L. Glauzy soutient le gouvernement algérien dans la fermeture des lieux de culte de la secte protestante.

Décidément l’Algérie ne fait pas parler que d’elle dans son refus de reconnaître l’Etat d’Israël.

Aujourd’hui, Alger s’illustre dans une décision très courageuse de fermer les lieux de cultes protestants, souvent décrits par la grande presse comme cheval de Troie de la CIA. Bien avant la présidence de Trump, Le Monde diplomatique traitait dans un dossier des liens des églises évangéliques  avec la CIA comme moyen d’ingérence en Amérique du Sud.

Or, la Kabylie qui reste un sujet sensible dans la politique intérieure algérienne, constitue le lit de ces sectes dont celle des Témoins de Jéhovah.

Ainsi, les autorités algériennes ont fait fermer courant octobre trois nouveaux lieux de culte de l’Eglise protestante d’Algérie (EPA), qui regroupe une cinquantaine de communautés notamment évangéliques. Le motif officiel de ces fermetures « est exercice du culte sans autorisation », mais « c’est un prétexte », a expliqué à l’AFP par téléphone le pasteur Chalah, soulignant que « depuis 2018, douze communautés affiliées à l’EPA ont été fermées ».

Pour information, l’Eglise Protestante d’Algérie (EPA) est constituée en 1974 et dispose de 46 lieux de culte à travers le pays. Depuis quelques mois, un total de 12 lieux de culte ont été fermés.

Dans son ouvrage, le premier tome de L’Atlas de Géopolitique révisée (2003-2010), Laurent Glauzy révèle qu’en novembre 2010, quand notamment l’attaque d’une église catholique à Bagdad avait fait 53 morts et que le crime était comme d’habitude imputé aux islamistes, les églises protestantes et évangélistes étaient à chaque fois épargnées…

Le pays de Saint Augustin mérite bien mieux que cette secte du fric et de pasteurs hypocrites et grassement payés.

PHOTOGRAPHIE : EGLISE NOTRE DAME D’AFRIQUE A ALGER.

 

 

Laisser un commentaire