Archives de Catégorie: Immigration

Quotas de migrants ? Non ! Mais quotas de rémigration, OUI, mille fois oui !

La lettre argumentaire PDF, rédigée par Jean-François Touzé et Franck Timmermans.

Selon l’essayiste, démographe et sociologue Jean-Paul Gourévitch, 7,3 millions d’immigrés vivraient aujourd’hui sur notre sol, soit 11 % de la population, auquel il faudrait ajouter entre 12 % et 14 % de descendants directs d’immigrés, c’est-à-dire au total entre 14 et 16 millions de personnes « venues d’ailleurs ». Quatre fois plus qu’il y a 20 ans.
Ce constat n’empêche pas l’exécutif de relancer le débat sur l’immigration voulue, choisie et organisée.
C’est ainsi qu’Emmanuel Macron vient d’ouvrir la porte à l’introduction de quotas destinés selon lui à maîtriser les flux migratoires. Vieille lune que ce concept proposé au début des années 1990 par le duo Pasqua/Seguin lors de leur tentative de puputsch au sein du RPR contre Chirac et Juppé, et repris en 2007 par Sarkozy lors de sa campagne présidentielle. Concept ancien donc et surtout illusoire et fantasmagorique.
Par définition, en effet, l’immigration illégale échappe à tout contrôle et ne pourrait donc être quantifiée dans une politique de quotas.
Par légalisme international autant que par soumission à la bien-pensance, il ne saurait non plus être question d’introduire les quotas dans l’attribution des droits d’asile (120 000 demandes en 2018, en hausse de 21 %).
Reste donc l’immigration dite légale qui concerne désormais 250 000 personnes chaque année.
Sur ces 250 000 nouveaux entrants, 88 737 premiers titres de séjours délivrés l’année dernière l’ont été au titre du regroupement familial. La remettre en cause irait à l’encontre de la Convention européenne des droits de l’homme que la France a ratifiée et surtout de la Constitution qui stipule que « la Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement, et protège le droit à vivre en famille ». Inutile de préciser qu’aucun gouvernement du Système, ne dérogera à des principes républicains aussi éclairés…
Alors, des quotas pour l’immigration dite économique qui ne concerne que 11 % des entrants ? Mais là encore, on voit mal les entreprises qui ont besoin de flexibilité dans leurs embauches accepter que les taux de répartitions d’emplois soient décidés par l’État ou par le Parlement une fois pour toutes en début d’année de façon discrétionnaire et selon une méthode comptable.

Nous sommes donc bien dans la mythographie et le mensonge.

Pour le Parti de la France, notre pays n’a pas besoin d’immigration économique. Dans une France minée par le chômage, une formation adaptée, une adaptation aux réalités économiques, une revalorisation du travail manuel et des salaires qui leurs sont attachés doivent permettre aux nationaux d’occuper tous les postes à pourvoir. Notre pays n’a pas non plus à faire bénéficier des étrangers du « droit à la famille » qui ne doit concerner que les seuls Français. Il n’a pas à accueillir par dizaines de milliers de faux réfugiés.
L’immigration ne doit pas être organisée.

Elle doit être stoppée. Totalement et définitivement.

Il est pourtant un quota que nous pouvons adopter : celui de la rémigration : la droite nationale au pouvoir fixera donc chaque année le nombre d’étrangers et de faux nationaux, selon leur origine et leur « qualité », afin de procéder à leur retour au pays.
Jusqu’à épuisement des stocks.
Le Parti de la France : https://t.co/EsYX9G6PoJ

*****

Matteo Salvini, Ministre de l’Intérieur Italien est très clair :

Il ne veut plus aucun « migrants » sur le sol Italien, les responsables étant les ONG immigrationnistes qui vont en Afrique les chercher.

 

« Un pays civilisé n’engage pas la sécurité de l’Italie à ces hors-la-loi et à un « commandant » qui se sent coupable d’être né « blanc, riche et allemand »… J’espère que tout le monde fera sa part, je vais tout mettre dedans. »

 

Matteo Salvini a Raison de se battre contre les Trafiquants d’êtres humains.

Ce que cachent les ONG payées par Soros et les Trafiquants ce sont les images prises à Lampedusa par les Autorités Italiennes en 2013 :
Les cercueils des victimes du naufrage dans un hangar de l’aéroport de Lampedusa, le 5 octobre 2013.
© REUTERS/Antonio Parrinello
Afficher l’image source

RFI Afrique : http://www.rfi.fr/auteur/rfi

*****

Actuellement, Matteo Salvini se bat contre le « Sea-Watch » Des Pays Bas qui bat pavillon allemand.

Migrants. Après avoir forcé le blocus italien, le Sea-Watch toujours à l’arrêt face à Lampedusa.

Le Sea-Watch, un navire humanitaire avec 42 migrants à son bord, était toujours vendredi 27 juin à l’arrêt devant le port de l’île de Lampedusa. La veille, il avait forcé le blocus et pénétré dans les eaux territoriales italiennes. Matteo Salvini souhaite l’arrestation de l’équipage et la mise sous séquestre du bateau.

Le navire humanitaire Sea-Watch, qui a forcé mercredi le blocus italien, était toujours à l’arrêt jeudi à la mi-journée en face du port de l’île de Lampedusa, dans l’attente d’une solution pour les 42 migrants bloqués à bord depuis 15 jours.

« Nous avons attendu une nuit, nous ne pouvons pas attendre plus. On ne peut pas jouer avec le désespoir de personnes dans le besoin », a écrit l’ONG Sea-Watch jeudi matin.

Mais le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, s’oppose fermement à tout débarquement des migrants, à moins qu’ils ne soient immédiatement transférés aux Pays-Bas, pays dont le navire bat pavillon, ou en Allemagne, pays de l’ONG Sea-Watch.

De plus, Matteo Salvini exige que l’équipage soit arrêté et le navire séquestré, comme il l’avait fait lors de précédents épisodes où des navires humanitaires, en particulier le Sea-Watch, ont débarqué en Italie des migrants secourus en mer.

La capitaine en prison ?

La justice n’avait alors pas suivi mais depuis, le gouvernement italien a adopté un « décret-loi sécurité bis » qui a permis à Matteo Salvini d’interdire expressément au Sea-Watch de pénétrer dans les eaux italiennes.

Et la jeune capitaine du navire, Carola Rackete, a sciemment désobéi à cet interdit. « Je suis prête à aller en prison pour cela », a-t-elle déclaré mercredi, affirmant suivre le droit maritime.

La capitaine du Sea-Watch, Carola Rackete, est prête à aller en prison. | Photo SEA-WATCHLa capitaine du Sea-Watch, Carola Rackete, est prête à aller en prison.

Matteo Salvini réclame en effet son arrestation : « J’espère que dans les prochaines heures, il y aura un juge pour affirmer qu’il y a des hors-la-loi à bord de ce bateau, à commencer par la capitaine », a-t-il encore déclaré jeudi matin à la radio.

113 000 € récoltés

La jeune femme et les responsables de Sea-Watch risquent des poursuites pour aide à l’immigration clandestine et, en vertu du nouveau décret-loi, une amende de 50 000 € et la saisie du navire.

Jeudi à la mi-journée, un appel aux dons lancé mercredi sur Facebook pour payer les frais de justice de l’ONG avait déjà récolté plus de 113 000 €.

Et pendant que les 42 migrants patientent sur le Sea-Watch, les arrivées ne cessent pas : 34 migrants ont été interceptés mercredi soir par une vedette de la police et conduits en Sicile, tandis que 10 autres sont arrivés jeudi à l’aube à Lampedusa à bord d’une petite barque vraisemblablement partie de Tunisie.

Ouest-France, avec AFP.   Ouest-France  : https://alencon.maville.com/actu/actudet_-migrants.-apres-avoir-force-le-blocus-italien-le-sea-watch-toujours-a-l-arret-face-a-lampedusa_54135-3759926_actu.Htm

*****

Nous avons à faire à des Malades Paranoïaques dans lesquels l’on a injecté le sentiment que sans l’Afrique l’Europe touche à sa fin.

Paranoïa Wikipedia : À partir du début du XIXᵉ siècle, appropriée par la psychiatrie naissante, la paranoïa indique un trouble mental manifesté par des difficultés relationnelles, des troubles du comportement et un sentiment de persécution pouvant aller jusqu’à un point d’irrationalité et de délire. La pensée paranoïaque inclut typiquement des croyances de persécution liées à une menace perçue comme provenant des individus: jalousie, délires, etc. et de sentiments de mégalomanie dus à l’aberration de la pensée.

*****

 

L’irruption de nationalistes aux « Assises Église métisse 2019 ».

Lundi 10 juin dernier se tenaient à Trappes les « Assises Eglise métisse 2019 ». Comme nous l’avions expliqué dans notre dernier article L’Église catholique conciliaire et le métissage, sous couvert de défendre l’intégration des immigrés dans l’Église, les organisateurs promeuvent le multiculturalisme et l’accueil des migrants. Dans la charte rédigée pour ces Assises, on peut lire :

« Nous accueillons d’abord le mélange de populations dans les Yvelines comme un fait incontournable et la présence dans nos communautés de nombreux catholiques issus de l’immigration comme un signe des temps qui oriente la relecture de notre passé national et ecclésial, et prend sens dans la perspective du grand rassemblement de tous les hommes que Dieu prépare pour l’éternité. »

Pour l’Église catholique des Yvelines donc, l’immigration et sa conséquence le Grand Remplacement ne sont pas une rupture historique imposée aux Européens par une oligarchie cosmopolite dans une volonté de les affaiblir et de les dominer, ce que plusieurs auteurs ont très nettement montré (1), mais un phénomène contre lequel on ne peut lutter et qui est peut-être même voulu par Dieu dans des perspectives eschatologiques. On reconnaît la patte du pape François dans ces idées, lui qui n’a pas hésité à déclaré que la Vierge Marie était métisse (2). Nous qui croyions qu’elle était issue d’une famille de lévites, peu adeptes du mélange du sang…

Ce qui montre encore que ce rassemblement n’était pas seulement à caractère religieux mais avait une portée politique, c’est la présence du préfet des Yvelines, M. Jean-Jacques Brot. L’évêque auxiliaire de Versailles, Mgr Bruno Valentin, était également présent.

Lundi dernier donc, cinq militants nationalistes se sont rendus à la salle paroissiale de Trappes et ont interrompu avec fracas la réunion, s’emparant du micro pour dénoncer devant l’assemblée ce rassemblement et distribuant aux participants des tracts expliquant en détail les raisons de cette opposition. Le préfet a essayé de faire la morale républicaine aux jeunes militants, mais il ne s’est guère fait entendre dans le brouhaha général. Mais quelle idée a eue ce représentant de l’Etat de sortir de son domicile sans une triple rangée de CRS ?… Un participant à cette réunion a tenu à dire aux militants nationalistes qu’il partageait leur position. Une fois la distribution de tracts achevée, les militants sont sortis de la salle et ont eu une discussion très vive avec les organisateurs de l’événement, prêtres et laïcs, stupéfaits qu’on puisse ne pas être enthousiaste à l’idée de laisser la France être submergée de migrants.

Nous tenons à remercier La Croix pour avoir parlé de notre action de façon factuelle et neutre (3). Pour le reste, le quotidien des catholiques de gauche, qui a appelé à voter pour Macron le 2 mai 2017, se félicite naturellement de la tenue de ces Assises, et évoque une « diversité [qui] est incontestablement source de dynamisme », comme « la moitié des baptisés adultes à Pâques sont issus de l’immigration ». En fait ces Assises ne sont ni plus ni moins qu’une séance de marketing : l’Eglise constate que sa clientèle a changé, et s’interroge sur les moyens de la fidéliser. Tout comme Nike met en vente des vêtements de sport qui sont aussi des hijabs (4). Mais l’Église ne se penche guère sur l’avis des catholiques français de souche. Nous avons reçu depuis cette action le témoignage d’un paroissien d’Achères, dans les Yvelines, qui a fini par changer de paroisse car il était lassé des chants africains récurrents au cours des messes, comme ce sont des africaines qui animent la chorale. Il avait le sentiment de ne plus reconnaître la liturgie et d’être dérangé dans sa prière. Ce « métissage de la liturgie » crée quelques délaissés, passés par pertes et profits par l’Église.

Puissent le Pape et l’Église de France méditer les propos du Cardinal Sarah dans son dernier ouvrage, Le Soir approche et déjà le jour baisse :

« À la racine de l’effondrement de l’Occident, il y a une crise culturelle et identitaire. L’Occident ne sait plus qui il est, parce qu’il ne sait plus et ne veut pas savoir qui l’a façonné, qui l’a constitué, tel qu’il a été et tel qu’il est. De nombreux pays ignorent aujourd’hui leur histoire. Cette auto asphyxie   conduit naturellement à une décadence qui ouvre la voie à de nouvelles civilisations barbares. »

Nous recommandons aussi la lecture du livre de Julien Langella :

Nous encourageons les catholiques voulant protester contre cette propagande à imprimer et diffuser dans leur église le tract (ci-dessous) distribué à Trappes. Puisque le pape et le clergé se mêlent de politique, pourquoi ne ferions nous pas de la politique dans les églises ?

Nous voulons des pasteurs, pas des passeurs !

Rendez à César ce qui est à César !

Jeune Nation : https://t.co/V937c4J4iv

*****

Les Prêtres, Moines de l’Eglise Catholique sont allés Evangéliser le Monde et non Forcer les populations à abandonner leurs Nations Respectives.

Nulle part dans la Bible il est écrit que les Peuples migreront d’un continent à un autre.

Dieu a créé le Monde à son Image : Un Peuple pour chaque Nation.

Vatican II est à détruire et le plus vite sera le mieux.

Résultat d’images pour image des spectacles au pape au vatican

Résultat d’images pour image des spectacles au pape au vatican

Afficher l’image source

Bergoglio est un pitre de bas Etage.

Novlangue dans la Police.

Alors que les Actes d’agression physique et de mise à Mort augmentent en Europe de manière exponentielle, la nouvelle publicité de la Police est d’une Douceur Angevine qui frise le Ridicule par le MENSONGE !

Screenshot_2019-06-26 (3) Twitter.png

Qui pourra nous dire où se trouvent « la Protection » et « l’Equilibre »en sachant que l’on peut mourir désormais en mettant « le nez dehors » ?

La Preuve par les Européens Blancs tués et agressés Hier,  JUSTE HIER :

Leur « Vivre Ensemble » c’est se laisser Tuer par leurs Etrangers dans Rien dire.

Screenshot_2019-06-26 Fdesouche ( F_Desouche) Twitter.png

Screenshot_2019-06-26 Fdesouche ( F_Desouche) Twitter(1).png

Screenshot_2019-06-26 Fdesouche ( F_Desouche) Twitter(2)

Screenshot_2019-06-26 Fdesouche ( F_Desouche) Twitter(3)

Screenshot_2019-06-26 Fdesouche ( F_Desouche) Twitter(4).png

Screenshot_2019-06-26 Fdesouche ( F_Desouche) Twitter(5).png

Screenshot_2019-06-26 Fdesouche ( F_Desouche) Twitter(6).png

Screenshot_2019-06-26 Fdesouche ( F_Desouche) Twitter(7).png

Screenshot_2019-06-26 Fdesouche ( F_Desouche) Twitter(8)

Screenshot_2019-06-26 Fdesouche ( F_Desouche) Twitter(9).png

 

Screenshot_2019-06-26 Fdesouche ( F_Desouche) Twitter(10).png

Screenshot_2019-06-26 Fdesouche ( F_Desouche) Twitter(11).png

Screenshot_2019-06-26 Fdesouche ( F_Desouche) Twitter(13)

Screenshot_2019-06-26 franceinfo ( franceinfo) Twitter

Et l’on vient nous Parler de la Police qui serait synonyme de « PROTECTION » et de « TRANQUILITE » ???

 

La Police, parlons-en ! D’où vient cette « section » au sein même de la Police qui emploie des Méthodes vues en Palestine ?

 

Screenshot_2019-06-26 (11) Twitter.png

 

Après « le passage » de la POLICE PROTECTRICE DE L’EQUILIBRE, Steve a disparu dans la Loire, il ne savait pas nager………………………………………….

Screenshot_2019-06-26 Laly Lilou ( ChrystelRoseant) Twitter.png*

 

Du Jamais vu ! une « police » qui fait chuter des jeunes gens dans la Loire alors que Steve, disparu depuis, ne savait pas nager !

Screenshot_2019-06-26 Fdesouche ( F_Desouche) Twitter(12)

Screenshot_2019-06-26 franceinfo ( franceinfo) Twitter(1).png

 

Ce que l’on sait c’est que cela ne peut plus Durer, cela ne va pas Durer, et ça, On le Sait.

Et comme l’a si bien dit Hervé Ryssen à Laetitia Avia :

 

Screenshot_2019-06-26 Laetitia Avia sur Twitter Ça vous choque dans la rue Pourquoi l’accepter sur internet #PPLCyberHaine…

 

Laetitia Avia qui ne voit qu’ une HAINE en sens Unique : celle des juifs et des étrangers !

La Haine de l’Européen Blanc n’existe donc pas. C’est l’Européen Blanc que l’on tue mais c’est pas grave, c’est ce que la « publicité » de Laetitia diffuse comme MESSAGE.

 

Si vous avez vu sur Facebook un Fol-Dingo qui se serait risqué à écrire ce qu’il y a d’écrit sur les Pancartes du clip de Laetitia, merci de le préciser dans les commentaires.

Screenshot_2019-06-26 (1) Fdesouche ( F_Desouche) Twitter(1)

 

N’oubliez pas que ce qu’ils appellent « Propos Haineux » sont la Dénonciation des crimes orchestrés par les étrangers chez nous. Le clip de Laetitia est l’Eau qui couvre l’Océan.

Bis Bis repetita : Pour ne pas risquer de voir votre nom être d’être jeté à la Vindicte comme étant un « Sale Facho » etc, ayez TOR pour moteur de recherche et dotez-vous d’un VPN qui vous rendra intraçable.

Car Oui, nous continuerons de dénoncer ce qui doit l’être, avec ou sans le Clip de Laetitia, avec ou sans les sanctions de Facebook imposées par le gouvernement.

Sachez au passage que les sanctions de Facebook ne concernent que la France.

Cela en dit long sur ceux qui ont pris le pouvoir en France.

Patience, dans l’attente de leur Renversement.

 

 

Le Gauchisme est une Maladie Mentale : la Bête les Rend Bête.

Voilà ce qu’écrit ce pauvre Nicolas Kirkitadze sur Agora Vox :

Ce Gauchiste, coincé de Toute part  par sa médiocre Existence sans Dieu, jette ses relents d’aigreurs sur le Nationalisme Français qui porte en lui la Religion Catholique contrairement au Nationalisme Italien et Allemand.

Voilà pour ce triste sire Où ça coince : La Religion Catholique est comprise dans le Nationalisme Français. Il n’arrive pas a assimiler que la France est née d’un Baptême, contrairement à L’Italie et à L’ Allemagne. De plus, ce sont les Lumières franc-maçonnes qui ont oeuvré pour faire chuter la religion Catholique qui était la Lumière du Monde. Cela, c’est Trop pour lui, ses Neurones se percutent de Toute Part et il débite un torrent de Gloire à la Bête, sa seule référence avec les débilités et les mensonges qui vont avec !

Quant à l’immigration, il suffit d’avoir des Yeux pour voir ce que cet individu ne verra jamais du fait qu’il a pris la défense d’un Turc tueur d’un enfant à Lorient. Pour ce genre d’individu, prendre la défense d’un homme à la peau foncée, même si cet homme à tué un enfant, c’est être sur la bonne voie ! Voilà ce qu’est le Gauchisme qui est le Cancer Mental en action contre Tous les Peuples d’Europe.

Nicolas Kirkitadze fait un caca nerveux : RR aurait dit du mal du pauvre Turc qui a tué un enfant à Lorient

Le nationalisme français a ceci de particulier qu’à la différence de ses homologues italien, allemand et scandinave (qui puisent leurs sources dans un nationalisme républicain issu des Lumières et du romantisme) il est une émanation directe du catholicisme, et, plus spécifiquement, du thomisme : la branche philosophique la plus réactionnaire et la plus dogmatique de cette religion où la distinction entre temporel et spirituel est abolie (ce qui, comme le dit Hannah Arendt, constitue un marqueur du totalitarisme). Cette explication jette un éclairage nouveau sur le manichéisme inhérent à l’extrême-droite française dont le fonctionnement binaire n’admet que deux options « patriote » et « ennemi ». Ceci dit, même dans sa définition de l’ « ennemi », le nationalisme français se démarque de ses homologues européens par sa vision eschatologique. Prenons l’exemple de l’immigration, bête noire de toutes les extrême-droites du monde. Là où les nationalistes allemands et italiens voient l’immigration comme une menace conjoncturelle et purement politique, les nationalistes français y décèlent aussi un péril spirituel et imaginent l’arrivée de personnes étrangères non comme un phénomène socio-économique inscrit dans la logique des évènements, mais comme une conjuration contre la France afin de lui faire perdre son « âme ».

Oui, son « âme », vous avez bien lu. Car, toujours contrairement aux nationalistes des autres pays, ils voient leur prétendue patrie comme une personne morale bien vivante. Or, au même titre que l’Antéchrist s’oppose au Christ, ils considèrent que la France a aussi un ennemi naturel : l’anti-France. Cette dernière étant à l’œuvre non pas depuis 1968 ou même 1789 (qui en seraient les simples émanations) mais dès la naissance même de la France, que ces nationalistes situent au 25 décembre 496, date (très hypothétique) du baptême de Clovis. L’une des figures de la pensée néo-thomiste, le professeur Harouel (qui, au passage, n’est pas historien mais juriste) fait remonter le clivage droite/gauche non pas à la Révolution comme la plupart des historiens (y compris droitards) mais… au IIIème siècle et à la naissance des Gnostiques, qui seraient des Pharisiens infiltrés chargés de dynamiter le christianisme de l’intérieur… Une vision dénuée de toute historicité qui frôle (de très près) l’antisémitisme mais qui a néanmoins fait florès dans les rangs de l’extrême-droite royaliste.

Ainsi, la Réforme de Luther, l’édit de Nantes, la Révolution, la franc-maçonnerie, la Libération et Vatican II ne seraient que des réminiscences de cette Gnose qui tente de « remplacer » le christianisme. Et puisque, selon la formule consacrée, « Dieu a choisi la France », il semble tout à fait naturel à ces nationalistes que les ennemis du Christ soient aussi ennemis de la France, prétendue « fille aînée de du christianisme » (en vrai, la fille aînée, c’est l’Arménie, puis la Géorgie, puis Rome, le royaume franc ne venant qu’en 7ème place). Dès lors, l’anti-France serait à l’œuvre afin de séculariser, de « météquiser » (sic) et de remplacer la France par la République universelle. Toujours cette lubie du « remplacement », typique du nationalisme français… De fait, le fantasme du « Grand Remplacement » démographique imaginé par Renaud Camus n’est pas à considérer comme un courant de pensée indépendant mais comme un avatar du système de pensée dextrogyre où la théorie de l’éclipse tient une place prépondérante : l’Église authentique éclipsée par l’église conciliaire, le « pays réel » éclipsé par le « pays légal », les Français éclipsés par les « métèques » et la France éclipsée, bien sûr, par l’anti-France…

Ce terme d’ « anti-France » est né durant l’affaire Dreyfus, dans les pamphlets hallucinés d’un Déroulède avant d’être repris en 1918 par Léon Daudet, lequel clamait que « la victoire du traitre Dreyfus » (sic) signait aussi « la victoire de l’anti-France ». Un terme qui allait faire florès dans l’extrême-droite antirépublicaine de l’entre-deux-guerres, surtout chez Maurras puis Pétain lequel clama dès l’automne 1940 que son inique « révolution nationale » avait pour but de vaincre une fois pour toute cette « anti-France » représentée selon lui (s’inspirant directement de Maurras) par les « quatre états confédérés » qu’étaient, dans l’ordre, les Juifs, les franc-maçons, les protestants et les « métèques ».

En 2019, l’extrême-droite française croit toujours à ces théories. Certes, le FN et DLF n’en font pas ouvertement mention et jurent par la République mais le vivier intellectuel de l’extrême-droite (à commencer par les plumitifs Soral et Marion Sigaut) promeut sans relâche ce fantasme remplaciste. La seule chose qui a changé, c’est que les Protestants (trop peu nombreux pour exciter la haine des nationalistes) ont cédé la place aux Musulmans dans la liste des « quatre états confédérés ». L’historien Jean de Viguerie, ancien cadre du FN, ne dit pas autre chose dans son opuscule Les deux patries, paru en 1998, où il réactualise cette théorie du complot. Bien qu’indigeste et clairement WTF, cet ouvrage est très intéressant pour comprendre la psychologie de la droite catho. Le professeur Jean de Viguerie (car, hélas, il est prof de fac) présente en effet la France comme une personne morale et non comme une entité politique : son opposante de toujours, l’anti-France, qui est selon lui au pouvoir depuis 1789 (avec un bref interlude entre 1940 et 1944 où la « vraie France » aurait, un temps, repris les commandes). Ainsi, la « vrai France » serait celle des rois, des clochers, de Pétain et de la blancheur cutanée.

Je me souviens avoir eu « l’honneur » en 2016 d’être convié à une conférence sur le thème de l’anti-France, coanimée par l’ex-rappeur gabonais Tepa (reconverti dans le journalisme fachosphérique) et son ami l’avocat pétainiste antidreyfusard Adrien Abauzit. Une conférence lors de laquelle les deux compères avaient repris mot pour mot les vieilles théories maurasso-pétainistes de l’anti-France en les réactualisant : aujourd’hui, l’anti-France ne se limiterait plus à quatre groupes confédérés mais il faudrait y ajouter aussi la finance, les médias et l’UE… Navré, mais je ne me souviens pas du reste, la conférence étant si lénifiante que des ronflements s’étaient élevés dans la salle et que j’avais moi-même failli m’assoupir tel un vieillard. L’ambiance s’était dégrisée lorsque le jeune avocat avait comparé la France à un bateau : les personnes de toutes origines (mais blanches et chrétiennes, de préférence) y seraient les bienvenus à condition de ramer au rythme de l’équipage et de ne pas en modifier la structure, toute personne servant l’anti-France devait être « jetée par-dessus bord ». Une imprécation galvanisante qui déclencha une standing ovation dans la salle, un vieux moustachu visiblement éméché entonna même la chanson Santiano de Hugues Aufray (« c’est un fameux trois-mâts fin comme un oiseau…« ). Ces preux matelots du navire France ne se doutaient pas qu’un flibustier libéral était à bord.

Car, faisons le compte. Métèque, je le suis comme l’atteste mon nom. Protestante, une partie de ma famille l’est. Libéral, je le suis devenu, comme je suis devenu islamophile suite à mes lectures et aux belles rencontres offertes par la vie. C’est officiel, si Vichy était toujours au pouvoir, votre serviteur serait tondu à l’heure qu’il est (si on y ajoute mon handicap visuel, le compte est bon : le régime vichyssois ayant fait liquider des milliers de handicapés visuels, mentaux et moteurs). Alors, nous, libéraux, banlieusards, europhiles, handicapés, anticléricaux, sommes-nous vraiment l’anti-France ? Oui, et voici pourquoi.

Premièrement, parce que l’extrême-droite n’a pas totalement tort lorsque elle déclare que la « vraie France » est celle des clochers et de la Tradition. Pour le coup, je suis d’accord avec eux, sauf que je n’y vois là aucun motif de fierté. Bien au contraire. Oui, la France est, dans ses fondements même, une entité traditionaliste et passéiste qui a un mal fou à adopter la nouveauté, non pas uniquement sur un plan politico-religieux mais même sur des choses anodines telles que la télévision couleur (décriée par 70% des ménages lors de son invention). Il n’y a qu’à voir le tollé suscité par la création du livre numérique (les Français sont nostalgique des bouquinistes et de l’odeur du papier rongé par les mites) pour comprendre que ce pays est enchaîné au passé et que même ceux dits « de gauche » sont en fait dans la perpétuation d’une vision réactionnaire. Si vous aimez les nouvelles technologies, le progrès, la nouveauté, alors vous êtes (que vous le vouliez ou non) partie prenante de cette fameuse anti-France. Idem si vous êtes antichrétien. Car, le christianisme a hélas imprégné l’ensemble de la société française qui continue de l’observer sans s’en rendre compte et parfois en se croyant athée… Comme l’a déclaré le réalisateur dextrogyre Sylvain Durain sur les ondes de Radio Courtoisie en novembre 2017 : « Même le plus athée des Français a en lui un fond chrétien« . Encore une fois, je suis d’accord. Sauf que si lui s’en réjouit, moi, je le déplore. Il n’y a qu’à voir l’émoi suscité par la brûlerie de Notre-Dame (suspension de campagne électorale, milliards débloqués) pour se rendre compte que la loi de 1905 n’est que de la poudre aux yeux et que nous vivons dans un pays faussement laïc. En effet, pensez-vous qu’on aurait eu tout ce cirque si c’est la Grande Mosquée de Paris qui avait flambé ? Il est permis d’en douter…

Deuxièmement parce que la France, si elle est passéiste, a aussi – je le dis sans intention d’insulter les Français – un fonds raciste ou du moins une antipathie envers ce qui est perçu comme étranger. Bien sûr, tous les Français ne sont pas des Le Pen en puissance, le score du RN dépassant rarement les 20%. Mais tout le vice serait justement de croire que le peuple est xénophile sous prétexte qu’il rejette l’extrême-droite. En vérité, si les Français rechignent à voter pour l’extrême-droite ce n’est pas tant par humanisme et par xénophilie que par peur pour leur portefeuille et, accessoirement, par hédonisme inné : l’extrême-droite étant vue (à tort, d’ailleurs) comme celle qui empêchera les gens de boire et de forniquer librement et qui interdira les jeans moulants. Mais si la majorité des Français se désolidarise du nationalisme réac sur les questions sociétales (euthanasie, féminisme, mariage gay, cannabis, avortement) et rejette son programme économique dangereux (sortie de l’euro, localisme économique, taxation des produits importés) la majorité d’entre eux se retrouve sur les thèses anti-immigrationnistes. Combien de fois ai-je lu ou entendu, parfois même sur AgoraVox, des personnes dites « de gauche » voire communistes proférer des préjugés sur les immigrés et dire, de plus en plus ouvertement, que « il y en a trop ». Les Français ne veulent pas de l’extrême-droite mais ils en partagent les thèses. De fait, bien qu’on parle souvent (moi le premier) de la « menace nationaliste », l’honnêteté m’oblige à vous confier qu’il me semble très peu probable de voir un jour ces gens arriver au pouvoir, tant la méfiance des Français est grande envers l’extrême-droite depuis l’épisode vichyssois. Mais, hélas, l’hypocrisie est un des défauts inhérents à notre pays où l’on craint davantage le bruit du vice que le vice lui-même. Si les gens bouderont à coup sûr un mouvement ouvertement d’extrême-droite, ils ne verront aucun mal à voter pour celui qui en reprendra les thèses xénophobes sans en reprendre l’étiquette. Ironiquement, on peut dire que le mot « extrême-droite » effraie plus que l’idéologie d’extrême-droite elle-même. Or, le danger réside dans l’idéologie et les thèses de l’extrême-droite qui se sont métastasées sur l’ensemble de l’échiquier politique et qui sont déjà au pouvoir : les déclarations du président Macron sur la fécondité des femmes africaines, le positionnement anti-immigrationniste de Gérard Collomb et l’islamophobie générale de l’échiquier politique suffisent à le démontrer. Alors, puisque nous nous opposons aux idées nationalistes et à la xénophobie qui gangrènent les mentalités, oui, nous sommes l’anti-France.

J’ai évoqué plus haut l’islamophobie. Le sujet mérite plus de développement. La majorité des Français sont par essence islamophobes. Ne pensons pas que l’islamophobie est exclusive à l’extrême-droite. Il existe en fait deux islamophobies en France, celle de gauche (inspirée par une lecture dévoyée des Lumières) et celle de droite inspirée par le national-catholicisme évoqué au début du présent article. Le bouc-émissaire idéal fut successivement le protestant, le franc-maçon, le Juif, le communiste ou le patron… aujourd’hui, c’est le Musulman (et la Musulmane) qui font office de punching-ball général. Pour le « peuple de droite », le Musulman n’est autre que le Sarrasin, ennemi héréditaire de la chrétienté, désireux d’envahir l’Europe blanche et d’y imposer la charia. L’islamophobie de gauche, plus insidieuse, est quelque peu différente : le Musulman y fait figure de « nouveau beauf », celui qui tape femme et enfants, qui commande à la maison, qui se comporte en patriarche et qui est donc suspect d’être réactionnaire. La femme musulmane exacerbe aussi les passions : réceptacle du Grand Remplacement pour l’extrême-droite, obstacle au féminisme universaliste pour la gauche. Bref, le Musulman fait figure de punching-ball idéal dans la mesure où ils font l’objet d’une suspicion générale qui s’est certes accrue avec la vague terroriste de 2015 mais qui gangrénait déjà le pays depuis bien longtemps. Parce que nous, banlieusards, ne voulons ni du nationalisme droitard ni de l’universalisme gauchiste, oui, nous sommes résolument l’anti-France et même l’anti-Occident. Que l’on ne s’y méprenne pas : il n’est pas question de remettre en cause la République et ses valeurs, ou de demander à ce que les gens changent leur mode de vie, mais de réclamer simplement à ce qu’on nous prenne en considération, qu’on ne nous infantilise plus et qu’on nous accorde des accommodements raisonnables comme l’ont fait les gouvernements canadiens et britanniques, que l’État cesse de vouloir nous assimiler et d’obliger nos frères à raser leurs barbes ou nos sœurs à troquer leurs robes pour des jeans troués.

Le quatrième point est le libéralisme. La France est dans son essence même étatique et antilibérale. Le président le plus libéral que nous ayons eu est Emmanuel Macron, un haut-fonctionnaire issu du Parti Socialiste. Que l’on ne s’y trompe pas, j’ai défendu et je défendrai le bilan du Président qui, comme je l’ai déjà dit, est « le moins pire et le plus libéral parmi l’offre politique ». Néanmoins, il faut garder à l’esprit que par rapport à des pays comme Singapour ou la Corée du Sud, l’ami Macron ferait figure de bolchevik. C’est que la France fut jacobine bien avant la Révolution. Huit siècles de monarchie capétienne et de charité ecclésiale (charité intéressée puisqu’il s’agissait de garder les pauvres sous l’emprise du bénitier plutôt que de leur permettre de sortir de la pauvreté) ont eu raison de toute volonté entrepreneuriale et ont confit le peuple dans l’hébétude de l’assistanat. Car la France est la patrie des missi dominici, des corporations, des pragmatiques sanctions, de l’absolutisme, autant d’éléments étatiques freinant la liberté politique et économique. N’en déplaise à l’extrême-droite, la Révolution n’est pas une rupture mais au contraire la suite logique de cet étatisme existant depuis les Mérovingiens et même depuis l’Empire romain. Le jacobinisme n’est dès lors que la version modernisée et laïcisée du dirigisme étatique, clérical et corporatiste qui fut de mise durant toute l’époque médiévale. Ainsi, un libéral authentique ne peut qu’être anti-France. Car, un libéral digne de ce nom ne peut qu’être apatride. Le libéralisme français, teinté de conservatisme corporatiste et familialiste n’en est pas un. Pour qu’il soit authentique, le libéralisme doit s’affranchir de tout localisme, de toute religiosité et de toute appartenance à une collectivité. Imaginez un Netchaïev avec le gauchisme en moins et le désir d’ascension sociale en plus, eh bien voilà, c’est cela, un anarcho-libéral. Il ne peut dès lors être patriote et sera même l’adversaire de tout système étatique, boycottera la Marseillaise, désertera le service militaire et n’aura pas de scrupule à s’expatrier pour optimiser sa fiscalité. Oui, le libéralisme est donc bien caractéristique de ce que nos amis nationalistes nomment l’anti-France et que je nomme quant à moi la liberté.

Nous conclurons par l’anti-colonialisme. Si l’on est opposé à l’impérialisme, on ne saurait être un patriote français ou même simplement se définir comme Français. Car la France est par essence coloniale. Il ne s’agit pas uniquement de son passé conquérant en Afrique et en Amérique où nombre de peuples furent mis sous le joug du Roi puis de la République quand ils ne furent pas tout simplement génocidés comme les amérindiens Beothuks qui vivaient sur l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon (ajoutons aussi que ce sont les Français qui ont inventé la pratique du scalp qui devait servir de preuve qu’on avait tué un Indien pour toucher la récompense instituée par les autorités coloniales). Au-delà même de ces forfaitures qui restent toujours impunies, il est essentiel de dire que la politique intérieure de la France est elle-même basée sur le colonialisme. C’est bien par la conquête ou des traités assymétriques que s’est construite la France en tant que telle. Du seul bassin parisien que contrôlait Hugues Capet à son avènement en 987, la France est arrivée à ses frontières actuelles en 1860 avec le « rattachement » de Nice et de la Savoie enlevés à l’Italie nouvellement formée. La conquête de la Normandie qui appartenait au royaume anglais, l’annexion de la Bretagne par un traité violant toutes les conventions d’usage, ou l’achat de la Corse – sans même que ses habitants soient consultés – sont trois exemples de la manière dont s’est bâtie l’entité France, par l’épée, l’hymen et la bourse. De fait, il n’existe pas d’ethnos français comme il y a un ethnos grec, finnois, allemand ou irlandais : la France est le seul pays d’Europe qui comprend des populations latines, celtiques, germaniques sans appartenir à aucune de ces aires. Pour illustrer cela, prenons le cas des prénoms : Éric est un prénom viking, Nolwenn est un prénom celtique, Lucie est un prénom latin… Mais il n’existe pas de « prénom français » à proprement parler puisque la France n’est pas un ethnos mais un démos, constitué par l’agrégat et l’assimilation progressive de plusieurs ethnies. La langue française appartient certes au groupe roman (la tentation est dès lors forte de ranger les Français parmi les peuples latins) mais il faut tenir compte du fait que cette langue ne s’est définitivement imposée qu’au XIXème siècle : Alphonse Daudet, qu’on ne peut taxer d’être libéral ou europhile, raconte par exemple que la mère de Frédéric Mistral et les autres vieux de la région ne comprenaient pas le français et s’exprimaient en provençal encore dans la seconde moitié du XIXème siècle. En outre, pendant longtemps, les régions étaient appelées « pays » par ses habitants qui les considéraient comme leur véritable patrie tandis que Paris et son roi faisaient figure d’étrangers quand ils ne suscitaient pas l’hostilité. Et n’oublions pas d’ajouter la présence d’une aire culturelle et génétique musulmane depuis plus de mille ans. Par exemple, les villes de Toulouse et Béziers (Ménard, si tu me lis, assieds-toi et respire un coup) furent musulmanes durant plusieurs décennies au VIIIème siècle : la chronique relate que « moult Bitterois se firent musulmans » et que les unions mixtes étaient fort répandues. Ainsi contrairement à de nombreux autres peuples d’Europe (Grèce, Estonie, Irlande, Islande, Italie, pays slaves), il n’y a pas de patrimoine génétique commun en France. On peut donc dire sans crainte qu’il n’y a pas de « peuple français » mais bien une « nation française » née progressivement entre le Xème et le XIXème siècles. Être « anti-France », c’est dès lors être pour l’Europe, pour l’humanité et contre le colonialisme sur le terreau duquel est bâti l’État. C’est dire haut et fort que la Normandie, la Bretagne, la Corse, l’Alsace, la Savoie, les « DOM-TOM » (joli nom chantant pour dire « colonie »), le Pays Basque, la Provence et les banlieues ne sont pas des « régions » ou des « territoires perdus » mais des peuples à part entière. Je le dis fièrement : je ne me sens pas Français mais banlieusard, Normand et Européen.

L’extrême-droite reproche à tout ce qui ne lui ressemble pas d’être « l’anti-France ». Bercée par un messianisme judéo-chrétien dangereux, elle se croit faite pour défendre le « peuple français » qu’elle imagine choisi par Dieu. « Le Christ doit régner sur la France et par la France sur le monde« , déclare ainsi un blogueur tradi qui s’est visiblement trop shooté à l’encens. Eh bien, nous, banlieusards, libéraux, europhiles, handicapés, immigrés, régionalistes, nous leurs disons : « Si vous êtes la France, messieurs, alors c’est un honneur pour nous d’être l’anti-France et de combattre ce que vous représentez« .

Nicolas Kirkitadze, blogueur et opposant à l’impérialisme occidental.

*****

Christine Tasin de Riposte Laïque a bien cerné le personnage rongé par la Haine de lui-même :

Nicolas Kirkitadze fait un caca nerveux : RR aurait dit du mal du pauvre Turc qui a tué un enfant à Lorient


Nicolas Kirkitadze fait un caca nerveux : RR aurait dit du mal du pauvre Turc qui a tué un enfant à Lorient

Il y a des gens comme ça. Ils ne peuvent s’empêcher de voler au secours du pauvre immigré ou descendant d’immigré, fût-il l’assassin d’un enfant.

C’est beau, les gens qui aiment le genre humain, me direz-vous. Erreur. Les Kirkitadze ça n’aime que les étrangers ou descendants d’étrangers, et ça déteste les patriotes. Surtout Riposte laïque et Résistance républicaine : « Drame de Lorient : l’indigne récupération par l’extrême-droite »

https://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/drame-de-lorient-l-indigne-215907

Ne pas oublier que ce drôle de personnage se présente comme Étudiant en Histoire, Militant Patriote, Journaliste indépendant. Cela a un intérêt compte-tenu de ses analyses et de son parcours….

——————————————————————————————————————————————

Théo, 19 ans : Français Blanc Victime du Multiculturalisme et Cosmopolitisme d’Etat.

Une société Multiculturelle est une société Multiconflictuelle.

Tout le monde le sait, mais ils ne feront Rien du fait qu’ils font venir des étrangers qu’ils ont nourri à la Haine du Blanc Européen « colonisateur ».

Non, Théo n’a pas été tué pour « un regard de travers » NON.

Théo a été tué parce-qu’il avait certainement TENU TÊTE à ses bourreaux Algériens.

Théo1.png

Les étrangers, quels qu’ils soient ont TOUS la double Nationnalité.

La preuve flagrante que ces gens ne se sentent pas Français, c’est qu’ils commettent des CRIMES EN FRANCE et Courent se réfugier dans leur Véritable Pays d’origine et de coeur, même s’ils sont nés en France.

Théo n’avait qu’une Nationalité : Française.

Stéphane Ravier1.png

SILENCE TOTAL DES MEDIAS D’ETAT, DES SHERES DITES ANTIRACISTES ET DES GENS QUI SE DISENT ETRE LES TENANCIERS DES « DROITS HUMAINS ».

RIEN, AUCUN SON NE SORT DE LEUR BOUCHE.

Que Théo ait été tué chez lui, en France par des algériens est donc NORMAL pour toute cette engeance………

 

…..Sauf pour les Français de Sang qui dénoncent et s’indignent à juste titre.

Stéphane2

 

Le Gallou.png

Le Gallou1.png

Ugo Falcon.png

Corinne Alexis

Cohen.png

Jimmy.png

Juan 0.png

 

Tantic.png

Marechiante.png

Vionnet.png

Théo, ènième Français Blanc tué par les hordes étrangères promues par l’Etat.

Chantal.png

 

Immigration.png

B comme Blancs tués

Actu — Article écrit par Lounès le 19 juin 2011 à 21 h 31 min
Thierry Simon tué le 4 mai 2011, retrouvé gisant ensanglanté sur la chaussée, à une dizaine de mètres de sa voiture dont le moteur était en marche, par un pompier qui passait par là. Kader Chadli, 24 ans, Selim Benkhedidja, 23 ans, et Mohamed Amallou, 19 ans sont tous poursuivis pour “violences volontaires commises en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner”
Guy Trilles tué à coups de pierres le 23 avril 2010 à Narbonne
Yann Lorence tué le 28 février 2010 aux alentours du Parc des Princes par une meute de supporters du virage Auteuil (composé en majorité de Noirs et d’Arabes) qui s’acharne sur lui au sol à coups de pieds dans la tête pendant de longues minutes.  
Jonathan Laurent poignardé à Pau par un homme de 31 ans d’origine turque dans une partie de poker, novembre 2009.
Jérémy Censier tué par 3 jeunes gitans le 22 Août 2009 à Pau, poignardé au visage et au cœur et roué de coups.
Pascal Orvain, père de trois enfants, tué le 18 Juillet 2009 à Colomiers de plusieurs coups de couteau alors qu’il tentait de mettre en fuite des cambrioleurs. La police a rapidement interpellé trois individus, par ailleurs soupçonnés de braquages. Un quatrième, soupçonné d’être le meneur de la bande, a été arrêté à la Gare du Nord, à Paris. Le principal suspect du meurtre est Jérémy Bagassien, métis d’origine africaine. Lui et ses amis étaient allés cambrioler la maison car l’un d’entre eux connaissait la fille de Pascal Orvain.
Yves Lerebourg, 32 ans, tué d’une trentaine de coups de couteau le 8 Juillet 2009 à Vénissieux.
Laetitia, tuée à Montataire le 17 juin 2009 lors d’une dispute conjugale par son compagnon EL Miloud Latrach, qui s’empare d’un couteau et porte deux mortels coups à sa femme. Elle avait 28 ans et laisse derrière elle des jumeaux de 4 mois et un fils de 2 ans.  
Johnny Salmont tué d’un coup d’opinel le 2 mai 2009 à Annezin. Impossible de connaître l’identité de l’agresseur qui s’est servi d’un couteau appartenant au restaurant « N’Simalen ».
Jean-Claude Eymery, 56 ans tué le 24 janvier 2009 à Mérignac. Il avait prêté de l’argent à un jeune Congolais de 21 ans pour lui permettre de s’établir. Ce jour-là, il lui demande de le lui rendre. Le jeune homme le tue d’un coup de couteau.
Alex, tué de 13 coups de couteau en Janvier 2009 à Nice quartier Acropolis par un cap-verdien de 22 ans.
Jonathan Vioud décédé le 31 mai 2008 à Chambéry de rupture d’anévrisme au cours d’une bagarre dans des conditions troubles. Un certain Cem Ceylak a été entendu par le tribunal pour s’expliquer sur des pressions probable sur le témoin clé. C’est tout.
Yvan, français de 19 ans tué à Stuttgart le 21 août 2007 dans un guet-apens mis en place par Denisz Erdogan, Turc 18 ans qui le soupçonnait, à tort, de se rapprocher de Sessene, 16 ans, sa petite amie.
Fabien Fornies,19 ans, égorgé le 21 Février 2007 à Salses par un Gitan dont le nom reste caché. 14 ans de réclusion.  
Laurent Francazal tué de Huit coups de couteau le 16 décembre 2006, par un délinquant multirécidiviste de 22 ans : Hakim Edir.
Julien Quenemer tué par balles le 23 novembre 2006 par le policier ripoux d’origine antillaise Antoine Granomort, au cours d’une émeute de supporters du PSG aux alentours du Parc des Princes.
Jean-Claude Irvoas battu à mort à Epinay-sur-Seine le 27 Octobre 2005 (premier jour des émeutes) devant sa femme et sa fille de 17 ans par Benoît Kuzonika et trois autres personnes : Icheme Brighet, Sébastien Béliny (Français originaire des Antilles) et Samba Diallo.
Jean-Jacques Le Chenadec tué à Stains le 7/11/2005 au plus fort des émeutes. Occuppé à éteindre un feu de poubelle allumé par un groupe de jeunes, il est agressé par une ou plusieurs personnes qui lui portent des coups mortels à la tête. Il a fallu un an et demi de vaines recherches avant d’identifier l’agresseur principal décrit par le voisin comme « un jeune homme à capuche, avec un menton en galoche ». Salaheddine Alloul, 22 ans, a été interpellé en juillet 2007 dans son quartier du Clos-Saint-Lazare. L’omerta qui le couvrait depuis des mois s’est soudain brisée parce qu’un autre jeune du quartier, arrêté par les policiers, risquait de payer pour lui.
David Estournel  tué par Djeloull Maroc de 56 coups de couteau en octobre 2004. Djelloul Maroc écope de 20 ans de réclusion criminelle mais sans peine de sûreté
Romain Benavent 14 ans tué devant sa copine à Avignon le 17 juillet 2004 par Hamadi Ed-Debch 21 ans de deux coups de hache dans le crâne.

Cette liste non exhaustive élaborée au fil du temps en copiant-collant les brèves et les faits divers depuis les sites d’information a pour but de mettre en relief une tendance lourde :
  • Il existe dans les meurtres de faits divers, une surreprésentation du schéma « meurtrier d’origine étrangère (souvent Noir ou Arabe) qui tue un Français caucasien (Blanc) ».
  • Dans le même temps, on observe
    • de nombreux meurtres internes aux communautés étrangères (exemple : septembre 2005. Eric, un jeune Ivoirien « à problèmes », âgé de 17 ans à l’époque, accusé du meurtre de Muhammet à coups de couteau ou encore Ilyes 18 ans tué de deux coups de couteau à Villepinte par « un voisin » le 26/01/2009)
    • et de nombreux meurtres de Français blancs par des Français blancs. (Exemple : Mathieu Laudren 22 ans tué par un jeune « petit brun et rasé » le 15 janvier 2009 à Rennes, Le suspect en fuite est arrêté à Barcelone en mars 2010 et s’avérera être un certain Christopher Gaulais.ou encore Fabien Vigne tué par coup de couteau à l’abdomen par David Prodhomme le 17 aout 2009 à Montarnaud )

Un bémol : il y a fort à parier que ce dernier cas de figure soit, en valeur relative et peut être même en valeur absolue, beaucoup plus rare que les deux premiers cas de figure. Enfin, il existe un dernier cas de figure qui lui est rarissime : le cas d’un Français Blanc qui tue une personne d’origine étrangère. Nous n’avons recensé que les deux cas suivants :

  • Chikhi Hadi, 32 ans, sans emploi, est retrouvé poignardé dans son appartement de le rue Armand-Rousseau à Brest le 9 avril 2009. Morvan Roald, 21 ans, sera appréhendé deux mois plus tard, confondu par son ADN. Il avait frappé son ami et fournisseur de cannabis suite à une dispute sur la qualité du produit.
  • Amel Yahiaoui, 20 ans, tuée à Saint-Etienne le 26 Juillet 2009 lorsqu’elle rentre de son travail de serveuse dans un fast-food. C’est-là, en pleine rue, que Ludovic Sienni l’agresse et la poignarde. La jeune fille meurt peu de temps après. L’agresseur, qui s’avérera être un déséquilibré mental, se suicide en prison.

Ainsi on peut se risquer à formuler le résumé suivant :

Récap

Nous n’avons pas l’intégralité des chiffres sur les meurtres en France entre 2004 et 2011. L’interdiction absolue de considérer l’origine ethnique des habitants de la France rend difficile le comptage, à moins d’éplucher tous les journaux français (PQR comprise) depuis 10 ans, sans oublier de recouper les informations car souvent il est simplement écrit « un Montmartrois de 23 ans a poignardé un promeneur de 25 ans » ce qui est un dégueulasse mensonge par omission. Ce genre de mensonge s’avère encore plus immonde dans le cas du meurtre de Pascal Orvain, affaire si on la regarde près, qui additionne toutes les facettes de l’incroyable hostilité raciale à l’encontre des Français blancs.
De plus, ce tableau rappelle étrangement le tableau répertoriant les viols commis aux USA en 2005. Or on sait aussi que cette tendance se retrouve exactement en Suède ou en 2010, pas moins de 100% des viols étaient commis par des personnes d’origine étrangère. Et il y a gros à parier qu’en France la situation soit très proche de la situation américaine (pas de la suédoise). Pour s’en convaincre on pourra s’intéresser à l’affaire Lassana Coulibaly ou encore visionner le reportage de Marie-Ange Le Boulaire sur le « violeur de Blanches » (disponible en streaming).

(source : US Department of Justice, Criminal victimization in the United States, 2006 statistic tables)
Deux réflexions :

  • Il est évident que la presse dissimule autant que possible l’origine ethnique des meurtriers « pour ne pas stigmatiser ». Il est évident que la très grande majorité des meurtres, et notamment des meurtres de caucasiens, sont commis par des personnes d’origine étrangère.
  • Nous pouvons, malgré le manque d’information à ce sujet, être quasiment certains qu’il y a très peu de meurtres de personnes d’origine étrangère commis par des Français caucasiens et ce, pour une raison très simple : si tel était le cas, la presse citerait systématiquement le nom du meurtrier, et des légions d’associations antiracistes récupèreraient l’affaire en s’acharnant à établir un mobile raciste. Ainsi, le simple fait que jamais la presse ne titre « un meurtre raciste » depuis le meurtre de Brahim Bouarram (Marocain qui s’est noyé dans la Seine après avoir été jeté du haut d’un pont par des skinheads le 1er Mai 1995) est la preuve irréfutable, la preuve par ce que l’on ne voit pas, qu’il n’y a en France aucun meurtre à caractère raciste selon la terminologie gauchiste c’est-à-dire pour faire simple : y a pas de Blancs qui tuent des Noir et des Arabes.

Pour aller plus loin :
On retrouve trois constantes dans la plupart des meurtres :

1/la présence d’un couteau,

2/l’agresseur et la victime sont tous deux de sexe masculin,

3/le mobile est soit de l’argent, soit une fille. Tiens… Cela ne rappelle rien ? On dirait exactement le prolongement de toutes les agressions « classiques », rackets, embrouilles « tapa une sigarète ? » et embrouilles « aya mademoizèle », bagarres à 10 contre 1 (on appelle ça une « hagra »), hostilité ordinaire de la racaille (regards, dégradations, discours haineux)…

Le même schéma mais avec un meurtre à la fin. Or les agressions « classiques » on ne connaît que ça à moins de vivre calfeutré chez soi depuis 20 ans. Même le plus fielleux ahuri gauchiste parisien le reconnaitra : toutes les fois où lui ou l’un de ses potes s’est fait emmerder, les fâcheux étaient « toujours les mêmes ».
Donc il y a un lien direct, une continuité entre les agressions et les meurtres de fait divers (continuité qui se retrouve de façon irréfutable dans le peuplement des prison), ce ne sont pas des évènements isolés ce sont deux sous-partie d’un même phénomène. En somme, tous ces meurtres sont des agressions qui finissent mal.
A l’inverse, s’il n’y a pas ou très très peu de personnes d’origines étrangères tuées par des Français blancs c’est tout simplement parce qu’il n’y a pas de phénomène d’agressivité ordinaire de ces derniers envers les personnes d’origine étrangère. Il n’y a pas d’insécurité physique orienté dans ce sens là. Pas de racket, pas de convoitise, pas d’agressions… Et donc pas ou presque pas de Français blancs en prison.
Les meurtres classés en faits-divers étant la partie visible d’un iceberg, ils donnent un éclairage très précis sur l’orientation de la violence dans la société (d’où vient la violence et contre qui se dirige-t-elle). Qui est violent ? Contre qui ? Pour obtenir quoi ?
Ainsi tout au bout de l’analyse de ces agressions, on peut en dernière instance s’intéresser à l’agressivité elle-même : d’où vient-elle ? Et là on tombera sous le coup de la loi car on sera forcé d’évoquer des sujets dont on n’a pas le droit de parler : des parents qui font des enfants pour les allocations, des modèles familiaux intrinsèquement pervers et propres à certaines cultures arriérées (père castré et absent/ mère abusive), une immigration massive sans cesse excitée à la haine de la France et de sa population de souche (« la France elle nous doit des dommages et intérêts ») par mille intellectuels ou bien stupides ou bien de mauvaise foi, ou bien les deux. Tout ce que l’on sait déjà. Tout ce qu’il ne faut surtout pas dire.
¤Si des statistiques existent, on pourrait penser à les faire connaître et à les partager. Dans le même temps les informations rassemblées dans cet article (la liste des personnes tuées) sont à la disposition de toute personne de bonne volonté désireuse de dégager des tendances globales dans les faits divers. Un travail de fourmi. On pourra aussi consulter ce blog assez bien fait : http://http://vies-sacrees.blogspot.com

Le Blog « Vies Sacrées » a disparu du Net.
¤¤Le terme « caucasien » tient lieu d’équivalent en langue française de l’anglais « caucasian » qui sert aux USA pour désigner l’ethnie européenne blanche dont l’implantation originelle se trouverait (et se trouve toujours) à l’ouest des monts du Caucase. Si l’on regarde une carte on se rendra compte que c’est là une appellation assez pertinente car le morphotype des êtres humains diffère radicalement selon que l’on se place à l’ouest ou à l’est de ce massif montagneux.

https://lounes-darbois-beaumont.blogspot.com/2015/08/19-juin-2011-b-comme-blancs-tues.html

*****

 

Anacharsis Cloots dans « La république du genre humain » :

« L’Etranger », expression barbare dont NOUS commençons à Rougir. Nous voyons à Paris, à Londres, à Madrid, à Amsterdam, plaider sa cause d’un persan, d’un indien, d’un chinois, d’un périvien, d’un turc, d’un cafre, d’un arménien, on discute en Europe les intérêts de l’ habitant des ANTIPODES et l’on doutera si l’assemblée représentative des 2 hémisphères peut exister pour le bonheur permanent de l’humanité. Je ne connais de barrières naturelles qu’entre la terre et le firmament. »

Description de cette image, également commentée ci-après

Le baron Jean-Baptiste de Cloots1, dit Anacharsis Cloots, né le au château de Gnadenthal (Val-de-Grâce), près de Clèves en Allemagne et guillotiné le à Paris, est un penseur et militant politique prussien, fait citoyen d’honneur de la France le 26 juin 1792, très favorable à la Révolution française et tenant fervent de l’athéisme .

À la fin de 1789, il s’installe en France et pousse les différents gouvernements à répandre les idées révolutionnaires en Europe. Dans Motion, il écrit : « La Religion est une relation entre Dieu et ma conscience ; et non pas entre Dieu et des consciences prises collectivement. ». Ayant changé son nom en Anacharsis, il se proclame « orateur du genre humain » et publie à partir de 1792 L’Orateur universel. En février 1792, il publie son livre République universelle. Cependant, en 1791, il avait défendu contre les jacobins le maintien du système esclavagiste dans les colonies, estimant prématuré d’engager une réforme aussi radicale.

Il est proclamé citoyen français par l’Assemblée nationale législative le 26 août 17922, est élu député de l’Oise à la Convention en septembre où il fait l’apologie des massacres (« scrutin épuratoire dans les prisons »3) ; il est d’abord proche des Girondins Roland puis Brissot. Mais, en janvier 1793, lors du procès du roi (qu’il nomme « Louis le Dernier »), il se rapproche des montagnards en votant la mort sans appel au peuple et sans sursis. En avril, il vote contre la mise en accusation de Marat. Il est président du club des Jacobins à la fin de 1793, juste avant sa chute.

À l’instigation de Robespierre, qui reproche à Cloots son rêve d’une république universelle, sa « rage de conquête » et son athéisme militant, encouragé par les remarques acerbes de Camille Desmoulins formulées dans le numéro 2 du Vieux Cordelier, la Convention vote son exclusion (ainsi que celle de l’Américain Thomas Paine), en tant qu’étrangers le 6 nivôse an II (26 décembre 1793). Il est arrêté deux jours plus tard, et, traduit devant le Tribunal révolutionnaire dans le cadre du procès des hébertistes, il est condamné à mort et exécuté le 4 germinal an II (24 mars 1794) avec 18 autres condamnés dont Hébert, Ronsin, Proly, Momoro, Vincent, Mazuel, Desfieux et Pereyra. Il a tenu à être guillotiné le dernier.

Hommages

Joseph Beuys (1921-1986), qui admirait en Anacharsis Cloots l’esprit et le cosmopolitisme, lui a rendu un honneur tardif, allant jusqu’à se faire appeler Joseph-Anacharsis Clootsbeuys.

 

Nous sommes Victimes des idées de la révolution dite Française. Tant que ces idées ne seront pas rayées Définitivement des Cartes du Monde, nous subirons la dictature meurtrière des imposteurs.

 

*****

Que Théo soit dans La Vie Eternelle de Notre Seigneur Jésus avec Notre Sainte Mère et Tous nos Saints.

En Union De Prière.Théo2

 

Bergoglio fait enfreindre la Loi à son aumônier.

L’aumônier de Bergoglio intervient donc en Italie dans un squat de migrants africains pour rétablir l’électricité qu’avait fait couper le gouvernement Italien parce-que c’est le gouvernement Italien qui paye donc les Italiens.

Face à la Pauvreté de beaucoup de Familles Italiennes, le Gouvernement Italien a décidé de faire couper l’entière électricité des squats qui ne sont occupés que par des migrants ayant enfreint toutes les Lois de maintien sur le sol Italien.

Mais Bergoglio, qui a plus d’un tour dans son Sac, a jugé utile de faire aller son aumônier remettre l’électricité dans un squat au mépris de nombreuses familles Italiennes qui se « serrent la ceinture ».

Matteo Salvini demande de fait à Bergoglio qu »il envoie l’IBAN du Vatican pour payer cette électricité et par la même qu’il paye aussi l’électricité de tous les Italiens en détresse.

 

Voilà ce que tolère l’infâme Bergoglio :

Un Meurtre que l’on cache

 

Ma présentation
Ma mère perdra sa vie après avoir été informé par les abjects et infâmes curés du diocèse d’Albi,  lorsque le bulletin  diocésain du Tarn paraissait en traitant son fils d’escroc  n’étant pas séminariste dans les années 1988  (preuves jointes  de son statut de séminariste+ lettre du cardinal Silvio Oddi de la congrégation du clergé : Rome).

L’infâme et abject clergé tarnais continua sa lutte contre moi, après  que le Nonce apostolique, Mgr Antonetti,  des années 1988 à Paris me certifiait que le diocèse d’Albi était le pire de France. Mgr Antonetti  m’enverra près d’un  chapelain à Lourdes, André Doze, pour recoudre un  tissu taché de sang par les abjects curés du Diocèse d’Albi et reconstruire un avenir pour Alain. Le père André Doze rentrera en contact avec le Nonce pour lui signifier qu’il envoyait Alain près de l’évêque aux armées françaises Mgr Jacques FiheY. Après la constitution de mon dossier auprès du père Favre à Bordeaux , il me fut signifié par téléphone chez moi, 3 impasse de la venelle Albine Tarn, que ma candidature n’était plus acceptée malgré un contrat ferme.

33860384_15499894900_r.jpegLouis Salomon

33860384_15499895380_r.jpegLouis Salomon à L’armée.

33860384_15500394680_r.jpegActe du décès du grand-père Louis Salomon.

Justificatifs.
Documents officiels d’Alain, comme séminariste, dont la plus grande partie de sa vie fut brisée par des infâmes et abjects prêtres du diocèse d’Albi. La vidéo ci-dessus  » dans les couloirs de l’Église catholique ! Lettre ouverte, témoignage  » vous explique le pourquoi de cette persécution.

33860384_15501347940_r.jpeg
33860384_15501348220_r.jpeg
33860384_15501348410_r.jpeg
33860384_15501348810_r.jpeg33860384_15501349100_r.jpeg
33860384_15501349450_r.jpeg
33860384_15501349690_r.jpeg33860384_15501350000_r.jpeg33860384_15501350090_r.jpeg
33860384_15501350360_r.jpeg

Diplôme + plainte déposée à Rome et envoyée à Matigon où Jospin était premier ministre : sans résultat.
33860384_15502144550_r.jpeg33860384_15502147720_r.jpeg33860384_15502149050_r.jpeg33860384_15502149930_r.jpeg

Source : https://t.co/vr6vo7J5vm

Le Quotient Intellectuel.

Quotient Intellectuel et intégration dans les sociétés complexes.

Le quotient Intellectuel ou QI est un mot employé depuis 1912 pour désigner une valeur mesurée par des tests psychométriques. Le plus courant en France et dans le monde est le Wechsler Adult Intelligence Scale ou WAIS pour la mesure de l’intelligence chez l’adulte et le Wechsler Intelligence Scale for Children ou WISC pour les enfants à partir de six ans.
S’il ne mesure évidemment pas la sociabilité, l’empathie, le sens moral ou la créativité, le QI cherche à mesurer le Facteur g ou l’intelligence générale (efficience cognitive mesurée), c’est à dire la capacité à résoudre des problèmes plus ou moins exactement et plus ou moins rapidement. Il se compose en général de trois catégories :
  • les tests verbaux,
  • les tests de performance et
  • les tests logiques.

 

En France, ces tests sont passés auprès d’un psychologue et durent approximativement deux heures.

Le QI mesuré chez l’enfant est stable toute sa vie à l’exception des accidents de santé susceptibles de stimuler (bipolaire en phase maniaque) ou de détériorer ses capacités (maladie avec fièvre, dépression, etc.).

De bons résultats aux test de QI sont corrélés positivement à la réussite sociale ou au niveau d’étude (ce qui ne signifie pas que le niveau d’étude mesure le QI) et corrélés négativement à l’exclusion sociale et à la pauvreté (ce qui ne signifie pas que la richesse mesure le QI).

La valeur 100 fixe la moyenne (ou valeur médiane) dans une population donnée. Par exemple si le test est passé en France, la valeur moyenne de 100 fixera la médiane des notes mesurées sur le territoire national. En comparaison de la moyenne internationale, la moyenne française est aujourd’hui de 97

Les personnes qui obtiennent des notes élevées aux tests de QI sont plus «douées» de fonctions cognitives; on utilise le terme «surdouées» pour désigner celles qui se trouvent dans les 2% les mieux notés de la population (autour de 130 points). Le terme de «précocité intellectuelle» est généralement utilisé en lieu et place de «surdoué» pour des raisons de susceptibilité culturelle liée à la perception de la mesure ou de l’appréciation hiérarchique, même si ce mot est discutable dans la mesure où le QI est considéré comme stable à partir de l’âge de 7 ans.

 

Le QI est une mesure comparative (par rapport à la somme des autres personnes testées) et indirecte (car il estime la valeur de réussite à partir des questions posées plutôt qu’à partir d’un instrument de mesure directe comme le thermomètre ou le baromètre). Les tests de QI ne prédisent ni les bonnes actions, ni la réussite sociale, ni la valeur subjective d’un individu mais uniquement sa capacité à traiter des informations et apprécier un problème pour y répondre de façon rapide et exacte. De nombreuses études effectuées durant 40 ans sur des milliers de jumeaux homozygotes et vivants dans ou hors du foyer de leurs parents biologiques ont démontré qu’une part importante de la valeur du QI est héréditaire. Le facteur environnemental (éducation, alimentation, etc.) a une influence certaine sur les résultats mesurés; mais cet «environnement» est lui-même déterminé chez les humains par les caractéristiques cognitives de ceux qui l’aménagent.

 
Le QI mesure donc une efficience cognitive mais les tests permettent progressivement de dégager des constantes de caractère et de comportement chez les sujets testés aux notes les plus extrêmes. En synthèse, les surdoués sont des personnes qui présentent des fréquences importantes de particularités communes. Parmi les caractéristiques les plus fréquentes, on trouve l’hypersensibilité (sens aigu de la « justice », anxiété précoce, perceptions sensitives plus aiguisés, grande attention simultanée, etc.), le besoin d’une plus grande précision dans les informations échangées ; une fréquence plus élevée que la moyenne de pathologies psychiatriques (TOC, paranoïa, hyperactivité, psychoses maniaco-dépressives, sociopathie, etc.) qui influent parfois à rebours sur les capacités d’intégration et de réussite sociale ; des cycles de sommeils différents (phases de sommeil paradoxal plus longues et plus nombreuses) ; une mémoire plus rapide et plus ample, la capacité plus fréquente d’effectuer des déductions logiques rationnelles instantanées et non-décomposables ou non-explicables ; un traitement de l’information (sorte de «mémoire tampon«) qui permet des connexions mémorielles plus nombreuses et complètes qui offre ultérieurement une grande vitesse de traitement des informations complexes mais peut aussi présenter un handicap lorsque la problématique est basique et la réponse attendue, simple ; enfin des degrés de précocité sexuelle et des taux de reproduction plutôt inférieurs.
Ces valeurs de fréquences ne fournissent que des corrélations statistiques et non des rapports de cause à effet.
 
Chez les sujets qui disposent des notes d’évaluation les plus basses (plus petits QI), on trouve des capacités mémorielles et analytiques significativement plus réduites, un temps de traitement de l’information complexe significativement plus long, un taux de sociopathie plus élevée et ce qui en découle (violence, interactions avec la justice, faible capacité d’intégration sociale, etc. ; mais aussi des preuves évidentes de corrélations négatives entre la précocité sexuelle et l’intelligence mesurée.

Pour faire simple, le QI est corrélé à la stratégie de reproduction (maîtrise des capacités de reproduction ou choix culturels qui les influencent), à la capacité d’intégration ou d’adaptation sociale (professionnelle, culturelle,) et à la capacité d’acquisition de compétences.

 
Celles-ci influencent la capacité générale à une coexistence harmonieuse dans des sociétés complexes comme les nôtres (fort niveau de différentiation fonctionnelle, d’auto-domestication des comportements et hiérarchie sociale) dans la mesure où le mode de production des ressources et des richesses est devenu plus dépendant de la capacité cognitive générale des individus. L’exclusion dans les sociétés modernes résulte le plus souvent d’une inadaptation entre les capacités cognitives et caractérielles des exclus et les demandes de leur système économique et social. En témoignent par exemple les corrélations régulièrement constatées entre QI et niveau d’études, niveau de revenus, criminalité etc. comme déjà évoqués plus haut.
 
La plupart des analyses basées sur le Quotient Intellectuel font ressortir des différentiels de résultats selon les populations. Ces résultats montrent une différence de résultats moyens tant au niveau des moyennes nationales comparées (voir page précédente le tableau représentant le QI moyen national et ci-contre), que pour des pays multi-ethniques, à l’intérieur des populations testées. Ces données, significativement corrélées à des facteurs qui impactent directement la capacité de cohabitation sociale, d’intégration économique et culturelle, influencent, en fonction des dynamiques démographiques de chaque population, les caractéristiques générales mesurables de cette société (PIB, IDH, Taux d’alphabétisatisation, etc.)
 
L’apport massif de populations provenant de zones dont le QI moyen est faible dans les sociétés occidentales qui ont externalisé les fonctions de production pour se concentrer sur les fonctions de services (qui sont de fait plus abstraites, conceptuelles et intellectuelles) semblent être incohérent sur le strict plan économique et plus que risqué sur le plan de la stabilité sociale. Si ce choix politique emporte l’adhésion des élites dirigeantes depuis quarante ans, on peut donc imaginer que ce n’est
pas pour les effets positifs attendus pour les pays dont elles ont la charge.
Ne restent alors que trois explications : l’impuissance, l’incompétence/ignorance ou la volonté de nuire.
Laurent Ozon

*****

Depuis l’immigration-invasion, nous assistons à des scènes surréalistes que jamais nous n’avions vu dans tous les Pays Européens !
Ces scènes ont été photographiées depuis les Transports en commun.
Comment un « Vivre Ensemble » est-il possible avec ces Gens ?
Prière islamique.png
Noir dans un bus.png
Il urine dans un RER.png
Il y a une Réelle Volonté de Nuire aux Peuples des Nations Européennes par l’immigration de Masse qui a des « Codes » différents des nôtres.
Vient de se produire un Enième massacre d’un Jeune Français Blanc par ce qu’ils appellent « les Chances pour la France » :
« Entrées précédentes