Le miracle de Faverney : Hosties miraculeuses

Le 25 mai 1608, jour de la Pentecôte, le Saint Sacrement (hostie consacrée) est exposée dans l’église du monastère bénédictins de Faverney, petit village à 20 km de Vesoul. Pendant la nuit un incendie brûle la table-reposoir sur laquelle était posé l’ostensoir.

Le lundi matin on découvre avec stupéfaction que l’ostensoir se trouve suspendu dans le vide au-dessus des restes carbonisés.

Le miracle dure 33 heures et des milliers de personnes en sont témoins.

Entre 1609 et 1612, la confrérie Saint-Yves fait ériger dans la Sainte-Chapelle, telle un écrin dans la collégiale Notre-Dame de Dole, pour abriter l’une des deux hosties miraculeuses.

Pourquoi un tel miracle? Au XVIIe siècle, le protestantisme et le calvinisme se diffusaient rapidement surtout en Franche-Comté. Certains documents disent que les moines de l’abbaye de Faverney s’étaient éloignés de leur Règle. Pourtant, ils célébraient avec ferveur la  Vierge Marie, sous le nom de Notre-Dame la Blanche connue dans la région pour être miraculeuse. Le Miracle Eucharistique de Faverney enraya les progrès du Protestantisme et suscita la fondation de Confréries du Saint-Sacrement dans de très nombreuses paroisses. Et les moines redevinrent fidèles à leur Règle initiale…

Le Protestantisme de cette époque s’en prenait très particulièrement à la présence réelle du Christ dans l’Eucharistie. Pour les protestants, il ne s’agissait plus que du symbole de notre participation au Corps Mystique du Christ, de notre union à Lui. L’hérésie protestante qui s’infiltrait partout en Franche-Comté fut stoppée après le Miracle; et la foi catholique concernant la présence réelle de Jésus dans le pain et le vin consacrés se redressa. Car c’est au cours d’une Messe, à l’instant essentiel du Sacrifice, l’instant de la Consécration et de la double Elévation, que l’Ostensoir descendit de lui-même, miraculeusement, attestant la réalité vivante qu’il contenait, réalité opérée au même instant sur l’Autel au moment des paroles de la Consécration. Incontestablement, le Miracle Eucharistique de Faverney redonna vie à la foi des fidèles de l’époque. Il redonne aussi la vie à notre foi.

Jésus dit : »Je suis la pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. » Evangile selon saint Jean 6.51

Photos de Notre Dame de Dole

Laisser un commentaire