Archives de Catégorie: Théorie du genre

Un petit garçon de six ans devient le premier enfant « transgenre » en Argentine.

Life Site News.com : https://t.co/qVAlG2pjOf?amp=1

BUENOS AIRES, le 30 septembre 2013 (Lifesitenews.com) –

Manuel, maintenant connu sous le nom de Lulu, est devenu le premier enfant « transgenre » en Argentine à voir son nom et son sexe officiellement modifiés sur ses documents d’identité.

« Le gouvernement de la province de Buenos Aires a pris la décision de résoudre ce cas particulier soulevé par la famille », a déclaré le chef de cabinet de la ville, Alberto Pérez.

Selon les rapports, il s’agit du « premier cas au monde » d’un enfant qui obtient de nouvelles pièces d’identité par le biais de documents administratifs et sans avoir à s’adresser aux tribunaux.

La mère du garçon de six ans, Gabrielam, a dit à la presse : «Nous allons faire une fête».

Elle a dit aux médias qu’elle avait serré son enfant dans ses bras lorsqu’ils savaient qu’on lui avait accordé de nouveaux papiers d’identité : « Nous avons gagné, vous avez gagné! Vous allez avoir votre nouveau document! » lui dit-elle.

César Cigliutii, de la communauté homosexuelle argentine (AHC), qui a aidé l’enfant légalement et psychologiquement, a déclaré qu’il s’agissait d’un cas « historique ».

Gabriela a dit aux médias que son fils « voulait avoir les cheveux longs. Il demandait à porter mes jupes et mes vêtements. »

« Je pensais que c’était un jeu, jusqu’à ce que je voie un documentaire sur une fille transgenre aux États-Unis dans National Geographic. C’était l’histoire de mon fils. C’est à ce moment-là que j’ai compris qu’il était une trans, que son identité était celle d’une fille », a-t-elle ajouté.

« Je me suis dit : si elle veut être une princesse, je vais l’aider », a expliqué Gabriela.

La décision de donner à l’enfant le droit de changer son nom et son sexe sur les documents officiels a été prise après que Gabriela ait écrit au Gouverneur de Buenos Aires Daniel Scioli et au Président de l’Argentine Cristina Kirchner, leur disant que Manuel s’était identifié comme une fille depuis qu’il pouvait parler.

Le ministère national de l’Enfance a fait référence aux traités internationaux sur les droits de l’enfant et a déterminé que l’enfant avait une « capacité progressive » de donner son consentement et pourrait donc « bénéficier » de la Loi sur l’identité de genre et faire changer son identité.

L’AHC a insisté pour que le garçon obtienne une nouvelle pièce d’identité afin de lui éviter « l’embarras et l’humiliation » de, selon les mots de sa mère : « aller aux urgences avec une fièvre, et au lieu de se concentrer sur ce qui ne va pas, les médecins se demandent pourquoi un garçon porte une queue de poney et une jupe. »

Les médias argentins ont couvert l’histoire avec des titres comme « Luana, la fille qui est née avec des organes génitaux masculins ».

Les associations et les églises pro-famille n’ont exprimé aucune réaction.

L’Argentine a adopté une loi sur l’identité de genre en mai 2012, qui donne aux personnes le droit d’être identifiées par leur nom et leur sexe, selon leur définition.

La loi exige également que l’État fournisse les traitements médicaux nécessaires pour « adapter le corps, y compris les organes génitaux, à l’identité de genre auto-perçue ».

Manuel, qui a un frère jumeau, fréquente une école qui « respecte » sa nouvelle identité. Ses parents sont divorcés depuis plusieurs années et le père lui rend rarement visite.

*****

Combien d’enfants martyrs depuis 2013 ?

 

Screenshot_2019-10-02 (2) Laly Lilou ( ChrystelRoseant) Twitter

ENFANTS COBAYES : Les LGBTQ Prospèrent sur un MENSONGE.

Au Nom de la Théorie de la Mort, le Petit Bruce/David Reimer, devenu la petite fille Brenda à cause d’un certain « docteur MONEY », met fin à ses Jours redevenu garçon après des souffrances Psychiques Insurmontables.

 

 

« David voulait que Plus Aucun Enfant ne souffre comme il avait Souffert ».

 

Screenshot_2019-10-02 (3) Le tragique destin du premier cobaye de la théorie du genre - YouTube(1)

 

 

Le lobby LGBT pas content que ses mensonges soient mis à nu.

Remarquable étude publiée dans le journal « The New Atlantis » du 23 août 2016. 

Ceux qui déterminent nos prétendues “valeurs”, en l’occurrence le petit mais puissant groupe de chercheurs, les médias de grande diffusion ainsi que les activistes homosexuels le font en essayant d’imposer d’étranges mythes et d’étranges idées qui ne jouissent d’aucune base scientifique.

Ces mythes comprennent celui selon lequel les homosexuels sont “nés comme ça”, ne peuvent pas changer et doivent être acceptés pour “qui ils sont”. Par ailleurs, ceux qui revendiquent un genre différent de leur genre biologique, c’est-à-dire les transsexuels qui “se sentent” appartenir à un autre genre que leur genre de naissance, doivent être acceptés en l’état.

Le public devrait faire abstraction de son intelligence,  du bon sens et avec respect, vouer obéissance collectivement à ces avis “d’experts”. Cependant, ces avis ne sont que de la pure foutaise.

Nous savons instinctivement qu’ils ne sont pas authentiques ou qu’ils ne méritent pas notre confiance. Cependant, les créateurs de mythes essaient par la force de la loi de nous imposer leurs idioties; ils claironnent que c’est de la “discrimination” que de refuser  d’accepter les mythes comme vérité.  Les juridictions qui ne respectent pas leurs règles sont économiquement sanctionnées, on interdit aux parents de protéger leurs enfants d’horribles lois relatives aux “salles de bains” qui permettent aux hommes d’utiliser les douches et les vestiaires réservés aux femmes. Tout cela, c’est de la fraude basée sur une propagande dépourvue de toute légitimité scientifique.

Cependant, ces mythes ont été détruits par l’explosion de deux bombes dont les répercussions n’ont pas encore été circonscrites par les faiseurs d’opinions.

Les bombes destructrices de Mythes

Une remarquable étude publiée dans le journal The New Atlantis du 23 août 2016 constitue la première bombe. Le journal, célèbre publication consacrée à la science, à la technologie et à l’éthique, est basé à Washington. Cet article a analysé les évidences scientifiques liées aux questions LGBT publiées dans les journaux scientifiques jusqu’à présent.

L’article était signé par deux éminents universitaires. Le Dr Lawrence Mayer, enseignant de psychiatrie, de statistiques et de bio statistiques à l’Université en Arizona, écrit dans la préface de l’étude qu’il a témoigné dans des douzaines de procédures judiciaires tant au niveau fédéral que local; ceci pour défendre fortement l’égalité et dénoncer la discrimination contre la communauté LGBT. Cependant, le Dr Mayer déclare soutenir sans réserve chaque mot que contient cet article puisqu’il s’agit de la science et de la médecine. Il a aussi déclaré s’être alarmé en apprenant lors de l’analyse des 500 articles scientifiques que la communauté LGBT possède un taux de problèmes de santé mentale disproportionné en comparaison avec le reste de la population.

L’autre signataire, le Dr Paul McHugh, l’un des meilleurs psychiatres dans le monde. Il a été chef de département de psychiatrie de 1975 à 2001 à l’hôpital Johns Hopkins de Baltimore. Ces hommes de science ont analysé des centaines d’études réalisées par des experts relatives à l’orientation sexuelle et à l’identité du genre dans les domaines des sciences biologiques, psychologiques et sociales.

 

Voici leurs conclusions :

Le journal, célèbre publication consacrée à la science, à la technologie et à l’éthique, est basé à Washington. Cet article a analysé les évidences scientifiques liées aux questions LGBT publiées dans les journaux scientifiques jusqu’à présent.
La croyance selon laquelle l’orientation sexuelle est un attribut inné de la nature humaine et biologiquement prédéterminé – que les gens sont “nés comme ça” –n’est pas soutenue par une preuve scientifique.
La croyance selon laquelle l’identité du genre est un attribut inné et immuable de la nature humaine indépendante du sexe biologique – si bien qu’une personne pourrait être un ‘homme’ emprisonné dans un ‘corps’ de femme ou une femme emprisonnée dans un ‘corps’ d’homme – n’est pas soutenue par une preuve scientifique.
Les personnes transsexuelles et non hétérosexuelles possèdent des taux de problèmes de santé mentale (anxiété, dépression, suicide), des taux de problèmes d’ordre social et comportemental (abus de substances, violences conjugales) plus élevés que la population globale. La discrimination seule ne justifie pas toute cette disproportion.

Dr Lisa Diamond, activiste lesbienne et l’un des grands chercheurs de l’Association Américaine de Psychologie (AAP) a fait exploser la deuxième bombe. Elle est co-auteur du ‘Manuel de l’AAP’ sur la sexualité et la psychologie et l’un des membres les plus respectés de l’AAP. Elle a admis que l’orientation sexuelle était sujette à changement et non immuable. Dr Diamond confirme ainsi que le mythe qui consiste à dire que “les homosexuels ne peuvent pas changer” est actuellement une théorie sans fondement.  Elle a résumé les conclusions pertinentes lors d’une conférence à l’Université Cornell, déclarant que des recherches exhaustives ont démontré actuellement que l’orientation sexuelle comprenant l’attraction, le comportement et l’identité personnelle – est sujette à changement pour les adolescents et les adultes des deux genres.

Sa déclaration va à l’encontre de la législation en vigueur dans plusieurs états aux États-Unis et en Ontario au Canada où on interdit “la thérapie de conversion” qui cherche à aider les patients expérimentant l’attraction homosexuelle.

Cela détruit également l’argument des activistes homosexuels selon lequel l’orientation sexuelle est “le mouvement des droits civils des temps modernes”. Rien que des balivernes. Le désir sexuel est basé sur des choses différentes de la génétique comprenant principalement les relations personnelles, la culture combinée à d’autres expériences excluant la génétique ou des hormones prénatales.

De nos jours, la seule chose que nous dit la science c’est que nous sommes nés soit mâle soit femelle.

Des idéologies et des mensonges erronés et dangereux, surtout ceux qui amoindrissent et mettent en danger la vie des enfants, devraient être condamnés sans délai.

Les lois sur l’orientation sexuelle doivent être manifestement réévaluées à la lumière de la vérité procédant des nouvelles découvertes. Nous ne pouvons pas perdre plus de temps sur de telles absurdités.

Réaction des Activistes homosexuels et des Médias

Les médias mainstream ont ignoré ces bombes. Cependant, la Campagne des Droits des Homosexuels (CDH) ne pouvait pas les laisser porter atteinte à leur présence continue, au montant approximatif annuel de 49 millions de dollars; fruit des contributions qui entretient leur luxueux siège basé à Washington D.C. Plus important encore, elle ne pouvait pas abandonner l’énorme pouvoir et la grande influence qu’elle dispose sur la société – surtout sur les législateurs et les médias.

La CDH a réagi comme d’habitude lorsque le fondement de leur pouvoir est menacé. C’est-à-dire attaquer, attaquer et attaquer. Dans le cas d’espèce, elle a pris à la gorge le journal The New Atlantis qui les a défiée en exposant les faits réels concernant l’homosexualité. La CDH a publié une critique contre l’étude du journal qualifiant les docteurs Mayer et McHugh d’anti transsexuels notoires et “d’anti LGBTQ”, de promoteurs cherchant à “marginaliser” et à se moquer des gens. Ils les ont accusés  de “déclarations mensongères” couplées “d’interprétations tendancieuses” intentionnelles.

Cependant, les éditeurs du journal The New Atlantis ne pouvaient pas tolérer les absurdités de la CDH : rien que des mensonges et des distorsions. Dans une publication spéciale intitulée “Mensonges et intimidations de la CDH”, le journal démontre comment la CDH a déformé la récente publication du journal sur l’homosexualité déclarant dans l’introduction que “La plupart des arguments de la CDH est un exercice de distorsion.” Ensuite il aborde ces distorsions de manière détaillée.

Nous pouvons aussi être certains que la CDH se bat dans les coulisses pour trouver des chercheurs compétents et idéologiquement en phase avec elle pour lancer une étude financée soit par la CDH directement, ou plus probablement par l’un des groupes de fanatiques qu’elle tient en laisse. Ceci afin de remettre en cause l’étude du journal The New Atlantis et celle de l’AAP. Lorsque cette étude sera publiée, probablement dans un an, ce sera avec beaucoup de publicité et une grande couverture médiatique. Elle sera présentée comme “La Vérité.” Cependant, ce sera de la fraude et du mensonge basé sur une méthodologie défectueuse. Comment cela peut-il en être autrement lorsque ces conclusions sont prédéterminées? L’étude sera entreprise uniquement en vue de la propagande et elle ne sera qu’un château de cartes fragile. Les personnes intelligentes et sensées ne devraient pas prendre cette étude au sérieux, car il faut savoir qu’elle ne sera qu’une tentative de pérenniser leur emprise sur la société de la part des activistes homosexuels convaincus.

Site : Islam et Vérité Abbé Guy Pagès.

*****

Ana Exploratrice sur You Tube : Desmond, l’Enfant Gender Fluid.

LA PARANOÏA DU GENRE

 

Polluer toujours plus le Cerveau des Jeunes Enfants : ils ne font que ça.

Aprés des Livres visant à Détruire l’équilibre des Enfants, vendus par « L’Atelier des Merveilles » qui « fait son beurre » en forçant les enfants à devenir ce qu’ils ne sont pas en diffusant le Théorie du Genre, l’étape supérieure a été enclanchée.

Théorie du Genre dont le « Créateur » est un Pervers Sexuel, un Détraqué et un Malade Mental : Alfred Kinsey, pédocriminel.

 

 

Du fait que dans une société les individus identiques à Kinsey ne manquent pas,  se sont répandus des livres de dépravation à l’attention des jeunes enfants.

 

Tous à Poil.gif

Stéréotypes filles garçons.jpg

Bourrage de Crâne.png

Bourrage de Crâne1.png

 

Le site CANOPE – ABCD de l’Egalité- dit que « l’Egalité » fait parti des « Valeurs de la République » et explique :

  • qu’une maman qui fait la Vaisselle, c’est pas bien !
  • qu’un papa qui ne fait pas le ménage, c’est pas bien !

Comment Détruire les concepts Saints issus de la Civilisation Chrétienne en lui opposant  une Société dite « d’Egalité » dans laquelle l’Etre Humain Saint de Corps et d’Esprit doit être remplacé par un individu ni homme ni femme qui ne sait pas d’où il vient, qui ne sait pas où il va au nom d’une soi-disante Egalité qui n’existe pas.

 

 

 

 

 

Tout ce qui représente la Société Millénaire Hétérosexuelle est désormais à Proscrire :

Le « Baiser de la Lune », c’est « l’amour de deux poissons Homosexuels » et c’est Uniquement destiné aux Enfants !!!

Le Mécène de cette intoxication Mentale est Pierre Bergé, cela n’étonnera personne.

C’est soi-disant destiné à la « Lutte contre l’Homophobie » !

Le baiser de la Lune.png

Le baiser de la Lune1.png

 

 

 

 

 

La Destruction des Réalités.

C’est avec la Destruction des Races, des Sciences et des Origines que l’on peut librement naviguer sur les Perceptions et non plus sur les Acquis.

 

L’ ETAPE SUPERIEURE DE LA THEORIE DU GENRE C’EST LA RENCONTRE DE L’ENFANT AVEC DES HOMMES HABILLES EN FEMMES.

L’épandage de l’homosexualité dans la Société ne suffit plus. Il faut que l’enfant soient  mis en contact avec des Transgenres, des Drag Queens.

Et les Drag Queens montreront aux enfants combien c’est « cool » de se Transformer et de ne plus être ce que l’on est !

Des « Drag Queens » font désormais leur Apparition à la Bibliothèque Louise Michel  pour raconter des Histoires et quelles Histoires !!!

 

 

 

 

 

16 mars

Les Drag Queens qui racontent des histoires à la Bibliothèque c’est à Louise Michel.

Ils ont Baptisé cette bibliothèque : La Bibliothèque de l’Amour !

Voici de quel Amour ils veulent parler en Photo :

Bib Louise Michel.png
ET COMME LA DEPRAVATION DES JEUNES ENFANTS N’EST JAMAIS SUFFISANTE POUR CETTE ENGEANCE, VOILA LES ATELIERS QUEER POUR LES 7-14 ANS !
UNI Olivier Vial.png
Et lorsque l’on nous dénonçons cette Aberration, cette Ignominie Perverse et Malsaine, c’est nous que l’on traite de FOUS.
L'enraciné.png
Leur société idéale c’est une société dans laquelle un enfant se vante d’être un « Drag Queen » à 11 ans :
Leur Nec plus Ultra c’est Desmond, enfant Américain de 10 ans qui vient d’Ouvrir un Club de Drag Queen réservé aux enfants :

D’où l’Obligation de faire chuter les adorateurs pervers d’Alfred Kinsey.

Le « Genre » mis encore a mal par une Nouvelle Etude Scientifique.

Une Nouvelle étude scientifique démontre que la plupart des différences génétiques Homme/Femme affectant le Cerveau se développent au Stade Prénatal, excluant ainsi, encore une fois, l’idée que le « GENRE » n’est qu’une construction sociale.

Site : Psychology Today

A New Study Blows Up Old Ideas About Girls and Boys

Is gender a mere tool of the patriarchy? Or is it hardwired prior to birth?

Posted Mar 27, 2019

If there are superstar scholars, Berkeley professor Judith Butler is a superstar. She is best known for pioneering the idea that “male” and “female” are merely social constructs. She writes that “because gender is not a fact, the various acts of gender creates the idea of gender, and without those acts, there would be no gender at all.” For this insight, she has been rewarded with an avalanche of scholarly honors and prizes, including the Mellon Prize, which carries with it a $1.5 million cash award. (By comparison, the Nobel Prize gets you just $1.1 million.)

Butler is a professor of comparative literature, not a neuroscientist, but her ideas about gender have become widely accepted worldwide in the nearly 30 years since the publication of her book Gender Trouble. In 2017, Cordelia Fine, professor of historical and philosophical studies at the University of Melbourne, published a book titled Testosterone Rex: Unmaking the myths of our gendered minds. Following Butler, Fine asserted that any claims that women and men differ significantly in brain or behavior are simply myths perpetuated by the heteronormative patriarchy. Fine’s book promptly received the Royal Society’s prestigious prize for best science book of the year.

The worldview promulgated by Butler, Fine, and their followers now constrains what neuroscientists are allowed to say in public. A professor of neurophysiology at Lund University in Sweden recently told undergraduates that the categories of female and male are, to some degree, biological realities rather than social constructs and that some differences in behavior between women and men might, therefore, have a biological basis. He was promptly denounced by students who claimed that his remarks were “anti-feminist.” The dean of the medical school duly launched an investigation.

I have debated this topic with followers of Butler and Fine in various settings. When I share with them research showing, for example, robust female/male differences in the trajectories of brain development, the most common response is sheer ignorance of the finding in question. It is unusual for a devotee of Butler to say, “Yes, I am aware of that research. However, I consider that research invalid because of XYZ.” Instead, they more often claim that the research must be meaningless because it involved children or adults. Children and adults have spent years being subject to the heteronormative patriarchy. Parents interact differently with girls and boys from the moment of birth, these critics (correctly) observe. So any study of adults, or even of children, is hopelessly marred by the sexist societies in which we all live.

Fair enough. For the sake of argument, let’s grant that point. So let’s study humans before birth. In recent years, there have been fascinating studies in which neuroscientists have studied the brains of babies in their mothers’ wombs. One remarkable study was a collaboration among neuroscientists at Yale, Johns Hopkins, and the National Institute of Mental Health, alongside neuroscientists from Germany, the UK, Croatia, and Portugal—more than 20 researchers in all. These investigators looked at how individual genes are transcribed in the human brain from the prenatal period through infancy, childhood, adolescence, and throughout adulthood. They found that the biggest female/male difference in gene transcription in the human brain, for many genes, is in the prenatal period. (See for example their graph of the transcription of the IGF2 gene, a gene known to be involved in cognition: male/female differences in transcription for IGF2 are huge in the prenatal period, and nonexistent among adults.) Again, I have not yet found an advocate of the Butler/Fine school who is even aware of this research, let alone responded to it. If the Butler/Fine theory was correct — if gendered differences in brain and behavior are primarily a social construct, and not hardwired — then we ought to see zero differences between the female brain and the male brain in the prenatal period, but large differences between adults, who after all have had the misfortune of living all their lives in a heteronormative patriarchy. But the reality is just the opposite: Female/male differences are generally largest in the prenatal period, and those differences diminish with age, often dwindling to zero among adults.

Now we have another, even more, striking study of the human brain prior to birth. In this study, American researchers managed to do MRI scans of pregnant mothers in the second and third trimesters, with sufficient resolution to image the brains of the babies inside the uterus. They found dramatic differences between female and male fetuses. For example, female fetuses demonstrated significant changes in connectivity between subcortical and cortical structures in the brain, as a function of gestational age. This pattern “was almost completely non-existent in male fetuses”. They note that others have found, for example, that female infants have significantly greater brain volume in the prefrontal cortex compared with males. They conclude that “It seems likely that these volumetric differences [found after birth] are mirrored by [the] differences observed in the present study.”

Open Access under Creative Commons CC BY 4.0.
Researchers found some dramatic female/male differences in the brain prior to birth
Source: Open Access under Creative Commons CC BY 4.0.

Some of the sex differences in the new study are truly amazing. See for example the image above (figure 4A from their paper) showing differences in female connections between the left cerebellum (CB) and the left superior frontal gyrus (SFG), and between the left temporal pole and the posterior cingulate cortex (PCC) compared with males. Remember, these are fetuses in utero! In other brain areas, the differences were not so striking. A reasonable next question might be: Why do these brain areas, and not others, show such dramatic female/male differences? Another reasonable question would be: Why haven’t the mainstream media in the United States covered this new research?

 

References

M.D. Wheelock, J.L. Hect, E. Hernandez-Andrade, and colleagues (April 2019). Sex differences in functional connectivity during fetal brain development. Developmental Cognitive Neuroscience, in press.

Souffrance.

Nous assistons à un Conditionnement Inédit en Europe : le Lobby LGBT entend Régner avec les Homosexuels et les Transexuels qu’il créé en pointant du doigt les Hétérosexuels qui sont pour ce Lobby : LES PERSONNES A ABATTRE.​
Alors qu’il y a toujours eu, en France, des Homosexuels qui ont occupé des Hauts Rangs dans la Société, le Lobby LGBT, conditionne la Souffrance des mineurs dès la sortie de l’enfance et IMPOSE à ces mineurs de devenir Homosexuels ou Transgenre quitte à faire emprisonner les parents.
Ce lobby intervient dès la petite enfance dans les écoles, ce qui est Absolument Sidérant.
Sans apporter le moindre petit Soulagement à la jeunesse, ce Lobby très puissant leur fait savoir d’emblée que pour soulager leur souffrance ils doivent « Changer de Sexe ».
Il existe pourtant des Associations de Personnes dévouées aux jeunes personnes qui les aide à se reconstruire et à se réaffirmer au sein de la Société en tant que ce qu’ils sont et non ce qu’ils pourraient devenir.
Les Associations Françaises « Le Refuge » prennent en charge la souffrance des adolescents en les aidant dans leur quotidien. Il se trouve que beaucoup d’adolescents sont en recherche d’identité CE QUI NE SOUS-ENTEND PAS qu’ils veulent devenir ce qu’il ne sont pas.
L’adolescence est l’âge où l’on se cherche et ce pervers Lobby profite du passage à Vide des jeunes pour leur suggérer ce qu’il peuvent devenir.
La majorité de ces jeunes du « Refuge » sont réorientés vers l’Hétérosexualité car ils n’étaient ni Homosexuels ni transexuels.
Ils sont simplement « en recherche d’identité » comme tous les adolescents du Monde, lesquels, vers les 13/14 ans traversent une période de Doute.
L’instrumentalisation du GENRE à l’école est LA CAUSE PREMIERE du mal être des enfants devenus adolescents.
Le Poison et le Venin répandus à Hautes doses aboutissent à des Ravages.
Mais le Puissant Lobby n’admet pas qu’une adolescent qui entre dans « Le Refuge » en ressorte pour ce qu’il est : Hétérosexuel.
Pour ce lobby, un adolescent qui entre dans ces associations « Le Refuge » doit ressortir Homosexuel ou Transgenre.
Il fait donc intervenir les Politiques afin de Soumettre les Associations PAR LA LOI.
Et les sanctions que risquent ces associations sont : « Exercice illégal de la médecine ».
Que ça !
Et puis, dans des Centres il y a des Religieux, alors ça c’est à proscrire pour l’engeance hérétique.

Et nous y sommes, une Loi interdira tout cheminement aboutissant à l’Hétérosexualité alors que l’adolescent n’est ni Homosexuel ni Transexuel.

La députée de la majorité Laurence Vanceunebrock-Mialon veut déposer un texte d’ici l’été pour interdire cette pratique qui prétend réorienter les personnes homosexuelles vers l’hétérosexualité.

Les autorités tchétchènes nient l'existence de l'homosexualité dans leur pays. © OZAN KOSE – AFP Les autorités tchétchènes nient l’existence de l’homosexualité dans leur pays.

Vers une loi interdisant les thérapies de conversion en France ? ​

BFM TV – Esther Paoli

Les thérapies de conversion bientôt interdites en France ? C’est en tout cas ce qu’espère la députée LaREM de l’Allier Laurence Vanceunebrock-Mialon, qui compte déposer un projet de loi à l’Assemblée nationale avant l’été, d’après Le Monde des Religions.

La difficile estimation du nombre de victimes

Cette pratique prétend réorienter les personnes homosexuelles vers l’hétérosexualité par des stages dits de “réorientation”. Ces “thérapies” dans des centres fermés sont souvent tenues par des religieux ou des médecins qui prescrivent des traitements anxiolytiques, comme pour traiter la dépression.

S’il est difficile d’estimer le nombre de centres implantés en France et le nombre de personnes qui en sont victimes, l’association Le Refuge précise à France 24 que “3,5 % des appels [reçus à l’association] concernent cette pratique.”

Flou juridique

Pour lutter contre cette dérive, la député de la majorité travaille donc sur un texte de loi afin de sortir d’un flou juridique. Mais elle fait face à plusieurs difficultés, notamment celle de prouver qu’il y a une intention de changer la sexualité, pas juste de suivre une voie de chasteté.

Tandis que les infractions de violences volontaires et l’exercice illégal de la médecine pourraient s’appliquer, la ministre de la Justice avait déclaré en juillet 2018 que deux options pouvaient également être envisagées:

“Soit la création d’une circonstance aggravante des délits de violences, lorsque celles-ci visent à modifier l’orientation sexuelle de la victime, soit créer un délit spécifique assimilé à l’exercice illégal de la médecine, afin de sanctionner ces pratiques indépendamment des conséquences subies par les victimes”, avait déclaré Nicole Belloubet.

En mars 2018, le Parlement européen avait condamné ces méthodes. Déjà interdites au Royaume-Uni, les thérapies de conversion ont également été bannies à Malte. En dehors de l’Europe, elles ont notamment cours dans plusieurs états américains.

*****

 

Des Millions d’Euros mis dans une campagne contre les Parents Hétérosexuels qui auraient « PEUR » de leur Enfants Transexuels !

Quel Parent a PEUR de ses enfants ???

Les Parents sont présentés en pervers sexuels, c’est absolument révoltant.

 

 

 

C’est leur « nouvelle campagne très percutante contre la transphobie ».

« Aucun parent ne devrait préparer son enfant à affronter sa vie plutôt qu’à la vivre« . Voilà le slogan de la nouvelle campagne de sensibilisation contre la transphobie. Dans ce spot diffusé à la télévision et sur les réseaux sociaux, les images sont percutantes et troublantes.

Tout commence par un père de famille, qui tente d’endurcir sa fille, transgenre, par tous les moyens. Course forcée sur la route, entrainement à la boxe, tentative de sortir d’un placard fermé… les scènes peuvent à première vue s’apparenter à une forme de violence. Ce père de famille semble lui-même très touché par la situation.

Des actes transphobes dès l’école

Mais la vidéo montre très vite l’envers du décor. Un mois plus tôt, la jeune fille est rentrée du lycée, en pleurs, avec des contusions sur le visage. « Ça va être dur, mais je vais t’aider. Je t’aime ma chérie« , lui dit alors son père. Une scène qui donne un nouvel éclairage au début de la vidéo.

« En s’appuyant sur la relation d’un père et de sa fille trans, l’objectif de la campagne est de faire prendre conscience au grand public que, sans le soutien de son entourage, un(e) enfant ou adolescent(e) trans pourra très difficilement surmonter les épreuves de la vie, et notamment les agressions dont il ou elle risque d’être victime dès le milieu scolaire« , a expliqué l’Inter-LGBT, dans un communiqué.

Une campagne plus que nécessaire, puisque, selon une enquête menée en 2014, 85% des personnes trans seront agressées au cours de leur vie. Dans le milieu scolaire, les signalements d’actes « LGBTphobes » ont augmenté de 38% en 2017, rappelle le HuffingtonPost.

*****

« Une campagne plus que nécessaire »disent-ils !!!!!!! Mais pour Qui ?

Les Seules Personnes, à ce jour, qui se font agresser Voire Tuer dans la Rue par l’immigration imposée sont les HETEROSEXUELS. Mais les Hétérosexuels sont les personnes à abattre donc, c’est normal qu’on les Tue pour cet inique Lobby qui prend les adolescents en recherche d’identité pour des COBAYES.

 

 

LES RAVAGES DU CHANGEMENT DE SEXE.

 

Les regrets de Walt Heyer : un transgenre « détruit » par le changement de sexe qu’il a subi

3 avril 2015 13 h 52 min·

Les regrets de Walt Heyer : un transgenre « détruit » par le changement de sexe qu’il a subi

Dans un essai publié mercredi, le transgenre Walt Heyer livre une autobiographie effrayante qui aborde tour à tour les abus et confusion de genre, son opération de changement de sexe et le regret profond de cette décision

Détruit par une décision qu’il ne peut que regretter

A 74 ans, marié à sa femme depuis 18 ans, Walt Heyer consacre désormais toute son énergie à mettre en garde contre les conséquences tragiques du changement de sexe des transgenres, présenté aujourd’hui comme une solution miracle, mais dont les conséquences réelles sont catastrophiques. « Changer les genres est bénéfique sur le court terme mais très douloureux sur le long terme » écrit-il : « Parmi les conséquences, il y a des morts précoces, des regrets, des maladies mentales et le suicide ».

Walt Heyer, enfant traumatisé par une grand-mère qui l’habillait en robe

Walt Heyer, mal diagnostiqué, avait cédé à la pression pour subir une opération de changement de sexe, et reste donc aujourd’hui particulièrement sensible aux nombreux jeunes qui ne sont pas à l’aise avec leur propre sexualité et subissent une forte pression de la société pour prendre une décision irréversible. « Au lieu de les encourager à subir une opération chirurgicale non nécessaire et destructrice, aimons ces jeunes tels qu’ils sont », écrit-il encore.

Lorsqu’il était enfant, sa grand-mère rêvait d’une petite-fille et le traitait donc comme telle : elle était très affectueuse lorsqu’il portait sa petite robe violette, et désagréable lorsqu’il était habillé comme un garçon.

« Cette robe », écrit Heyer, « a déclenché une vie remplie de dysphorie du genre, d’abus sexuel, d’alcool, de drogue et finalement d’un changement de sexe inutile. Ma vie a été détruite par un adulte qui voulait m’habiller comme une fille. »

Selon Walt Heyer, laisser des enfants vivre dans le genre opposé est destructeur

Walt Heyer manque désormais de patience avec les parents qui pensent rendre service à leur enfant en accentuant leur confusion et en les laissant réaliser leur « rêve d’être du genre opposé ». Il le dit très clairement : ce comportement est destructif, c’est celui qui l’a détruit.

C’est lorsqu’il avait une quarantaine d’années qu’un médecin a poussé Walt Heyer à subir un changement de sexe, ce qu’il a fait, persuadé de réaliser enfin son rêve et convaincu par ce médecin qui lui répétait que l’opération était « la solution » à ses problèmes de dysphorie du genre.

Walt Heyer devient alors Laura Jensen.

Pour Walt Heyer, le sursis accordé aux transgenres par le changement de sexe est provisoire

« Le sursis fourni par la chirurgie et la vie féminine était seulement provisoire » raconte-t-il. « Caché profondément sous le maquillage et les vêtements féminins, demeurait ce petit garçon traumatisé par les douleurs de son enfance qui refaisait surface. »

Être une femme n’était qu’une « couverture » regrette-t-il.

Il reproche au médecin de ne pas avoir été capable de tenir compte d’une enfance difficile (avec sa grand-mère, mais également parce qu’il a été abusé et violé par l’un de ses oncles qui avait découvert le « secret » de la robe qu’elle lui avait imposée) et de son alcoolisme : « Il n’a vu que mon identité transgenre. »

Aujourd’hui, il lutte pour que sa souffrance ne soit imposée à aucun autre : il tient un site internet SexChangeRegret.com, et rédige un blogue en espérant révéler les conséquences tragiques des changements de sexe.

Walt Heyer a lui-même recouvré, autant que possible, son identité d’homme.

A lire également sur reinformation.tv :

*****

 

LA REALITE

De plus en plus les transgenres renient leur nouveau sexe

La vidéo Youtube I want my sex back : « je veux revenir à mon sexe » a été vue plus de neuf millions de fois. Elle parle de transgenres qui ont regretté leur changement chirurgical du sexe. Le professeur serbe Miroslav Djordjevic s’est spécialisé dans la réassignation sexuelle, mais aussi dans les réparations de ceux ou celles qui veulent revenir à leur sexe génétique donc celui qu’ils avaient à la naissance. Ce médecin est persuadé que ceux qui réussissent à changer de sexe ne sont pas heureux ; ce que LGBT ignore par idéologie, c’est cette souffrance vers laquelle ce lobby veut pousser adultes et enfants. Or ce chirurgien est de plus en plus réticent.

 

Les personnes Transexuelles, vivent une souffrance au quotidien du fait des ablations de parties de leur corps ou rajout. Elles veulent Retrouver leur VERITABLE IDENTITE a un moment donné.

Qui peut vivre en Paix dans un corps Mutilé ?

 

 

C’EST LE LOBBY LGBT QUI CREE LA SOUFFRANCE ET LA SOUFFRANCE AMENE SOUVENT AU SUICIDE.

 

Brieuc, 21 ans : « Non ce n’est pas Monsieur. Mais ce n’est pas Madame non plus »

Brieuc 21 ans

AINSI SOIENT-IELS. Brieuc se genre au féminin et laisse pousser sa barbe. « J’ai conscience que je peux troubler », dit-elle. Alors elle explique tout ça sur sa chaîne YouTube.

Ce témoignage est extrait de la série « Ni fille ni garçon ». Les 7 autres histoires sont à retrouver ici.

« Les normes de genres, j’aime jouer avec. C’est ma manière de les déconstruire. J’ai été assignée homme à la naissance mais je n’ai jamais été juste un garçon. Et je ne suis pas une femme pour autant, je suis entre les deux.

Je me genre au féminin et je porte du rouge à lèvres, des robes ou du vernis, mais je laisse aussi pousser ma barbe.

Lire la suite sur le nouvel ob’s

Source : nouvelobs.com

*****

Il est Primordial de faire Tomber ce lobby partout où il se trouve. Ce Lobby envoie plus les jeunes dans la Tombe qu’il ne les aide à Vivre.

*****

Je parlais au début d’ Homosexuels célèbres dans notre Histoire qui ont occupé des Hauts Rangs.
Voilà donc « Monsieur », frère de Louis XIV, Homosexuel déclaré officiellement qui aimait se travestir : Philippe D’ Orléans.
Philippe d'Orléans
Que pensaient les Parisiens de « Monsieur » homosexuel ?
Très simple.
« Monsieur » était un chef de Guerre exeptionnel et les Parisiens le savaient.
Lorsque Notre Roi Louis XIV revenait de la Guerre avec « Monsieur », les Parisiens les attendaient aux portes de Versailles et s’écriaient :
« Vive Notre Roi et Vive « Monsieur » qui a Gagné la Guerre ». Ce qui n’était pas sans « Blesser » Notre Roi mais c’était la Vérité, « Monsieur » gagnait Toutes les Guerres et tout le monde le savait et l’admirait.
Cette simple Reconstitution des Faits démontre combien les personnes Homosexuelles ou transexuelles ont été toujours Malmenées en France.
Je pourrais aussi parler, plus près de nous, de Charles Trénet. Qui n’aime pas Charles Trénet, son Talent d’écrivain et de chanteur qui a résonné jusqu’en Amérique ?
Egalement de Jean Cocteau et Jean Marais qui nous laissent une cinématographie et des Tableaux sans pareil.
Et des poêtes maudits : Baudelaire, Verlaine………
Nous n’avons décidement pas besoin de Lobby LGBT en France, nous préférons que les personnes décèdent de leur mort naturelle et non qu’elles se donnent la mort parce-qu’un lobby leur à fait savoir qu’après un changement de sexe leur vie sera meilleure.

Le Lobby LGBT n’efface pas la Souffrance, IL EST LA SOUFFRANCE.