Archives de Catégorie: Saint Michel

LA LIGNE DE SAINT MICHEL COUPEE PAR L’AXE DE SATAN. POURQUOI ?, par Laurent Glauzy.

La meilleure ruse du Diable est d’avoir fait croire qu’il n’existait pas, comme l’atteste mon dernier ouvrage paru dernièrement en avril 2018. Son titre, « Le Décalogue de Satan », expose notamment la découverte du trône de Satan sur le territoire de l’empire Ottoman, au XIXe siècle. Ce trône de Satan était la possession de l’Allemagne national-socialiste et fut repris par les soviétiques en 1945. Quoi qu’il en soit, déjà avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Mausolée de Lénine, construit en 1932, est sa reproduction. Aujourd’hui, nul ne sait, en théorie, où est ce trône dédié au prince des Ténèbres… (Cf. LE DECALOGUE DE SATAN, format grande littérature, 34,50 € + 4,50€ de frais de port en vente sur le site où à Laurent Glauzy – BP 25 – 91151 Etampes Cedex)

Or, il est certain que ce monde d’ici bas est dirigé par une géométrie secrète opposée à la Sainte Trinité, ordonné par les sphères dirigeante aux ordres des Illuminati prenant leurs ordres par des mages auprès de Satan, et dont la franc-maçonnerie sert de relaie de transmission pour les exécutants politiques (Cf ; Guy Carr, « Pions sur l’échiquier »)

La terre, notre planète est partagée et dessinée par des axes liés au Christ et par d’autres axes de la hiérarchie luciférienne comme l’atteste le présent article.

L’axe principal dédié au roi des forces célestes, notre Seigneur, est la ligne de l’archange Saint Michel. Elle représente le coup d’épée que l’archange asséna au diable pour le renvoyer en enfer. De quoi s’agit-il plus précisément ?

La ligne de l’archange saint Michel relie sept monastères, de l’Irlande jusqu’en Israël. Simple coïncidence ? Ces sanctuaires sont très éloignés les uns des autres, mais PARFAITEMENT ALIGNES.

Le parfait alignement des sanctuaires est surprenant : les trois sites les plus importants – le Mont-Saint-Michel en France, l’abbaye Saint-Michelde-la-Cluse et le sanctuaire du Mont-Gargan en Italie – sont équidistants. Par ailleurs, cette ligne sacrée s’aligne aussi avec le soleil levant du solstice d’été. Ces sanctuaires sont :

1) Skelling Michael : La ligne commence en Irlande, sur une île déserte, là où l’archange Michel est apparu à saint Patrick pour l’aider à délivrer son pays du démon. C’est ici que se trouve le premier monastère, celui de Skelling Michael (« Le Rocher de l’archange Michel »).

2) Saint Michael’s Mount : La ligne se dirige ensuite vers le Sud et s’arrête en Angleterre, au St. Michael’s Mount (« Mont Saint-Michel »), une petite île dans les Cornouailles, accessible à marée basse.

3) Le Mont Saint-Michel : Cette ligne sacrée se poursuit en France, sur une autre île célèbre, le Mont-Saint-Michel, où l’archange Michel est également apparu. Déjà au temps des Gaules, ce lieu était imprégné d’un fort mysticisme, puis en 709 l’archange apparut à l’évêque d’Avranches, saint Aubert, à qui il demanda de construire une église dans le rocher. Les travaux commencèrent mais ce n’est qu’en 900, avec les moines bénédictins, que l’abbaye fut construite.

4) L’abbaye Saint-Michel-de-la-Cluse : À mille kms de distance, à l’entrée du Val de Suze, dans le Piémont (Italie), se dresse le quatrième sanctuaire : l’abbaye Saint-Michel-de-la-Cluse (en italien Sacra di San Michele). La ligne droite unit ce lieu sacré au reste des monastères dédiés à saint Michel. La construction de l’abbaye commence vers l’an 1000.

5) Sanctuaire de Saint-Michel-Archange : Mille kilomètres plus loin, la ligne franchit les Pouilles et l’on tombe sur le Gargan, où une caverne inaccessible est devenue un lieu sacré : le Sanctuaire de Saint-Michel-Archange. La construction du site remonte à l’an 490, année de la première apparition de saint Michel à saint Laurent Maiorano, l’évêque local.

6) Monastère de Symi : Puis de l’Italie, la ligne sacrée de saint Michel arrive au sixième sanctuaire, en Grèce, sur l’île de Symi: le monastère orthodoxe de l’archange Michel « Mixalis » abrite une effigie du saint de 3 mètres de haut, une des plus grandes au monde.

7) Monastère du Carmel : La ligne sacrée se termine en Israël, au Monastère du Mont-Carmel à Haïfa. Ce lieu est vénéré depuis l’Antiquité et sa construction, comme sanctuaire chrétien et catholique, remonte au XIIe siècle.

Or, il est tout à fait étrange que la ligne de Saint Michel Archange est coupée par un autre axe, luciférien, sur le territoire turc, voire à la limité de la Syrie, si les données transmises par le mystique maçon René Guénon. Je vous conseille d’ailleurs de lire à ce sujet la nouveauté de mon catalogue antimaçonnique d’avril 2018, « L’imposture Guénonienne » de Jean Vaquié. (Ce catalogue peut-être demandé à laurent-blancy@neuf.fr)

Comme le mentionne le site « Les chroniques de Rorschach », plusieurs traditions évoquent le mythe des « Sept Tours du Diable », composant l’axe de Satan. En occident, c’est Réne Guénon qui a le plus contribué à le populariser via le compte rendu qu’il fit du livre W.B. Seabrook « Aventures en Arabie ». Mais, en tant que catholiques, nous devons prendre, au-delà de l’existence de cet axe, les données de l’imposteur Guénon avec prudence. Il est possible par exemple qu’il est menti sur le tracé précis de cet axe, qui pourrait par exemple passé par Israël, pays où l’Antéchrist résidera (Cf. Livre de Laurent Glauzy, L’ANTECHRIST ET LES JUIFS). Car comme tous les ésotéristes, Guénon pourrait ne pas donner toutes les informations ou en donner de fausses.

Cet axe dessiné par les sept tours servirait à projeter des influences d’ordre satanique : en d’autres termes ce sont des ouvertures en lien avec le monde infra-terrestre à partir desquels des entités démoniaques se répandent pour exercer diverses influences sur le genre humain. Nous pouvons penser que sur cet axe, les satanistes opèrent des crimes rituels pour recharger ces lieux d’énergies non célestes mais telluriques.

Les 7 tours du Diable se veulent la contre-façon parodique des grands centres initiatiques et à l’instar de ces derniers, elles sont censés refléter l’ordre céleste au sein du monde terrestre. René Guénon en dénombre sept, deux en Afrique sur les fleuves Soudan et Niger, une en Syrie, une en Iraq dans la région où vivent les Yézidis, une au Turkestan, les 2 dernières sont situées en Sibérie. À partir de ces informations certains en on déduit que leur répartition s’effectuait en vertu des principes de la géométrie sacrée et indiquerait soit la constellation de la grande Ourse, soit celle d’Orion.

sept-tours-du-diable-11-47110db

En outre, dans un lettre datée du 19 mai 1936, René Guénon indique que selon lui, il pourrait y avoir divers autres centres secondaires notamment en Californie et il révèle qu’au Soudan non loin d’une de ces tours, on retrouve une ethnie qui se transformerait en animaux sauvages la nuit tombée :

De plus, nous constatons que la ligne de l’Archange saint Michel est coupée par le triangle constitué par les trois villes sataniques : Lyon, Turin, Bruxelles (fortement touché par le pédosatanisme, et où est situé « par hasard » le parlement européen et sa pègre maçonnique).

Le tunnel reliant Lyon à Turin coupe cette ligne, comme s’il s’agissait de casser la puissance de l’archange Saint-Michel sur Terre. La France et l’Italie ne lésinèrent pas sur les moyens : cet immense chantier est estimé à plus de 26 milliards d’euros.

Il est certain que la ligne de l’archange saint-Michel, est une source d’énergie. Or, le démon connaît les lois de la nature qu’il essaie d’exploiter à son profit. Et, pour le prince des Ténèbres, cet axe qui représente le coup d’épée que l’archange asséna au diable pour le renvoyer en enfer, est insupportable, tout comme pour nos dirigeants francs-maçons qui le servent et qui sont initiés à la géométrie secrète.

Enfin, je profite de cet article pour rappeler, en plus de la prière du chapelet qui est le minimum exigée par la Sainte Vierge, la récitation du chapelet de Saint Michel, véritable source de bienfaits.