Un quart des Allemands diplômés croient à un « complot juif » mondial.

Un Allemand sur quatre de la classe supérieure est touché par l’antisémitisme, sous une forme ou sous une autre, selon une étude du Congrès juif mondial réalisée cet été.

Une étude menée par le Congrès juif mondial il y a deux mois et publiée mercredi 23 octobre par le quotidien Süddeutsche Zeitung a révélé qu’un Allemand sur quatre partageait d’une façon ou d’une autre des idées antisémites.

Le sondage a été réalisé avant l’attaque contre une synagogue à Halle, en Allemagne, auprès de 1300 Allemands. Les résultats sont particulièrement éloquents pour la catégorie de personnes diplômées du supérieur, et gagnant au moins 100 000 euros par an.

« Complot juif » mondial

28 % d’entre elles estiment que les juifs ont reçu trop de pouvoirs dans l’économie et 26 % sont enclins à croire à un « complot juif » mondial ainsi qu’à d’autres représentations classiques de l’antisémitisme. Près de la moitié des sondés (48 %) jugent que les juifs allemands sont plus loyaux envers la politique d’Israël qu’envers celle de Berlin.

Pis encore, 12 % des personnes interrogées estiment que les juifs sont responsables de la plupart des guerres sur Terre et 22 % disent ne pas aimer les juifs sans fournir aucune raison.

Des Allemands fustigeant l’antisémitisme

A contrario, deux tiers des Allemands cultivés se disent prêts à signer une déclaration contre l’antisémitisme, un tiers pourrait même descendre dans la rue pour protester contre ce phénomène tandis que 60 % reconnaissent qu’en Allemagne les juifs sont exposés à des risques d’agressions et d’insultes.

Commentant cette étude, le président du Congrès juif mondial, Ronald Lauder, a appelé la population allemande à ne pas rester passive face aux antisémites et à leurs incartades ainsi qu’à leur opposer une riposte. Selon M. Lauder, quand un quart de la population est sujette à l’antisémitisme, les trois quarts des Allemands peuvent et doivent défendre la démocratie et la tolérance au sein de la société.

Montée de l’antisémitisme en Europe

Selon le journaliste Cnaan Liphshiz, correspondant en Europe de la Jewish Telegraphic Agency, interrogé par Sputnik au lendemain de l’attaque de Halle : « Les juifs allemands et européens plus généralement se sentent de moins en moins en sécurité ». D’après lui, une atmosphère de violence antisémite pousse les juifs européens à fuir le continent.

Site : Egalité et Réconciliation : https://t.co/Pv5CgZrktf?amp=1

*****

Site : Le Complot Juif contre l’Europe. L’Histoire par Image : https://www.histoire-image.org/fr/comment/reply/15180

Le complot juif contre l’europe

Date de publication : septembre 2016

Professeur d’histoire moderne à l’Université de Nice-Sophia Antipolis.

Opera Instantané_2019-10-25_112035_www.histoire-image.org.png

CONTEXTE HISTORIQUE

Le tournant de 1942

Cette affiche de propagande nazie peut être datée de 1942. En effet, le pacte de non-agression germano-soviétique a été rompu par l’invasion de l’URSS par la Wehrmacht à l’été 1941 sous le nom d’opération Barbarossa. L’ensemble de la Pologne est passé sous le joug hitlérien. Les Balkans sont également tombés aux mains du IIIe Reich. Quant à la Grande-Bretagne, sortie victorieuse de la bataille d’Angleterre en 1940 mais affaiblie, elle résiste toujours. Hitler ayant pour l’heure renoncé à débarquer Outre-Manche, il reporte ses objectifs sur une conquête rapide de l’Union soviétique et des territoires qu’elle contrôle. Pour ce faire, il a besoin de mobiliser les ressources de l’ensemble de l’Europe occupée.

Les ennemis sont désormais clairement identifiés : il s’agit de l’alliance entre le pouvoir de l’argent anglo-saxon – ici de la City londonienne et de ses banques internationales – et l’internationale communiste. Cette alliance pourrait sembler contre nature. Mais ça n’est qu’une apparence car ce sont les juifs, présents aussi bien dans les banques anglaises – les Rothschild sont directement visés par la propagande nazie et antisémite européenne – que dans la révolution bolchevique à travers notamment la figure de Léon Trotski, qui a pourtant été assassiné sur ordre de Staline en 1940, qui tirent les ficelles de la conspiration mondiale. L’ordre nouveau hitlérien se pose en défenseur de l’Europe contre cette menace présentée comme mortelle. Du « péril juif » contre la race aryenne, on passe ainsi au « complot juif » contre l’Europe. Il faut donc selon les dirigeants nazis profiter de la conquête de l’Europe pour éradiquer la menace juive intérieure par la solution finale – c’est-à-dire l’extermination systématique décidée à la conférence de Wannsee en janvier 1942– écraser l’Union Soviétique, avant de se retourner contre l’Angleterre et la contraindre à la paix.

Cette affiche participe d’un ensemble de productions iconographiques de propagande visant à favoriser le recrutement, notamment dans les Waffen SS, de soldats étrangers qui iront combattre le bolchevisme sur le front de l’Est. C’est pour cette raison qu’elle est traduite en différentes langues et diffusée dans toute l’Europe occupée.

ANALYSE DES IMAGES

Un pacte diabolique

Au centre de l’affiche, on remarque la caricature d’un vieux juif qui contraste fortement par l’utilisation du noir et blanc avec le caractère très coloré du reste de l’affiche. Elle semble tout droit tirée du film Le juif Süss que la propagande nazie diffuse alors en Allemagne et dans toute l’Europe occupée, à grand renfort d’affiches et d’expositions. L’utilisation des stéréotypes habituels du juif selon la propagande nazie (cheveux ondulés, nez crochu), stigmatise l’ennemi intérieur sous les auspices duquel les ennemis de l’extérieur ont scellé leur alliance diabolique.

De part et d’autre de l’Europe, deux autres ennemis de l’Europe allemande se serrent en effet la main. Le premier, dont le ventre rebondi est frappé aux couleurs de l’Union Jack, n’est autre que John Bull, qui personnifie traditionnellement l’Angleterre. Le second est un bolchevique reconnaissable à son uniforme et à son étoile rouge. Dessiné comme dans les caricatures des années 20, il doit être immédiatement reconnu par le public. En effet, à part la mention du complot juif, aucune identification explicite n’apparaît sur l’affiche. C’est à l’observateur d’identifier lui-même les comploteurs. La tâche lui est cependant facilitée. Leurs Etats respectifs : Grande-Bretagne et Union Soviétique sont en effet bien identifiés et représentés par la même couleur, le rouge sang. Par ailleurs, si John Bull n’a pas le cigare de Churchill mais sa pipe habituelle, il a son embonpoint. Quant au communiste, il ressemble clairement à Staline. Ils encerclent l’Europe que les juifs ont infiltrée de l’intérieur. Le slogan est révélateur. Ce n’est pas l’Allemagne nazie qui est visée, elle ne se distingue d’ailleurs pas graphiquement du reste de l’Europe sur l’affiche, ce qui doit retenir l’attention. C’est bien toute l’Europe qui est menacée. Le point d’exclamation final appelle à sa mobilisation.

INTERPRÉTATION

Unis contre le péril bolchevique et la ploutocratie internationale

Cette affiche s’inscrit parfaitement dans la défense et illustration de la thèse soutenue alors par la propagande nazie selon laquelle l’Europe occupée n’est pas passée sous le joug allemand mais bien au contraire qu’elle a été libérée de ses ennemis de l’intérieur – ici le  juif – et protégée de ses ennemis  de l’extérieur – finance internationale anglo-saxonne et communisme soviétique par la « forteresse Europe ».

Dans ces conditions, il est légitime d’une part que les Etats occupés collaborent avec l’Allemagne et d’autre part que les populations fournissent à la fois des réquisitions toujours plus élevées pour alimenter la machine de guerre du IIIe Reich et surtout des hommes. C’est le principe du « ils [les soldats allemands] donnent leur sang, donnez votre travail pour sauver l’Europe du bolchevisme ». Lorsque les départs volontaires ne suffiront pas, le travail forcé prendra le relais dans le cadre du Service du Travail Obligatoire. Mais il y a une autre dimension sous-jacente à l’affiche. Au centre, l’Europe est présentée avec un code couleur uniforme. Il ne s’agit pas d’une Europe allemande, mais d’une Europe qui doit s’unir contre la double menace extérieure et intérieure.

Bibliographie

Diane Afoumado, L’affiche antisémite en France sous l’occupation, Paris, Berg International Editeurs, 2008.

Jeffrey Herf, L’ennemi juif. La propagande nazie, 1939-1945, traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Calmann-Lévy, Mémorial de la Shoah, 2011.

 

Pour citer cet article :
Pierre-Yves BEAUREPAIRE, « Le complot juif contre l’europe », Histoire par l’image [en ligne]

*****

Conspiracy Watch

Le site « Conspiracy Watch » FICHE LES FRANCAIS CATHOLIQUES ET NATIONALISTES.

Ce site ne doit pas avoir accés à un Internet Intégral dans lequel tout le monde peut voir le Baphomet dans « l’Eglise de Satan » appelée « Synagogue de Satan » dans l’Evangile ».

Ce sombre Benêt ne sait même pas lire WIKIPEDIA.

Imaginez un peu si nous devions lui demander de lire les écrits d’Albert Pike qui EXPLIQUENT TOUT !

Opera Instantané_2019-10-25_120338_duckduckgo.com

Voilà ce que ce site a publié sur Laurent :

https://www.conspiracywatch.info/laurent-glauzy

 

Laurent Glauzy

Un de ses combats principaux ? Dénoncer cette « situation de complot dirigé par une élite satanique » dans laquelle nous sommes censés nous trouver.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Témoins de Jéhovah : Les missionnaires de Satan (avec le théoricien du complot néerlandais Robin de Ruiter, Mayra Publications, 2015) et Une élite sataniste dirige le monde, L’Antéchrist et les juifs  (La Maison du Salat, 2017). Son livre Illuminati, de l’industrie Rock à Walt Disney : Les arcanes du satanisme (La Maison du Salat, 2012) se présente comme une « étude » qui permettrait « de comprendre la dictature mondiale en préparation et mise en place par un processus de crise ».

Laurent Glauzy (1970 -) de son vrai nom Blancy se présente « comme catholique anti-Vatican II, nationaliste, créationniste et profondément pro-Palestinien ». Il pose avec Pierre Hillard sur son compte Facebook, intervient sur Radio Courtoisie et est invité en 2012 à la 21e Fête du livre de Renaissance Catholique. Comme il l’avance, il a publié un Atlas de géopolitique révisée « regroupant cent articles publiés dans le courageux hebdomadaire Rivarol » dont le directeur de publication est Jérôme BourbonLaurent Glauzy a collaboré plusieurs années au Libre Journal de la France Courtoise, est relayé par Médias-Presse.info, notamment pour sa conférence sur les liens entre le communisme et le satanisme… Un de ses derniers ouvrages L’Antéchrist et les juifs (2018) « dénonce sans concession Israël et le Talmudisme comme plans antichristiques de la prochaine dictature ».

Il a créé récemment, avec Steven Pichon, le site Pro fide Catholica (Pour la foi Catholique) présenté comme un « site de défense de la foi catholique Traditionnelle » ayant pour objectifs « de ramener à la seule et vraie religion des miracles, le catholicisme » et de dénoncer la franc-maçonnerie, présentée comme « une entreprise satanique ». Pro fide Catholica « développe des sujets sur l’anti-darwinisme, le géocentrisme et la théorie de la Terre plate ». Se reconnaissant dans la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, Laurent Glauzy appelle à la « plus grande des méfiances à l’égard d’une hiérarchie lâche et certainement maçonnisée et sionisée impliquée dans un rapprochement avec les pédo-satanistes et criminels de Vatican II ». On trouve parmi les soutiens de Pro fide Catholica l’un des initiateurs des commandos anti-IVG : le Dr Xavier Dor.

Suite au décès du négationniste Robert Faurisson, Laurent Glauzy écrit ceci : « Le Pr Faurisson était à mon sens le français le plus courageux et immanquablement un des plus cultivés. […] Aujourd’hui, j’ai envie de dire que le Pr Faurisson, comme tous les grands hommes, a su transmettre le flambeau. En effet, Vincent Reynouard progresse et est déjà bardé d’autant de modestie que de talent ».

 

IL A ÉCRIT :

« La numérologie maçonnico-satanique permet de se poser la question d’un avertissement lancé au gouvernement italien des “5 étoiles” pour ses positions contre les loges. En effet, en mai 2018, le programme de Cinque Stelle et de la Lega Norde contient un alinéa stipulant qu’aucun ministre du futur cabinet transalpin ne doit appartenir à la Franc-Maçonnerie. En Italie, comme ailleurs, les loges sont très puissantes. (…) Les loges, et nous l’avons vu lors de toutes révolutions, est une enseigne de l’abjection et du crime de masse. En 2013, l’actuel ministre des Transports italien, Danilo Torinelli, du mouvement ”cinq étoile (sic) ” avait écrit que le pont Morandi de Gênes ”pouvait encore tenir debout cent ans avec des travaux d’entretien ordinaires.” Donc, ce pont été (sic) solide, quoi que l’on dise à  présent pour le discréditer et le faire démissionner avec l’ensemble du gouvernement. En termes de numérologie maçonnique, des indices sont à relever : soi-disant ”39 morts” (3×13) ; 664 personnes sont à la rue. Nous constatons le 66, marque de Satan, mais élément bien étrange, 6x6x4 = 144. Or, 144, reprend le nombre 23, sacré chez les Illuminati : 24 x 32 = 144. Il y eut 39 morts, soit 3×13. L’effondrement du pont s’est produit le 14 / 8, soit 14 + 8 = 22 (2 x 11) tout comme l’année 2018 =11. Ou encore, 14 / 8 = 1 + 4 + 8 = 13. Un seule date renvoie donc à deux nombre sacrés maçonniques, 11 et 13. 11 est le chiffre préféré de la maçonnerie d’après le mage sataniste et pédocriminel, 33e grade franc-maçon, Aleister Crowley (Cf. L. G., La numérologie secrète de la synagogue de Satan). Ces quelques cas de numérologie maçonnique attestent qu’il s’agit bien d’un avertissement mais aussi d’un crime rituel ourdi par les ”frères” satanistes, dont la police de Vichy retrouva des cadavres d’enfants dans les loges (L. G., Pédosatanisme et franc-maçonnerie). Bien entendu, les enquêtes à venir diront n’importe quoi pour endormir un peuple “décérébré” ».

Source : LE PONT DE GÊNES : UN AVERTISSEMENT AU GOUVERNEMENT ITALIEN ANTI-MAÇON, PAR LAURENT GLAUZY, 16 août 2018, Pro fide Catholica.

 

« NOTRE DAME, C’EST UN WORLD TRADE CENTER BIS.

MON ANALYSE PROCHAINEMENT.

PARIS VA DEVENIR LA NOUVELLE JERUSALEM.

UN CANULAR POUR PREPARER UNE GUERRE CIVILE MANIPULEE PAR LA FRANC-MACONNERIE, TOUJOURS LES MEMES.

ET NE NOUS ETONNONS PAS QUE LES MEDIA NOUS JOUENT LES JOURS PROCHAINS LE COUP DE L’ATTENTAT ISLAMIQUE.

Un indice de poids : Les journalistes exposent que la charpente est constituée de 1300 chênes. La supramaçonnerie diffusent (sic) ainsi des nombres cabalistiques pour poser leur empreinte et s’adressant ainsi à des initiés. L’incendie se déroule le 15-4 : 19. C’est à dire en transgression au nombre 19 aussi de l’année 2019. Et, 1+5+4+2+1+9 + 13 (nombre antichristique maçonnique) Lire mon livre / LA NUMEROLOGIE SECRETE DE LA SYNAGOGUE DE SATAN. »

Source : Facebook, 15 avril 2019.

 

Voir aussi : Le complot illuminati enfin démonté dans une enquête made in France !

 

(Dernière mise à jour : 16/04/2019)

 

*****

Ce site ne distingue aucun complot, alors que le Complot est né avec le Monde !

Pour ce site, par contre,  les Coupables sont les Suprêmacistes Blancs Américains mais à part cela, ce site ne conspire pas, JAMAIS !

Un avatar du « complot juif mondial » : les Juifs et l’esclavage des Noirs

 

De QUI s’inspire Conpiracy Watch ?

 

Marcel Gauchet

Wikipedia : Sa compagne, Gladys Swain, PSYCHIATRE, lui fait découvrir la clinique psychiatrique et le mouvement antipsychiatrique. Enfin, il y eut les lectures décisives de la Société contre l’État, recherches d’anthropologie politique de Pierre Clastres (paru en octobre 1974 aux Éditions de Minuit) et lHistoire de la folie à l’âge classique, de Michel Foucault.

 

Michel Winoch SPECIALISTE DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

 

Juste le titre nous suffit Amplement !

Wikipedia : Michel Winock, né le  dans le 14e arrondissement de Paris, est un historien français spécialiste de l’histoire de la République française ainsi que des mouvements intellectuels et politiques. Ses travaux l’ont conduit en particulier à traiter les thèmes du socialisme, de l’antisémitisme, du nationalisme et des mouvements d’extrême droite en France. Il est professeur des universités en histoire contemporaine à l’Institut d’études politiques de Paris, où il a enseigné, entre autres, l’histoire des idées politiques.

Il est notamment l’auteur du Siècle des intellectuels (1997), pour lequel il a reçu le prix Médicis essai en 1997, des Voix de la liberté (2001), salué par l’Académie française, et de Madame de Staël, prix Goncourt de la biographie 2010. Il a dirigé avec Jacques Julliard le Dictionnaire des intellectuels français.

 

Pierre-André Taguieff :

Wikipedia : Pierre-André Taguieff, né le  à Paris, est un politologuesociologuehistorien des idées et directeur de recherche au CNRS honoraire français.

Il a notamment travaillé au CEVIPOF et à l’Institut d’études politiques de Paris. Il a été membre fondateur du cercle de réflexion le Cercle de l’Oratoire, du comité de rédaction de la revue de ce cercle, Le Meilleur des mondes, et de la revue Des Lois et des hommes. Il contribue régulièrement au site Dreuz info.

P-A. Taguieff est l’auteur de nombreux ouvrages touchant à la fois aux domaines de la théorie politique, de l’histoire des idées, de la philosophie politique et de la théorie de l’argumentation. Ces ouvrages traitent notamment du racisme, de l’antisémitisme et des idéologies d’extrême droite. Il s’est fait connaître d’abord par ses travaux sur le racisme et l’antiracisme (La Force du préjugé, Essai sur le racisme et ses doubles1) , puis par des articles et ouvrages sur les Protocoles des Sages de Sion (faux document à visée antisémite), le populisme, la Nouvelle Droite et le Front national.

Son parcours politique va de « l’anarchosituationnisme2,3 au chevènementisme patriote de la Fondation du 2-Mars »4, puis, plus récemment, par une prise de distance vis-à-vis de toutes les affiliations partisanes à partir du moment où elles sont envisagées selon un angle binaire gauche/droite. Se réclamant un temps des idées de la gauche républicaine, dans les années 1980 et 1990, il a été décrit également comme un « libéral social conservateur »5, et comme un « néoconservateur »6. Ses travaux (notamment sur la Nouvelle Droite et la « nouvelle judéophobie ») ont fait l’objet de controverses intellectuelles et médiatiques. P-A. Taguieff se présente lui-même comme engagé dans la lutte « contre tous les racismes »7.

 

Maurice Ronai :

Maurice Ronai c’est « La Révolution n’est pas Terminée » de Vincent Peillon

Wikipedia : Ingénieur de recherche à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), qualifié aux fonctions de professeur des universités par le Conseil national des universités (71e section) en 1998, il participe aux travaux du Groupe de sociologie de la défense (GSD), fondé par Alain Joxe. Dans ce cadre, il a coordonné la publication des Cahiers d’études stratégiques consacrés aux États-Unis. Il anime à l’EHESS un séminaire consacré aux révolutions militaires7.

Il crée, en 1998, temps réels [archive], la section numérique du Parti socialiste8. Délégué national du Parti socialiste pour les technologies de l’information9 de 2003 à 2008, il rejoint en 2006 l’équipe de campagne de Ségolène Royal10. Conseiller numérique de la candidate, il est, à ce titre, rapporteur du rapport RocardRépublique 2.0.

Il a été nommé membre de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), en février 2014, par le Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault. Membre de la Formation restreinte11 de la CNIL, il préside le Comité de labellisation12 de la CNIL.

En tandem avec Anne-Cécile Worms, il est chargé du projet numérique dans la campagne de Vincent Peillon pour la primaire citoyenne de 201713.

 

Et le Meilleur pour la Fin.

Le Fondateur du site « Conspiracy Watch » né en 2007 est :

 

RUDY REICHSTADT

 

Voilà qui est ce Pauvre Rudy Reichstadt et c’est le site ANTICONS qui nous en parle le mieux.

Site ANTICONS : https://anticons.wordpress.com/2013/09/09/rudy-reichstadt-opportuniste-neo-conservateur/

Opera Instantané_2019-10-25_131306_anticons.wordpress.com

Séminaire de « La Règle du Jeu », « Radicalisation politique et théories du complot », le 16 juin 2013, débat animé par Alexis Lacroix avec, Guy Konopnicki, essayiste et journaliste à Marianne et Rudy Reichstadt, fondateur du site Conspiracy Watch.

http://www.dailymotion.com/video/x10y0sc

Les « Séminaires » de « La Règle du jeu » ont été créés par BHL et Alexis Lacroix. Rudy Reichstadt, fondateur du site Conspiracy Watch, y est invité le 16 juin 2013. Comme à son habitude, il utilise son répertoire de techniques de manipulation : insinuations, amalgames, diffamations, tout en se proclamant défenseur de valeurs universelles inattaquables : laïcité, démocratie, lutte contre le racisme et l’intégrisme, antifasciste, etc. Puisque le blogueur estime être victime de procès d’intention sur internet de la part de militants « conspirationnistes », nous avons choisi, dans un souci d’équité, d’utiliser ses propres productions chaque fois que c’était possible pour comprendre ses motivations réelles.

Décryptage d’une rhétorique

Rudy Reichstadt est présenté comme un « politologue » par Alexis Lacroix, à mi-chemin entre le monde médiatique et le monde académique. Lacroix ira même jusqu’à rajouter « vous êtes un véritable chasseur de conspirationnistes ». Chasseur Rudy ? Pourtant vous ne trouverez pas la moindre trace d’un débat contradictoire sur son site, alors chasseur peut-être, mais adepte de la chasse gardée, celle qui lui garantit de ne pas croiser de gros gibiers. Lors de ce séminaire, M. Reichstadt nous explique qu’il a découvert sa photo sur un schéma très complexe dans lequel les « conspirationnistes » relient les gens entre eux en les étiquetant pour donner l’impression d’une vaste conspiration, d’un fantasme « conspirationniste » d’après ses dires. Voici, selon toute vraisemblance, l’organigramme en question :

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Télécharger la CARTE INTERACTIVE en PDF ( avec LIENS CLIQUABLES)

En quoi ce schéma est-il si compliqué ? Le blogueur y tient sa place entre Caroline Fourest (qui l’a régulièrement publié dans sa revue Prochoix), et Pierre-André Taguieff et son think tank néoconservateur « Le Cercle de l’Oratoire ». Vous pouvez comparer à présent avec un organigramme … choisi par M. Reichstadt via son site Conspiracy Watch. Il y propose un schéma qui est censé nous éclairer sur la nature du conspirationnisme. Titre du billet : L’organigramme qu’« ILS » ne veulent pas que vous voyiez. En premier lieu, nous pouvons constater que le champ lexical est identique à celui utilisé dans certaines thèses qu’il prétend combattre. Et quand nous observons le schéma, nous constatons qu’il juxtapose des dossiers où le sérieux côtoie l’absurde, et dont les faits sont très diversement documentés : de l’assassinat de Kennedy au voyage sur la lune en passant par la finance, avec l’ufologie en toile de fond… Il brosse en quelque sorte le portrait d’une véritable « conspiration des conspirationnistes ».

Reichstadt et l’extrême droite : entre tabous et amalgames

Pour garder un semblant de crédibilité, M. Reichstadt tient au passage à se démarquer de la théorie islamophobe Eurabia de l’essayiste Bat Ye’or. Eurabia étant un concept repris par la majeure partie des mouvements sionistes ou de l’extrême droite européenne. Signalons au passage que Bat Ye’Or est également l’une des cibles de Caroline Fourest, cependant il ne faut rien y voir de très courageux. Bat Ye’or est en quelque sorte un ectoplasme inconnu du grand public. Néanmoins Alexis Lacroix, l’animateur du débat qui visiblement ne craint pas les paradoxes, nous rappelle que Pierre-André Taguieff devait être associé à Guy Konopnicki et Rudy Reichstadt, mais aucun d’eux ne soulignera l’implication de Pierre-André Taguieff au sein du site DREUZ, site internet de propagande de Bat Ye’or, cette « officine incontournable de la fachosphère » pour paraphraser Alexis Lacroix.

Pierre-André Taguieff cité en préambule du séminaire de « La Règle du Jeu »

A l’affirmation de Lacroix « vous êtes un disciple de Pierre-André Taguieff », M. Reichstadt répondra « oui, un disciple peut-être, en tout cas un lecteur assidu. Je ne l’ai jamais rencontré, je ne lui ai jamais téléphoné, juste quelques mails, pour le reste il s’agit d’un délire conspirationniste. » Quoi qu’il en soit une chose est certaine : Pierre-André Taguieff constitue la référence de choix pour Rudy Reichstadt : 65 résultats sur le moteur de recherche de son blog. Pour l’occasion, M. Reichstadt nous explique dans un résumé plus que sommaire que l’extrême droite est constituée de deux branches : une extrême droite traditionnelle (antisémite), et l’autre (Eurabia) qu’il compare au Maccarthysme. Surtout habitué des faux-fuyants, il se garde bien de nous dire qu’il y a une extrême droite sioniste (Dreuz, Taguieff, Bat Ye’or) et une extrême droite antisioniste (le GUD), le Front National étant le résultat d’un mélange des 2. Pour la partie sioniste du FN, citons par exemple Louis Aliot qui est allé dans deux colonies juives, et Christian Bouchet pour l’anti-sionisme du FN. Pro-sioniste à l’extrême, Gilles-William Goldnadel (compagnon de route de Bat Ye’or et de Taguieff) est contributeur très régulier du site Dreuz, avec plus de 105 publication à son nom. Goldnadel ne cache pas ses liens avec l’extrême droite : à plusieurs reprises, il a appelé à l’union entre les droites qu’il appelle « L’alliance avec le FN ». Bien entendu, Goldnadel défenseur de la politique de la droite israélienne la plus dure, star du barreau et omniprésent dans les médias, est épargné de toute critique sur le blog de M. Reichstadt Conspiracy Watch.

Syrie, Libye : un exemple de confusion et d’omission

Vous l’aurez compris, Rudy Reichstadt pratique la « langue de bois » quand il s’agit de développer les propos de l’une des extrêmes droites, alors qu’il est très productif dès lors qu’il va pouvoir tirer profit de l’autre. Les récentes guerres de Libye et Syrie lui ont donné l’occasion de faire valoir tout son savoir-faire en matière de manipulation. L’argumentaire par les amalgames est un principe récurrent dans dans la dialectique utilisée par Reichstadt, il englobe sans vergogne et artificiellement des personnalités de gauche comme Michel Collon et Jean Bricmont, avec d’autre de l’extrême droite (celle qui ne lui plaît pas, bien évidemment !). Nous trouvons le meilleur exemple dans une chronique de juin 2012 écrite par Christophe Ayad pour Le Monde et reprise sur Conspiracy Watch (Le petit monde composite des soutiens au régime syrien).
Utilisant sous entendus et amalgames, Ayad s’efforce (dixit M. Reichstadt lui-même) de décrédibiliser les contestataires qui s’opposèrent à l’intervention de l’OTAN en Libye et à présent en Syrie. Christophe Ayad, un journaliste dont la rigueur professionnelle reste à démonter. Le 27 novembre 2012, il titrait l’une de ses rubriques : L’avancée inexorable des rebelles syriens. Ayad écrivait : « Depuis la mi-novembre, le conflit semble connaître une brusque accélération. Plusieurs bases militaires et aéroports stratégiques sont tombés dans le nord, mais aussi dans l’est du pays »Pourtant, en janvier 2013, d’après Le Guardian, 55% des Syriens désiraient qu’Assad reste au pouvoir, craignant une guerre civile.

Le Journaliste britannique Robert Fisk, dans une tribune publiée par son journal The Independent écrivait : « Le Qatar et l’Arabie Saoudite arment et financent les rebelles en Syrie, Washington n’émet pas une seule critique vis-à-vis d’eux. Le Président Obama et son secrétaire d’État, Hillary Clinton, disent vouloir la démocratie en Syrie, mais le Qatar est une autocratie et l’Arabie Saoudite est parmi les pires exemples de califats autoritaires de tout le monde arabe. Les dirigeants de ces deux États héritent du pouvoir à travers leurs liens familiaux – tout comme Bachar –, et l’Arabie Saoudite est un allié des rebelles salafistes wahhabites en Syrie, exactement comme ils furent les plus fervents supporters du régime médiéval des talibans pendant les années les plus noires en Afghanistan. Rappelons que Robert Fisk est considéré par le New York Times comme étant l’un des plus grand sinon le plus grand reporter britannique au Moyen Orient. En novembre 2012, le magazine « Spécial investigation » de Canal+ a proposé un reportage sur le thème « Gaz et pétrole : Guerres secrètes ». L’équipe de Canal + est revenue sur l’évènement : « la France a attaqué la Libye du colonel Kadhafi. Officiellement, il s’agissait d’intervenir au nom des Droits de l’Homme. Mais un document a circulé, stipulant que Total pourrait exploiter 35% du pétrole libyen, en cas de changement de régime ».

Extrême droite sioniste : les oublis de M. Reichstadt

En ce qui concerne l’autre extrême droite (sioniste), M. Reichstadt nous ressert en permanence le même refrain : Bat Ye’or, Bat Ye’or et encore Bat Ye’or. Dans le billet intitulé Le « péril islamique » existe-t-il ? Il ne consacre pas la moindre ligne aux auteurs du site Dreuz.info, malgré des liens directs avec Bat Ye’or et l’extrême droite européenne. Les auteurs en question : Alexandre Del Valle, Michel Garroté, Ivan Rioufol, Gilles-William Goldnadel, Guy Millière, Jean-Patrick Grumberg, Michel Gurfinkiel et M. Taguieff. On trouvera plus d’informations ici : Ils se revendiquent islamophobes Quant à MM. Longuet, Madelin, et Devedjian, qui auraient quitté une méchante droite au profit d’une gentille droite, nous rappellerons simplement à Guy Konopnicki que tous les anciens de l’extrême droite des années 60-70 furent purement et simplement recyclés par un certain Georges Albertini, ex-collaborateur acquis à l’Allemagne nazie durant l’occupation. Nous conseillons à Guy Konopnicki la lecture de l’Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours : avant sa prochaine conférence sur l’extrême droite, comme dit le proverbe, « un homme averti en vaut deux »… Et à Alexis Lacroix qui affirme avoir constaté une symétrie entre l’extrême droite et la gauche qu’il n’aime pas, nous lui rappelons bien volontiers que l’histoire est là pour attester qu’il y a surtout une symétrie entre les droites, et même quelquefois avec la gauche qu’il aime bien, par exemple à l’occasion d’une certaine cohabitation récente : Droite et extrême droite : autopsie d’un lien de consanguinité.

Taguieff l’antiraciste (sic), source d’inspiration de Reichstadt l’antifasciste (sic)

Rappelons les mots de Pierre-André Taguieff, à propos de la journaliste islamophobe Oriana Fallaci : « Fallaci vise juste, même si elle peut choquer par certaines formules. » Signalons que Fallaci fut inculpée pour diffamation contre l’islam : Défendre les thèses d’Oriana Fallaci. A propos des musulmans de France : « Deux millions de musulmans en France, ce sont deux millions d’intégristes potentiels. » déclara Pierre-André Taguieff sur France Inter en 1997. A propos de Stéphane Hessel, M. Taguieff osera déclarer : « Faut pas exagérer, après tout il n’a été qu’un tout petit peu arrêté par la Gestapo, et un tout petit peu torturé… » M. Taguieff oublie de préciser que Stéphane Hessel fut arrêté par la Gestapo, torturé, mais aussi déporté vers Buchenwald puis Dora. Au décès de Stéphane Hessel, il fera scandale en écrivant : « Le temps n’est pas encore venu pour prononcer un jugement d’ensemble nuancé sur ce personnage surestimé à tous égards, et que je tiens pour un faux grand homme. » Sur notre observatoire du néo-conservatisme, on trouvera plus d’informations sur P.A. Taguieff : Pierre-André Taguieff, le Néo-Con Lajoie

Rudy Reichstadt se dit surpris d’être qualifié de « néoconservateur »

Pourtant le blogueur a bien collaboré à la revue « Le Meilleur des Mondes ». Cette revue qui a cessé de paraître en 2008 fut le prolongement du Cercle de l’Oratoire, un cercle de réflexion néoconservateur composé d’intellectuels français favorables à la guerre en Irak. En 2006, le journal Libération titrait : Les meilleurs amis de l’Amérique. Le journal commente : Depuis les manifestations contre l’intervention des Etats-Unis en Irak, des intellectuels français, révoltés par l’antiaméricanisme, ont fondé le Cercle de l’Oratoire. Inspirés par les néoconservateurs et pourfendeurs de l’islamisme radical, ils se réunissent à Paris dans un temple protestant. Des néo-cons à la française, ces partisans de la « guerre juste » ? « Je me vois comme une néoconservatrice de gauche » confie, avec un brin de provocation, une jeune journaliste qui souhaite garder l’anonymat. (…) Les philosophes André Glucksmann et Pierre-André Taguieff, l’essayiste Pascal Bruckner, l’universitaire Stéphane Courtois, coauteur du Livre noir du communisme, Jacky Mamou, ancien président de Médecins du monde, Kendal Nezan, président de l’Institut kurde de Paris … mais aussi de jeunes journalistes, des étudiants, des personnalités comme Bernard Kouchner, Nicolas Baverez, Fadela Amara … sont régulièrement invités à débattre. Depuis ce printemps, le groupe publie sa propre revue, « Le Meilleur des Mondes ». Rudy Reichstadt est également contributeur de la revue « l’Arche » un journal où nous retrouvons Pierre-André Taguieff, Frédéric Encel, Alexandre Adler, tous membres du Cercle de l’Oratoire. L’Arche est édité par le « Fonds Social Juif Unifié » dont le président n’est autre que Pierre Besnainou, également président de la « Fondation du Judaïsme Français ». Mais le blogueur s’offusque une fois de plus quand Pascal Boniface écrit « ce site est principalement consacré à la dénonciation des critiques de la politique israélienne ».

Conspiracy Watch désigne invariablement les cibles américaines de l’Irak à l’Iran

Des cibles américaines définies en grande partie par les politiques étrangères des deux administrations Bush. Pour s’en convaincre, il suffit de visionner une interview du général Wesley Clark de 2007 où il affirmait qu’un plan était prêt 10 jours après le 11 septembre 2001 pour envahir 7 pays : l’Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et l’Iran. http://www.youtube.com/watch?v=2vWe0cVdYRI

L’Iran, une obsession

Le blog Conspiracy Watch réserve à l’Iran un traitement de choix : 98 résultats sur son moteur de recherche. Par simple analogie avec un allié pourtant sulfureux de l’occident, le Qatar, vous ne trouverez pas le moindre article, seulement quelques notes de bas de page qui, en aucune façon, n’attirent l’attention sur la cruauté du régime qatari. Rappel : Rapport Amnesty International de 2011 sur le Qatar : Les femmes continuaient d’être victimes de discrimination et de violences. Les travailleurs migrants étaient exploités et maltraités et ils ne bénéficiaient pas d’une protection juridique suffisante. Une centaine de personnes étaient toujours privées arbitrairement de leur nationalité. Des peines de flagellation ont été prononcées. Les tribunaux continuaient de confirmer des condamnations à mort, mais aucune exécution n’a eu lieu. Amnesty International | Working to Protect Human Rights Relations France-Qatar : un scandale d’Etat

Rudy Reichstadt et le sionisme

Si aujourd’hui M. Reichstadt assimile toute contestation de la politique anti-impérialiste à de l’antisémitisme, il est utile de rappeler son passé. Mercredi 20 septembre 2006, pour le compte de « l’Observatoire du Communautarisme », il écrit un article à charge contre Sarkozy, lui reprochant en particulier de rechercher des soutiens auprès d’organisations communautaire juives : Du communautarisme au républicanisme incantatoire : que penser du revirement rhétorique de Nicolas Sarkozy ?

Il est également intéressant de constater que l’on trouve dans les notes de l’article un autre article signé par l’Observatoire du Communautarisme : Présidentielles : « L’Union des Patrons et des Professionnels Juifs de France » (UPJF) roule pour Nicolas Sarkozy

Pourquoi ce changement de trajectoire ? Rappelons que M. Reichstadt a fondé le site Conspiracy Watch à l’automne 2007. Nicolas Sarkozy est président de la république depuis environ 6 mois, et avec son arrivée au pouvoir, la politique internationale française se trouve dès lors quelque peu modifiée. L’exemple le plus significatif : Nicolas Sarkozy, habitué de longue date du dîner du CRIF, prononce généralement un discours à sa tribune, alors que le président Chirac avait décliné les invitations au profit d’Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et Dominique de Villepin. En 2011, Rudy accorde sur son blog une tribune à Samuel Ghiles-Meilhac : Le CRIF a-t-il l’influence qu’on lui prête ? Mais à présent, le ton est bien différent, Reichstadt ne présente plus le CRIF comme une association communautariste. Vous pouvez noter que Samuel Ghiles-Meilhac a collaboré régulièrement à plusieurs revues, dont l’Arche et Le meilleur des mondes. Le CRIF, un lobby ?

Néocon lui va si bien…

Quant certains se font un devoir de demander des comptes à la société, ce qui permet au moins à celle-ci d’éviter le croupissement, M. Reichstadt choisi quant à lui la compagnie de vieux notables beaucoup plus soucieux de conserver leurs privilèges que du bien-être collectif, de vieux notables dont il a singé la suffisance. Les directeurs de conscience Pour le journaliste Hicham Hamza, Rudy Reichstadt est un Crypto-neoconservateur. Il est vrai qu’à y regarder de près, par des méthodes astucieuses, M. Reichstadt s’emploie à combiner la défense d’intérêts géopolitiques avec une doctrine économique ultra libérale, toujours sous couvert d’anti–conspirationnisme en utilisant des intervenants bien choisis.
La logique fallacieuse
Un article de l’historien américain Richard Hofstadter, reprenant un texte d’Alain Wolfelsperger, va servir de caution à M. Reichstadt qui n’a pour seul objectif que de légitimer l’ultra-libéralisme inspiré par les membres de la Société du Mont-Pèlerin. L’étude d’Hofstadter explore l’influence de la théorie du complot qui a évolué au long de l’histoire américaine, en partie en réponse au Maccarthysme des années 1950. Hofstadter note que le style paranoïaque est un phénomène ancien et récurrent dans la vie publique américaine. Il retrace le style paranoïaque des mouvements de la droite radicale qui ont vu un complot contre l’Amérique planifié par des sociétés secrètes telles que les « illuminatis » ou les « francs maçons » dans son ouvrage publié par le magazine Harper en novembre 1964. Voir : Le style paranoïaque en politique, par Richard Hofstadter (Le Monde diplomatique)

Alain Wolfelsperger détourne Hofstadter pour laisser entendre que l’historien aurait pu faire la même remarque sur les attaques qui concernent le libéralisme d’aujourd’hui. Wolfelsperger écrit : « L’ultra-antilibéralisme ou le style paranoïde dans la critique de l’économie de marché ». Le libéralisme économique est aujourd’hui vitupéré en France dans divers milieux intellectuels et politiques se réclamant surtout de la gauche classique ou extrême mais en développant une critique qui n’est pas sans résonance auprès d’une certaine droite classique ou extrême.

Alain Wolfelsperger, l’habile bluffeur 

A l’évidence, le but est de fustiger le positionnement des opposants de gauche à l’ultra-libéralisme, alors que la thèse de Richard Hofstadter était principalement axée sur la croisade anti-communiste menée par le sénateur Joseph McCarthy. Il est vrai qu’historiquement, Hofstadter ne considérait pas le style paranoïaque comme l’apanage de la droite, néanmoins il ne fit mention de ce caractère uniquement pour les mouvements politique de droite semblables à ceux qui ont soutenu un proche de McCarthy, le sénateur Barry Goldwater, candidat très à droite à la présidence de 1964. Son conseillé économique n’était autre que Milton Friedman, l’une des figures emblématiques de la société du Mont-Pèlerin. Goldwater / Friedman, le duo qui posa les bases d’un nouveau conservatisme qui vit la victoire de Ronald Reagan en 1980. The Conscience of a Conservative: Barry Goldwater

Juge et parti : Alain Wolfelsperger

Dans sa présentation de Wolfelsperger, M. Reichstadt omet tout simplement de souligner qu’Alain Wolfelsperger a participé à un séminaire de la Société du Mont-Pèlerin. Cette organisation qui regroupe des adversaires déterminés de l’Etat social, la Société du Mont-Pèlerin, a inspiré la politique économique et sociale de Pinochet, Reagan et Thatcher. Mai 2012 : A l’initiative de L’ALEPS, 21 économistes français contre le programme socialiste. Parmi les signataires, nous retrouvons Alain Wolfelsperger lié comme les 20 autres à un ou plusieurs think tanks néolibéraux : Société du Mont-Pèlerin, Institut Turgot, Association pour la liberté économique et le progrès social (L’ALEPS). « Le programme de François Hollande et de ses amis socialistes procède de motivations démagogiques, mais qui sont illusoires et destructrices : augmenter le SMIC au lieu de libérer les énergies, punir les riches au lieu d’inciter tout le monde à l’effort productif, dépenser pour stimuler la croissance (en fait pour acheter des clientèles) au lieu d’utiliser au mieux les ressources. » L’appel de 21 économistes français contre le programme socialiste destructeur – Institut Turgot

L’ALEPS
Elle fut l’une des principales structures de propagande du patronat, une officine reconnue pour avoir recyclé d’anciens militants de l’extrême droite de la fin des années 60, via Georges Albertini, l’ex-Secrétaire général du parti acquis à l’Allemagne nazie, le Rassemblement national populaire (RNP) de Marcel Déat. Albertini avait été condamné en décembre 1944 pour « intelligence avec l’ennemi ». Alain Madelin fut l’un des bénéficiaires du grand recyclage. Dans son ouvrage « Génération Occident », Frédéric Charpier revient sur le rôle prépondérant de Claude Harmel dans la fondation de l’ALEPS. Harmel, tout comme Albertini, avait rejoint après 1940 le parti collaborationniste (RNP).Congrès AFSP Paris 2013 : intervention d’Alain Wolfelsperger « Le rôle des clubs et des réseaux d’intellectuels libéraux dans la diffusion du néo-libéralisme en France. Le cas de l’ALEPS et du groupe des Nouveaux Économistes »
Autres spécialistes, même méthode
Rudy Reichstadt a également fait appel à un néoconservateur notoire, Brice Couturier, du comité éditorial de la revue néoconservatrice Le Meilleur des mondes. En collaboration avec plusieurs autres membres du « Cercle de l’Oratoire », Brice Couturier participa en 2004 à la rédaction d’un ouvrage en faveur de la guerre en Irak : Irak, An I : Un autre regard sur un monde en guerre Dans sa chronique sur France Culture, Brice Couturier invite l’économiste Serge Audier. Couturier, grand adepte de la confusion volontaire, profitera de la présence d’Audier pour assimiler à de l’antisémitisme tout regard critique sur les réseaux financiers internationaux Le néo-libéralisme, le vrai ! – Idées – France Culture Retour sur les think tanks néolibéraux qui ont changé le monde

Malgré tous les efforts de M. Reichstadt et de ses amis, de plus en plus d’intellectuels bien informés attirent l’attention sur les liens d’intérêts qui gangrènent la sphère médiatico-politique. Journaliste durant 15 ans au Monde, Hervé Kempf revient dans son ouvrage L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie sur les puissances d’argent qui ont acquis une influence démesurée. Les grands médias dépendent d’intérêts privés, les lobbies s’efforcent de rédiger les lois en coulisses, les libertés sont jour après jour entamées. Dans tous les pays occidentaux, la démocratie est attaquée par une caste, en réalité, nous sommes entrés dans un régime oligarchique, cette forme politique où le pouvoir est réservé à un petit groupe de personnes qui forment une classe dominante. Pour Rudy Reichstadt, critiquer les lobbys et dérives antidémocratiques des certaines institutions et groupes privés, c’est être complotiste. Comble du ridicule, selon son site, Julian Assange et Wikileaks sont de dangereux paranoïaques, Wikileaks avec lequel tous les plus grands journaux du monde ont travaillé pour diffuser les affolantes informations sur la guerre en Irak… Bien évidement, il faut voir derrière les gesticulations de Rudy la tentative de défendre une idéologie, celle de la revue le « Meilleur des Monde » Il apparaît donc évident que le site Conspiracy Watch est un outil de propagande justifiant les pires dérives de notre Histoire contemporaine, sous de faux airs de neutralité, ce site a été créé par un arriviste qui a très vite compris l’importance de se retrouver du côté des puissants. C’est bien cela l’opportunisme. Sur la forme, peu de comparaisons entre Rudy Reichstadt l’opportuniste, à d’autres néoconcervateurs beaucoup plus fanatiques dans le style des auteurs du site Dreuz.info qui eux se revendiquent ouvertement néo-conservateur. Mais sur le fond le résultat est identique, même ligne idéologique extrémiste associée à une géopolitique de type néo-coloniale, la proximité avec Pierre-André Taguieff ne fait qu’entériner une collusion indéniable.

Pour toutes ces raisons, il semble évident que le titre de néo-con est le plus approprié pour décrire le profil de Rudy Reichstadt. Son idéologie affichée, proche de plusieurs extrémistes, fait de lui un opportuniste bien trop engagé pour pouvoir se revendiquer « expert » en quelque domaine que ce soit, mise à part en propagande néo-conservatrice.

*****

Le CRIF a reçu Rudy Reichstadt  :

Comme nous les Comprenons.

 

Rudy Reichstadt : « Le complotisme est un discours politique nocif ».

Réponse à Rudy Reichstadt :
Citation de Pierre-André Taguieff : « Deux millions de musulmans en France, ce sont deux millions d’intégristes potentiels » (France Inter, 1997).

Rudy Reichstadt, qui prétend lutter contre la paranoïa complotiste, a pour principale référence un monsieur qui suspecte chaque musulman de France d’être « un intégriste potentiel ».

Chaque époque a eu ses Paranoïaques. Notre époque n’échappe pas à la régle n’est-ce-pas Rudy ?

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :