Archives de Catégorie: Lourdes

Sainte Bernadette Soubirous

Aujourd’hui nous fêtons Sainte Bernadette, soyons en Union de Prière avec Notre Sainte.

Bernadette Soubirous (Bernadeta Sobirons en Gascon), de son vrai nom Marie-Bernarde Soubiroux (Maria Bernada Sobeirons), née le 7 janvier 1844 à Lourdes, et décédée le 16 avril 1879 à Nevers, est une sainte catholique, célèbre pour avoir vu des apparitions de la Vierge dans une grotte de sa ville natale.

Ses parents, François Soubirous (1807-1871) et Louise Castérot (1825-1866), exploitent le moulin de Boly, où elle est née, jusqu’en 1854. Les Soubirous qui avaient, dit-on, fait un mariage d’amour, ont eu au total neuf enfants dont cinq sont morts en bas-âge. Bernadette est l’aînée. À cette date, l’entreprise familiale est ruinée (trop artisanale pour cette époque d’industrialisation, et sans doute mal gérée). Bernadette connaît la faim et la maladie, elle sait à peine lire et écrire. De santé fragile (elle est notamment asthmatique), elle paraît moins que son âge. Elle est par ailleurs belle fille, selon les témoignages de l’époque et comme en attestent les photographies qui ont été prises d’elle. Son sentiment religieux est déjà très fort même si elle ignore à peu près tout du catéchisme (« […] si la Sainte Vierge m’a choisie, c’est parce que j’étais la plus ignorante ! » dira-t-elle plus tard).

Les parents de Bernadette l’envoient chez sa marraine et tante, Bernarde Castérot (1823-1907), qui l’emploie comme servante à la maison et au comptoir de son cabaret.

Les Soubirous déménagent pour une cellule de l’ancienne prison de la rue Haute, surnommée Le cachot (que l’on peut visiter actuellement) et où ils logent à six dans 3,77 x 4,40 m. En 1857, François Soubirous est accusé (à tort) du vol de deux sacs de farine. Il est envoyé en prison. La famille Soubirous est dans une période de détresse noire.

Bernadette témoigne d’apparitions de la Vierge à partir de 1858. Lors de sa neuvième apparition, elle suit les indications de la Vierge et découvre une source d’eau au pied de la grotte de Massabielle, à Lourdes. Entre le 11 février et le 16 juillet 1858, la Vierge lui apparaît dix-huit fois.

Apparitions :

1. Jeudi 11 février 1858. Avec sa soeur Marie (1846-1892), dite Toinette, et Jeanne Abadie, une amie, Bernadette se rend le long du Gave pour ramasser des os et du bois mort. Du fait de sa santé précaire, elle hésite à traverser le Gave, gelée, comme sa soeur et son amie. Elle est alors surprise par un bruit et lève la tête vers la grotte de Massabielle : « J’aperçus une dame vêtue de blanc : elle portait une robe blanche, un voile blanc également, une ceinture bleue et une rose jaune sur chaque pied ». Bernadette récite une prière, la dame disparaît.

2. Dimanche 14 février 1858. Ses parents interdisent à Bernadette de retourner à la grotte. Elle insiste, ils cèdent. Sur place, elle récite des chapelets et voit apparaître la dame. Elle lui jette de l’eau bénite. La dame sourit, incline la tête et disparaît.

3. Jeudi 18 février 1858. Bernadette, sous la pression d’une dame de la bourgeoisie lourdaise, demande à la dame de lui écrire son nom. Celle-ci lui répond : « Ce n’est pas nécessaire ». Puis elle ajoute « Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde mais dans l’autre. Voulez-vous avoir la grâce de venir ici pendant quinze jours ? »

4. Vendredi 19 février 1858. Bernadette vient à la Grotte avec un cierge béni et allumé (ce qui est devenu, depuis, une coutume). La dame apparaît brièvement.

5. Samedi 20 février 1858. La dame apprend une prière personnelle à Bernadette qui, à la fin de sa vision, est saisie d’une grande tristesse.

6. Dimanche 21 février 1858. Une centaine de personnes accompagnent Bernadette. La dame se présente (à Bernadette seule) et le commissaire de police Jacomet l’interroge sur ce qu’elle a vu. Bernadette se contente de répéter : « aquerò » (cela)

7. Mardi 23 février 1858. Accompagnée de cent cinquante personnes, Bernadette se rend à la grotte où l’apparition lui révèle un secret « rien que pour elle ».

8. Mercredi 24 février 1858. La dame transmet un message à Bernadette : « Pénitence ! Pénitence ! Pénitence ! Priez Dieu pour les pécheurs ! Allez baiser la terre en pénitence pour les pécheurs ! »

9. Jeudi 25 février 1858. Trois cents personnes sont présentes. Bernadette explique que la dame lui demande de boire à la source : « Allez boire à la fontaine et vous y laver. Vous mangerez de cette herbe qui est là. ». Bernadette racontera plus tard : « Je ne trouvai qu’un peu d’eau vaseuse. Au quatrième essai je pus boire. ». La foule l’accuse d’être folle et elle répond : « C’est pour les pécheurs ».

10. Samedi 27 février 1858. Huit cents personnes accompagnent Bernadette. L’Apparition reste silencieuse, Bernadette boit l’eau.

11. Dimanche 28 février 1858. Deux mille personnes assistent à l’extase de Bernadette qui prie, baise la terre, rampe sur les genoux. Le juge Ribes la menace de prison.

12. Lundi 1er mars 1858. Mille cinq cents personnes accompagnent Bernadette, dont, pour la première fois, un prêtre. La même nuit, Catherine Latapie, une amie de Bernadette, se rend à la Grotte et trempe son bras déboîté dans l’eau de la source : son bras et sa main retrouvent toute leur souplesse.

13. Mardi 2 mars 1858. La foule est très importante. La dame demande à Bernadette : « Allez dire aux prêtres qu’on vienne ici en procession et qu’on y bâtisse une chapelle ». L’abbé Peyramale, curé de Lourdes veut connaître le nom de la dame et exige en sus une preuve précise : il veut voir fleurir le rosier/églantier de la Grotte en plein hiver.

14. Mercredi 3 mars 1858. Trois mille personnes accompagnent Bernadette. La vision ne vient pas. Plus tard, Bernadette se sent appelée et retourne à la grotte où elle demande son nom à la Dame qui lui répond par un sourire. Le curé Peyramale insiste : « Si la Dame désire vraiment une chapelle, qu’elle dise son nom et qu’elle fasse fleurir le rosier de la Grotte »

15. Jeudi 4 mars 1858. Environ huit mille personnes attendent un miracle à la grotte. La vision est silencieuse. Pendant vingt jours, Bernadette ne ressent plus l’invitation à se rendre à la grotte.

16. Jeudi 25 mars 1858. L’apparition se montre à Bernadette et dit en Gascon bigourdan — la langue que parlait Bernadette —, levant les yeux au ciel et joignant ses mains : « Que soy era immaculada councepciou ». Bernadette retient ces mots, qu’elle ne comprend pas, et court les dire au curé, qui est troublé : quatre ans plus tôt, le pape Pie IX a fait de l' »Immaculée Conception de Marie » un dogme et Bernadette dit ignorer qu’elle désigne la Vierge.

17. Mercredi 7 avril 1858. Le docteur Douzous constate que la flamme du cierge que tient Bernadette pendant l’apparition entoure sa main sans la brûler.

18. Jeudi 16 juillet 1858. C’est la dernière apparition. Une palissade interdit l’accès à la grotte. Bernadette franchit le Gave et voit la vierge exactement comme si elle se trouvait devant la grotte.

Le 28 juillet 1858, soit douze jours seulement après la dernière apparition, Mgr Laurence, évêque de Tarbes, réunit une commission d’enquête destinée à établir le crédit que l’Église doit apporter aux affirmations de Bernadette Soubirous. Cette commission est chargée de vérifier la validité des « miracles » annoncés, en recueillant des témoignages divers et les avis de scientifiques ou de gens d’Église. Elle est aussi chargée d’interroger Bernadette dont la sincérité semblera « incontestable » (dixit) à l’évêque : « Qui n’admire, en l’approchant, la simplicité, la candeur, la modestie de cette enfant ? Elle ne parle que quand on l’interroge ; alors elle raconte tout sans affectation, avec une ingénuité touchante, et, aux nombreuses questions qu’on lui adresse, elle fait, sans hésiter, des réponses nettes, précises, pleines d’à propos, empreintes d’une forte conviction ». Le fait que la jeune fille répète des mots dits par la Vierge qu’elle ne pouvait pas connaître eu égard à son manque d’instruction, sera un argument décisif.

Entre-temps, la foule des pèlerins venant voir la grotte et y demander de l’aide à Marie ne cesse de croître, il vient des gens de toute l’Europe et de nouveaux témoignages de miracles s’accumulent. « Si l’on doit juger l’arbre par ses fruits, nous pouvons dire que l’apparition racontée par la jeune fille est surnaturelle et divine ; car elle a produit des effets surnaturels et divins »

Quatre ans plus tard, le 18 janvier 1862, l’évêque rend son avis — favorable : « Nous jugeons que l’Immaculée Marie, Mère de Dieu, a réellement apparu à Bernadette Soubirous, le 11 février 1858 et les jours suivants, au nombre de dix-huit fois, dans la grotte de Massabielle, près de la ville de Lourdes ; que cette apparition revêt tous les caractères de la vérité, et que les fidèles sont fondés à la croire certaine. Nous soumettons humblement notre jugement au Jugement du Souverain Pontife, qui est chargé de gouverner l’Église universelle ».

Bernadette souhaitait faire sa communion et pour cela, elle devait apprendre à lire et à écrire en Français. Elle est donc admise à « l’école des indigents », à l’hospice de Lourdes, tenu depuis 1836 par les Soeurs de la Charité de Nevers. Là, elle s’instruit, apprend à lire et apprend le catéchisme et un métier. Les observateurs de l’époque notent que son recueillement en prière est impressionnant, mais qu’elle est aussi gaie, enjouée, espiègle et plutôt autoritaire avec ses compagnes — qui l’apprécient néanmoins beaucoup. Après réflexion elle choisit la congrégation des Soeurs de la charité de Nevers pour vivre son désir de vie religieuse. La Maison-Mère de la congrégation est à Nevers. Avec ses supérieures, elle est d’une obéissance à toute épreuve, comme en témoigne une anecdote : on avait interdit à Bernadette de retourner à la grotte et on lui demanda : « Si la Vierge t’ordonnait d’y aller, que ferais-tu ? ». Bernadette répondit : « Je reviendrais demander la permission à Monsieur le Curé ».

Pour une jeune fille sans dot, la vie de soeur était difficilement envisageable, mais Bernadette est désormais célèbre et divers couvents sont prêts à l’accueillir.

Elle quitte donc les Pyrénées qu’elle ne reverra jamais. Elle rejoint le 7 juillet 1866, la congrégation des Soeurs de la Charité à Nevers. Elle y reste treize années pendant lesquelles elle sera traitée sans égards spéciaux. Elle occupe les postes d’aide-infirmière, de responsable de l’infirmerie et de sacristine. Les quatre dernières années, elle est surtout malade.

Atteinte d’une tuberculose osseuse, et souffrant de son asthme chronique contracté à l’âge de 11 ans, lors de la grande épidémie de choléra dans les Hautes-Pyrénées, elle meurt le 16 avril 1879 à Nevers à l’âge de trente-cinq ans.

Pour les besoins du procès en canonisation, son corps doit être reconnu. Son cercueil sera ouvert 3 fois et son corps retrouvé intact.

Elle repose depuis 1925 dans une châsse de verre et de bronze dans la chapelle de l’Espace Bernadette à Nevers. Lors des exhumations, son corps fut lavé et le contact avec les « détergents » avait noirci sa peau : le corps de la vénérable Bernadette est intact, le squelette complet, les muscles atrophiés mais bien conservés ; la peau parcheminée paraît seule avoir subi l’humidité du cercueil. Elle a pris une teinte grisâtre et est recouverte de quelques moisissures et d’une certaine quantité de cristaux de sels calcaires (…) (Dr Talon et Dr Comte, chargés de l’examen du corps après 1923), cités par Dominique Lormier dans Bernadette Soubirous, éd. CMD, 1999. Dans le même livre on apprend que quelques années plus tard, la peau de Bernadette a noirci. Le visage de Bernadette et ses mains ont donc été recouverts d’un très fin masque de cire pour la présentation publique.

Sainte Bernadette Soubirous a été béatifiée le 14 juin 1925 puis canonisée le 8 décembre 1933.

 

Fuyez le très-maçonnique Lourdes pour Bétharram, par Laurent Glauzy

Ce week-end, la presse s’est fait abondamment l’écho d’un acte inqualifiable tellement nous atteignons l’obscène, et dont une soi-disant artiste franco-luxembourgeoise, du prénom qui en dit long, Déborah, est l’auteur : elle s’est exhibée nue devant la sainte Vierge à Lourdes.

Aucune réponse ne peut se nourrir d’un sentiment de haine, car notre religion catholique, la seule vraie, a maintes fois montré la toute puissance de Dieu punissant ces actes. Ce fut le cas, quand les deux organisateurs dont un député européen organisaient les occupations des églises par des immigrés en 1996. Ces deux affiliés des loges sont morts de mort violente.

Ou encore, en 1986, quand le dictateur communiste du Mozambique, Samora Machel, dans un discours lance : « Dieu si tu existes, tue moi ! » Sa conférence terminée, il prend un Tupolev qui se crashe. Bilan : aucun survivant.

En Californie, un médecin Irving Moore Feldkamp, ayant fait fortune dans l’industrie de « l’avortement qui tue des goyim », perd toute sa famille dans un accident d’avion dont la cause reste inconnue. Peu avant l’atterrissage, l’engin se crashe dans un cimetière, dans le carré réservé aux enfants (cf. http://www.contre-info.com/de-lavi-tass-au-catholic-holy-cross-cemetery-par-laurent-glauzy). Comme quoi, déjà avant l’enfer éternel, il s’agit de payer ici bas la facture.

Contrairement aux hérésies, Dieu est tout puissant, comme il le démontre dans les miracles à l’intérieur de la foi catholique. Nous n’avons donc à nourrir aucune haine, mais à prier pour que le ciel punisse ce geste et rende la France et le monde catholique. C’est par exemple, le chapelet qui a permis à l’Autriche de ne pas être communiste au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et c’est encore le chapelet, sous l’initiative de Pie V, qui a refoulé la peste ottomane mahométane.

Pour reprendre le fil de notre sujet, il est à souligner que Lourdes est devenue un lieu de marchands et de pharisiens, se haïssant les uns et les autres, à tel point que la sorcellerie serait de mise pour s’arracher les meilleures affluences. Quoi de plus normal avec des « étalagistes » vulgaires qui n’ont rien de catholiques. Je tiens ces confidences de commerçants eux-mêmes voulant vendre leur affaire tellement l’ambiance est délétère dans une ville où rien n’échappe à la franc-maçonnerie.

Concernant les touristes, on y voit les tenues les plus excentriques, posant comme devant un monument historique, devant la grotte. La Très Sainte Vierge Marie faisant de fait office de décorum le temps d’une pose. Quelle tristesse ! Vatican II et la franc-maçonnerie ecclésiastique ont bien réussi leur travail de sape visant à conduire le plus d’âmes à la damnation. Heureusement, Dieu qui ne nous abandonne pas, a sauvé l’Eglise par Mgr Lefebvre. Preuve supplémentaire que l’église catholique est bien le corps christique de notre Seigneur Jésus+Christ.

Et, comme ce délabrement ne suffit pas, les frères maçons, aux dépens de Lourdes, travaillent maintenant au développement de Medjugorje, lieu (démoniaque) des fausses apparitions mariales, où nombre de débiles charismatiques prétendent avoir trouvé la foi : « j’ai senti une main se poser sur mon épaule. C’est la sainte vierge ! » Voilà la profondeur de foi des modernistes.

Pour échapper à cette ambiance de destruction de Lourdes, les catholiques traditionalistes peuvent se rendre dans un autre lieu marial à une vingtaine de kilomètres, au sanctuaire de Bétharram. La sainte Vierge apparut depuis le moyen-âge dans ce village de Bigorre très peu fréquenté et pourtant magnifique et propice à la prière par sa quiétude où coule avec lenteur le Gave, bien moins tourmenté qu’à Lourdes. C’est à Bétharram, où le sanctuaire fut détruit par la haine de la secte satanique protestante, que saint Michel Garicoïts (1797-1863) fonda une congrégation qui s’occupait des pèlerins, mais aussi pratiquait des retraites selon la spiritualité des Exercices spirituels de Saint Ignace, et des missions de rechristianisation au niveau des écoles.

En 1838, saint Michel Garicoïts fonda la congrégation des Prêtres auxiliaires du Sacré-Cœur de Jésus, qui devint en 1841 la société des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus.

garricoïts

Il eut à subir d’énormes difficultés, à vaincre de nombreuses réticences et à convaincre tous ceux qui se mettaient en travers de ses projets. Il disait lui-même « Que l’enfantement d’une congrégation est chose laborieuse ! ». Toutefois, sa patience, et sa bonté finirent par venir à bout de l’adversité, et l’institut des prêtres de Bétharram s’étendit dans le diocèse d’abord, puis ailleurs en France et en Europe ; enfin le Père put fonder des collèges en Argentine et en Uruguay afin de venir en aide aux émigrés basques qui y étaient partis.

Bétharram, qui est donc le lieu d’apparitions mariales antérieur Lourdes, est propice à l’esprit du pèlerin catholique traditionaliste. Le charme de ce village isolé et engoncé entre les collines de la Bigorre peut donc être un nouveau refuge en terre lourdaise, loin des magasins des commerçants de mauvais goût propre à ce qui est levantin. Et, à Bétharram, les stations du chemin de Croix qui s’enfonce dans la montagne (photo en image principale et en haut à droite) est marqué par des petites chapelles. Bétharram est un vrai paradis sur terre.

 

LOURDES : PREMIERE APPARITION DE NOTRE SAINTE MERE par Laurent Glauzy

Le 11 février 1858, marque la première Apparition de la Très Sainte Vierge à Lourdes. Cette manifestation doit nous rappeler l’exigence du chapelet.

Le chapelet doit être récité et médité de manière QUOTIDIENNE. Sainte Thérèse d’Avila disait qu’elle craignait pour le devenir d’une âme qui ne méditait pas au moins vingt minutes par jour. Le chapelet quotidien sert donc cette méditation, cette relation avec Dieu dans le but d’aimer l’amour. Et, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, née 25 ans après Lourdes, en 1873 disait que l’on aimait plus l’Amour (Dieu).

Le chapelet, comme la prière du matin et la prière du soir, est un devoir. Leur absence est un péché mortel. Cette négligence constitue, comme toutes les négligences répétées, le coussin du diable.

Le catholique poussera son goût de la prière jusqu’au Rosaire (153 Ave Maria). Si le chapelet assure que nous sommes enfant de Marie, le Rosaire est bien plus fort, et le démon n’a plus aucune prise sur nous si nous le récitons régulièrement.

La Sainte Vierge demandait le chapelet pour garder la foi intacte. Cela signifie que toute personne ne faisant pas du chapelet le centre de sa vie spirituelle, perdra la foi. Et nous avons besoin d’une foi forte pour aller au ciel. La foi est une question faisant appel à la rigueur intelligente et non à des sentiments confus.

Et il faut le rappeler, comme beaucoup qui ont les témoins des Apparitions de la Très Sainte Vierge, Bernadette de Soubirou, 139 ans après sa mort, montre un corps parfaitement incorruptible. Miracle existant uniquement, comme tous les miracles, dans la religion catholique.

Quand on parle de Lourdes, il est essentiel d’évoquer le célèbre et génial Dr Alexis Carrel, dont la république débaptisa les rues, qui sauva des centaines de vie lors de la 1e Guerre mondiale grâce à l’utilisation du Dakin, travailla sur le premier cœur artificiel avec Lindbergh, etc, se convertit à Lourdes.

Enfin, le 28 février 1858 est le jour de la première miraculée de Lourdes, originaire du proche village de Loubajac. Catherine Latapie, à la suite d’une chute, était handicapée du bras droit et deux de ses doigts avaient perdu toute souplesse. Pour une paysanne, mère de quatre enfants, c’est une calamité : qui fera son travail ? Depuis dix-huit mois, son état ne s’était guère amélioré. Une nouvelle naissance s’annonçait, qui ne ferait qu’accroître les difficultés. Catherine Latapie accouchera d’un garçon qui deviendra prêtre.

Nous renvoyons nos lecteur au film de Bernadette sur notre site.

Corps de sainte Bernadette intact.