Archives de Catégorie: 1789

Les 50 ans de la « nouvelle messe » : un demi-siècle cataclysmique par Jérôme Bourbon.

Le 3 Avril 1969, il y a tout juste un demi-siècle, par la « Constitution apostolique » Missale romanum, Paul VI “promulguait” officiellement « le missel romain restauré par décret du IIe concile œcuménique du Vatican ». En fait de restauration, il s’agissait d’un nouveau rite qui rompait de manière radicale et impressionnante avec la messe tridentine. Comme toujours avec les modernistes, on feint de défendre la tradition de l’Eglise, sa liturgie, sa doctrine pour mieux au final les subvertir et les détruire. Ainsi l’article 1 de la “Constitution” déclare que « le Missel romain, promulgué en 1570 par Notre prédécesseur saint Pie V en application d’un décret du concile de Trente, a été reçu par tous comme l’un des fruits nombreux et admirables que ce saint concile a répandus dans toute l’Église du Christ. Durant quatre siècles, non seulement il a fourni aux prêtres du rite latin la norme de la célébration de l’Eucharistie, mais encore les missionnaires l’ont répandu dans presque tout l’univers. De nombreux saints ont nourri leur vie spirituelle de ses lectures bibliques et de ses prières, dont l’ordonnance remontait pour l’essentiel à saint Grégoire le Grand. » Il s’agit d’un éloge funèbre tout à fait hypocrite puisque les articles suivants enterrent la messe codifiée par saint Pie V et prescrivent un nouveau rite. Paul VI se montre intraitable : la « messe de Luther » doit entrer en vigueur, de manière obligatoire, le 30 novembre 1969, premier dimanche de l’Avent. Au nom d’une pseudo-restauration, d’une fallacieuse rénovation, de spécieuses nécessités pastorales voulues par Vatican II.

Loin d’être une restauration, il s’agit en réalité d’une destruction totale qui ouvre la voie à un carnage spirituel dont nous mesurons chaque jour les fruits effrayants, comme nous allons le voir. Le rite de Paul VI (qui est en réalité une synaxe et non le saint sacrifice de la messe) est en effet inséparable du “concile” Vatican II dont il est l’expression et le couronnement sur le plan liturgique. Si ce que l’on a appelé la nouvelle messe a été promulguée plus de trois ans après la fin du “concile”, elle en est d’évidence l’une de ses conséquences les plus effroyables. Le “concile” a en effet introduit une nouvelle manière de se situer par rapport à Dieu. Prétendant que l’homme a changé, les Pères conciliaires en déduisent qu’il faut aussi modifier le rapport de l’homme à Dieu en passant du théocentrisme à l’anthropocentrisme. Inversion radicale des fins : la religion n’est plus au service de Dieu mais au service de l’humanité. « L’homme est la seule créature de Dieu créée pour elle-même », « Tout sur Terre doit être ordonné à l’homme comme à son centre et à son sommet » ose clamer la “constitution” Gaudium et Spes. Et Paul VI, dans son ahurissant discours de clôture de Vatican II, ira jusqu’à dire : « La religion du Dieu qui s’est fait homme s’est rencontrée avec la religion — car c’en est une — de l’homme qui se fait Dieu. […] Nous aussi, nous plus que quiconque, nous avons le culte de l’homme ».

Si ce dernier est la fin et le sommet de tout, il faut évidemment repenser toute la théologie catholique. L’église conciliaire se définit comme un moyen, une institution (parmi beaucoup d’autres), un signe au service de l’homme. C’est la fameuse théorie de l’Eglise-sacrement. Jean Paul II pourra ainsi dire que « l’Eglise a révélé l’homme à lui-même », ou encore que « l’homme est le chemin de l’Eglise ». Si tel est le cas, l’on comprend que la liturgie ait alors pour objectif de célébrer l’humanité, sujet du rite sacré et du sacerdoce. D’où les autels retournés vers l’assemblée des fidèles dont le prêtre n’est que l’animateur, le président, la nouvelle messe n’étant pas hiérarchique mais démocratique. La première version de l’article 7 de l’Institutio generalis (longue introduction au nouveau missel de 1969) déclare ainsi : « la Cène dominicale est la synaxe sacrée ou le rassemblement du peuple de Dieu se réunissant sous la présidence du prêtre pour célébrer le mémorial du Seigneur. C’est pourquoi le rassemblement de l’Eglise locale réalise éminemment la promesse du Christ : “Là où deux ou trois sont rassemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux”. » Est complètement évacuée la dimension sacrificielle du saint sacrifice de la messe. La célébration dite de l’eucharistie n’est plus le mémorial de la Croix mais celui de la Cène. C’est la doctrine de la messe-repas.

Il est question d’une présence spirituelle du Christ (« Là où deux ou trois sont rassemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux ») mais nullement de Sa Présence sacramentelle, de la Présence réelle de Son Corps, de Son Sang, de Son Âme et de Sa Divinité. Dans l’optique de Vatican II, la messe (ou plutôt ce qui en tient lieu) n’est plus le renouvellement non sanglant du sacrifice du Calvaire mais un simple repas communautaire entre baptisés. Dans leur Bref examen critique publié en septembre 1969, les cardinaux Ottaviani et Bacci (la brochure a en fait été rédigée pour l’essentiel par un dominicain, le Père Guérard des Lauriers) se livrent à une attaque en règle, parfaitement fondée et argumentée sur le plan théologique, de la nouvelle messe de Paul VI. Le nouveau rite, concluent-ils, « s’éloigne de façon impressionnante de la théologie catholique de la Sainte Messe, telle qu’elle a été formulée à la XXIIe session du Concile de Trente » qui, en « fixant les canons » a fourni « une barrière insurmontable pour toute hérésie qui s’attaquerait à l’intégrité des Saints mystères ». Le nouveau rite s’éloigne radicalement de la définition catholique de la Messe, considérée dans ses quatre causes : matérielle (la Présence réelle), formelle (la nature sacrificielle), finale (le but propitiatoire) et efficiente (le sacerdoce du prêtre).

Comme la nouvelle messe célèbre l’homme vers lequel le président de l’assemblée est tourné (tandis qu’il se détourne de Dieu en lui tournant le dos physiquement, tout un symbole !), puisqu’il s’agit de rappeler sans cesse l’extraordinaire dignité de l’homme, le caractère propitiatoire de la messe est rejeté. Plus question dans cette optique de chercher à apaiser Dieu, à lui donner la satisfaction due pour les péchés commis, à soulager les âmes du purgatoire. L’abandon de l’anthropocentrisme est visible dans les églises qui sont complètement transformées, souvent de manière brutale : au maître-autel tourné vers Dieu se substitue une simple table (de cuisine ou à repasser) orientée vers l’assemblée ; le prêtre (ou ce qui en tient lieu) étant réduit au rôle d’animateur et de président d’une cérémonie sécularisée. Les confessionnaux sont délaissés et font souvent office de placards à balais. Les bancs de communion sont généralement démontés car il n’est plus question de s’agenouiller en signe d’adoration de Son Créateur et Sauveur. On communie debout et dans la main. La chaire est supprimée ou délaissée, manière symbolique de renoncer au pouvoir d’enseignement de l’Eglise, car dans la religion conciliaire nous ne sommes plus dans le schéma de l’Eglise maîtresse de vérité enseignant au monde la Voie, la Vérité et la Vie mais dans celui d’une “église” enseignée par le monde, apprenant à son contact, réagissant à l’unisson.

Il s’agit de mettre en place les conditions d’un mondialisme politico-religieux ; dans le nouvel ordre mondial les religions mises sur un pied d’égalité ne sont en effet que de simples animatrices et de zélées propagandistes de la démocratie universelle et de ses idoles : la déclaration des droits de l’homme, le culte holocaustique, la tolérance érigée en absolu, le laïcisme, la liberté de conscience et de culte, l’antiracisme unilatéral et obligatoire, la lutte acharnée contre toutes les discriminations, mêmes naturelles et légitimes, la sympathie illimitée pour tous les autres cultes et confessions. Les statues des saints et de la Sainte Vierge sont souvent enlevées ou laissées pleines de poussière, les édifices souvent non entretenus. Les magnifiques ornements liturgiques traditionnels (chasuble, chapes, étoles, nappes d’autel…) ont souvent été brûlés ou jetés avec une haine satanique, qui rappelle celle des réformés au XVIe siècle et sont remplacés par des habits d’une laideur généralement repoussante. La beauté aide à prier, à élever son âme, aussi la volonté d’enlaidissement, notamment des habits et du mobilier liturgiques, comme des cérémonies, est-elle un des symptômes de la révolution moderniste. Il en va de même du grégorien qui a été abandonné à peu près partout au profit de chansonnettes souvent parfaitement ridicules ou débilitantes quand elles ne sont pas hétérodoxes voire hérétiques.

Le nouveau rite est profondément désacralisé et ne rend pas un culte véritable à Dieu : de 14 génuflexions on est passé à 3. Or, dans un rite sacramentel, l’éloquence du signe passe par la multiplication suffisante des gestes. Sur ce plan du signe, la quasi-disparition des génuflexions dans le novus ordo missae équivaut à une omission délibérée, qui oblitère gravement l’expression de la doctrine. D’autant plus que ces trois génuflexions, là où elles ont été laissées (deux après et non plus avant l’élévation, ce qui n’est pas un hasard ; une avant la communion de l’assemblée) présentent un sens volontairement équivoque : expriment-elles la Présence réelle, ou seulement la présence spirituelle et mystique du Christ dans l’assemblée, qui est le résultat de la Foi des fidèles ? Poser la question, c’est y répondre. Le modernisme affirme assez rarement des hérésies explicites, il procède généralement par équivocités volontaires pour mieux tromper. Il en est d’autant plus dangereux.

Qui a assisté à l’occasion de funérailles ou d’autres cérémonies à un office conciliaire ne peut qu’être frappé voire épouvanté par la désacralisation de la liturgie, la laideur des vêtements sacerdotaux, du mobilier liturgique, la pauvreté consternante des sermons d’un humanitarisme horizontal qui n’élève pas l’âme, ne rappelle pas les grands mystères de la religion, les vérités de la foi, répète ce que dit le monde, ce que l’on entend partout, ce que professent l’école et les media. On ne le dira jamais assez, la nouvelle messe (ou plus exactement la synaxe de Paul VI) s’inscrit dans une gigantesque entreprise de destruction où rien n’a été laissé intact : ni la liturgie désacralisée et protestantisée (sait-on assez que six ministres protestants ont collaboré à l’élaboration de la nouvelle messe : George, Jasper, Shepher, Kunneth, Smith et Thurian et que, comme Luther qui avait supprimé l’offertoire parce qu’il exprimait clairement le caractère sacrificiel et propitiatoire de la messe, les inventeurs du novus ordo missae ont réduit l’offertoire à une simple préparation des oblats, reprenant des bénédictions juives ?), ni le catéchisme traditionnel interdit et remplacé par une vague catéchèse droit-de-l’hommiste et œcuméniste, ni les constitutions religieuses (toutes bouleversées, y compris celle des Chartreux qui n’avait jamais été modifiée depuis son fondateur, saint Bruno !), ni l’habit ecclésiastique, ni les États, syndicats, écoles et partis chrétiens tous appelés à faire leur mue. A Église nouvelle correspondent sacerdoce nouveau, ecclésiologie nouvelle, messe nouvelle, catéchisme nouveau (1968 avec Pierres Vivantes et 1992 avec le « Catéchisme de l’Eglise catholique »), sacrements nouveaux, communautés nouvelles, nouveau chemin de Croix (1991), nouveau Rosaire (2002), nouveau code de droit canon (1983), nouveau rite de consécration épiscopale et d’ordination sacerdotale (1968) — dont des études érudites se sont attachées à démontrer le caractère invalide, de manière significative le sacre et l’ordination ont d’ailleurs été bouleversés en premier car il s’agissait d’abord d’interrompre le sacerdoce catholique indispensable pour l’administration de cinq sacrements —, nouveau baptême (1969), nouvelle confirmation (1971), nouveau mariage (1969), nouvelle extrême-onction (1972), nouvelle confession (1973), nouveau bréviaire (1970), nouveau calendrier liturgique (1969), nouvelles huiles saintes (1970), nouveau Notre Père (1966), nouveau Credo (où l’on a remplacé l’expression « consubstantiel au Père » par « de même nature que le Père »).

Preuve que les modernistes qui occupent (ou plus précisément usurpent) aujourd’hui toutes les fonctions d’autorité sont fiers de leur œuvre, Bergoglio a “canonisé” il y a quelques mois, le 14 octobre 2018, Paul VI, l’homme en blanc qui a “promulgué” le concile Vatican II (7 décembre 1965) et la nouvelle messe (3 avril 1969) après avoir “canonisé” le 27 avril 2014 à la fois Jean XXIII, l’homme qui a convoqué Vatican II et Jean Paul II, l’homme qui l’a appliqué avec Montini. Ils se “canonisent” les uns les autres en toute indécence, et avec une incroyable célérité. Ils peuvent être contents : en un demi-siècle ils ont tout détruit. Ils ont persécuté, chassé, traqué, dans les années 1970, les prêtres, souvent âgés, qui voulaient rester fidèles à la messe de leur enfance et de leur ordination.

Et après avoir fait dire une fausse messe (celle de Paul VI) par de vrais prêtres (ceux ordonnés avant les nouveaux rites du 18 juin 1968, rendus obligatoires le 6 avril 1969, il y a un demi-siècle), voilà que l’on fait dire désormais une vraie messe (le rite tridentin) par de faux prêtres (ceux “ordonnés” dans le nouveau rite ou par des “évêques” eux-mêmes sacrés dans le nouveau rite). On avait déjà procédé ainsi au XVIe siècle avec la Réforme anglicane : après avoir gravement altéré les rites, les rendant invalides, pour neutraliser les oppositions conservatrices et donner le change, les réformateurs ont accordé un peu de latin, remis en vigueur des ornements traditionnels, en forme de miettes que l’on distribue dédaigneusement. Les modernistes font exactement la même chose quatre cents ans plus tard : après avoir imposé de manière violente le nouveau rite, ils accordent au compte-gouttes le retour au latin, mais dans le cadre d’une adhésion à Vatican II et de cérémonies assurées le plus souvent par des clercs “ordonnés” par des “évêques” “sacrés” dans le novus ordo missae.

Un autre moyen subtil de neutraliser la résistance à Vatican II et au modernisme est de faire célébrer la messe traditionnelle en communion avec les intrus occupant le siège de Pierre, lesquels détruisent la foi et la morale, bénissent des sodomites, visitent des mosquées et des synagogues pour faire allégeance à de faux cultes, promeuvent le mondialisme. Or, on ne peut être à la fois una cum Christo et una cum Bergoglio, se réclamer du Dieu trois fois saint et s’incliner en signe de soumission au canon de la messe devant un hérétique et un apostat, citer avec déférence son nom dans la partie la plus sacrée du saint sacrifice, le reconnaître comme la règle vivante et prochaine de la foi, comme « le doux Christ sur la terre » selon la définition que sainte Catherine de Sienne donne du Pape. De même qu’il faut choisir entre la Croix et la Shoah, de même faut-il opter entre Dieu et Judas.

Les fruits de Vatican II, de la nouvelle messe et de toutes les réformes post-conciliaires sont parfaitement connus : effondrement des vocations religieuses et sacerdotales, abandon du sacerdoce, affaissement de la pratique religieuse, montée vertigineuse de l’indifférentisme religieux, du relativisme moral, du scepticisme philosophique. Depuis 1960 environ, les nouvelles générations sont élevées dans une totale ignorance de la religion ; la transmission ne se fait plus. Le dépôt de la foi n’a pas été gardé par ceux qui avaient le devoir sacré de le conserver. Dès lors, rien de surprenant si depuis un demi-siècle que l’Eglise catholique est occupée, occultée et éclipsée par le modernisme triomphant, la société s’est complètement décomposée, liquéfiée. En cinquante ans, le monde a plus changé qu’en deux millénaires. Nous avons quitté la civilisation édifiée par des siècles d’efforts, de sacrifices, de dévouement pour une barbarie infiniment pire que celle de jadis. Notre monde a rejeté avec obstination la vérité connue. Or, comme le prophétisait le cardinal Pie, « lorsque le Bon Dieu ne règne pas par les bienfaits liés par sa présence, il règne par toutes les calamités liées à son absence ».

Naguère même ceux qui n’étaient pas chrétiens, même ceux qui faisaient profession de rejeter bruyamment le Christ et sa loi, étaient, comme malgré eux, imprégnés de valeurs chrétiennes. Ils savaient ce que voulaient dire la parole donnée, l’honneur, la pudeur, la fidélité, le courage, la politesse, l’héroïsme, la vertu, la modestie. Aujourd’hui tous les mots sont galvaudés. Chez un enfant de sept ans le mot “amour” est déjà irrémédiablement souillé. L’homme moderne n’est plus relié à rien, sinon à son  Ipod, à son Ipad et à son Iphone. Toute référence à la transcendance lui est étrangère. En voulant supprimer Dieu, on a du même coup supprimé la morale. D’où un déferlement de haine, de violence et de nihilisme. D’où des familles divisées, éclatées, décomposées. D’où des enfants abandonnés à eux-mêmes. D’où la déferlante de la drogue et de la pornographie. D’où la montée du satanisme, des profanations d’églises et de cimetières. D’où le triomphe de toutes les inversions : “mariage” homosexuel, théorie du genre, vomitives Gay Pride réunissant chaque année un plus grand nombre de participants. D’où le recours massif à des antidépresseurs et à des anxiolytiques, à des psychiatres et à des mages. D’où l’essor des sectes en tous genres et des fausses religions. D’où la contagion des suicides. D’où le règne du vide et du néant, le triomphe insolent du mensonge, de l’imposture et de Mammon. D’où la domination chaque jour plus insolente de toutes les subversions et de toutes les transgressions.

Pourtant, il reste possible à celui qui le souhaite, avec la grâce de Dieu, de se sanctifier, même dans ces heures tragiques. Vatican II et la nouvelle messe ont certes été bien pires qu’une guerre mondiale. La  guerre tue les corps, mais elle ne tue pas nécessairement les âmes. La révolution moderniste a conduit à une apostasie universelle et à un monde qui est devenu un cloaque sordide et un chaudron infernal. Elle a largement obstrué les canaux de la grâce mais ils ne sont pas fermés. Pour qui entend rester fidèle aux trésors de vingt siècles d’Eglise, à son missel, à son catéchisme, à sa doctrine, pour qui se réchauffe le cœur et dilate son âme en méditant la vie des saints et des martyrs, pour qui conserve la foi, l’espérance et la charité, malgré les vicissitudes et les tourments actuels, malgré la crise inouïe qui tend à tout submerger, à tout ruiner, à tout effacer, assurément le chemin du Ciel reste ouvert.

Jérôme BOURBON. Éditorial du numéro 3371 de RIVAROL le 3 avril 2019.

Assassinat de Louis XVI : 226 ans qu’il nous manque UN PERE.

La Conspiration des Loges maçonniques contre le Royaume de France ont abouti par LA MISE A MORT du Père de la Patrie, et par le MASSACRE DE LA FAMILLE ROYALE DU ROYAUME DE FRANCE : Notre Roi Louis XVI, Notre Reine Marie-Antoinette et notre Dauphin Louis XVII.

226 ans d’IMPOSTURE REPUBLICAINE au Sein du ROYAUME DE FRANCE.

***********************************************************************

Texte du site : « La France Pittoresque ».

Né à Versailles le 23 août 1754, il était le second fils de Louis, dauphin de France, et de Marie-Josèphe de Saxe. Il reçut en naissant le titre de duc de Berry. Son âme franche et sans déguisement s’ouvrit de bonne heure à tous les sentiments vertueux, et son esprit droit et sérieux à toutes les connaissances utiles. Mais la fermeté et une juste confiance en lui-même manquèrent à son caractère, et ce défaut rendit inutile ou funeste tout ce qu’il avait reçu ou acquis pour sa gloire et pour le bonheur de ses peuples. Son éducation fut celle des rois dont les instituteurs oubliaient trop souvent que la même doctrine qui leur enseigne à modérer leur pouvoir, leur commande surtout de le maintenir. En 1765 il perdit son père, qui laissait tant de regrets, et bientôt après sa mère qui ne put survivre à son époux. La douleur du jeune prince fut extrême : il refusa longtemps de sortir ; et lorsqu’en traversant les appartements il entendit Louis XVI (1774-1792) dire pour la première fois : « Place à Monsieur le dauphin », des pleurs inondèrent son visage et il s’évanouit.

Le premier événement de sa vie fut son mariage avec la fille de l’immortelle Marie-Thérèse, Marie-Antoinette d’Autriche, qui devait partager son trône et ses malheurs. Les fêtes données à l’occasion de ce mariage (16 mai 1770), mal ordonnées par la police, coûtèrent la vie à un grand nombre de spectateurs ; triste présage du sort qui attendait ces époux infortunés. Bientôt la mort de Louis XV (10 mai 1774) lui imposa un fardeau qu’il n’accepta qu’en tremblant. La faveur publique s’attache d’ordinaire aux jeunes rois : Louis XVI, âgé de vingt ans, la méritait à bien d’autres titres, et il en reçut à son avènement au trône les témoignages les moins équivoques.

Son premier soin avait été d’appeler au ministère M. de Machault, digne de cet honneur et capable de diriger la jeunesse du monarque dans les circonstances difficiles où se trouvait l’État. Une intrigue de cour l’écarta et mit à sa place le comte de Maurepas, courtisan profond dans l’art de l’intrigue, superficiel dans tout le reste, et dont le grand âge n’avait pu guérir l’incurable frivolité. Trop vieux pour un roi de vingt ans, et qui avait besoin d’être enhardi, il intimida sa jeunesse sans guider son inexpérience.

Louis XVI avait de la bonté dans le coeur, mais quelque rudesse dans les manières ; et ses premiers mouvements contre tout ce qui s’écartait de l’ordre, se ressentaient de la franchise de son caractère et de l’austérité de ses vertus. M. de Maurepas qui se jouait des choses les plus sérieuses et voyait tout avec indifférence, adoucit beaucoup trop cette disposition qui ressemble quelquefois à de la force de caractère, et peut du moins en dissimuler l’excessive débonnaireté. Dès lors Louis XVI n’agit que sous l’inspiration de ses ministres ; il appela successivement ceux que lui désignaient d’une part Maurepas, et de l’autre, une prétendue opinion publique, que l’intrigue et les intérêts personnels font parler à leur gré, et qui malheureusement est la seule que les rois soient condamnés à entendre.

Ce furent : Turgot, partisan fanatique de cette politique matérialiste, qui ne voit dans le gouvernement des peuples que de l’argent, du commerce, du blé et des impôts, fier de se croire le chef d’une secte dont il n’était que l’instrument ; Malesherbes, ami de Turgot, qui avait à la fois des vertus antiques et des opinions nouvelles ; Saint-Germain, élevé dans les minuties de la tactique allemande qui détruisit le plus ferme rempart de la royauté, la maison du roi, dont la bravoure et l’incorruptible fidélité ne pouvaient racheter aux yeux des faiseurs militaires ce qui lui manquait en précision dans les manoeuvres et en rigidité dans la discipline ; Necker enfin, banquier protestant et Genevois, et à ce double titre, imbu de cette politique rétrécie qui veut régler un royaume sur le système dune petite démocratie et les finances d’un grand État comme les registres d’une maison de banque ; qui s’irrite contre toute distinction autre que celle de la fortune, et ne voit dans le dépositaire du pouvoir monarchique que le président d’une assemblée délibérante, ou le chef d’une association commerciale, révocable au gré des actionnaires.

Aucun de ces hommes ne comprenait la monarchie française, et il eût suffi de l’un d’eux pour la renverser. Louis XVI, naturellement porté à l’économie, commença son règne par des retranchements sur ses dépenses ; réductions qui honorent la modération d’un souverain quand elles ne coûtent à la royauté aucun sacrifice sur ses droits et sa dignité. Il remit au peuple le droit de joyeux avènement ; il établit pour Paris le mont de piété et la caisse d’escompte ; il fit cesser les craintes d’une banqueroute en assurant le payement des rentes sur l’hôtel de ville ; il abolit les corvées, qu’il convertit en impôt pécuniaire, et il abolit aussi dans la Franche-Comté un reste de servitude territoriale, dont n’avaient peut-être jamais entendu parier ceux qui firent de cet affranchissement un texte aux plus emphatiques éloges ; il supprima la torture, ou question judiciaire avant la condamnation à mort, sévérité à peu près tombée en désuétude, mais dont la menace importunait les conspirateurs.

Louis XVI rendit plus tard aux protestants la plénitude des droits civils (1787), en imprimant à leurs mariages un caractère légal : bienfait immense, n’eût-il été qu’un acte de justice, et trop mal reconnu. Enfin, il essaya des administrations provinciales, formées par Necker dans des vues et sur un plan assez peu monarchiques. Cette nouveauté était d’une extrême conséquence : avec l’esprit qui régnait alors, c’était faire un changement de front sous le feu de l’ennemi.

Louis XVI, en montant sur le trône, avait rappelé les compagnies de magistrature, remplacées sous son prédécesseur par des juges sans dignité et sans influence politique. La cour, qui depuis longtemps croyait gouverner toute seule, quand elle ne faisait qu’administrer, oubliait que la France n’avait jamais été et même ne pouvait dans les temps difficiles être régie que par l’autorité de la justice, qui rendait la royauté présente aux peuples dans toute sa force et sa majesté. Renfermés, sous les rois forts et les règnes tranquilles, dans les fonctions modestes de la justice distributive, ces grands corps en sortaient par nécessité sous les règnes faibles et dans les temps orageux, pour exercer à la place du roi un pouvoir qui, échappé de ses mains, serait tombé dans celles d’un ministre ou d’un favori.

Sous les rois forts comme sous les rois faibles, instruments des uns ou appui des autres, ils avaient fait la royauté dépendante des lois et indépendante des sujets, et rendu la législation imposante, l’obéissance honorable : puissants à servir le pouvoir, ou à le suppléer, incapables de l’usurper eux-mêmes, et opposant à toute autre usurpation un obstacle insurmontable : tels avaient été jusqu’à ces derniers temps les parlements de France, heureux tempérament d’aristocratie et de démocratie, confondus dans une magistrature véritablement royale et qui, seule en Europe, avait donné à la haute police, à la police des révolutions, ces formes augustes et solennelles qui dans l’exercice de l’autorité ne laissaient voir que la justice, et dans l’emploi de la force qu’un jugement.

Le premier événement politique du règne de Louis XVI fut la guerre d’Amérique, guerre que repoussait le coeur droit du monarque. Mais on fit parler l’opinion publique, surtout celle de la capitale, avide de nouveautés et d’émotions ; et la guerre fut décidée. Ce fut une grande faute : il eût fallu laisser l’Angleterre s’épuiser sans soumettre les colonies, ou les épuiser pour les soumettre. Dès lors, il s’élevait entre les deux peuples une haine irréconciliable, que les Anglais tournèrent contre nous, et dont l’équivoque amitié des Américains ne pouvait empêcher ou compenser les effets. Nous fûmes heureux dans cette guerre comme auxiliaires : l’Amérique fut affranchie du joug des Anglais ; mais notre marine et celle de l’Espagne, notre alliée, essuyèrent de grandes pertes.

Le vent de liberté et d’égalité démocratique se communiqua à nos jeunes guerriers ; et nous la répandîmes dans toute l’Europe, qui ne fut pas assez alarmée d’une révolte contre le pouvoir légitime, soutenue à force ouverte par un pouvoir légitime, qui avait eu l’imprudence de dire dans une de ses déclarations : « Les Américains sont devenus libres du jour où ils ont déclaré leur indépendance. » Cependant cette guerre releva, aux yeux de l’Europe, l’honneur de notre pavillon : nous combattîmes souvent avec avantage ; et quand nous succombâmes, ce fut toujours avec gloire. Malgré de nombreux échecs, nos forces navales étaient sur un pied respectable à la paix de 1783 ; et peu d’années après, en 1789, elles étaient tout à fait rétablies, et l’on pouvait les comparer à leur état le plus florissant sous Louis XIV.

Après la guerre d’Amérique, la France fut près d’en entreprendre une autre du même genre, en soutenant les patriotes hollandais contre la Prusse et contre leur souverain. Louis XVI avait eu en 1781 son premier fils, et cet événement avait été célébré dans tout le royaume avec beaucoup de joie et de solennité. A Paris, la ville donna un banquet auquel le roi assista avec sa famille. Tous les voeux des Parisiens furent comblés, et l’ivresse de la joie publique fut excessive. C’était le 21 janvier 1782 : onze ans plus tard et le même jour, Louis fut conduit à l’échafaud dans la même ville !

La guerre d’Amérique avait épuisé nos finances, que Necker soutenait à force d’emprunts : il fallait rétablir l’équilibre depuis longtemps dérangé entre les recettes et les dépenses. Les notables furent appelés par Calonne, nouveau ministre des finances, pas plus homme d’Etat que Necker, mais plus homme de cour. Une assemblée de notables se trouvait dans notre histoire plutôt que dans notre constitution ; et ce qui pouvait arriver de plus heureux pour la France, quand elle cherchait des remèdes hors de ses lois, c’était qu’ils fussent inutiles.

Les notables proposèrent quelques projets salutaires, mais ils hasardèrent des opinions dangereuses ; et telle était la disposition des esprits, que les opinions furent plus remarquées que les projets. Les notables délibérèrent sans pouvoir conclure, ce qui est toujours dangereux de la part d’une assemblée publique ; et il n’en resta qu’une dispute sur les finances entre Necker et Calonne, à la fin inintelligible pour le public, et peut-être pour eux-mêmes. Le cardinal de Brienne, bel esprit sans vues et sans fermeté, pris au dépourvu pour être ministre, proposa l’impôt du timbre.

Le parlement refusa l’enregistrement, et se déclara incompétent pour ajouter à des impôts, déjà trop onéreux, un impôt nouveau et inusité. C’était demander les états généraux. Ces grandes convocations avaient toujours paru un dernier remède à des maux désespérés, moins par le soulagement que les peuples en obtenaient que par celui qu’ils en espéraient ; car les peuples souffrent bien plus des maux qu’ils craignent que de ceux qu’ils éprouvent. Ainsi, de même que la nature veille à la conservation de son ouvrage, la France, qui avait déjà tant de moyens de force, s’était ménagé dans ses états généraux, comme l’Église dans ses conciles, un moyen de perpétuité.

Ces grandes assemblées légales, mais heureusement rares et jamais périodiques, visitaient de loin en loin les fondements de la société pour arrêter et réparer l’influence destructive du temps et des hommes, et empêcher les fautes de l’administration de devenir des plaies à la constitution. Tel était l’objet de ces convocations solennelles, mal représentées par des historiens qui leur ont demandé compte du bien qu’elles n’étaient pas destinées à faire, et n’ont pas assez considéré les maux qu’elles étaient appelées à prévenir. Avec la succession masculine, elles ont peut-être été la principale cause de la stabilité de la France et de la permanence de ses lois.

En un mot, les états généraux étaient le corps de réserve destiné à venir au secours de la société dans les extrêmes dangers et les besoins extraordinaires, comme la captivité d’un roi, les disputes sur la succession au trône, ou même sa vacance ; et l’histoire en fournit des exemples ; ainsi tout était prévu dans cette constitution si méconnue, et même ce qu’on ne peut pas prévoir. Mais le parlement de Paris avait demandé les états généraux et non l’assemblée nationale, et moins encore l’assemblée constituante. Dès le premier pas, ses intentions et celles de la nation furent trompées. Les notables furent appelés une seconde fois pour déterminer le forme de cette grande convocation ; et le ministre invita tous les écrivains à donner leur avis.

C’était là une bien dangereuse ineptie. Tout à cet égard était réglé depuis longtemps par la sagesse de nos pères qui, ne s’embarrassant pas dans des minuties de nombre total ou respectif, ou de costumes et d’étiquettes, dessinant à grands traits ces majestueuses assemblées, n’y avaient jamais vu que trois ordres, comptant chacun pour une voix, quel que fût le nombre de ses membres, et délibérant à part dans la plénitude de leur liberté et de leur égalité constitutionnelles. Si l’on s’en fût tenu à cette antique et sage simplicité, il est permis de croire, vu la disposition des esprits et le progrès des connaissances en administration, que les états généraux auraient fait un grand bien, ou n’auraient produit aucun mal.

Le parlement de Paris, les princes du sang, dans leur prophétique mémoire au roi, insistèrent pour qu’on suivît les formes usitées aux derniers états généraux de 1614. Mais l’engouement des nouveautés, la vanité de Necker revenu au ministère, l’ignorance des beaux esprits, les intrigues des factieux, en ordonnèrent autrement. Le tiers état fut nommé en nombre double de chacun des deux autres ordres ; mesure inutile, si l’on devait délibérer par ordre, mortelle, si l’on délibérait par tête.

Cette question fondamentale, objet de toutes les espérances des factieux, de toutes les craintes des gens de bien, et sur laquelle reposaient les plus grands intérêts de la monarchie, fut la première agitée dans cette assemblée des états généraux, qui se réunit à Versailles le 5 mai 1789. L’autorité la plus respectable, celle des voeux exprimés par la généralité des cahiers, derniers soupirs de l’esprit public en France, ne fut pas même écoutée par ces hommes qui se vantaient de ne rien faire que pour les intérêts et par la volonté de la nation. Le tiers état, loin d’être touché du sacrifice que firent les deux premiers ordres en offrant de concourir aux charges publiques, les somma audacieusement de se réunir à lui, et sur leur refus il se déclara constitué en assemblée nationale.

Ce fut en vain que la noblesse et le clergé réclamèrent et protestèrent contre des actes aussi contraires aux bases de l’ancienne monarchie, et que le roi, après avoir ordonné la délibération par ordre, fit suspendre les séances et fermer les portes de l’assemblée du tiers. On donna pour prétexte à cette mesure la nécessité de préparer la salle pour la tenue d’une séance royale qui devait avoir lieu le 22 juin, et qui fut renvoyée au 23. Les députés de cet ordre se réunirent dans la salle du Jeu de Paume, et ils y prêtèrent entre eux le serment de ne pas se séparer avant d’avoir achevé la constitution et la régénération publiques.

Quatre jours plus tard, le roi convoqua tous les ordres pour une séance royale à laquelle il se rendit. Après les avoir conjurés de mettre fin à leurs divisions, et de s’entendre pour accepter ses bienfaits, il leur déclara que, s’ils ne voulaient pas concourir à ses projets, il ferait seul le bien de ses peuples et se considérerait seul comme leur représentant. Il leur fit ensuite lire une déclaration par laquelle il faisait aux circonstances des concessions et des sacrifices, tels que dans tout autre temps les voeux des plus ardents révolutionnaires en eussent été comblés.

Par cette déclaration royale, aucun impôt ni emprunt ne devait être établi sans le consentement des états généraux ; le compte des revenus et des dépenses de l’Etat devait être publié chaque année ; la dette publique était garantie ; les contributions étaient réparties également entre les trois ordres ; la taille, les corvées et les droits de franc fief et de mainmorte abolis, la liberté de la presse reconnue, la milice, la gabelle et les aides réformées ou adoucies ; enfin le roi donnait sa promesse de ne rien changer à de telles dispositions sans le consentement des trois ordres.

Le monarque termina en ordonnant à tous les députés de se séparer et de se rendre le lendemain dans leurs chambres respectives, ce qui ne fut exécuté que par la noblesse et le clergé. Le tiers continua de délibérer malgré l’injonction positive de sortir de la salle de ses séances que le roi lui fit réitérer par M. de Brézé. Plusieurs orateurs s’y livrèrent aux déclamations les plus violentes contre l’autorité royale, et ils rejetèrent avec dédain toutes les concessions du monarque.

Pendant ce temps, la majorité des deux premiers ordres décidait qu’elle resterait soumise à ses mandats, aux lois de la monarchie et à la volonté du roi ; mais les membres de chaque minorité se rendaient successivement dans la salle du tiers. Alarmé de ces défections, et craignant une sédition générale, Louis XVI invita et pressa même la majorité des deux premiers ordres de se réunir au troisième. Lorsque le duc de Luxembourg lui fit, au nom de la chambre de la noblesse, des objections contre la réunion, ce prince répondit : « Toutes mes réflexions sont faites ; dites à la noblesse que je la prie de se réunir : si ce n’est pas assez de ma prière, je le lui ordonne. Quant à moi. je suis décidé à tous les sacrifices. A Dieu ne plaise qu’un seul homme périsse jamais pour ma querelle ! »

Un sentiment aussi louable en apparence fut la règle de sa conduite pendant toute sa vie, et il fut aussi la cause de ses malheurs. Ainsi, les trois ordres se réunirent, ou plutôt ils furent confondus, et ils quittèrent le nom d’états généraux pour prendre celui d’assemblée nationale et constituante. Dès ce moment, l’antique monarchie française fut détruite, la révolution consommée, et tout ce qu’elle devait enfanter n’en fut que la conséquence inévitable. L’assemblée fut divisée et subdivisée en partis qui ne suivirent point du tout la distinction des ordres. Des nobles se réunirent à la majorité du tiers ; beaucoup de membres du tiers se réunirent à la majorité de la noblesse ; le clergé, qui tenait aux uns et aux autres, se partagea entre eux. Quelques membres, pris dans tous les ordres, essayèrent de rester au milieu, appelant modération et conviction, ce que d’autres nommaient faiblesse et irrésolution. Les divisions s’envenimèrent et devinrent des haines, les opinions combattues devinrent des passions, les erreurs impatientes du succès enfantèrent des crimes.

Le temps était venu où la France devait, pour l’instruction de l’Europe, expier un siècle de doctrines impies et séditieuses, tolérées ou même secrètement encouragées par la frivolité des cours et la corruption des grandes cités. Le malheureux roi n’avait pas entièrement échappé à leur influence ; trompé par ses propres vertus, il n’avait vu dans les déclamations des philosophes qu’un tendre intérêt pour la cause des peuples et que l’horreur de l’oppression ; et sa belle âme s’était ouverte à de chimériques espérances.

Peut-être aussi que, secrètement irrité de quelques résistances de la part des deux premiers ordres, ou des corps de magistrature, il n’en avait pas assez apprécié le motif et l’effet ; il n’avait pas vu que cette opposition aux volontés ministérielles était le plus solide rempart de l’autorité royale, et qu’elle ne peut s’appuyer sur des institutions ou des hommes qui plient au moindre choc. Peu de jours après la réunion des trois ordres, il parut cependant avoir adopté un système d’énergie et de fermeté qui, s’il eût été soutenu, pouvait encore sauver la monarchie. Necker fut renvoyé, et le ministère, entièrement renouvelé, annonça la résolution de faire respecter l’autorité royale. Le maréchal de Broglie, qui eut la direction de la guerre, fit marcher des troupes vers la capitale, et 36 000 hommes dévoués et bien disciplinés pouvaient encore y réprimer la sédition ; mais les mouvements de ces troupes ne se firent point avec assez de rapidité ; le baron de Besenval, qui commandait un corps de Suisses, abandonna son poste, et en se retirant livra aux révoltés les dépôts des Invalides et de l’École militaire.

En un moment toute la populace de Paris fut armée, et, conduite par les soldats des gardes-françaises, elle s’empara des arsenaux, incendia les barrières, s’empara de la Bastille (14 juillet), et massacra quelques sujets fidèles. A ces nouvelles, Louis XVI, saisi d’épouvante et cédant aux plaintes et aux menaces de l’assemblée, ordonna au maréchal de Broglie de dissoudre une armée réunie pour défendre le trône, et qui ne servit ainsi que de prétexte pour le renverser. Le maréchal, frémissant alors des périls qu’il entrevoyait pour le monarque, lui proposa de le conduire à Metz au milieu des troupes fidèles.

Le départ fut arrêté pour le lendemain ; mais environné de conseillers perfides, et ne pouvant jamais suivre avec fermeté une résolution importante, Louis y renonça pendant la nuit ; et le lendemain il se rendit à l’assemblée à pied, sans suite. Là, au milieu de la salle, debout et la tête découverte, il conjura les députés de l’aider à rétablir l’ordre. « Je sais qu’on cherche à élever contre moi des préventions ; je sais qu’on a osé publier que vos personnes n’étaient pas en sûreté. Ces récits ne sont-ils pas démentis par mon caractère connu ? Eh bien ! c’est moi qui me fie à vous. »

Cette confiance et cet abandon firent taire un instant les factieux. Entraînés par l’enthousiasme général, tous voulurent servir de gardes au monarque, et ils le reconduisirent eux-mêmes dans son palais au milieu d’applaudissements. Dans la même journée ce prince rappela Necker au ministère, et ne voulant point laisser de prétexte aux plaintes et aux méfiances, il engagea des princes de sa famille qui avaient montré le plus de zèle pour la défense du trône, à sortir du royaume afin de se mettre à l’abri des fureurs populaires.

D’autres sujets, aussi distingués par leur courage que par leur fidélité, furent obligés de les suivre ; enfin, le monarque décidé à tous les sacrifices, comme il l’avait dit, et voulant avant tout rétablir le calme dans la capitale, s’y rendit le 17 juillet. Les séditieux qui l’attendaient à la barrière empêchèrent ses gardes de le suivre ; et le nouveau maire, Bailly, lui adressa ce singulier compliment : « Votre aïeul Henri IV avait conquis son peuple ; aujourd’hui le peuple a conquis son roi. »

Louis XVI traversa lentement les flots silencieux de ce peuple fier de sa conquête et encore dans l’ivresse du succès de sa rébellion. Arrivé à l’hôtel de ville, il y reçut la cocarde nationale et fut accueilli par des applaudissements unanimes lorsqu’il parut à la fenêtre avec cette cocarde à son chapeau. Il revint le même jour à Versailles et crut son repos assuré au moins pour quelque temps ; mais les factieux que rien ne pouvait apaiser ni détourner de leurs projets, parvinrent bientôt à soulever encore la populace de la capitale par les absurdes calomnies qu’ils répandirent sur un repas des gardes du corps donné au régiment de Flandre. Un attroupement immense partit de Paris pour se rendre à Versailles : dans la nuit du 5 au 6 octobre 1789 le palais du roi fut envahi, et la reine fut près d’être égorgée dans son lit.

Le résultat de cette audacieuse révolte, qui éclata sous les yeux de l’assemblée restée impassible, fut qu’on entraîna ce jour-là même à Paris Louis XVI et sa famille. Il y fut conduit au milieu d’une populace ivre de sang et de vin ; il était précédé par les têtes de deux de ses gardes fidèles égorgés sous ses yeux, et, ce qui est plus déplorable, escorté par une troupe disciplinée qui protégeait de sa présence et de ses armes cet horrible cortège. L’assemblée avait voulu, pour éprouver moins de retard dans ses plans de destruction, se mettre sous la protection de la capitale sans se séparer du monarque.

Les forfaits de cette nuit fatale qui, pour lui et son auguste épouse, devait être la dernière, l’arrachèrent donc de Versailles ; et sa longue détention commença aux Tuileries, pour ne finir que dans la tour du Temple. Si son défaut de liberté personnelle avait eu besoin d’être constaté, il l’aurait été par l’obstacle que mit la garde nationale, le 18 avril 1791, à son départ pour Saint-Cloud ; obstacle dont il vint le lendemain se plaindre, mais inutilement, à l’assemblée nationale.

Les projets des factieux se développaient rapidement dans cette assemblée sans frein et sans contrepoids, qui avait au dedans des tribunes pour applaudir, et au dehors des bras pour exécuter. Les parlements, le clergé, la noblesse, l’armée, les finances, les propriétés publiques et particulières, tout fut détruit ou envahi par l’assemblée nationale, et toujours au nom du roi, réduit à joindre aux décrets une sanction, tardive quelquefois, mais toujours obtenue de son horreur pour le désordre et la violence à force de massacres et d’insurrections.

Le malheureux prince accordait tout, espérant sauver quelque chose, et sacrifiait l’État par compassion pour les particuliers menacés ou poursuivis sur tous les points de la France. Dès lors, il prit ou renvoya ses ministres sous le bon plaisir de l’assemblée, et ces ministres, choisis presque tous parmi ses ennemis, étaient forcés d’admirer la bonté de son coeur, la justesse de ses vues, l’étendue de ses connaissances. La religion toute seule l’aurait sauvé, si, renfermé dans l’asile inviolable de sa conscience, assuré qu’il était d’être soutenu par un peuple encore chrétien, il eût refusé sa sanction aux décrets spoliateurs de l’Église et à la constitution civile du clergé. Mais deux ministres d’État, et même ecclésiastiques, lui cachèrent les lettres du souverain pontife, qui condamnaient toutes ces innovations.

Enfin, éclairé trop tard sur les projets des factieux, et enhardi par ses plus fidèles serviteurs, il prit le parti de fuir sa capitale et de chercher un asile sur la frontière d’où il pût traiter avec son peuple. Ce fut à Montmédy où M. de Bouillé avait réuni un petit nombre de troupes considérées encore comme fidèles, que le monarque voulut s’établir. Avant son départ il laissa à l’assemblée une déclaration qui renfermait des plaintes trop fondées et les motifs de son éloignement (21 juin 1791).

Mais trahi par ses précautions mêmes, surveillé par les factieux, poursuivi par la fatalité qui s’attachait à toutes ses démarches, il fut reconnu à Varennes, arrêté et ramené à Paris au milieu de tous les outrages et de toutes les violences. Toutefois, cet événement qui semblait devoir être le terme de sa malheureuse existence, intimida ses persécuteurs, et même lui en gagna quelques-uns. Effrayés de leurs propres succès et tremblant d’être ensevelis sous les débris de l’édifice dont ils avaient sapé les fondements, ils se hâtèrent de clore une assemblée discréditée et que menaçait l’indignation publique.

Cette orgueilleuse Constituante, devenue honteuse et presque ridicule, disparut sans bruit, ne laissant après elle que des ruines, et la plus vaste de toutes, sa constitution. L’assemblée législative qui lui succéda (1er octobre 1791), ne trouva debout rien de nos antiques institutions qu’elle pût détruire. La royauté avait été renversée par la Constituante. Le 20 juin 1792 lui vit prodiguer des outrages qui surpassent tout ce que l’histoire raconte des fureurs des peuples et des malheurs des rois. Dans cette journée commencée avec les plus horribles desseins, Louis XVI, la reine et Madame Elisabeth, montrèrent le seul courage qui convint à leur position, et imposèrent aux factieux par la sérénité de leur âme et la dignité de leur douleur.

Vingt mille hommes armés de piques avaient pénétré dans le château des Tulleries. Les canonniers avaient traîné une de leurs pièces jusque dans le haut du grand escalier, et la tinrent pointée sur les appartements avec la mèche allumée, tandis que d’autres rompaient à coups de pique et de hache tout ce qui s’opposait à leur passage. Bientôt ils ne furent séparés de la famille royale éplorée et sans secours que par une dernière porte : Louis ouvre lui-même cette porte ; seul, sans armes, il se présente aux brigands, et dans une aussi terrible circonstance, conservant toute sa dignité et tout le calme de la vertu, il leur dit : « Je crois n’avoir rien à craindre de la part des Français. »

Tant de fermeté étonna ces furieux, et ils hésitèrent un moment devant la majesté royale ; excités par leurs chefs ils s’approchent du monarque, et n’osant pas encore attenter à sa personne, ils l’insultent de leurs paroles et de leurs gestes. L’un lui tend insolemment une bouteille, en lui disant de boire à la santé de la nation ; l’autre, armé d’un pistolet et d’un sabre nu crie à ses oreilles : « A bas le veto ! »

Enfin, un troisième place sur sa tête sacrée un bonnet rouge et lui ordonne de jurer qu’il ne trahira plus Français. « Nous savons, ajoute cet audacieux, que tu es un honnête homme ; mais ta femme te donne de mauvais conseils. » Le monarque lui répond froidement : « Le peuple peut compter sur mon amour comme sur celui de ma famille. » Dans ce moment le maire Péthion se montre ; et placé sur une estrade, il s’écrie : « Sire, vous n’avez rien à craindre. – L’homme de bien qui a la conscience pure, ne tremble jamais, reprit aussitôt le roi avec dignité ; il n’y a que ceux qui ont quelque chose à se reprocher qui peuvent avoir peur. » Et prenant la main d’un grenadier, qu’il place sur son coeur : « Dites à cet homme s’il bat plus vite qu’à l’ordinaire. »

Cette journée devait encore être la dernière de sa vie, et toute la famille royale était vouée aux poignards : les chefs des conjurés l’avaient décidé ; mais le courage et la fermeté de Louis XVI furent plus grands que l’audace des assassins. Ces chefs étaient à la tête de toutes les autorités, et surtout dans l’assemblée nationale : ainsi l’attentat resta impuni. Quelques pétitions et quelques adresses des gens de bien qui demandèrent vengeance, ne servirent un peu plus tard qu’à étendre les listes de proscription ; pour lors les factieux continuèrent impunément leurs trames.

Dès cet instant l’infortuné monarque ne se flatta plus de leur résister, et se résignant à une mort prochaine, on prétend même qu’il fit son testament. Un peu moins de deux mois après cette première tentative, les mêmes hommes, aidés d’un grand nombre d’autres accourus de toutes les contrées, et plus particulièrement de Marseille, menant à leur suite la populace des faubourgs de Paris, se présentent devant le château et tournent leurs canons contre la demeure du roi. Une troupe de serviteurs fidèles, plusieurs bataillons de la garde nationale et surtout les gardes suisses voulaient résister. Leur dévouement offrait encore une chance de succès, et quelques hommes courageux conseillèrent au monarque de s’y abandonner. La reine surtout montra une grande résolution, et cette princesse fut ce jour-là en tout point la digne fille de Marie-Thérèse.

Louis XVI hésitait, lorsque le procureur syndic du département vint lui dire que le seul moyen de sauver sa famille était de se réfugier au milieu de l’assemblée nationale. Ce fut au moment où le combat allait commencer entre les révoltés et les Suisses, et lorsque ces derniers venaient de mettre en fuite les premières colonnes, que le roi entra dans la salle des séances. L’issue du combat était encore douteuse ; on entendait de tous côtés le bruit du canon et de la mousqueterie, et la plupart des députés tremblaient de se voir assaillis par les troupes.

Ce fut dans une telle conjoncture que Louis XVI consentit à les rassurer en ordonnant aux Suisses et à tous ses fidèles sujets de déposer les armes. Cette condescendance fut le dernier acte de son autorité. Dans la même journée, les députés revenus de leurs terreurs prononcèrent sa déchéance ; et trois jours après, on le conduisit avec sa famille à la prison du Temple.

Telle fut la révolution du 10 août 1791, que dirigèrent principalement le maire de Paris et les plus féroces démagogues. Ce fut sous ces tristes auspices que se forma la Convention. Sa convocation fut le dernier acte de la législative, où quelques bonnes intentions et même quelques talents furent perdus dans l’immense nullité de cette assemblée, qui finit à son tour avilie et méprisée, et qu’ont fait oublier depuis longtemps les extravagances de l’assemblée qui l’avait précédée et les fureurs de celle qui lui succéda.

Tous les sacrifices publics ou personnels que Louis XVI avait faits à son amour pour la paix, toutes les concessions arrachées à sa faiblesse, n’avaient servi qu’à exciter la rage des factieux et accroître leur audace. Des respects dérisoires ne lui avaient été prodigués que pour lui faire mieux sentir l’amertume de sa position et l’avilissement du pouvoir royal. Il n’était plus ce gage sacré d’ordre et de bonheur : livré aux conspirateurs qui se partageaient leur proie, il était devenu dans leurs mains un instrument d’oppression et de désordre.

Les frères du monarque avaient dû se réserver pour des temps plus heureux et dérober leurs têtes aux poignards des assassins ; ses plus fidèles serviteurs, partout persécutés, partout poursuivis, rendus au droit naturel de leur conservation, étaient allés demander à l’étranger un asile ; et il n’était resté auprès du roi, jusqu’à sa détention au Temple, qu’un petit nombre d’amis dévoués à sa personne, dont les conseils souvent contradictoires toujours demandés, jamais suivis, étaient aussitôt éventés par l’ombrageuse surveillance des geôliers de la royauté. La reine, ses enfants, Madame Elizabeth, partageaient la prison du monarque et en augmentaient l’amertume par leurs souffrances.

Cependant Louis XVI, calme au milieu de tant de dangers, inaccessible à tant d’outrages, opposait la tranquillité de son âme et le courage de souffrir que lui inspirait sa foi religieuse. Heureusement encore, moins alarmé sur le sort de sa femme, de sa soeur, de ses enfants, il ne prévoyait pas que tant de bonté, de vertu, d’innocence, ne pourrait les sauver de la rage des factieux. L’Europe, cependant, inutilement avertie par d’habiles et courageux étrangers, Burke et Manet du Pan, avait laissé consommer ce grand scandale, qui lui préparait plus tard de cruelles humiliations.

Forcée à la guerre par les séditieux qui regardaient la guerre comme un moyen de salut et même de puissance, elle avait armé, mais faiblement et sans concert. Après quelques tentatives heureuses d’abord, et bientôt arrêtées par des intrigues dont on n’a jamais pénétré le fond et les moyens, l’armée coalisée s’était retirée du territoire français, où son apparition n’avait fait que redoubler la fureur de ses ennemis et aggraver la position du roi et les malheurs de la France.

Dès lors, Louis XVI fut perdu, et n’eut d’autre couronne à attendre que celle du martyre. Le premier acte de la Convention (22 septembre 1792), fut d’abolir la royauté en France. C’était frapper un cadavre, et la Constituante l’avait précédée dans cette grande destruction. Mais le monarque vivait encore ; et les factieux croyaient n’avoir rien fait tant qu’ils ne l’avaient pas déclaré justiciable du peuple souverain et qu’ils n’avaient pas offert cette illustre victime en holocauste à leur nouvelle divinité. Louis XVI s’était ôté le moyen de vivre en roi ; il voulut mourir en saint, et ne pouvant plus rien pour la France, il lui laissa de grands exemples religieux.

Une commission fut nommée pour rechercher les crimes de l’homme qui n’avait voulu faire que du bien, et n’avait montré que des vertus. Pour faire juger la conduite de la Convention, remarquons que la motion de Marat qui, par distraction sans doute, demandait que les chefs d’accusation antérieurs à l’acceptation de la constitution fussent supprimés comme ayant été couverts par l’amnistie, ne fut pas même discutée ; quoique cette motion ne présentât aucun danger, protégée qu’elle était par le nom de son auteur, et qu’en réduisant à rien les chefs d’accusation, elle pût servir puissamment à ceux qui auraient eu l’intention de sauver le roi.

Louis XVI fut mandé à la barre pour entendre la lecture de l’acte d’accusation, et être interrogé. La Convention était avide de cet aveu de sa compétence à juger un roi ; et il eût peut-être dû la récuser. Il avait été auparavant séparé de son fils ; il le fut plus tard de sa femme, de sa fille et de sa soeur, triste prélude du sort qui l’attendait. Les réponses de Louis XVI furent simples, claires, précises, pleines de vérité et de dignité ; et s’il n’eût été qu’un particulier il eût été absous ; mais il était roi, et le peuple souverain jugeait un compétiteur.

L’assemblée voulut donner à la condamnation une forme légale ; elle permit à Louis XVI de se faire assister par un conseil : mission périlleuse et la plus honorable dont des sujets puissent être revêtus, qu’acceptèrent avec joie Malesherbes, Desèze et Tronchet, noms immortels que l’histoire a déjà associés au plus mémorable événement des temps modernes. Leur éloquence fut inutile ; Louis XVI, condamné avant d’être jugé, le fut contre toutes les formes des jugements criminels : la sentence fatale fut prononcée le 17 janvier 1793.

Une première décision presque unanime l’avait déclaré coupable de conspiration et d’attentat à la sûreté publique ; une seconde le priva de l’appel au peuple ; une troisième lui infligea la peine de mort, à la majorité de cinq voix. La Convention était alors formée de sept cent quarante-huit membres ; un d’eux était mort, et onze se trouvaient absents ; ainsi, si la condamnation fut décidée à la majorité des votants, elle ne le fut pas à celle des membres de l’assemblée.

Ce fut en vain que les défenseurs réclamèrent contre l’illégalité de cette décision. Un quatrième appel nominal prononça la nullité d’une nouvelle demande de l’appel au peuple que Louis XVI avait interjeté ; et un cinquième ordonna l’exécution dans les vingt-quatre heures. L’infortuné prince avait prévu ce résultat ; il avait repoussé les motifs d’espérance que ses défenseurs cherchaient à lui donner. Résigné à son sort, il l’attendit avec tout le calme et toute la sérénité d’une conscience pure. C’est dans le journal de Malesherbes qu’il faut voir les circonstances de la longue agonie qu’on lui fit subir.

« Dès que j’eus la permission, dit Malesherbes, d’entrer dans la chambre du roi, j’y courus : à peine m’eut-il aperçu, qu’il quitta un Tacite ouvert devant lui sur une petite table ; il me serra entre ses bras, ses yeux devinrent humides, et il me dit : Votre sacrifice est d’autant plus généreux, que vous exposez votre vie, et que vous ne sauvez pas la mienne. Je lui représentai qu’il ne pouvait pas y avoir de danger pour moi, et qu’il était trop facile de le défendre victorieusement, pour qu’il y en eût pour lui.

« Il reprit : J’en suis sûr, ils me feront périr ; ils en ont le pouvoir et la volonté. N’importe ; occupons-nous de mon procès comme si je devais le gagner, et je le gagnerai en effet, puisque la mémoire que je laisserai sera sans tache. Mais, quand viendront les deux avocats ? Il avait vu Tronchet à l’assemblée constituante ; il ne connaissait pas Desèze. Il me fit plusieurs questions sur son compte, et fut très satisfait des éclaircissements que je lui donnai. Chaque jour il travaillait avec nous à l’analyse des pièces, à l’exposition des moyens, à la réfutation des griefs, avec une présence d’esprit et une sérénité que ses défenseurs admiraient ainsi que moi : ils en profitaient pour prendre des notes et éclairer leur ouvrage… Ses conseils et moi, nous nous crûmes fondés à espérer sa déportation ; nous lui fîmes part de cette idée, nous l’appuyâmes : elle parut adoucir ses peines ; il s ‘en occupa pendant plusieurs jours, mais la lecture des papiers publics la lui enleva, et il nous prouva qu’il fallait y renoncer.

« Quand Desèze eut finit son plaidoyer, il nous le lut : je n’ai rien entendu de plus pathétique que sa péroraison. Nous fûmes touchés jusqu’aux larmes. Le roi lui dit : Il faut la supprimer, je ne veux pas les attendrir. Une fois que nous étions seuls, ce prince me dit : J’ai une grande peine ! Desèze et Tronchet ne me doivent rien ; ils me donnent leur temps, leur travail, peut-être leur vie : comment reconnaître un tel service ? Je n’ai plus rien, et quand je leur ferais un legs, on ne l’acquitterait pas. – Sire, leur conscience et la postérité se chargent de leur récompense. Vous pouvez déjà leur en accorder une qui les comblera. – Laquelle ? – Embrassez-les ! Le lendemain il les pressa contre son coeur ; tous deux fondirent en larmes.

« Nous approchions du jugement ; il me dit un matin : Ma soeur m’a indiqué un bon prêtre qui n’a pas prêté serment, et que son obscurité pourra soustraire dans la suite à la persécution : voici son adresse. Je vous prie d’aller chez lui, de lui parler et de le préparer à venir lorsqu’on m’aura accordé la permission de le voir. Il ajouta : Voilà une commission bien étrange pour un philosophe ! car je sais que vous l’êtes ; mais si vous souffriez autant que moi, et que vous dussiez mourir comme je vais le faire, je vous souhaiterais les mêmes sentiments de religion, qui vous consoleraient bien plus que la philosophie.

« Après la séance où ses défenseurs et lui avaient été entendus à la barre, il me dit : Vous êtes certainement bien convaincu actuellement que, dès le premier instant, je ne m’étais pas trompé, et que ma condamnation avait été prononcée avant que j’eusse été entendu. Lorsque je revins de l’assemblée, où nous avions tous les trois demandé l’appel au peuple, je lui rapportai qu’en sortant j’avais été entouré d’un grand nombre de personnes, qui toutes m’avaient assuré qu’il ne périrait pas, ou au moins que ce ne serait qu’après eux et leurs amis. Il changea de couleur et me dit : Les connaissez-vous ? Retournez à l’assemblée, tâchez de les rejoindre, d’en découvrir quelques-uns ; déclarez-leur que je ne leur pardonnerais pas s’il y avait une seule goutte de sang versé pour moi ; je n’ai pas voulu qu’il en fût répandu, quand peut-être il aurait pu me conserver le trône et la vie ; je ne m’en repens pas.

« Ce fut moi qui le premier annonçai au roi le décret de mort : il était dans l’obscurité, le dos tourné à une lampe placée sur la cheminée, les coudes appuyés sur la table, le visage couvert de ses mains ; le bruit que je fis le tira de sa méditation ; il me fixa, se leva et me dit : Depuis deux heures, je suis occupé à rechercher si, dans le cours de mon règne j’ai pu mériter de mes sujets le plus léger reproche : eh bien ! monsieur de Malesherbes, je vous le jure dans toute la vérité de mon coeur, comme un homme qui va paraître devant Dieu, j’ai constamment voulu le bonheur du peuple, et jamais je n’ai formé un voeu qui lui fût contraire. Je revis encore une fois cet infortuné monarque ; deux officiers municipaux étaient débout à ses côtés : il était debout aussi et lisait. L’un des officiers municipaux me dit : Causez avec lui, nous n’écouterons pas. Alors, j’assurai le roi que le prêtre qu’il avait désiré allait venir. Il m’embrassa et me dit : La mort ne m’effraye pas, et j’ai la plus grande confiance dans la miséricorde de Dieu. »

Empruntons maintenant les expressions et le témoignage de celui qui fut son dernier consolateur, de celui qui eut le courage de l’accompagner jusqu’à l’échafaud, l’abbé de Firmont.

« Louis avait vu la veille sa femme et ses enfants, et lui-même leur avait annoncé sa condamnation. Cette séparation avait été si douloureuse pour tous, surtout pour la reine, qu’il ne put se décider à la revoir le lendemain, malgré la promesse qu’il lui en avait faite. En traversant la cour de la prison à neuf heures pour aller au supplice, il se tourna deux fois vers la tour où était sa famille, comme pour dire un dernier adieu à ce qu’il avait de plus cher. A l’entrée de la seconde cour se trouvait une voiture de place ; deux gendarmes tenaient la portière. A l’approche du roi, l’un y entra, et se plaça sur le devant. Le roi monta ensuite, et mit à côté de lui son confesseur dans le fond ; l’autre gendarme entra le dernier, et ferma la portière.

« Le roi, ajoute l’abbé de Firmont, se trouvant resserré dans une voiture où il ne pouvait parler ni m’entendre sans témoins, prit le parti du silence. Je lui présentai aussitôt mon bréviaire, le seul livre que j’eusse sur moi, et il parut l’accepter avec plaisir. Il témoigna même désirer que je lui indiquasse les psaumes qui convenaient le mieux à sa situation, et il les récitait alternativement avec moi. Les gendarmes, sans ouvrir la bouche, paraissaient extasiés et confondus tout ensemble de la piété tranquille d’un monarque qu’ils n’avaient jamais vu sans doute d’aussi près.

« La marche dura près de deux heures. Toutes les rues étaient bordées de plusieurs rangs de citoyens, armés tantôt de piques, tantôt de fusils. En outre, la voiture elle-même était entourée d’un corps de troupes imposant, et formé sans doute de ce qu’il y avait de plus corrompu dans Paris. Pour comble de précautions, on avait placé, en avant des chevaux, une multitude de tambours, afin d’étouffer par ce bruit les cris qui auraient pu se taire entendre en faveur du roi. Mais comment en aurait-on entendu ? Personne ne paraissait ni aux portes ni aux fenêtres ; et on ne voyait dans les rues que des citoyens armés, c’est-à-dire des citoyens qui, tout au moins par faiblesse, concouraient à un crime qu’ils détestaient peut-être dans le coeur.

« La voiture parvint ainsi dans le plus profond silence à la place Louis XV, et s’arrêta au milieu d’un grand espace vide qu’on avait laissé autour de l’échafaud. Cet espace était bordé de canons ;

Exécution de Louis XVI, le 21 janvier 1793

et au delà, tant que la vue pouvait s’étendre, on apercevait une multitude en armes. Dès que le roi sentit que la voiture n’allait plus, il se retourna vers moi et me dit à l’oreille : Nous voilà arrivés, si je ne me trompe. Mon silence lui répondit que oui. Un des bourreaux vint aussitôt ouvrir la portière, et les gendarmes voulurent descendre ; mais le roi les arrêta, et appuyant sa main sur mon genou : Messieurs, leur dit-il d’un ton de maître, je vous recommande monsieur que voilà ; ayez soin qu’après ma mort il ne lui soit fait aucune insulte. Je vous charge d’y veiller Ces deux hommes ne répondant rien, le roi voulut reprendre d’un ton plus haut ; mais l’un d’eux lui coupa la parole : Oui, oui, lui répondit-il, nous en aurons soin ; laissez-nous faire.

« Et je dois ajouter que ces mots furent dits d’un ton de voix qui aurait dû me glacer, si dans un moment tel que celui-là il m’eût été possible de me replier sur moi-même. Dès que le roi fut descendu de voiture, trois bourreaux l’entourèrent et voulurent lui ôter ses habits ; mais il les repoussa avec fierté et se déshabilla lui-même. Il défit également son col, ouvrit sa chemise, et s’arrangea de ses propres mains. Les bourreaux, que la contenance fière du roi avait déconcertés un moment, semblèrent alors reprendre de l’audace.

« Ils l’entourèrent de nouveau et voulurent lui prendre les mains. Que prétendez-vous ? leur dit le prince en retirant ses mains avec vivacité – Vous lier, répondit un des bourreaux. – Me lier ! repartit le roi d’un air d’indignation. Je n’y consentirai jamais ; faites ce qui vous est commandé, mais vous ne me lierez pas : renoncez à ce projet. Les bourreaux insistèrent, ils élevèrent la voix et semblaient déjà appeler du secours pour le faire de vive force. C’est ici, peut-être, le moment le plus affreux de cette désolante matinée : une minute de plus, et le meilleur des rois recevait, sous les yeux de ses sujets rebelles, un outrage mille fois plus insupportable que la mort, par la violence qu’on semblait vouloir y mettre.

« Il parut le craindre lui-même et se retournant vers moi, il me regarda fixement, comme pour me demander conseil, Hélas ! il m’était impossible de lui en donner un, et je ne lui répondis d’abord que par mon silence. Mais comme il continuait de me regarder : Sire, lui dis-je avec larmes, dans ce nouvel outrage je ne vois qu’un dernier trait de ressemblance entre Votre majesté et le Dieu qui va être sa récompense. A ces mots, il leva les yeux au ciel avec une expression de douleur que je ne saurais jamais rendre. Assurément, me dit-il, il ne me faudra rien moins que son exemple pour que je me soumette à un pareil affront. Et se tournant vers les bourreaux : Faites ce que vous voudrez, leur dit-il ; je boirai le calice jusqu’à la lie.

« Les marches qui conduisaient à l’échafaud étaient extrêmement raides à monter : le roi fut obligé de s’appuyer sur mon bras ; et, à la peine qu’il semblait prendre, je craignis un moment que son courage ne commençât à fléchir. Mais, quel fut mon étonnement lorsque, parvenu à la dernière marche, je le vis s’échapper pour ainsi dire de mes mains, traverser d’un pied ferme toute la largeur de l’échafaud, imposer silence par son seul regard à quinze ou vingt tambours qui étaient placés vis-à-vis de lui, et, d’une voix si forte

L’un des bourreaux saisissant la tête et la montrant au peuple

qu’elle dut être entendue du pont Tournant, prononcer distinctement ces paroles à jamais mémorables :

Je meurs innocent de tous les crimes qu’on m’impute ; je pardonne aux auteurs de ma mort, et je prie Dieu que ce sang que vous allez répandre ne retombe jamais sur la France.

« Il allait continuer ; mais un homme à cheval, en uniforme national, fondant tout à coup l’épée à la main, et avec des cris féroces, sur les tambours, les obligea de rouler. Plusieurs voix se firent entendre en même temps pour encourager les bourreaux : ils parurent s’animer eux-mêmes, et, saisissant avec effort le plus vertueux des rois, ils le traînèrent sous la hache qui d’un seul coup fit tomber sa tête. Tout cela fut l’ouvrage de peu d’instants ; le plus jeune des bourreaux (il ne semblait pas avoir plus de dix-huit ans) saisit aussitôt la tête et la montra au peuple, en faisant le tour de l’échafaud : il accompagnait cette cérémonie monstrueuse des cris les plus atroces et des gestes les plus indécents. Le plus morne silence régna d’abord : bientôt quelques cris de Vive la république ! se firent entendre. Peu à peu les voix se multiplièrent ; et, dans moins de dix minutes, ce cri devint celui de la multitude, et tous les chapeaux furent en l’air. »

Ainsi mourut Louis XVI, le 21 janvier 1793, à l’âge de 38 ans 6 mois et 18 jours, après environ dix-neuf ans de règne, laissant de grandes leçons au monde, et un testament immortel, modèle de foi religieuse, de bonté paternelle, éternel entretien de douleur et de regret. Son corps fut transporté au cimetière de la Madeleine, où les bourreaux le couvrirent de chaux vive pour qu’il n’en restât aucune trace. Cependant les recherches que l’on a faites en 1814 en ont découvert une partie ; et ces restes précieux ont été transférés solennellement à Saint-Denis, dans le mois de janvier 1815, avec ceux de Marie-Antoinette. Louis XVI eut trois enfants : Louis, dauphin, mort en 1789 ; Louis XVII, connu d’abord sous le nom de Louis-Charles, duc de Normandie ; et Marie-Thérèse-Charlotte, depuis duchesse d’Angoulême.

Source : http://www.france-pittoresque.com/rois-france/louis-XVI.htm

croix-de-los-caidos

louis xvi

Marie-Antoinette.jpg

louis xvii

« L’ Individu est Handicapé de se retrouver face à une Conspiration si MONSTRUEUSE qu’il ne peut croire qu’elle Existe ».

John Edgar Hoover – Patron du FBI

john edgar hoover

LA REPUBLIQUE ET SES APOTHICAIRES DOIVENT ETRE DETRÔNES POUR QUE RENAISSE LE ROYAUME DE FRANCE CATHOLIQUE.

« La France reviendra aux Traditions de Saint Louis ou elle périra dans la Honte et la Ruine ».

Léon XIII – 1903-

42 Milliards par AN pour PAYER la « DETTE » aux Banquiers qui ont MIS A MORT notre Roi LOUIS XVI :

« Entrées précédentes