Archives de Catégorie: Juif

DAS JÜDISCHE RITUALMORD

Dr. Phil. Hellmut Schramm
Der jüdische Ritualmord Eine historische Untersuchung

Was Dr. Hellmut Schramm in dieser kriminalistisch-wissenschaftlich einmaligen Untersuchung über Schächtmorde zusammengetragen hat, ist eine Jahrhundertleistung. Er wertete die wichtigsten Akten der Ritual-Mord-Prozesse zwischen 1840 und 1911 ebenso aus wie die Gemeinden- und Kirchenannalen des Mittelalters. Was er in diesem Buch zutage gefördert hat, lässt einem den Atem vor Abscheu und Grauen stocken, macht aber gleichzeitig immun gegen die Lügen dieses menschenfeindlichen Imperiums.
Niemand hätte Dr. Schramm noch vor wenigen Jahren abgenommen, dass seine Forschungsergebnisse den Tatsachen entsprechen, dass Juden über Jahrhunderte hinweg nichtjüdische Kinder schächteten und deren Blut einnahmen. Aber 2007 kam das Buch von Professor Ariel Toaff heraus, das «die jüdischen Ritualmorde» bestätigt und Dr. Hellmut Schramm voll rehabilitiert.
In seinem Buch Pasque di Sangue (Pessachfest des Blutes) dokumentiert Professor Toaff, dass das Blut von geschächteten, nichtjüdischen Kindern tatsächlich konsumiert wurde. Toaff zitiert u. a. eine jüdische Hauptzeugin vor dem Trienter Gerichtshof mit den Worten: «Dies ist Bestandteil unserer Medizin und Praxis der angewandten Kabbala, es ist uralte Tradition.» Natürlich bestätigt Professor Toaff auch die Ritualmorde selbst. Toaff schreibt: «Die Synagogen verwandelten sich zu jener Zeit in heilige Schlachthäuser. Alles war rot gefärbt von Blut.» Das Geheimnis der Ritualmorde gibt der jüdische Gelehrte zum Beispiel preis, indem er hebräischer Schriften zitiert, die den Wortlaut des Schächtgebets beinhalten, der lautet: «„Zeh ha-dam shel goi katan.” Das ist der Satz, der vor dem Ritualmord gesprochen wird. Er bedeutet: „Das ist das Blut eines jungen Christen”.»
Professor Ariel Toaff ist Lehrstuhlinhaber an der Bar Illan-Universität Tel Aviv. Wenn dieser Mann die Forschungen von Dr. Schramm in seinem eigenen Buch bestätigt, dann weiß man, wie akkurat zur Zeit Adolf Hitlers geforscht wurde. Vor allem hat Professor Toaff viele hebräische Geheimberichte in seine Forschungsarbeiten einbezogen, was die Bestätigung von Dr. Schramms Buch noch viel wertvoller macht.
Zudem wurde «der Ritualmord» von einer jungen Jüdin im amerikanischen Fernsehen (am 1. Mai 1989) vor einem Millionenpublikum angeprangert. Sie sagte vor der Kamera, dass diese Ritualmorde auch heute noch stattfänden. Sie selbst habe einen Säugling morden müssen, erklärte sie. Da sie dieses Leben nicht mehr ertragen konnte, offenbarte sie sich der Fernsehmoderatorin Oprah Winfrey, um sich durch Öffentlichkeit vor Fememord zu schützen.
Darüber hinaus kam 1997 auch der Religionsforscher, Professor Robert Prantner, zu den gleichen Ergebnissen wie 1943 Dr. Schramm. Professor Prantner forderte die Judenheit sogar auf, sich vor aller Welt für diese Blutverbrechen zu entschuldigen.
In der Einführungs-Dokumentation dieses historischen Nachdrucks sind die Kernaussagen von Professor Toaff, von Professor Pranter sowie die wörtlichen Aussagen von Jüdin Vicki Polin im US-Fernsehen dem historischen Nachdruck vorangestellt.
Man muss die akribische Faktensammlung aus diesem Buch ebenso kennen, wie der damit im Zusammenhang stehende Geldmachteinfluss der Israel-Lobby. Erst dann versteht man, warum die Welt so ist, wie sie ist. Wenn die Menschheit davon weiß, dann schwindet auch die Macht solcher Blutungeheuer.

Preis : 25 € + 5 € Versandkosten

Paypal : laurent-blancy@neuf.fr

Les origines juives de Staline

https://russland.mirtesen.ru/blog/43584950192/Evreyskoe-proishozhdenie-Stalina?nr=1

Origine juive de Staline

Dans l’historiographie politique russe des racines de Staline, il est généralement admis qu’elles sont géorgiennes (ossète – abkhaze), mais il est aussi bien connu que sa mère était une Ossète de la région habitée par les Khazars (Juifs des montagnes). En géorgien « -Shvili » signifie « fils » ou « fils d’un autre », tout comme Johnson, Swanson, etc.

« Juga » signifie « Juif ». Par conséquent, Dzhugashvili signifie juif, c’est-à-dire « fils d’un juif ».
Le père de Staline, Vissarion Jugashvili, était un cordonnier d’origine juive. Il y avait une énorme communauté juive en Géorgie. Les Juifs sont apparus et ont commencé à s’installer dans le Caucase aux Ve et VIIe siècles, fuyant la Perse (Iran) après la défaite de la rébellion anti-persane de Mazdak, à laquelle ils ont pris une part active.

Au total, environ un million de Juifs se sont installés dans le Caucase. Les Juifs de Géorgie étaient généralement de petits marchands, tailleurs, prêteurs sur gages et cordonniers.

Les cordonniers juifs étaient très doués pour porter des bottes géorgiennes pour tous les goûts.

Le nom prérévolutionnaire de Staline était typiquement juif : Joseph-David Dzhugashvili. Au cours de la lutte révolutionnaire, il la remplaça par « Koba » – le nom du chef du soulèvement anti-romain des Juifs. Ni les Russes ni les Géorgiens ne changent pratiquement leur nom de famille. Les noms sont souvent changés par les Juifs.

La mère de Staline, Catherine, tenait une maison pour David Papisnedov, un juif riche local et son supposé père. Leur mère et eux ont été affectueusement surnommés « Soso » pour Staline. Staline, dans les années 20 – 30, a souvent pris Papisnedov au Kremlin. « Camarade Papisnedov » a été souvent visité par le marchand juif Nikolaï Prjevalski, le deuxième père présumé de Staline, à qui Joseph est vraiment très semblable.

LES TROIS FEMMES DE STALINE ÉTAIENT JUIVES :


La première fut Ekaterina Svanidze, qui donna naissance à son fils Jacob.


Sa deuxième femme, Katya Alliluyeva, a donné naissance à son fils Vasily et à sa fille Svetlana. Elle est morte dans des circonstances mystérieuses, probablement par suicide.


Et la troisième femme est Rosa Kaganovich, la fille de Lazar Kaganovich Moiseevich, le commissaire du peuple de l’industrie soviétique, le Juif qui faisait sauter les cathédrales russes à la dynamique.

La fille de Staline, Svetlana, a émigré aux États-Unis en 1967, où elle a épousé le fils de Lazare Michael – un neveu de sa mère. Elle eut quatre maris, dont trois juifs.

Le premier député de Staline était V. Molotov (Scriabine) était également mariée à Pauline (Pearl) Karp, une femme juive, et son frère, Samuel Karp, était engagé dans l’exportation au Connecticut. Ceci est encore compliqué par le fait que la fille de Molotov, Svetlana (une mère juive de pure race), était fiancée au fils de Staline, Vasily.

В отечественной политической историографии корни Сталина общепринято считать грузинскими (осетино – абхазскими) , но, также, вполне известно, что его мать была осетинкой из области, заселённой хазарами (горскими евреями). По-грузински « -швили » означает « сын » или « чей-то сын », подобно Джонсону, Свенсону и т.

« Джуга » означает  – « еврей ». Посему Джугашвили означает – Jewson, то есть – « сын еврея ». 

Отец  Сталина ,Виссарион  Джугашвилли –  был сапожник с еврейскими корнями. В Грузии была огромная еврейская община. Евреи появились и стали массово селиться на Кавказе в  5 -7 веке, бежав  из  Персии(Ирана)  после поражения  антиперсидского  восстания  Маздака , в котором евреи принимали самое активное и  деятельное  участие. Всего  на  Кавказе   осело  около  1 миллиона евреев. Евреи в Грузии были, как правило, мелкими торговцами, портными, ростовщиками и сапожниками. Евреи-сапожники прекрасно тачали грузинские сапоги на любой вкус.


Дореволюционным именем Сталина было типично еврейское: Иосиф-Давид Джугашвили. В ходе революционной борьбы он сменил его на « Коба » – имя лидера анти-Римского восстания евреев. Ни русские, ни грузины практически не меняют своих фамилий. Фамилии очень часто меняют евреи.

Мать Сталина, Екатерина, вела домашнее хозяйство для Давида Паписнедова, местного зажиточного  еврея, его предполагаемого отца. Их, с матерью, ласковое прозвище для Сталина было « Сосо ». Сталин, в 20-х – 30-х годах,  часто принимал Паписнедова в Кремле. « Товарища Паписнедова »  часто навещал еврейский торговец Николай Пржевальский, второй  предполагаемый  отец Сталина, на которого Иосиф действительно  весьма  похож.


ВСЕ  ТРИ ЖЕНЫ СТАЛИНА –  БЫЛИ  ЕВРЕЙКАМИ:
Первая – Екатерина Сванидзе, родила ему сына Якова
Вторая жена – Катя Аллилуева, родила ему сына Василия и дочь Светлану. Умерла при загадочных обстоятельствах, предположительно от самоубийства.
И третья жена – Роза Каганович, дочь наркома советской промышленности Лазаря Моисеевича Кагановича.


Дочь Сталина, Светлана в1967 эмигрировала в США, где вышла замуж за сына Лазаря Михайла – племянника по своей матери. У неё было четыре мужа, трое из них – евреи.

Первый заместитель Сталина – В. Молотов (Скрябин)  также был женат на еврейке Полине (Жемчужине) Карп, причём, её брат, Самуил  Карп, занимался  экспортным бизнесом в Коннектикуте. Всё это ещё более усложняется тем, что дочь Молотова – Светлана (чистокровная еврейка -по матери) была помолвлена с  сыном  Сталина – Василием.

Un Homme en Kippa vomit et assome une Femme Noire qui ne lui a rien fait.

Je ne crois pas que cela soit du Racisme, de l’Anti-Africanisme ni de la Haine des Noirs du fait que le Monsieur est Juif !

Qui osera dire qu’un Juif qui porte la Paix Universelle est un Raciste anti-TOUT ?

 

 

Selon Isaac Bashevis Singer, « un Juif c’est quelqu’un qui, n’arrivant pas à trouver le sommeil, empêche tout le monde de s’endormir. » Pour aider le juif à retrouver un sommeil paisible et pour protéger celui des autres, il fallait remonter aux origines du mal-être juif, analyser ses manifestations et en faire la synthèse. Le résultat est sidérant et une fois de plus la réalité dépasse la fiction.

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations… Deux mille ans d’histoire chaotique qui ont abouti “au siècle juif” qui, selon la formule d’un propagandiste, a vu les juifs devenir « les chouchous de l’Histoire ».
Mais, malgré ce triomphe apparent, quantité de juifs restent torturés. Ils sentent au fond d’eux-mêmes « une immense solitude », ils souffrent d’« angoisses » et sont obsédés par « des questionnements absurdes liés à la culpabilité… » Pour nombre d’entre eux, « être juif constitue un problème qui n’a pas de réponse… » Et pourtant cette réponse nous avait déjà été donnée dès le 1er siècle par l’apôtre Jean dans son Apocalypse.
La solution était là, sous nos yeux, mais on l’avait oubliée ou négligée. Ce livre n’est donc qu’une redécouverte qui éclairera par ailleurs toute la justesse de l’assertion johannique au niveau historique, théologique, philosophique, politique, moral, économique, ethnique, psychologique et eschatologique. Cette étude aura aussi le mérite de nous faire comprendre pourquoi, pour le bien et la paix de tous, des juifs comme des non-juifs, l’évêque de Linz, Mgr Gfoellner, affirmait : « combattre et briser la pernicieuse influence du judaïsme est pour tout chrétien sincère non seulement un droit légitime, mais un impérieux devoir de conscience. »

Livre disponible dans notre librairie.

 

Merci Abbé Rioult

Abbé Rioult De la Question juive.png

 » Là où il y a Coca-Cola, il y a des Juifs Loubavich » : Vidéo.

Extrait vidéo tiré du documentaire « Voisin ou ennemi », proposé par l’émission « La 25éme heure » et diffusé sur Antenne 2 en 1996.

 

  » Là où il y a Coca-Cola, il y a des Juifs Loubavich ».

 

 

 

 

La compagnie Coca-Cola détient le monopole mondial des boissons !

 

Proposé par O-Ren Ishii

Fondée en 1892, la compagnie Coca-Cola est surtout connu pour son produit phare : le Coca-Cola, mais il faut savoir que la société distribue plus de 3500 boissons différentes à travers le monde.

 

Parmi les autres sodas du groupe, on compte des marques comme Fanta, Sprite et aussi Minute Maid ou Nestea pour les boissons non gazeuses.

C’est simple, si vous deviez goûter chaque boisson appartenant au groupe Coca-Cola à raison d’une boisson par jour, il vous faudrait plus de 9 ans !

 

 

 

 

« Les juifs, ils ont tout, même Coca-Cola »

Nouvel Obs : https://www.nouvelobs.com/le-dossier-de-l-obs/20120704.OBS6004/les-juifs-ils-ont-tout-meme-coca-cola.html

 

Le Coca-Cola est Kasher depuis 1935.

 

Site : https://fr.spontex.org/le_saviez_vous/167/coca-cola-kasher-depuis-1935

 

Détails :

La “formule secrète” du Coca-Cola a légèrement évolué depuis sa création en 1886. Elle a notamment été changée en 1935 pour la faire certifier Kasher, en collaboration avec le Rabbin Tobias Geffen. Cependant, la formulation américaine moderne du Coca Cola a remplacé le sucre de canne par du sirop, extrait du maïs, qui est interdit pendant Pessa’h. On trouve donc la formule de 1935 en vente pendant ce mois (bouchon jaune), et c’est certainement la plus proche de l’original.

Sources :

Terredisrael.com – Le Rav Tuvia Geffen [fr]
Wikipedia – Certification of coca-cola [en]
Wikipedia – Coca-cola formula [en]

 

 

The Tragic History Of John Pemberton — The Man Who Invented Coca-Cola

 

L’histoire tragique de John Pemberton — l’homme qui a inventé le Coca-Cola

 

Si John Pemberton n’avait pas fait la guerre de sécession, il n’aurait jamais été accro à la morphine et nous n’aurions pas Coca-Cola.

John Pemberton est né en Géorgie le 8 juillet 1831. Il est allé au Collège de médecine de la réforme de la Géorgie et en 1850 a reçu sa licence pharmaceutique. En 1853, il épousa Ann Eliza Clifford Lewis et les deux eurent un fils ensemble.

Lorsque la guerre civile américaine éclata, Pemberton combattit pour la garde d’état de Géorgie, qui faisait partie de l’armée Conféréé. Après avoir été blessé pendant la bataille de Colomb, il a commencé à prendre de la morphine pour la douleur et est vite devenu accro.

Désireux de se soulager de sa dépendance, Pemberton commença à expérimenter avec la coca, la plante à partir de laquelle la cocaïne a finalement été dérivée. Il a essayé plusieurs combinaisons en utilisant différents ingrédients. Finalement, Pemberton a mélangé l’extrait de coca avec des noix de Kola, créant ce qui deviendrait le sirop pour Coca-Cola. Quand il a goûté cette nouvelle recette, Pemberton était convaincu qu’il allait devenir un grand homme.

Il a rempli une cruche avec le sirop et l’a transporté dans la rue à la pharmacie à échantillonner. Les gens ont convenu que la concoction était excellente.

Pemberton a mélangé le sirop avec de l’eau gazeuse et a ensuite travaillé avec Willis E. Venable, un propriétaire de pharmacie, pour l’aider à perfectionner et à tester la recette. Au début, il a été commercialisé comme un «cerveau tonique» avec une valeur médicinale. Mais quand il a frappé le marché à cinq cents un verre, il a été vendu purement comme une boisson de fontaine de soda.

Un marketeur publicitaire nommé Frank Mason Robinson est venu avec le nom allitératif qui a combiné les deux ingrédients principaux pour le produit. Ainsi, la société Coca-Cola a été fondée.

Pemberton, ainsi persuadé qu’il était bien l’ inventeur de Coca-Cola, n’a pas fait ce qu’il avait l’intention de faire. Comme il ne pouvait pas afficher son addiction à la morphine, sa dépendance est restée. Malheureusement, parce que sa dépendance était coûteuse, il se trouva presque en faillite.

Pour assurer sa famille (et pour alimenter sa dépendance à la morphine), Pemberton commença à vendre les droits de sa formule et de ses pièces de sa compagnie.

John Pemberton croyait encore que sa création allait être une boisson nationale à l’avenir et lui maintenir une certaine propriété, dans l’espoir de le transmettre à son fils, Charley Pemberton.

Pemberton a maintenu que tandis que d’autres compagnies pouvaient utiliser la formule, Charley avait la propriété du nom de Coca-Cola. Cependant, Charley était plus intéressé à obtenir de l’argent rapidement. Ainsi, en 1888, juste avant sa mort, John et Charley Pemberton ont vendu ce qui restait du brevet au magnat de l’entreprise ASA Candler.

En août 1888, John Pemberton, qui avait été malade pendant plusieurs années à ce moment-là, est décédé d’un cancer de l’estomac. Au moment de sa mort, il était prétendument sans le sou et encore accro à la morphine.

Selon Mark Pendergrast, qui a écrit le livre pour Dieu, pays, et Coca-Cola : l’histoire définitive de la grande boisson gazeuse américaine et la compagnie qui le fait, Charley Pemberton a souffert de l’abus de substances. Il était enclin à l’alcool et aurait été un utilisateur avide d’opium. Il est mort six ans après son père.

Pendant ce temps, sous la direction d’ASA Candler, la société Coca-Cola s’est transformée en Coca-Cola Corporation. Il est devenu le premier fabricant et détaillant mondial de boissons gazeuses.

Appréciez-vous ce regard sur John Pemberton, l’homme qui a inventé le Coca-Cola ? Vous voudrez peut-être en savoir plus sur l’histoire secrète de Coca-Cola prochainement. Ensuite, lisez à propos de ces drogues dangereuses et illégales que les médecins ont prescrit une fois comme remèdes miracle.

Lien : https://allthatsinteresting.com/who-invented-coca-cola-john-pemberton

 

Coca-Cola a dépensé des millions en France pour dissimuler les effets néfastes de sa boisson :

Le profit au détriment de votre santé

 

Coca-Cola aurait versé des millions d’euros à des scientifiques et chercheurs pour que les effets nuisibles à la santé de la boisson soient passés sous silence.

Coca-Cola influence les recherches scientifiques

Le géant américain, Coca-Cola, a de quoi rougir. Le quotidien Le Monde a révélé que la firme a dépensé des millions entre 2010 et 2016 pour faire croire que ses boissons sont sans danger. En France, plus de 8 millions d’euros auraient été versés pour orienter les recherches scientifiques. Coca-Cola est aussi propriétaire de Minute Maid, Fanta, Sprite et Finley entre autres. Ces boissons ont toutes un point commun : elles contiennent énormément de sucre. Pour rappel, une boisson Coca-Cola contient l’équivalent de 7 morceaux de sucre.

Des millions versés pour faire taire les scientifiques © Pixabay / Mico59

Coca-Cola veut passer sous silence son rôle dans d’obésité

Le but de Coca-Cola en payant les scientifiques était de faire croire que l’alimentation n’avait pas un rôle important sur la hausse de cas d’obésité dans le monde. La firme souhaitait plutôt mettre en avant le manque d’activité physique comme étant le principal responsable.

Coca-Cola n’en est pas à son premier scandale cette année. Fin février 2019, Coca-Cola sponsorise la Roumanie, qui préside alors l’Union européenne. L’ONG a critiqué avec virulence cette décision : « Alors que la malbouffe et ses conséquences désastreuses sur la santé constituent un vrai sujet de société, il est tout à fait inadmissible que la présidence du Conseil de l’Union européenne soit sponsorisée par Coca-Cola. »

Début mars, une étude réalisée aux États-Unis met encore à mal la célèbre boisson. Cette étude montre que la consommation régulière de sodas provoque un risque énorme de décès précoce, surtout chez les femmes.

CocaCola.png

Des sommes astronomiques ont été versées

Le géant américain a rémunéré des professionnels de santé, des projets de recherches, évènements, colloques ou associations médicales et sportives pour qu’ils gardent le silence sur les effets du Coca-Cola sur la santé.

Bernard Waysfedls, un psychiatre spécialisé en nutrition, a avoué avoir reçu 4 000 euros en 2011 de la part de Coca-Cola pour une communication lors d’un colloque « sur les boissons des ados« . Il a expliqué au Monde que sa présentation a été « longuement travaillée et harmonisée avec les responsables de Coca-Cola« .

930.000 euros. C’est le montant exorbitant qu’a gagné CreaBio pour un « projet de recherche sur les édulcorants intenses ». Cette étude, publiée en 2018, affirme qu’il n’y a pas de différence entre l’eau et les boissons avec des « édulcorants basses calories » en matière d’effets sur « l’appétit, l’apport énergétique et les choix alimentaires ».

Le Monde précise que « la multinationale assure avoir mis un terme à ce type de collaboration après 2016 ».

Que pensez-vous des pratiques de Coca-Cola ?

Coca Cola Le Monde.png

Site Daily Geek Show : https://dailygeekshow.com/coca-millions-etudes/

 

Afficher l’image source

DODGE, UNE VOITURE DEDIEE A SATAN, par Laurent Glauzy

Dans l’article « Audi, la marque Illuminati », se fondant sur les 4 cercles formant le nombre de la bête 666 et dont le siège est à Ingolstadt, en Bavière, celui aussi des Illuminati, j’exposais que la marque automobile était une création de cette secte Illuminati, aujourd’hui représentée par les 13 lignées sataniques (Cf. livre de Robin de Ruiter, librairie de PRO FIDE CATHOLICA).

De manière tout aussi troublante, nous constatons que le cas d’Audi n’est pas singulier. Dodge est une marque Illuminati. La démonstration par ses logos :

1886: Les frères John et Horace Dodge débutent leur carrière professionnelle à la Murphy Engine Company, fabricant de moteurs marins. Ils font ensuite fortune dans la production de bicyclettes, à la tête de leur compagnie Evans & Dodge Bicycle Company.

Nous voyons alors l’évolution du logo de cette marque de voiture. En 1902, les 6 points symbolisent les deux triangles du signe ésotérique de l’étoile de David, plus directement signifié en 1914. Les frères Dodge n’étaient pas juifs, ce que pourrait laisser à penser l’emblème. Nous pouvons donc penser qu’ils appartenaient aux cercles Illuminati, tout comme Ford pourtant auteur de l’excellent livre Le juif international (Librairie de PRO FIDE CATHOLICA)

dodg1910_m

 

dodg1914_m

 

En 1927, le logo montre des ailes, celles d’anges déchus, comme le laissent penser l’éclair sur fond noir et le chiffre 6 qui est un appel à l’étoile de David.

dodg1927_m

 

1932: Les voitures Dodge commencent à adopter un bélier.

dodg1933

1951: Sur le capot, seule la tête du bélier avec des cornes recourbées, est restée.

dodg1951_m

 

 

La plupart des marques automobiles sont liés aux Illuminati, car comme l’armement, le pétrole, la musique Rock et les revenus de la drogue, elles sont une source d’importants capitaux. Un des cas les plus probants est celui d’Alfa Roméo arborant un serpent couronné.

 

NOUVEAUTÉS DE LA LIBRAIRIE DE LAURENT GLAUZY

Mars1.jpeg

Mars2

 

« Entrées précédentes