Archives mensuelles : octobre 2017

Crèche de Noël : victoire en appel du département de la Vendée

Voici un communiqué de ce jour de Bruno Retailleau, ancien président du Conseil régional des Pays de la Loire, sénateur de Vendée et président du groupe Les Républicains au Sénat. Ce jugement d’appel est un très utile précédent car avec Noël qui approche, on ne manquera pas d’assister à de nouvelles attaques contre la présence de crèches de Noël dans les bâtiments publics.

La Cour administrative d’appel de Nantes vient de donner raison au département de la Vendée qui chaque année à l’occasion des fêtes de Noël, installe une crèche dans le hall du Conseil départemental. La Cour suit en cela l’avis du Conseil d’État qui considère que l’installation d’une crèche dans l’espace public ne va pas à l’encontre du principe de laïcité dès lors qu’elle correspond à un usage local et qu’elle présente un caractère culturel ou festif. Je me réjouis de cette décision de bon sens qui permet de ne pas faire du principe de laïcité un principe d’absurdité, en distinguant ce qui relève du domaine cultuel et ce qui appartient désormais au domaine culturel, ce qui est le cas de la crèche de Noël. En privilégiant une laïcité apaisée, respectueuse des traditions auxquelles nos concitoyens sont attachés, la Cour met un point final à une fausse polémique qui ne doit plus nous détourner des vrais combats pour la laïcité que nous devons mener.

La Fraternité Saint-Pie X sauve un joyau architectural

L’église Saint Willibrord a été construite dans les années 1870, à l’occasion du rétablissement de la hiérarchie catholique aux Pays-Bas. Nichée dans le centre historique d’Utrecht, c’est un des trésors cachés de la ville et une des plus belles églises néogothiques du pays. La Fraternité Saint-Pie X vient d’acquérir ce joyau monumental.

Très richement orné et en parfait état de conservation, après une splendide restauration intérieure, l’édifice restitue de manière unique l’esprit de l’art médiéval qui a précédé l’iconoclasme calviniste. Les orgues monumentales – construites par Michaël Maarschalkerweerd – constituent un des attraits de l’édifice.

Dans les années 60, il fut question de détruire ce joyau qui a depuis été heureusement classé monument historique et désigné comme projet pilote pour la conservation du patrimoine architectural européen.

La Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X est désormais propriétaire de l’édifice, et y assure la célébration de la messe, le dimanche à 17 h. Afin de marquer cet événement avec tout le faste qui convient, le 12 novembre 2017 à 10h30, auront lieu les cérémonies de réconciliation et de bénédiction de l’église, suivies d’une messe pontificale célébrée par le Supérieur général, Mgr Bernard Fellay. .

Pourquoi une cérémonie de réconciliation ? Parce que la précédente association gérante a dû – afin de subvenir aux frais de fonctionnement – permettre l’organisation dans l’église d’événements culturels : certains acceptables comme les concerts, et d’autres tout fait inappropriés à la dignité de l’édifice. La bénédiction du sanctuaire est également nécessaire, en raison de la désaffectation de l’église lors de sa mise en vente, et de l’achat réalisé par la Fraternité.

En rendant au vrai culte un joyau architectural consacré à saint Willibrord (657-739) premier évêque d’Utrecht, apôtre de la Frise et des Pays-Bas où il est fêté le 7 novembre, la Fraternité Saint-Pie X illustre dans les faits la devise du pontificat de son saint Patron : « omnia instaurare in Christo ».

Découvrez les magnifiques lieux de culte de la Fraternité au Bénélux 

Judith Reisman et la subversion sexuelle

Judith Reisman et la subversion sexuelle

Judith Reisman,  essayiste et conférencière américaine, professeur invité à la faculté de droit de la Liberty University de Virginie, après avoir été professeur titulaire à l’American University, en charge d’enquêter sur le rôle du professeur Kinsey dans des crimes sexuels contre des enfants et sur l’exploitation sexuelle des enfants dans les médias, est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés à différents éléments de la révolution sexuelle.

Ce livre dénonce la perversion sexuelle organisée à l’échelle mondiale par la Rockefeller Foundation et ses filiales. Car s’il est principalement question dans cette étude d’examiner l’action maléfique d’Alfred Kinsey, il faut prendre en compte que, dès 1938, la Rockefeller Foundation se mit à financer les travaux de Kinsey en matière de  » recherche  » sexuelle. Or, ce Kinsey était un psychopathe sexuel des plus pervers et ses rapports, sous un vernis universitaire, avaient pour principal but la corruption des mœurs. Au fil des années, ce personnage abject a sali et perverti les relations humaines par des études présentées abusivement comme scientifiques visant tour à tour à affaiblir le mariage, à banaliser l’adultère, à promouvoir le divorce, à propager la prostitution et la pornographie, à légitimer l’homosexualité, le sado-masochisme, la zoophilie, l’inceste et la pédophilie.

L’ouvrage contient un chapitre dans lequel il est aussi question des liens entre Alfred Kinsey et… Hugh Hefner, le fondateur de Playboy dont la presse vient précisément d’annoncer le décès. Hugh Hefner se percevait comme le héraut de Kinsey dont le magazine PlayBoy se ferait le porte-parole. Judith Reisman souligne comment dans les années 70 les dessins et les articles publiés par Playboy faisaient la part belle au viol et à l’inceste. En 1988, l’avocat de Playboy a reconnu que ce magazine publiait bel et bien des dessins montrant des abus sexuels d’enfants, mais a prétendu qu’il s’agissait de dessins humoristiques. En fait, Playboy a toujours recouru à des moyens subliminaux pour salir le cerveau de ses lecteurs avec des allusions aux pires perversions sexuelles.

Judith Reisman dévoile également comment le Kinsey Institute, en lien avec Planned Parenthood, bénéficie encore de millions de dollars de subventions annuelles du gouvernement fédéral américain. Les successeurs d’Alfred Kinsey ont pris le relais et poursuivent sa révolution sexuelle.

A lire pour mesurer l’hydre diabolique qui commande cette révolution sexuelle.

La subversion sexuelle, Judith Reisman, préface de Marion Sigaut, éditions Saint-Remi, 455 pages, 20 euros

Les francs-maçons à la rescousse du lobby LGBT pour exiger la PMA

Les francs-maçons à la rescousse du lobby LGBT pour exiger la PMA

 

Que la franc-maçonnerie soit favorable à la PMA n’est pas une surprise. Mais le Grand Orient de France (GODF) vient de le faire savoir officiellement par voie de communiqué. Tiens, on tente pourtant fréquemment de nous faire croire que la franc-maçonnerie ne fait pas de politique…

Communiqué du Grand Orient de France PMA

LE GRAND ORIENT DE FRANCE EST FAVORABLE A L’OUVERTURE DE LA PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE (PMA) A TOUTES LES FEMMES

La PMA (AMP, assistance médicale à la procréation, selon la loi) comprend un ensemble de techniques cliniques et biologiques agréées permettant d’aider à la fécondité d’une femme : fécondation in vitro, conservation de gamètes, insémination artificielle, etc. Elle n’est actuellement ouverte qu’aux couples hétérosexuels, marié ou ayant 2 ans de concubinage, en âge de procréer, et sous réserve de la constatation médicale d’une pathologie : infertilité d’un membre du couple, ou maladie grave transmissible. Elle est remboursée à 100% par la Sécurité sociale si la femme a moins de 43 ans.

La rigueur des conditions posées et la complexité des procédures constituent déjà un obstacle à la maternité souhaitée par nombre de femmes hétérosexuelles en couple, qui sont obligées de se rendre en Belgique ou en Espagne, pays où la PMA est ouverte, pour réaliser leur projet –à condition qu’elles en aient les moyens financiers. Les femmes célibataires, alors même qu’elles sont admises à adopter des enfants, ne peuvent pas davantage recourir à la PMA. Quant aux femmes en couple de même sexe, auxquelles la loi du 17 mai 2013 a pourtant reconnu le droit au mariage, elles en sont exclues.

Sans qu’il soit besoin d’invoquer un quelconque « droit à l’enfant », une telle situation de fait est contraire à l’égalité, au libre choix des femmes et à leurs droits à la santé et à la reproduction. Elle place la France en retrait sur le plan de l’évolution des moeurs par rapport à certains de ses voisins européens.

Or 60% de nos concitoyens sont d’ores et déjà partisans de l’ouverture de la PMA à l’ensemble des femmes. Le président de la République s’y est engagé au cours de sa campagne. Le CCNE (comité consultatif national d’éthique) a délivré le 15 juin 2017 un avis favorable sur le principe.

Le Grand Orient de France souhaite que cette évolution vers plus d’égalité et de justice sociale se réalise rapidement. Il suffit pour cela que le législateur prenne toutes ses responsabilités, conformément aux principes de notre République laïque. Il serait contre-productif de relancer à cette occasion d’éternels débats de société qui font la part belle aux lobbies politico-religieux, voire provoquent des déferlements d’homophobie, comme en 2013. Le droit de toutes les femmes à la PMA, leur égalité quelles que soient leurs préférences sexuelles et leurs modes de vie, ne doivent pas plus être otages des campagnes politiciennes que des anathèmes religieux.

A celles et ceux qui s’interrogent sincèrement sur l’avenir du concept de filiation ou la « construction identitaire » des enfants concernés, il faut rappeler qu’en France l’adoption est déjà permise aux célibataires, et que 20% des familles comportent un seul parent. Les enfants de couples homosexuels, mariés ou non, ne constituent qu’un cas particulier d’une situation que la loi doit prendre en compte pour assurer l’égalité réelle.

Le vrai débat, qui revient au Parlement, doit porter sur la faisabilité technique et financière –notamment les conditions de remboursement- de cette ouverture de la PMA. Le Grand Orient de France met en garde contre tout amalgame avec l’indispensable réflexion sur la GPA (gestation pour autrui), sujet de nature différente, qui pose d’autres types de questions que l’on ne peut considérer tranchées à ce jour.

Paris, le 29 septembre 2017

Les connivences entre la franc-maçonnerie et le lobby LGBT sont d’ailleurs établies depuis longtemps.

Rappelons cet appel publié en 2013 par la Fraternelle homosexuelle Les Enfants de Cambacérès en faveur de loi Taubira dénaturant le mariage.

« Entrées précédentes