Archives de Catégorie: Juif orthodoxe

M, le film sur la pédophilie des rabbins, dont les grands médias ne feront pas leurs titres

C’est Tribune Juive qui le dit :

« On en sort bouleversé, sonné, choqué, étonné, chaviré… Ce n est pas tous les jours qu’on peut voir un film sur la sexualité des ultras-orthodoxes, celle de la communauté hassidique. Ce film est la trajectoire de M, comme Menahem Lang qui raconte – et joue – sa propre vie. Il fut dans son enfance victime de prédations sexuelles, oui de viols, au sein d’une des plus grandes communautés ultra orthodoxes au monde, celle de Bnei Brak, à Tel Aviv. »

http://www.tribunejuive.info/cinema/m-un-film-insoutenable-sur-la-sexualite-des-ultra-orthodoxes-par-alain-chouffan

La réalisatrice Yolande Zauberman a recueilli le témoignage du comédien Menahem Lang, qui a été la victime, enfant, de rabbins pédophiles.

 

Le journal Le Parisien écrit :

« Ce documentaire absolument ahurissant a été tourné, principalement de nuit, dans la ville de Bnei Brak, située dans la banlieue nord-est de Tel Aviv en Israël et considérée comme la capitale mondiale des juifs orthodoxes. La réalisatrice y accompagne le comédien et chanteur Menahem Lang, dont la voix d’enfant a merveilleusement servi la liturgie juive et qui fut une cible de choix pour les rabbins pédophiles.

[…] Plus de 30 ans après les faits – car une terrible vérité survient encore vers la fin du film – Menahem assure ne plus savoir ce qu’est l’amour avec une femme et ne se confie qu’à son amie, élue « Miss Trans ». « Je suis à la fois ton père et ta mère », s’exclame-t-elle. Menahem dit aussi comment il lui est arrivé de chanter mentalement lorsqu’il était le jouet de ses prédateurs. »

Source

«En prison mais jamais à l’armée» : heurts entre Juifs orthodoxes et police à Jérusalem (VIDEO)

Des heurts ont éclaté à Jérusalem le 7 mars entre la police israélienne et des manifestants juifs ultra-orthodoxes. En cause : l’obligation pour ces derniers d’effectuer le service militaire en Israël, ce à quoi ils se refusent

Au moins 30 Juifs ultra-orthodoxes ont été arrêtés le 7 mars à Jérusalem lors d’une manifestation contre l’obligation récemment réaffirmée par la Cour constitutionnelle pour cette communauté d’effectuer le service militaire (obligatoire en Israël pour tous les citoyens).

La police israélienne a tenté de déloger des centaines de personnes qui bloquaient les rues de la ville et la circulation du tramway.

Des heurts assez impressionnants ont ainsi éclaté entre quelque 500 personnes appartenant au mouvement de la Faction de Jérusalem, un groupe dissident politique radical au sein de la communauté Haredim ashkénaze, et les policiers israéliens.

Les manifestants accusent le gouvernement de vouloir réprimer la religion. «Le projet est une persécution religieuse», criaient certains d’entre eux. Pour ces Juifs orthodoxes, il est préférable d’être condamné à de la prison plutôt que de servir l’armée. «En prison mais jamais à l’armée !», scandaient les manifestants qui ont également traité les policiers de nazis.

Pour les disperser, des canons à eau et des officiers à cheval ont été déployés.

En Israël, seuls les étudiants des institutions rabbiniques appelées «yeshivas», centres d’étude de la Torah et du Talmud, peuvent être dispensés du service militaire obligatoire. Les hommes doivent cependant se présenter à l’armée pour que leur service soit différé, ce que les dirigeants de la faction de Jérusalem ont contesté à de nombreuses reprises, entraînant des arrestations et des affrontements avec les autorités.

Exemptés du service militaire depuis la création de l’Etat hébreu, les juifs ultra-orthodoxes doivent se plier à l’obligation de service militaire depuis septembre 2018, après une décision de la Cour suprême israélienne de septembre 2017. Une disposition à laquelle sont opposés les dirigeants rabbiniques. Ces derniers ont appelé à plusieurs reprises les étudiants à ne pas se présenter aux bureaux de recrutement.