cloche des taux de cas liés à l’âge chez les vaccinés est due à une affinité plus élevée des Ab innés « formés » dans les groupes d’âge plus âgés, qui ont généralement déjà largement échangé leurs Ab innés naïfs contre des Ab innés formés. .

Cependant, alors que l’affinité fortement améliorée des Ab innés entraînés dans les groupes d’âge plus âgés explique probablement une incidence plus élevée de protection légère à modérée contre la maladie chez les individus non vaccinés, le même niveau d’entraînement immunitaire inné chez les vaccinés ne semble pas suffire pour atteindre une réduction similaire des cas (voir les diagrammes ci-dessous pour le taux de cas chez les vaccinés par rapport aux non-vaccinés dans les groupes âgés de 40 à 49 ans et plus).

Il est raisonnable de supposer que l’effet bénéfique des Ab innés avec une affinité plus élevée ne suffit pas à prévenir une maladie légère ou modérée dans une partie comparable/similaire de la population vaccinée en raison d’un certain niveau de suppression de ces Ab innés (par les Ab vaccinaux). De plus, l’expansion croissante des variantes qui ont une capacité croissante d’échapper à la neutralisation des Abs diminue encore la VE. Par conséquent, plus le SRAS-CoV-2 échappe à la neutralisation des Abs vaccinaux et plus le niveau d’entraînement immunitaire inné de la population est prononcé (dont le plus élevé parmi les groupes d’âge plus âgés et les populations soumises à des programmes de vaccination de masse moins agressifs), plus les Ab innés pourrait surpasser les Abs vaccinaux en se liant aux virions du SRAS-CoV-2.

Cela suggérerait déjà qu’une variante résistante au vaccin comme Omicron, par exemple, provoque une évolution plus bénigne de la maladie chez les vaccinés qui, avant leur vaccination, ont eu amplement l’occasion (par exposition) de développer leur immunité innée – c’est particulièrement le cas pour ceux appartenant à des groupes plus âgés (car l’entraînement parmi ces individus entraîne le déclenchement de cellules mémoire B sécrétant des IgM qui libèrent des Ab innés d’une plus grande affinité).

Cependant, il ne peut être exclu qu’Omicron provoque une évolution plus grave de la maladie chez les personnes qui ont été inscrites à des campagnes de vaccination de masse agressives lancées plus tôt dans la pandémie (par exemple, en Israël, au Royaume-Uni, aux États-Unis), ou qui appartiennent à des groupes d’âge qui auront besoin de plus d’entraînement de leurs abdominaux innés pour atteindre un niveau d’affinité plus élevé (par exemple, les enfants).

En tout cas, les vaccinés seraient plus touchés que les non vaccinés car, contrairement à ces derniers, la vaccination dans un contexte de pandémie de variants hautement infectieux empêche les vaccinés de perfectionner leur système immunitaire inné (1). En effet, les boosters naturels fournis par le virus circulant maintiennent l’effet immunosuppresseur des titres d’Ab spécifiques à S sur les Ab innés pertinents des vaccinés.

D’un autre côté, une incidence accrue d’infections légèrement symptomatiques chez les vaccinés conduira finalement à un ratio plus élevé de vaccinés dotés de titres post-infection d’Ab immatures dirigés contre la protéine de pointe d’Omicron. Cela entraînera probablement des vagues de maladies plus graves chez les vaccinés et, malheureusement, incitera le déploiement d’une vaccination de masse avec des vaccins mis à jour qui correspondent à la constellation antigénique de la protéine S d’Omicron.

J’ai déjà prévenu qu’une décision aussi malheureuse risquerait de déclencher un tsunami de maladies graves et de décès (2), principalement chez les enfants vaccinés et ceux qui ont été vaccinés avant que leurs cellules B sécrétant des Ab innées n’aient acquis une expérience suffisante du CoV.

References

  1. https://www.anhinternational.org/news/feature-the-scientific-case-for-an-immediate-halt-to-covid-vaccination-of-children/
  2. https://trialsitenews.com/continued-mass-vaccination-will-only-push-the-evolutionary-capacit-of-sars-cov-2-spike-protein-beyond-the-omicron-version/

Voice For Science
and Solidarity
:

By

Geert Vanden Bossche

Geert Vanden Bossche :

Omicron: The calm before the tsunami? :

https://www.voiceforscienceandsolidarity.org/scientific-blog/omicron-the-calm-before-the-tsunami


5 Commentaires

  • Un tsunami qui devrait s’appeler MARBURG

    Vous avez peur d’Ebola (« fièvre » hémorragique) ? Alors, vous allez adorer MARBURG…

  • Sincèrement nous perdons notre temps à vouloir prouver que ce covid est un vilain petit méchant qui varie selon ses humeurs en fonction de l’alphabet grec, et qui attaque vaccinés et non vaccinés, ensemble ou au contraire au choix ! Je crois que cette affaire est un miroir aux alouettes, que la réalité n’a rien à voir, que nous allons vers un abattoir programmé alors qu’on nous fait croire qu’il s’agit d’une promenade en camion !!!

    • Objectif : 8 – 7,5 = 0,5 … (selon « Sainte Georgia »)
      Le chiffre qu’ILS ont prévu est astronomique : 7.500.000.000 de morts.
      C’est une EXTERMINATION (par injection).

      Il n’y aura que 5 à 6% de survivants, et ça ne fait pas beaucoup… Dans la rue, comptez 95 personnes et dites-vous qu’elles vont toutes mourir d’ici à quelques années (une décennie max).

      QUI n’en fera pas partie ?

  • Pour tous les rigoristes semi pervers narcissiques qui attendent les « châtiments « en se léchant les babines (J’en ai connu), tel de faux dévots démoulés du matin qui réclament une bonne crucifixion, l’actualité doit leur donner des vapeurs.

    Quoi que…

    « Car il y aura une condamnation sans miséricorde sur celui qui n’aura point usé de miséricorde «
    Jacques 2-13

    Pour tous les autres qui carburent plutôt à l’amour de Dieu : On peut écouter avec intérêt Nathalie Saracco ( chaine You Tube ), qui a rencontré son créateur lors d’une NDE ou expérience de mort imminente.

    Salutation et merci Nathalie.

    La fin des temps par Nathalie SARACCO :

    https://youtu.be/gcBKxOIZco4

Laisser un commentaire