Archives de Catégorie: Bible

Bergoglio prié de la Mettre en Veilleuse au sujet des Pharisiens !

Site : http://www.fr.yahoo.com/

« Le pape, ami des Juifs, prié d’adoucir ses homélies sur les pharisiens »

 

Cité du Vatican (AFP) – Artisan du rapprochement avec les Juifs, le pape François devrait prendre plus de précautions lorsqu’il mentionne à répétition les « hypocrites » pharisiens, un stéréotype négatif qui a alimenté des siècles d’antijudaïsme catholique, estiment des érudits des deux religions.

Les relations entre catholiques et Juifs ont pris un nouveau départ grâce à un document du Concile Vatican II, « Nostra Aetate », qui en 1965 a enfin prôné le respect du judaïsme. Pendant des siècles, l’origine juive de Jésus avait été occultée et les Juifs présentés comme un peuple déicide.

Un demi-siècle plus tard, un congrès d’érudits, juifs et chrétiens, s’est réuni pendant trois jours à Rome dans une atmosphère cordiale pour partager leurs recherches pointues sur « Jésus et les pharisiens ».

Leur sujet n’a rien d’anecdotique pour les rabbins, troublés par les citations sans nuances du pape tirées du Nouveau testament, où Jésus traite d’hypocrites les membres de ce petit groupe religieux et politique, dénonçant leur grande rigidité sur la Loi juive et leur opposant son propre message d’amour.

Dans une homélie matinale d’octobre, le pape décrivait ainsi les pharisiens: « il leur manquait la vie. Ils étaient pour ainsi dire inanimés. Ils étaient rigides (…) Les gens ne comptaient pas pour eux. Ce qui importait c’était la Loi ».

Or peu d’éléments historiques sont disponibles sur ce groupe, venu à personnifier tous les Juifs.

L’image des perfides pharisiens s’opposant à Jésus est devenue une composante de la culture occidentale, installée dans les dictionnaires, les articles académiques, les films, et encore aujourd’hui dans certains prêches protestants et catholiques.

« Ca serait une bonne idée qu’un juif assiste à chaque messe dans le monde » pour corriger les préjugés, « mais nous ne sommes pas assez nombreux! », plaisante Amy-Jill Levine, professeure américaine de Nouveau testament et d’études juives.

Il revient au pape de montrer l’exemple, ont jugé les 400 universitaires et religieux reçus jeudi au Vatican. L’organisateur du congrès -l’Institut biblique pontifical, vieux de 110 ans, chapeauté par des jésuites- a fait mouche en transmettant ses suggestions pour inspirer le discours du pape.

-« Stéréotype dommageable »-

« Le mot « pharisien » signifie souvent « personne hypocrite » ou « présomptueuse ». Pour beaucoup de Juifs, cependant, les pharisiens sont les fondateurs du judaïsme rabbinique et donc leurs ancêtres spirituels », a relevé le pape dans son texte très attendu.

« L’histoire de l’interprétation a favorisé des images négatives des pharisiens, même sans une base concrète dans les récits évangéliques » et « cette vision a été attribuée par les chrétiens aux Juifs en général », a convenu François.

« Dans notre monde de tels stéréotypes négatifs sont devenus malheureusement très répandus. Un des stéréotypes les plus anciens et les plus dommageables est justement celui du « pharisien » », a-t-il ajouté.

Le pape a encouragé les recherches historiques sur ce groupe juif pour « combattre l’antisémitisme ». Il faut aussi le présenter « de manière plus appropriée dans l’enseignement et dans les prêches » catholiques, a-t-il admis.

Pour le rabbin David Rosen, directeur des affaires interreligieuses du Comité juif américain (AJC), la mention isolée du mot pharisien « ne transforme pas quelqu’un en antisémite », mais « c’est clairement un élément de l’antisémitisme ».

Pour lui, toute référence aux pharisiens doit être contextualisée. Et on devrait dire « ces » pharisiens ou « ces » Juifs, évitant toute généralisation.

« Nous avons soulevé la question auprès de la conscience du pape. Je ne crois pas qu’il utilisera ce terme d’une manière aussi cavalière à l’avenir », juge ce participant.

Un sentiment également confié à l’AFP par le rabbin argentin Abraham Skorka, grand ami du pape, jugeant que François, désormais conseillé, saura « comment bien présenter » les pharisiens.

« Nous en avions déjà parlé, mais il me répondait « je cite le Nouveau testament » », raconte-t-il, « vous savez le pape a tellement de choses en tête! ».

« C’est un petit et un gros détail en même temps », décrit Abraham Skorka, « le pape doit modifier sa position en tant que geste envers le passé ».

« L’idée est de polir les points de friction dans les relations judéo-catholiques », formule celui qui connaissait Jorge Bergoglio lorsqu’il était archevêque de Buenos Aires. Ensemble, ils ont écrit un livre et enregistré 31 émissions télévisées.

Les deux hommes correspondent désormais souvent par courrier électronique. « Le pape multiplie les déclarations sur la proximité entre judaïsme et christianisme », se réjouit le rabbin.

« Pour un chrétien toute forme d’antisémitisme constitue un rejet de ses propres origines », a ainsi martelé récemment François.

*****

 

Mais qui peuvent bien être les PHARISIENS ??? De QUI peut bien Parler Notre Seigneur Jésus ?

 

De quelle Origine peut-être le SANHEDRIN ? Gauloise ?

« Pour un chrétien toute forme d’antisémitisme constitue un rejet de ses propres origines », a ainsi martelé récemment François.

Bergoglio parle de « NOS ORIGINES » !

Oui, parlons-en Bergoglio, c’est très simple !

 

« Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. » Ch. De Gaulle

Et c’est le site  : Terre d’Israël  qui le publie le 22 février 2016 !

Le Général De Gaulle disait il y a exactement 50 ans, ce que tout le monde feint de découvrir soudain….

De fait, les Origines de Bergoglio ne sont pas les mêmes que les nôtres.

 

Nous avons bien compris que Bergoglio oeuvre pour que Rome devienne OFFICIELLEMENT une Ramification de la synagogue………………………………

 

…………………………..alors que nos Origines à nous font que nous voulons nous débarrasser DEFINITIVEMENT de la synagogue.

Afficher l’image source

Ce qui CHANGE TOUTE L’HISTOIRE A VENIR.

 

 

 

 

Un site « Antifa » se hisse contre Yvan Benedetti.

Yvan Benedetti2

 

L’irrécupérable vermine fasciste Benedetti n’a donc pu s’empêcher de provoquer à plaisir la commission d’enquête parlementaire contre les groupuscules d’extrême-droite (dont je suis attentivement les travaux ici) par sa négation de crimes contre l’humanité. Mais ce n’est pas le seul registre dans lequel il a étalé avec complaisance pour le pire de l’humanité ses immondices idéologiques. Il est difficile d’isoler tel ou tel propos répugnant, comme l’ont fait plusieurs articles de la presse main-stream tel que celui visible ci-dessus,  tant ils le sont tous…

Benedetti, en petit orateur baveux, si convaincu (la marque des imbéciles : leurs certitudes, aucune place pour le doute) par son aveuglement idéologique haineux, est peu avare d’ignominies. Ainsi, prétendre dans son incroyable louange de Faurisson, sans le moindre recul d’aucune sorte, qu’il s’agit de travaux sérieux…   On sait quoi en penser ici. Il n’y a pas débat.

L’ensemble de l’audition a été rendue publique sur le site de l’Assemblée nationale, ici. Vous pourrez donc constater par vous mêmes ce que je dénonce ici. J’ai cependant isolé plusieurs blocs d’extraits, qui démontrent factuellement que cette ordure cumule les registres de l’immondice : négation de crimes contre l’humanité, antisémitisme radical, racialisme, nationalisme et suprémacisme blanc (auquel il prétend ne pas adhérer tout en s’en prévalant jusque dans le crops des femmes enceintes.. Bref), toutes caractéristiques propre à son racisme viscéral.  Mais il est aussi contre les droits des femmes, ce qu’on pourrait qualifier d’anti-féminisme primaire et, comme tous ces virilistes à deux balles, homophobe….

« Benedetti : car si ce génocide – je parle bien des chambres à gaz homicides – n’a pas eu lieu, c’est selon moi une grande nouvelle de savoir que l’homme n’est pas capable d’une chose aussi abominable ; telle est ma position. J’ai lu et beaucoup étudié le travail de Robert Faurisson et de cette école révisionniste, et je pense qu’il s’agit de travaux sérieux.

« En tant que nationalistes, nous sommes tout à la fois défenseurs de la chrétienté, de la souveraineté nationale et d’une ethnie historique en Europe, qui est la race blanche, même si ce sont peut-être des gros mots pour vous ou pour d’autres.

« Le terme d’antisémitisme est complètement biaisé. Il s’agit d’un anathème que l’on vous tatoue au fer rouge pour vous discréditer, vous couper la parole et vous liquider. À l’époque, c’était en fusillant, maintenant, c’est médiatiquement et socialement.

Pour ma part, je parle plutôt d’idéologie, de judaïsme politique. C’est une idéologie qu’il faut éradiquer, parce qu’elle est le moteur du mondialisme. Les représentants du « judapo » en France sont la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA), le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), qui convoque tout le monde pour son repas ; enfin, quasiment tout le monde, certains ne sont pas les bienvenus, vous en savez quelque chose, madame le député. Mais ce sont eux qui imposent aujourd’hui la tyrannie du judaïsme politique en France.

D’ailleurs, les donneurs d’ordre de la dissolution de l’Œuvre française sont à chercher outre-Atlantique. C’est le président du Congrès juif mondial (CJM), M. Ronald Lauder, qui, le 6 février 2013, a reçu la Légion d’honneur à l’Élysée, et a demandé au Président de l’époque, M. Hollande, de mettre hors d’état de nuire ceux qu’il appelle les antisémites – la révolution de la quenelle prenait à l’époque une ampleur qui effrayait beaucoup de monde. C’est donc suite à cette visite, à cet ordre du patron du Congrès juif mondial et à l’affaire Méric, à laquelle nous sommes totalement étrangers, que la dissolution de l’Œuvre française a été prononcée. Cette dissolution a été revendiquée par Valls dans son discours d’université d’été, en septembre, à La Rochelle.

«  benedetti : Ceux qui ont courbé la tête et qui sont passés sous les fourches caudines du judaïsme politique. Tous ces grands meneurs fréquentent le mémorial de Yad Vashem et entretiennent la religion holocaustique, que nous combattons, puisqu’elle veut se substituer au catholicisme et à la chrétienté.

 » Mme Élise Fajgeles. Vous dites que l’antisémitisme est caricatural. Quand des personnes sont tuées en France parce qu’elles sont juives, est-ce pour vous caricatural, de l’antisémitisme avéré et condamnez-vous ces meurtres ?

M. Yvan Benedetti. Il y a une loupe grossissante sur tout ce qui peut arriver à la communauté juive en France et engager cette communauté. C’est dommageable, car cette loupe grossissante entretient et nourrit un sentiment contre cette communauté. Tous ceux qui prétendent lutter contre ce qu’ils appellent l’antisémitisme ne font que participer à la montée des griefs qui existent et qui sont de plus en plus nombreux contre cette communauté.

Vous me parlez des nombreuses études et documentaires, mais cela ne veut pas dire grand-chose. Un film avec un bon scénario et de bons acteurs, vous lui faites dire ce que vous voulez. Ce qui est évident, c’est qu’il y a eu beaucoup de morts. L’engagement du judaïsme politique, de certains représentants autoproclamés de la communauté juive, qui a engagé la communauté dans la guerre avec les nationalismes de guerre contre les nationalismes en Europe a fait qu’il y a eu un affrontement et que, dans la volonté de neutraliser ce judaïsme politique, il y a eu de nombreux morts. Ça, c’est évident. Mais la Seconde Guerre mondiale a fait de nombreux morts, et je ne vois pas pourquoi un mort français, un mort allemand, les femmes violées en Allemagne, ou le bombardement de Dresde ne seraient pas abordés avec le même humanisme avec lequel certains juifs ont été traités.

Mme Élise Fajgeles. Vous reconnaissez le chiffre de 6 millions de juifs morts ?

M. Yvan Benedetti. Non, bien sûr que non ! C’est complètement pipeau ! Je ne veux pas aborder la question du révisionnisme, mais en 1943, dans les Cahiers de la Ligue internationale contre l’antisémitisme (LICA), publiés à Alger, les 6 millions de morts sont déjà annoncés. Je vous transmettrai les Cahiers de la LICA, si vous le souhaitez. C’est bidon ! C’est complètement bidon ces 6 millions de morts. Il y a eu des morts, bien évidemment, mais pas six millions. Regardez les chiffres qui ont été annoncés pour le camp d’Auschwitz : on est parti de 4 millions de morts, et aujourd’hui le chiffre officiel est de 200 000. Tous les chiffres officiels diminuent dans chacun des camps, sauf le chiffre de six millions. Il faut laisser aux historiens la possibilité de travailler sur ce sujet. Il n’appartient pas aux politiques de le faire ; c’est grave, quand les politiques se chargent de l’histoire. Très grave. On en arrive à des dérives aujourd’hui.

Mme la présidente Muriel Ressiguier. Le PNF a publié les propos suivants : « la femme doit être soutenue dans son rôle de mère » ; « les lois réprimant l’apologie de l’avortement et la promotion de l’homosexualité doivent être intégralement rétablies ». Et parlant des femmes nationalistes, je cite : « le premier de leur rôle se joue avant tout à l’intérieur de leur ventre, dans l’attente d’une progéniture blanche ». Vous associez-vous à ces propos ? Comment voyez-vous le rôle de la femme ?

M. Yvan Benedetti. Oui, je m’associe à ces propos. C’est le respect d’un ordre naturel. Il faut donner la possibilité aux femmes de s’accomplir dans la maternité, à travers un salaire maternel, défendre une politique familiale forte d’accès à la propriété, entre autres. La politique qui a été menée ces dernières années est une politique de mort, une politique contre la famille. L’avortement est un crime, selon nous, du point de vue de la morale, puisqu’il s’agit de l’assassinat d’un être en devenir, mais c’est aussi un crime politique, puisqu’il fait partie du génocide ethnique que nous vivons aujourd’hui.

 » Mme la présidente Muriel Ressiguier. Que pensez-vous de l’homosexualité ?

M. Yvan Benedetti. L’homosexualité est une affaire personnelle, particulière. À partir du moment où elle déborde des chambres à coucher et veut imposer un ordre social, une référence politique, nous luttons contre. Tout comme celui qui aime se balader nu chez lui ; libre à lui de le faire mais sortir de la maison dans cette tenue est matière à troubler l’ordre public.

De même, toutes ces lois relatives au mariage homosexuel, et de propagande entretenue par une coterie politique de plus en plus puissante, la coterie LGBT – je ne sais plus ce qu’il faut rajouter –, sont une erreur politique et sociale grave que nous allons payer très cher.

(source)

On ne peut pas ne pas penser que l’attitude du nazi Benedetti face à la commission d’enquête sur les groupuscules d’extrême-droite n’a pas de lien avec l’insupportable déni de justice dont a bénéficié son collègue en inhumanité Soral… qui lui aussi peut se permettre toutes les outrances racistes. Comment voulez-vous qu’il craigne quoi que ce soit d’irrémédiable, si fort qu’il peut être du total sentiment d’impunité que ses déclarations les plus sordides, les plus ordurières, les plus insupportables pour tout humain digne de ce nom,  n’entraîneront au pire pour lui qu’une peine qui ne sera jamais appliquée ?

On remarquera également qu’il se revendique expressément des gilets jaunes, dont il dit avoir été présent aux deux tiers des manifestations. Il s’en est pourtant fait virer à coups de pompes dans le cul… à la suite de quoi il se dit victime de violences intolérables… Ils osent tout. Leur marque.

Pour terminer, on notera que la commission parlementaire a décidé à l’unanimité de saisir le procureur pour  ses propos constitutifs notamment de négation de crimes contre l’humanité :

Adrien Morena1.pngAdrien Morenas2.png

https://gauchedecombat.net/

 

Conclusion

Tout ce qui représente la Société Française d’avant 1789 est d’emblée rejetée par toute cette caste Rouge Ecarlate qui n’ont qu’un mot d’Ordre : COMBATTRE LES FRANCAIS POUR CE QU’ILS SONT, c’est à dire :

 

« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns.
Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France . Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.

Qu’on ne se raconte pas d’histoire ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées.. CHARLES DE GAULLE

 

…………..Et DEFENDRE CEUX QUI SONT CONDAMNES POUR MENSONGES ET AUTRES PECHES DANS LA BIBLE ET MEME DANS LE CORAN :

« Avant qu’Abraham fut, JE SUIS ». Jésus-Christ.

« ABRAHAM N’ÉTAIT PAS JUIF »

« Abraham n’était pas Juif », a insisté le membre arabe de la Knesset, Ibrahim Sarsur, chef du parti de la Liste Arabe Unie, dans un communiqué publié dans les médias israéliens la semaine dernière.

Sarsur répondait à une récente affirmation des membres juifs de la Knesset, Naftali Bennett et Uri Ariel, deux membres du Parti du Foyer Juif, que la revendication d’Israël envers Jérusalem et la Judée-Samarie (la Cisjordanie) est soutenue par la Bible.  « Cette affirmation amène contre Israël un demi-milliard de musulmans et l’ensemble du monde chrétien », a déclaré Sarsur.

Dans les médias israéliens, le différend historique et religieux sur la possession et le contrôle de ces zones est souvent discuté.  Les Juifs et les Musulmans se disputent la même terre promise et les deux basent leurs prétentions sur leurs livres saints respectifs, la Bible et le Coran.  Cet aspect du conflit est bien compris en Israël, mais, il est souvent passé sous silence par l’Occident Chrétien qui cherche à imposer un compromis politique sur ce qui est essentiellement une bataille religieuse.

Et, selon l’interprétation islamique de l’histoire, les Juifs n’ont aucun héritage dans ce pays, qui a été plutôt promis aux Musulmans.  « Selon le Coran, Abraham n’était pas Juif, mais Musulman », a fait valoir Sarsur.  « Abraham croyait en Allah, tout comme l’ont fait son fils, Isaac, et son petit-fils, Jacob. »

Au-delà du Coran, Sarsur fonde également son argumentation sur le fait qu’Abraham a vécu 1,300 ans avant l’existence historique d’un groupe connu sous le nom du « peuple juif ».  Comme Sarsur le voit, ceci signifie que « la terre appartient aux Palestiniens ».  Rappelez-vous que cela vient d’un citoyen israélien ayant un salaire en tant que fonctionnaire de l’état d’Israël.

Sarsur a poursuivi en expliquant comment le Coran établit une distinction claire entre les enfants d’Israël sous la conduite de Moïse et les Juifs plus tard dans l’histoire : « Moïse a apporté la Charia (loi islamique) au peuple d’Israël.  Mais, après que cette nation ait rejeté la Charia et l’Islam, c’est alors seulement que le Coran se réfère à un peuple connu comme les Juifs. »  En tant que tel, le Coran voit les « Juif » comme un terme négatif, un peuple qui a péché contre Allah.

Comme beaucoup d’apologistes pour la cause palestinienne, Sarsur commodément ignore le fait que le Coran et l’Islam sont arrivés dans le décor quelques 2,700 ans après l’époque d’Abraham et environ 2,200 ans après Moïse et l’Exode.

« Les différents théologiques entre Juifs et Musulmans, entre la Bible et le Coran, déterminent le climat politique dans le pays et dans cette région, et que beaucoup de gens à l’étranger ne peuvent pas comprendre, » a déclaré Avichail, un jeune rabbin de Jérusalem, a Israël Today.  « Le fait que nous (les Juifs) vivons maintenant à nouveau dans la terre biblique d’Israël a été annoncé par les prophètes de la Bible et non par le Coran. »

http://www.wnd.com/2013/10/abraham-was-not-a-jew/?cat_orig=faith

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Quel esprit Dieu avait-il donné a Abraham sinon celui de Notre Seigneur Jésus Christ, SEUL ET UNIQUE VERBE DE DIEU ?

Notre Seigneur n’a JAMAIS était juif.

Où est-il écrit dans La Bible qu’Abraham était juif ?

 

« AVANT QU’ABRAHAM FUT, JE SUIS ».

 

Ca Change Toute une Histoire……………….

Les Gilets Jaunes Constituants devant Blackrock et France Trésor. VIDEOS

Dénonçons ceux qui nous asservissent.

Wilson, Thibault et toute l’Equipe des Français Gilets Jaunes Constituants ne lâchent Rien :

USURIERS ENNEMIS DES PEUPLES.

 

 

 

La Bible condamne l’Usure :

 

Interdiction de l’Usure dans la bible

ANCIEN TESTAMENT

 

Ézéchiel 18

5L’homme qui est juste, qui pratique la droiture et la justice, …7qui n’opprime personne, qui rend au débiteur son gage, qui ne commet point de rapines, qui donne son pain à celui qui a faim et couvre d’un vêtement celui qui est nu, 8qui ne prête pas à intérêt et ne tire point d’usure, qui détourne sa main de l’iniquité et juge selon la vérité entre un homme et un autre, 9qui suit mes lois et observe mes ordonnances en agissant avec fidélité, celui-là est juste, il vivra, dit le Seigneur, l’Éternel.

Exode 22:25

Si tu prêtes de l’argent à mon peuple, au pauvre qui est avec toi, tu ne seras point à son égard comme un créancier, tu n’exigeras de lui point d’intérêt.

Lévitique 25:36

Tu ne tireras de lui ni intérêt ni usure, tu craindras ton Dieu, et ton frère vivra avec toi.

Deutéronome 23:19

Tu n’exigeras de ton frère aucun intérêt ni pour argent, ni pour vivres, ni pour rien de ce qui se prête à intérêt.

Psaume 15:5

Il n’exige point d’intérêt de son argent, Et il n’accepte point de don contre l’innocent. Celui qui se conduit ainsi ne chancelle jamais.

Ézéchiel 18:13,17

S’il prête à intérêt et tire une usure, ce fils-là vivrait! Il ne vivra pas; il a commis toutes ces abominations; qu’il meure! que son sang retombe sur lui!

Ézéchiel 22:12

Chez toi, l’on reçoit des présents pour répandre le sang: tu exiges un intérêt et une usure, tu dépouilles ton prochain par la violence, et moi, tu m’oublies, dit le Seigneur, l’Éternel.

Lévitique 25:35-37

Si ton frère devient pauvre, et que sa main fléchisse près de toi, tu le soutiendras; tu feras de même pour celui qui est étranger et qui demeure dans le pays, afin qu’il vive avec toi.

Néhémie 5:15

Avant moi, les premiers gouverneurs accablaient le peuple, et recevaient de lui du pain et du vin, outre quarante sicles d’argent ; leurs serviteurs mêmes opprimaient le peuple. Je n’ai point agi de la sorte, par crainte de Dieu.

Ésaïe 33:15

Celui qui marche dans la justice, et qui parle selon la droiture, qui méprise un gain acquis par extorsion, qui secoue les mains pour ne pas accepter un présent, qui ferme l’oreille pour ne pas entendre des propos sanguinaires, et qui se bande les yeux pour ne pas voir le mal, celui-là habitera dans des lieux élevés, des rochers fortifiés seront sa retraite, du pain lui sera donné, de l’eau lui sera assurée.

 

NOUVEAU TESTAMENT EN UNE IMAGE

Jésus chasse les marchands du temple1.jpg

 

Impossible de savoir QUI détient la Dette de la France !

 

 

Rappelons que la « république française » en sa Présidence est inscrite au Registre du Commerce et des Sociétés depuis Janvier 1947. Ces informations peuvent être vérifiées sur INFOGREFFE.

Son siège est à l’Elysée, au 55 rue du Faubourg Saint Honoré à Paris.

République française.png

 

TOUT EST PRIVE, IL N’Y A PLUS RIEN DE PUBLIC.

 

République Française1.png

Devant l’Agence de Notation Standard and Poors qui est un Rouage Financier.

 

Aux Innocents les Mains Pleines !!!

Jésus, Lumière du Monde

Notre société sans Âme résumée dans un Magnifique RAP de 22 minutes !

La Solution ? Revenir à notre Roi des Rois Jésus-Christ, Seul Seigneur et Sauveur, Dieu fait Homme.

« Ils désirent l’abaissement de tout ce qui est au-dessus d’eux. Ils accepteraient demain le despotisme pourvu que ce fût avec l’égalité. Leur amour de la liberté c’est de la haine et de l’envie. »

Tels ont été les propos de François-René De Chateaubriand au 19ème siècle qui sont d’une Troublante modernité.

 

La Souffrance avec Dieu nous rend Plus Fort

1- LA SOUFFRANCE VIENT AVEC LA LIBERTÉ DE CHOISIR

Tout parent aimant désire protéger ses enfants contre des souffrances inutiles. Neánmoins, les parents sages connaissent le danger de surprotéger leurs enfants. Ils savent que le libre choix est au coeur même de l’expérience humaine et qu’un monde sans liberté serait pire qu’un monde sans souffrance. Pire encore serait un monde habité par des gens qui feraient de mauvais choix sans en souffrir. Il n’y a pas plus dangereux que le menteur, le voleur ou le meurtrier qui ne ressent pas le mal qu’il se fait à lui-même et qu’il fait à autrui (Genèse 2.15-17).

2- LA SOUFFRANCE PEUT NOUS AVERTIR D’UN DANGER

Nous détestons la souffrance, surtout chez ceux que nous aimons. Pourtant, sans inconfort, le malade n’irait pas consulter un médecin. Le corps épuisé ne se reposerait pas. Le criminel ne craindrait pas la loi. L’enfant se moquerait de se faire corriger. Sans les instances de la conscience, l’insatisfaction quotidienne que crée l’ennui et le désir inassouvi d’un sens à leur vie, les gens qui sont faits pour trouver la satisfaction dans un Père éternel se satisferaient de beaucoup moins. L’exemple de Salomon, trompé par les plaisirs et enseigné par ses souffrances, nous montre que même le plus sage d’entre nous a tendance à s’éloigner du bien et de Dieu jusqu’à ce que la souffrance résultant de ses propres choix à courte vue le dissuade d’aller plus loin (Ecclésiaste 1 – 12 ; Psaume 78.34,35 ; Romains 3.10-18).

3- LA SOUFFRANCE RÉVÈLE CE QU’IL Y A DANS LE COEUR

La souffrance résulte souvent des agissements d’autrui. Toutefois, elle a sa façon à elle de nous révéler ce qu’il y a dans notre propre coeur. La capacité d’aimer, d’user de miséricorde, de s’irriter, d’envier et de s’enorgueillir peuvent sommeiller en nous jusqu’à ce qu’une certaine situation la réveille. La force et la faiblesse du coeur se découvrent non lorsque tout se déroule comme nous le souhaitons, mais lorsque les flammes de la souffrance et de la tentation viennent mettre notre caractère à l’épreuve. Comme le feu sert à raffiner l’or et l’argent, et que le charbon a besoin du temps et de la pression pour se changer en diamant, le coeur humain se révèle et se développe en supportant la pression et la chaleur du temps et des situations. La force de caractère se démontre non pas lorsque tout va bien dans notre monde, mais en présence de la douleur et de la souffrance humaines (Job 42.1-17 ; Romains 5.3-5 ; Jacques 1.2-5 ; 1 Pierre 1.6-9).

4- LA SOUFFRANCE NOUS CONDUIT AU SEUIL DE L’ÉTERNITÉ

Si la mort marque la fin de tout, alors une vie remplie de souffrance est injuste. Toutefois, si la fin de la vie ici-bas nous conduit au seuil de l’éternité, alors les gens qui ont le plus de chance dans l’univers sont ceux qui découvrent, au moyen de la souffrance, que la vie ici-bas n’est pas tout. Ceux qui se découvrent eux-mêmes et leur Dieu éternel au moyen de la souffrance n’ont pas souffert en vain. Ils ont permis à leur pauvreté, à leur chagrin et à leur faim de les conduire au Seigneur d’éternité. Ce sont ceux qui découvriront à leur joie éternelle pourquoi Jésus a dit : « Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux ! » (Matthieu 5.1-12 ; Romains 8.18,19.)

5- LA SOUFFRANCE RELÂCHE NOTRE CONTRÔLE SUR LA VIE

Avec le temps, on sollicite de moins en moins notre travail et nos opinions. L’état de notre corps empire de plus en plus à force d’usure. Il finit par sombrer dans une obsolescence inévitable. Les jointures se raidissent et font mal. La vue faiblit. La digestion ralentit. Le sommeil devient difficile. Les problèmes s’amplifient, alors que les options diminuent. Pourtant, si la mort ne marque pas la fin mais le début d’un jour nouveau, alors la malédiction de la vieillesse constitue également une bénédiction. Chaque nouvelle douleur rend notre monde moins invitant et la vie à venir plus attrayante. À sa manière, la souffrance pave la voie à un départ en grâce (Ecclésiaste 12.1-14).

6- LA SOUFFRANCE DONNE L’OCCASION DE FAIRE CONFIANCE À DIEU

Célèbre pour cette raison, Job est l’homme qui a souffert le plus de tous les temps. Selon la Bible, Job a perdu sa famille à cause d’« un grand vent », ses richesses à cause de la guerre et d’un incendie, et sa santé à cause d’ulcères douloureux. Malgré tout, Dieu n’a jamais dit à Job pourquoi tout cela lui arrivait. Tandis que Job subissait les accusations de ses amis, le ciel a gardé le silence. Lorsque Dieu a fini par parler, il ne lui a pas révélé que Satan, son ennemi juré, avait mis en doute les motifs que Job avait de servir Dieu. Pas plus que Dieu n’a demandé à Job de l’excuser pour avoir permis à Satan de mettre à l’épreuve sa consécration à Dieu. Au lieu de cela, Dieu lui a parlé de chèvres sauvages mettant bas, de lionceaux à la chasse et de charognards dans leurs nids. Il a évoqué le comportement de l’autruche, la force du buffle et la foulée du cheval. Il a évoqué les merveilles des cieux et de la mer, et le cycle des saisons. Job n’a pu qu’en conclure que, si Dieu avait le pouvoir et la sagesse nécessaires pour créer notre univers physique, nous aurions raison de faire confiance à ce même Dieu en période de souffrances (Job 1 – 42).

7- DIEU SOUFFRE AVEC NOUS LORSQUE NOUS SOUFFRONS

Nul n’a souffert davantage que notre Père céleste. Nul n’a payé prix plus élevé pour le libre arbitre, qui a permis l’entrée du péché dans le monde. Nul n’a cessé de souffrir autant pour une race qui souffre parce qu’elle a emprunté la mauvaise voie. Nul n’a souffert comme celui qui a payé pour nos péchés dans le corps crucifié de son propre Fils. Nul n’a souffert davantage que celui qui, lorsqu’il a étendu les bras et a rendu l’âme, nous a montré à quel point il nous aime. C’est ce Dieu qui, en nous attirant à lui, nous demande de lui faire confiance lorsque nous souffrons et que ceux que nous aimons pleurent en notre présence (1 Pierre 2.21 ; 3.18 ; 4.1).

8- LA CONSOLATION DE DIEU SURPASSE NOTRE SOUFFRANCE

L’apôtre Paul a supplié le Seigneur de lui enlever une source de souffrance non identifiée. Le Seigneur le lui a toutefois refusé, en lui disant : « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. » À cela, Paul a répondu : « Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort » (2 Corinthiens 12.9,10). Paul a découvert qu’il préférerait être avec Christ dans la souffrance que d’être sans Christ en bonne santé et dans une situation agréable.

9- EN TEMPS DE CRISE, NOUS NOUS TROUVONS LES UNS LES AUTRES

Personne ne choisirait la douleur et la souffrance. Cependant, lorsque nous n’avons pas le choix, il nous reste une consolation. Les catastrophes naturelles et les temps de crise ont leur façon de nous rapprocher les uns des autres. Ouragans, incendies, tremblements de terre, émeutes, maladies et accidents ont tous leur façon de nous ramener à la raison. Soudain, nous nous rappelons notre propre mortalité et que les gens comptent plus que les choses. Nous nous rappelons que nous avons besoin les uns des autres et que, par-dessus tout, nous avons besoin de Dieu.
Chaque fois que nous découvrons la consolation de Dieu au milieu de nos souffrances, notre capacité de venir en aide aux autres s’en trouve accrue. Voilà ce que l’apôtre Paul avait à l’esprit lorsqu’il a écrit : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu,
nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans l’affliction » (2 Corinthiens 1.3,4).

10- DIEU PEUT CHANGER LA SOUFFRANCE EN BIEN POUR NOUS

Cette vérité se voit le mieux dans les nombreux exemples de la Bible. Au milieu des souffrances de Job, nous voyons un homme en venir non seulement à acquérir une compréhension plus profonde de Dieu, mais aussi à devenir une source d’encouragement pour les gens de toutes les générations qui ont suivi. Au milieu du rejet, de la trahison, de l’esclavage et de l’emprisonnement injustifié d’un homme du nom de Joseph, nous voyons quelqu’un qui en est venu à dire à ceux qui lui ont fait du tort : « Vous aviez médité de me faire du mal : Dieu l’a changé en bien » (Genèse 50.20a). Lorsque tout en nous crie après le ciel pour avoir permis la souffrance, nous avons raison de fixer les yeux sur le résultat éternel et la joie de Jésus, qui s’est lui-même écrié en souffrant le martyre sur la croix d’un bourreau : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Matthieu 27.46.)

VOUS N’ÊTES PAS LE SEUL si l’injustice et la souffrance dans la vie vous font douter qu’un Dieu au ciel se soucie de vous. Toutefois, considérez de nouveau la souffrance de celui que le prophète Ésaïe a décrit comme un « homme de douleur et habitué à la souffrance » (Ésaïe 53.3). Réfléchissez à son dos lacéré, à son front ensanglanté, à ses ongles arrachés aux mains et aux pieds, à son côté percé, à son agonie dans le jardin et à son cri d’abandon déchirant. Considérez la déclaration de Christ selon laquelle il a souffert non à cause de ses péchés mais à cause des nôtres. Pour nous donner la liberté de choisir, il permet que nous souffrions. Il a toutefois subi lui-même le châtiment et la souffrance suprêmes pour tous nos péchés (2 Corinthiens 5.21 ; 1 Pierre 2.24).

Si vous en venez à voir la raison des souffrances de Christ, n’oubliez pas que la Bible dit qu’il est mort afin de payer le prix de nos péchés et que ceux qui croient dans leur coeur que Dieu l’a ressuscité des morts seront sauvés (Romains 10.9,10). Le pardon et la vie éternelle que Christ offre ne sont pas une récompense pour des efforts fournis, mais un don fait à tous ceux qui, à la lumière des preuves, mettent leur confiance en lui.

Pour accepter le don de Dieu, vous pouvez faire une prière comparable à celle-ci : « Dieu, je me sais pécheur. Je sais que je ne peux pas me sauver moi-même. Je crois que Jésus est mort sur la croix pour expier mes péchés. Je crois qu’il est ressuscité des morts afin de vivre sa vie en tous ceux qui croient en lui. Je le reçois maintenant comme mon Sauveur. J’accepte ton offre de pardon et de vie éternelle. Merci, Père. Je prie au nom de Jésus. Amen. »

joie_d10

L’ARCHE DE NOE construite Enfin aux dimensions Bibliques ! Sublime ! (VIDEO)

C’est dans l’Etat du KENTUCKY, dans le parc ARK ENCOUNTER qu’a été construite l’Arche De Noé aux dimensions Bibliques Exactes.

C’est tout simplement un CHEF D’OEUVRE, l’on ressent une Vive Emotion en pensant au travail de Noé qui a construit l’Arche SEUL !

Il sera noté que dans l’Arche, SEULES les Révélations du NOUVEAU TESTAMENT de notre Seigneur Jésus-Christ sont affichées.

Merci à notre Ami du Québec Français, chaîne You Tube « Naître De Nouveau » pour cette Visite qui nous donne encore plus fort l’envie de se Battre contre les Ténèbres.

« Entrées précédentes