Comment un homme de la Tradition catholique doit-il aimer ?, par Laurent Glauzy

Aimer est une relation triangulaire où Notre Seigneur et Notre Très sainte Mère règnent et dirigent. Cette notion traditionnelle s’écarte complètement de l’amour tel que les catholiques modernistes et la société actuelle l’émancipent. Ainsi, l’amour devient un vague sentiment se perdant, disons-le, dans le péché mortel, celui de la sensualité. Et, nous sommes tous contraints à cette attirance physique, car nous sommes hommes.

L’oubli de cette relation triangulaire coupe le dessein surnaturel. Et comme le mentionne G.K. Chesterton, l’homme qui manque le surnaturel, manque de fait le naturel. Car, notre dimension n’est pas naturelle, mais surnaturelle. Cette évidence transparaît aussi sur les visages. Nombre de personnes qui viennent dans la Tradition remarquent que nos religieux sont beaux. En effet, nos prêtres qui ont par ailleurs des tempéraments affermis, ont des visages radieux. Pour être direct, les cathos tradi n’ont pas de sales gueules. Et, il en va de même dans notre manière de nous exprimer et de nous comporter où rien n’est en excès. Pourquoi ? Parce que l’Esprit Saint dirige dans la juste mesure.

C’est aussi, donc, l’Esprit Saint qui dirige dans le vrai Amour, celui d’un homme et d’une femme. Ainsi, l’homme qui aime réellement sa femme, le manifeste dans les Commandements de Notre Seigneur. Car, de manière naturelle l’homme est, ce que l’on appelle, « chargé d’âme » dans une famille. Son but est de conduire son Amour au Ciel pour y vivre en sa compagnie dans la contemplation béatifique.

L’amour qui se soustrait à cette réalité est un sentiment égoïste : on s’aime car on ressent un vague sentiment, un vague plaisir qui dure le temps qu’il dure. Et, comme cette mollesse est le lit préféré du démon, l’on passe du pseudo « grand-amour » à la déception.

Aimer est donc bien prendre soin de l’âme de la personne choisie pour vivre avec elle dans l’Eternité. Il est bien évident que cet Amour s’exprime par la tempérance, la douceur et la sérénité, et la prière, et la fréquentation des saints Sacrements, car nous aimons et servons d’abord Dieu. Chez les modernistes et les athées, on sert d’abord ses passions (souvent secrètes), l’esprit du temps, les modes, l’éphémère, les excès, la médiocrité, etc.

L’Amour est donc de Dieu et de la Sainte Trinité uniquement, car il est éternel et bienveillant. Bien entendu, il n’est jamais trop tard, pour bien faire, car nous sommes tous appelés à aller à Dieu et sans exception.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s