Le «cardinal» le plus puissant d’Amérique après Vatican II était un sataniste secret !

 

d’après un article du Frère Michael Dimond

— «Le cardinal» Bernardin, ancien secrétaire général de la Conférence des «évêques catholiques» des États-Unis, était sans doute l’évêque le plus puissant d’Amérique à son époque et l’une des personnalités les plus influentes dans la mise en œuvre de Vatican II

Le geste de la main du 'cardinal' Bernardin

 

Sur cette photo, nous voyons Bernardin affichant un geste de la main extrêmement étrange et peut-être sinistre. Est-ce une sorte de symbole de son appartenance à l’occulte ou à une Société Secrète ? Lisez l’article et voyez les photos à la fin.

Début de carrière de Bernardin

 

Joseph Bernardin est né le 2 avril 1928 à Columbia, en Caroline du Sud. Joseph Bernardin a fréquenté des écoles publiques et s’est finalement inscrit à l’Université de Caroline du Sud grâce à une bourse d’études préalable à la médecine. Cependant, l’année suivante, il changea d’avis et entra dans un séminaire. [1] Sa mère et ses amis ont été pris au dépourvu parce que Joe n’était pas un jeune homme particulièrement religieux. [2] Joe a été ordonné (validement) prêtre en 1952. En 1966, il est devenu le plus jeune évêque (valide) du pays. [3] En 1968, il devient apostat et entame un mandat de quatre ans en tant que secrétaire général de la Conférence américaine des «évêques catholiques».

Le travail de Bernardin au «NCCB»

 

Le 21 novembre 1972, Bernardin est nommé «archevêque» de Cincinnati (Ohio) par Paul VI. Près de 100 «évêques» ont assisté à la cérémonie d’installation. Pendant la majeure partie des dix années passées, Bernardin a été «archevêque» de Cincinnati à Washington, en tant que président de la «NCCB» (Conférence Nationale des «Évêques Catholiques»). [4] En 1975 et 1976, Bernardin a lancé deux tentatives infructueuses pour introduire la «communion» dans la main. Bernardin a également plaidé pour l’acceptation des «filles de l’autel». Bernardin est devenu «archevêque» de l’église Conciliaire de Vatican II de Chicago en 1982, qui était le plus grand diocèse du pays à cette époque. Quand il a été interrogé sur ses objectifs à Chicago, il a déclaré :

« Je ne viens pas ici avec un plan. Je n’ai pas beaucoup de trucs. » [5]

Lors de son service d’installation en tant qu’ “archevêque”, il a déclaré :

« Nous allons travailler ensemble et jouer ensemble, jeûner et prier ensemble, désespérer et espérer ensemble… car je suis Joseph, votre frère. » [6]

 

Le 14 novembre 1987, le « NCCB » a publié un document intitulé Les multiples facettes du sida . Bernardin, qui était l’un des quatre «évêques» qui ont conçu le document, s’est dit particulièrement satisfait de ce document. Le document approuve le matériel pédagogique qui promeut l’utilisation du préservatif en tant que prophylactique pour la prévention de l’infection par le VIH. [7] Il a également approuvé d’autres choses horribles. Ce document sur la prévention du SIDA « plaidait pour que l’ « Église catholique » (la secte conciliaire !!) permette d’enseigner l’utilisation du préservatif comme moyen de prévention de la transmission future de la maladie » [8]. Le père Charles Fiore, qui connaissait très bien les activités de Bernardin, le décrit comme « un homme diabolique et un homosexuel enflammé. » Bernardin était considéré comme le premier pape américain.

Nominations de Bernardin

 

Bernardin était responsable de la nomination d’«évêques» pro-homosexuels, tels que Tom Gumbleton, auxiliaire de Détroit, Ken Untener de Saginaw, MI (un homme qui montrait des films pornographiques à ses séminaristes), Joseph Imesch de Joliet, IL, et de l’«évêques» homosexuel Daniel Ryan de l’Illinois (qui a également dû subir un traitement pour alcoolisme). Bernardin a également influencé la nomination de Rembert Weakland en tant qu’«archevêque» de Milwaukee, WI. Weakland était un homosexuel qui a versé 450 000 $ à son ancien petit ami, Paul Marcoux, pour que son style de vie homosexuel reste secret. [9]

La participation de Bernardin aux rituels sataniques

 

Une femme qui utilise le pseudonyme d’Agnès pour sa propre protection affirme avoir été violée par le «cardinal» Bernardin. Elle en a témoigné dans une déposition sous serment, dans des comptes rendus à des enquêteurs, dans des affidavits présentés à l’appui des autres accusations contre Bernardin, dans des appels téléphoniques et des lettres à des responsables de «l’Église» (La secte Conciliaire !!) et dans des affidavits (déclaration sur l’honneur) sous serment avec des responsables du Vatican.

Agnès affirme que, alors qu’elle avait onze ans (il y a plusieurs décennies), Joseph Bernardin l’avait violée dans le cadre d’un rituel satanique auquel participait également l’évêque John J. Russell, de Charleston, en Caroline du Sud. Agnès a été amenée au rituel par un père abusif, membre d’un culte satanique. Agnès a déclaré que son père l’avait offerte au culte dans le cadre d’un sacrifice satanique. [10] Au cours de cette cérémonie, une eucharistie « catholique » a été souillée et le chien de compagnie d’Agnès, Flinnie, a été torturé. [11] À l’automne 1992, Agnès a passé un test polygraphique (détecteur de mensonge) concernant la véracité de ces événements. Elle a maintenant passé plusieurs tests polygraphiques. [12] Il y a plusieurs années, j’ai pu parler au p. Charles Fiore (un des meilleurs amis de Malachi Martin) peu de temps avant sa mort. Fr. Fiore m’a raconté qu’en interviewant et en apprenant à connaître Agnès, elle affirmait toute l’histoire de ce qui lui était arrivée alors qu’elle avait onze ans. Fr. Fiore la considérait également comme crédible. Au début des années 1990, elle a également raconté son histoire à Malachi Martin. Martin lui a été recommandé en tant que personne capable de transmettre ses informations au Vatican. Malachi Martin a incorporé son histoire dans son livre Windswept House.

Bien que le viol d’Agnès par Bernardin ait eu lieu en 1957, Martin l’incorpora à la description de l’intronisation satanique du Vatican faite par son livre le 29 juin 1963. Malachi Martin déclara que les satanistes (parmi lesquels figuraient de nombreux sataniques de l’Église catholique) « ont prié » et ont sacrifié de façon satanique pour transformer l’Église catholique en « l’Église Universelle de l’Homme ». [13] Au cours de cette cérémonie satanique, le « grand prêtre » a dit aux participants :

“Que chacun de vous et tous jurent maintenant solennellement que votre office sera tournée pour réaliser les buts de l’Église Universelle d’Homme ?”

Ils ont répondu :

“Nous le jurons vraiment et solennellement.” [14]

 

Activités homosexuelles de Bernardin

 

Joseph Bernardin a été accusé d’avoir commis au moins deux cas d’agression sexuelle homosexuelle sur de jeunes hommes. Le premier était un ancien séminariste qui a reçu un paiement en espèces pour rester tranquille. Le second était un ancien séminariste nommé Steven Cook, qui avait intenté une poursuite de dix millions de dollars en novembre 1993 contre «l’archidiocèse» de Cincinnati. Cook et qui a par la suite abandonné son procès après avoir apparemment reçu le paiement de «l’archidiocèse» de Cincinnati. Cook accusait le p. Ellis Harsham et le «cardinal» Bernardin (alors à Cincinnati) d’actes sexuels contre lui alors qu’il séjournait au St. Gregory Seminary de Cincinnati, dans l’Ohio. Cook a déclaré qu’on lui avait répété à plusieurs reprises que les actes homosexuels commis avec des «prêtres» étaient acceptables. Cook affirme que le p. Harsham lui a dit que les actes homosexuels étaient le signe d’une amitié particulière. Cook a affirmé que Harsham lui avait donné de l’alcool et de la marijuana et l’avait exposé à la pornographie. Harsham l’a alors maltraité et l’emmenait chez Bernardin pour le sexe. [15] Bernardin était «l’archevêque» de Cincinnati à l’époque. Parlant de Bernardin, Cook a déclaré à CNN : « Nous avons bu du Pepsis. On m’a offert de très beaux cadeaux, puis on m’a emmené dans sa chambre à coucher et il m’a fait une sodomie » [16]. Le procès de Cook a également accusé l’«archidiocèse» de Cincinnati d’avoir mal expliqué aux parents de Cook la raison de ses nombreuses visites à le séminaire et les quartiers privés de Bernardin. [17]

Bien que les médias prétendent que Cook a retiré son accusation contre Bernardin, ce dernier n’a jamais retiré son accusation contre Bernardin. Cook a apparemment reçu un gain énorme de la part de «l’archidiocèse» de Cincinnati dans la fourchette des sept chiffres dans le cadre du règlement à l’amiable. [18]

Pendant l’instruction du procès de Cook contre «l’archidiocèse» de Cincinnati, l’avocat Stephen Rubino a reçu une lettre du père Daniel Conlon, chancelier de «l’archidiocèse» de Cincinnati, déclarant que Harsham avait déjà fait l’objet de mesures disciplinaires pour un acte sexuel ; cela impliquait un séminariste. [19]

Harsham a été mis en congé administratif et, une fois le procès terminé, il a quitté la prêtrise de lui-même. [20] Stephen Cook est décédé du sida en septembre 1995. La succession de Cook, auparavant sans le sou, estimé à 3 millions de dollars environ, a été partagé entre sa mère, sa sœur et son « petit ami ». [21]

 

Bernardin aurait également participé à des activités homosexuelles et occultes au séminaire Immaculate Heart of Mary de Winona, dans le Minnesota. Cette information a été découverte lors d’une enquête officielle menée par un groupe de laïcs de l’Illinois. Parmi les «évêques» impliqués dans les abus des séminaristes se trouvaient les «évêques» Joseph Bernardin, John Roach et Robert Brom. Au moins deux des séminaristes qui ont été maltraités ont intenté une action en justice et un autre a déclaré que les violences homosexuelles étaient liées à des rituels sataniques et occultes. [22]

Activités œcuméniques et interreligieuses de Bernardin avec des protestants

 

L’engagement du «cardinal» Bernardin dans l’œcuménisme a conduit à la formation du Conseil des dirigeants religieux du métropolitain de Chicago en 1985. Il a été élu premier président. À la suite de ce conseil, les « catholiques » (les conciliaires !!!) de Chicago ont maintenant des alliances officielles avec le «diocèse épiscopal» et le synode métropolitain de « l’église Évangélique Luthérienne » en Amérique. Lors de son séjour à Chicago, Bernardin était ami avec un «ministre» luthérien qui le divertissait régulièrement chez lui. [23]

Activités œcuméniques et interreligieuses de Bernardin avec les juifs et d’autres religions

 

« L’initiative de Bernardin a conduit à des partenariats entre l’archidiocèse catholique et la Fédération juive du métropolite de Chicago, le conseil d’administration des rabbins de Chicago, le Spertus Institute of Jewish Studies et le Comité juif américain. À la suite de cette relation interconfessionnelle, un dialogue entre érudits catholiques et juifs, un centre d’étude du judaïsme d’Europe de l’Est et des programmes éducatifs destinés à enseigner le judaïsme aux écoliers catholiques ont tous vu le jour au cours du mandat de Bernardin… « L’étreinte fraternelle du cardinal Bernardin a conduit à une nouvelle ère dans les relations judéo-catholiques. Nous ne devons jamais oublier que cet hommage aurait été impossible il y a seulement 14 ans. Nous avons comblé le fossé et commencé un nouveau voyage », a déclaré le rabbin Peter Knobel, ancien président du conseil des rabbins de Chicago.» [24] Bernardin a également entretenu une amitié de longue date avec le rabbin Herman Schaalman. [25] Bernardin a également participé activement au Parlement mondial des religions à l’automne 1993 [26].

Le 23 mars 1995, Bernardin a donné à l’Université hébraïque de Jérusalem une conférence intitulée Antisémitisme : l’héritage historique et le défi permanent que doivent relever les chrétiens. Dans sa conférence, Bernardin a parlé de « ce que beaucoup considèrent comme des textes problématiques » et a déclaré que « Jean » est « le livre le plus problématique du Nouveau Testament dans sa perspective envers les juifs et le judaïsme ». Et que le sémitisme est « la forme la plus tragique que l’idéologie raciste ait adoptée dans notre siècle ». S’exprimant au sujet des écrits des premiers pères de l’Église, Bernardin a déclaré : « La traduction et la réinterprétation doivent certainement figurer parmi les objectifs que nous poursuivons dans les efforts d’éradication. l’antisémitisme. » Bernardin a également déclaré que la déclaration dans l’Évangile sur « les enfants du diable » est « une affirmation qui est placée sur les lèvres de Jésus. » [27] Cela implique qu’il ne croyait pas les récits évangéliques traditionnels comme vrai.

L’appui de Bernardin à l’appel à l’action

 

Call to Action est une organisation «catholique» (conciliaire !!) d’extrême gauche qui s’attaque à divers enseignements « catholiques ». Lors de son séjour à Cincinnati, Bernardin a obtenu le soutien du «clergé» libéral en aidant à organiser la conférence de 1976 intitulée Call to Action (CTA). [28] Les délégués du CTA ont attaqué les enseignements catholiques concernant le contrôle des naissances, le célibat et les «femmes prêtres». Bernardin a également autorisé le CTA à opérer sur la propriété de «l’Église catholique». Il s’est même élevé contre «l’évêque» Bruskewitz de Lincoln, dans le Nebraska, pour avoir «excommunié» des membres de la CTA dans son propre diocèse. Bernardin a sympathisé avec ou activement promu le côté libéral / dissident sur pratiquement toutes les questions concernant l’ »Église ».

Les derniers jours de Bernardin avant la mort

 

Bill Clinton (!!!) a remis à Bernardin la Médaille présidentielle de la liberté, la plus haute distinction civile décernée aux personnes qui ont apporté une contribution significative à leurs communautés et à leur pays. Le magazine TIME a interviewé Bernardin en 1994. D’après TIME , Bernardin avait reçu des appels de Hillary Clinton et de Jean-Paul II au cours de l’entretien. [29] Fait intéressant, le magazine TIME a décrit le téléphone du quatrième étage du «Cardinal» de Bernardin comme « son téléphone rouge, la seule touche de couleur dans la pièce extrêmement fade ». [30] La veille du décès de Bernardin, il avait décidé de tenir une conversation par téléphone avec Bill Clinton. [31] Bernardin est décédé le 14 novembre 1996. [32] La «messe» funèbre pour Bernardin a été célébrée par l’apostat «Cardinal» Roger Mahony de Los Angeles. [33] Le choeur d’hommes « gais » de Chicago Windy City a fourni la musique pour les funérailles de Bernardin. Selon le journal homosexuel Washington Blade de novembre 1997, le «cardinal» lui-même s’était arrangé pour que le «Windy City Gay Chorus» chante sur son passage. Le choeur « Gay » avait une pancarte à l’extérieur de la «cathédrale», affichant bien son nom. Les francs-maçons en grande tenue ont été montrés dans les journaux alors qu’ils jouaient le rôle de « garde d’honneur » et se tenaient près du corps de Bernardin. Bernardin a également reçu à titre posthume le prix « Ordre Maçonnique de Galilée » de l’ordre des maçons. Ce prix a également été remis au dalaï-lama et à Bill Clinton. Les maçons ont déclaré que le prix avait été attribué à Bernardin parce qu’il était « un homme qui a levé les barrières et construit des ponts de compréhension et de tolérance ». Howard Graff, le chef maçonnique de l’Illinois, avait demandé à la Grand Orient Lodge l’autorisation de décerner le prix à Bernardin quelques mois avant sa mort. Avant de mourir, Bernardin avait déjà décidé d’accepter le prix comme un signe de son « engagement au dialogue ». [34] Le « cardinal » Joseph Bernardin a été reconnu par beaucoup comme l’ »évêque » le plus influent d’Amérique à son époque. Il était également l’une des figures les plus importantes dans la mise en œuvre de la religion de Vatican II. Cela devrait nous en dire beaucoup sur l’esprit de Vatican II et de ses principaux partisans.

PHOTOS

Joseph Bernardin, PÉDOSATANISTE et Apostat

Joseph Bernardin, PÉDOSATANISTE et Apostat

HOLY NAME CATHEDRAL DE CHICAGO

RÉNOVÉ EN 1969 EN TEMPLE DIABOLIQUE
Le “GRAND TRAVAIL MAÇONNIQUE” DE L’“ARCHEVÊQUE” DE FRANC-MAÇON CODY

La cathédrale Holy Name aux prises du feu deux fois ces dernières années...

La cathédrale Holy Name est la principale église de l’archidiocèse de Chicago, la plus puissante juridiction des États-Unis. Elle a mystérieusement pris feu deux fois ces dernières années. Qui sait ce qui se passe là-bas ? Peut-être le culte du feu de Vatican II ?

 

La cathédrale Holy Name de Chicago a été « rénovée » il y a de nombreuses années. Les changements et les ajouts qui ont été faits étaient sataniques. Bernardin s’est probablement senti tout à fait à l’aise ici dans «l’église» principale de «l’archidiocèse» de Chicago.

 

Les fenêtres, qui avaient des images de saints, ont été remplacées par des fenêtres ne contenant que des pierres multicolores. Ces pierres ne représentent que le vide.

Des fenêtres ne contenant que des pierres multicolores...

Ils appellent ce « crucifix » le « crucifix de la résurrection ». Mais l’impression créée par ce crucifix est que Jésus est coincé dans une boîte et qu’il n’est donc pas ressuscité des morts.

Le crucifix de la cathedral de Chicago

 

À gauche : le tabernacle est représenté sous la forme d’un œuf sur une toile. Nous voyons aussi un saint ou Notre Seigneur représenté comme étant coincé (particulièrement les mains) sur cette même toile. En haut à droite : les morceaux de la bande sont collés à la robe et au dos de Notre-Dame. Notre-Dame est représentée prisonnière ou emprisonnée dans une toile satanique.

Architecture occulte et satanique

Il y a aussi des toiles d’araignées couvrant l’entrée arrière de la «cathédrale», comme on le voit ici.

Dans la cathédrale de Chicago des toiles d'araignées en design de l'entrée arrière

Il y a aussi d’énormes morceaux de marbre coupé placés autour du sommet de la «cathédrale» (voir les flèches).

Dand la cathédrale de Chicago l'art satanique des marbres

Un petit exemple des nombreux visages démoniaques qui ont été conçus dans les dalles de marbre.

Des visages satanique et démoniaques dans la cathédrale de Chicago

 

 

 


Notes :

[1] Odd Man Out: A Modern Morality Play [Greeley, Bernardin, & Kennedy] usao.edu, p. 3.

[2] Randy Engel, The Rite of Sodomy, Export, PA.  p. 890.

[3] TIME, September 6, 1982, p. 54.

[4] Randy Engel, The Rite of Sodomy, p. 897.

[5] TIME, September 6, 1982, p. 54.

[6] America, September 4-11, 1982, p. 102.

[7] Randy Engel, The Rite of Sodomy, pp. 897-898.

[8] https://web.archive.org/web/20080925071411/www.answers.com/topic/joseph-cardinal-bernardin

[9] www.jsonline.com/news/metro/may02/45573 Voir aussi : www.jsonline.com/story/index.aspx?id=51067 Et aussi : www.jsonline.com/news/metro/jun02/51067

[10] Randy Engel, The Rite of Sodomy, p. 908.

[11] Malachi Martin, Windswept House, Broadway Books, NY, NY, p. 16.

[12] Randy Engel, The Rite of Sodomy, p. 908.

[13] Malachi Martin, Windswept House, p. 16.

[14] Malachi Martin, Windswept House, p. 20.

[15] Michael Briggs and Lynn Sweet, Chicago Sun Times, “Bernardin Backed by fellow Bishops,” 11/16/93.  This can also be found in US News & World Report, November 29, 1993, p. 64.

[16] US News & World Report, November 29, 1993, p. 64.

[17] Daniel Lehmann, Chicago Sun-Times, “Bernardin Abuse Case Still Solid, Lawyer Insists,” Nov.  20, 1993, p. 5.

[18] Randy Engel, The Rite of Sodomy, p. 910.

[19] Lehmann and Briggs, Chicago Sun Times, “Letter Puts 77 Transfer of Harsham Under Cloud,” Nov.  15, 1993, p. 16.

[20] Randy Engel, The Rite of Sodomy, p. 910.

[21] Randy Engel, The Rite of Sodomy, p. 911.

[22] Randy Engel, The Rite of Sodomy, p. 905.

[23] Newsweek, November 25, 1996, p. 63.

[24] Abigail Pickus, Chicago JUF News, “Cardinal who reached out to Jews eulogized,” http://www.jewishsf.com, pp. 1 & 2.

[25] Newsweek, November 25, 1996, p. 63.

[26] Odd Man Out: A Modern Morality Play [Greeley, Bernardin, & Kennedy] usao.edu, p. 4.

[27] Paul Varnell, Catholic Anti-Semitism and Us, originally appeared in the 6/15/05 Windy City Times.

[28] TIME, September 6, 1982, p. 54.

[29] TIME, March 14, 1994, p. 37.

[30] TIME, March 14, 1994, p. 37.

[31] Newsweek, November 25, 1996, p. 62.

[32] https://en.wikipedia.org/wiki/Joseph_Bernardin

[33] https://en.wikipedia.org/wiki/Joseph_Bernardin

[34] Stephen Vance, The Remnant, Forest Lake, MN, 5/31/07.

 

Source : http://blog.catholicapedia.net/2018/11/30/retour-en-arriere-sur-un-apostat-damerique/?fbclid=IwAR3wHATB_v2KDWVEErHK02fzt3bWh-QO-znj8l8ma_XLFeX6dwKpSWzNGiY

 

Un commentaire

  • Merci beaucoup, j’avais vu un film (non retrouvé désolé) sur le même thème.
    Mais il ne mettait en cause que 2 « responsables des orphelinats » et exit les rituels sataniques !
    Ton article est archi-complet et très bien structuré, un grand merci !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s