Une commune alsacienne produit sa propre énergie et ne paie plus de factures d’électricité. Vidéo.

Alors que la crise énergétique plombe les factures de toutes les collectivités du pays, la commune alsacienne de Muttersholtz a trouvé la parade. Depuis plusieurs années, la mairie écologiste enchaîne les rénovations et les travaux, en installant notamment une minicentrale hydroélectrique, pour produire aujourd’hui trois fois plus d’énergie qu’elle n’en consomme.

À l’heure de la crise énergétique et alors que de très nombreuses communes en France sont asphyxiées par l’explosion de leurs factures de gaz et d’électricité, une petite commune alsacienne tire son épingle du jeu : Muttersholtz, dans le Bas-Rhin, près de Sélestat. Dirigé par un maire écologiste depuis 8 ans, ce village de 2.200 habitants a anticipé la crise et produit aujourd’hui toute l’énergie dont elle a besoin pour fonctionner… et même plus !

« On produit trois fois plus d’énergie qu’on en consomme »

À la sortie de Muttersholtz coule une rivière, surplombée par une minicentrale hydroélectrique, construite il y a trois ans. C’est grâce à elle que cette commune échappe aujourd’hui à la crise énergétique. « On produit trois fois plus d’énergie qu’on en consomme, donc on est autonomes à 100% », se félicite Julien Rodrigues, secrétaire général de la commune. « La mairie, l’école, la salle des fêtes et tout l’éclairage public sont intégralement alimentés par cette turbine : nous n’avons donc plus de facture d’électricité », se réjouit-il.

43.000 euros d’économies d’énergie par an

En ayant gagné son indépendance énergétique, Muttersholtz fait environ 43.000 euros d’économies par an. « C’est quand même formidable », lance Michel Renaudet, premier adjoint au maire écologiste de la commune. Depuis plusieurs années déjà, grâce à de nombreuses aides de l’État et de la Région, la mairie a aussi fait isoler ses bâtiments les plus anciens, installer du triple vitrage, des panneaux photovoltaïques, une chaudière à bois. L’éclairage public est entièrement à LED et éteint la nuit. « Mutterscholtz n’a pas attendu la crise pour se mettre à la sobriété », résume l’élu.

Mais est-ce faisable partout ?

Michel Renaudet est convaincu que beaucoup de villes pourraient suivre l’exemple de sa commune. « Tout le monde ne pourra pas mettre de centrale hydroélectrique », admet-il, conscient de sa chance d’avoir une rivière et une chute d’eau toutes proches. « Mais en matière de sobriété, d’isolation, de production photovoltaïque, cela laisse quand même ouvert le champ des possibles pour beaucoup de communes », estime-t-il.

Le surplus d’énergie produit à Muttersholtz est revendu et sert actuellement à rembourser le coût de tous les travaux engagés ces dernières années. Mais d’ici à quelques années, lorsque la centrale hydroélectrique et les panneaux photovoltaïques seront amortis, la commune pourra même en tirer des bénéfices.

Europe 1 : https://www.europe1.fr/societe/une-commune-alsacienne-produit-sa-propre-energie-et-ne-paie-plus-de-factures-delectricite-4145827


Ces usines et magasins qui ferment à cause des prix de l’énergie

Depuis quelques mois, certaines usines et magasins sont obligés de fermer à cause de la flambée des prix de l’énergie ; d’autres réduisent leur voilure.

La flambée des prix de l’énergie ne touche pas que les particuliers. Certaines usines, ou des commerçants ou des structures de loisirs, se voient contraints de suspendre leur activité, voire de mettre la clé sous la porte. Un malaise lorsque l’on promeut le Made in France.

Flambée des prix de l’énergie : les industries n’arrivent pas à suivre

Les exemples se multiplient dans la France entière, d’usines ou de commerces qui ne peuvent plus payer les factures d’énergie. C’est le cas d’industries particulièrement énergivores, comme la métallurgie ou la verrerie, mais également de plus petits commerces de proximité.

L’usine Duralex suspend son activité, d’autres ferment

Dans le Loiret, l’usine Duralex qui fabrique les célèbres verres a annoncé sa fermeture pour cinq mois ; chez Arc, qui fabrique aussi des verres, la production a été divisée par deux. Dans le Nord, l’aciérie LME risque de fermer à partir de la fin du mois d’octobre. En septembre, près de Nancy, une fonderie a annoncé sa fermeture. Le Mouvement des Entreprises de Taille Intermédiaire annonce que si les prix ne reviennent pas à la normale, ce sont 50 % des industries qui risquent de fonctionner en sous-régime, et 7 % risquent de fermer.

Difficile de savoir comment ces industries vont passer l’hiver, dans un contexte global de fortes tensions énergétiques. Une situation inquiétante pour les salariés et dirigeants de ces industries, et un échec du Made in France ?

Les secteurs du loisir ne sont pas en reste. Certaines stations de ski se demandent déjà si elles pourront ouvrir cet hiver, alors que certains opérateurs qui gèrent des piscines ou des patinoires annoncent des fermetures de leurs structures, car elles n’arriveront pas à chauffer (ou refroidir) correctement leurs établissements.

Les commerçants également durement touchés

Du côté des commerçants, même son de cloche. Dans le Forez, deux magasins ont fermé en septembre, quelques jours après leur fermeture : en cause, des factures d’électricité de 15.000 euros impossibles à payer. Dans le Nord, deux boulangeries ferment à cause de l’inflation : « les facture ont augmenté de 40 % » estiment les gérants. Les boulangeries font partie des commerces les plus touchés par la hausse des prix, car elles sont concernées à la fois par la hausse des matières premières et par celle de l’électricité nécessaire pour cuire leur pain.

Ce sont également des supérettes, des glaciers, des brasseurs qui ont été contraints de mettre la clé sous la porte après des factures d’électricité « qui avaient triplé » pendant l’été.

Si les magasins ne ferment pas, ils tournent au ralenti : des nombreuses enseignes de grande distribution ont annoncé réduire leurs horaires d’ouverture pour limiter leurs consommations d’énergie. Ainsi, les magasins Super U, Leclerc et Lidl sont prêts à fermer une heure plus tôt le soir ; certains magasins Carrefour n’ouvriront pas le dimanche. En effet, un magasin qui reste ouvert jusqu’à 21 heures en plein hiver consomme de l’énergie et du chauffage de manière excessive lorsque la nuit et le froid sont à leur maximum.

Ce jeudi 6 octobre, un décret a annoncé la fin des publicités lumineuses entre 1 et 6 heures du matin. De même, à partir du 15 octobre, les enseignes de grande distribution devront éteindre leurs lumières et baisser leur chauffage le soir. Des mesures, elles, de bon sens dans un contexte global d’économies d’énergie.

Si l’on ne peut que déplorer les fermetures d’usines et de commerces sur le territoire français, il est intéressant de voir que des mesures de sobriété énergétique peuvent se mettre en place devant l’urgence. L’incitation à la consommation débridée – magasins ouverts le soir, le dimanche, publicités lumineuse et magasins allumés toute la nuit – doit être restreinte de façon durable. Reste à savoir si ces mesures d’urgence suffiront à éviter les pénuries d’énergie cet hiver…

Conso Globe : https://www.consoglobe.com/magasins-ferment-prix-energie-cg


ILS sont plus sales qu’une cheminée non ramonée depuis 1 siècle.

Mais que chacun se rassure :

Pour le Panier de Runachier TOUT VA BIEN !

https://t.co/xk0o3w6KtY

Pour l’assassin des Gilets Jaunes également !

Quelle INFLATION ?

L’important, c’est qu’il ne faut surtout pas que les cafres aient Faim et Froid !

Avoir Froid et Faim en Occident est du complotisme !

Faisons rentrer plus de cafres, ça ira mieux !!!!


4 Commentaires

  • Le problème étant que les français se couchent systématiquement. On ne peut rien faire avec un peuple qui a perdu toute vitalité, toute combattivité.
    Regardez pour l’énergie, ils ferment boutique au lieu d’aller demander des comptes, ils se laissent faire, ils se laissent tondre, ils se laissent piquer, ils se laissent endormir, ils se laissent condamner. Et il en va de même pour tout.
    Comment voulez-vous que le sadisme de nos élites ne soit pas excité avec un tel comportement de soumis ?
    Il n’y a quasiment plus d’hommes ou de femmes debout dans ce pays.

  • Hello, suis alsacien, merci de cette excellente nouvelle!! Suite de la MISE A BAS DE LA MONDIALE IGNOMINIE QUI NE FERA PAS DU TOUT  »’NOUVEAU MONDE ». :1° BANCEL PDG FRANÇAIS EST AUX ARRETS AUX USA, SOURCE BAXTER, 2) la VIDEO DE LA PAON des zons de Bridget Brink, ambassadrice des Etats-Unis en Ukraine, de vendredi 14 octobre, a été ENVOYEE par l’Us Jag à NANCY PELOSI, KAMALA HARRIS ET BIDEN, AVEC LEGENDE : ’’C’EST CE QUI ATTEND LES TRAITRES qui cherchent à éroder la constitution américaine’’. C’est la 28e paon des zons pour trahison ou patents crimes par l’Us Jag. 3) votre article du jour sur rot de child: Le dollar étant à peu près foutu, et son prince Charles étant terrorisé par ce qui l’attend, LE ROT DE CHILD de GB A PREFERE LE SUICIDE A UN PROCES PUBLIC. Pour les cons, il sauve son honneur, et pour les bien éveillés, il s’est donné à son maitre!! La comprenette arrive comme arrive depuis la nuit des temps, chaque jour, le jour sur la Terre en rotation!! FAUT JUSTE QUE LES HUMAINS REGARDENT CE QUE LA LUMIERE MET EN EVIDENCE! GLOIRE A DIEU!! ’

  • Excellente initiative communale!

    Bossuet… Sans vouloir me faire juge des hommes illustres du complexe « Siècle des Lumières », je ne comprends pas cette admiration sans réserve pour Bossuet dans les milieux traditionalistes. Sans doutes justifiée à certains égards, mais non sans mise en garde.

    Il était certes excellent orateur et a fait de magnifiques discours, mais éloquent ou grandiloquent ne signifie pas toujours édifiant. Confesseur de Louis XIV et prédicateur à la cour de Versailles, on ne peut pas certifier que ces sermons aient porté beaucoup de fruits…

    Responsable de l’éducation du Grand Dauphin pour laquelle il a dépensé une débauche de moyens, là encore le fruit est très discutable. Il a dégoûté son élève tant pour l’étude que pour la religion, et pour presque tout en hormis la chasse et les plaisirs de la chair, en ayant fait quelqu’un de triste, effacé et petit, infatué de ses rares succès. De nos jours, ce type de pédagogie reste très en vogue dans les milieux tradis chez qui elle continue à faire des ravages, tant pour l’éducation des enfants que pour la direction spirituelle.

    Pour prendre une comparaison chez ses contemporains, la pédagogie de Fénelon a porté un bien meilleur fruit. Il était notamment responsable de l’éducation du Petit Dauphin, et a réussi à transformer un enfant pourtant mal disposé en jeune homme accompli, enjoué et sincèrement pieux. Mais Fénelon est très décrié dans nos milieux, sans doutes à juste titre pour des prises de positions qu’il a prises par ailleurs.

    On considère Fénelon comme une sorte de précurseur de la Révolution, parce qu’il a beaucoup influencé Louis XVI avec des idées un peu parlementaires, mais on oublie que Bossuet, avec la Déclaration des quatre articles qu’il a faite signer à tout le clergé français, est directement précurseur de la Révolution française selon les mots prophétiques du Pape Innocent XI. Si la papauté n’avait pas eu d’égards particuliers envers la France et peur de reproduire le schisme anglican à une époque ou son autorité battait de l’aile, on aurait connu le même sort que les anglais.

    Jansénisme et Gallicanisme sont les deux poisons de la France pré-révolutionnaire qui continuent encore à nous influencer sous une forme ou une autre, à la grande joie de nos ennemis.

Laisser un commentaire