Archives de Catégorie: Eglise

Miracle : la photo de St Joseph et de Notre mère lors de l’Élévation, par Laurent Glauzy

Dans les miracles qui ne sont que le propre de l’Église, seule et unique vraie religion créée par Dieu, nous connaissons notamment les miracles eucharistiques comme celui de Lanciano où au VIIIe siècle où une hostie se transforme en chair encore intacte aujourd’hui et de même rhésus sanguin que le linceul de Turin ; ou encore les lévitations de saint Joseph de Cupertino (1603-1663) au moment de la Consécration.

A présent, il s’agit d’un autre miracle eucharistique. Au moment de l’Élévation, la sainte famille de Notre Seigneur apparaît.

En bas à gauche de l’image, on peut remarquer le prêtre qui élève l’hostie, ce n’est pas la superposition de deux photos.

En fait, au cours d’une célébration de l’Eucharistie, une personne photographia le prêtre pendant la consécration. A sa grande surprise, le développement du film révéla cette image.

Le père Christian-Marie Sac avait dit aux éditions Téqui : « Stupéfait et doutant de son authenticité, j’ai moi-même comme prêtre, envoyé cette photo en Italie, près de Rome, pour la faire évaluer par une personne privilégiée de toute confiance qui m’a répondu : « Cette image est vraiment authentique : c’est la famille de Nazareth. Elle est précieuse pour être apportée dans les familles ; elle apporte la bénédiction de Dieu. Avec elle, viennent la foi, la prière et la présence divine. Avec elle, Jésus vient dans la maison. »

Il est bien évident que ces miracles sont autant de signes adressés par Dieu pour que les hommes se convertissent. Mais beaucoup par faiblesse, incapacité de se réformer, préfèrent fermer les yeux, continuer dans l’erreur. C’est le règne du « ça me va comme ça ! » qui mène tout droit en enfer, là où la Sainte Vierge disait à Fatima en 1917 que les âmes tombent comme des flocons de neige. Nous sommes aussi dans le cas, précisément, de Don Bosco (1815-1888), dont le corps est intact, qui voyait clairement les enfants qui il avait pourtant récupéré et sorti de prison et qui se damnaient.

Mais, il ne pouvait pas aller au-delà. Il est facile de gagner le Salut en réglant sa vie selon les Commandements, et en ayant une vie spirituelle réglée, mais beaucoup refusent pour se donner aux passions. Notre Seigneur donne à chacun la possibilité, un jour dans sa vie, par des rencontres opportunes, des signes, de venir à Lui.

Les miracles eucharistiques font partie de ces signes flagrants et pourtant bien ignorés des âmes qui se damnent pour l’Éternité.

Comme le disait la Sainte Vierge à Lourdes par la bouche de sainte Bernadette : « Je suis chargée de vous le dire, pas de vous le faire croire ». Et saint Augustin : « Celui qui n’a pas l’Église pour mère, n’aura pas Dieu pour Père. »

Une église franciscaine de 1250 vient d ‘être découverte à Nice

Belle découverte architecturale qui témoigne de la richesse spirituelle de la France du Moyen-Age : à Nice, une église construite en 1250 par les Franciscains refait surface.

« Découvert lors de travaux de rénovation mené sur le Palais communal, place Saint-François, ce trésor architectural a été en partie dégagé.

Ce mercredi après-midi, c’est une autre étape de ce chantier qui s’est ouverte. Celle lancée par le maire, Christian Estrosi, qui armé d’une masse, a donné le top départ aux 850.000 euros de travaux de démolition.

Pour faire tomber les piliers et planchers de béton construits en 1936, pour aménager un cinéma puis un dancing dans cette ancienne église construite en 1250 par les Franciscains, agrandie deux siècle plus tard, puis mise au goût baroque au 18e siècle, avant d’être chassés par la Révolution française.

A l’automne, une fois les 24 piliers de béton et les deux niveaux de planchers de l’ancien dancing abattus, l’église des Franciscains sera totalement restaurée à l’identique. Pour mettre en valeur ses murs et colonnes de pierre, son choeur et sa voûte de 17 mètres de hauteur et la transformer en un espace culturel dédié à l’histoire de Nice”

écrit le quotidien Nice Matin qui fait part de la nouvelle.

Il est déplorable en revanche que cette merveille ne revienne pas au culte catholique..

LA FRANCE, NATION BENIE DE DIEU

LA FRANCE, NATION BENIE DE DIEU

« Il n’est pas rare qu’aux instants les plus critiques, ainsi qu’un coup de vent rompt les nuages et laisse voir l’étoile qui guidera le navigateur au port, le Seigneur envoie l’inspiration surnaturelle qui doit faire d’une âme le salut de son peuple. Levez donc les yeux, fils bien-aimés, dignes représentants d’une nation qui se glorifie du titre de fille aînée de l’Eglise, et regardez les grands exemples qui vous ont précédés , levez les yeux et admirez ces splendides cathédrales qui demeurent parmi vous un vivant symbole de cette Eglise catholique au sein de laquelle vous avez grandi Mieux encore, entrez d’un pas assuré dans la cathédrale de Dieu, vénérez les saints qui se trouvent sur ses autels, tombez à genoux devant le Dieu qui vous attend au tabernacle, renouvelez votre profession de foi, promettez-lui de nouveau votre fidélité la plus parfaite, et soyez sûrs que, ce faisant, vous répondrez à votre vocation d’hommes, de chrétiens, de Français S’il arrive que souffle au dehors le vent mauvais, si le mensonge, la cupidité, l’incompréhension trament le mal, s’il vous semble, même devenir victimes à votre tour, regardez vos héros réhabilités, vos cathédrales reconstruites et vous vous convaincrez une fois de plus que toujours la dernière victoire est celle de la foi, de la sainte foi, que rien ne peut abattre, et dont l’Eglise catholique est l’unique dépositaire.

Catholiques français, dignes représentants d’une nation qui dans son titre de catholique a toujours trouvé le stimulant le plus fort pour écrire les pages les plus glorieuses de son histoire ! Des tours de vos cathédrales, tombent les notes graves ou joyeuses des cloches, comme la rosée qui descend sur la terre pour la rafraîchir et la féconder ; du sol généreux de ce jardin de l’Europe qu’est la France, germent les héros de la Patrie et de la Foi, qui, par amour pour leur mère, si sa défense l’exige, savent batailler, souffrir et mourir, dans la certitude que les lauriers du triomphe ne sauraient jamais manquer à qui accepte de se sacrifier pour une cause grande et juste Et s’il peut sembler un moment que triomphent l’iniquité, le mensonge et la corruption, il vous suffira de faire silence quelques instants et de lever les yeux au ciel pour imaginer les légions de Jeanne d’Arc qui reviennent, bannières déployées, pour la Patrie et sauver la Foi… »

Pie XII Radio message au peuple de France pour les Fêles de Rouen, 24 juin 1946

 

« Vive le Christ qui est Roi des Francs » : Sainte Jeanne d’Arc

 

« O peuple inventeur de la cathédrale, je ne t’ai point trouvé léger en foi

O peuple inventeur de la croisade, je ne t’ai point trouvé léger en chante Quant à l’espérance, il vaut mieux ne pas en parler, il n’y en a que pour eux »

Charles Péguy : Association Notre Dame de Chrétienté

 

« Soyez fidèles à votre traditionnelle vocation Jamais l’heure n’a été plus grave pour vous en imposer les devoirs, jamais l’heure plus belle pour y répondre Ne laissez pas passer l’heure, ne laissez pas s’étioler des dons que Dieu a adaptés à la mission qu’il vous confie, ne les gaspillez pas, ne les profanez pas au service de quelque autre idéal trompeur, inconsistant ou moins noble et moins digne de vous »

Pie XII aux Français, 6 janvier 1945

 

« Et comme autrefois Dieu préféra la tribu de Juda à celles des autres fils de Jacob, et comme il la gratifia de bénédictions spéciales, ainsi il choisit la France de préférence à toutes les autres nations de la terre pour la protection de la foi catholique et la défense de la liberté religieuse Pour ce motif, la France est le royaume de Dieu même, les ennemis de la France sont les ennemis du Christ Pour ce motif, Dieu aime la France parce qu’il aime l’Eglise qui traverse les siècles et recrute des légions pour l’éternité. Dieu aime la France qu’aucun effort n’a jamais pu détacher entièrement de la cause de Dieu Dieu aime la France où en aucun temps la foi n’a perdu de sa vigueur, où les rois et les soldats n’ont jamais hésité à affronter les périls et à donner leur sang pour la conservation de la foi et de la liberté religieuse »

Grégoire IX au Roi Saint Louis

56324211

TESTAMENT DE SAINT LOUIS

TESTAMENT DE SAINT LOUIS, ROI DE FRANCE, A SON FILS, LE FUTUR PHILIPPE III LE HARDI.

Cher fils, je t’enseigne premièrement que tu aimes Dieu de tout ton cœur et de tout ton pouvoir, car sans cela personne ne peut rien valoir.

Tu dois te garder de toutes choses que tu penseras devoir lui déplaire et qui sont en ton pouvoir, et spécialement tu dois avoir cette volonté que tu ne fasses un péché mortel pour nulle chose qui puisse arriver, et qu’avant de faire un péché mortel avec connaissance, que tu souffrirais que l’on te coupe les jambes et les bras et que l’on t’enlève la vie par le plus cruel martyre.

Si Notre Seigneur t’envoie persécution, maladie ou autre souffrance, tu dois la supporter débonnairement, et tu dois l’en remercier et lui savoir bon gré car il faut comprendre qu’il l’a fait pour ton bien. De plus, tu dois penser que tu as mérité ceci- et encore plus s’il le voulait- parce que tu l’as peu aimé et peu servi, et parce que tu as fait beaucoup de choses contre sa volonté.

Si Notre Seigneur t’envoie prospérité, santé de corps ou autre chose, tu dois l’en remercier humblement et puis prendre garde qu’à cause de cela il ne t’arrive pas de malheur causé par orgueil ou par une autre faute, car c’est un très grand péché de guerroyer Notre Seigneur de ses dons…

Cher fils, je t’enseigne que tu entendes volontiers le service de la sainte Eglise, et quand tu seras à l’église garde toi de perdre ton temps et de parler vaines paroles. Dis tes oraisons avec recueillement ou par bouche ou de pensée, et spécialement sois plus recueilli et plus attentif à l’oraison pendant que le corps de Notre-Seigneur Jésus-Christ sera présent à la messe et puis aussi pendant un petit moment avant.

Cher fils, je t’enseigne que tu aies le cœur compatissant envers les pauvres et envers tous ceux que tu considèreras comme souffrant ou de cœur ou de corps , et selon ton pouvoir soulage-les volontiers ou de soutien moral ou d’aumônes…

Prends garde que tu sois si bon en toutes choses qu’il soit évident que tu reconnaisses les générosités et les honneurs que Notre Seigneur t’a faits de sorte que, s’il plaisait à Notre Seigneur que tu aies l’honneur de gouverner le royaume, que tu sois digne de recevoir l’onction avec laquelle les rois de France sont sacrés.

Cher fils, s’il advient que tu deviennes roi, prends soin d’avoir les qualités qui appartiennent aux rois, c’est-à-dire que tu sois si juste que, quoi qu’il arrive, tu ne t’écartes de la justice. Et s’il advient qu’il y ait querelle entre un pauvre et un riche, soutiens de préférence le pauvre contre le riche jusqu’à ce que tu saches la vérité, et quand tu la connaîtras, fais justice.

Et s’il advient que tu aies querelle contre quelqu’un d’autre, soutiens la querelle de l’adversaire devant ton conseil, et ne donne pas l’impression de trop aimer ta querelle jusqu’à ce que tu connaisses la vérité, car les membres de ton conseil pourraient craindre de parler contre toi, ce que tu ne dois pas vouloir…

Sois bien diligent de protéger dans tes domaines toutes sortes de gens, surtout les gens de sainte Eglise ; défends qu’on ne leur fasse tort ni violence en leurs personnes ou en leurs biens…

Cher fils, je t’enseigne que tu te défendes, autant que tu pourras, d’avoir guerre avec nul chrétien ; et si l’on te fait tort, essaie plusieurs voies pour savoir si tu ne pourras trouver moyen de recouvrer ton droit avant de faire guerre… Et garde que tu sois bien conseillé avant de déclarer la guerre, que la cause en soit tout à fait raisonnable, que tu aies bien averti le malfaiteur et que tu aies assez attendu, comme tu le devras…

Cher fils, je t’enseigne que les guerres et les luttes qui seront en ta terre ou entre tes hommes, que tu te donnes la peine, autant que tu le pourras, de les apaiser, car c’est une chose qui plaît beaucoup à Notre Seigneur…

Cher fils, donne volontiers pouvoir aux gens de bonne volonté qui en sachent bien user, et mets grande peine à ce que les péchés soient supprimés en ta terre, c’est-à-dire les vilains serments et toute chose qui se fait ou se dit contre Dieu ou Notre-Dame ou les saints : péchés de corps, jeux de dés, tavernes ou autres péchés. Fais abattre tout ceci en ta terre sagement et en bonne manière…

Cher fils, je t’enseigne que tu aies une solide intention que les deniers que tu dépenseras soient dépensés à bon usage et qu’ils soient levés justement. Et c’est un sens que je voudrais beaucoup que tu eusses, c’est-à-dire que tu te gardasses de dépenses frivoles et de perceptions injustes et que tes deniers fussent justement levés et bien employés et c’est ce même sens que t’enseigne Notre Seigneur avec les autres sens qui te sont profitables et convenables…

Cher fils, je te donne toute la bénédiction qu’un père peut et doit donner à son fils, et je prie Notre Seigneur Dieu Jésus-Christ que, par sa grande miséricorde et par les prières et par les mérites de sa bienheureuse mère, la Vierge Marie, et des anges et des archanges, de tous les saints et de toutes les saintes, il te garde et te défende que tu ne fasses chose qui soit contre sa volonté, et qu’il te donne grâce de faire sa volonté afin qu’il soit servi et honoré par toi ; et puisse-t-il accorder à toi et à moi, par sa grande générosité, qu’après cette mortelle vie nous puissions venir à lui pour la vie éternelle, là où nous puissions le voir, aimer et louer sans fin, Amen.

PHILIPPE III LE HARDI  téléchargement (6)

Scandaleux : En Allemagne une église centenaire est rasée pour laisser place à une mine de charbon

Publié par wikistrike.com sur 12 Janvier 2018, 22:17pm

Symbole du combat écologiste, l’église Saint-Lambert du village d’Immerath, dans l’ouest de l’Allemagne, a été rasée le 8 janvier, pour laisser place à une mine de charbon, comme le rapportent plusieurs médias allemands, cités notamment par Challenges. Le lieu d’élévation vers les cieux va laisser place aux entrailles fuligineuses de la terre. 

L’édifice religieux, surnommé Immerather Dom, faisait l’objet d’une lutte active des militants de Greenpeace, qui n’ont rien pu faire contre la pelleteuse escortée de policiers qui a procédé à la démolition.