Archives de Catégorie: Juif

DODGE, UNE VOITURE DEDIEE A SATAN, par Laurent Glauzy

Dans l’article « Audi, la marque Illuminati », se fondant sur les 4 cercles formant le nombre de la bête 666 et dont le siège est à Ingolstadt, en Bavière, celui aussi des Illuminati, j’exposais que la marque automobile était une création de cette secte Illuminati, aujourd’hui représentée par les 13 lignées sataniques (Cf. livre de Robin de Ruiter, librairie de PRO FIDE CATHOLICA).

De manière tout aussi troublante, nous constatons que le cas d’Audi n’est pas singulier. Dodge est une marque Illuminati. La démonstration par ses logos :

1886: Les frères John et Horace Dodge débutent leur carrière professionnelle à la Murphy Engine Company, fabricant de moteurs marins. Ils font ensuite fortune dans la production de bicyclettes, à la tête de leur compagnie Evans & Dodge Bicycle Company.

Nous voyons alors l’évolution du logo de cette marque de voiture. En 1902, les 6 points symbolisent les deux triangles du signe ésotérique de l’étoile de David, plus directement signifié en 1914. Les frères Dodge n’étaient pas juifs, ce que pourrait laisser à penser l’emblème. Nous pouvons donc penser qu’ils appartenaient aux cercles Illuminati, tout comme Ford pourtant auteur de l’excellent livre Le juif international (Librairie de PRO FIDE CATHOLICA)

dodg1910_m

 

dodg1914_m

 

En 1927, le logo montre des ailes, celles d’anges déchus, comme le laissent penser l’éclair sur fond noir et le chiffre 6 qui est un appel à l’étoile de David.

dodg1927_m

 

1932: Les voitures Dodge commencent à adopter un bélier.

dodg1933

1951: Sur le capot, seule la tête du bélier avec des cornes recourbées, est restée.

dodg1951_m

 

 

La plupart des marques automobiles sont liés aux Illuminati, car comme l’armement, le pétrole, la musique Rock et les revenus de la drogue, elles sont une source d’importants capitaux. Un des cas les plus probants est celui d’Alfa Roméo arborant un serpent couronné.

 

NOUVEAUTÉS DE LA LIBRAIRIE DE LAURENT GLAUZY

Mars1.jpeg

Mars2

 

«En prison mais jamais à l’armée» : heurts entre Juifs orthodoxes et police à Jérusalem (VIDEO)

Des heurts ont éclaté à Jérusalem le 7 mars entre la police israélienne et des manifestants juifs ultra-orthodoxes. En cause : l’obligation pour ces derniers d’effectuer le service militaire en Israël, ce à quoi ils se refusent

Au moins 30 Juifs ultra-orthodoxes ont été arrêtés le 7 mars à Jérusalem lors d’une manifestation contre l’obligation récemment réaffirmée par la Cour constitutionnelle pour cette communauté d’effectuer le service militaire (obligatoire en Israël pour tous les citoyens).

La police israélienne a tenté de déloger des centaines de personnes qui bloquaient les rues de la ville et la circulation du tramway.

Des heurts assez impressionnants ont ainsi éclaté entre quelque 500 personnes appartenant au mouvement de la Faction de Jérusalem, un groupe dissident politique radical au sein de la communauté Haredim ashkénaze, et les policiers israéliens.

Les manifestants accusent le gouvernement de vouloir réprimer la religion. «Le projet est une persécution religieuse», criaient certains d’entre eux. Pour ces Juifs orthodoxes, il est préférable d’être condamné à de la prison plutôt que de servir l’armée. «En prison mais jamais à l’armée !», scandaient les manifestants qui ont également traité les policiers de nazis.

Pour les disperser, des canons à eau et des officiers à cheval ont été déployés.

En Israël, seuls les étudiants des institutions rabbiniques appelées «yeshivas», centres d’étude de la Torah et du Talmud, peuvent être dispensés du service militaire obligatoire. Les hommes doivent cependant se présenter à l’armée pour que leur service soit différé, ce que les dirigeants de la faction de Jérusalem ont contesté à de nombreuses reprises, entraînant des arrestations et des affrontements avec les autorités.

Exemptés du service militaire depuis la création de l’Etat hébreu, les juifs ultra-orthodoxes doivent se plier à l’obligation de service militaire depuis septembre 2018, après une décision de la Cour suprême israélienne de septembre 2017. Une disposition à laquelle sont opposés les dirigeants rabbiniques. Ces derniers ont appelé à plusieurs reprises les étudiants à ne pas se présenter aux bureaux de recrutement.

Conférence de Laurent Guyénot : Du Marranisme au Sionisme. VIDEO.

Daniel Lindenberg Essayiste (1940 – 2018)

-Figures d’Israël-

Dans son livre : « L’Identité juive entre marranisme et sionisme » 1997
Page 10.
« Comment ne pas être frappés par le style marrane qui fut celui de beaucoup d’intellectuels juifs dans la cité européenne.
Bernard Lazare écrivait dans son Fumier de Job (vers 1899) :
«Je suis Juif et j’ignore tout des Juifs. Je suis désormais un paria et ne sais de quels éléments me refaire une dignité et une personnalité ; il faut que je sache qui je suis, et pourquoi je suis haï, et ce que je puis être» (Paris,Circé,1990).
C’est une véritable «profession de foi» marrane. Le mot d’ordre même qui sera celui de la Haskala*, l’expression «Sois Juif à la maison et un homme au dehors», sonne comme la quintessence de l’expérience marrane.
Beaucoup de Juifs très intégrés, qui gardèrent jalousement secrète leur part de judéité que personne ne leur demandait pourtant de celer au sein d’une vie de citoyen «insoupçonnable», furent à leur manière de dignes successeurs des grands conversos
d’autrefois.
Quiconque a connu les juifs communistes, kominterniens de naguère, ou même certains
représentants éminents de la génération de 1968 saura ce qu’un marranisme, certes fruste, veut dire : voilà des hommes et des femmes, qui, en principe, suivant le dogme
«internationaliste» ont étouffé en eux toute trace de «particularisme», de «chauvinisme juif petit-bourgeois», qui vomissent publiquement le sionisme, exaltent le bon droit des peuples arabes, la grande Union soviétique- et qui, en secret se réjouissent des victoires militaires d’Israël, racontent des blagues anti-soviétiques, et pleurent en écoutant une chanson yiddish*. Jusqu’au jour où, comme un Leopold Trepper, ils peuvent exté-
rioriser ce refoulé juif, devenant parfois, comme les marranes du passé, les plus intransigeants des néophytes. »

 

 

 

 

Bernard Lazare dans « Juifs et Antisémites » édité par Philippe Oriol -Paris -Allia 1990

« C’est le Talmud qui est responsable de l’Insociabilité des juifs et partant, de LA HAINE DES NATIONS. »

 

 

Extrait du livre de Gérard Menuhin « Dites la vérité et vous humilierez le diable »

« Le 30 août 1943, le secrétaire d’État américain, Cordell Hull écrivait à William Standley, ambassadeur des État-Unis à Moscou : «…il n’y a pas suffisamment de preuves pour justifier la déclaration concernant l’exécution dans les chambres à gaz»
( Département d’État des États-Unis, Foreign Relations of the United States: Diplomatic papers 1943, US GovemmentPrinting Office, Washington, DC, 1963,volume 1,p.416).

Pas étonnant que le malheureux Höss ait eu du mal à évoquer 2,5 millions de juifs gazés pour satisfaire ses tortionnaires !

La confession de Höss (15 mars 1946) a créé une base utile pour d’autres allégations de ce type, et à quelques mois de la fin de la guerre, il n’y avait probablement plus aucun gradé allemand encore en vie ou disposé à raconter la vérité sur la politique nationale -socialiste envers les juifs. Höss Kommandant à Auschwitz entre 1940 et 1943, a déclaré après sa confession qu’il aurait avoué avoir gazé n’importe quel chiffre souhaité : «Certes, j’ai signé une déclaration selon laquelle j’ai tué deux millions et demi de juifs.
Mais j’aurai tout aussi bien pu dire que c’était cinq millions de juifs.

Il y a certaines méthodes par lesquelles ont peut obtenir n’importe quelle confession, qu’elle soit vraie ou non.»
( Höss, à Moritz von Shirmeister, avant son audition comme témoin à La Défense, au tribunal de Nuremberg ; voir Faurisson, “How thé British Obtained thé Confessions of Rudolf Höss”[ Comment les Britanniques obtinrent les confessions de Rudolf Höss], The Journal of Historical Review, vol. 7, No 4 ( Hiver 1986-87),pp. 380-403). Le manque de fiabilité des millions de Hösse est si grave que Martin Broszart les a simplement laissés à l’écart de la publication des documents Höss ( Kommandant in Auschwitz, première édition : DVA, Stuttgart 1958). »

Gérard Menuhin, page 26

Les Juifs et le judaïsme aux Etats Unis

« Les marchands juifs ont joué un rôle majeur dans le commerce des esclaves. En fait, dans toutes les colonies d’Amérique, qu’elles soient françaises ( Martinique), britanniques, ou hollandaises, les marchands juifs ont fréquemment dominé. Ce n’était pas moins vrai sur le continent nord-américain, où, durant le 18èmes siècle, les Juifs ont participé au commerce triangulaire qui a amené les esclaves d’Afrique aux Caraïbes pour les échanger contre des mélasses qui étaient ensuite transportées à la Nouvelle Angleterre et transformées en rhum pour être vendu en Afrique. »

Marc Lee Raphael / Les Juifs et le judaïsme aux Etats Unis

« Entrées précédentes