Archives de Catégorie: Réchauffement climatique

Climat : de grands scientifiques italiens jettent un pavé dans la mare

Ce texte, sous forme de pétition, a été initié par le professeur Uberto Crescenti – Professeur titulaire de géologie appliquée à l’Université G. d’Annunzio de Chieti ; Recteur de l’Université G. d’Annunzio de 1985 à 1997, président de la Société italienne de géologie de 1999 à 2005, fondateur et président de l’Association italienne de géologie appliquée et d’environnement de 1999 à 2005, fondateur et président en 2001 de l’Association italienne « géologie et tourisme ».

Il faut lire ce texte dans son intégralité.

Nous soussignés, citoyens et hommes de science, invitons avec force les décideurs politiques à adopter des politiques de protection de l’environnement qui soient compatibles avec les connaissances scientifiques. En particulier, il est urgent de lutter contre la pollution là où elle se produit, comme l’indiquent les meilleures données scientifiques. A cet égard, il est regrettable que les connaissances mises à disposition par le monde de la recherche soient utilisées trop tard pour réduire les émissions anthropiques de polluants très répandus dans les systèmes environnementaux tant continentaux que marins.

Cependant, il faut être bien conscient que le dioxyde de carbone lui-même n’est pas un polluant. Au contraire, il est indispensable à la vie sur notre planète.

Au cours des dernières décennies, s’est répandue une hypothèse selon laquelle le réchauffement de la surface de la terre d’environ 0,9°C observé depuis 1850 serait anormal et dû aux activités humaines, en particulier à l’émission dans l’atmosphère de CO2 venant de l’utilisation des combustibles fossiles.

C’est là la thèse du réchauffement climatique anthropique promue par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies, dont les conséquences seraient des changements environnementaux si graves qu’ils feraient craindre des dommages énormes dans un avenir proche, à moins que des mesures drastiques et très coûteuses soient adoptées immédiatement. De nombreuses nations du monde ont adhéré à des programmes de réduction des émissions de dioxyde de carbone et une propagande de plus en plus virulente les invite à adopter des programmes toujours plus exigeants dont la mise en œuvre, très onéreuse pour les économies de ces Etats, serait, prétend-on, nécessaire à la maîtrise du climat et au « salut » de la planète.

L’origine anthropique du réchauffement de la planète est cependant une conjecture non prouvée, déduite uniquement de certains modèles climatiques, c’est-à-dire de programmes informatiques complexes, appelés modèles de circulation générale.

Au contraire, la littérature scientifique a, mis en évidence l’existence d’une variabilité climatique naturelle que les modèles ne sont pas capables de reproduire, variabilité naturelle de mieux en mieux vérifiée.

Cette variabilité naturelle explique une part importante du réchauffement climatique observé depuis 1850.

La responsabilité anthropique du changement climatique observée au siècle dernier est donc exagérée de façon injustifiée et les prévisions catastrophiques sont irréalistes.

Le climat est le système le plus complexe sur notre planète : nous devons donc l’aborder avec des méthodes appropriées et adaptées à son niveau de complexité. Les modèles de simulation climatique ne reproduisent pas la variabilité naturelle observée du climat et, en particulier, ne reconstituent pas les périodes chaudes des 10 000 dernières années. Celles-ci se sont répétées environ tous les mille ans : on y trouve la période médiévale chaude, bien connue, la période romaine chaude, et généralement de grandes périodes chaudes pendant l’Optimum holocène [Il y a 8000 ans].

Ces périodes passées étaient plus chaudes que la période actuelle, bien que la concentration de CO2 y ait alors été inférieure à la concentration actuelle ; elles sont liées aux cycles millénaires de l’activité solaire. Ces effets ne sont pas reproduits par les modèles.

Rappelons que le réchauffement observé de 1900 à nos jours a, en fait, commencé en 1700, c’est-à-dire au minimum du Petit Âge glaciaire, qui est la période la plus froide des 10 000 dernières années, et qu’il correspond à un minimum millénaire de l’activité solaire que les astrophysiciens appellent minimum solaire de Maunder. Depuis, l’activité solaire, suivant son cycle millénaire, a augmenté et réchauffé la surface de la Terre.

De plus, les modèles ne parviennent pas à reproduire les oscillations climatiques bien connues de période 60 ans environ. Celles-ci ont été responsables, d’une période de réchauffement (1850-1880) suivie d’une période de refroidissement (1880-1910), puis d’une période de réchauffement (1910-1940), d’une période de refroidissement (1940-70) et d’une nouvelle période de réchauffement (1970-2000) semblable à celle observée 60 ans auparavant.

Les années suivantes (2000-2019) ont vu non pas l’augmentation prévue par les modèles, d’environ 0,2°C par décennie, mais une nette stabilité climatique sporadiquement interrompue par les oscillations naturelles rapides de l’océan Pacifique équatorial, appelées El Niño Southern Oscillation (ENSO), telles que celle qui a amené un réchauffement temporaire en 2015 et 2016.

Les médias affirment également que les événements extrêmes, tels qu’ouragans et cyclones, ont augmenté de façon inquiétante. Non ! Ces événements, sont , comme de nombreux systèmes climatiques, modulés par le cycle de 60 ans que l’on vient de signaler. Voyons, par exemple, les données officielles depuis 1880 sur les cyclones tropicaux atlantiques qui ont frappé l’Amérique du Nord : elles montrent une forte oscillation de 60 ans, corrélée à l’oscillation thermique de l’océan Atlantique appelée Atlantic Multi-decadal Oscillation (AMO). Les pics observés pendant dix ans sont comparables pour les années 1880-90, 1940-50 et 1995-2005. De 2005 à 2015, le nombre de cyclones a diminué, suivant le cycle susmentionné.

Ainsi, sur la période 1880-2015, il n’y a pas de corrélation entre le nombre de cyclones, qui oscille et le CO2 qui augmente de façon monotone.

Le système climatique n’est pas encore suffisamment bien compris. S’il est vrai que le COest un gaz à effet de serre, la sensibilité du climat à son augmentation dans l’atmosphère est, selon le GIEC lui-même, encore extrêmement incertaine. Un doublement de la concentration atmosphérique de CO2, d’environ 300 ppm avant l’ère industrielle à 600 ppm, pourrait, dit-on, faire monter la température moyenne de la planète d’au moins 1°C à au plus 5°C.

Cette incertitude est énorme. Cependant, de nombreuses études récentes fondées sur des données expérimentales estiment que la sensibilité du climat au COest nettement moindre que celle estimée par les modèles du GIEC.

Il est donc scientifiquement irréaliste d’attribuer à l’homme la responsabilité du réchauffement observé de 1900 à nos jours. Les prédictions alarmistes ne sont donc pas crédibles, puisqu’elles sont basées sur des modèles dont les résultats sont en contradiction avec les données observées.

Tout porte à croire que ces modèles surestiment la contribution anthropique et sous-estiment la variabilité climatique naturelle, en particulier celle induite par le soleil, la Lune et les oscillations océaniques.

Enfin, les médias ont fait passer le message qu’ il y aurait un consensus quasi unanime parmi les scientifiques sur la cause anthropique de l’actuel changement climatique et que le débat scientifique serait donc clos. Et pourtant, nous devons tout d’abord être bien conscients que la méthode scientifique exige que ce soient les faits, et non le nombre de croyants qui d’une conjecture font une théorie scientifique consolidée.

Quoi qu’il en soit, même ce supposé consensus n’existe pas. Les opinions des spécialistes – climatologues, météorologues, géologues, géophysiciens, astrophysiciens – sont très variables et nombre d’entre eux reconnaissent l’importance de la contribution naturelle au réchauffement planétaire observée depuis la période préindustrielle et même au réchauffement de l’après-guerre à aujourd’hui.

Il y a également eu des pétitions signées par des milliers de scientifiques qui ont exprimé leur désaccord avec l’hypothèse du réchauffement climatique anthropique. Notamment celle lancée en 2007 par le physicien F. Seitz, ancien président de l’American National Academy of Sciences, et celle lancée par le Groupe d’experts International Non Gouvernemental sur l’évolution du climat (NIPCC), dont le rapport 2009 conclut que  » la nature, et non l’activité humaine, gouverne le climat « .

En conclusion, vu l’importance cruciale des combustibles fossiles pour l’approvisionnement énergétique de l’humanité, nous suggérons de refuser d’adhérer à des politiques de réduction des émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère sous le prétexte illusoire de gouverner le climat.

COMITÉ DE LANCEMENT

  1. Uberto Crescenti, Professeur émérite de géologie appliquée, Université G. D’Annunzio, Chieti-Pescara, ancien Recteur magnifique et Président de la Société italienne de géologie.
  2. Giuliano Panza, Professeur de sismologie, Université de Trieste, Académicien du Lincei et de l’Académie Nationale des Sciences, connu comme le XL, Prix International 2018 de l’Union Géophysique Américaine.
  3. Alberto Prestininzi, professeur de géologie appliquée, Université La Sapienza, Rome, ancien rédacteur scientifique en chef de la revue internationale IJEGE et directeur du Centre de recherche sur la prévision et le contrôle des risques géologiques.
  4. Franco Prodi, professeur de physique atmosphérique, Université de Ferrare.
  5. Franco Battaglia, professeur de chimie physique, Université de Modène ; Movimento Galileo 2001.
  6. Mario Giaccio, professeur de technologie et d’économie des sources d’énergie, Université G. D’Annunzio, Chieti-Pescara, ancien doyen de la faculté d’économie.
  7. Enrico Miccadei, Professeur de Géographie, Physique et Géomorphologie, Université G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.
  8. Nicola Scafetta, professeur de physique atmosphérique et d’océanographie, Université Frédérico II de Naples

SIGNATAIRES 

  1. Antonino Zichichi, Professore Emerito di Fisica, Università di Bologna, Fondatore e Presidente del Centro di Cultura Scientifica Ettore Majorana di Erice.
  2. Renato Angelo Ricci, Professore Emerito di Fisica, Università di Padova, già Presidente della Società Italiana di Fisica e della Società Europea di Fisica; Movimento Galileo 2001.
  3. Aurelio Misiti, Professore di Ingegneria Sanitaria-Ambientale, Università la Sapienza, Roma.
  4. Antonio Brambati, Professore di Sedimentologia, Università di Trieste, Responsabile Progetto Paleoclima-mare del PNRA, già Presidente Commissione Nazionale di Oceanografia.
  5. Cesare Barbieri, Professore Emerito di Astronomia, Università di Padova.
  6. Sergio Bartalucci, Fisico, Presidente Associazione Scienziati e Tecnologi per la Ricerca Italiana.
  7. Antonio Bianchini, Professore di Astronomia, Università di Padova.
  8. Paolo Bonifazi, già Direttore Istituto di Fisica dello Spazio Interplanetario, Istituto Nazionale Astrofisica.
  9. Francesca Bozzano, Professore di Geologia Applicata, Università Sapienza di Roma, Direttore del Centro di Ricerca CERI.
  10. Marcello Buccolini, Professore di Geomorfologia, Università Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.
  11. Paolo Budetta, Professore di Geologia Applicata, Università di Napoli.
  12. Monia Calista, Ricercatore di Geologia Applicata, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.
  13. Giovanni Carboni, Professore di Fisica, Università Tor Vergata, Roma; Movimento Galileo 2001.
  14. Franco Casali, Professore di Fisica, Università di Bologna e Accademia delle Scienze di Bologna.
  15. Giuliano Ceradelli, Ingegnere e climatologo, ALDAI.
  16. Domenico Corradini, Professore di Geologia Storica, Università di Modena.
  17. Fulvio Crisciani, Professore di Fluidodinamica Geofisica, Università di Trieste e Istituto Scienze Marine, Cnr, Trieste.
  18. Carlo Esposito, Professore di Telerilevamento, Università La Sapienza, Roma.
  19. Mario Floris, Professore di Telerilevamento, Università di Padova.
  20. Gianni Fochi, Chimico, Scuola Normale Superiore di Pisa; giornalista scientifico.
  21. Mario Gaeta, Professore di Vulcanologia, Università La Sapienza, Roma.
  22. Giuseppe Gambolati, Fellow della American Geophysica Union, Professore di Metodi Numerici, Università di Padova.
  23. Rinaldo Genevois, Professore di Geologia Applicata, Università di Padova.
  24. Carlo Lombardi, Professore di Impianti nucleari, Politecnico di Milano.
  25. Luigi Marino, Geologo, Centro Ricerca Previsione e Controllo Rischi Geologici, Università La Sapienza, Roma.
  26. Salvatore Martino, Professore di Microzonazione sismica, Università La Sapienza, Roma.
  27. Paolo Mazzanti, Professore di Interferometria satellitare, Università La Sapienza, Roma.
  28. Adriano Mazzarella, Professore di Meteorologia e Climatologia, Università di Napoli.
  29. Carlo Merli, Professore di Tecnologie Ambientali, Università La Sapienza, Roma.
  30. Alberto Mirandola, Professore di Energetica Applicata e Presidente Dottorato di Ricerca in Energetica, Università di Padova.
  31. Renzo Mosetti, Professore di Oceanografia, Università di Trieste, già Direttore del Dipartimento di Oceanografia, Istituto OGS, Trieste.
  32. Daniela Novembre, Ricercatore in Georisorse Minerarie e Applicazioni Mineralogichepetrografiche, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.
  33. Sergio Ortolani, Professore di Astronomia e Astrofisica, Università di Padova.
  34. Antonio Pasculli, Ricercatore di Geologia Applicata, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.
  35. Ernesto Pedrocchi, Professore Emerito di Energetica, Politecnico di Milano.
  36. Tommaso Piacentini, Professore di Geografia Fisica e Geomorfologia, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.
  37. Guido Possa, Ingegnere nucleare, già Vice Ministro Miur.
  38. Mario Luigi Rainone, Professore di Geologia Applicata, Università di Chieti-Pescara.
  39. Francesca Quercia, Geologo, Dirigente di ricerca, Ispra.
  40. Giancarlo Ruocco, Professore di Struttura della Materia, Università La Sapienza, Roma.
  41. Sergio Rusi, Professore di Idrogeologia, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.
  42. Massimo Salleolini, Professore di Idrogeologia Applicata e Idrologia Ambientale, Università di Siena.
  43. Emanuele Scalcione, Responsabile Servizio Agrometeorologico Regionale Alsia, Basilicata.
  44. Nicola Sciarra, Professore di Geologia Applicata, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.
  45. Leonello Serva, Geologo, Direttore Servizi Geologici d’Italia; Movimento Galileo 2001.
  46. Luigi Stedile, Geologo, Centro Ricerca Revisione e Controllo Rischi Geologici, Università La Sapienza, Roma.
  47. Giorgio Trenta, Fisico e Medico, Presidente Emerito dell’Associazione Italiana di Radioprotezione Medica; Movimento Galileo 2001.
  48. Gianluca Valenzise, Dirigente di Ricerca, Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia, Roma.
  49. Corrado Venturini, Professore di Geologia Strutturale, Università di Bologna.
  50. Franco Zavatti, Ricercatore di Astronomia, Univesità di Bologna.
  51. Achille Balduzzi, Geologo, Agip-Eni.
  52. Claudio Borri, Professore di Scienze delle Costruzioni, Università di Firenze, Coordinatore del Dottorato Internazionale in Ingegneria Civile.
  53. Pino Cippitelli, Geologo Agip-Eni.
  54. Franco Di Cesare, Dirigente, Agip-Eni.
  55. Serena Doria, Ricercatore di Probabilità e Statistica Matematica, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.
  56. Enzo Siviero, Professore di Ponti, Università di Venezia, Rettore dell’Università e- Campus.
  57. Pietro Agostini, Ingegnere, Associazione Scienziati e Tecnolgi per la Ricerca Italiana.
  58. Donato Barone, Ingegnere.
  59. Roberto Bonucchi, Insegnante.
  60. Gianfranco Brignoli, Geologo.
  61. Alessandro Chiaudani, Ph.D. agronomo, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.
  62. Antonio Clemente, Ricercatore di Urbanistica, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.
  63. Luigi Fressoia, Architetto urbanista, Perugia.
  64. Sabino Gallo, Ingegnere nucleare.
  65. Daniela Giannessi, Primo Ricercatore, Ipcf-Cnr, Pisa.
  66. Roberto Grassi, Ingegnere, Amministratore G&G, Roma.
  67. Alberto Lagi, Ingegnere, Presidente di Società Ripristino Impianti Complessi Danneggiati.
  68. Luciano Lepori, Ricercatore Ipcf-Cnr, Pisa.
  69. Roberto Madrigali, Metereologo.
  70. Ludovica Manusardi, Fisico nucleare e Giornalista scientifico, Ugis.
  71. Maria Massullo, Tecnologa, Enea-Casaccia, Roma.
  72. Enrico Matteoli, Primo Ricercatore, Ipcf-Cnr, Pisa.
  73. Gabriella Mincione, Professore di Scienze e Tecniche di Medicina di Laboratorio, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.
  74. Massimo Pallotta, Primo Tecnologo, Istituto Nazionale Fisica Nucleare.
  75. Enzo Pennetta, Professore di Scienze naturali e divulgatore scientifico.
  76. Nunzia Radatti, Chimico, Sogin.
  77. Vincenzo Romanello, Ingegnere nucleare, Centro Ricerca, Rez, Repubblica Ceca.
  78. Alberto Rota, Ingegnere, Ricercatore presso Cise e Enel.
  79. Massimo Sepielli, Direttore di Ricerca, Enea, Roma.
  80. Ugo Spezia, Ingegnere, Responsabile Sicurezza Industriale, Sogin; Movimento Galileo 2001.
  81. Emilio Stefani, Professore di Patologia vegetale, Università di Modena.
  82. Umberto Tirelli, Visiting Senior Scientist, Istituto Tumori d’Aviano; Movimento Galileo 2001.
  83. Roberto Vacca, Ingegnere e scrittore scientifico.

Source

Une étude finlandaise ne révèle « pratiquement aucune » preuve d’un changement climatique provoqué par l’homme

Finnish study finds ‘practically no’ evidence for man-made climate change (traduction français ci après)

A new study conducted by a Finnish research team has found little evidence to support the idea of man-made climate change. The results of the study were soon corroborated by researchers in Japan.

In a paper published late last month, entitled ‘No experimental evidence for the significant anthropogenic climate change’, a team of scientists at Turku University in Finland determined that current climate models fail to take into account the effects of cloud coverage on global temperatures, causing them to overestimate the impact of human-generated greenhouse gasses.

Models used by official bodies such as the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) “cannot compute correctly the natural component included in the observed global temperature,” the study said, adding that “a strong negative feedback of the clouds is missing” in the models.

Adjusting for the cloud coverage factor and accounting for greenhouse gas emissions, the researchers found that mankind is simply not having much of an effect on the Earth’s temperature.

If we pay attention to the fact that only a small part of the increased CO2 concentration is anthropogenic, we have to recognize that the anthropogenic climate change does not exist in practice.

The study’s authors make a hard distinction between the type of model favored by climate scientists at the IPCC and genuine evidence, stating “We do not consider computational results as experimental evidence,” noting that the models often yield contradictory conclusions.


The results sharply cut against claims put forward by many environmentalists, including US lawmakers such as Alexandria Ocasio-Cortez, who argue not only that climate change is an immediate threat to the planet, but that it is largely a man-made phenomenon. Ocasio-Cortez, better known as ‘AOC’, has proposed a ‘Green New Deal’ to address the supposedly dire threat.
Given the evidence presented in the study, the Finnish team rounded out the paper by concluding “we have practically no anthropogenic climate change,” adding that “the low clouds control mainly the global temperature.”

Japanese researchers at the University of Kobe arrived at similar results as the Turku team, finding in a paper published in early July that cloud coverage may create an “umbrella effect” that could alter temperatures in ways not captured by current modeling

Une étude finlandaise ne révèle « pratiquement aucune » preuve d’un changement climatique provoqué par l’homme

 

Une nouvelle étude menée par une équipe de recherche finlandaise a trouvé peu de preuves pour soutenir l’idée d’un changement climatique provoqué par l’homme. Les résultats de l’étude ont rapidement été corroborés par des chercheurs au Japon.

Dans une communication publiée le mois dernier, intitulée « Aucune preuve expérimentale d’un changement climatique anthropique significatif », une équipe de scientifiques de l’université de Turku en Finlande a déterminé que les modèles climatiques actuels ne prennent pas en compte les effets de la couverture nuageuse, qui causerait une surestimation l’impact des gaz à effet de serre générés par l’homme.

Les modèles utilisés par les organismes officiels tels que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’ évolution du climat (GIEC) « ne peut pas calculer correctement le composant naturel inclus dans la température globale observée », selon l’étude, ajoutant que « une forte réaction négative des nuages est manquant » dans les modèles.

En tenant compte du facteur de couverture nuageuse et en tenant compte des émissions de gaz à effet de serre, les chercheurs ont découvert que l’humanité n’avait tout simplement pas beaucoup d’effet sur la température de la Terre.

Si nous tenons compte du fait que seule une petite partie de l’augmentation de la concentration de CO2 est anthropique, nous devons reconnaître que le changement climatique anthropique n’existe pas dans la pratique.

Les auteurs de l’étude font une distinction difficile entre le type de modèle privilégié par les climatologues au GIEC et les preuves réelles, en déclarant: «Nous ne considérons pas les résultats informatiques comme des preuves expérimentales», notant que les modèles donnent souvent des conclusions contradictoires.

Les résultats vont à l’encontre des affirmations de nombreux environnementalistes, y compris des législateurs américains comme Alexandria Ocasio-Cortez, qui affirment que le changement climatique constitue une menace immédiate pour la planète, mais qu’il s’agit en grande partie d’un phénomène créé par l’homme. Ocasio-Cortez, mieux connu sous le nom d ‘ »AOC », a proposé un « Green New Deal » pour s’attaquer à la menace supposément terrible. Compte tenu des preuves présentées dans l’étude, l’équipe finlandaise a complété le document en concluant qu ’ « il n’y a pratiquement pas de changement climatique anthropique », ajoutant que « les nuages ​​bas contrôlent principalement la température mondiale».

Des chercheurs japonais de l’Université de Kobe sont arrivés à des résultats similaires à ceux de l’équipe de Turku. Ils ont découvert dans un article publié début juillet que la couverture nuageuse pouvait créer un «effet parapluie» qui pourrait modifier les températures d’une manière non prise en compte par la modélisation actuelle.

Source

Quand peut-on parler de « Canicule » ?

Canicule Wikipedia :

Canicule
« Une canicule, ou vague de chaleur, est un phénomène météorologique de températures de l’air anormalement fortes, diurnes et nocturnes, se prolongeant de quelques jours à quelques semaines, dans une zone relativement étendue. »
Effectivement. L’on emploie le mot Canicule quand les Températures LA NUIT sont identiques à celles du JOUR.
C’est à dire quand les Températures ne baissent pas la Nuit et sont identiques à celles du jour, alors on peut parler de « Canicule ».
Les Températures baissent t’elles la Nuit ?
OUI.
Alors il est impossible de parler de Canicule.
Savoir employer les Bons Mots fait parti de la Contre Révolution car la Guerre qui nous est menée est un Guerre TOTALE.
Assez de ce Verbiage Vomitif de la Gauche Cosmopolite !
Cette pauvre Agnès Buzyn en arrive jusqu’à dire que sa priorité est « Qu’il n’y ait pas de Morts INUTILES » !!!
Ce n’est pas « le Climat » qui atteint des Records, c’est la folie de ces Gens Tous Maraboutés à un endoctrinement « Réchauffagiste »!
Bien entendu, leur Mascotte s’exprime et avertit l’intellengencia :
Screenshot_2019-06-30 LCI ( LCI) Twitter.png

Ils vont même jusqu’à Oser dire que la Chaleur Brûle la Vigne !!!

Screenshot_2019-06-30 Infos Françaises ( InfosFrancaises) Twitter.png

Le Seul Elément de la Nature qui GRILLE NET le Cep de Vigne est LA GRELE.

La Maladies qui GRILLENT le Cep de Vigne sont LE MILDIOU et l’OÏDUM qui font parties des Maladies cryptogamiques.

Au Grand JAMAIS ni le Soleil ni la Chaleur GRILLENT un Cep de Vigne.

POURQUOI ?

Tout simplement parce-que LA VIGNE MEDITERRANEENNE est issue d’Alexandrie = GRECE, Pays où les Températures sont bien plus Fortes qu’en Languedoc-Roussillon ainsi que d’Egypte où les Températures sont au minimum de 39/40° en été !
Screenshot_2019-06-30 Météo Le Caire ÉGYPTE - Températures et prévisions à 6 jours

Il faut savoir que le Cep de Vigne est encore Plus Robuste qu’un Chêne, c’est pas peu dire !

Wikipedia :

Les ennemis de la vigne

Article détaillé : Liste des maladies de la vigne.

Agressions climatiques

L’échaudage désigne :

  • la brûlure des raisins par le soleil, visible par une nécrose de la pellicule des baies, puis par leur dessèchement dans les cas avancés.
  • l’altération de la maturation des grains de céréales qui restent de petites tailles (cet événement s’est produit en 1788 en France).

L’échaudage peut aussi désigner le déversement d’eau chaude pour anéantir des parasites comme la pyrale de la vigne, méthode inventée par Benoît Raclet.

  • folletage (dessèchement partiel des ceps)
  • foudre
  • gelées (de printemps)
    • Protection par buttage (recouvrement surtout par de la terre) et des ventilateurs géant pour amener l’air plus chaud de 30 m d’altitude vers le sol
  • grêle

Où est-il mentionné que la Chaleur GRILLE la Vigne ?

En Egypte Rien ne Grille et les Ceps de Vignes Grilleraient en Languedoc-Roussillon ?

Employer le Mot Canicule est une Arnaque, nous avons déjà vu que le mot « Canicule » ne s’emploie que quand les Températures la Nuit sont Identiques à celles du Jour.

C’est l’Eté, il fait Chaud, les saisons étant inégales, mais n’est-ce pas Logique en Eté qu’il fasse Chaud ?

Oser dire que c’est la Chaleur qui Grille la Vigne, est identique à tous ceux qui prétendent que les Feux de l’été sont dus à la Chaleur !!!

 

Nous sommes bel et bien dans une Théorie de Complot Réchauffagiste.

 

Aucune Alarme Climatique contre les Chars de la Gay Pride qui polluent l’Air de Paris.

Le PCF =Parti Communiste Français ne « Pollue Pas » l’air ambiant lui.

Vous saisissez l’Imposture ?

 

 

 

 

Quand le Réel rattrape la Fiction !

Le 28 Juin 2019, les Militants Ecolos  ont « Protesté » pour le Climat !

Qui dit Ecolo dit être contre tout ce qui pollue la Planète, ………………………………………..Logiquement !

 

Le « Crime contre l’Humanité », pour ces Ecolos, ce n’est pas le « Gazage Intensif »et les Vies Sacrifiées par des Forces Obscures de la Police DITE Nationale, NON, c’est le Climat !

Combien de ces « Ecolos » dénoncent les gaz qui sont Eux très nocifs pour le Climat du fait qu’ils sont propulsés dans l’atmosphère ?

0 pointé !

 

Qui peut s’approcher du « Palais de l’Elysée » ainsi ?

 

Surement pas les Français Gilets Jaunes qui se font Enucléés depuis Novembre 2018 !

GJ9

Afin de Remercier les Ecolos Verts dehors et Rouge Dedans, le petit Roitelet Zélé leur a fait distribuer de l‘Eau en BOUTEILLE EN PLASTIQUE !!!

Et ces Ecolos qui « luttent pour la Planète » ont pris cette eau EN BOUTEILLE PLASTIQUE sans y voir un quelconque Grief de Destruction de ladite Planète !!!

PLASTIQUE = PETROLE

 

CHERCHEZ L’ERREUR !

Les Internautes ne se sont pas Laissés Avoir :

Screenshot_2019-06-30 Twitter

Screenshot_2019-06-30 𝙹𝚘𝚊𝚌𝚑𝚒𝚖 𝚂𝚘𝚗-𝙵𝚘𝚛𝚐𝚎𝚝 🦊⚜️ ( sonjoachim) Twitter

Screenshot_2019-06-30 Clément Lanot sur Twitter DIRECT - L’#Elysée a fait distribuer de l’eau aux militants pour le climat [...]

Screenshot_2019-06-30 Clément Lanot sur Twitter DIRECT - L’#Elysée a fait distribuer de l’eau aux militants pour le climat [...](1)

Screenshot_2019-06-30 Clément Lanot sur Twitter DIRECT - L’#Elysée a fait distribuer de l’eau aux militants pour le climat [...](2)

Screenshot_2019-06-30 Clément Lanot sur Twitter DIRECT - L’#Elysée a fait distribuer de l’eau aux militants pour le climat [...](3)

Screenshot_2019-06-30 Clément Lanot sur Twitter DIRECT - L’#Elysée a fait distribuer de l’eau aux militants pour le climat [...](4)

Screenshot_2019-06-30 Clément Lanot sur Twitter DIRECT - L’#Elysée a fait distribuer de l’eau aux militants pour le climat [...](5)

Screenshot_2019-06-30 Clément Lanot sur Twitter DIRECT - L’#Elysée a fait distribuer de l’eau aux militants pour le climat [...](6)

Screenshot_2019-06-30 Clément Lanot sur Twitter DIRECT - L’#Elysée a fait distribuer de l’eau aux militants pour le climat [...](7)

Screenshot_2019-06-30 Clément Lanot sur Twitter DIRECT - L’#Elysée a fait distribuer de l’eau aux militants pour le climat [...](8)

 

CONCLUSION

 

Screenshot_2019-06-30 Jeunesses Lesquenistes ( JeunesNatlib) Twitter

Screenshot_2019-06-30 Jeunesses Lesquenistes ( JeunesNatlib) Twitter(1)

Screenshot_2019-06-30 (1) Twitter

La Canicule est Vieille comme le Monde.

« Vous voyez que le réchauffement climatique est Vrai » nous dirons les adorateurs du Veau D’Or !

Nous leur répondrons que depuis la Création du Monde par Dieu, il y a toujours eu des périodes de fortes chaleurs et des Vagues de Froid Glacial.

Et puis, des périodes de Fortes Chaleurs en été, quoi de plus NORMAL !

 

Tout comme le Froid en Hiver.

Hiver 1954

Afficher l’image source

Hiver 1997

Afficher l’image source

 

LES ETES CANICULAIRES ET SECS A TRAVERS DES SIECLES.

Quel est le degré de température de nos grands étés ? Ici revient l’insurmontable difficulté de fixer au juste, avant l’usage du thermomètre, l’intensité du froid ou de la chaleur. Un artifice fondé sur les rapports reconnus entre certains phénomènes naturels et les mouvements du thermomètre, fournit les mesures approximatives de nos grandes chaleurs et sécheresses.

De Humboldt a posé en principe que la végétation des arbres exige au moins une température moyenne égale à 11°. Le chiffre de cette température répond encore au point où la chaleur de l’air commence à devenir sensible. Ce degré assez fixe peut être pris pour le premier terme d’une échelle de nos grandes chaleurs. Messier a quant à lui constaté que le maximum de la chaleur à Paris, le 8 juillet 1793, a marqué 40°. C’est à peu près la plus haute température, excepté celle de l’été 1705 à Montpellier, observée en France, le thermomètre au nord, isolé, à l’ombre, à l’abri des réverbérations et à l’air libre.

 

DATES DE NOS GRANDS ÉTÉS ET GRANDES SÉCHERESSES :

* VIe siècle : 580, 582, 584, 585, 586, 587, 589, 591
* VIIe siècle : 675, 700
* VIIIe siècle : 783
* IXe siècle : 874, 892
* Xe siècle : 921, 987, 994
* XIe siècle : 1078, 1094
* XIIe siècle : 1137, 1183, 1188
* XIIIe siècle : 1204, 1212, 1226, 1287
* XIVe siècle : 1305, 1306, 1325, 1331, 1334, 1361, 1384, 1392
* XVe siècle : 1473
* XVIe siècle : 1540, 1553
* XVIIe siècle : 1632, 1674, 1684, 1694
* XVIIIe siècle : 1701, 1712, 1718, 1719, 1726, 1727, 1767, 1778, 1793
* XIXe siècle : 1803, 1811, 1817, 1825, 1842, 1858, 1875, 1893

Les graduations intermédiaires peuvent se déduire des rapports de la température avec les mouvements de la végétation. Par exemple, les fruits à noyau fleurissent ordinairement au milieu du mois de mars, sous une chaleur extrême de 17°. La floraison des vignes et la maturité des premiers fruits se rencontrent, vers le même temps, du 15 au 30 juin : le maximum moyen de la température indique alors 32°. Les récoltes d’été, depuis celle du seigle jusqu’à celle du vin, ont lieu, année commune, entre le 20 du mois de juin et le 20 du mois de septembre ; or, la température extrême des mois de mai, juin, juillet et août, qui influent le plus sur ces récoltes, égale moyennement 35° ; enfin, au delà de 35°, si cet excès de chaleur dure assidûment plusieurs jours ou se répète trop souvent, les plantes se dessèchent et les récoltes périssent. Ainsi, on peut estimer, d’après ces évaluations approximatives, la chaleur thermométrique de nos anciens étés.

En 580, les arbres fleurirent une seconde fois aux mois de septembre ou d’octobre. Des pluies abondantes et des inondations terribles avaient précédé cette floraison inaccoutumée ; et la chaleur, dont elle était la suite, fut accompagnée de tremblements de terre, d’incendies et de grêles, spécialement à Bordeaux, à Arles et à Bourges. Cette seconde floraison fait supposer au moins une température printanière prolongée, soit 12° à 14° de chaleur moyenne, et 24° à 25° de chaleur extrême.

La chaleur de l’année 582 fit fleurir les arbres au mois de janvier. En 584, on eut des roses en janvier : une gelée blanche, un ouragan et la grêle ravagèrent successivement les moissons et les vignes ; l’excès de la sécheresse vint consommer ensuite les désastres de la grêle passée : aussi ne vit-on presque pas de raisins cette année ; les cultivateurs désespérés livrèrent leurs vignes à la merci des troupeaux.

Cependant les arbres, qui avaient déjà porté des fruits au mois de juillet, en produisirent une nouvelle récolte au mois de septembre, ce qui implique régulièrement 20° à 24° de chaleur moyenne, et 32° à 34° au moins de chaleur extrême ; quelques-uns refleurirent encore au mois de décembre, et les vignes offrirent à la même époque des grappes bien formées, augurant 12° à 14° de chaleur moyenne, et 24° à 25° de chaleur extrême. Les arbres refleurirent au mois de juillet 585 ; ils refleurirent encore au mois de septembre 586, et un grand nombre de ces derniers, qui avaient déjà porté des fruits, en produisirent une seconde fois jusqu’aux fêtes de Noël. Au mois d’octobre 587, après la vendange, les vignes présentèrent de nouveaux jets avec des raisins bien formés.

Les arbres refleurirent pendant l’automne de 589, et ils donnèrent ensuite d’autres fruits : on eut aussi des roses au mois de novembre. La sécheresse excessive de 591 consuma toutes les prairies. Celle du long été de 874 fit manquer les foins et les blés. Les mois d’avril et de mai 892 furent en proie à une extrême sécheresse. L’année 921 se fit remarquer par de nombreux orages. Des chaleurs intenses et une sécheresse extrême régnèrent depuis, presque sans interruption, pendant les mois de juillet, août et septembre. L’extrême chaleur de l’été de 987 réduisit de beaucoup les récoltes. En 994, la disette des pluies tarit les fleuves, fit périr les poissons dans la plupart des étangs, dessécha beaucoup d’arbres, brûla les prairies et les moissons.

L’été de 1078 fut encore très sec : la vendange s’avança d’un mois ; c’est un signe de chaleurs précoces et d’une intensité moyenne de 24° à 25° au moins, et d’une intensité extrême de 35° au moins. Le vin fut abondant et fort bon. En 1094 la sécheresse fut extraordinaire. Celle de 1137 se déclara au mois de mars et persévéra jusqu’au mois de septembre, tarissant aussi les puits, les fontaines et les fleuves. Une sécheresse insolite accompagna la grande chaleur de 1183 ; elle sécha dans plusieurs endroits les rivières, les fontaines et les puits. Les mêmes phénomènes trahissent la sécheresse de 1188 : un grand nombre d’incendies se déclarèrent à Tours, à Chartres, à Beauvais, à Auxerre, à Troyes, etc.

Il ne plut pas ou presque pas pendant les mois de février, mars et avril 1204 : de fortes chaleurs succédèrent à ces trois mois de sécheresse. L’année 1212 fut très sèche. L’extrême sécheresse de l’année 1226 entraîna la ruine de presque toutes les récoltes d’été : l’automne de cette année se montra encore chaud et sec ; enfin, un hiver sec, très froid prolongea la sécheresse jusqu’au mois de février suivant. Cette chaleur sèche continue produisit dans toute la France une quantité prodigieuse de vin. Il ne plut pas pendant tout l’été 1287 ; les puits et les fontaines tarirent.

En 1305, il y eut une grande sécheresse en été ; la sécheresse fut aussi excessive en 1306 au printemps et en été. La sécheresse fut si grande en 1325, qu’on eut à peine la valeur de deux jours de pluie dans le cours de quatre lunaisons : il y eut cette année-là une chaleur excessive mais sans éclairs, tonnerres ni tempêtes, peu de fruits, seulement les vins furent meilleurs que de coutume. En 1331, aux longues pluies qui avaient duré depuis le commencement du mois de novembre de l’année précédente jusqu’au commencement de cette année, succéda une si grande sécheresse qu’on ne put labourer la terre à cause de sa dureté. L’hiver suivant fut pluvieux et très peu froid ; il n’y eut presque pas de gelées.

La sécheresse de l’été 1334 fut suivie d’un hiver très humide ; il y eut beaucoup de vins, mais moins chauds que l’année précédente. Les sources tarirent pendant l’été de 1384 par le manque de pluies et la sécheresse insupportable qui régna dans toute la France. La sécheresse opiniâtre de l’été 1392 tarit les sources et empêcha les plus grands fleuves de la France d’être navigables. L’été de 1473 fut très chaud : la chaleur se prolongea depuis le mois de juin jusqu’au 1er décembre ; il n’y eut ni froid, ni gelées avant la Chandeleur. Labruyère-Champier et Fernel ont signalé les grandes chaleurs générales de l’été de 1540. En 1553, la chaleur brûlait tout au mois de juin.

La sécheresse de 1632 dura depuis le 12 juillet jusqu’au 15 septembre. Nous mesurons plus sûrement, grâce aux observations thermométriques, les degrés de chaleur des grands étés suivants. L’année 1684, classée par J.-D. Cassini au nombre des plus chaudes, dans un tableau des grandes chaleurs de Paris, qui comprend quatre-vingt-deux ans, a présenté, seulement sous ce climat, soixante-huit jours d’une température de 25°, entre midi et trois heures ; seize jours d’une température de 31°, et trois jours d’une température de 35°. Ainsi le thermomètre s’éleva trois fois, de midi à trois heures, le 10 juillet, le 4 et le 8 août, à 35° au moins. Les observations udométriques commencées en France par Lahire, en 1689, ne fournissent pas moins d’exemples de ces grandes sécheresses. Les plus considérables depuis cette époque appartiennent aux années 1694, 1719, 1767, 1778, 1793, 1803, 1817, 1825, 1842, 1858, 1875, 1893. A Paris, le thermomètre marqua 40° à trois heures et demie le 17 août 1701.

Vignoble de Meursault au XVIIIe siècle, près de Beaune. Dessin de J.-B. Lallemand.

Vignoble de Meursault au XVIII<sup>e</sup> siècle, près de Beaune. Dessin de J.-B. Lallemand

Les deux années de 1718 et 1719 eurent l’une et l’autre des chaleurs sèches, violentes, longues et soutenues. A Paris, le 7 août 1718, le thermomètre de Lahire, malgré son exposition défavorable, indiqua néanmoins vers trois heures de l’après-midi 35° ou 36° : il s’éleva aux mêmes chiffres le 11, le 21 et le 23. Un hiver très doux succéda à ces chaleurs. La plupart des arbres se couvrirent de fleurs dès le mois de février et de mars 1719.

Les fortes chaleurs reparurent avec le mois de juin. Plus intenses que celles de l’année précédente, elles durèrent aussi beaucoup plus longtemps. A Paris, le thermomètre de Lahire indiqua au maximum une température de 37° ; en outre, la table de Cassini attribue à cet été quarante-deux jours d’une température de 31° ; enfin, les chaleurs ont persévéré trois mois et demi, depuis le mois de juin jusqu’à la moitié du mois de septembre. L’extrême abaissement des eaux de la Seine au pont de la Tournelle, durant cette année si sèche, donna le zéro des mesures pour les hauteurs variables de ce fleuve. Le père Feuillée, cité par Maraldi, écrivait en même temps de Marseille que des chaleurs insolites y avaient fait refleurir les arbres au mois d’octobre, et qu’ils s’étaient plus tard chargés de nouveaux fruits. Les froids survenus au mois de décembre empêchèrent ces fruits de grossir comme à l’ordinaire, mais ils ne les empêchèrent pas d’aboutir à une parfaite maturité. Le père Feuillée ajoute qu’il a cueilli, le 18 décembre, des cerises et des pommes complètement mûres.

L’été de 1726 débuta vers la fin du mois de mai, continua ensuite durant les mois de juin, de juillet et d’août. Cassini y a compté à Paris soixante-deux jours d’une température de 25°, et dix jours d’une température de 31°, sa plus grande chaleur, observée le 27 et le 28 août, ayant égalé environ 34°. Les fruits mûrirent un mois plus tôt qu’à l’ordinaire. Le maximum de la chaleur fut beaucoup plus précoce en Provence. A Toulon et à Aix, il eut lieu le 13 et 14 juillet. C’est en 1726 que Delande vit à Brest son baromètre parfaitement immobile depuis le 2 février jusqu’au 1er septembre.

Les chaleurs de l’année 1727 ont duré bien davantage. Après un hiver modéré, le thermomètre commença à monter le 7 février. Le 10 mai suivant, il marquait déjà, au lever du soleil, 18°, et à deux heures le soir près de 27°. Les chaleurs se soutinrent en augmentant pendant les mois de juillet et d’août. Le 7 de ce dernier mois, à trois heures de l’après-midi, elles atteignirent le maximum de 35° ; depuis, la température ne cessa d’être élevée le reste du mois d’août et dans le cours du mois de septembre.

L’été de 1778 eut aussi des chaleurs fortes, longues et constantes. Sous leur influence, plusieurs arbres fruitiers fleurirent une seconde fois ; deux ceps de vigne en espalier contre le mur de l’ancien corps de garde du quai Malaquais, à Paris, offrirent même le 10 octobre, après avoir refleuri, des grappes assez grosses. Mourgue et Lamanon ont signalé les mêmes chaleurs, l’un à Montpellier et l’autre à Salon. Ces chaleurs insolites régnèrent principalement dans les mois de juillet et d’août ; elles furent sèches et sans nuages : ce grand été se fit d’ailleurs remarquer par la fréquence des inondations, des orages, des ouragans et des tremblements de terre.

Les chaleurs de l’été 1793 éclatèrent brusquement. Les mois de mai et de juin avaient été très froids ; il avait gelé à glace durant ces deux mois, il était tombé beaucoup de neige sur les Alpes et d’autres montagnes ; enfin, on avait vu dans la basse Autriche des chariots chargés traverser une rivière à la fin du mois de juin. Les grandes chaleurs commencèrent à paris le 1er juillet ; à Montmorency, après le 4. Elles augmentèrent si rapidement, que la journée du 8 figure déjà parmi les époques de leur maximum. Pendant tout le mois, le thermomètre se balança, au milieu du jour, entre 40° et 25° à 26°, en indiquant douze fois 24° à 34°, et dix fois 34° à 40° ; son élévation ne fut guère moindre les dix-sept premiers jours du mois d’août. Le maximum de la chaleur a donné 38°4 le 8 juillet à l’Observatoire royal de paris, et 40° le 16 du même mois à l’Observatoire de la marine. Durant ces grandes chaleurs, le vent resta fixé au nord, le ciel fut presque toujours beau, clair et sans nuages.

Ces grandes chaleurs ont été très sèches, quoique entrecoupées de violents orages, lourdes et accablantes ; elles différèrent peu du jour à la nuit et du matin au soir. Les objets exposés au soleil s’échauffaient à un tel degré qu’ils étaient brûlants au toucher. Des hommes et des animaux moururent asphyxiés, les légumes et les fruits furent grillés ou dévorés par les chenilles. Les meubles et les boiseries craquaient, les portes et les fenêtres se déjetaient ; la viande, fraîchement tuée, ne tardait pas à se gâter. Une transpiration incessante macérait la peau, et le corps nageait continuellement dans un bain de sueur fort incommode. C’est surtout le 7 juillet qu’on a pu constater de semblables effets. Le vent du nord vint apporter ce jour-là une chaleur si extraordinaire, qu’il paraissait s’exhaler d’un brasier enflammé ou de la bouche d’un four à chaux. Cette chaleur était étouffante, régnait par un ciel très clair, arrivait par bouffées intermittentes, et produisait à l’ombre une impression aussi brûlante que celle des rayons du soleil le plus ardent.

En 1803, il plut très peu du 4 juin au 1er octobre. La pluie augmenta vers le commencement d’octobre ; après quoi, la sécheresse reprit et se soutint de nouveau jusqu’au 9 novembre. Cette sécheresse continua donc quatre mois de suite et plus de cinq mois en tout, sauf la courte interruption des premiers jours d’octobre. Les puits et les fontaines tarirent. A Paris, le petit bras de la Seine resta presque à sec, et le niveau du fleuve indiqua, le 21 et le 27 novembre, 24 centimètres au-dessous de zéro. Dans quelques départements, l’eau manquait absolument ; on allait en chercher à trois ou quatre lieues, et il en coûtait trente sous pour abreuver un cheval.

En 1811, les chaleurs furent partout précoces, intenses et prolongées. Les moyennes mensuelles de la température de Paris dépassent, cette année, de plusieurs degrés, les mois de janvier et d’août exceptés, les moyennes mensuelles déduites de vingt-et-un ans. Cet excès de chaleur éclata tout d’un coup dès le mois de février ; elle se soutint presque sans interruption, ou plutôt en augmentant de mois en mois, pendant les mois de mars, d’avril et de mai, avant de marquer une pause.

A Nancy, la chaleur commença le 15 mars, et persista avec opiniâtreté jusqu’au 6 août. Cette chaleur sèche tarit de bonne heure un grand nombre de ruisseaux que personne n’avait jamais vus à sec, compromit les prés et les semailles printanières, avança toutes les récoltes et rendit fort abondante celle des grains et des raisins. La vigne fleurit le 24 mai, au lieu de fleurir vers le 24 juin. La moisson eut lieu du 10 au 20 juillet, et la vendange dès le 8 septembre. Dans le Midi, les vents du sud, vents chauds, humides et étouffants, se prolongèrent en Provence jusqu’à la fin de l’année. Au midi comme au nord, la chaleur et la sécheresse de 1811 épuisèrent la plupart des sources, desséchèrent les torrents et les fleuves, précipitèrent la maturité des fruits, consumèrent les plantes fourrageuses, et favorisèrent, en général, les récoltes de vin.

L’été de 1842 mérite aussi de compter parmi nos grands étés, sa chaleur étant plus intense dans le nord que dans le Midi. A Paris, elle commença dès le 5 juin, et se prolongea à travers de rares intermittences jusqu’au mois de septembre. Le caractère de cette chaleur, en générale orageuse et sèche, la rendait encore plus sensible. Beaucoup de marronniers de nos jardins publics, qui avaient perdu leurs feuilles au mois de juillet, refleurirent à la fin du mois d’août.

Site : La France Pittoresque : https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article644

Les étés 1911 et 1947 furent également caniculaires.

 

Comme chacun le constatera, RIEN DE NOUVEAU SOUS LE SOLEIL.

 

Pour éviter de souffrir de la Chaleur :

Ayez toujours sur vous de l’Eau de Mélisse des Carmes Boyer et des grains de sucre de canne.

Quelques gouttes d’eau de Mélisse sur un grain de sucre vous évite les malaises dus à la chaleur. Si vous êtes chez vous, vous pouvez préparer votre boisson : Eau de Mélisse, un sucre dans un grand verre d’eau.

L’eau de Mélisse est disponible en Pharmacie.

Afficher l’image source

Buvez également de l’Eau Citronnée à volonté.

Résultat d’images pour image d'eau citonnée

Afficher l’image source

Evitez les glaces qui sont du pur sucre.

Mangez des salades de Fruits Frais et des salades vertes rafraîchissantes.

Afficher l’image source

 

Si votre logement n’est ni isolé ni doté d’une clim :

Mettez dans un seau d’eau des glaçons et passez la toile sur vos sols : Marchez pieds nus. Votre corps se rafraîchira et vous serez de suite bien mieux.

Ayez toujours sur vous un brumisateur et, dedans comme dehors, hydratez-votre peau toutes les 5 minutes.

Résultat d’images pour image de brumisateur

 

Les Apothicaires Théoriciens du Climat ne font qu’avancer leurs Sciences Occultes en mettant sous pression les populations par LA PEUR.

Plus cette Peur reculera, plus ils perdront leurs pouvoirs.

 

Passez tous un Bon été, buvez beaucoup, hydratez-vous et tout ira bien.

Résultat d’images pour smiley

Où en est la « Sécheresse » en Europe » ?

Les Sols Européens n’ont Jamais été aussi VERTS !

Qui dit Vert dit Tombée de Pluie abondante et suffisante pour la Végétation. Et l’on nous demande de nous restreindre en Eau pour « Le Climat » qui serait sur le point de faire un « Bing-Bang » !!!!

« Réchauffement Climatique » disent-ils !

Toutes ces fadaises sont faites pour nous faire accepter des hausses de Factures qui ne cessent d’augmenter à cause « du Climat » !!!

Il en est de même pour l’Energie Electrique qui vient de subir une hausse considérable !

A force de Tirer sur le Fil de leurs Mensonges, j’espère que nous arriverons à Déloger tous ces Menteurs, ces Voleurs et ces Imposteurs.

 

Derrière GRETA THUNBERG se cache une filière de « Gros Sous ».

Chaîne de Tatiana Ventôse sur You Tube :

CE QUI CLOCHE AVEC GRETA THUNBERG

⬇︎ SOURCES ⬇︎ L’enquête complète du journaliste suédois Andreas Henriksson relayée par Rebecca Weidmo Uvell (en suédois – Google Trad est ton ami !) https://uvell.se/2018/12/11/pr-spinne…

L’article d’Isabelle Attard dans Reporterre https://reporterre.net/Le-capitalisme…

L’article de Marc Reisinger dans Causeur https://www.causeur.fr/greta-thunberg…

Libé (CheckNews) sur la capacité de Greta Thunberg à voir le CO2 à l’oeil nu – https://www.liberation.fr/checknews/2… https://www.marianne.net/monde/greve-… https://www.nytimes.com/2019/02/18/cl… https://www.7sur7.be/home/greta-thunb… https://www.francetvinfo.fr/monde/env… https://www.project-syndicate.org/com… https://www.huffingtonpost.fr/entry/g… https://www.geo.fr/environnement/gret… https://www.lci.fr/international/gret… http://www.lefigaro.fr/flash-actu/201… http://www.lefigaro.fr/vox/societe/20…

Les réponses données par We Don’t Have Time https://docs.wedonthavetime.org/wdht/…

 

 

« Entrées précédentes