Archives mensuelles : décembre 2018

Message aux gilets jaunes des dominicains d’Avrillé

VOUS AIMEZ LA FRANCE et vous voulez la sauver :
Il vous faut savoir QUI LA TUE et QUI PEUT LA SAUVER.

Qui tue la France ?

Il porte un nom, il s’appelle MAMMON (NDLR ou Satan), le dieu de l’Argent.
Ce dieu ogre se sert des banksters, de la Haute finance, de la franc-maçonnerie, de l’Union européenne, de la BCE, des instances mondialistes…
Le président MACRON en est le fidèle serviteur.

Qui peut sauver la France ?

Ce Sauveur a un nom que tout le monde connaît, même si les serviteurs de Mammon (NDLR ou Satan) font tout leur possible depuis plus de deux siècles pour que les petits Français l’ignorent.
Il va venir dans quelques semaines le jour de Noël.

N’en cherchez pas d’autre, car c’est Dieu qui l’a voulu ainsi :

JÉSUS-CHRIST EST LE SEUL SAUVEUR DES INDIVIDUS ET DES SOCIÉTÉS.

Pour sauver la France il faut revenir à JÉSUS-CHRIST, il faut étudier son message et le mettre en pratique.

Y compris dans le domaine social et économique, JÉSUS-CHRIST A DONNÉ DES LOIS qu’il faut suivre si l’on veut vivre en paix et heureux. Ces lois sont contenues dans LA DOCTRINE SOCIALE DE L’ÉGLISE (Rerum Novarum de Léon XIII, Quadragesimo Anno de Pie XI). La connaissez-vous ? Sinon n’hésitez pas à nous contacter.

Prières pour la France

Jésus Sauveur, sauvez-moisauvez la France !
O Marie conçue sans péchépriez pour nous qui avons recours à vous !
Sainte Vierge Marie, Reine de Francepriez pour nous !
Saint Michel Archange, protecteur de la France, priez pour nous !
Saint Martin, Apôtres des Gaules, priez pour nous ! 
Saint Rémi, qui avez baptisé Clovis, premier roi de France, priez pour nous !
Bienheureux Charlemagne, fondateur de l’empire chrétien des Francs, priez pour nous !
Saint Louis, modèle des Rois chrétiens, priez pour nous !
Sainte Clotilde,reine de France, priez pour nous !
Sainte Jeanne d’Arc, qui avez sauvé la France, priez pour nous !
Tous les saints de Francesauvez la France !

Pour tous renseignements supplémentaires : messageauxgiletsjaunes@gmail.com

Informations pour les Gilets Jaunes

Stéphane Blet, ancien franc-maçon, exilé en Turquie :

 

 

 

 

Hervé Ryssen :

Acte 5 : On Continue !

 

Où que vous alliez, ayez toujours avec vous l’Article 35 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

 

DECLARATION DES DROITS DE L’ HOMME ET DU CITOYEN DE 1793.

Préambule

Le peuple français, convaincu que l’oubli et le mépris des droits naturels de l’homme sont les seules causes des malheurs du monde, a résolu d’exposer, dans une déclaration solennelle, ces droits sacrés et inaliénables, afin que tous les citoyens, pouvant comparer sans cesse les actes du gouvernement avec le but de toute institution sociale, ne se laissent jamais opprimer, avilir par la tyrannie ; afin que le peuple ait toujours devant les yeux les bases de sa liberté et de son bonheur ; le magistrat la règle de ses devoirs ; le législateur l’objet de sa mission. En conséquence, il proclame, en présence de l’Etre suprême, la Déclaration suivante des droits de l’homme et du citoyen.

Article premier (le but de la société)

Le but de la société est le bonheur commun. Le gouvernement est institué pour garantir à l’homme la jouissance de ses droits naturels et imprescriptibles.

Article 2 (énumération des droits)

Ces droits sont l’égalité, la liberté, la sûreté, la propriété.

Article 3 (égalité)

Tous les hommes sont égaux par nature et devant la loi.

Article 4 (la loi)

La loi est l’expression libre et solennelle de la volonté générale ; elle est la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse ; elle ne peut ordonner que ce qui est juste et utile à la société ; elle ne peut défendre que ce qui lui est nuisible.

Article 5 (attribution des emplois)

Tous les citoyens sont également admissibles aux emplois publics. Les peuples libres ne connaissent d’autres motifs de préférence, dans leurs élections, que les vertus et les talents.

Article 6 (la liberté)

La liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui ; elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu’il te soit fait.

Article 7 (droit d’expression)

Le droit de manifester sa pensée et ses opinions, soit par la voie de la presse, soit de toute autre manière, le droit de s’assembler paisiblement, le libre exercice des cultes, ne peuvent être interdits. La nécessité d’énoncer ces droits suppose ou la présence ou le souvenir récent du despotisme.

Article 8 (sûreté)

La sûreté consiste dans la protection accordée par la société à chacun de ses membres pour la conservation de sa personne, de ses droits et de ses propriétés.

Article 9 (loi)

La loi doit protéger la liberté publique et individuelle contre l’oppression de ceux qui gouvernent.

Article 10 (détention)

Nul ne doit être accusé, arrêté ni détenu, que dans les cas déterminés par la loi et selon les formes qu’elle a prescrites. Tout citoyen, appelé ou saisi par l’autorité de la loi, doit obéir à l’instant ; il se rend coupable par la résistance.

Article 11 (voies de fait et résistance légitime)

Tout acte exercé contre un homme hors des cas et sans les formes que la loi détermine, est arbitraire et tyrannique ; celui contre lequel on voudrait l’exécuter par la violence a le droit de le repousser par la force.

Article 12 (l’arbitraire)

Ceux qui solliciteraient, expédieraient, exécuteraient ou feraient exécuter des actes arbitraires, sont coupables et doivent être punis.

Article 13 (présomption d’innocence)

Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

Article 14 (non-rétroactivité)

Nul ne doit être jugé et puni qu’après avoir été entendu ou légalement appelé, et qu’en vertu d’une loi promulguée antérieurement au délit. La loi qui punirait des délits commis avant qu’elle existât serait une tyrannie ; l’effet rétroactif donné à la loi serait un crime.

Article 15 (proportion des peines)

La loi ne doit décerner que des peines strictement et évidemment nécessaires ; les peines doivent être proportionnées au délit et utiles à la société.

Article 16 (droit de propriété)

Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie.

Article 17 (pas d’emplois réservés)

Nul genre de travail, de culture, de commerce, ne peut être interdit à l’industrie des citoyens.

Article 18 (achat des services et non des individus)

Tout homme peut engager ses services, son temps ; mais il ne peut se vendre ni être vendu ; sa personne n’est pas une propriété aliénable. La loi ne reconnaît point de domesticité ; il ne peut exister qu’un engagement de soins et de reconnaissance, entre l’homme qui travaille et celui qui l’emploie.

Article 19 (expropriation)

Nul ne peut être privé de la moindre portion de sa propriété sans son consentement si ce n’est lorsque la nécessité publique légalement constatée l’exige, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

Article 20 (de l’impôt)

Nulle contribution ne peut être établie que pour l’utilité générale. Tous les citoyens ont le droit de concourir à l’établissement des contributions, d’en surveiller l’emploi, et de s’en faire rendre compte.

Article 21 (des secours publics)

Les secours publics sont une dette sacrée. La société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d’exister à ceux qui sont hors d’état de travailler.

Article 22 (de l’instruction)

L’instruction est le besoin de tous. La société doit favoriser de tout son pouvoir les progrès de la raison publique, et mettre l’instruction à la portée de tous les citoyens.

Article 23 (souveraineté nationale)

La garantie sociale consiste dans l’action de tous pour assurer à chacun la jouissance et la conservation de ses droits ; cette garantie repose sur la souveraineté nationale.

Article 24 (responsabilité des fonctionnaires)

Elle ne peut exister, si les limites des fonctions publiques ne sont pas clairement déterminées par la loi, et si la responsabilité de tous les fonctionnaires n’est pas assurée.

Article 25 (souveraineté du peuple)

La souveraineté réside dans le peuple ; elle est une et indivisible, imprescriptible et inaliénable.

Article 26

Aucune portion du peuple ne peut exercer la puissance du peuple entier ; mais chaque section du souverain assemblée doit jouir du droit d’exprimer sa volonté avec une entière liberté.

Article 27

Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l’instant mis à mort par les hommes libres.

Article 28 (chaque génération ne décide que pour elle)

Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures.

Article 29

Chaque citoyen a un droit égal de concourir à la formation de la loi et à la nomination de ses mandataires ou de ses agents.

Article 30

Les fonctions publiques sont essentiellement temporaires ; elles ne peuvent être considérées comme des distinctions ni comme des récompenses, mais comme des devoirs.

Article 31

Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impunis. Nul n’a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens.

Article 32

Le droit de présenter des pétitions aux dépositaires de l’autorité publique ne peut, en aucun cas, être interdit, suspendu ni limité.

Article 33

La résistance à l’oppression est la conséquence des autres droits de l’homme.

Article 34

Il y a oppression contre le corps social, lorsqu’un seul de ses membres est opprimé. Il y a oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé.

Article 35

Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Dessin d’un caricaturiste Algérien.

1a156f53-9b8e-499f-8284-143d6ecd1aa7

!!! Théories du Complot !!!

Comme suite logique à notre communiqué d’Hier « Le Sempiternel Tonneau des Danaïdes« , nous vous apportons la preuve de nos écrits qui sont révélés par le criminologue Xavier Raufer sur CNEWS, chaîne publique d’informations.

 

 

 

Remettons de fait les évènements dans le bon Ordre.

Les Réelles « Théories du Complot » sont lancées à la volée par les tenanciers du pouvoir afin d’étouffer la Révolte Populaire Française des Gilets Jaunes qui fera in fine qu’ils n’existeront plus, ni dans le champs de l’audiovisuel Français, ni dans la Politique de la Nation Française qui redeviendra vraiment Française.

Voici un échantillonage des individus et journaux qui n’ont de cesse de parler de Complotisme, de Haine alors que nous écrivons en nous focalisant SUR LES FAITS :
88919162-828a-45c8-86a2-5b722110cb94
9f165791-9b91-4ce5-ac96-c3bc6b614928
98ea98b6-12bf-4c73-9c4d-8f9544cc15bd
66acad18-cf8f-41e4-9179-92f1cf47f342
7d483804-f6fa-484b-80ba-29c9111c7503
afadbf73-a59a-446c-8c1a-627574176304
c9258561-60a1-4326-a070-6a7e1a754af5.png

Retweeté par le CRIF devant l’Eternel :

5b5e6e99-a3c3-4f1b-8088-6167ddd40490
de835d63-8840-4948-9c34-8f7e18c37daa

Grand Merci à l’ UEJF (Union des Etudiants Juifs de France) pour avoir ainsi Gravé dans le Marbre que la république est Absolument juive :

d6af5b41-fc3b-468c-b748-521c20972589

Un député Italien de la Ligue rejoint les Français Gilets Jaunes en pleine session parlementaire du Parlement Européen :

da033f10-9ca9-4673-bc15-89dd70ca6b81

VIDEO

https://twitter.com/i/status/1073012545592668165

Laissons les instigateurs des Théories complotistes faire leurs sales besognes et continuons notre Mission Salvatrice de la France et de son Peuple.

20d1b378-4679-4ded-bc16-a27f58858d9c

Les 10 Solutions Nationalistes Premières pour sortir la France de la république Etrangère et de l’union non Européenne :

cab06755-ec36-4533-8672-543b3877ecb4

Il en sera Ainsi et pas Autrement, qu’ ILS se le disent.