Archives de Catégorie: Pedocriminalité

Pays-Bas – Enquête sur un rabbin accusé de pédophilie et maintien en détention préventive d’un enseignant d’une école juive accusé des viols de quatre enfants

Pays-Bas – Le groupe de coordination des communautés juives néerlandaises a lancé une enquête concernant un rabbin local accusé de pédophilie aux États-Unis.

Il y a quelques jours, l’organisation des communautés juives aux Pays-Bas a annoncé l’ouverture d’une enquête à l’encontre du rabbin Mendel Levine de Brooklyn, venu officier aux Pays-Bas dans la communauté juive de la ville de Nijmegen en 2009.

Cette annonce du groupe de coordination des communautés juives néerlandaises fait suite à un article publié par le journal néerlandais De Telegraaf décrivant les accusations portées contre le rabbin Levine dès 2011.

En 2011, Meyer Seewald, qui œuvre aujourd’hui pour Crown Heights, une association qui dénonce les agressions sexuelles pédophiles commises au sein des communautés juives, déclarait avoir été victime de pédophilie en 2000 alors qu’il participait au camp d’été du réseau Gan Israël, où le rabbin Levine était conseiller.

Contacté par des journalistes aux Pays-Bas, le rabbin Levine a refusé de commenter les accusations à son encontre.

Le journal Telegraaf avait aussi publié le témoignage d’une deuxième victime présumée du rabbin Levine : « J’ai entendu l’histoire de Seewald et j’ai été choqué. C’était exactement ce qui m’était arrivé. Dans le Michigan, en 2001. ». « Le moniteur Levine m’a pris à part, m’a déshabillé et a commencé à étaler de la lotion sur mes parties intimes. Je me demandais ce qu’il se passait. Je ne cherche pas à me venger, mais ça m’a traumatisé. »

 

Par ailleurs, le tribunal d’Amsterdam a décidé le mois dernier de maintenir en détention préventive pendant la durée de son procès Ephraim Schrijver, un Juif hollandais de 30 ans, accusé de viols sur quatre enfants.

Ephraim Schrijver, 30 ans, avait immigré en Israël en 2012 après avoir été licencié de son poste d’enseignant à l’école juive orthodoxe de Buitenveldert, près d’Amsterdam. Mais il a été extradé aux Pays-Bas en 2016.

 

Pierre-Alain Depauw | janvier 10, 2018 à 6:24 | URL : http://www.medias-presse.info/?p=86005

Italie : des pédophiles ont sévi pendant de longues années dans une coopérative agricole

En Italie, un millier d’enfants victimes en l’espace de 40 ans, dans une coopérative agricole transformée en secte. Le gourou vient d’être condamné à 15 ans et 10 mois fermes..

Outre des abus sexuels et des maltraitances graves, les enfants étaient obligés de travailler, parfois dès 8 ans.

Les enfants étaient des proies, tout le monde était incité à avoir des relations sexuelles, hétéro et homos.

Les enfants étaient confiés à plusieurs parents adoptifs successifs.

Les faits étaient connus depuis 35 ans, selon une association.
En 2000 le gourou Rodolfo Fiesoli, a été arrêté et reconnu coupable de corruption de mineurs. Il avait déjà fait un tour en prison en 79.

Créée en 1977, Fortato se voulait une utopie dans le courant de la libération sexuelle. Au début, apparemment, les relations hétérosexuelles étaient interdites et aucun enfant ne naissait. Des adultes sont donc devenus famille d’accueil.

La secte faisait aussi dans la « rééducation », et était à l’époque reconnue par des intellectuels, des politiciens, des magistrats, des psychiatres, des travailleurs sociaux, et même par les autorités locales.

Après sa sortie de prison en 79, Fiesoli a été lui-même famille d’accueil.
Des victimes disent que la justice et toutes les institutions, dont des politiques, ont protégé la secte.

En 2011 des victimes ont porté plainte. 22 personnes et Fiesoli ont été renvoyées au tribunal mais de nombreux faits étaient prescrits.

Article sputniknews :

Le scandale pédophile du Forteto, en Italie, est maintenant connu et reconnu par tous. Rodolfo Fiesolile, maniaque sexuel de 76 ans, a enfin été arrêté et condamné à 14 ans de prison. Sergio Pietracito, président de l’association des victimes de cette secte, s’en est entretenu avec Sputnik.

C’est une longue histoire, les premiers inspecteurs de l’État sont venus au Forteto dès 2013, mais le scandale n’a éclaté qu’en mai dernier quand le Sénat a approuvé la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les activités de cette secte, a raconté Sergio Pietracito à Sputnik.

«Par ailleurs, l’approbation de la Chambre des députés était nécessaire et elle se faisait attendre. Le 30 août, le pape François a rencontré les victimes du Forteto. Ensuite, il y a eu la décision de la Cour de cassation, mais le verdict définitif n’a été prononcé qu’à la veille de Noël», a précisé l’interlocuteur de l’agence.

Et d’ajouter qu’il ne s’agissait pas que du fondateur de la secte, le «prédicateur» Fiesoli, mais d’une dizaine de personnes qui avaient été inculpées dans ce dossier.

«Nous insistons pour qu’on nous présente des excuses. Il faut que nos médias parlent enfin de cette tragédie, beaucoup en Italie n’en étant pas même au courant. Les structures du pouvoir doivent enfin se soucier de ceux qui ont vécu ces horreurs, c’est-à-dire des enfants qu’elles avaient elles-mêmes envoyés dans cette secte», a poursuivi le militant.

La coopérative agricole «Forteto» qui est connue depuis les années 1970 comme un gros producteur de fromages pour l’exportation, entre autres, vers l’Océanie, les États-Unis et les Émirats arabes unis, s’est avérée être une secte où une multitude d’abus sexuels sur mineurs se sont produits. Tout en gagnant des millions d’euros, le «Forteto» a brisé la vie de plus d’un millier d’enfants.

«À part des problèmes judiciaires, il est nécessaire de parler de la responsabilité des politiciens et des institutions de l’État dans les horreurs qui se sont produites dans la secte pendant ces 40 ans», a constaté l’interlocuteur de Sputnik.

Selon ce dernier, l’association des victimes poursuit sa lutte.

«Pour le moment, la coopérative « Forteto » manque de courage pour demander pardon pour ce qui est arrivé dans la secte. Pourtant, son conseil d’administration est composé soit d’inculpés, soit de membres de la secte qui ont menti sous serment», a regretté en conclusion M.Pietracito.

Pédollywood : L’acteur Dustin Hoffman visé pour des faits de harcèlement sexuel sur une mineure

Une star de plus se trouve dans le tourbillon d’accusations gravissimes et il s’agit cette fois de l’acteur Dustin Hoffman.

Trois femmes ont témoigné à visage découvert dans le journal Variety, accusant Dustin Hoffman d’agressions sexuelles. L’une d’elles, Cori Thomas, était âgée de 16 ans au moment des faits et était une camarade de classe de la fille de l’acteur. Hoffman se serait présenté nu face à elle dans une chambre d’hôtel, elle a cependant réussi à quitter la pièce. L’avocat de la star, Mark Neubauer, a dénoncé des « mensonges diffamatoires ».

Cinq ans de prison avec sursis pour… le viol d’une fillette de 4 ans

A comparer avec les peines de prison ferme dont écopent des nationalistes pour avoir donné leur opinion… « La cour d’assises de l’Aude a condamné, mardi, un homme de 21 ans à cinq ans de prison avec sursis pour… le viol d’une fillette de 4 ans à Narbonne, rapporte le journal L’Indépendant.

L’affaire remonte au mois de juillet 2014. Wilfried J., jugé pour “viol et agressions sexuelles”, avait alors 17 ans. Accusé d’avoir pratiqué des attouchements sur l’enfant, il a reconnu les faits et même avoir mis son sexe dans sa bouche, précise le Midi Libre. À l’époque, la mère de l’adolescent, assistante maternelle agréée, avait la charge de la surveillance de la fillette.

Les faits se sont déroulés dans la chambre de l’agresseur au moment où la victime faisait la sieste. […] “Une peine de cinq ans avec sursis assortis de cinq ans de suivi socio-judiciaire a été prononcée avec l’interdiction de rentrer en contact avec la victime et l’obligation de travailler dans un milieu sans relation avec les enfants”, précise L’Indépendant. L’avocat général avait requis une peine de cinq ans de réclusion dont trois ans assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve. »

Source VA
Retrouvez cet article et l’info alternative sur : http://www.contre-info.com

Un des chefs du lobby LGBT en Suéde est en prison pour viols sur mineurs

L’un des plus grands responsables d’ONG pro gay en Suède a été condamné à cinq ans de prison pour viol, proxénétisme et d’autres crimes sur mineur qui ont été rendus possibles grâce à son association.

Stefan Johansson était le président régional du plus important groupe de pression Gay en Suède qui est également un des plus anciens et le plus influent dans le monde.  Johansson a déclaré se battre pour promouvoir les «droits» des homosexuels et encourager les initiatives pour aider les travailleurs du sexe, en particulier les mineurs.

Son association « La Fédération suédoise pour l’égalité sexuelle » (RFSL), était le groupe de pression le plus influent pour faire voter la loi sur le mariage homosexuel dans le Royaume de Suède.

RFSL, L considérée comme l’un des groupes de pression les plus réputés en Suède et compte aujourd’hui près de 7000 membres enregistrés et plus de 29 bureaux régionaux. En 2007, les Nations Unies l’ont reconnue comme une ONG avec statut consultatif auprès de l’organisme du Conseil économique et social des Nations Unies et en tant que tel, elle a perçu de généreuses subventions pour financer la publication de son magazine « Out of the Closets « , organiser la gay Pride et diverses campagnes pour influencer la culture et de la conscience des gens sur la « normalité « des gays, lesbien, transgenres et queer.

En 1998, RFSL a créé un groupe de travail sur la pédophilie appellé le PAG, qui jusqu’à aujourd’hui s’est positionné pour défendre les relations entre les mineurs et les adultes, beaucoup des dirigeants et des membres de RFSL ont fait valoir qu’avec le temps ils espèrent normaliser ses relations.

Cette ONG est financée par l’Organisation des Nations Unies et dispose du statut consultatif auprès d’elle. Elle lutte à travers le PAG pour obtenir la légalisation de la pédophilie, qui selon ces termes est un tabou qui doit être combattu.

En 2012, RFSL a lancé une campagne « Soyez gais, bisexuels, transgenres ou gay ! » afin de montrer les aspects positifs de l’homosexualité sous toutes ses formes. Elle y invitait les enfants de treize ans à participer à la journée de la gay Pride.

L’un de ses dirigeants était Stefan Johansson, il a occupé la présidence de la RFSL dans la région de Halland et a organisé des réunions et des conférences pour discuter de la question de la pédophilie.

Dans ces groupes,on ne se battait pas pour empêcher la prostitution des enfants, mais simplement on discutait avec ceux qui ont une expertise en la matière et on partageait les expériences.

Dans une de ses invitations publiées, en 2013, sur son compte Facebook, Johansson appelait à une journée de formation et d’information pour tous les LGBT ayant de  l’expérience dans la vente ou l’achat de service sexuel, les garçons qui se prostituent sur le Net, les hétérosexuels qui achètent les faveurs d’hommes, les transgenres vendant des services sexuels aux hommes et aux femmes « .

Dans l’appel, partagé par plusieurs personnes sur leur profil Facebook, il était indiqué que l’événement aurait lieu dans un restaurant public et qu’il était organisé et parrainé par RFSL, l’organe consultatif de l’Organisation des Nations Unies.

Le vendredi 24 octobre, après un long procès le tribunal du district de Halmstadt a condamné Stefan Johansson à cinq ans de prison et à l’équivalent de  60 000 € de dommages et intérêts pour des accusations de viol aggravé, viol, détention illégale de personnes, proxénétisme, exploitation sexuelle d’une personne dépendante d’agression et d’abus de confiance. La cour a déterminé que pour atteindre ses objectifs, le président de RFSL avait drogué ou forcé des mineurs. Son avocat a allégué des troubles psychologiques afin de diminuer la sentence.

Dans les forums LGBT et les réseaux sociaux , de nombreux participants défendent les crimes de Johansson, en déclarant que ce n’était pas un crime d’être attiré par un mineur, ainsi que faisant valoir que « si les mineurs voulaient vendre leurs corps, ils étaient libres de le faire « .

Pendant ce temps, RFSL Halland a ignoré les actions de son ancien chef, maintenant emprisonné, et comme indiqué sur leur site, elle continue à travailler à la mise en œuvre de la formation  LGBT dans les collèges et à montrer les aspects positifs de cet « état naturel » afin d’éviter de tomber dans les « tabous et l’intolérance. »

 

Interview de Farida Belghoul théorie du genre LGBT Danger pour les enfants (nov 2013)

L’amnésie traumatique/dissociative expliquée sur le plateau de C à Vous + Extrait du livre MK

Flavie Flamand était l’invitée de l’émission C à Vous (7/11/2017 – France 5) à l’occasion de l’adaptation télévisuelle de son livre« La consolation » et de la diffusion prochaine (15 novembre) de son documentaire « Viols sur mineurs, mon combat contre l’oubli ».À cette occasion nous avons eu droit à une explication détaillée du fonctionnement de l’amnésie traumatique/dissociative…

À quand l’IRM cérébrale ordonnée par la justice dans les dossiers de pédocriminalité ?

Source : https://www.youtube.com/watch?v=cr0UQZLpY0g

Amnésie traumatique : Flavie Flament témoigne dans son livre la consolation

Extrait du livre MK :

Il serait intéressant de passer au scanner cérébral certaines de nos « élites » pour voir l’état de leur complexe amygdalien et de leur hippocampe, des structures du cerveau qui peuvent actuellement prouver grâce à nos outils scientifiques qu’il y a eu de profonds traumatismes chez la personne. Des études ont en effet révélé que ces structures du cerveau avaient un volume significativement plus petit chez les personnes qui ont subi de graves traumatismes, notamment chez ceux qui souffrent d’un trouble dissociatif de l’identité. Cette connaissance neurologique concernant la variation des volumes de l’hippocampe et de l’amygdale en relation avec de graves traumatismes pourrait par exemple servir à valider des témoignages de victimes disant avoir subi les pires atrocités, mais étant incapables d’apporter un récit cohérent.

Comme nous l’avons vu, le système judiciaire discrédite systématiquement tout témoignage dérangeant relatif à des abus rituels, en mettant en avant l’état mental « perturbé » du témoin, donc « non fiable » et par conséquent ne pesant aucun poids dans la balance de notre justice… Pourtant une IRM cérébrale pourrait prouver et certifier qu’il y a bien eu un grave impact traumatique chez cette personne, d’où le fait qu’elle est dans un état l’empêchant d’expliquer clairement et chronologiquement son vécu. Suite à un tel examen médical validant le fait qu’il y a bien eu de profonds traumatismes entraînant de sévères troubles dissociatifs, il faudrait par conséquence étudier de plus près les déclarations de la personne afin de mener une enquête sérieuse. Au lieu de cela la justice s’en remet à des pseudos experts des « faux souvenirs » non formés en psychotraumatologie : le dossier est ainsi très vite refermé…

C’est une question compliquée, mais le constat est que le Réseau s’applique à faire de la rétention d’informations concernant les avancées scientifiques en matière de psychotraumatologie et de toutes ces études neurologiques récentes liées à l’impact que peuvent avoir les traumatismes sur le cerveau humain. Ceci afin que ces informations ne puissent pas être mises en avant d’une manière officielle dans les cours d’assises pour défendre efficacement les victimes. En effet, si les universités de médecine ne forment pas (ou très peu) les étudiants sur toutes les découvertes récentes en matière de psychotraumatologie et des processus dissociatifs, il devient très difficile pour un avocat de faire venir à la barre une personne pouvant expliquer clairement et scientifiquement ces choses là… Quand à demander à la justiced’ordonner des scanners du cerveau pour prouver qu’il y a bien eu de sérieux traumatismes, c’est toutes les institutions verrouillées qui font ici obstacle. En effet, force est de constater que les IRM des voix basses et l’anuscopie, qui seraient des examens essentiels dans les dossiers de pédocriminalité, sont très rarement pratiqués… donc un IRM cérébral relève de l’impensable…

Toute cette question de la reconnaissance des victimes permettrait surtout de les prendre en charge d’une manière efficace en leur apportant les thérapies adéquates.

La police de Los Angeles ouvre une enquête sur un réseau pédophile à Hollywood

Un réseau pédophile supposé fait l’objet d’une enquête à Hollywood, sur la base des accusations de l’acteur Corey Feldman. Après l’affaire Weinstein, les accusations concernant des agressions sexuelles sur mineurs se multiplient.

La persévérance de l’acteur Corey Feldman est en train de porter ses fruits. Après avoir dénoncé des années durant et dans une relative indifférence un réseau pédophile supposé à Hollywood, la police de Los Angeles (LAPD) a annoncé le 8 novembre avoir ouvert une enquête sur la base de ses allégations.

«Quand une déposition est faite sur quelque chose d’aussi grave que ça, une enquête est ouverte par la brigade criminelle, qui s’occupe également des crimes sexuels», a expliqué Ross Nemeroff, un détective de la LAPD dans les colonnes du Hollywood Reporter. Une information confirmée quelques heures plus tard par un porte-parole de la LAPD à USA Today.

« Entrées précédentes