Archives de Catégorie: Meurtre

Suède : Des lesbiennes tuent leur fils de 9 ans après avoir tenté de le transformer en « fille » en lui coupant les organes génitaux.

HET KATHOLIEK FORUM : https://t.co/GUgQLPds0W?amp=1

L’horreur des LGBT révélée au cours de ce mois de la fierté.

La presse et les psychologues refusent d’associer ce crime à un comportement homosexuel.

Screenshot_2019-10-02 Lesbiennes steken 9-jarige zoon dood na eerdere poging van hem een “meisje” te maken door zijn geslac[...].png

Juste à temps pour le «Mois de la fierté», un couple de lesbiennes brésiliennes ont célébré leur «vrai moi» en tuant leur fils de neuf ans, qu’elles ont tenté de transformer en «transgenre» un an plus tôt en enlevant de force les organes génitaux du garçon décédé. Découper et sculpter un vagin improvisé.

Ce crime horrible ne s’est pas produit un mois après que Mike Adams (Natural News) ait annoncé publiquement cette nouvelle vague d ‘ »horreurs progressistes LGBT ». Adams a décrit avec précision que les couples homosexuels «progressistes» commenceraient à paralyser leurs propres bébés en coupant leurs organes génitaux. Cette prédiction a abouti à la suppression complète de « Natural News » par Facebook, après que les médias de gauche aient réagi de manière hystérique à ces prédictions. Encore une fois, Adams s’est avéré parfaitement précis quant à l’avenir de la folie des LGBT.

Comportement lesbien obsessionnel.

Selon la presse, Rosana da Silva Candido, 27 ans, mère biologique du garçon, et Kacyla Damasceno Pessao, 28 ans, sa partenaire lesbienne, ont tué Rhuan Maycon, 9 ans, le 31 mai, après un an de plaintes à la police et à la protection de l’enfance.

Le père du jeune Rhuan avait désespérément tenté de sauver son fils des griffes de sa mère LGBTQP perturbée et de son partenaire, qui auraient déménagé « dans différents États et à travers le pays » pour ne pas être arrêtés.

À la fin, cependant, les deux femmes ont réussi à mettre fin à la vie de Rhuan, le tout parce qu’il était de sexe masculin et qu’elles cherchaient apparemment une fille ou un « transgenre ».

« Nous avons essayé de sauver Rhuan », a déclaré le père de Rhuan à la presse. «Nous avons publié des messages sur les médias sociaux, nous avons contacté la police et la protection de l’enfance. Personne ne nous a aidé.  »

Screenshot_2019-10-02 Lesbiennes steken 9-jarige zoon dood na eerdere poging van hem een “meisje” te maken door zijn geslac[...](1).png

Complicité de la communauté de poco

Les psychologues ont rapidement affirmé que le crime n’avait aucun lien avec le comportement homosexuel.

Intéressant, car lorsqu’un cas de crime semble indiquer que les homosexuels sont des victimes, les psychologues vous diront rapidement que les victimes présumées ont souffert parce qu’elles étaient homosexuelles. Lorsque l’affaire est négative pour l’image gaie, ils refusent tout lien homosexuel.

Les grands médias ont adopté la même attitude. Aucun journal brésilien de premier plan, qui aime souligner systématiquement la nature homosexuelle de supposées victimes de soi-disant victimes. Crimes « homophobes », les deux femmes, coupables de ce crime violent commis contre un enfant innocent, ont été qualifiées de « lesbiennes ». Idem pour la presse internationale.

Ce crime a choqué le Brésil, mais son facteur homosexuel était bien caché et à l’abri des reportages négatifs des médias.

Le gouvernement Bolsonaro, qui n’est entré en fonction que cette année, ne peut être tenu pour responsable du meurtre du petit Rhuan, bien que le gouvernement actuel ait tenté de faire quelque chose pour remédier à cette situation, au cours de ces cinq premiers mois de la prise du pouvoir zijn. Le principal responsable des cinq années écoulées pendant lesquelles les deux lesbiennes ont fui et torturé le garçon est la protection de l’enfance sous la responsabilité de la présidente de gauche Dilma Rousseff, puis de Michel Temer, qui n’a rien fait.

Le gauchisme, qui prévalait à l’époque de Rousseff, se moque bien des crimes commis par les homosexuels. C’est peut-être pour cette raison que, sous le gouvernement Rousseff, personne n’a été pressé de répondre à l’appel à l’aide du père de Rhuan qui s’est tourné vers la police et la protection de l’enfance, mais n’a donc reçu aucune aide de qui que ce soit.

En ce moment même, la Cour suprême du Brésil a criminalisé l’ « homophobie », qui interdit toute critique du comportement homosexuel. Le résultat sinistre d’une loi aussi draconienne est que la torture physique et psychologique exercée par les homosexuels, y compris l’endoctrinement d’enfants pour haïr les hommes et le meurtre de garçons victimes d’un tel sadisme homosexuel, ne peuvent être qualifiés de crimes homosexuels. Quiconque ose dire la vérité peut être arrêté.

Bien que le président Jair Bolsonaro accuse à juste titre la presse d’inventer des « fausses informations », aucun gouvernement Bolsonaro n’a pour l’instant commenté les fausses informations qui veulent dissocier l’homosexualité de la torture et du meurtre de Rhuan.

Le mouvement LGBTQP est-il malveillant ?

Bien que le gouvernement Dilma ait privilégié les crimes présumés contre des homosexuels et que les crimes commis par des homosexuels aient toujours été occultés, nous pouvons maintenant espérer qu’après sa mort, le gouvernement Bolsonaro rendra justice à Rhuan et montrera que les relations homosexuelles sont en réalité sont associés à des crimes pervers et violents, notamment contre des enfants.

La normalisation de l’homosexualité dans les séries de feuilletons, la musique, les films et la culture brésiliens depuis de nombreuses années a amené deux femmes qui considéraient que leur obsession lesbienne et la torture physique et psychologique qui en résultait avaient transformé un garçon en « fille » et en  filles ont appris à le haïr (cf. infra, fille de Kacyla Damasceno Pessao).

Selon les reportages, avant d’être assassiné, Rhuan avait été agressé sexuellement par les deux lesbiennes, qui avaient tenté contre son gré d’opérer une opération à domicile sur le pauvre enfant pour un « changement de sexe ». Il s’avère que Rhuan avait déjà subi un grave traumatisme psychologique de la part de sa mère (car elle lui faisait clairement sentir qu’il était incapable de cacher qu’il était un garçon) avant même de lui avoir coupé le pénis et de l’avoir tué à une date ultérieure. Les deux lesbiennes ont torturé le garçon Rhuan physiquement et mentalement, le forçant à rejeter sa masculinité.

Kacyla Damasceno Pessao (la partenaire lesbienne de la mère de Rhuan) a quant à elle une fille qui a développé une aversion pour les hommes parce que les deux lesbiennes l’ont convaincue que tous les hommes sont délinquants et méchants. Selon la police, les deux lesbiennes avaient également l’intention d’assassiner la jeune fille, qui avait été témoin de leurs années de torture contre elle et son frère.

Le petit Rhuan a été torturé pendant cinq ans. Bien avant que son pénis ne soit coupé, sa masculinité avait déjà été violée. Néanmoins, les psychologues recherchent un million de raisons pour le crime, mais ne trouvent aucune explication concluante, car ils évitent à tout prix le lien homosexuel. Le gouvernement Bolsonaro manque une occasion en or de dire la vérité.

L’agence brésilienne de protection de l’enfance a précédemment publié que Rhuan avait subi un «type» de chirurgie de changement de sexe. « Après avoir enlevé le pénis », a déclaré l’organisation à propos des lesbiennes, « elles ont cousu la région mutilée et improvisé une version de l’organe génital féminin, en pratiquant une coupure au niveau du pubis ».

Rien n’a été fait pour protéger Rhuan et sauver ce garçon, qui a été torturé par deux lesbiennes sadiques.

En revanche, les cas brésiliens sont notoires dans lesquels la protection de l’enfance poursuit les parents qui enseignent l’éducation à leurs enfants à la maison dans le choix éducatif appelé internationalement « l’école à la maison », qui est pleinement légal aux États-Unis, en Europe et dans d’autres pays développés. Même la Russie « malveillante » donne aux parents la liberté de créer des cours à domicile.

La protection de l’enfance brésilienne persécute ces familles qui ne coupent pas le pénis de leurs garçons et ne les tuent pas avec une piqûre au couteau, comme elles auraient dû poursuivre les deux lesbiennes.

Ainsi, au Brésil, le public comprend mieux les lesbiennes perturbées ne souhaitant évidemment pas un garçon, tout comme le fait le Dr Anne Georgulas, médecin chez ‘Dr. Anne Pediatrics ‘dans le Coppell Texan,qui ne veut aucun garçon. Ces sentiments anti-masculins sont caractéristiques de la secte LGBTQP.

Toute cette maladie à grande échelle, que l’on appelle « amour » et « tolérance », suggère que la société moderne est presque arrivée. Lorsque des enfants innocents n’ont d’autre choix que de subir les pires formes de l’endoctrinement des personnes LGBTQP et les pédophiles qui les sous-tendent, vous savez que le feu et le souffre sont sur le point de pleuvoir vengeance.

Même les enfants handicapés mentaux deviennent la cible des toxicomanes LGBTQP pour « l’inclusion » dans le style de vie « arc-en-ciel ». Les plus innocents d’entre nous sont la proie de l’arc-en-ciel de Satan.

« Voilà à quoi ressemble la possession démoniaque », c’est ainsi que le très écouté « Hal Turner Radio Show » a interprété ce dernier incident horrible de violences LGBTQP contre des jeunes innocents :

« Il est également moins perceptible, affectant à la fois la pensée » libérale « et » conservatrice « , et tout comme n’importe quel autre mouvement anti-chrétien. La colère à venir du Dieu biblique est une horreur inimaginable…. Jésus accomplira la tâche ».

D’où vient ce meurtre lesbien ?

Il est important de garder à l’esprit qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé de violence par les LGBTQP contre des enfants innocents. L’année dernière, un autre couple de lesbiennes s’est suicidé, lui et ses six enfants, en conduisant leur voiture familiale au bord d’une falaise californienne dans l’océan Pacifique.

Avoir des enfants adoptés par des lesbiennes et des homosexuels est une maltraitance. Quand un enfant atteint son plein potentiel, cela passe par l’éducation de ses propres père et mère. Il existe des exceptions, mais elles ne déterminent pas la règle.

Si vous contournez Dieu dans votre politique sociale, vous demandez des ennuis.

Nieuwsbrief

Screenshot_2019-10-02 Lesbiennes steken 9-jarige zoon dood na eerdere poging van hem een “meisje” te maken door zijn geslac[...](1)

 

 

 

Ils s’appelaient Timothy, Mauranne, Laura, Florent…Lettre à ceux qui devront leur rendre des comptes [L’Agora]

Je n’en peux plus de me lever chaque matin et de découvrir, horrifié, en faisant une revue de presse matinale, que certains de mes compatriotes se font violer, tabasser, tuer, égorger, pour un regard, pour une envie, pour une religion, par folie, par des individus qui, techniquement, pourraient ne pas être présents sur notre territoire (ou bien enfermés à double tour).

Ils s’appelaient Timothy, Mauranne, Laura, Florent… Je pourrais écrire des centaines de prénoms de ces jeunes Français, de Marseille, de Nantes, de Paris, d’Occitanie, qui meurent, qui se font violer ou agresser parce que l’État se montre défaillant, lui dont la fonction principale est normalement d’assurer leur protection et leur sécurité.

Sur les plateaux TV, il faut les voir par ailleurs ces élus, ces représentants de l’État, ces responsables associatifs, nous expliquer à nous, salopards de populistes que nous sommes, qu’il ne faut pas faire d’amalgame, que nous serions presque plus immondes que les Victor Hugo afghans qui viennent enfoncer des lames chaudes dans la tête de nos gamins. Qu’il faut laisser la justice faire son travail (Vous savez, celle qui a, entre autres exemples de laxisme total, permis de relâcher l’assassin tunisien de Mauranne et de Laura et de sortir, un jour avant de les massacrer).

Qu’il y a aussi « des Français bien blancs qui tuent et qui violent » comme l’a encore déclaré ce week-end une membre du Modem (et là on a envie de répondre : « oui connasse, mais si en plus de nos assassins, on doit se coltiner ceux d’ailleurs, qui proportionnellement sont plus criminogènes et qui ont visiblement tout de même la culture du couteau un peu plus prononcée que chez nous, on fait comment ? »). Qu’il faut confier la gestion de l’immigration à des associations pilotées par des idéologues boomers, lunettes, air grave, cheveux gris et idées bien rouges, petits fonctionnaires à la retraite fascinés par l’Afrique du temps où Papa se comportait comme un colon là-bas.

La presse mainstream stigmatise sans arrêt « la désinformation », part en guerre contre « les fake news ». Mais si vous faisiez lire chaque matin une revue de presse comme celle du site Fdesouche à l’intégralité de la population française — qui verrait ce qui se passe quotidiennement partout en France — les responsables politiques seraient immédiatement déchus par la population, au minimum. Si aujourd’hui encore, le peuple ne se révolte toujours pas, c’est que chaque soir, sur les chaines du service public, on le désinforme et on lui parle si peu de Laura, Mauranne, Timothy, et de toutes ces victimes du laxisme d’État et d’une société de plus en plus violente et barbare. Ou quand on lui en parle, c’est toujours la même rengaine [« Pas d’amalgames ». « Ce sont des immigrés qui sont venus en aide aux victimes ». « Les populistes font de la récupération et jouent avec les peurs »].

Ces discours sont toutefois de moins en moins audibles. Le seul moyen utilisé par la population pour cracher au visage de tous ces petits fonctionnaires et magistrats zélés, de tous ces élus qui en croquent et qui font semblant de ne pas voir, de tous ces politiciens véreux qui ont fabriqué cette société ultra violente dans laquelle nous évoluons, c’est pour le moment le bulletin de vote, ou l’abstention. Pour le moment.

Car il ne faut pas être devin pour savoir qu’un jour viendra où des magistrats, des fonctionnaires, des élus, devront rendre des comptes, d’autres comptes, devant des tribunaux réellement populaires ceux-là, organisés par une population en colère et en souffrance. On sait ce que cela a donné il y a plusieurs décennies. On sait ce qui arrive quand on pousse un peuple à bout et que ce dernier commence à devenir plus barbare que les barbares qui l’ont asservi. Si on y rajoute la tribalisation, la communautarisation de notre pays, de notre continent, cela risque de ne pas être joli joli le jour où cela vacillera [la question n’est en effet pas de savoir si cela vacillera, mais quand…]

Les responsables de tout ce merdier ne sont pas les populistes. Ce n’est pas Salvini qui égorge un jeune homme en pleine rue parce qu’il a entendu des voix et qu’il n’aime pas les Blancs. Ce n’est pas l’électeur du Rassemblement national qui défouraille à la Kalachnikov dans une salle de concert pleine à craquer. Ce n’est pas Orbán qui balance à la flotte des migrants parce qu’ils sont catholiques et pas musulmans. Ce n’est pas le militant de Génération identitaire qui fouette, trie, esclavagise, des Africains de 15 ans en Libye parce que BHL et Sarkozy ont destitué le seul homme qui parvenait à gérer ce pays d’une main de fer. Ce ne sont pas les ouvriers, les artisans, les cadres français, qui sont responsables des guerres, des famines, du fait que les femmes africaines ne soient pas capables de se limiter à un ou deux enfants, ou que les réseaux d’eau et d’électricité soient minables sur ce continent.

Non. Les responsables de cette situation – qui amène à des tragédies diverses et variées – sont bel et bien ceux qui agissent au quotidien à la destruction d’une société, la nôtre, celle des Européens, que nos ancêtres ont façonnée durant des siècles et des siècles pour permettre à une majorité de nos peuples de tenter de vivre sereinement, en harmonie et en sécurité. Ceux qui libèrent des criminels. Ceux qui les autorisent à venir s’installer sur notre territoire et à agir contre notre population. Ceux qui s’indignent que l’on prétende fermer à clé la porte de notre maison commune. Ceux qui désarment les civils abandonnés à leur sort. Ceux qui font tout pour détruire la famille, socle de notre vie en société. Ceux qui, enfin, incitent à la haine de ce que nous sommes depuis des siècles et des siècles…

Ils s’appelaient Timothy, Mauranne, Laura, Florent… Morts abandonnés par les nouveaux gérants du vieux pays de leurs pères. Aujourd’hui, nos larmes sont remplies de rage et de colère.

Le vent se lève…

Julien Dir

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

Breizh-Info : https://t.co/xPd05ZOHcF?amp=1

*****

Screenshot_2019-09-03 AudePilorge sur Twitter Ils s’appelaient Timothy, Mauranne, Laura, Florent…Lettre à ceux qui devront [...]

Screenshot_2019-09-03 Meurtre d’Aurélie Châtelain en 2015 le procès attendu pour 2020-2021

Screenshot_2019-09-03 Meurtre d’Aurélie Châtelain en 2015 le procès attendu pour 2020-2021(1)

Screenshot_2019-09-03 Meurtre de Dorian Guémené, un des 6 accusés remis en liberté provisoire (1)

 

Screenshot_2019-09-03 [VIDEO] «Benjamin était un colosse au très grand cœur», témoigne la mère du policier tué samedi à Tou[...]

Screenshot_2019-09-03 [VIDEO] «Benjamin était un colosse au très grand cœur», témoigne la mère du policier tué samedi à Tou[...](1)

………………………..

………………………………………….

……………………………………………………………

 

LA PRIORITE DES FIENTES AU POUVOIR, C’EST CA,

Screenshot_2019-09-03 (1) Accueil Twitter

………………………….CA……………………..

Screenshot_2019-09-03 Plus de mille migrants débarquent en Italie seneweb com.png

…………………………………………ET CA.

 

Screenshot_2019-09-03 (1) Accueil Twitter(1)

 

PREUVE EN EST.

Screenshot_2019-09-03 (1) Accueil Twitter(3)

Le village d’Estagel a enterré Hier son Enfant Prescillia tuée au Cimetière.

Le curé d’Estagel : « Gardez toujours Prescillia vivante au fond de vous ! »

C’est dans un village écrasé de chaleur en ce lundi 22 juillet 2019, encore sous le choc du crime, que l’une de ses enfants a été portée en terre. Prescillia Gonzales Manrubio, 18 ans, repose désormais en paix dans le cimetière d’Estagel, où, ironie du sort, son corps a été retrouvé le 7 juillet dernier.

Il y a ce cortège funéraire. Ces rues vidées de leurs habitants, pétrifiées autant par la chaleur suffocante que la peine. Il y a ce corbillard noir abritant le cercueil tout blanc d’une jeune fille assassinée un jour de fête (le bal des pompiers), un soir d’été, elle qui était la joie de vivre incarnée. Et dont le sourire illumine la photo posée sur un trépied à l’intérieur de l’église d’Estagel.

Il y a cette famille effondrée, accablée de tristesse et d’incompréhension face à l’indicible. Cette maman d’une dignité extraordinaire, hébétée, et qui n’a plus de larmes. Ce papa qui se tient raide, droit, le visage fermé. Et puis la fratrie, nombreuse et soudée. Une jeune sœur sans doute, des frères et des filles aînées les yeux rougis… Des proches et des connaissances, tous encore sous l’effet de la sidération.

Un cahier de condoléances rapidement noirci d’hommages

Sur le perron, où le convoi s’est arrêté, il y a des gens qui s’étreignent en silence parce que les mots, désormais, sont devenus inutiles. Les paroles du cœur s’expriment sur papier : afin de recueillir les hommages, nombreux et très émouvants qui ne cessent d’affluer, un cahier de condoléances a été mis à disposition des personnes venues assister aux obsèques. En quelques minutes il sera noirci :  « Nous ne t’oublierons jamais Prescillia« , « Nous sommes de tout cœur avec vous« , « Courage !« , « Tu resteras toujours dans nos cœurs« …

Béni par le curé de la paroisse avant qu’il ne soit porté dans l’édifice religieux, le cercueil blanc croulant sous des fleurs tout aussi immaculées, arrache de nouvelles larmes parmi la foule (au bas mot 400 personnes), quand les hommes le sortent du véhicule. Dans un silence impressionnant, les Estagellois s’installent sur les bancs, vite remplis. L’église est bondée. Des habitants restent debout, faute de places assises. Qu’importe. Ils sont là, faisant bloc pour rendre un dernier hommage à l’enfant du village, du pays, d’une communauté d’âmes. À cette jeune fille insouciante et rieuse qu’ils ont croisée un jour ou l’autre. A qui ils ont peut-être parlé. Que certaines et certains de son âge ont sans doute fréquenté.

« Prescillia devait suivre une formation professionnelle qui lui aurait permis d’entrer dans la vie active. Elle en était fière et heureuse » , a rappelé le prêtre dans sa (très belle) homélie. Et s’adressant à ses parents serrés l’un contre l’autre au premier rang : « Elle a été odieusement retirée de votre affection, mais gardez-la vivante au fond de vous et souvenez-vous uniquement des 18 ans d’amour, de tendresse et de bonheur qu’elle vous a apporté ». 

Screenshot_2019-07-23 Le curé d'Estagel Gardez toujours Prescillia vivante au fond de vous .png

 

 

Roger Ferrer, maire d’Estagel « Aujourd’hui, jour des obsèques, il y a beaucoup de tristesse, beaucoup d’émotion, c’est compliqué mais il faut assurer » (…) « Je me rends tous les jours chez la famille pour les assurer du soutien de la muncipalité. On discute beaucoup pour que la tension s’apaise et que les rumeurs restent à l’état de rumeur ».

 

Meurtre de Prescillia dans le cimetière d’Estagel : émotion et lourd silence aux obsèques de la jeune femme
Le village d’Estagel dans les Pyrénées-Orientales était en deuil ce lundi après-midi. 400 personnes environ ont assisté aux obséques de Prescillia. La jeune femme de 18 ans, a été agressée sexuellement, poignardée et est morte asphyxiée dans la nuit du 6 au 7 juillet après le bal des pompiers. – F3 LR : L.Broquerie et C.Llambrich

Prescillia retrouvée morte le 7 juillet dans le cimetière

Meurtre de Prescillia dans le cimetière d’Estagel : émotion et lourd silence aux obsèques de la jeune femme
Le village d’Estagel dans les Pyrénées-Orientales était en deuil ce lundi après-midi. 400 personnes environ ont assisté aux obséques de Prescillia. La jeune femme de 18 ans, a été agressée sexuellement, poignardée et est morte asphyxiée dans la nuit du 6 au 7 juillet après le bal des pompiers. – F3 LR : L.Broquerie et C.Llambrich

 

Prescillia retrouvée morte le 7 juillet dans le cimetière

Le 7 juillet dernier, le corps de Prescillia avait été retrouvé dans le cimetière d’Estagel. Dénudée, rouée de coups et victime de 4 coups de couteau, la jeune femme est finalement morte d’une asphyxie, selon l’autoposie.

Depuis, les gendarmes mènent l’enquête… Un ADN masculin de référence a été prélevé sur la victime mais l’agresseur et meurtrier présumé n’a toujours pas été identifié.

Le parquet de Perpignan a ouvert une information judiciaire contre X pour agression sexuelle et homicide volontaire.

Screenshot_2019-07-23 Meurtre de Prescillia dans le cimetière d'Estagel émotion et lourd silence aux obsèques de la jeune f[...].png

 

Sainte Bible :

Saint Marc 9:42
« Mais, si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui mît au cou une grosse meule de moulin, et qu’on le jetât dans la mer. »

Saint Luc 17:1,2
« Jésus dit à ses disciples: Il est impossible qu’il n’arrive pas des scandales ; mais malheur à celui par qui ils arrivent!… »

Screenshot_2019-07-23 jesus-christ-wooden-cross-scene-dark-red-orange-sunset-twilight-light-background-dramatic-sky-clouds-[...].png

Nos prières accompagnent la Jolie Prescillia, enfant de Dieu .

Vincent, Innocent, a été tué un 11 comme l’ont été les Innocents du 11/09/2001.

La Franc-maçonnnnerie perpétue des Meurtres afin d’en arriver a son but final :

Tuer à outrance qui bon lui semblera.

 

C’est cette maçonnerie sataniste qui est bien présente juste derrière l’épouse de Vincent qui doit avoir Mille et une Raison de désirer la Mort de son Mari.

Seul Bémol dans cet Assassinat longuement Orchestré par les Ténors du Sordide, une enquête est ouverte suivant la plainte de Madame et Monsieur Lambert pour « TENTATIVE D’HOMICIDE EN BANDE ORGANISEE ».

Screenshot_2019-07-11 (4) Twitter

 

Nul n’est dupe.

Screenshot_2019-07-10 Twitter(2)

 

Screenshot_2019-07-11 (5) Twitter

 

Screenshot_2019-07-11 (6) Twitter

 

Screenshot_2019-07-11 (6) Twitter(1)

 

Screenshot_2019-07-11 (8) Twitter

 

Screenshot_2019-07-11 Twitter

 

Screenshot_2019-07-11 (6) Twitter(2)

 

Screenshot_2019-07-11 ( ) Twitter

 

Screenshot_2019-07-12 Twitter

 

La maçonnerie ne se contente plus de TUER DANS LES LOGES (réf : Loge de Béziers) lors de ses rituels.

La maçonnerie Tue désormais SOUS COUVERT DE LA LOI QU’ELLE A DICTEE ET QUI LUI AUTORISE VIE OU MORT SUR CHACUN DE NOUS.

Ils ont donc décidé de TUER Vincent, Français Catholique, un 11 Juillet, comme l’ont été les Innocents des Tours Jumelles à New-York.

 

Le message est Clair : « Nous avons besoin de TUER pour vous TUER SELON LA LOI que Nous mettrons en Oeuvre concernant l’EUTHANASIE. »

Que notre Seigneur nous donne la Force de continuer à vivre dans son Amour sur cette Terre qui est le Véritable ENFER dans lequel nous devons évoluer avec, autour de nous, la lie puante de cette humanité sans Dieu.

Que Vincent Repose en Paix dans le Paradis de Notre Seigneur.

Ainsi Soit-il.

*****

EUTHANASIE / CULTURE DE MORT – le cas Vincent LAMBERT

La rédaction du CHOC DE L’INFO tient à se joindre au combat mené par les parents de Vincent LAMBERT et s’associe à toutes les personnes de bonne volonté en qui demeure la détermination de faire éclater la vérité sur les circonstances tout autant que sur les enjeux de sa mise à mort.

Au-delà de la portée de la loi Leonetti/Claeys en matière d’officialisation de la pratique de l’euthanasie, il convient de s’intéresser plus précisément aux dessous de l’élaboration de cette loi à caractère mortifère. C’est la raison pour laquelle l’enquête menée par le CHOC DE L’INFO révèle les véritables initiateurs de cette loi ainsi que les modalités par lesquelles le parlement français l’a entériné. Le CHOC DE L’INFO par l’entremise de ce documentaire entend interpeller le spectateur en posant plusieurs questions :

1) Souvent avancé dans les médias le drame vécu par les deux parties de la famille LAMBERT constitue-t-il une justification valable pour conduire le corps médical à l’arrêt des soins prodigués à Vincent ou au contraire existe-il un motif soigneusement dissimulé ?

2) Comment, sous prétexte de mettre fin à un acharnement thérapeutique, la vie d’une personne handicapée ne présentant aucun signe d’agonie et ne pouvant être qualifiée de mourante a-t-elle pu être interrompue ?

3) Qui a intérêt à vouloir la mort de Vincent LAMBERT et pourquoi ? 4) Derrière la pratique de l’euthanasie se cachent des enjeux peu avouables. Toutefois les temps semblent mûrs pour l’avènement de ces enjeux. Quels sont-ils ?

 

CHAPITRES DU DOCUMENTAIRE :

1. ONU : comprendre l’avis rendu par le CIDPH (08:39)

2. La loi Leonetti/Claeys expliquée par Jean Leonetti (13:24)

3. Qui sont les initiateurs de la loi Leonetti/Claeys ? (17:44)

4. L’euthanasie expliquée par Jacques Attali (39:15)

5. Les agents médiatiques au service de la culture de mort (43:47)

6. EPILOGUE : la mise à mort de Vincente Lambert – juillet 2019 – (1:01:33)

 

 

NOTRE DEVOIR EST D’ERADIQUER LA FRANC-MACONNERIE AFIN QUE LA MORT SOIT DETRUITE EN MEME TEMPS QUE LES LOGES.

Screenshot_2019-07-12 ( ) Twitter.png

Théo, 19 ans : Français Blanc Victime du Multiculturalisme et Cosmopolitisme d’Etat.

Une société Multiculturelle est une société Multiconflictuelle.

Tout le monde le sait, mais ils ne feront Rien du fait qu’ils font venir des étrangers qu’ils ont nourri à la Haine du Blanc Européen « colonisateur ».

Non, Théo n’a pas été tué pour « un regard de travers » NON.

Théo a été tué parce-qu’il avait certainement TENU TÊTE à ses bourreaux Algériens.

Théo1.png

Les étrangers, quels qu’ils soient ont TOUS la double Nationnalité.

La preuve flagrante que ces gens ne se sentent pas Français, c’est qu’ils commettent des CRIMES EN FRANCE et Courent se réfugier dans leur Véritable Pays d’origine et de coeur, même s’ils sont nés en France.

Théo n’avait qu’une Nationalité : Française.

Stéphane Ravier1.png

SILENCE TOTAL DES MEDIAS D’ETAT, DES SHERES DITES ANTIRACISTES ET DES GENS QUI SE DISENT ETRE LES TENANCIERS DES « DROITS HUMAINS ».

RIEN, AUCUN SON NE SORT DE LEUR BOUCHE.

Que Théo ait été tué chez lui, en France par des algériens est donc NORMAL pour toute cette engeance………

 

…..Sauf pour les Français de Sang qui dénoncent et s’indignent à juste titre.

Stéphane2

 

Le Gallou.png

Le Gallou1.png

Ugo Falcon.png

Corinne Alexis

Cohen.png

Jimmy.png

Juan 0.png

 

Tantic.png

Marechiante.png

Vionnet.png

Théo, ènième Français Blanc tué par les hordes étrangères promues par l’Etat.

Chantal.png

 

Immigration.png

B comme Blancs tués

Actu — Article écrit par Lounès le 19 juin 2011 à 21 h 31 min
Thierry Simon tué le 4 mai 2011, retrouvé gisant ensanglanté sur la chaussée, à une dizaine de mètres de sa voiture dont le moteur était en marche, par un pompier qui passait par là. Kader Chadli, 24 ans, Selim Benkhedidja, 23 ans, et Mohamed Amallou, 19 ans sont tous poursuivis pour “violences volontaires commises en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner”
Guy Trilles tué à coups de pierres le 23 avril 2010 à Narbonne
Yann Lorence tué le 28 février 2010 aux alentours du Parc des Princes par une meute de supporters du virage Auteuil (composé en majorité de Noirs et d’Arabes) qui s’acharne sur lui au sol à coups de pieds dans la tête pendant de longues minutes.  
Jonathan Laurent poignardé à Pau par un homme de 31 ans d’origine turque dans une partie de poker, novembre 2009.
Jérémy Censier tué par 3 jeunes gitans le 22 Août 2009 à Pau, poignardé au visage et au cœur et roué de coups.
Pascal Orvain, père de trois enfants, tué le 18 Juillet 2009 à Colomiers de plusieurs coups de couteau alors qu’il tentait de mettre en fuite des cambrioleurs. La police a rapidement interpellé trois individus, par ailleurs soupçonnés de braquages. Un quatrième, soupçonné d’être le meneur de la bande, a été arrêté à la Gare du Nord, à Paris. Le principal suspect du meurtre est Jérémy Bagassien, métis d’origine africaine. Lui et ses amis étaient allés cambrioler la maison car l’un d’entre eux connaissait la fille de Pascal Orvain.
Yves Lerebourg, 32 ans, tué d’une trentaine de coups de couteau le 8 Juillet 2009 à Vénissieux.
Laetitia, tuée à Montataire le 17 juin 2009 lors d’une dispute conjugale par son compagnon EL Miloud Latrach, qui s’empare d’un couteau et porte deux mortels coups à sa femme. Elle avait 28 ans et laisse derrière elle des jumeaux de 4 mois et un fils de 2 ans.  
Johnny Salmont tué d’un coup d’opinel le 2 mai 2009 à Annezin. Impossible de connaître l’identité de l’agresseur qui s’est servi d’un couteau appartenant au restaurant « N’Simalen ».
Jean-Claude Eymery, 56 ans tué le 24 janvier 2009 à Mérignac. Il avait prêté de l’argent à un jeune Congolais de 21 ans pour lui permettre de s’établir. Ce jour-là, il lui demande de le lui rendre. Le jeune homme le tue d’un coup de couteau.
Alex, tué de 13 coups de couteau en Janvier 2009 à Nice quartier Acropolis par un cap-verdien de 22 ans.
Jonathan Vioud décédé le 31 mai 2008 à Chambéry de rupture d’anévrisme au cours d’une bagarre dans des conditions troubles. Un certain Cem Ceylak a été entendu par le tribunal pour s’expliquer sur des pressions probable sur le témoin clé. C’est tout.
Yvan, français de 19 ans tué à Stuttgart le 21 août 2007 dans un guet-apens mis en place par Denisz Erdogan, Turc 18 ans qui le soupçonnait, à tort, de se rapprocher de Sessene, 16 ans, sa petite amie.
Fabien Fornies,19 ans, égorgé le 21 Février 2007 à Salses par un Gitan dont le nom reste caché. 14 ans de réclusion.  
Laurent Francazal tué de Huit coups de couteau le 16 décembre 2006, par un délinquant multirécidiviste de 22 ans : Hakim Edir.
Julien Quenemer tué par balles le 23 novembre 2006 par le policier ripoux d’origine antillaise Antoine Granomort, au cours d’une émeute de supporters du PSG aux alentours du Parc des Princes.
Jean-Claude Irvoas battu à mort à Epinay-sur-Seine le 27 Octobre 2005 (premier jour des émeutes) devant sa femme et sa fille de 17 ans par Benoît Kuzonika et trois autres personnes : Icheme Brighet, Sébastien Béliny (Français originaire des Antilles) et Samba Diallo.
Jean-Jacques Le Chenadec tué à Stains le 7/11/2005 au plus fort des émeutes. Occuppé à éteindre un feu de poubelle allumé par un groupe de jeunes, il est agressé par une ou plusieurs personnes qui lui portent des coups mortels à la tête. Il a fallu un an et demi de vaines recherches avant d’identifier l’agresseur principal décrit par le voisin comme « un jeune homme à capuche, avec un menton en galoche ». Salaheddine Alloul, 22 ans, a été interpellé en juillet 2007 dans son quartier du Clos-Saint-Lazare. L’omerta qui le couvrait depuis des mois s’est soudain brisée parce qu’un autre jeune du quartier, arrêté par les policiers, risquait de payer pour lui.
David Estournel  tué par Djeloull Maroc de 56 coups de couteau en octobre 2004. Djelloul Maroc écope de 20 ans de réclusion criminelle mais sans peine de sûreté
Romain Benavent 14 ans tué devant sa copine à Avignon le 17 juillet 2004 par Hamadi Ed-Debch 21 ans de deux coups de hache dans le crâne.

Cette liste non exhaustive élaborée au fil du temps en copiant-collant les brèves et les faits divers depuis les sites d’information a pour but de mettre en relief une tendance lourde :
  • Il existe dans les meurtres de faits divers, une surreprésentation du schéma « meurtrier d’origine étrangère (souvent Noir ou Arabe) qui tue un Français caucasien (Blanc) ».
  • Dans le même temps, on observe
    • de nombreux meurtres internes aux communautés étrangères (exemple : septembre 2005. Eric, un jeune Ivoirien « à problèmes », âgé de 17 ans à l’époque, accusé du meurtre de Muhammet à coups de couteau ou encore Ilyes 18 ans tué de deux coups de couteau à Villepinte par « un voisin » le 26/01/2009)
    • et de nombreux meurtres de Français blancs par des Français blancs. (Exemple : Mathieu Laudren 22 ans tué par un jeune « petit brun et rasé » le 15 janvier 2009 à Rennes, Le suspect en fuite est arrêté à Barcelone en mars 2010 et s’avérera être un certain Christopher Gaulais.ou encore Fabien Vigne tué par coup de couteau à l’abdomen par David Prodhomme le 17 aout 2009 à Montarnaud )

Un bémol : il y a fort à parier que ce dernier cas de figure soit, en valeur relative et peut être même en valeur absolue, beaucoup plus rare que les deux premiers cas de figure. Enfin, il existe un dernier cas de figure qui lui est rarissime : le cas d’un Français Blanc qui tue une personne d’origine étrangère. Nous n’avons recensé que les deux cas suivants :

  • Chikhi Hadi, 32 ans, sans emploi, est retrouvé poignardé dans son appartement de le rue Armand-Rousseau à Brest le 9 avril 2009. Morvan Roald, 21 ans, sera appréhendé deux mois plus tard, confondu par son ADN. Il avait frappé son ami et fournisseur de cannabis suite à une dispute sur la qualité du produit.
  • Amel Yahiaoui, 20 ans, tuée à Saint-Etienne le 26 Juillet 2009 lorsqu’elle rentre de son travail de serveuse dans un fast-food. C’est-là, en pleine rue, que Ludovic Sienni l’agresse et la poignarde. La jeune fille meurt peu de temps après. L’agresseur, qui s’avérera être un déséquilibré mental, se suicide en prison.

Ainsi on peut se risquer à formuler le résumé suivant :

Récap

Nous n’avons pas l’intégralité des chiffres sur les meurtres en France entre 2004 et 2011. L’interdiction absolue de considérer l’origine ethnique des habitants de la France rend difficile le comptage, à moins d’éplucher tous les journaux français (PQR comprise) depuis 10 ans, sans oublier de recouper les informations car souvent il est simplement écrit « un Montmartrois de 23 ans a poignardé un promeneur de 25 ans » ce qui est un dégueulasse mensonge par omission. Ce genre de mensonge s’avère encore plus immonde dans le cas du meurtre de Pascal Orvain, affaire si on la regarde près, qui additionne toutes les facettes de l’incroyable hostilité raciale à l’encontre des Français blancs.
De plus, ce tableau rappelle étrangement le tableau répertoriant les viols commis aux USA en 2005. Or on sait aussi que cette tendance se retrouve exactement en Suède ou en 2010, pas moins de 100% des viols étaient commis par des personnes d’origine étrangère. Et il y a gros à parier qu’en France la situation soit très proche de la situation américaine (pas de la suédoise). Pour s’en convaincre on pourra s’intéresser à l’affaire Lassana Coulibaly ou encore visionner le reportage de Marie-Ange Le Boulaire sur le « violeur de Blanches » (disponible en streaming).

(source : US Department of Justice, Criminal victimization in the United States, 2006 statistic tables)
Deux réflexions :

  • Il est évident que la presse dissimule autant que possible l’origine ethnique des meurtriers « pour ne pas stigmatiser ». Il est évident que la très grande majorité des meurtres, et notamment des meurtres de caucasiens, sont commis par des personnes d’origine étrangère.
  • Nous pouvons, malgré le manque d’information à ce sujet, être quasiment certains qu’il y a très peu de meurtres de personnes d’origine étrangère commis par des Français caucasiens et ce, pour une raison très simple : si tel était le cas, la presse citerait systématiquement le nom du meurtrier, et des légions d’associations antiracistes récupèreraient l’affaire en s’acharnant à établir un mobile raciste. Ainsi, le simple fait que jamais la presse ne titre « un meurtre raciste » depuis le meurtre de Brahim Bouarram (Marocain qui s’est noyé dans la Seine après avoir été jeté du haut d’un pont par des skinheads le 1er Mai 1995) est la preuve irréfutable, la preuve par ce que l’on ne voit pas, qu’il n’y a en France aucun meurtre à caractère raciste selon la terminologie gauchiste c’est-à-dire pour faire simple : y a pas de Blancs qui tuent des Noir et des Arabes.

Pour aller plus loin :
On retrouve trois constantes dans la plupart des meurtres :

1/la présence d’un couteau,

2/l’agresseur et la victime sont tous deux de sexe masculin,

3/le mobile est soit de l’argent, soit une fille. Tiens… Cela ne rappelle rien ? On dirait exactement le prolongement de toutes les agressions « classiques », rackets, embrouilles « tapa une sigarète ? » et embrouilles « aya mademoizèle », bagarres à 10 contre 1 (on appelle ça une « hagra »), hostilité ordinaire de la racaille (regards, dégradations, discours haineux)…

Le même schéma mais avec un meurtre à la fin. Or les agressions « classiques » on ne connaît que ça à moins de vivre calfeutré chez soi depuis 20 ans. Même le plus fielleux ahuri gauchiste parisien le reconnaitra : toutes les fois où lui ou l’un de ses potes s’est fait emmerder, les fâcheux étaient « toujours les mêmes ».
Donc il y a un lien direct, une continuité entre les agressions et les meurtres de fait divers (continuité qui se retrouve de façon irréfutable dans le peuplement des prison), ce ne sont pas des évènements isolés ce sont deux sous-partie d’un même phénomène. En somme, tous ces meurtres sont des agressions qui finissent mal.
A l’inverse, s’il n’y a pas ou très très peu de personnes d’origines étrangères tuées par des Français blancs c’est tout simplement parce qu’il n’y a pas de phénomène d’agressivité ordinaire de ces derniers envers les personnes d’origine étrangère. Il n’y a pas d’insécurité physique orienté dans ce sens là. Pas de racket, pas de convoitise, pas d’agressions… Et donc pas ou presque pas de Français blancs en prison.
Les meurtres classés en faits-divers étant la partie visible d’un iceberg, ils donnent un éclairage très précis sur l’orientation de la violence dans la société (d’où vient la violence et contre qui se dirige-t-elle). Qui est violent ? Contre qui ? Pour obtenir quoi ?
Ainsi tout au bout de l’analyse de ces agressions, on peut en dernière instance s’intéresser à l’agressivité elle-même : d’où vient-elle ? Et là on tombera sous le coup de la loi car on sera forcé d’évoquer des sujets dont on n’a pas le droit de parler : des parents qui font des enfants pour les allocations, des modèles familiaux intrinsèquement pervers et propres à certaines cultures arriérées (père castré et absent/ mère abusive), une immigration massive sans cesse excitée à la haine de la France et de sa population de souche (« la France elle nous doit des dommages et intérêts ») par mille intellectuels ou bien stupides ou bien de mauvaise foi, ou bien les deux. Tout ce que l’on sait déjà. Tout ce qu’il ne faut surtout pas dire.
¤Si des statistiques existent, on pourrait penser à les faire connaître et à les partager. Dans le même temps les informations rassemblées dans cet article (la liste des personnes tuées) sont à la disposition de toute personne de bonne volonté désireuse de dégager des tendances globales dans les faits divers. Un travail de fourmi. On pourra aussi consulter ce blog assez bien fait : http://http://vies-sacrees.blogspot.com

Le Blog « Vies Sacrées » a disparu du Net.
¤¤Le terme « caucasien » tient lieu d’équivalent en langue française de l’anglais « caucasian » qui sert aux USA pour désigner l’ethnie européenne blanche dont l’implantation originelle se trouverait (et se trouve toujours) à l’ouest des monts du Caucase. Si l’on regarde une carte on se rendra compte que c’est là une appellation assez pertinente car le morphotype des êtres humains diffère radicalement selon que l’on se place à l’ouest ou à l’est de ce massif montagneux.

https://lounes-darbois-beaumont.blogspot.com/2015/08/19-juin-2011-b-comme-blancs-tues.html

*****

 

Anacharsis Cloots dans « La république du genre humain » :

« L’Etranger », expression barbare dont NOUS commençons à Rougir. Nous voyons à Paris, à Londres, à Madrid, à Amsterdam, plaider sa cause d’un persan, d’un indien, d’un chinois, d’un périvien, d’un turc, d’un cafre, d’un arménien, on discute en Europe les intérêts de l’ habitant des ANTIPODES et l’on doutera si l’assemblée représentative des 2 hémisphères peut exister pour le bonheur permanent de l’humanité. Je ne connais de barrières naturelles qu’entre la terre et le firmament. »

Description de cette image, également commentée ci-après

Le baron Jean-Baptiste de Cloots1, dit Anacharsis Cloots, né le au château de Gnadenthal (Val-de-Grâce), près de Clèves en Allemagne et guillotiné le à Paris, est un penseur et militant politique prussien, fait citoyen d’honneur de la France le 26 juin 1792, très favorable à la Révolution française et tenant fervent de l’athéisme .

À la fin de 1789, il s’installe en France et pousse les différents gouvernements à répandre les idées révolutionnaires en Europe. Dans Motion, il écrit : « La Religion est une relation entre Dieu et ma conscience ; et non pas entre Dieu et des consciences prises collectivement. ». Ayant changé son nom en Anacharsis, il se proclame « orateur du genre humain » et publie à partir de 1792 L’Orateur universel. En février 1792, il publie son livre République universelle. Cependant, en 1791, il avait défendu contre les jacobins le maintien du système esclavagiste dans les colonies, estimant prématuré d’engager une réforme aussi radicale.

Il est proclamé citoyen français par l’Assemblée nationale législative le 26 août 17922, est élu député de l’Oise à la Convention en septembre où il fait l’apologie des massacres (« scrutin épuratoire dans les prisons »3) ; il est d’abord proche des Girondins Roland puis Brissot. Mais, en janvier 1793, lors du procès du roi (qu’il nomme « Louis le Dernier »), il se rapproche des montagnards en votant la mort sans appel au peuple et sans sursis. En avril, il vote contre la mise en accusation de Marat. Il est président du club des Jacobins à la fin de 1793, juste avant sa chute.

À l’instigation de Robespierre, qui reproche à Cloots son rêve d’une république universelle, sa « rage de conquête » et son athéisme militant, encouragé par les remarques acerbes de Camille Desmoulins formulées dans le numéro 2 du Vieux Cordelier, la Convention vote son exclusion (ainsi que celle de l’Américain Thomas Paine), en tant qu’étrangers le 6 nivôse an II (26 décembre 1793). Il est arrêté deux jours plus tard, et, traduit devant le Tribunal révolutionnaire dans le cadre du procès des hébertistes, il est condamné à mort et exécuté le 4 germinal an II (24 mars 1794) avec 18 autres condamnés dont Hébert, Ronsin, Proly, Momoro, Vincent, Mazuel, Desfieux et Pereyra. Il a tenu à être guillotiné le dernier.

Hommages

Joseph Beuys (1921-1986), qui admirait en Anacharsis Cloots l’esprit et le cosmopolitisme, lui a rendu un honneur tardif, allant jusqu’à se faire appeler Joseph-Anacharsis Clootsbeuys.

 

Nous sommes Victimes des idées de la révolution dite Française. Tant que ces idées ne seront pas rayées Définitivement des Cartes du Monde, nous subirons la dictature meurtrière des imposteurs.

 

*****

Que Théo soit dans La Vie Eternelle de Notre Seigneur Jésus avec Notre Sainte Mère et Tous nos Saints.

En Union De Prière.Théo2