Archives de Catégorie: Lobby Politique

Le Lobby LGBTQ de plus en plus Agressif et Féroce.

Ce lobby est installé dans les hautes sphères du pouvoir et entend faire plier la population sous ses diktats.

CCSPVL.png

Le Torchon « Le Monde » indique bien que « la Théorie du Genre » n’existe pas, comme l’avait crié  Najat Vallaud-Belkacem sous Hollande après en avoir fait l’apologie.

Même Bergoglio le Rouge est révolté contre ce lobby et a préparé un Texte contre ce Fléau pour les Ecoles Catholiques (enfin, ce qu’il en reste !)

 

Le Monde : https://t.co/HCNhBlxEwn

Le Vatican diffuse un texte destiné à lutter contre la supposée « théorie du genre »

Le texte doit à présent être confié aux présidents des conférences épiscopales, qui devront le transmettre aux établissements d’enseignement catholique.

Le Vatican diffuse un texte destiné à lutter contre la supposée « théorie du genre »

Le texte doit à présent être confié aux présidents des conférences épiscopales, qui devront le transmettre aux établissements d’enseignement catholique.

Avec ce nouveau document, l’Eglise invite à adopter « une attitude d’écoute, de réflexion et de proposition pour entreprendre la voie du dialogue sur la question du genre dans l’éducation ».

Avec ce nouveau document, l’Eglise invite à adopter « une attitude d’écoute, de réflexion et de proposition pour entreprendre la voie du dialogue sur la question du genre dans l’éducation ». Yara Nardi / REUTERS

 

Le Vatican a publié un texte, lundi 10 juin, qui rejette la supposée « théorie du genre ». Ce texte, intitulé Il les créa homme et femme, est destiné à aider les enseignants des écoles catholiques à contrer cette « idéologie » qui, selon l’instance religieuse, « nie la différence naturelle entre un homme et une femme ». Rédigé par la congrégation pour l’éducation catholique – le ministère de l’éducation du Saint-Siège –, le texte explique :

« La conscience que nous nous trouvons devant une véritable urgence éducative est de plus en plus répandue, en particulier quant aux thèmes de l’affectivité et de la sexualité (…). Dans ce contexte, la mission éducative se trouve confrontée au défi qui apparaît sous diverses formes d’une idéologie, généralement appelée genre »

Le nouveau texte, qui réaffirme le rôle de la famille composée d’un père et d’une mère, propose « une vision anthropologique chrétienne qui voit dans la sexualité une composante substantielle de la personnalité » :

« De son sexe, en effet, la personne humaine tire les caractéristiques qui sur le plan biologique, psychologique et spirituel font d’elle un homme ou une femme. »

« Un message dangereux »

Avec ce nouveau document, l’Eglise invite à adopter « une attitude d’écoute, de réflexion et de proposition pour entreprendre la voie du dialogue sur la question du genre dans l’éducation », explique le professeur Roberto Zappala, directeur de l’Institut Gonzague de Milan, dans un communiqué accompagnant le texte.

Jay Brown, de la Human Rights Campaign – le plus grand groupe de défense des droits des LGBT aux Etats-Unis –, s’est insurgé contre la position du Vatican qui, selon lui, « envoie un message dangereux selon lequel quiconque expérimente la diversité des sexes est moins digne ».

Le texte doit à présent être confié aux présidents des conférences épiscopales – assemblées des évêques de chaque pays –, qui devront le transmettre aux établissements d’enseignement catholique.

*****

Bergoglio est Totalement sousmis à Soros pour l’Envahissement de l’Europe par le Tiers Monde mais considère encore que Seuls, un Père et une Mère peuvent faire Naître un Enfant.

Kalergi.png

Récemment, cet infâme lobby à dirigé ses « enfants » contre l’Abbé Guy Pagés qui le dénonce, tout comme le Fait sans Peur et sans Reproche la téméraire Agnés Cerighelli et bons nombres d’internautes révulsés par ses pratiques vomitives.

Ce lobby est tellement puissant qu’il a réussi à faire dessiner son Drapeau , sur un TGV, à la SNCF !!!

Pour en arriver à ce stade, il faut être au sommet de l’état.

LGBTQ SNCF.png

 

Ce lobby n’a de cesse d’exposer des bébés avec des couples d’hommes afin de faire approuver par l’opinion public qu’ils peuvent devenir « parents » !

Agnès C.1.png

 

Ce lobby influe jusque dans les Ecoles !

Abbé Guy Pagès2.png

 

L’ Abbé Guy Pagès est plus qu’insulté, il est sali, humilié et menacé de mort !

Abbé Guy Pagès1.png

Abbé Pagès Avortements

Agnès - Abbé Pagès.png

 

Tugdual.png

 

Le lobby fait bien cibler « Les Hétéros », c’est à dire LES SEULS qui peuvent faire des Enfants, qui peuvent Procréer Naturellement !

VA.png

Anne Vilon.png

 

Manif pour Tous.png

LES FRANCAIS NE VEULENT PAS DU « GENDER », IL EST IMPOSE !

Agnès C1.png

 

De plus en plus d’homosexuels sont révulsés par les exhibitions sexuelles du pervers lobby !

Patriote gay.png

 

Abbé Pagès1.png

 

Ce pauvre enfant est Américain, il s’appelle Desmond et il est devenu l’icône, la « Drag Queen » LGBTQ de tous les pervers de ce monde ! Le lobby fait sa promotion partout jusqu’à chez nous où les enfants sont encouragés à le suivre.

Prions pour cet enfant et pour tous les enfants de ce monde que les pervers sexuels prennent pour rien d’autre que « de la chair fraîche ».

 

Le lobby LGBTQ est à Combattre sans Relâche, Toujours, Partout.

 

Le Seul « Coming Out » qui vaille est Celui du Retour à la Foi Catholique.

Coming out Catholique.png

Les Lobbys ont un Fief : l’U.E. de Bruxelles qui est Vendue aux Lobbys.

Martin Pigeon travaille pour l’ONG, Corporate Europe Observatory, qui s’est spécialisée dans la surveillance des lobbys européens. « On estime qu’il y a entre 25 000 et 30 000 lobbyistes à Bruxelles : 70% d’entre eux représentent des intérêts commerciaux, 20% des intérêts publics et 10% la société civile, que ce soit des ONG ou des syndicats », détaille-t-il.

 

Pour l’activiste, les lobbys à Bruxelles sont dans « une position particulière » : « Ils ont été créés à la demande, et parfois avec le financement de la Commission, qui avait besoin d’informations que les institutions nationales ne voulaient pas lui donner. »

Les institutions européennes souffrent d’un manque d’expertise interne. Cela explique pourquoi les lobbys ont une place formalisée, institutionnalisée et sont perçus comme nécessaires.

Le chercheur Martin Pigeon à franceinfo

Une analyse que ne partage pas Stéphane Desselas, fondateur d’Athenora Consulting, qui se présente comme « un cabinet de conseil en stratégies d’influence auprès des institutions européennes » et qui compte notamment comme clients EDF, La Poste ou la SNCF. Pour lui, même en « multipliant par six le nombre de fonctionnaires européens », le système des institutions européennes ne serait toujours pas efficace. « Il y a trop de variables et d’acteurs. Ils n’ont pas les réseaux directs que nous avons. Un fonctionnaire estonien ne connaît pas Paris, par exemple », assure-t-il.

Le poids et l’importance des lobbys sont aussi question de point de vue. « Ils sont omniprésents et leur place est malheureusement dominante », déplore Younous Omarjee. « Leur place est sûrement importante mais leur rôle est parfois exagéré dans les décisions finales », tempère Hervé Jouanjean, ex-directeur du budget à la commission européenne, passé en 2014 dans le privé comme consultant pour un grand cabinet d’avocats français. Un transfert vivement critiqué par Corporate Europe Observatory. « Je me suis fait insulter. On a l’impression qu’on est des bandits, qu’on va trahir tous les secrets… Mais ce n’est pas du tout le cas, se défend-il. Je m’enorgueillis d’avoir sauvé des centaines d’emplois en aidant les entreprises dans leurs démarches auprès des institutions européennes. »

« Le lobbying n’est pas un gros mot ici »

Hervé Jouanjean voit même « une forme de complémentarité entre les fonctionnaires européens qui conçoivent les politiques et la tâche des lobbyistes, qui prend de nombreuses colorations ». Depuis cinq ans, il a appris les rouages de son nouveau métier. « Nous intervenons de diverses manières : le lobbyiste bruxellois ne passe pas son temps dans les bureaux de la Commission, ça ennuie les gens », indique-t-il. Plus mystérieux, Daniel Guéguen, qui se présente comme « le plus ancien lobbyiste à Bruxelles » avec quarante-cinq années d’activité à son compteur, lâche qu’il prend son téléphone, appelle son interlocuteur « en disant : ‘mon client veut vous parler de tel ou tel dossier' ». Stéphane Desselas, plus prolixe, explique que son lobbying repose sur trois piliers : « s’informer », « se positionner » et « agir ».

Le but est de permettre au client d’anticiper les futures décisions des institutions européennes et, dans une certaine mesure, de les influencer. « Que vont proposer les institutions, mais aussi quels sont les rapports de force en interne, les futures nominations ou le positionnement politique des acteurs ? On regarde ça pour pouvoir intervenir au bon moment », poursuit le lobbyiste.

On traque l’information via nos contacts de la manière la plus discrète possible, puis on la transmet à nos clients.

 

Stéphane Desselas à franceinfo

Vient ensuite le temps du « positionnement » « on va préparer le client » à peaufiner son discours, avant de passer à « l’action ». « On va décider si on fait du lobbying indirect en passant par les médias, les fédérations ou les associations professionnelles, ou bien du lobbying direct en allant voir les décideurs », détaille Stéphane Desselas.

Selon lui, rien de plus simple. « Il n’y a pas de difficultés d’accès ici, vous êtes inscrit sur le registre de la transparence [depuis 2011, le Parlement et la Commission exploitent ce registre public qui recense plus de 11 000 groupes d’intérêts], vous envoyez un e-mail et vous êtes reçu ». Confirmation de Daniel Guéguen : « On n’est pas dans une logique française avec des bureaux feutrés et dorés, le rapport est beaucoup plus direct et le lobbying n’est pas un gros mot ici. »

« On a le droit de prendre le café avec qui on veut »

Pour tenter d’influer sur le processus législatif, les lobbyistes ont recours à plusieurs techniques. Ils sont d’abord très présents à la Commission. « Les industriels ciblent prioritairement la Commission, qui a le monopole en matière d’initiative législative », rapporte Martin Pigeon. Et le chercheur et activiste de citer la directive sur le secret des affaires« les multinationales, dont pas mal de françaises, ont abreuvé gratuitement de notes les deux fonctionnaires et demi qui se penchaient sur le sujet ». Autre méthode des lobbyistes : infiltrer les groupes d’experts de la Commission. « C’est un sport assez pratiqué de classer leur expert maison dans un groupe d’experts de la Commission », assure Martin Pigeon.

La Commission a pris le biais de s’appuyer sur des experts et souvent c’est le cheval de Troie des lobbys.

L’eurodéputé Younous Omarjee à franceinfo

D’autres sont carrément consultés par la Commission avant toute rédaction de nouveau texte législatif. C’est le cas de Business Europe, dirigé depuis un an par Pierre Gattaz, ancien patron du Medef. Regroupant quarante fédérations d’entreprises nationales issues de trente-cinq pays, Business Europe est décrit par certaines ONG comme « le plus puissant lobby de Bruxelles ». Un terme vivement récusé par Christian Feustel, conseiller politique de l’instance, qui se présente comme « une organisation représentative des intérêts des industries européennes ». Chaque année, l’association patronale dépense « quatre millions d’euros pour la représentation de nos intérêts », précise-t-il. Depuis 2014, elle a rencontré près de deux cents représentants de la Commission, selon le registre de la transparence.

La plupart du temps, c’est la Commission qui vient nous demander notre avis en amont d’un nouveau texte de loi.

Christian Feustel à franceinfo

« Ça se passe dans leur locaux ou chez nous. Mais tout est noté : soit les institutions européennes publient nos rendez-vous, soit nous le rapportons dans notre newsletter », ajoute Christian Feustel, qui insiste sur la transparence du processus.

« On a fait des progrès considérables sur la transparence, abonde Pierre Moscovici. Je ne peux pas rencontrer quelqu’un qui ne soit pas inscrit au registre de la transparence. » Depuis 2014, les commissaires européens et hauts fonctionnaires de la Commission sont en effet tenus de ne rencontrer que des représentants des groupes d’intérêt inscrits au registre et de notifier publiquement leur rendez-vous, rappelle le site Vie-Publique.fr. Problème : aucune sanction n’est prévue en cas de non-respect de ces règles. « C’est une règle interne de bon management, c’est au bon vouloir des commissaires ou des hauts-fonctionnaires », relève Sébastien Blanchard, juriste spécialisé dans le droit de l’Union européenne.

De nombreuses associations ont relevé qu’il y avait des manquements, des lacunes dans le listing avec des semaines où il n’y avait aucun rendez-vous.

Sébastien Blanchard à franceinfo

Autre limite : des rendez-vous à l’extérieur des locaux sont toujours possibles. « On a encore le droit de prendre un café avec qui on veut », souligne Pierre Moscovici qui prône « la vigilance » mais pas « la prohibition » sur ces questions. Il s’est d’ailleurs « fixé des règles implicites » : « Je ne vois pas les Big Four [les grands cabinets d’audit que sont PwC, EY, Deloitte et KPMG]. Ils peuvent avoir des contacts avec mes services mais pas moi. »

« J’étais envahi par les trolls de Monsanto »

Les tentatives d’influence des lobbys se poursuivent ensuite au Parlement européen où ceux inscrits au registre possèdent un badge d’accès. « Ils essayent d’influencer d’abord le rapporteur, les ‘shadow’ rapporteurs (qui font un contre-rapport) et puis tout le reste : les assistants parlementaires, les conseillers politiques des groupes… » détaille Martin Pigeon. Comment ? « Ils leur font passer des argumentaires ou leur envoient des amendements pré-rédigés. C’est même une demande des eurodéputés. » L’eurodéputée socialiste Sylvie Guillaume confirme :

Les amendements pré-rédigés, c’est très classique et c’est presque ce qui est le plus normé. Mais le pouvoir d’un parlementaire confronté à un lobby, c’est le pouvoir de dire non et il existe tout le temps.

L’eurodéputée Sylvie Guillaume à franceinfo

Il faut néanmoins noter que des ONG, dont l’élue socialiste soutient le combat, ont aussi recours à cette pratique. « On peut recevoir une proposition d’amendement de la part d’associations LGBT. Je les regarde et s’ils me semblent conformes, je peux même les déposer », détaille-t-elle. « Bien évidemment, on rédige des amendements, admet Stéphane Desselas, mais le problème c’est si c’est repris clé en main par le député, sans le discuter ou le confronter à d’autres points de vue. »

Certains parlementaires semblent d’ailleurs plus perméables que d’autres aux discours des lobbyistes. « Quand j’ai été rapporteur d’un texte, j’ai eu quelques parlementaires dont j’ai compris qu’ils étaient manipulés par des groupes d’intérêt. Disons qu’ils étaient les porte-parole bien fidèles de certains lobbys », affirme un eurodéputé sous couvert d’anonymat.

Lorsque les lobbys ne parviennent pas à convaincre les eurodéputés, certains adoptent des méthodes plus radicales. C’est ce qui s’est passé avec la directive sur le droit d’auteur, adoptée en mars 2019. « J’ai reçu 100 000 mails de groupes libertariens, c’est une pression inadmissible, dénonce un eurodéputé. On a même eu des menaces plus moins voilées. Il a fallu que l’on fasse bloquer la boîte mail du Parlement. »

Sylvie Guillaume en a également fait l’expérience : « Moi, j’ai reçu 80 000 mails de copier-coller dont beaucoup venaient des Etats-Unis, c’était infernal. Ce n’est pas une contribution à la réflexion mais du matraquage qui produit l’efferse inverse de celui recherché. » Younous Omarjee a lui bataillé pour l’interdiction du glyphosate et a notamment siégé dans la commission sur la procédure d’autorisation des pesticides : « C’était assez rude. Dès que je postais quelque chose sur Twitter, j’étais envahi par les trolls de Monsanto. » Des techniques condamnées par les lobbys inscrits au registre qu’ils qualifient de « contre-productives ».

« Les boîtes de conseil tournent à plein régime »

En ce moment, le travail des groupes d’intérêt se concentre plutôt sur les électionseuropéennes. « C’est un sujet majeur. Selon les gens qui sont élus, les lobbyistes ne vont pas avoir les mêmes interlocuteurs, relève Martin Pigeon. Toutes les boîtes de conseil tournent à plein régime pour analyser, faire des hypothèses et des projections. »

C’est ce que fait notamment Stéphane Desselas en ayant une veille très soutenue sur le sujet. « Ce qu’attendent nos clients, c’est de savoir à quoi ressemblera le nouveau Parlement ? Quels seront les rapports de force ? Est-ce que la stratégie d’Emmanuel Macron de constituer un groupe libéral fonctionnera ? », liste-t-il, indiquant qu’il transmet ses analyses à ses clients par e-mail. Pour autant, ce lobbyiste ne contacte pas directement les candidats : « On fait un travail d’information ; il n’est pas très efficace de les contacter à ce stade. »

De fait, toutes les équipes de campagne que nous avons contactées assurent ne pas être assaillies de demandes. Elles reçoivent bien cependant les traditionnelles sollicitations, comme à chaque campagne, d’associations, d’ONG ou de divers groupes. « C’est comme tout type de campagne, ces groupes nous soumettent des questionnaires ou des réflexions », assure Philippe Vardon, directeur de la communication du Rassemblement national pour les européennes. « Je n’ai rien noté de différent par rapport aux autres élections », complète Bastien Lachaud, directeur de la campagne des européennes de La France insoumise. « Ils n’ennuient pas les candidats qui, eux, ont envie de faire campagne », analyse-t-on du côté des Républicains. Mais, le parti de Laurent Wauquiez n’est pas naïf : « Ces groupes vont surtout revenir très rapidement une fois les députés élus. » 

Source FranceInfo : https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/enquete-franceinfo-amendements-pre-rediges-acces-au-parlement-comment-les-lobbys-operent-au-sein-de-l-union-europeenne_3423619.html

 

« Non, les institutions européennes ne sont pas vendues aux lobbys », insiste au bout du fil Pierre Moscovici, actuel commissaire européen chargé des affaires économiques et financières.

Pour l’ancien ministre de François Hollande, « le rôle des lobbys est de nous donner un écho du monde extérieur ». Ne pas les recevoir serait, selon ce dernier, « une erreur » : « Cela reviendrait à légiférer dans une bulle. »

Parions que Moscovici « encaisse » Gros Grâce aux Lobbys. Et pas que lui puisque l’U.E. se fait la Porte-Parole, la Semeuse et l’Inquisitrice de tout ce que veut et impose le très puissant lobby LGBT porté en France par Frédéric Potier, Homosexuel lui-même, qui Préside la DILCRAH laquelle décide de Vie et de Mort sur ceux qui ne veulent pas de cette idéologie Mortifère.

 

LE PUISSANT LOBBY LGBT

 

Imaginez 2 secondes si nous mettions sur la Statue de Vercingétorix le Drapeau de Sainte Jeanne d’Arc !

Vercingétorix avec drapeau LGBT.png

Celui qui porte les « valeurs » des LGBT en France est Frédéric Potier Président de la DILCRAH.

 

Frédéric Potier est ce genre de personne pour qui un étranger qui égorge un Français ne fait « Ni Chaud Ni Froid ».

Seuls sont pris en compte ceux qui sont réunis sous le sigle LGBT et ce personnage intervient Partout, désormais il sévit dans le sport !

Fred Potier

 

Frédéric Potier est très attaché à Israël et lutte également avec acharnement contre le Racisme, LA HAINE, et l’Antisémitisme qui vont Ensemble, bien entendu :

Dilcrah1.png

 

Frédéric veut placer des Homosexuels, des Lesbiennes, des Transexuels PARTOUT !

Frédéric Potier.png

Nous comprenons aisément pourquoi Frédéric combat Notre Religion Catholique « LGBTPHOBE » !

Fred Potier1.png

 

……………….BEIT HAVERIM……………….

Beit Haverim.png

 

Frédéric ne lutte pas que pour LA HAINE ANTI LGBT !

Frédéric Potier1.png

Frédéric Potier2.png

Frédéric s’attaque désormais, avec Bienvaillance, en compagnie de Laetitia Avia, à la CYBER-HAINE des Réseaux Sociaux afin de faire de l’Internet Européen un GOULAG !

Laetitia Avia4.png

 

Frédéric Retwette Toujours à Bon escient !

 

Et d’aucuns nous dirons que les Lobbys -dont le LGBT- n’ont AUCUN POUVOIR.

 

Agnès Cerighelli ne lâche rien !

Agnès Cerighelli s’attaque ouvertement et publiquement au Lobby homosexuel et transgenre LGBT depuis bien avant son adhésion à « En Marche ».

Elle n’a jamais caché qu’elle voulait un poste de pouvoir pour COMBATTRE ce puissant lobby arvec LES ARMES DU POUVOIR.

Son Tweet du 30 Mars lui a valu des Insultes, des signalements, et une de HAINE inouïe.

Agnès Cerighelli.png

 

Au tout début de sa lutte frontale contre ce lobby, Agnès Cerighelli a du affronter le Pire des Pires.

Une enquête à même été diligentée conte elle, et quelle enquête !

Les Foudres se sont déchainées en septembre 2018 et le clairon du « Mensonge »contre Agnès s’est fait entendre !

« TOUT EST FAUT » ont-ils proclamé !

Agnès1.png

 

Agnès2.png

 

Mais Nuance : Agnès est bien tout ce qu’elle dit être  MAIS il est expressement demandé partout de l’Exclure de Tout !

 

Nous ne saurons pas quel est ce « Membre de cabinet Ministériel » !!! Dommage.

Voilà le « récit » de Maxime Haes sur Agnès Cerighelli :

« Elle est complètement cinglée et mythomane », a assuré à franceinfo un membre de cabinet ministériel, qui assure que l’élue est perçue « comme un loup blanc au gouvernement ». Les services de sécurité ont même pour consigne de « l’éloigner dès qu’ils l’aperçoivent ». Agnès Cerighelli est pour l’instant toujours adhérente de La République en marche, mais le comité local auquel elle appartient dans les Yvelines réclame son exclusion.

L’élue a fait savoir qu’elle postulait au secrétariat d’État consacré à l’Enfance. Elle dénonce « une campagne de décrédibilisation et de déstabilisation, menée par l’extrême gauche en pleine période de remaniement ministérielle ».

C’est tout ce qu’il faut à l’engeance pour qu’elle se prouve à elle-même qu’elle a raison.

L’enquête a charge contre Agnès a prouvé l’innommable, l’inimaginable ……….

Agnès est Militante de la MANIF POUR TOUS !!!

Agnès.png

 

Lorsque la Vérité est dite, ils parlent d’intox, de HAINE, de Mensonges, de gens arriérés et cinglès, de mythomanes, de racisme, d’antisémitisme………..l’on connait la Musique.

 

Toujours Fière d’afficher ses convictions et ses principes Moraux, Agnès Cerighelli retoque, signe et persiste en ce mois d’Avril, le jour 9ème :

 

Agnès Cerighelli1.png

 

Malgré les demandes de suspension de son compte, Agnès est toujours là et plus Ardente que jamais dans sa Foi Catholique.

Les commentaires sous son tweet sont à tomber à la renverse tellement la Haine et la Hargne se font sentir.

Quelques internautes la soutiennent et rajoutent une couche sur ce qu’est réellement le Lobby LGBT : le Lobby de la Pervertion Civilationnelle.

Sagremor2.png

 

TOUT NOTRE SOUTIEN A AGNES CERIGHELLI QUI LA SEULE ELUE A COMBATTRE OUVERTEMENT LE LOBBY LGBT.

Anthologie des lobbies juifs en Europe.

La France est passée en deux siècles de pays Chrétien à pays judéo-chrétien puis maintenant, sous l’emprise du Crif, à pays judéo-Criftien.

Il est intéressant regarder ailleurs en Europe : on retrouve les mêmes lobbys avec parfois des rites de soumissions similaires au dîner du Crif en France. Petit tour d’horizon.

 

En Grande-Bretagne

Le Board of Deputies of British Jews et le Communuity Security Trust sont les principales organisations du lobby juif et d’Israël.

Au Parlement, la plupart des députés sont membres des groupes Labour / Conservative « Friends of Israel ».

Ensuite, il existe des dizaines d’associations du style LICRA, dont la plus militante est Campaign Against Antismetism qui a poussé l’Etat à poursuivre Jez Turner et Alison Chabloz et à dissoudre le National Action.

Le CST fait la promotion de son dîner annuel sur son site, ça rappelle quelque chose !

En Suisse

La CICAD cherche toujours à influencer les élections, comme le montre ce document de l’UDC.

À noter que l’UDC ne s’en prend pas directement à la CICAD mais à la presse qui favorise les candidats agréés par la CICAD. (https://www.udc-vaud.ch/wp-content/uploads/sites/13/190305-Lettre-ouverte-%C3%A0-Simon-Koch-Tamedia.pdf)

 

En Espagne

Endettée comme elle l’est, l’Espagne est une proie facile pour le contrôle par la « finance internationale ».

La principale organisation est  la Asociación Acción y Comunicación sobre Oriente Medio.

Resserrer les liens parlementaires proclame la page de garde.

Dans ce but, il existe, comme en Angleterre, un Intergrupo de Amistad con Israel del Parlamento Español, fondé en 2013.

Mais l’influence ne s’arrête pas au parlement, sur cette photo on voit au centre de l’image, Pablo Casada le chef de file de la droite PPE entre deux membres de la communauté venus lui apporter son soutien : sans cravate, David Hatchewell qui a réussi dans l’immobilier et Angel Mas Murcia membre de l’ACOM. L’ACOM apporte également son soutien à VOX le parti d’extrême droite. Ce que rêve de faire Marine le Pen en France, passer pour la meilleure protection des Juifs, est réalisé en Espagne.

David Hatchewell et Angel Mas Murcia membre de l’ACOM

 

Enfin on peut aussi mentionner l’existence d’une Fondation hispano juive : https://fundacionhispanojudia.org/?lang=en et d’une radio séfarade.

Bref, en Espagne c’est bordé.

 

Quel contraste avec son voisin, le Portugal.

Le Portugal

Il n’y a plus de Juifs au Portugal (ils sont tous partis au Brésil et de là à New York).

En Italie

Pays également très endetté, l’organisation saillante qui a son siège à Milan est la : Fondazione Centro di Documentazione Ebraica Contemporanea.

De là s’exerce une influence d’autant plus efficace qu’elle est discrète et sans opposition comme l’explique cet article : Non toccate quella lobby

« In Italia, esiste la lobby ebraica? Non solo esiste ma è forte e, fatto grave, non ha oppositori o persone che ne denunciano la pericolosità. »

Et dans cet article, on retrouve le thème du contrôle par la finance : L’Italia è schiava dei banchieri ebrei Polemica su Zunino

 

En Hollande

Comme en Italie, l’influence semble discrète, la présence Juive est également assurée par un centre de documentation juive : CIDI Centrum Informatie en Documentatie Israël.

 

Mais il y a aussi ce centre de consultations juives : Central Joods Overleg

 

Au Danemark

Les Juifs emblent intervenir de l’extérieur par exemple par le biais de cette organisation qui a son siège à Berne : Organisationerne Israel-Europe Freedom Center (IEFC).

 

En Belgique

On trouve une classique Ligue belge contre l’antisémitisme (LBCA)

Voilà, ce bref tour d’horizon est aussi un appel à témoignage vers toute l’Europe. Mais d’ores et déjà, on peut dire que la rive Est de l’Atlantique, avec l’Espagne, la France et l’Angleterre est solidement cadenassée. Pour la rive Ouest, nous renvoyons simplement à d’autres articles parus sur ce site, comme :

Le lobby israélien et la chute de Jimmy Carter,

La campagne du président Roosevelt pour pousser à la guerre en Europe

ou encore Jacob est la toute première hystérie médiatique antirusse : 1910.

Francis Goumain

source:https://jeune-nation.com/actualite/actu-internationale/anthologie-des-lobbys-juifs-en-europe.html

Le Canular du Réchauffement Climatique : le GIEC est un lobby Politique.

Site « Contrepoints »

Réchauffement climatique : le pavé dans la mare !

imgscan contrepoints 2013-2248 GIEC

Comment le GIEC s’y est-il pris pour calculer la température moyenne dont il prétend qu’elle a augmenté d’environ 1° C au cours du dernier siècle ?

Par Thierry Godefridi.

Si vous vous êtes demandé pourquoi il est difficile de prédire la météo sous nos latitudes à plus de quelques jours alors qu’il serait possible de prévoir le climat à l’échéance de plusieurs siècles, voire seulement quelques dizaines d’années, sur la Terre entière, Jean-Marc Bonnamy vous rassure : vous avez raison de vous interroger et il explique pourquoi dans Réchauffement climatique : Le pavé dans la mare ! », innocentant au passage le CO2 de toute responsabilité dans un « réchauffement » – ou « changement », ou « dérèglement »… – de la planète, à l’encontre des allégations du GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, créé en 1988 pour se pencher sur la question.

La question du rôle du CO2 est emblématique de la tournure politique, idéologique, quasi-religieuse du débat climatique. Dans la foulée du GIEC, les réchauffistes interprètent la corrélation statistique entre la courbe de l’élévation des températures et celle de la teneur en CO2 de l’atmosphère comme une loi physique de cause à effet, le CO2 provoquant cette élévation.

Le rôle du CO2

Ne pourrait-on pas en déduire l’inverse, à savoir que la teneur en CO2 de l’atmosphère augmente en fonction de l’élévation de la température ? Une corrélation ne peut à elle seule servir de preuve. D’ailleurs, comment s’expliquent les périodes de décorrélation entre températures et teneurs en CO2 dans les données dont fait état le GIEC lui-même ?

Jean-Marc Bonnamy résume la thèse du GIEC comme suit : la Terre se réchauffe, ce réchauffement entraînera des catastrophes, il est dû à l’effet de serre du CO2 et ce dernier résulte du développement de l’activité humaine. Et il entreprend de démontrer, dans les premiers chapitres de son livre, qu’un phénomène physique de saturation de l’effet de serre, que personne ne nie, exonère le CO2, au-delà de ce qu’il accomplit déjà, de toute incidence dans un quelconque réchauffement climatique au sens dans lequel le GIEC l’entend et que, si tant est qu’il y a réchauffement de la Terre, c’est ailleurs qu’il faut en chercher la raison.

Mais, au fait, comment le GIEC s’y est-il pris pour calculer la température moyenne dont il prétend qu’elle a augmenté d’environ 1° C au cours du dernier siècle ? Il s’est servi de donnés relevées à des dates et endroits divers par des stations météorologiques disparates, données qu’il a traitées (sans en communiquer la manière) et dont il a établi une moyenne qui est une fiction puisqu’une moyenne de températures n’est pas une température moyenne.

Mépris des données scientifiques

Et les objectifs de limitation de ladite température qui en découlent sont absurdes, outre le fait que les échelles de température Celsius et Fahrenheit sont arbitraires. Si l’on entend parler scientifiquement, ne conviendrait-il pas de parler en Kelvins ?

Jean-Marc Bonnamy dit sa surprise d’avoir constaté dans les rapports du GIEC disponibles sur la toile combien le rapport pour les décideurs politiques s’affranchissait des rapports scientifiques qui étaient supposés lui servir de base. Quand bien même les scientifiques admettent qu’aucune donnée ne permet de confirmer la réalité d’un réchauffement climatique, ni d’attribuer ce réchauffement à l’activité humaine, cela devient dans le rapport destiné aux décideurs politiques « le réchauffement climatique ne fait aucun doute et son attribution à l’activité humaine est prouvée ». Qui convient-il de croire ? Le GIEC ou le GIEC ? « Il faut cesser de considérer le GIEC comme un établissement scientifique, conclut Jean-Marc Bonnamy, et le prendre pour ce qu’il est : un lobby politique. »

Un chiffre notoirement faux

C’est en ce sens que se comprend la décision du président américain Trump de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris sur le réchauffement climatique.

Le chiffre de 0,6 °C de réchauffement de la planète sur un siècle avancé par le GIEC sans intervalle de précision dans son rapport initial signifiait que la donnée comportait une précision de l’ordre de l’arrondi de la décimale suivante, en d’autres mots que le GIEC prétendait à une précision de l’ordre de 0,05° – 5 centièmes de degré ! Mais, outre ce chiffre d’une précision invraisemblable, le GIEC en a avancé d’autres qui étaient notoirement faux. Jean-Marc Bonnamy en dresse une liste. Les constructivistes, quel que soit l’horizon idéologique auquel ils appartiennent, ne sont jamais à court de conjectures, ni d’aplomb.

Le problème fondamental n’est-il pas que le climat, comme la météo, est un phénomène chaotique, c’est-à-dire ni stationnaire, ni cyclique, qui dépasse les limites épistémologiques de la connaissance humaine car il comprend un nombre infini de variables connues et inconnues d’une précision infinie dont le déterminisme inhérent se manifeste sur des durées de plusieurs milliers, dizaines de milliers, centaines de milliers d’années et échappe totalement à l’entendement humain ?

Reste à écrire le livre sur la question de savoir à quoi servent et, surtout, à qui profitent le GIEC ainsi que les accords, les politiques et l’agit-prop écologiste qui s’en prévalent.

Réchauffement climatique : Le pavé dans la mare ! (Jean-Marc Bonnamy), 164 pages, Éditions L’Harmattan.

Sur le web

Par Thierry Godefridi

Thierry Godefridi