Archives mensuelles : novembre 2018

Un couple poursuivi pour fausses accusations de pédophilie contre un prêtre

Coup de gueule d’un prêtre:

« On est en face d’une guerre à la vie à la mort contre les prêtres catholiques innocents, avec montage , faux témoignages, complicités maçonnico-hiérarchiques, droit de vie et de mort, délation et déformation médiatique criminogène, choix des victimes parmi ceux qui ne sont pas sous « obédience »

Vous savez, dire la vérité sur ces choses là, demande du courage !!

Evoquons le dominicain lyonnais « trouvé mort » lui aussi, en notant que les témoignages avaient été prouvés inventés de toutes pièces ! Comme pour le Père Francis Lefort !! Et bien d’autres !

On se doit de dire à la mémoire de nos deux martyres de la hiérarchie d’obédience, que ni l’un ni l’autre n’avaient RIEN fait qui soit susceptible d’être interprété comme même un soupçon d’agression sexuelle .. Ce sont les tordus délateurs qui VOIENT des gestes de proximité de charité comme des actes de perversion … Ils sont les collaborateurs d’Hérode…
J’espère qu’on va exclure comme on sort des loups féroces ces gens là de nos paroisses, et les surveiller de près, ces obsédés, sans compter leur complicité pour jouer leur rôle dans un protocole bien au point pour l’exécution capitale de nos jeunes prêtres… Chez Staline et chez Hitler, ils auraient fait merveille, ces cathos vomisseurs

Pardon pour ma colère

Non, ils ne se sont pas pendus: c’est évident pour qui connait le terrain et les méthodes de ceux qui ont estimé avoir droit de vie et de mort sur eux »

https://www.lesalonbeige.fr/un-couple-poursuivi-pour-fausses-accusations-de-pedophilie-contre-un-pretre/?fbclid=IwAR0kND2VWGEfJmoZ9x-fBqgc20qh-jA79f4uuVe7jjmaDICGtU3KE2TLxmk

Les racines juives de la famille royale d’Angleterre

« En Angleterre, la Maison royale a une tradition de longue date, qui exige que tous les garçons de descendance royale soient circoncis par le Mohèl juif de Londres ».
Par ailleurs, le droit britannique comporte des lois directement issues du judaïsme, comme par exemple le droit d’aînesse et le droit des successions. Les unités de mesures spécifiques utilisées en Angleterre sont directement issue des unités de mesures de la loi juive (la coudée sacrée, etc …). Les souverains britanniques sont intronisés selon le rite juif : ils sont oints (de l’huile est versé sur leur tête). D’ailleurs, même le terme British vient des mots hébreux « Brit » et « Ich » (l’homme de l’alliance). En sachant que justement l’alliance est matérialisée par la circoncision.

La Maison Royale affirme clairement descendre du roi David.
En outre, une généalogie commençant au roi David , jusqu’au souverain actuel, était visible à l’abbaye de Westminster (peut-être ne l’est t-elle plus aujourd’hui).

Comment cela est-ce possible ?

Voyons plus en détail :

À l’époque du roi David, celui-ci établit les Danites sur les rives de la Méditerranée. Ils fondent le port de Jaffa qui est le port de Jérusalem et deviennent marins. En alliance avec les phéniciens, les danites créent des comptoirs commerciaux dans des endroits très éloignés, et notamment à Tara en Irlande. Ce sont ces mêmes comptoirs commerciaux qui approvisionneront le roi Salomon en matériaux rares pour la construction du temple de Jérusalem.
Cela indique que déjà des « protos communautés juives » étaient installés notamment dans ce qui n’était pas encore la Gaule et l’empire romain, et les îles du nord.
Lors de la première conquête de Jérusalem par Nabuchodonosor, celui-ci installe sur le trône le roi Sédeccias, de la lignée de David, chargé notamment de récolter et de payer l’impôt à l’occupant. Ne remplissant pas sa fonction, Sédeccias est destitué, ses yeux crevés, le temple détruit …
Les deux filles de Sédeccias, le prophète Jérémie, accompagné de la cour royale fuient par bateau en Egypte en emportant la pierre de Jacob, seule pièce du Temple qu’ils peuvent emporter. Cependant, le prophète Jérémie leur enjoint de ne pas y rester. Ils reprennent la mer, et dépassent ce qui est aujourd’hui le détroit de Gibraltar, et arrive à Tara en Irlande, ou un comptoir juif était déjà établi.

Voici comment, les juifs sont arrivés dans les « Îles du Nord ».
À noter que les historiens du moyen ages « considèrent cette contrée comme le berceau de la civilisation en Occident, habité par un peuple de tradition très instruit, dans les arts, et d’un incomparable savoir ésotérique… Les chroniques irlandaise mentionnent une école de prophètes venus de l’orient dans la région de Tara ».
C’est à cet endroit précisément, que le Prophète Jérémie serait enterré, comme le confirment les coutumes et légendes locales, qui relatent notamment « ces étrangers arrivées avec une fille de sang royal qui épousa un prince local ».

Quant à la pierre de Jacob, ce serait précisément la pierre sur laquelle sont oint les monarques britanniques. Visible à l’abbaye de Westminster jusqu’à il y a une vingtaine d’années, elle est maintenant en Irlande.

Sources :
« Le livre juif du pourquoi » de Alfred J. Kolatch
« Mesures et nombres sacrées » de Jean Groffier

Le prince Charles de la famille royale d'Angleterre en présence d'un rabbin
Le prince Charles

Par Alain Mosseri – Juifs célèbres © Tous droits réservés

Amélioration de la Loi Contre les Squatteurs.

JURIDIQUE.

Un discret amendement à la loi logement empêche désormais les occupants illégaux d’invoquer la trêve hivernale, qui a débuté  jeudi 1er novembre, pour éviter d’être expulsés.

Explications.

Ce jeudi, débute la trêve hivernale. Jusqu’au 31 mars, les locataires ne peuvent pas être expulsés de leur logement mais une procédure peut être entamée par le propriétaire. En revanche, cette période de cinq mois ne protège plus les squatteurs de logement. C’est un discret amendement à la loi logement, qui devrait bientôt être promulguée, qui a mis fin à cette anormalité. Désormais, seuls les locataires bénéficiant d’un bail, qu’il s’agisse d’une location vide ou meublée, seront protégés par la trêve hivernale.

Cette mesure était pourtant inscrite dans le Code des procédures civiles d’exécution depuis mars 2014 mais «les préfets se retranchent derrière la trêve hivernale pour ne pas intervenir», dénonce un parlementaire. Pourtant, la loi interdit certes de déloger, par la force, des occupants d’une habitation en dur mais elle précise aussi que «le juge peut supprimer le bénéfice du sursis lorsque les personnes, dont l’expulsion a été ordonnée, sont entrées dans les lieux par voie de fait» (article L412-6). Par «voie de fait», comprenez par effraction (carreaux de fenêtres cassés, serrures fracturées ou changées) ou par violences physiques. Mais que se passe-t-il si ce n’est pas le cas ?

Aucune expulsion n’est prévue. Un vide juridique dont ont profité les squatteurs pour éviter d’être expulsés.

L’article 58-ter de la loi logement, voté par les députés, prévoit donc désormais de faciliter les expulsions des squatteurs pendant la trêve hivernale. Pour inciter les préfets à recourir plus systématiquement aux forces de police, la loi logement donne une définition plus précise des squatteurs. Sont identifiés comme tels, «les personnes entrées sans droit ni titre dans le domicile d’autrui, à l’aide de manœuvres, menaces, voies de fait ou contraintes».

Pour le député LR du Vaucluse Julien Aubert, «la loi logement ne va pas assez loin». «Je propose de créer un délit d’occupation sans droit ni titre de tout bien immobilier.

Il serait inscrit dans le Code pénal et permettrait de punir plus sévèrement ces actes: trois ans de prison et 45.000 euros d’amende (contre un an de prison et 15.000 euros d’amende actuellement)», explique-t-il. Cette proposition de loi a pour l’heure été rejetée par la majorité.

Source : Le Figaro

HITLER N’EST PAS MORT A BERLIN, par Laurent Glauzy

« Hitler n’est pas mort mort à Berlin » est entré dans la librairie de Profidecatholica.com

Ce livre est écrit par l’auteur néerlandais Robin de Ruiter et traduit de cette langue par Laurent Glauzy.

Si la théorie du suicide d’Hitler est somme toute récente, cette ouvrage apporte de nouveaux éclairages, exposant que Staline ne croyait pas à la mort du Führer, et répond  au mystère de sa fuite dans un pays européen.

Robin de Ruiter, l’auteur du présent ouvrage présente des faits et des rapports de guerre inédits. Ils proviennent notamment des archives de l’Office of Strategic Services (OSS, Bureau américain des services stratégiques, remplacé plus tard par la CIA), de la Stasi et du KGB. Hitler ne s’est pas suicidé ! Le lecteur trouvera ici une restitution aussi détaillée et fidèle que possible de la façon dont Hitler réussit à évacuer son bunker et fuir Berlin le 30 avril 1945. Des documents issus de différents services secrets, des rapports de guerre confidentiels et des témoignages recueillis par l’auteur en Allemagne et en Espagne, notamment auprès de deux collaborateurs très proches d’Hitler qui vécurent les derniers jours du IIIe Reich aux côtés du Führer, dans son bunker, montrent clairement comment Hitler s’est enfui grâce à l’aide des services secrets britanniques.

Outre la reconstitution des événements autour de la mort d’Hitler, l’auteur livre des preuves de sa véritable origine. Il présente aussi les résultats d’une recherche minutieuse sur les bailleurs de fonds étrangers d’Hitler. Les familles Rothschild, Rockefeller, Warburg et Bush firent preuve à cet égard d’une grande générosité. S’appuyant sur des sources d’information inédites, l’auteur révèle pour la première fois comment Hitler se prépara à son rôle de futur dictateur. De février à novembre 1912, ce dernier suivit une formation à l’École militaire britannique d’opérations psychologiques de guerre, contrôlée par les Rothschild, en Angleterre (comté du Devon) et en Irlande.

 

 

HITLER N’EST PAS MORT A BERLIN 24,50 (frais de port compris)

paiement Paypal : laurent-blancy@neuf.fr

chèque à l’ordre de Laurent Glauzy : Laurent Glauzy – BP 25 – 91151 Etampes Cx