Archives de Catégorie: Déclin

Le mensonge moderne par Dé-Darwinisez-vous

Notre monde prétend être moderne parce qu’il détruit, une a une, les barrières qui avaient été érigées, à juste titre par l’Église, afin de fonder la Civilisation. Ce pseudo-progrès (à ne pas confondre avec le progrès technique) dont se vantent ses promoteurs n’a rien d’un progrès, il est une régression, une décadence, une destruction de la Civilisation.
On se plaint des dérives d’une économie sans entraves, de moeurs sans entraves, d’une science sans entraves etc. L’équilibre, le juste-milieu, la pondération et la mesure correspondent, pour chacune de ces dérives modernes, à la position de l’Église.
L’homme Révolté cherche à ériger ses propres règles, à fixer ses propres limites, à définir son propre monde, son idéal de perfection. Il ne veut plus se plier à un ordre naturel d’origine divine mais veut décider, par lui-même, de ce qui est bien et de ce qui mal. En faisant cela, en réitérant l’Antique péché du vieil Adam, en adoptant ce relativisme absolu, il ne chemine pas vers un utopique paradis terrestre mais vers un authentique enfer.

Nous régressons depuis la Renaissance vers ce que le monde Antique avait de plus barbare et de plus irrationnel. De très bonnes choses ont été produites par ce monde Antique païen et ces éléments ont tous été récupérés et sanctifiés par l’Église. Le monde chrétien doit beaucoup au passé païen, mais avait su se préserver de ses erreurs.

L’évolutionnisme n’est pas un progrès mais une régression de la science, un retour à des croyances antiques irrationnelles et magiques. Ce pseudo-rationalisme moderne qui limite le réel à l’observable, au mesurable ou au quantifiable n’est pas un progrès mais une destruction de l’intelligence. Le rationalisme moderne n’a rien de rationnel, il relève de la pensée magique.
Alain Pascal a magistralement démontré dans son œuvre la filiation directe entre les philosophes (et scientifiques) modernes, soit disant rationnels, et les occultistes, les kabbalistes et autres magiciens antiques. Il a démontré que cette erreur moderne, héritée des erreurs antiques pouvait se résumer en un seul terme: le monisme.

Le mensonge moderne consiste à faire croire que le monde est en progrès depuis l’avènement de ces temps nouveaux alors qu’il régresse, petit à petit, vers la barbarie et l’irrationnel.
Ce monde a cherché à s’affranchir de toute loi Transcendante, à cherché à libérer l’humanité d’un Dieu qu’il considère comme tyrannique. En faisant cela, il n’a hélas libéré personne, mais a réduit l’humanité en esclavage.

La Vérité vous rendra libre.
Ce culte moderne du progrès est une régression, c’est sa chute qui sera un progrès

LE REVEIL BRUTAL DE L’ ACTIVISTE ALLEMANDE REBECCA SOMMER

LE REVEIL BRUTAL DE L’ ACTIVISTE ALLEMANDE REBECCA SOMMER
Vu sur le site :

https://reinformation.tv/reveil-activiste-allemande-pro-refugies-rebecca-sommer-bault-79950-2/

Rebecca Sommer a fondé en 2012 l’association d’aide aux réfugiés Arbeitsgruppe Flucht + Menschen-Rechte (AG F+M). A la fin de l’été 2015, cette artiste, photographe et journaliste auteur de documentaires applaudissait la décision d’Angela Merkel d’ouvrir en grand les frontières de l’Allemagne aux « réfugiés » bloqués en Hongrie, malgré l’effet de pompe aspirante que cela devait créer. « A ce moment-là, je voulais aider chaque personne et je croyais vraiment que tous ces gens fuyaient un enfer et se trouvaient dans la détresse la plus absolue », a expliqué l’activiste allemande dans une interview publiée par l’hebdomadaire conservateur polonais  Do Rzeczy  le 15 janvier dernier à qui elle à parlé de son réveil face à la réalité.

En 2015, son ONG comptait près de 300 bénévoles qui donnaient des cours d’allemand aux nouveaux arrivants. Si elle dit aujourd’hui n’avoir jamais été en faveur d’une immigration illimitée, avant sa prise de conscience la militante des droits de l’homme Rebecca Sommer n’en était pas moins très attirée par l’apport multiculturel de cette immigration de masse, comme le montre cet article publié en décembre 2015 par un journal berlinois et repris sur le site de l’ONG AG F+M.

Les agressions sexuelles de Cologne ont marqué le début du réveil des bénévoles

 
La prise de conscience de cette représentante typique des activistes droits-de-l’hommistes bien ancrés à gauche date de la Saint-Sylvestre 2015 à Cologne. Elle a bien dû reconnaître à ce moment-là, ainsi 
qu’elle l’avoue sans détour au site anti-islamisation polonais euroislam.pl, que les comportements des agresseurs nord-africains et moyen-orientaux de Cologne s’inscrivaient tout à fait dans la culture musulmane des nouveaux arrivants qu’elle avait elle-même rencontrés jusqu’ici : « C’est le moment où je me suis dit : “Rebecca, tu dois maintenant mettre le holà, ne serait-ce qu’en tant que militante pour les droits des femmes.” »

Auparavant, se justifie Rebecca Sommer, « Je croyais que [leur] vision moyenâgeuse allait changer avec le temps […] mais après avoir vu ces situations se répéter et avoir observé ce qui se passait autour de moi, bénévole, j’ai dû reconnaître que pour ce qui est des réfugiés musulmans, ils ont grandi avec des valeurs totalement différentes, ils ont subi un lavage de cerveau depuis l’enfance et sont endoctrinés par l’islam et n’ont absolument pas l’intention d’adopter nos valeurs. Pire encore, ils nous regardent, nous les infidèles, avec dédain et arrogance. »

Des réfugiés « arrogants » selon Rebecca Sommer

 
Dans son interview pour le site euroislam.pl, l’activiste pro-réfugiés précise que le mépris pour les modes de vie occidentaux et pour les femmes ne concerne pas que les musulmans pratiquants, mais la majorité de ceux qui ont grandi au sein de la culture musulmane. Elle parle aussi de sa grande déception quand elle s’est aperçue comment un groupe de « réfugiés » qu’elle avait personnellement aidés et qu’elle croyait être ses amis pratiquaient avec elle la taqqiya. « Je me suis brutalement aperçue que ces gens que j’avais aidés, qui mangeaient, buvaient, dansaient et riaient avec moi, qui ne priaient pas, qui n’allaient pas à la mosquée, qui ne respectaient pas le ramadan, qui se moquaient de la religion et des personnes profondément religieuses, ne m’appelaient pas autrement que « la stupide putain allemande » quand ils mangeaient ma nourriture et se reposaient dans mon jardin. » Elle reconnaît toutefois qu’elle avait été prévenue par des Arabes et des Kurdes arrivés eux aussi récemment en Allemagne justement pour fuir l’oppression musulmane.

Rebecca Sommer affirme ne pas être un cas isolé, que de nombreux autres bénévoles ont aussi eu cette même prise de conscience tardive et qu’il y a beaucoup moins de bénévoles prêts à travailler avec les nouveaux arrivants aujourd’hui en Allemagne. Elle reconnaît aussi que, par leur nombre, ces immigrants musulmans sont une menace pour le mode de vie des Allemands, et que cela va empirer avec le regroupement familial.
 L’activiste Rebecca Sommer connaît personnellement des personnes qui s’apprêtent à émigrer d’Allemagne vers la Pologne pour fuir l’insécurité

 
Elle a d’ailleurs confié à l’hebdomadaire polonais 
Do Rzeczy connaître personnellement des Allemands qui s’apprêtent à émigrer en Pologne parce qu’ils en ont assez, et elle a ajouté : « Si la Pologne et la Hongrie ne cèdent pas sur cette question, vous pouvez devenir des pays vers lesquels s’enfuiront certains Allemands et Français. Vous pouvez devenir des îlots de stabilité en Europe. »

Des îlots de stabilité mais aussi de démocratie, car Rebecca Sommer constate aussi que la démocratie n’existe plus vraiment en Allemagne. Son réveil sur ce plan date également de l’épisode de Cologne, quand les médias n’ont pas pris la défense de la société allemande mais sont au contraire devenus partie intégrante d’un système malade, et quand la police, sous la pression des dirigeants politiques, a cessé d’informer les citoyens. Et la nouvelle loi allemande qui oblige les réseaux sociaux à bloquer les contenus prétendument haineux a accentué la censure. C’est ainsi que, quand la militante des droits de l’homme a voulu dénoncer des conversions forcées à l’islam en Indonésie, son compte a été bloqué. Ce n’est d’ailleurs sans doute pas un hasard si c’est à des médias polonais qu’elle se confie aujourd’hui, car quel média allemand accepterait-il de publier de tels propos ?

Le réveil d’une gauchiste pro-réfugiés face à l’islam

 
Le problème, pour Rebecca Sommer, c’est aussi que les Allemands ne cherchent pas du tout à imposer leurs propres normes aux nouveaux arrivants. « Nous avons un énorme problème avec la gauche et les Verts » pour qui « il n’y a pas de culture allemande ». Cette Berlinoise n’ose plus sortir seule pour la Saint-Sylvestre et elle a déjà été agressée cinq fois par des hommes parlant l’arabe !

Elle pense que pour l’Allemagne, c’est déjà trop tard, et elle compte émigrer pour sa retraite. L’islam politique est déjà présent partout, y compris au gouvernement, dans les partis politiques, dans la police et dans les écoles, et avec le regroupement familial des millions d’immigrants musulmans supplémentaires vont venir. Dans la capitale allemande où elle réside, des quartiers entiers sont déjà dominés par la communauté musulmane qui forme une société parallèle.

« Tous ceux qui vivent à Berlin et s’occupent des immigrants voient ce problème. La seule exception, ce sont ceux qui ne veulent tout simplement pas le voir parce qu’ils sont adeptes d’une idéologie et sont aveugles et sourds à la réalité », conclut Rebecca Sommer dans son entretien avec Do Rzeczy. 

Olivier Bault

 
réveil activiste allemande pro réfugiés Rebecca Sommer

Le réveil de Rebecca Sommer, activiste allemande pro-réfugiés : «Pour l’Allemagne, c’est déjà trop tard.»

EVOQUER LE BAPTÊME DE CLOVIS A L’ ECOLE = MORT PROFESSIONNELLE

Evoquer le Baptême de Clovis à l’ école devient UNE INFRACTION qui met DIRECT l’ Enseignant DEHORS DE L’ ETABLISSEMENT.

Il ne devient juste « Bon » qu’à faire des remplacements !

C’est une information qu’a diffusée France Bleu Berry le 29 décembre dernier, en rappelant dans sa rétrospective de l’année l’affaire de l’instituteur de Malicornay (Indre) sanctionné pour avoir lu et commenté en classe des passages de la Bible. J’ai consacré pas moins de 8 articles à cette affaire, le dernier est ici.

Mathieu Faucher, l’instituteur sanctionné prépare un livre sur son affaire. On l’attend avec intérêt…

En juin dernier, Mathieu Faucher, instituteur à Malicornay dans l’Indre était sanctionné par sa hiérarchie pour avoir lu en classe à ses élèves de CM1 et CM2 des extraits de textes religieux. Il a été muté d’office mais le professeur a saisi la justice pour tenter de faire annuler sa sanction.

Mathieu Faucher a déposé cet été un référé suspension devant le tribunal administratif pour contester la décision de l’Inspection académique. Celle-ci estime que le professeur est allé trop loin dans sa démarche : « la répétition et l’intensité des séances pose problème » dit sa hiérarchie. Mathieu Faucher juge lui que le fait religieux fait partie de la culture générale et qu’il doit être enseigné aux élèves.

« Dans les années 1960 lorsque mon grand-père lui-même professeur abordait dans sa classe le baptême de Clovis, vous n’aviez pas un seul élève qui levait la main en disant, c’est quoi un baptême ? Aujourd’hui sur 25 élèves j’en ai 20 qui vont lever la main, il y a une culture qui n’est plus transmise, il est nécessaire que l’école publique apporte cette culture afin de ne pas couper les jeunes générations de 1 500 ans d’histoire ». 

Même s’il a été sanctionné, l’instituteur continue toujours d’enseigner mais en tant que professeur remplaçant dans les écoles du département, il est en train d’écrire un livre pour raconter sa version des faits depuis le début de l’affaire et il espère pouvoir le publier courant 2018. Il assure qu’il est soutenu dans sa démarche par le philosophe Régis Debray.

Source : France Bleu Berry, 29 décembre 2017

La Chine poursuit ses avortements forcés malgré son déclin démographique

La Chine est peut-être passée d’une politique de l’enfant unique à une politique de deux enfants, mais les avortements forcés et les avortements sélectifs se poursuivent dans le cadre de la révision des règles de contrôle de la population.

La Commission exécutive du Congrès chinois a publié son rapport 2017, qui contient des documents sur la poursuite de l’avortement forcé dans le cadre de la politique de deux enfants de la Chine. En outre, le gouvernement chinois indique que l’avortement sélectif des petites filles se poursuit dans le cadre de la nouvelle politique.

Lorsque le gouvernement communiste chinois a annoncé qu’il mettait en place une politique de deux enfants, les médias ont proclamé que la Chine avait abandonné sa politique de l’enfant unique. Mais dans le cadre de la politique de deux enfants, les femmes célibataires sont toujours avortées de force, tout comme les troisièmes enfants.

La politique de planning familial chinois comprend des dispositions qui exigent que les couples soient mariés pour avoir des enfants et les limitent à deux enfants par ménage. Le contrôle coercitif de la population reste au centre du nouveau règlement: les autorités continuent de faire respecter les objectifs de planification démographique en utilisant des méthodes telles que les amendes lourdes, la perte d’emploi, la détention arbitraire et l’avortement forcé.

Certains règlements provinciaux sur la planification de la population ont continué d’ordonner explicitement aux fonctionnaires de pratiquer des avortements, souvent appelés « mesures correctives » (bujiu cuoshi) pour les grossesses [illégales].

En outre, la Commission nationale de la santé et de la planification familiale (NHFPC) a confirmé à plusieurs reprises que les «frais d’indemnisation sociale» pour les grossesses illégales ne sont pas abolis, ce qui signifie le maintien des amendes pour ceux qui donnent naissance à un troisième enfant. Ces amendes peuvent représenter dix fois le revenu annuel moyen des habitants de cette localité.

La politique de deux enfants a remplacé celle de l’enfant unique parce que le gouvernement chinois a constaté qu’il se dirigeait vers un double désastre démographique.

Premièrement, la Chine a une population âgée en forte hausse, couplée à une main-d’œuvre en déclin qui ne peut pas la soutenir. Selon le Quotidien du Peuple, contrôlé par le gouvernement, d’ici 2050, la population âgée en Chine atteindra 483 millions, soit le tiers de la population totale de la Chine.

Deuxièmement, l’avortement sélectif des filles s’est poursuivi.

Selon un rapport du Bureau national des statistiques, le ratio à la naissance en 2015 était de 113,5 garçons nés pour 100 filles nées. Un tel ratio biaisé ne pouvait être atteint que par l’avortement sélectif. Pendant ce temps, on estime qu’il y a en Chine 33 à 37 millions d’hommes de plus que de femmes, un déséquilibre dangereux qui conduit au trafic sexuel à partir de plusieurs nations vers la Chine pour le mariage forcé ou l’exploitation sexuelle commercialisée.

Pendant ce temps, la politique de deux enfants a donné des résultats décevants, fournissant plus de 1,5 million de naissances de moins par an que prévu. Le taux de natalité de la Chine reste « dangereusement bas », 1,5 enfant par femme en 2015, bien en dessous du niveau de remplacement de 2,1. Beaucoup de gens ne veulent tout simplement pas avoir un deuxième enfant, en grande partie parce que c’est considéré trop coûteux.

Même avec la politique de deux enfants, la Chine reste fermement sur la voie de la catastrophe démographique. Le problème de la population chinoise n’est pas qu’il y ait trop de monde. C’est qu’il y a trop peu de jeunes et trop peu de femmes. La Chine a désespérément besoin de bébés. Ils devraient offrir des incitations pour que les couples aient des bébés, et ne pas avorter de force des grossesses dites «illégales».

Dans ces circonstances, il n’y a absolument aucune excuse pour continuer un programme de contrôle coercitif de la population.