Archives de Catégorie: Vatican2

L’Eglise conciliaire sermone les Catholiques

Voilà ce que vient de publier l’Archevêque Conciliaire de Rennes, Mgr Pierre d’Ornellas.

Communiqué.png

« ….j’invite les Catholiques à OEUVRER SINCEREMENT ET PATIEMMENT POUR QUE L’ANTISEMITISME S’ESTOMPE COMPLETEMENT DANS NOTRE PAYS. »

Première question a ce communiqué peu glorieux  : Qu’ont fait les Catholiques pour que se propage l’Antisémitisme ?

Deuxième question : Au cas où l’antisémitisme ne s’estomperait pas, les Catholiques en seront-ils tenus pour Responsables ?

Et bien sur, le sempiternel, Jésus est juif alors que Jésus est Galiléen………..et le souvenir de l’Affaire Dreyfus qui a fait pleurer dans les chaumières alors que Dreyfus est Bel et Bien COUPABLE comme en témoigne Adrien Abauzit qui a été aux Archives consulter le Dossier. Il en a fait un livre dans lequel tous les documents qui prouvent la culpabilité de Dreyfus sont inscrits.

Son livre est « L’ Affaire Dreyfus, entre Farces et Grosses Ficelles » Edition Altitude.

En six phrases, Mgr d’Ornellas n’a pas jugé utile de « glisser juste un petit mot » sur les profanations récentes dans les Eglises. Rien.

Aucun communiqué de ces Augustes personnes en Réaction aux TABERNACLES PROFANES. Rien.

Ces Nobles  Monseigneurs, adorateurs de la Pensée Unique et Non de Jésus-Christ Mort sur la Croix pour Délivrer les pêchés du Monde, préférent imposer la doxa aux Catholiques sincères, peu importe qu’elle soit vraie, fausse ou surestimée.

Et ils osent parler de Fraternité alors qu’ils ne sont qu’exclusion !

Les internautes Catholiques eux, sont scandalisés, pas les Monseigneurs Conciliaires :

Profanations2.png

Profanations1.png

Profanations

Profanation Sanctuaire

 

Monseigneur Jean-Paul Jaeger cosignera le communiqué : Rien sur les Profanations  des Eglises, aucun réconfort pour les Catholiques anéantis par ces saccages :

Alexandre Simmonot.png

A aucun moment ces prélats « bien-pensants » n’ont publié un communiqué sur les profanations, Souillures et Dégradations des Eglises ni sur la Persécution des Chrétiens. RIEN.

Le simple fait de leur demander d’Organiser une Manifestation Nationale leur donnerait le « Tourniquet » !

 

Seul, le Très Aimé Jacques Bompart fera un communiqué :

Profanations : une persécution silencieuse

Rien qu’en 2017, l’Eglise catholique et les Eglises chrétiennes enregistrent bien malheureusement le record d’atteintes aux lieux de culte, comme le rappelait le 11 février dernier le journal Le Figaro. Sur 978 actes recensés, 878, soit 90%, se sont exercés à l’encontre de la Chrétienté. Cela représente en moyenne deux dégradations par jour.

Pire, ce même journal rappelle qu’entre le 28 janvier et le 10 février,  neuf églises ont été victimes de dégradations : quatre ont subi une profanation et cinq des actes de vandalisme. L’église Saint Nicolas à Houilles dans les Yvelines a été vandalisée trois fois en l’espace de dix jours.

Si la bien-pensance s’écrie haut et fort dès que des actes réputés islamophobes sont commis, aucune levée de boucliers ne semble à l’ordre du jour devant la destruction de ce qui représente nos racines charnelles.

Et que penser de la décision du carmel d’Alençon de quitter le centre-ville car « le quartier est devenu trop bruyant » ? Non pas à cause du vacarme assourdissant de la ville, mais bien à cause des appels réitérés à la prière de la mosquée voisine, séparé du carmel par un mur mitoyen.

Le catholicisme est ainsi chassé ouvertement de nos bourgs et villes par la propagation d’une civilisation qui n’est pas nôtre et qui est la conséquence d’une immigration de peuplement.

Quant aux dégradations à répétition dans nos églises françaises, il est envisagé de réduire les heures d’ouverture aux fidèles. Là encore c’est dire si la solution de facilité, voire de radicalité s’impose afin de mieux diminuer l’influence de la chrétienté en France.

Cela est tout simplement inadmissible et intolérable. Il est grand temps que le ministère de l’Intérieur, qui plus ministère des Cultes, vienne en aide à l’Evêché et à notre Eglise.

***************************************************

Merci à Charlotte d’Ornellas qui révèle à CNEWS ce que les prélats conciliaires sont incapables de publier dans un tout petit communiqué.

 

Le jour s’approche où même les Fidèles Chrétiens Modernistes, qui ont accepté toutes les Hérésies, seront, eux-aussi Chassés comme nous l’avons été.

Rappel : Liste de prélats francs-maçons nommés par Paul VI dans les années 1960

L’état de l’Église actuelle ressemble à celui des pays occupés par les communistes qui remplacent leur véritable hiérarchie par des hommes soumis à leurs ordres et qui persécutent les fidèles qui leur résistent. C’est le même sort qui attend les prêtres et les fidèles catholiques qui résistent aujourd’hui à la contre-hiérarchie nommée et maintenue par Paul VI.

Ce qui rappelle les paroles de Notre-Seigneur : «Ils vous excluront et même l’heure viendra où quiconque vous mettra à mort s’imaginera rendre un culte à Dieu». Car les maîtres actuels de l’Église ne lui appartiennent pas ; c’est pourquoi, tout et partout, est préparé pour éloigner et exclure les prêtres et les fidèles qui lui appartiennent, ces maîtres leur imposant la clandestinité héroïque des premiers chrétiens !

Mais à qui appartiennent-ils ces maîtres ? Car ce que nous voyons dans l’Église sur le devant de la scène n’est qu’un jeu de marionnettes dont les fils sont tenus dans les mains des personnages cachés : un grand nombre d’évêques ne font qu’exécuter les ordres venus du fond de Loges ; ces Loges qui ont condamné à mort l’Église au nom de l’œcuménisme maçonnique pour lequel Paul VI et sa hiérarchie se démènent depuis qu’ils sont au pouvoir.

Est-ce possible ? Eh oui, on ne peut plus douter depuis que les marionnettes qui remplacent la véritable hiérarchie de l’Église sont démasquées : ce sont des francs-maçons choisis par Paul VI après avoir éloigné la hiérarchie qui entourait Pie XII au Vatican. Ces francs-maçons furent dépistés récemment par une revue italienne bien documentée SI, SI – NO, NO de juin 1976, siégeant via Angnina 289 à Grottaferrata-Roma ; puis cette liste de francs-maçons qui mènent l’Église a été reproduite par l’excellente revue française Introïbo de juillet 1976 et dans le Bulletin de l’Occident Chrétien de Pierre Fautrad. Il n’y a eu aucune contestation de cette liste. Et pour cause…

Rappelons-là parce que tous les fidèles n’ont pas lu ces trois revues :

– Sebastiano Baggio, préfet de la Congrégation des évêques, franc-maçon depuis le 14 août 1957 ;

– Agostino Casaroli, secrétaire pour les Affaires étrangères, le diplomate préféré de Paul VI, franc-maçon depuis le 28 septembre 1957 ;

– Florenzo Angelini, évêque de Messene, franc-maçon depuis le 1 octobre 1957 ;

– Pasqualo Macchi, secrétaire particulier de Paul VI, franc-maçon depuis le 23 avril 1958 ;

– Virgilio Levi, vice-directeur de l’Osservatore Romano, franc-maçon depuis le 4 juillet 1958 ;

– Alessandro Gotardi, archevêque de Trente, franc-maçon depuis le 13 juin 1959 ;

– Franco Biffi, chapelain de Paul VI et secrétaire général de l’Université pontificale de Latran, franc-maçon depuis le 15 août 1959 ;

– Nicholo Pelegrini, cardinal-archevêque de Turin, franc-maçon depuis le 2 mai 1960 ;

– Francesco Marchisano, sous-secrétaire de la Congrégation pour l’éducation catholique, franc-maçon depuis le 4 février 1961 ;

– Virgilio Noè, maître des cérémonies pontificales, sous-secrétaire de la Congrégation pour le culte divin, franc-maçon depuis le 3 avril 1961 ;

– Annibal Bugnini, franc-maçon depuis le 23 avril 1963, éloigné parce que trop voyant, mais avancé en grade comme Pro-Nonce apostolique en Iran ;

– Jean Villot, cardinal, secrétaire d’État, franc-maçon depuis le 6 août 1966 ;

– Léon-Joseph Suenens, cardinal-archevêque de Malines et grand protecteur de l’hérésie pentecôtiste, franc-maçon depuis le 15 juin 1966 ;

– Ugo Poletti, cardinal-vicaire de Rome, franc-maçon depuis le 17 février 1969 ;

– Mario Brini, évêque d’Algeza et secrétaire de la Congrégation pour les Églises orientales, franc-maçon depuis le 13 juillet 1969

– Mario Rizi, prélat de la Congrégation pour les Églises orientales, franc-maçon depuis le 13 mars 1969 ;

– Pio-Vinto Pinto, officier du Tribunal suprême de la Signature apostolique, franc-maçon depuis le 2 avril 1970.

Le Vatican est donc devenu une Loge maçonnique, la plus importante et la plus dangereuse, parce que la plus hypocrite et la mieux camouflée. Et l’on sait aussi que le métropolite Athénagoras Ier que Paul VI est allé serrer dans ses bras à Jérusalem avait le haut grade « 33e » du rite écossais.

Et l’on connaît aussi les relations de Paul VI avec les membres de la Loge B’naï-Brith où seuls les juifs peuvent entrer, ces pires ennemis de l’Église que Paul VI a reçu plusieurs fois au Vatican, alors qu’il a toujours refusé de recevoir Mgr Marcel Lefebvre ainsi que les traditionalistes venus en pèlerinage à Rome. Tous ces faits ne sont-ils pas éloquents ?

Mais on est moins bien renseigné sur les autres pays catholiques où les évêques-maçons doivent être presque aussi nombreux ; et quant à la France, on connaît par les journaux la réception dans la Grande Loge de Mgr Péséril, évêque co-adjuteur de l’Archevêché de Paris, ainsi que la réception du R.P. Riquet dans la Loge de Laval.

Paul Scortesco – L’Eglise condamnée (1976)

Source

Vidéo de Laurent Glauzy : les réseaux maçonnico-sataniques dans le Vatican

La librairie de Laurent Glauzy propose un livre choc écrit par un certain Henri Barbier très au courant des infiltrations de la maçonnerie ecclésiastique au sein du Vatican et de la Tradition catholique.

Cet ouvrage très documenté, LE RESEAU RAMPOLLA (760 pages, 32€) est donc à lire, à faire lire, et à étudier.

Pour se le procurer :

Par chèque : Laurent Glauzy – BP 25 – 91151 Etampes Cedex (à l’ordre de Laurent Glauzy)

Par Paypal : laurent-blancy@neuf.fr

Le « Saint-Père » n’aime que le Mur de son Maître Soros.

Au cours du vol qui l’emmenait assister aux Journées Mondiales de la Jeunesse au Panama qui se tiennent actuellement, ce grand brassage horizontal mondialiste et cosmopolite sous dénomination chrétienne, le pape François en a profité pour tirer à boulets rouges sur la politique anti-immigration du président Donald Trump.

Le choix de ce petit pays d’Amérique centrale, dans le contexte d’un continent touché par des crises et révolutions successives, économiques, sociales, financières, par la mondialisation libre échangiste qui ne profite qu’à un establishment de financiers apatrides, et où les populations sont poussées à émigrer vers le grand voisin américain, le faux Eldorado états-unien, a du inspirer la charge d’El papa latino.

« Saint-Père, j’ai été à Tjuana, au confins entre le Mexique et les États-Unis. Là-bas, le mur qu’ils sont en train de construire entre dans la mer parce qu’ils ne peuvent même pas passer à la nage » a raconté à Jorge Bergoglio l’envoyé d’une télévision italienne, la Tg1, lors des salutations du pape aux journalistes. « La peur rend fou » a répondu le pontife argentin avant d’ajouter : « Ce sont les murs de la peur » invitant chacun à lire l’éditorial du directeur du quotidien du Vatican L’Osservatore Romano, Andrea Monda.

Dans le viseur du pape François se trouve le mur que Donald Trump construit à la frontière mexicaine pour arrêter les flux de clandestins. Et tout comme la plupart des journalistes, il oublie savamment de rappeler que sa construction fut adoptée sous la présidence Bush en 2006 avec le vote d’un certain Barack Obama ! Certainement, la ferme politique italienne contre les débarquements illégaux de « migrants » dans la péninsule fait pareillement partie des cibles à abattre dans la pensée bergoglienne.

En voyage au Panama, le moderniste pape François, s’est livré et à son maintenant traditionnel show migratoire et à son tout aussi traditionnel appel à la « révolution », puisqu’ il a demandé aux jeunes via un message vidéo de prendre la tête d’une “révolution” pour “changer le monde“.

Francesca de Villasmundo

*************************************************************************

Le « Saint-Père » tire donc à Boulets Rouges sur le Mur de Donald Trump en Bénissant le Mur de Clôture que son Maître George Soros a fait construire tout le long de sa propriété à Long Island, près de New-York.

Au Panama, le « Saint-Père » attaque donc Donald Trump et en appelle à la Révolution contre les Etats-Unis d’Amérique pour « changer le monde » qui doit être Sans Murs !!!

Et le « Saint-Père » fait Silence sur sa Garde Rapprochée qui l’accompagne Partout, sur les Murs du Vatican qui le protègent, sans Oublier la Garde Suisse qui le protège Nuit et Jour.

Des innocents iront donc se faire Tuer via la révolution voulue par le « Saint-Père » au nom des Murs de Protection de l’Amérique de Donald Trump et au Nom de l’Italie de Salvini qui ne veut plus de Migrants.

Mais pas une parole contre Ceux qui Fabriquent la Pauvreté dans le Monde et qui font que les Peuples des Pays Pauvres (et désormais des Pays Riches) crient « Au Secours ».

Source : Medias-Presse.Info

« AUGUSTE REINE DES CIEUX », la plus forte prière contre le démon et modifiée par les modernistes, par Laurent Glauzy

Le Père Louis-Edouard Cestac (1801-1868) est un prêtre basque à qui la sainte Vierge a transmis à l’Anglet la prière « Auguste Reine des Cieux » et qui fut béatifié le 31 mars 2015.

Quand le prêtre voulut imprimer la prière, rien ne sortit. L’encre ne prenait pas sur les feuilles de papier. Il dut bénir les presses pour que la prière s’imprime. Mais, le démon devait encore intervenir. Car, les presses cassèrent plus de dix fois.

C’est dire la colère du démon qui ne voulait pas que cette prière soit répandue.

Le diable agit alors une dernière fois, en passant par le Réseau Rampolla qui en édulcora certains passages pour la rendre moins puissante. Aujourd’hui, c’est cette prière édulcorée qui est restée et que l’on récite dans la fausse église de « Vatican 2 ».

Ci-dessous, la vraie prière de l’ « Auguste Reine des Cieux » telle qu’elle fut transmise par la sainte Vierge au Père Cestac.

A LIRE A VOIX HAUTE CHAQUE MATIN

Auguste Reine des Cieux,

Souveraine Maîtresse des Anges,

Vous qui dès le commencement

Avez reçu de Dieu le pouvoir et la mission

D’écraser la tête de Satan,

Nous vous le demandons humblement,

Envoyez vos légions saintes,

Pour que sous vos ordres et par votre puissance,

Elles poursuivent les démons,

Les combattent partout, répriment leur audace

Et les refoulent dans l’abîme.

Qui est comme Dieu ?

Ô bonne et tendre Mère,

Vous serez toujours notre amour et notre espérance.

Ô divine Mère, envoyez vos Anges pour me défendre

Et repousser loin de moi le cruel ennemi.

Saints Anges et Archanges, défendez-nous, gardez-nous.

Requiem pour une Académie pro-vie défunte : François m’a tué

L’Académie pontificale Pro Vita a été fondée en 1994 sous Jean-Paul II, à la demande du Professeur Lejeune qui en sera le premier président. Quelques mois plus tard, le professeur rendait sa belle âme à Dieu, ayant réalisé le plus grand projet de sa vie. Cette institution comptait 150 académiciens. En 2016, le pape François met tout le monde dehors : le nom change et devient Académie Jean-Paul II pour la vie. Le nombre d’académiciens est réduit à 50, quasiment tous à la dévotion de François. Celui-ci met à sa tête Mgr Paglia, célèbre pour sa fresque homosexualiste de la cathédrale de Cherni, réalisée par un de ses amis gay. On le voit représenté au milieu d’un groupe d’homosexuels. Cette fresque a fait tellement scandale qu’il est désormais difficile de la retrouver sur Internet.

En décembre dernier est injectée dans le nouveau circuit une femme médecin et professeur d’éthique à l’Université de Strasbourg, Marie-Jo Thiel. Elle n’y va pas par quatre chemins. Le 18 décembre, elle déclare que les enseignements de l’Église sur la sexualité et la famille devraient être complètement réexaminés. Elle salue l’exhortation du pape François Amoris Laetitia ayant donné plus de liberté aux catholiques. C’est le moins que l’on puisse dire car une note de ce texte explique que chacun est libre d’apprécier ses fautes en fonction de sa conscience.

Les enseignements de l’Église sur la sexualité ont été un «échec complet», continue Marie-Jo Thiel. Ainsi en est-il des actes homosexuels considérés dans la Bible comme intrinsèquement désordonnés et ne pouvant jamais être approuvés. Elle rejette de même fermement l’interdiction de la contraception demandée aux fidèles par l’Église. Le site d’information allemand, Katholisch.de écrit « elle a rejeté les déclarations du magistère, selon lesquelles les actes homosexuels sont (selon ses propres mots) pathologiques et toujours des péchés.» Katholisch.de a également signalé que Thiel a critiqué «les adversaires de François » affirmant que l’homosexualité était un péché.

Toujours selon ce site, Marie-Jo Thiel a fait des commentaires lors d’un événement à l’Académie catholique de Fribourg en Allemagne.  Elle s’exprimait en tant que présidente de la Société européenne de théologie catholique (sic). Elle affirmait qu’il fallait reconsidérer de manière approfondie les enseignements de l’Église sur la sexualité et la famille. Le pape François, a-t-elle ajouté, a donné de nouvelles impulsions à son document Amoris Laetitia et a ainsi offert plus de liberté. Ces opportunités doivent maintenant être utilisées. De plus, les initiatives régionales ont encore beaucoup à faire, a-t-elle expliqué, sans toujours prôner une solution immédiatement applicable à l’Église universelle. Il s’agit d’une «décentralisation saine», comme l’appelait le pape François.

Ainsi, Thiel rejette une « intransigeance universaliste » et propose une attitude qui favorise davantage le sens de l’autodétermination et la conscience individuelle, (toujours selon Katholisch.de). La théologienne a ajouté qu’il était temps que l’Eglise mette fin à son «règne sur le corps et l’âme». Pour elle, la moralité chrétienne doit être guidée par le principe de la miséricorde cher au pape : « Le pardon que nous avons reçu dans l’amour et dans la foi nous libère et nous conduit ainsi sur la voie du retour. »

Parlant de la crise des abus sexuels en cours dans l’Église, Thiel a affirmé que cela montrait «l’échec de la moralité sexuelle jusqu’alorsen usage » dans l’Église. Les crimes d ‘«abus sexuel de pouvoir et de conscience» ont été commis par ceux qui étaient censés vivre la moralité de l’Église de manière exemplaire. Ainsi, a-t-elle ajouté, les délinquants sexuels cléricaux détruisent « tout l’édifice de l’enseignement de l’éthique sexuelle et familiale de l’Église, et sapent ainsi les normes absolutistes et autoritaires, ainsi que les structures de pouvoir centralisées et obscures et leurs possibilités inhérentes d’obscurcissement. » Est-ce une approbation indirecte des dits abus ?

Accessoirement Thiel a également parlé de ce qu’elle considère comme la «naïveté coupable» de l’Église lorsque les évêques ont soutenu que l’utilisation de préservatifs avait contribué à la dégradation morale et à la propagation du Sida. Sur ce sujet cette femme-médecin est nulle car la politique du préservatif n’a pas empêché le nombre de sidéens d’augmenter parmi les homosexuels.

À noter qu’après la grande purge de l’Académie de la vie par François, l’ex- président destitué de celle-ci, le professeur de philosophie Josef Seifert, un autrichien de 72 ans, a ensuite fondéavec d’autres anciens membres fidèles l’Église, une nouvelle académie ; laquelle vise à défendre l’enseignement de la morale catholique traditionnelle ; son nom en est l’Académie Jean Paul II pour la vie humaine et la famille (JAHLF).

J.Seifert a également critiqué publiquement les vues de certains membres de l’Académie « rénovée » de François ; il se positionnait pour « une défense sans équivoque de l’éthique qui a attaqué Humanae Vitae dès le premier jour de sa publication,…ce texte ayant affirmé qu’il n’y avait aucun acte intrinsèquement mauvais. » En d’autres termes, par l’exhortation papale, chacun peut penser et faire comme il le veut en matière de morale. « Fais ce que voudras » était la devise de l’Abbaye de Thélème retrouvée dans le cadre de certaines sectes satanistes. Une telle manière de voir peut justifier sans nul doute les abus sexuels dans l’Église. Quoiqu’il en soit, l’arrivée de Thiel signe la mort de l’Académie créée par le Professeur Lejeune.

Jean-Pierre Dickès

N.B. Le renvoi en 2017 par l’archevêque de Grenade du professeur Josef Seifert, éminent philosophe catholique, du siège espagnol de l’Académie Internationale de Philosophie qu’il avait lui-même fondée dans la Principauté du Liechtenstein, est sans doute l’héritage le plus dramatique d’Amoris laetitia.

« Entrées précédentes