Archives de Catégorie: Nationalisme

FORZA ITALIA CONTRA GLI IMMIGRANTI, par Laurent Glauzy

Après Dieu, la nation, le nationalisme est ce que nous devons défendre.

Catholicisme et nationalisme doivent être les vertus à développer pour nous protéger contre la barbarie. En dehors d’Athènes, tout n’était que laideur et barbarie.

Pourquoi la barbarie ? Parce que l’immigration se constitue de ce qu’une nation ne veut pas. L’immigré est celui qui est inadapté chez lui et qui vient chez nous pour soi-disant s’adapter : s’adapter ailleurs, voilà un mensonge bien démocrate.

Ainsi, la France et l’Europe ont dû subir des vagues de migrants, et qui depuis toujours ont été incapables de bâtir une nation. Pire ! Laissez-leur une nation clé en main, avec des infrastructures, ils sont infoutus de les préserver. Que voulez-vous faire avec ça?

L’immigration est contre-nature et je ne trouve aucune larme, ni aucune envie pour défendre le sort des migrants. Ceux qui m’intéressent sont ceux qui ont la même religion que moi. C’est une priorité de survie face à la barbarie que Bardèche brandissait comme une valeur absolue de survie. Des sociologues pensent que le racisme existe, comme réaction naturelle, au-delà du dépassement de 5 % d’éléments étrangers. Et dans ce naufrage, ce sont les plus faibles des nôtres qui périssent.

C’est pourquoi j’applaudis des deux mains la politique de Matteo Salvini, et quand au sort des migrants restés sur leur bateau, ça ne m’intéresse pas. Nous n’en pouvons plus d’être généreux avec des mendiants et des exclus de partout.

La France et l’Europe n’ont jamais eu besoin d’étrangers pour se construire. La France et l’Europe n’ont jamais été aussi fortes qu’en vivant sur ses valeurs et avec les siens.

L’Italie a donc choisi de vivre et de protéger les siens. C’est ça le catholicisme, ne pas déposséder les siens pour donner à d’autres qui nous vous témoignerons aucune reconnaissance, bien au contraire.

Non è detto est une superbe chanson, un des dernières de Laura Pausini, interprète et chanteuse italienne d’aujourd’hui. Quand on l’écoute, on comprend bien que notre monde n’a rien à voir avec celui des migrants, et ce depuis toujours.

Et comment aujourd’hui, plus que jamais, ne pas se souvenir des avertissements et des positions anti-islam de l’écrivaine italienne Oriana Fallaci ?

L’Italie a réagi car elle est un corps sain. La France devra en faire autant. Et, le monde est assez grand pour accueillir les mécontents, ceux qui n’ont que des « solutions » avec les moyens des autres.

L’Europe, comme le démontre donc très bien l’Italie, c’est la grâce et la beauté, provenant du catholicisme ; et renoncer à notre religion qui est la vraie et de loin la plus belle, c’est s’enlaidir, se dégénérer. Nous ne voulons pas être des métèques chez nous !

PHOTO D’ORIANA FALLACI