Archives de Catégorie: Juiverie

Le Pire ANTISEMITE de la Planète a été Identifié !

Les talmudistes du monde entier se mobilisent contre un ANTISEMITE qui a des POUVOIRS SURNATURELS liés au IIIème REICH !!!!!!!

Afficher l’image source

C’est la BÊTE IMMONDE, TERRIFIANTE, DEVASTATRICE et cette Bête est ECOSSAISSE !!!!!!!!

The Times of Israel :

Les députés du parti nationaliste britannique UKIP siégeant au Parlement européen ont accueilli l’homme qui avait appris à son chien à faire le salut nazi lorsqu’il lui disait « gazer les Juifs » lors d’une conférence sur la liberté d’expression sur Internet.

Mark Meechan, qui a été condamné en avril à une amende de 800 £ (900 euros) pour avoir filmé le salut et l’avoir mis en ligne, a assisté et pris la parole lors de la manifestation organisée lundi à Strasbourg par le UKIP, selon The Scotsman.

David Coburn, l’un des 24 députés de l’UKIP au Parlement européen, a annoncé que Meechan a rejoint l’UKIP, affirmant que lui et d’autres comme lui « sont l’avenir » et « vont nous faire prendre un nouveau chemin ».

Dans son intervention, Meechan, 30 ans, a dénoncé l’emploi par des géants de l’Internet « d’algorithmes invisibles d’analyse de contenu, qui soit l’approuvent ou non avant sa mise sur le net, avec tellement de dérives que cela en devient diabolique”. Le fait de contrôler la liberté d’expression en ligne, a-t-il dit, « peut conduire au fascisme. »

Cependant, au cours du procès, un dirigeant juif écossais a déclaré à un tribunal que le clip avait suscité un sentiment antisémite en ligne contre la communauté juive locale.

« La menace est dirigée contre la communauté juive et il y a un effet de chambre d’écho avec des gens qui essaient d’être encore plus offensants », a déclaré Ephraim Borowski, chef du Scottish Council of Jewish Communities, devant le tribunal d’Airdrie Sheriff. « 160 pages de messages à ce sujet ont été recueillies par nous en une journée, ils le soutenaient et c’était extrêmement antisémite. »

 

 

C’ EST LUI !!!!!!!!

 

M. Meechan a été reconnu coupable d’avoir enfreint la loi britannique sur les communications en publiant du contenu « grossièrement offensant » et « antisémite et raciste par nature », une infraction aggravée par des préjugés religieux, lors de son procès en avril au tribunal Airdrie Sheriff.

Meechan, résidant à Coatbridge, près de Glasgow, a recueilli plus de 200 000 dollars grâce à une page de financement participatif pour payer les frais juridiques liés à un appel contre sa condamnation et sa sentence, mais son appel fut rejeté.

Rendez-vous compte : 200,000 dollars de BENEFICES pour permettre à un chien de répandre la haine et planifier le génocide des juifs en Ecosse et, probablement, en Europe !!!!

https://youtu.be/8K5HPUZPQ1k

youtu.be
I like his views

 

Heureusement que SUPER DOG a mené l’enquête et a Retrouvé la BÊTE IMMONDE ! 😉

regardduweb-drole-insolite-animal-chien-cinema47

ILS ÉTAIENT BLANCS ET ESCLAVES, ILS ÉTAIENT JUIFS ET NÉGRIERS (partie 1), Laurent Glauzy, et le Coran légitime l’esclavage

Peut-on réduire l’histoire de l’esclavage à l’homme noir ? Des esclaves blancs ont existé. Ont-ils moins souffert que les esclaves noirs ? Qui furent les véritables mercantis de l’esclavage ?

Rien n’interdit encore d’aborder la question de l’esclavage dans un esprit révisionniste et libre. L’IHR (Institute for Historical Review) propose deux ouvrages qui démontent le mythe de La Case de l’Oncle Tom : They Were White and They were Slaves (Ils étaient blancs et ils étaient esclaves) de Michael A. Hoffman et The Secret Relationship Between Blacks and Jews (Les relations secrètes entre les Noirs et les juifs) de Farrakhan. Dans Les différenciations raciales entre les Noirs et les Blancs, Thomas Jefferson relève que sous l’Empire romain au siècle d’Auguste, la condition des esclaves est bien pire que celle des Noirs dans le continent américain. Malgré cela, Epictète, Térence et Phèdre, esclaves de race blanche, furent les précepteurs des enfants de leurs maîtres. Au IXe siècle, des dizaines de milliers d’esclaves sont vendus sur les terres occupées par l’Islam, comme dans le Royaume de Cordoue. Les Vikings participent à ce commerce juteux. Les captifs sont blancs. Ils viennent d’Islande, d’Écosse et d’Irlande. Les enfants, non rentables, n’ont pas été embarqués mais tués sur place et les drakkars s’en sont retournés chargés de denrées et de bijoux.
Du Xe au XVe siècle, la majorité des esclaves est issue des peuples slaves, d’où le mot tire son étymologie. Les femmes sont vouées à la prostitution, les hommes aux galères. La castration est courante. Peu y survivent. Avec la disparition des sociétés traditionnelles et le recul du catholicisme sous la poussée des protestantismes, des populations entières sombrent dans une profonde misère.

L’Angleterre concentre tous ces signes. Sa monarchie, très tôt liée aux desseins de la franc-maçonnerie, contribue à accentuer les souffrances d’un peuple contraint à un esclavage aujourd’hui cadenassé dans les amnésies du politiquement correct. Pourtant, cet esclavage, non répertorié comme tel et se développant en Angleterre, est bien plus cruel que celui qu’ont subi les Noirs d’Amérique. En 1765, sur vingt-trois enfants employés par l’entreprise St Clément Dane’s, dix-huit sont mortellement blessés. Soixante-quatre des soixante-dix huit enfants ouvriers d’une entreprise d’Holborn connaissent le même sort.

À St Qeorge’s Middlesex, seize enfants sur dix-huit meurent d’accidents du travail. En Angleterre, le taux de mortalité de cette main-d’œuvre enfantine est estimé à 90 %. Les rythmes imposés sont insoutenables. Les journées de travail durent en moyenne seize heures. Les enfants sont employés à nettoyer les conduits de cheminées dont, par souci d’économie, les foyers ne sont pas éteints. Les accidents sont nombreux. Mal ou pas rémunérés, les petits ramoneurs qui doivent mendier leur nourriture sont décimés par la tuberculose et le cancer des bronches. Dans The White Slaves of England, John C. Cobden décrit la cruauté des patrons. En 1833, dans une usine de Manchester, un garçon de moins de dix ans est en retard. Il est contraint de porter autour du cou des poids de dix kilos. D’autres, meurent roués de coups. Dans les mines des dizaines de milliers d’enfants servent de bêtes de somme, attelés à des chariots. Dans les cimetières, les épitaphes témoignent de l’âge de ces esclaves : « William Smith, huit ans, mineur, mort le 3 janvier 1871 ». À l’entour, des enfants de quatre ans reposent dans les autres petites tombes. Dans The Factory System Illustrated William Dodd note qu’en 1846 plus de dix mille ouvriers anglais (en majorité des enfants), ont été blessés, mutilés ou déchiquetés par des machines. En 1840, un médecin de Stockport voit mourir une jeune fille la chevelure happée par le roulement à billes d’une machine. John Randolph, Virginien de Roanoke, voyage en Irlande et en Angleterre, accompagné de son serviteur. Il écrit : « Je ne pensais pas être autant choqué par la misère des paysans du Limmerick et de Dublin. Johnny est même fier d’être un esclave noir de Virginie. Il était horrifié de voir des taudis avec des blancs mourant de faim ». La vie des paysans du Sud de l’Angleterre, témoigne l’historien anglais William Cobbet, est pire que celles des esclaves noirs américains. En 1834, des fermiers du Dorset tentent de former un syndicat pour préserver de la famine les veuves et les orphelins. Ils sont déportés en Australie. Outre-Atlantique, le sort des esclaves blancs, premiers déportés dans le nouveau monde où l’appât du gain a aboli toute morale, est tout aussi inhumain.

En 1645, dans un courrier adressé au gouverneur du Massachusetts, John Winthrop, un certain George Downing conseille aux propriétaires qui veulent faire fortune dans les Antilles d’acheter des esclaves provenant d’Angleterre. En 1640, dans les plantations de canne à sucre des Iles de La Barbade (actuellement haut lieu de la Jet Society), 21 700 blancs sont recensés sur 25 000 esclaves. De 1609 à 1800, près des deux tiers des blancs arrivent en Amérique comme esclaves. Ils constituent la grande majorité de cette main-d’œuvre : il est moins difficile d’obtenir des esclaves blancs que des Nègres. Les chefs des tribus africaines doivent être saoulés par les marchands de « bois d’ébène ». Les Noirs ne sont capturés qu’après des traques qui durent de longues semaines dans des conditions excessivement périlleuses à travers les forêts et les savanes africaines. Le « rendement » est très mauvais. La plupart des captifs meurent, à bout de force, avant d’atteindre les bateaux. Les pistes sont jonchées d’ossements. Une bonne partie des survivants succombera pendant la traversée. En revanche dans les villes et la campagne irlandaise ou écossaises, les kidnappers – que l’édition 1796 du Dictionary of vulgar longue définit comme : « Personne volant des enfants pour les envoyer dans les colonies ou les plantations des Antilles » – fournissent à moindre frais des esclaves moins coûteux à livrer.

Selon History of the United States, d’Edward Channing, dix mille enfants kidnappés ont été déportés aux Etats-Unis en 1670. Michael A. Hoffman évoque le négoce du capitaine Henry Brayne : « En novembre 1670, son bateau quitte la Caroline. Il est alors chargé de charpentes qui doivent être livrées aux Antilles anglaises en échange d’une cargaison de sucre pour Londres. Ici, le Capitaine prend à bord deux cents à cinq cents esclaves blancs à destination de la Caroline ». Toutes ces raisons conjuguées au fait qu’un esclave blanc a moins de valeur qu’un noir habitué au climat tropical de la Virginie ou de la Floride, expliquent le prix très bas des esclaves blancs. Par conséquent, les esclavagistes ne les ménagent pas : il les affectent aux tâches les plus dures et les plus répugnantes, les soumettent à des actes de maltraitance et de sadisme.

esclavess

Des enfants seront pendus par les mains à une corde, amputés et tués. Le trésorier de l’Etat de Virginie, George Sandys, atteste du peu de valeur d’un esclave blanc : il en échange 7 contre 150 livres de tabac. Dans A True and Exact History, Richard Ligon mentionne en 1657 le troc d’une esclave blanche contre un cochon. Dans les Antilles anglaises, les quatre cinquièmes des esclaves blancs meurent l’année de leur arrivée. Dans Sugar and Slaves : The Rise of the Planter Class in the English West Indies, l’historien Richard Dunn démontre que les plantations de canne à sucre des Antilles anglaises étaient le tombeau des esclaves blancs. Ecœuré par ces pratiques, le colonel William Brayne écrit en 1656 aux autorités anglaises pour demander l’importation d’esclaves noirs. Mais l’esclavage des blancs est encouragé par les hautes instances politiques et la Couronne. En 1615, le parlement anglais, soutenu par Charles Ier, donne tout pouvoir aux magistrats pour permettre la déportation des Anglais les plus pauvres. Sous le règne de Charles II (1630-1685), même le petit Pays de Galles n’est pas épargné. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, des économistes insistent sur le « bien-fondé » de l’esclavage des blancs, main-d’œuvre qui permet le développement des colonies anglaises et favorise l’expansion de l’Empire britannique. En 1618, des aristocrates adressent une pétition au Conseil de Londres exigeant que les enfants qui errent dans les rues soient déportés en Virginie. En janvier 1620, des enfants tentent de s’enfuir de la prison de Briedewell. Une mutinerie éclate. On craint que le mouvement se généralise. Un courrier est envoyé au secrétaire du Roi, Sir Robert Naunton. Le 31 janvier, le Privy Council autorise à titre d’exemple le recours aux sentences capitales. Cela durera jusqu’au XIXe siècle, époque à laquelle les propriétaires d’usines de Nouvelle-Angleterre militent pour l’abolition de l’esclavage noir tout en exploitant sans vergogne les enfants blancs. Ce n’est pas une attitude nouvelle. Dès février 1652, les propriétaires des plantations ont obtenu la légalisation et l’extension du kidnapping des blancs. Les villes du Commonwealth voient les plus pauvres, accusés de mendicité partir chaînes aux pieds pour l’Amérique. Les juges perçoivent les pots-de-vin liés à ce trafic. La part de Sa Majesté n’est pas la moindre.

Extrait de l’Atlas de géopolitique révisé (T. 1) de Laurent Glauzy

L’ESCLAVAGE ET L’ISLAM

Comment un « dieu » qui soumet, peut-il créer des hommes rendant libres d’autres hommes ?

Le mouvement d’émancipation des esclaves n’aurait jamais pu trouver son origine dans l’Islam non seulement parce qu’Allah enseigne que les Musulmans sont des hommes supérieurs (Coran 3.139), mais parce qu’il interdit explicitement l’abolition de l’esclavage (Coran 16.71). L’islam légitime l’esclavage (Coran 4.3,24,25,36,92 ; 16.71,75,76 ; 30.28)

L’esclavage est encore pratiqué en nombre de pays musulmans et de leurs ambassades en pays non-musulmans où il alimente notamment des harems à l’instar de celui de Mahomet. Mahomet lui-même s’est enrichi de cet abominable commerce (Coran 8.70 ; 16.71 ; 33.52) ; « Quand il fut en position de force, Mahomet tira l’essentiel de ses revenus de la traite d’esclaves, considérant comme butin les veuves et les orphelins qu’il capturait et qui furent vendus par dizaines ou par centaines à la fois. Il fut ainsi le plus grand esclavagiste d’Arabie, sinon du monde de son temps. » Jusqu’à aujourd’hui, à la suite de Mahomet, « Modèle des Musulmans » (Coran 33.21), l’esclavage a toujours été pratiqué par les Musulmans.

 

 

 

Sarközy-Mallah Impose des racines « Judéo-Chrétiennes » à la France dans la synagogue.

A la synagogue de Marseille, Nicolas Sarközy annonce son intention de tout faire pour maintenir la domination talmudiste sur la France.

Sarkozy

Chassé par les URNES, Sarközy revient par la SYNAGOGUE, chemin le plus sur pour pouvoir commettre de basses manoeuvres CONTRE notre pays où SEUL le Christ est Roi de France et la très Sainte Vierge Marie, la Reine.

RAPPEL HISTORIQUE BIBLIQUE : Les SEULS Judéo-Chrétiens de l’Histoire furent NOS APOTRES. Après la montée vers le Christ de Saint Jean, le judéo-Christianisme s’est éteint de lui-même laissant place à la Religion de notre Seigneur : LE CHRISTIANISME CATHOLIQUE.

Nicolas Sarkozy à la grande synagogue de Marseille : « Aidez Israël à vouloir la paix »

mardi 18 septembre 2018

« Vous devez aider Israël à vouloir la paix car c’est toujours le plus fort qui veut la paix », lance Nicolas Sarkozy à la grande synagogue de Marseille en cette année 5779 et à la veille de Yom Kippour. Pour l’ancien Président de la République : « Israël est un miracle. Du fond de l’abomination est sorti l’impensable ». « La disparition d’Israël, poursuit-il, serait la victoire de ceux qui ont voulu la Shoah ». « Je veux le dire avec la même force, Israël ne pourra pas gagner toutes les guerres, ne pourra pas résister si on ne crée pas les conditions pour que les Palestiniens disposent d’un État vivant en paix », estime-t-il. « Aimer Israël et rester en France, voilà ce que nous vous proposons », avance Nicolas Sarkozy après avoir rappelé : « A la tribune de l’ONU, j’ai indiqué que la France serait aux côtés d’Israël si un pays voulait toucher à un seul cheveu d’Israël ». Une intervention qui aura été incontestablement le temps fort de cette cérémonie qui a vu des prises de parole de Michel Cohen Tenoudji, président du Consistoire, Renaud Muselier, le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Martine Vassal, présidente du Département des Bouches-du-Rhône et Yves Moraine, représentant le maire de Marseille et de Magalie Charbonneau, représentant le Préfet de Région. On notait la présence d’autorités religieuses notamment musulmanes et catholiques au premier rang desquelles Monseigneur Pontier, archevêque de Marseille et président de la conférence des évêques de France.

 

Le Figaro :

L’ancien chef de l’État a prononcé un discours ce lundi, devant plusieurs centaines de fidèles réunis dans la grande synagogue de Marseille, à l’invitation du Consistoire israélite de la ville.

À la veille de Yom Kippour, Nicolas Sarkozy a répondu à l’invitation du Consistoire israélite de Marseille. «Nous l’avons invité il y a quatre mois environ, il est un grand ami de notre communauté, explique au Figaro, Michel Cohen-Tenoudji, président du consistoire. C’est pour nous un honneur de l’avoir et un grand message d’amitié».

En d’autres termes, l’illustre Sarközy est de retour et ce retour a pour première étape, incontournable, de réitérer son appartenance au Kahal.

L’amitié, c’est assurément le fil rouge du discours de l’ancien chef de l’État prononcé ce lundi, devant plusieurs centaines de fidèles réunis dans la grande synagogue de Marseille. Rappelant comme il l’avait fait il y a sept ans, lors du discours annuel du Crif «la part juive de l’identité nationale», Nicolas Sarkozy a célébré dès le début de son discours les «racines chrétiennes et les racines juives» de la France. «La France doit être fière de ses racines», a-t-il appuyé, chaleureusement applaudi par la communauté.

La « part juive » de l’identité Nationale est pour Nous LE SANHEDRIN qui a fait crucifier Notre Seigneur Jésus, sachez-le, Sarközy-Mallah !

caifas-950x394

Aujourd’hui, cette histoire de « racines chrétiennes » en Europe est systématiquement utilisée par les talmudistes pour caporaliser les quelques églises qui existent, ici et là.

Tous les politiciens qui agitent encore la religion comme argument politique brandissent la croix pour mieux légitimer leur allégeance, au moins formelle, aux talmudistes au nom de ce concept bancal de « judéo-christianisme ».

On peut même dire que, dans 95% des cas, les Chrétiens de ces églises, protestantes où catholiques-conciliaires, sont les esprits les plus zombifiés par la synagogue. Il n’est pour ainsi dire plus une seule église chrétienne en Europe de l’Ouest qui n’ait pas son rabbin officiel pour superviser ses activités.

Une manière d’aborder la question de la laïcité – «si mal comprise et si mal interprétée» – et de rappeler sa conception. «La laïcité, ce n’est pas une punition, ce n’est pas une interdiction, c’est la reconnaissance d’un droit pour chacun d’entre nous de croire ou de ne pas croire. Et si on croit, le droit de transmettre à ses enfants la religion que l’on tient de ses parents.

« La laïcité, c’est la reconnaissance d’une liberté», a-t-il détaillé. «Les religions ne sont pas l’ennemi de la République», a insisté Nicolas Sarkozy. «L’ennemi de la République c’est le fanatisme ; les ennemis de la République ce sont les fanatiques», a-t-il développé en rendant hommage aux représentants des autres cultes présents pour cette cérémonie de vœux.

Sarközy a échoué à revenir en 2017. Il est déterminé à réussir en 2022 et il est venu expliquer son projet : la société multiraciale sous clef talmudiste qui veille à tenir en respect les islamistes les plus remuants.

Pour Nicolas Sarkozy, les juifs de France n’ont d’ailleurs pas «à choisir entre les deux». «Aimer Israël et rester en France, voilà ce que nous vous proposons», a-t-il expliqué implorant les juifs de France à ne pas quitter l’Hexagone.

L’ancien chef de l’État a aussi encouragé «chaque juif de la diaspora» à contribuer à la paix au Proche-Orient et «à aider Israël». «Vous avez une responsabilité», a-t-il martelé, «celle d’aider sur le chemin de la paix». Soulignant que «la sécurité d’Israël était consubstantielle à l’équilibre du monde», Nicolas Sarkozy a aussi appelé à créer «les conditions pour les Palestiniens d’un État palestinien en paix». «Qui mieux que vous qui avez lutté pour avoir cette terre, l’État hébreu, qui mieux que les Juifs de France, qui mieux que vous peut le comprendre?», a-t-il interrogé, en soulignant qu’il était venu parler en «ami».

Voilà qui clarifie un peu les choses.

Ces fameux « Français » qui ont la « responsabilité » de lutter, depuis la France, « pour avoir cette terre, l’Etat hébreu ».

Une préoccupation éminemment Française, en effet.

https://youtu.be/0PMd8LvZ67U

Notez que partout les talmudistes se considèrent comme seuls légitimes à régner. Ils peuvent ainsi dire, comme dans la vidéo ci-dessus, que le Proche-Orient sans eux « ne serait plus le Proche-Orient » comme ils affirment sans cesse que la France, « sans les juifs », ne serait plus la France -dixit Manuel-Carlos Valls devenu Français en 1982-

Naturellement, c’est exactement l’inverse : quand la France, l’Europe et le Proche-Orient auront été libérés des talmudistes, ils redeviendront ce qu’ils avaient toujours été.

Mais la voracité de ces talmudistes ne se connaît pas de limite.

Sarközy nous apprend en outre que le maintien de la colonie de Palestine, d’une superficie équivalente à celle de la Normandie où vivotent 6 millions de talmudistes déterminés, dépend, tenez-vous bien : « l’équilibre du monde ».

Mais si d’aventure, nous disons que ces talmudistes veulent effectivement contrôler l’équilibre du monde, ils vocifèrent des insultes et des menaces.

L’arrogance délirante de cette synagogue de satan s’exhibe désormais outrageusement, présentant cette pornographie sémitique comme la manifestation la plus pure du patriotisme Français.

À l’issue de son discours, Nicolas Sarkozy a encouragé les juifs de Marseille et au travers d’eux les juifs de France, à être «fiers» de ce qu’ils sont. «Soyez fiers de ce que vous êtes, soyez fiers de votre culture, soyez fiers de votre culte, soyez fiers de porter une kippa dans la rue», a-t-il développé alors que les fidèles se levaient pour l’applaudir chaleureusement. «Soyez fiers de votre histoire», a-t-il ajouté avant de conclure: «Je suis fier d’être votre ami. Vous n’êtes pas seuls, vous ne serez jamais seuls. Vous êtes au cœur de l’identité française».

C’est du « Valls », copié/collé !

La synagogue a, d’après le talmudiste Sarközy, le privilège d’avoir un quartier général en Palestine tout en continuant de revendiquer un droit de propriété intégral sur la France.

France dont l’identité, avec le bacille talmudiste en son centre, serait, bien sûr, irrémédiablement sémitisée par les soins des nouveaux maîtres du pays.

C’est-à-dire abatardie jusqu’à ne plus pouvoir se posséder.

https://youtu.be/VF6MezJ884M

youtu.be
Sarkozy : Métissage OBLIGATOIRE pour la France, pas pour Israël

Rappel de la phrase d’Alex Soros au sujet de son père Georges Soros :

« Mon père est juif et les juifs se sentent mieux dans un environnement métissé ».

Source dans le texte « Le réveil de l’Allemagne vient de sonner »

Rappelons-nous également le témoignage de Patrick Buisson dans son ouvrage « La cause du peuple » au sujet des considérations relatives au « vieux sang pourri » des Français de race que formulait Carla Bruni, épouse du talmudiste Sarközy-Mallah.

téléchargement-112

Ce méli-melo hébraïque, se roulant dans la pire proximité sexuelle tribale, s’échangeant femmes et filles dans un perpétuel circuit fermé à l’instar de la dépravée Carla Bruni, tonne, dans sa haine sourde, frénétique et obsédante, face à la permanence de la plèbe aryenne de Gaule.

Cet instinct de conservation de la paysannerie gauloise ne dit rien qui vaille à ces talmudistes qui y voient la base potentielle d’une révolution contre leur exploitation internationale.

Si la plèbe française zombifiée ne comprend pas les réalités raciales, le talmudiste, lui, ne connaît que trop bien leur mécanique et mène en conséquence une guerre d’anéantissement biologique à tous les peuples ayant laissé cet ennemi de l’humanité pénétrer en leur sein.

Sarközy-Mallah conspire pour la sauvegarde de la synagogue

Deux-criminels-juifs-Sarkozy-et-BHL

Sarközy et les talmudistes voient, dans le jeu opportuniste de Wauquiez, un précédent dangereux.

En effet, Laurent Wauquiez étant de race Française, il n’offrira jamais aux talmudistes toutes les garanties qu’ils attendent. C’est-à-dire, de combattre la plèbe blanche, quitte à perdre au profit d’un autre parti talmudiste, celui de Macron.

Il suffit de comparer le visage de Laurent Wauquiez, Français de Souche à 100%, avec celui des talmudistes : « La Messe est dite » comme l’on dit Chez Nous !

Laurent-Wauquiez-se-confie-a-Closer-sur-son-parcours_exact1024x768_p

Un Français pourra toujours, à un moment ou à un autre, même par accident, accepter de discuter avec des nationalistes si cela peut l’aider politiquement.

Jamais un de ces talmudistes.

Sarközy, en venant s’agiter dans sa synagogue marseillaise, répond précisément à cet appel : il ressort ce verbiage hébraïque sur la « laïcité » pour circonvenir la masse de la bourgeoisie enjuivée encartée dans ce parti tout en s’assurant qu’aucune jonction ne soit faite avec l’électorat populiste et raciste.

Le tout dûment diffusé par le journal talmudiste « Le Figaro » qui sert de référence au barnum gaulliste.

BFMTV :

Selon nos informations, il en profitera pour déjeuner avec le président du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier. S’il peut paraître logique pour Nicolas Sarkozy de s’asseoir à la table d’un responsable politique de premier plan, de surcroît encarté au même parti que lui, on note que Renaud Muselier est un proche de Valérie Pécresse, Christian Estrosi et Xavier Bertrand… pas tout à fait les meilleurs amis de l’actuel président des Républicains, Laurent Wauquiez.

De toute façon, c’est bien simple, selon cet ami de Nicolas Sarkozy, « ils viennent tous le voir ». Et ce « ils » inclue notamment les ministres « qui ont basculé », c’est-à-dire ces transfuges « Les Républicains » au sein du gouvernement.

« Son carnet de bal est à jour: les nouveaux gouvernants, il les connait », continue son fidèle partisan. « Il est posé, il est différent, il n’intrigue pas pour revenir », dit son ami mais « on ne sait jamais ce qui peut arriver en politique, un politique c’est jamais fini. (…) Il est comme le Bordeaux: il vieillit très bien. C’est un sage, pas un sage retraité ».

Sarközy mise sur l’usure de Macron mais, au delà, prépare la destruction de Wauquiez après les Européennes de 2019. Paralysé par sa direction judéo-centriste, avec ses Pécresse et Bertrand, le parti gaulliste ne pourra qu’arriver derrière l’ex-FN, aussi médiocre soit-il avec la gauchisante Marine à sa tête.

Ce sera le prétexte pour purger Wauquiez et tout ce qui, contrairement aux ordres des talmudistes, auront envisagé, même à demi-mots, de se coaliser avec Marine Le Pen et Dupont-Aignan.

Le judéo-bolchevisme veille toujours à éradiquer toute direction politique indigène dans le pays où il opère. Sarközy a d’abord pour mission de sécuriser la domination talmudiste sur l’aile droite du spectre politique.

La synagogue n’a de cesse d’écraser, de démolir, de salir, de souiller ….

Il faut toujours que ce qui est Beau est Grand soit sali par ce qui est laid et petit.

1080p-jesus-christ-image-in-hd

LOS PRINCIPALES SACERDOTES DELIBERAN.-JAMES TISSOT.-S.XIX-XX

La maturité sexuelle : un plan dédié à Satan. La preuve par Vatican II, par Laurent Glauzy

L’avancement de la maturité sexuelle est une subversion talmudiste et maçonnique visant à détruire l’enfant pour l’offrir à Satan.

Ce schéma est celui qui s’est produit pour la première fois avec le « pape » d’origine juive Paul VI, lorsque par sa personne, Satan fut intronisé au Vatican. De quoi s’agit-il ?

Après de lourdes menaces qui contraignent le Cardinal Siri à refuser son élection comme pape, Paul VI prend sa place comme le désire notamment le B’nith B’ rith (Cf. L’assassinat de Padre Pio). Son intronisation a lieu le 21 juin 1963, jour du solstice d’été, prisé par les satanistes dans leur calendrier de crimes rituels.

Huit jours (1 + 1 = 11 chiffre maçonnique : 1 semaine + 1 jour) après se déroule une double messe noire, à la chapelle sainte Pauline à Rome et à Charleston en Caroline du sud. Les deux lieux sont en communication permanente par téléphone pour que Rome soit en lien avec un sacrifice sur un enfant qui sera violé et assassiné sur un autel avec des chandeliers noirs et une croix renversée (Cf. La maison battue par les vents). Voilà l’essence de Vatican 2, de l’église maçonnique, et ce qu’osent cacher les faux catholiques trouvant cette vérité trop dure, trop incroyable…

Les nouvelles lois sortant aujourd’hui des loges, ne sont que l’élargissement de ces pratiques dédiées à Satan et mises en avant par l’élite sataniste qui nous dirige, et trouvant l’inspiration de leur pratique dans les loges.

Il est à signaler que Mgr Bernardin, qui, s’il avait été pape, aurait été le premier pape américain, connu pour ses penchants pédosatanistes ayant conduit au suicide des enfants, était présent à Charleston. C’est Jean-Paul II qui le nomma cardinal, comme cet infâme personne sorti des bas-fonds de l’enfer (également d’origine juive) décora de l’ordre de Saint Grégoire Jimmy Saville, le violeur de cadavres et le plus fidèle ami du prince Charles.

Et, en canonisant Paul VI le 14 octobre 2018, Vatican II canonisera le chef des Illuminati, la plus haute dignité de Satan sur Terre (CF. L’assassinat de Padre Pio)

Enfin, le signe démoniaque du « pape » François est celui que reproduisait les participants à la double-messe noire de PaulVI.

 

 

 

Jacques Bompard Menacé par la LICRA

Jacques Bompard est très aimé à Orange, ville où il est Maire.

Jacques Bompard a tenu une conférence ce week-end dernier, à Lyon, dans un des locaux du mouvement Bastion Social.Il n’en fallait pas davantage pour faire sortir la bête féroce répandant sa haine sémitique contre les honnêtes Français venus écouter le Très Aimé Maire d’Orange.

LICRA :

La Licra Auvergne Rhône-Alpes condamne fermement la venue de Jacques Bompard, Elu de la République, au siège de Bastion social, mouvement fasciste dont les représentants ont notamment été condamnés en juin dernier pour incitation à la haine raciale.

Le maire d’Orange, dont la mission est de défendre les valeurs républicaines a donc choisi de tenir une conférence sur le localisme samedi 8 septembre, face à un public émanent du GUD. Ce mouvement reste tristement célèbre pour sa violence, certains de ses membres étant jugés en ce moment même au tribunal de Lyon pour violences aggravées.

Les membres de Bastion social, menés par Steven Bissuel, défendent une idéologie négationniste, raciste, antisémite et xénophobe allant à l’encontre de la cohésion nationale.

Pour toutes ces raisons, la Licra Aura, souhaite alerter l’opinion publique mais aussi Jacques Bompard, sur ce choix indigne et dangereux pour qui est censé représenter l’ensemble de ses concitoyens.

Alain Blum

Qui est Alain Blum ?

Alain Blum, nouveau président de la Licra Rhône-Alpes

Equipe Rosebud –
24 juin 2013

À 62 ans, Alain Blum vient d’être élu à la présidence de la Licra en Rhône-Alpes. Il succède à Roger Benguigui, qui présidait l’association depuis neuf ans. “Je souhaite continuer le combat avec les militants, renouveler les actions de prévention et renforcer la lutte contre le racisme et l’antisémitisme”, explique le nouveau président, qui travaille au sein de la mission développement économique et solidaire du Grand Lyon.

©DR

 

l-intervention-du-grand-lyon-en-matiere-de-politiques-d-emploi-et-d-insertion
Un visage vaut plus que mille discours.

Le visage de ces gens qui harcèlent et punissent d’honnêtes Français vaut mille lectures du talmud.

Le journal judéo-marxiste Lyon Capitale promeut invariablement le programme politique de ce personnage haineux, jaloux et envieux.

Ces apatrides ne seront jamais autre chose qu’un corps étranger impliqué dans toutes les opérations de déstabilisation possibles et imaginables de la société assez faible pour l’accueillir et la subir.

Comme on le voit, nul n’est besoin de dénoncer la menace terroriste judéo-communiste pour s’attirer la haine de ces fanatiques et être persécuté par eux : Jacques Bompard n’a pas eu besoin de se déclarer antisémite pour être honni de la communauté des lumières.

L’heure est venue de prendre l’initiative et de désigner ces apatrides pour ce qu’ils sont : les ennemis du peuple.

Toutes ces organisations hébraïques, du CRIF à la LICRA en passant par la DILCRAH, ne sont que le bras armé de la finance internationale qui s’est emparée de l’état.

Et ces judéo-marxistes ne peuvent pas s’empêcher d’ajouter l’arrogance à leur Stupidité.

bdd57d26-8c79-4d79-bbb4-0478dcbe7c0c

Ces apatrides déjà actifs en Tunisie, déterminés à noyer ce pays arabe de congoïdes tout en promouvant la religion de l’holocauste.

Ils ont identifié la Tunisie comme la porte d’entrée de leur influence au Maghreb, plus encore que le Maroc et sa monarchie qui leur est soumise.

Plutôt que de geindre au sujet du racisme en France avec l’appui de la LICRA et de toutes les associations dites « Antiracistes », les arabes devraient commencer à se soucier de la destruction imminente de leurs propres pays par la finance Absolument pas Française.

licra_1_2bnai-brith-truth-is-a-hate-crime

Nicolas Dupont-Aignan appelle a lutter Contre l’Arabisation de la France.

DEMORAND ET SALAME CONTRE NICOLAS DUPONT-AIGNAN, DEPUTE FRANCAIS

Alors qu’il affrontait le tandem judéo-levantin Salamé/Demorand, Nicolas Dupont-Aignan a appelé à résister à l’arabisation de la France promue par Macron et ses maîtres.

https://twitter.com/twitter/statuses/1039409813111889921

twitter.com
“.@dupontaignan : « Sous prétexte de lutter contre le #fondamentalisme, on nous prépare le début d’une arabisation de la France, je trouve ça très malsain » #le79inter https://t.co/mGsHRJp1G9”

a687a377-71a3-4cd1-837e-f6d621614e08

Léa Salamé, épouse du talmudiste acharné Glucksmann, était visiblement prête à égorger le député français tandis que le sémite Demorand s’agitait sur sa chaise.

                                                                   L’élégance sémite

 

Les talmudistes ont l’intention de sémitiser culturellement et de « congoétiser » racialement la France jusqu’à en faire une simple excroissance d’un souk de Jérusalem.

Mais la France n’est que la première étape de la marche sémitique contre l’Europe.

https://youtu.be/ZKcV8dKqgFQ

youtu.be
« Il y a une responsabilité immense des politiques qui ont laissé se dégrader leurs propres discours » Raphaël Glucksmann analyse la « montée de l’extrême droit…

Peu leur importe les noyades qu’ils occasionnent sur des personnes qui , à leurs yeux, ne sont que leurs eclaves qui servent leur projet issu de cerveaux de malades mentaux.

France Info :

Plus de cent personnes, dont au moins une vingtaine d’enfants, sont mortes dans le naufrage de deux bateaux de fortune, au large des côtes libyennes, en Méditerranée, début septembre, a annoncé Médecins sans frontières (MSF), lundi 10 septembre. L’ONG cite des rescapés pris en charge en Libye par ses médecins.

Selon les témoignages recueillis par le personnel de MSF, les deux bateaux pneumatiques avaient quitté les côtes libyennes samedi 1er septembre au matin, avec chacun à leur bord 160 personnes, dont des enfants. Il y avait parmi eux des Soudanais, des Maliens, des Nigérians, des Camerounais, des Ghanéens, des Libyens, des Algériens et des Egyptiens.

Alors qu’une panne de moteur a immobilisé l’un des deux bateaux, rapporte l’un des survivants, l’autre a continué à naviguer et « a commencé à se dégonfler vers 13 heures. Il y avait 165 adultes et 20 enfants à bord ». « A ce moment-là, le téléphone satellite indiquait que nous n’étions pas loin des côtes maltaises, poursuit ce témoin. Nous avons appelé les gardes-côtes italiens et envoyé nos coordonnées, pour demander de l’aide. On nous a dit qu’on nous envoyait quelqu’un, mais le bateau a commencé à couler. Peu de passagers étaient équipés de gilets de sauvetage ou savaient nager, seuls ceux qui se sont accrochés à la coque du bateau sont parvenus à s’en sortir. »

Selon ce témoin, des secours sont arrivés par les airs mais le bateau avait déjà coulé. Seules 55 personnes de son embarcation ont survécu, assure-t-il. « Beaucoup de personnes sont mortes, dont des familles et des enfants, mais elles auraient pu être sauvées si les secours étaient arrivés plus tôt », pense-t-il.

Parmi les survivants se trouvent des femmes enceintes, des enfants et des bébés, précise MSF. L’association a soigné les survivants, dont certains avaient été brûlés par les jets de produits chimiques qui s’échappaient du moteur du bateau. D’autres souffrent de pneumonie, car ils sont restés longtemps dans l’eau. Certains présentaient des brûlures sur 75% du corps, précise Jai Defransciscis, une infirmière de MSF qui travaille à Misrata (Libye).

Dimanche 2 septembre, les gardes-côtes libyens ont ramené au port de Khoms, à 120 km de Tripoli, un groupe de 276 personnes, dont des rescapés de ce naufrage. Le groupe a été transféré dans un centre de détention sous le contrôle des autorités libyennes, selon MSF.

« Entrées précédentes